Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 10:28

1605925799.jpg

26 juin 2010 -Le Télégramme


Laurent Ruiz et Luc Delaby, chercheurs à l'Inra, sont formels: on n'éradiquera pas les algues vertes dans la baie de Saint-Michel-en- Grèves sans changer de système de production agricole au profit de l'herbe.


A lire également

 
> Le cri d'alarme d'Isabelle Autissier
> Manifestation ce matin à Lamballe
> L'amendement Le Fur et les réactions

Pourquoi changer de système?
 


Modifier les pratiques au niveau de la parcelle ne suffit plus. Grâce à des agriculteurs très engagés, la moyenne du bassin-versant est tombée à 28mg/l de nitrate dans l'eau. Mais si on veut stopper la prolifération des algues vertes, il faut tendre vers les 10-15mg/l. Ce qui impose de changer de modèle de production au profit du système herbager. C'est possible dans ce bassin de 20.000 ha dont les 150 exploitants élèvent essentiellement des bovins.

Pourquoi l'herbe?
 


C'est une des clés pour résoudre le problème des fuites de nitrate tout en permettant une agriculture économiquement viable et écologiquement efficace. Le pâturage permet de faire tourner de façon équilibrée l'azote produit entre le sol et les animaux. Nous y travaillons, dans notre programme Acassya, avec les techniciens de la chambre d'agriculture et les agriculteurs, depuis 2009.

Quel est l'avantage face au maïs?


L'herbe, présente toute l'année, outre le fait de limiter l'érosion des sols nus, permet d'éviter l'importation d'aliments (type tourteau de soja) pour compléter le maïs-fourrage, pauvre en azote. De plus, les légumineuses, type trèfle, qui fixent l'azote atmosphérique, limitent le recours aux engrais minéraux ou organiques (lisier, fumiers).

Cela impose-t-il de réduire les cheptels?


L'herbe impose de réduire le nombre d'animaux nourris à l'hectare. Mais cela ne signifie pas une diminution du cheptel à partir du moment où on réduit les surfaces en céréales (il y en a beaucoup trop dans ce bassin, aujourd'hui). On peut même imaginer une légère augmentation du cheptel, s'il y a assez de surfaces en herbe. Le principe est d'adapter la charge animale au potentiel des prairies. En fait, nous avons voulu un cadre assez souple pour que chaque éleveur module sa façon de valoriser l'herbe selon la structure de l'exploitation.

Les structures sont-elles toutes adaptées au système de l'herbe?


Quand toutes les terres se trouvent autour de l'exploitation, ce n'est pas trop dur de concilier économie et fiabilité écologique. Mais quand l'exploitation est morcelée et que des prairies se trouvent à 5-10 km, il n'est pas question d'y envoyer les vaches tous les jours. La clé de la réussite du programme passe donc par des restructurations foncières, soit à l'amiable, soit par de vrais échanges de terres ou par des systèmes de réserves de terres.

Les agriculteurs sont-ils partants?


Ils le sont d'autant plus qu'ils travaillent depuis des années dans ce sens. De plus, depuis deux ans, depuis la mort du cheval, la pression sur la profession est énorme. D'autant plus dure à supporter qu'ils sont plutôt vertueux sur le plan environnemental dans le bassin. Et puis, ils ont pris conscience qu'en matière de revenus, on ne peut plus raisonner en termes de chiffre d'affaires mais de valeur ajoutée et de réduction des charges, ce que permet l'herbe.

Les résultats seront-ils rapides?


Il ne faut pas s'attendre à voir disparaître les algues vertes dans les deux ans. En revanche, on sait que les éleveurs qui sont prêts auront changé de système dans trois ans. On demande du temps. En attendant, on va suivre plus particulièrement six fermes pilotes et s'en servir pour faire une évaluation permanente.

  • Propos recueillis par Hervé Queillé

 

Algues vertes : les recettes de l’Inra pour réduire les nitrates
Agriculture vendredi 25 juin 2010 Ouest France

 

 

Moins de maïs...


Réduire la part des céréales et du maïs et augmenter les surfaces en herbe, tel est le nœud du système proposé par l’Inra. En cultivant des prairies avec des mélanges de graminées et de légumineuses, les éleveurs apporteront une ration complète à leurs animaux et l’azote restera fixé dans le sol. L’Inra ne prône pas pour autant « le zéro maïs », car cette plante offre une garantie de nourriture pour les vaches pendant l’hiver.


... et plus de prairies


L’Institut veut en revanche « une herbe maxi » quitte à restructurer en profondeur le foncier des exploitations afin que les troupeaux puissent au maximum pâturer des prairies autour de l’exploitation. C’est loin d’être le cas aujourd’hui, car les fermes sont plutôt morcelées. La Chambre d’agriculture, le conseil général, Lannion Trégor Agglomération et les agriculteurs se sont lancés dans cette refonte foncière qui promet d’être particulièrement longue et difficile car la terre agricole est un sujet extrêmement sensible. « Cette restructuration foncière est une des clés de la réussite du programme », insiste Luc Delaby. L’Inra prône également l’arrêt de l’engraissement des taurillons avec du maïs.


Un temps long


« N’espérez pas avoir des résultats du programme dans les trois ans, expliquent les scientifiques. Nous sommes dans une échelle de temps long, entre 10 et 20 ans pour avoir une réduction sensible des flux de nitrates ». Les agriculteurs ont bien accueilli les mesures proposées par l’Institut de recherche agronomique. Un premier groupe de 20 fermes a été créé avec « 6 qui ont pris d’ores et déjà un engagement de changement. Elles feront l’objet d’un suivi renforcé et d’expérimentations ». Le travail de l’Inra et des agriculteurs s’inscrit dans le volet préventif du plan anti-algues verte du gouvernement. Pour l’instant, aucun financement spécifique n’a été programmé. Lannion Trégor Agglomération doit se charger des dossiers de financement.


Jean-Paul LOUÉDOC.


Partager cet article
Repost0

commentaires

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg