Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 09:06

*

Staline est mort il y a soixante ans, le 5 mars 1953, mais son esprit ne s'est pas tout à fait éteint, comme en témoigne l'article publié dans L'Humanité du premier week-end de mars. L'auteur en est un historien, Martelli, qui fut membre un temps de la direction du PCF.


Certes, le PCF n'en est plus à présenter Staline comme le firent ses dirigeants Duclos, Thorez ou plus près de nous, Georges Marchais, qui s'inscrivaient dans un délirant culte de la personnalité envers celui qu'ils appelaient « le petit père des peuples », et ne pouvaient prononcer son nom sans y accoler le terme « génial ». Ceci ne serait qu'anecdotique si, dans le même le temps, le PCF, comme tous les partis communistes liés à l'URSS, n'avait pas été complice de la politique stalinienne.

 

Ainsi, pour Martelli, Staline qu'il qualifie d'« intelligent, travailleur, rusé, et déterminé » – ce qui contredit tous les témoignages sérieux sur le personnage – aurait été convaincu que « l'Octobre russe ne sera pas suivi de la révolution mondiale espérée par les communistes russes jusqu'en 1923 ». Staline aurait donc fait preuve de plus de réalisme, même si Martelli lui reproche de « s'être engagé dans une longue phase de volontarisme échevelé ». Très bon sur l'orientation, moins sur la méthode, conclut donc le professeur Martelli.

 

L'histoire réelle est bien éloignée de cette version stalinienne soft et guère sérieuse que nous livre Martelli.

 

Il est faux en effet de laisser croire que Staline et ses partisans auraient été les maîtres d'œuvre de la construction d'une puissante industrie devenue sous son règne la deuxième du monde. Le choix dit du « socialisme dans un seul pays » fait et imposé par les staliniens à l'URSS a eu, au contraire, des conséquences tragiques pour l'URSS née de « l'Octobre 1917 », à la fois pour le peuple soviétique et pour le mouvement communiste international et l'ensemble du mouvement ouvrier.

 

Car Staline et les siens ne se sont pas contentés de se désintéresser de ce qui se passait au-delà des frontières de l'URSS pour mieux construire l'industrie soviétique. Alors que des mouvements révolutionnaires se développaient, ils ont saboté leurs possibilités de vaincre et de donner un élan nouveau au jeune État ouvrier soviétique.

 

Il en a été ainsi, par exemple, vis-à-vis de la Révolution chinoise entre 1922 et 1927.

 

La politique stalinienne s'y traduisit par le soutien ouvert au dirigeant nationaliste, Tchang Kaï-Cshek, jusqu'à ce que ce dernier se retourne et massacre les militants communistes chinois insurgés, en les faisant jeter vivants dans les chaudières des locomotives, à Shangaï. Une volte-face qui était prévisible, prévue et dénoncée par Léon Trotsky.

 

Ce ne fut pas le seul exemple de cette politique consistant à freiner les élans révolutionnaires, à les détourner pour les faire échouer. En Espagne aussi, entre 1936 et 1939, l'appareil stalinien mit tout son poids pour que ce qui était véritablement une révolution se transforme en une simple guerre civile pour la défense d'une République bourgeoise.

Ces exemples – et il en existe de nombreux autres – montrent que le volontarisme que Martelli met au crédit de Staline n'a pas aidé à la construction d'une puissante industrie mais a au contraire multiplié les handicaps et les obstacles. Cette construction s'est faite au prix d'un gâchis économique astronomique dont le bilan humain – des millions de morts, des centaines de millions de déportés dans les camps – a été monstrueux.

 

Car Staline et les siens ont commandé un massacre sans nom, dont les premières victimes furent les communistes eux-mêmes. À commencer par ceux qui, aux côtés de Lénine, œuvrèrent au renversement de la bourgeoisie sur un territoire immense, représentant le sixième du globe.

 

Non, la dictature de Staline n'a pas été la simple déviance d'un individu par ailleurs bien intentionné, comme voudrait nous le faire croire Martelli, mais l'expression d'une réaction sanglante contre la révolution et les révolutionnaires. Le pire à mettre à son bilan est sans doute la façon dont il a profondément discrédité, auprès de millions de travailleurs du monde entier, l'image du communisme et, de ce fait, a donné au monde capitaliste un très long, trop long, sursis.

 

Jean-Pierre VIAL

*

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2328&id=40

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg