Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 08:18
  •  
    •  

      hopital2.jpg

  •  

    L'HÔPITAL ET LA SANTE PUBLIQUE VONT MAL

 
  •  
    •  

      Depuis plus de 20 ans, réformes après réformes, soutenues par la logique implacable de transformer l'hôpital public en entreprise et la Sécurité  Sociale en assurances privées, les politiques se désengagent de plus en plus du service public d'Etat. Conséquences : le système de santé, ainsi que la prise en charge des soins sont aujourd'hui en péril. Pour le gouvernement, (Loi BACHELOT) et pour le MEDEF, un seul mot d'ordre « La santé du bon peuple coûte cher, il faut en réduire les coûts, la rentabiliser et mettre la main sur LA Sécu », conquête sociale sans précédent du peuple. 

  Pour cela 3 objectifs :


  *Réduire au maximum les remboursements de la Sécurité Sociale, (Leclerc et autres visent déjà les médicaments non remboursés.) - *Rentabiliser les lieux de soins, - *Réduire l'offre de soin.

  Ainsi la santé devenant une marchandise comme une autre, l'hôpital une entreprise comme une autre, l'une et l'autre doivent être managées comme n'importe quel site de production.


   Conséquence de cette logique, l'hôpital ne soigne plus, mais il  produit un soin.

 
 

  Logique implacable, dont seule la partie visible apparaît, mais d'ores et déjà, ses conséquences sur les personnels, les usagers et sur la santé  publique bref sur nous, se font sentir et elles sont de plus en plus désastreuses.

  *A tour de bras on ferme des services pour les centraliser et mieux maitriser leur « management ». C'est la fin programmée des services de proximité, au plus près de la population. -maternités et autres-

  *Sous prétexte de libre choix certaines pathologies sont renvoyées sur le privé lucratif, soit disant plus économe que le public, (ce qui est faux car les calculs budgétaires ne sont pas les mêmes) mais surtout ce sont les pathologies les moins onéreuses en terme de matériel et personnels qui sont visées.

 *Réduction  scandaleuse de l'offre de soins publics : – Remboursements, capacités d'accueil et de prises en charges etc....- .

 *A travers l'industrie pharmaceutiques et les groupes d'assurances, entrée massive des cotations en bourses, avec un mot d'ordre : RENTABILISATION A TOUT PRIX.


Pour eux, la santé publique, est une manne juteuse et NOTRE SANTE,  un  « business » comme un autre.

 *Appel à la charité publique pour la recherche, le financement de certaines pathologies ou la prise en charge des populations  les plus démunies (pièces jaunes – Téléton – SIDA – personnes âgées)

  *Prétextant les 35 heures, on organise la réduction drastique des personnels et le passage de certains services en sous traitance : ménage, maintenances diverses, entretien etc...

 *Appel aux intérimaires, dont on connait le coût, réduisant ainsi la sécurité  des services. L'effectif à flux tendu devient catastrophique en cas de maladie (d'où la vaccination antigrippe des personnels, non pas dans un but de santé publique mais de management). Une telle organisation augmente considérablement les dysfonctionnements et les risques d'erreurs que SEUL le soignant doit à présent assumer.

  * Mise en place de l'autoévaluation, de l'individualisation des responsabilités etc... outils qui visent à fragiliser  encore plus les personnels. Conséquence :  une meilleure prise en main administrative sur eux.

  *Cerise sur le gâteau, création d'un ORDRE INFIRMIER (cher à Pétain) avec cotisations OBLIGATOIRES. Les soignants sont obligés de payer pour ce qui, demain pourra, NON PAS LES DÉFENDRE, mais les JUGER et les CONDAMNER.


Reconnaissance professionnelle ? NON ! Instance supérieure de contrôle à la bonne subordination des soignants ? OUI !

 

   Les métiers de la santé sont difficiles, très féminisés, aux conditions de travail particulièrement pénibles, le « ras le bol », le « burn-out” gagnent de plus en plus de terrain dans les services, quels qu'ils soient et ce ne sont pas quelques médiateurs ou « cellules de crises » quelconques qui résoudront les problèmes.


   C'est par l'union et les luttes que nous pourrons être entendus. 


Le NPA, exige la mise en place d'une véritable politique de santé pour TOUS c'est à dire : l'accès gratuit et universel aux soins – le déblocage de fonds publics pour la recherche – l'arrêt du dictat des trusts pharmaceutiques et des assurances privées. – l'arrêt immédiat des suppressions de postes, le retour à une sécurité sociale solidaire. Le NPA, source de propositions, est aussi un porte voix pour les salariés en lutte.  

 

  Nous vous invitons le Mardi 2 février 2010, 20 h 15

à une soirée-débat : salle du Coat ker QUIMPERLE

 
 
  •  
    •  
      •  

        ATTENTION DANGER

  •  

    SECURITAIRE ET SOINS  NE FONT PAS BON MENAGE.

 
  •  

    " L'Homme doit être mis au centre des préoccupations comme référence essentielle » . (rapport Demay)

 

Depuis la nuit des temps la « Folie » fait peur et des personnes atteintes de "déraison » ont été rejetées, enfermées voire tuées (nazisme). Depuis la nuit des temps la société s'interroge : Qu'est-ce que la folie ? Comment la soigne-t-on ? Comment la guérit-on ? Que font ces "malades » dehors ? Sont-ils dangereux ?


Depuis le 2 décembre 2008, à Antony (92), un président de la République a donné SA réponse.


« Nous allons d’abord, chère Roselyne, réaliser un plan de sécurisation des hôpitaux psychiatriques. Nous ferons en ce domaine un effort de 30 millions d’euros. Ces investissements serviront à mieux contrôler les entrées et les sorties des établissements et à prévenir les fugues. Quand un patient hospitalisé d’office sort du périmètre autorisé par son médecin, l’équipe soignante doit en être immédiatement informée.


Certains patients hospitalisés sans leur consentement seront équipés d’un dispositif de géo-localisation qui, si cela se produit, déclenche automatiquement une alerte.


Ce système est déjà utilisé à l’hôpital, par exemple dans les unités qui soignent des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Il devrait rassurer les personnels et alléger leurs tâches. »

 
  •  

    Et la profession de s'interroger, non sans inquiétude, QUI SOMMES NOUS ? 

  •  

    Des Gardiens de l'ordre social ou des Soignants à  part entière  ?

  • Pourquoi alors tant de difficultés à faire sortir la folie de ses clichés et de son ghetto ?
  • Pourquoi existe-t-il encore des lieux de discrimination et de rejet sécuritaire ?
  • Pourquoi le soin en psychiatrie est-il si mal connu et reconnu voire méprisé, nié, au point que ni la communauté européenne, ni l'Etat Français n'ont d'exigences en matière de formation ?
  • Pourquoi les médias ne s'intéressent-ils à la maladie mentale que lors de faits divers particulièrement sordides et spectaculaires ?
  • Pourquoi ce retour à la stigmatisation et à l'enfermement ne rencontre-t-il pas plus de résistance ?
  • Pourquoi ce constat dramatique de la dislocation du lien au sein des équipes qui fragilise les personnels en les individualisant, ne soulève-t-il pas plus de réactions ?
  • Pourquoi les conditions de travail, les nouvelles valeurs "managementales » qui détruisent le lien thérapeutique, outil de travail du soignant, ne rencontrent-ils pas plus d'opposition ?
 

  Car à travers un quotidien aseptisé, sécurisé au maximum, c'est la mise à distance avec l'autre dont il s'agit, ainsi que la réapparition de la stigmatisation, des ignorances et  de ses peurs.

 

  En cela le discours d'Antony est issu directement de cette veine là  : s'appuyer sur l'obscurantisme et la peur pour faire passer le projet politique sécuritaire et de renfermement, beaucoup moins couteux  qu'un réel dispositif de prévention de santé publique et beaucoup plus électoraliste.

 

  Pour le NPA, au contraire, la prévention n'est pas un filet sécuritaire sur un secteur géographique donné, sur une population donnée, mais la mise en place de conditions de vie  environnementales, sanitaires, sociales, psychologiques satisfaisantes. 


  « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation, l'habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires …...  (Déclaration universelle des Droits de l'Homme) »

 

Pour le NPA, le service public solidaire est une priorité, tout comme la santé publique et la prise en charge des soins. Notre système de santé nous appartient ne nous le laissons pas voler. Unissons-nous dans les luttes et la résistance.

 

  Nous vous invitons le mardi 2 février 2010 à 20 h 15

pour une soirée-débat  salle du Coat ker QUIMPERLE

Partager cet article
Repost0

commentaires

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg