Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 18:40

Déclaration d'Alain Krivine

Hommage à un combattant anticolonialiste

 

Francis Jeanson est décédé samedi 1er août. Avec lui, disparaît un symbole de la lutte internationaliste et anticolonialiste à l'époque de la guerre d'Algérie.


A un moment où la SFIO, ancêtre du Parti socialiste, combattait durement les résistants algériens, le FLN et où les autres partis de gauche ne menaient pas le combat pour l'indépendance de l'Algérie, le réseau créé par Francis Jeanson, unitaire du point de vue des idéaux politiques de ses participants puisqu'il regroupait des communistes, des trotskistes, des catholiques notamment, participait activement au combat pour l'indépendance.


Il avait mis en pratique l'aide et le soutien, matériel et moral, à la résistance du peuple algérien dans sa lutte pour l'indépendance de son pays, colonisé par la France depuis 1830.


Le 3 août 2009.

 



Décès du philosophe Francis Jeanson, créateur d'un réseau de soutien au FLN

Le philosophe Francis Jeanson, fondateur d'un réseau de soutien au FLN pendant la guerre d'Algérie (réseau dit des "porteurs de valise"), est mort à 87 ans, samedi soir près de Bordeaux, a-t-on appris auprès de sa famille.
Auteur de nombreux ouvrages notamment sur Jean-Paul Sartre dont il était très proche, collaborateur de la revue Les Temps modernes, Francis Jeanson est mort à la Clinique d'Arès, à 45 km de Bordeaux, a précisé son fils Olivier.


Francis Jeanson qui se voulait le défenseur des causes justes, s'était engagé aux côtés des combattants algériens après le déclenchement de la guerre d'Algérie, créant un réseau permettant de collecter et transporter fonds et faux-papiers pour les militants du FLN opérant en France.
Dans "Notre guerre", un livre paru en 1960 et immédiatement saisi, il s'était expliqué sur son combat, répondant à ceux qui lui reprochaient de soutenir les ennemis de son pays, qu'il défendait les valeurs de la France qu'elle même trahissait.

Jugé par contumace, condamné en octobre 1960 à dix ans de prison ferme au terme du procès de son réseau, il est amnistié en 1966. Il se tourne alors vers l'action culturelle, puis l'action sociale en milieu psychiatrique.

Né le 7 juillet 1922 à Bordeaux (Gironde), licencié de lettres et diplômé d'études supérieures de philosophie, Francis Jeanson rejoint en 1943 les Forces françaises d'Afrique du Nord. Devenu reporter à Alger républicain en 1945, il rencontre Camus et Sartre. Ce dernier lui confie la gérance de la revue Les Temps modernes (1951-1956). Parallèlement, Jeanson crée et dirige aux éditions du Seuil la collection "Ecrivains de toujours".

En 1955, il publie "L'Algérie hors la loi", qui dénonce l'échec du système d'intégration des masses algériennes et affirme la légitimité des hors-la-loi du FLN, avec lequel il prendra contact. Du militantisme de la pensée, il passe à l'action et crée deux ans plus tard le "réseau Jeanson" qui sera démantelé en 1960. Il entre alors dans la clandestinité, quittant la France pendant quelques années.

Après son amnistie, il est chargé par André Malraux de diriger la Maison de la culture de Châlon-sur-Saône (Saône-et-Loire) de 1967 à 1971.
Jeanson participe ensuite à des expériences de psychiatrie ouverte et des réseaux de réflexion pour faire sortir la maladie mentale des murs de l'hôpital.
Engagé jusqu'au bout, il est président de l'Association Sarajevo en 1992 et candidat sur la liste "L'Europe commence à Sarajevo" du professeur Léon Schwartzenberg pour les élections européennes de 1994.

Francis Jeanson est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages, dont plusieurs consacrés à Jean-Paul Sartre, notamment "Sartre par lui même" (1955) et "Le problème moral et la pensée de Sartre" (1965)... mais aussi à des philosophes comme Montaigne.
On lui doit également "La Foi d'un incroyant" (1976), "Eloge de la psychiatrie" (1979), "Algéries" (1991), "Conversations privées 1974-1999" (2000).

AFP

L'extrême gauche et la guerre d'Algérie
La solidarité en exercice


Des "porteurs de valises", on connaît surtout aujourd'hui les réseaux Jeanson et Curiel. Mais diverses organisations d'extrême gauche ont également été très actives dans la solidarité avec le peuple algérien.


L'opposition française à la guerre d'Algérie est connue à travers les "porteurs de valises", ces Françaises et Français engagés dans les réseaux de soutien au FLN, dont l'une des principales activités consistait à transporter les cotisations prélevées par l'organisation nationaliste sur les quelque 220000 Algériens présents en métropole (350000 en 1962).


Parmi ces réseaux, les plus célèbres sont le réseau Jeanson, organisé par le philosophe Francis Jeanson, disciple de Jean-Paul Sartre et gérant des "Temps modernes" (1), et le réseau Curiel, du nom du communiste égyptien Henri Curiel, assassiné en 1978 à Paris (2).


Ces réseaux sont les plus connus pour diverses raisons: le caractère public de ceux qui y ont participé, parmi lesquels on comptait de nombreuses personnalités, mais aussi une médiatisation accrue du fait des arrestations et des procès. Enfin, le caractère oecuménique de ces réseaux, qui regroupaient aussi bien des chrétiens progressistes, des communistes en rupture de ban ou des militants du PSU, a permis de constituer une représentation plus "fédérative" de leur démarche au sein de la gauche, dans la mesure où leurs ambitions politiques semblaient se limiter au combat pour l'indépendance de l'Algérie, sans autres présupposés idéologiques. Le combat des "porteurs de valises" est ainsi ramené sur un plan plus "humanitaire" que politique.


Les premiers réseaux

Les réseaux Jeanson et Curiel n'ont cependant pas été les seuls ni même les premiers réseaux d'aide au FLN. Il ne s'agit pas de minorer l'action de militants qui, dans un contexte difficile d'"unanimité nationale" (il suffit de rappeler le vote par le PCF en 1956 des pleins pouvoirs au gouvernement de Guy Mollet pour augmenter la répression en Algérie), ont su aller à contre-courant et payer parfois durement leur engagement internationaliste. Mais il faut rappeler que différentes organisations d'extrême gauche ont également été très actives dans la solidarité avec le combat du peuple algérien.


Le premier réseau qui se met en place, dès 1955, est ainsi celui du PCI, section française de la Quatrième Internationale (ancêtre de la LCR). En 1956, Pierre Frank, dirigeant de la section française, Simonne Minguet (une des rares femmes parvenues à un poste de direction dans un parti trotskyste qui n'échappe pas à la surreprésentation masculine de l'ensemble de la classe politique) et deux autres militants sont arrêtés suite à l'ouverture de paquets contenant des tracts du FLN. Ils passent deux mois en prison et sont relâchés faute de charges suffisantes. Mais Pierre Frank et Jacques Privas sont néanmoins condamnés pour délit de presse.


De telles amendes et condamnations vont causer la mort d'une autre organisation d'extrême gauche, la Fédération communiste libertaire, scission de la Fédération anarchiste animée par Georges Fontenis. Pierre Morain, militant de la FCL, est condamné à un an de prison en 1955 pour ses écrits dans "Le Libertaire", trop favorables à la révolution algérienne.


En 1956, la FCL, qui croûle sous les amendes et dont les principaux dirigeants sont sous le coup de condamnations, disparaît. La FA, qui renvoie dos à dos les "deux nationalismes" des Algériens et des Français en refusant de prendre parti, n'est pas inquiétée par la répression.


Pierre Frank justifie le soutien apporté au FLN en écrivant: "Nous avons soutenu le FLN non parce que nous avions vu en lui une organisation marxiste, mais parce qu'il menait une lutte effective, réelle, contre l'impérialisme français." La révolution coloniale est considérée comme l'une des "trois forces principales de la révolution mondiale", avec la révolution politique à l'Est et la révolution prolétarienne en Europe et aux Etats-Unis.


En France, des militants comme Pierre Avot, Louis Fontaine ou Gilbert Marquis s'occupent des activités "traditionnelles" clandestines d'impression de tracts du FLN, ainsi que des relations avec l'organisation algérienne, ou organisent, comme Clara et Henri Benoîts dans leur usine de Renault Billancourt, la solidarité des ouvriers avec les Algériens menacés par la police. D'autres, comme Michel Fiant, Alain Krivine, jeune militant communiste déçu par l'attitude du PCF et décidé à s'engager dans l'aide à la révolution algérienne, ou Claude Kowall, tentent de construire Jeune résistance, groupe subversif qui organise des réseaux de désertion pour les appelés. Voie communiste, une organisation où se retrouvent l'ancien trotskyste Denis Berger et le libertaire Daniel Guérin, tente de faire évader les ministres FLN et notamment Ben Bella.


Michel Raptis, dit Pablo, dirigeant d'origine grecque de la IVe Internationale, organise quant à lui un véritable réseau trotskyste international d'aide au FLN. Il met ainsi en place, en collaboration avec la direction du FLN, une usine d'armes clandestines au Maroc. Des ouvriers de différents pays, et notamment le Français Louis Fontaine, y fabriquent des mitraillettes et des mortiers. Pablo met aussi en place en 1960 aux Pays-Bas un atelier de fabrication de fausse monnaie pour le FLN. Mais les imprimeurs sont infiltrés par les services secrets, l'opération échoue et Pablo est arrêté. Après un procès durant lequel Sartre, Claude Bourdet ou Isaac Deutscher apportent leur soutien au dirigeant trotskyste, il est condamné à 15 mois de prison à Amsterdam.


Après l'indépendance, un certain nombre de militants s'installent en Algérie afin d'y construire le "socialisme". Pierre Avot, Simonne Minguet, Louis Fontaine, Albert Roux sont de ceux-là: ils font partie des fameux "pieds-rouges" et disposent de la nationalité algérienne. Pablo est même conseiller de Ben Bella, et travaille avec l'historien Mohammed Harbi pour faire adopter les premiers décrets d'autogestion des domaines laissés vacants par les "pieds-noirs" réfugiés en France. Le coup d'Etat de Boumedienne en 1965 met un terme à cette collaboration: les pieds rouges trotskystes sont arrêtés puis expulsés ou s'enfuient, Albert Roux subit même la torture.


Internationalisme concret

Quelles leçons tirer de ces expériences? De nombreuses illusions ont sans doute été déçues chez ceux qui espéraient la transformation de la révolution coloniale en révolution socialiste et son extension en Europe. La phraséologie marxiste et progressiste du FLN a pu abuser des militants qui ne percevaient pas toujours la bureaucratisation de l'organisation nationaliste, déjà en oeuvre pendant la guerre d'Algérie. Reste le plus important: le soutien pratique à la lutte d'un peuple contre un Etat colonial qui n'hésitait pas à employer la torture et à réprimer férocement toute révolte, les massacres de Sétif et Guelma ou le 17 octobre 1961 sont là pour en témoigner. Reste une expérience concrète d'internationalisme conséquent, avec toutes les erreurs, les difficultés et les illusions, mais aussi la solidarité, les espoirs et les perspectives que cela comporte.

Sylvain Pattieu

1. Voir Hervé Hamon et Patrick Rotman, "Les Porteurs de valises, la résistance française à la guerre d'Algérie", Albin Michel.
2. Voir Gilles Perrault, "Un homme à part" éditions Bernard Barrault.

Rouge1896, 02/11/2000


 
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg