Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2009 6 04 /07 /juillet /2009 07:19

 

 


Le Télégramme 2 juillet 2009


Il n'y aura plus aucune chaudière fabriquée dans l'usine Chaffoteaux de Ploufragan. L'annonce tant redoutée est tombée, hier, après le comité central d'entreprise organisé à Paris. Dans les semaines à venir, 207 salariés se retrouveront au chômage.

Pas d'insulte, ou si peu. Aucune dégradation et encore moins de violence. Hier, les salariés de Chaffoteaux sont restés égaux à eux-mêmes face à leur patronne. Pourtant, ce mercredi, aux alentours de 11h30, Chantal Beckensteiner est anxieuse. Le visage livide, le regard fuyant, la présidente de Chaffoteaux n'a pas le choix: elle doit parler à ses salariés. Dans le hall de cet hôtel parisien de la rue Vaugirard (XVearrondissement), ils sont deux cents face à elle. Tous se sont levés aux aurores, avant de partir de Ploufragan en cars, à 4h du matin. Avec le secret espoir de conserver leur emploi.

«Vous voulez me voir je suis là»

Alors, sitôt arrivés devant le Novotel, au sous-sol duquel se tient le comité central d'entreprise, les ouvriers ont franchi les portes. Sans heurt, mais en lançant un avertissement: «On ne bougera pas, tant que les dirigeants ne seront pas venus nous parler». Escortée par des gardes du corps aux allures de rugbymen, Mme Beckensteiner a donc quitté précipitemment la réunion: «Vous voulez me voir, je suis là. Mais je n'ai pas autre chose à vous déclarer», lance-t-elle. Réactions immédiates dans l'assemblée: «Ce ne sont pas les actionnaires qui sont devant vous, mais les ouvriers qui remplissent votre tiroir-caisse». «Mme Beckensteiner, on voulait vous montrer ce que c'est que 250 ouvriers avec des femmes et des enfants». «Et on fait comment pour les nourrir sans salaire?». La présidente de Chaffoteaux ne sait que répondre: «Je suis désolée. Nous avons essayé de faire le maximum pour trouver des solutions». Huées et invectives reprennent de plus belle. C'en est assez pour Chantal Beckensteiner, qui fait demi-tour. Le comité central reprend.

Quarante rescapés

À 12h30, alors que leurs collègues ont quitté les lieux pour aller déjeuner à Saint-Denis - devant le siège d'Ariston Thermo Group (propriétaire de l'usine) -, les délégués du personnel sortent de l'hôtel. Comme prévu, les nouvelles sont catastrophiques. C'est le pire scénario qui a été retenu: 207 licenciements (159ouvriers, 12employés, 14techniciens, 11agents de maîtrise et 11cadres). L'activité production disparaît purement et simplement. Après 95 ans de présence à Ploufragan, Chaffoteaux, c'est fini. Seules une quarantaine de personnes conservent leur emploi en recherche et développement. «Et nos patrons ont le culot de dire qu'ils nous licencient parce que les collectivités ne veulent pas aider le groupe», s'insurge Martial Collet, de Force Ouvrière. Une version confirmée un peu plus tard par Chantal Beckensteiner: «Nous attendions une baisse des taxes foncière et professionnelle pendant trois ans pour nous aider à passer la zone de turbulence que nous traversons actuellement». La veille, soutenus par les salariés dans leur choix, les principaux élus locaux de l'agglomération briochine, ont refusé ces conditions s'apparentant, selon eux, à du chantage.

La lutte continue

Désormais, le principal enjeu est donc de savoir quelles indemnités de licenciement les employés de Chaffoteaux vont réussir à soutirer à leurs patrons. Car nul doute que tous refuseront les reclassements proposés en Italie et en Chine. Hier après-midi, Chantal Beckensteiner s'est engagée à ce que chaque salarié bénéficie d'un accompagnement personnalisé et a certifié que le groupe ATG fera «le maximum» pour les personnels licenciés. Rompus aux promesses non tenues de leurs dirigeants, les salariés n'ont que faire de ces paroles. Bien décidés à poursuivre leur combat, ils se retrouveront ce matin, à 9h, pour une nouvelle assemblée générale. Avec, peut-être, en tête, que le temps de la politesse a assez duré.


Fred 


Quelle honte
Prosposer des reclassements en Chine, quelle honte !!!

Qui sont donc ces patrons capables de tout pour remplir les poches de leurs actionnaires ?

Courage aux salariés de Chaffoteaux et merci au Télégramme de nous faire vivre tout cela.
Ajouté le 02 juillet 2009 à 21h47

Partager cet article
Repost0

commentaires

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg