Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 10:54

-renard

11 juillet 2012 - 

 

Les salariés Doux de Pleucadeuc broient du noir. Aucune offre de reprise à l'horizon et la menace de fermeture de plus en plus pesante. Demain, ils participeront au grand défilé entre l'usine et la mairie de la commune, avec le soutien de la population.

«Partir sans rien. La tête basse. C'est dur à accepter...». Nathalie, 40 ans, depuis 20 ans à la découpe, termine sa pause cigarette. Il va falloir reprendre le travail. Mais le coeur n'y est plus. «On est dégoûté, abattu. On nous prend pour des c... On nous a manipulés». Mariée, mère de deux enfants en bas âge, Nathalie habite Bohal. Elle ne peut s'empêcher de penser aux conséquences que pourrait avoir une fermeture de l'usine: un Smic en moins, vivre avec un seul salaire, celui de son mari qui travaille dans une autre entreprise. Et continuer à payer les factures.

«On n'a pas le moral»

Même angoisse chez son camarade de chaîne, Didier, 46 ans, de Pleucadeuc, marié et père de trois enfants de 17, 14 et 8 ans. 20 ans de découpe et un salaire de 1.200 €. «On n'a pas le moral. Il y a les études du grand à payer. Il voudrait être électricien. Il me reste quatre ans à payer sur ma maison. Si je ne peux plus payer, il va falloir la vendre». Marcelle, 58 ans dont 40 ans de boîte, elle, n'a plus ses enfants à charge. Ils sont grands et se débrouillent. Mais elle sait bien qu'avec son mari à la retraite, il faudra réduire les dépenses, se priver.

«Beaucoup de souffrance inexprimée»

Les salariés ont du mal à parler. Trop angoissés par la catastrophe qui s'abat sur eux. «Quel gâchis. On a construit un empire. On retrouve un champ de ruines. Je ne peux pas l'accepter», dit Giselle, 58ans, 35 ans de conditionnement. Giselle est déléguée du personnel. Elle se fait le porte-parole de tous les autres. «Cela va fragiliser la vie de famille. Les enfants entendent. Il y a de l'angoisse à la maison. Les gens le vivent très mal. Il y a beaucoup d'amertume, de souffrance inexprimée». Que fera Giselle si elle perd son emploi? «Je me suis renseignée pour la retraite. Mais si j'y suis obligée, je rechercherai un autre travail. Mais quand on sort d'ici, on est détruit. Il y aura un impact psychologique pour tout le monde».

Défilé demain à 10h, de l'usine jusqu'à la mairie

Avec l'énergie du désespoir, les salariés sont prêts pour la mobilisation prévue demain matin, à 10h. La deuxième après la manifestation du 30juin à Vannes. «J'avais vécu cette manifestation comme un moment très fort. Avec le soutien de la population, on a réalisé qu'on n'était pas seul face à l'épreuve, dit Giselle. Demain, ça va être très fort aussi». Le défilé partira à 10h de l'usine de Pleucadeuc et rejoindra la mairie. La population et les élus locaux devraient s'y joindre. Les syndicats annoncent une... surprise.

  • Bertrand Le Bagousse

doux vv

Alain Launay: «L'enjeu est énorme»

Alain Launay, maire de Pleucadeuc, défilera jeudi aux côtés des salariés. Avec eux, il veut à tout prix éviter une fermeture du site qui serait lourde de conséquences humaines, sociales et économiques.


Comment la commune de Pleucadeuc soutient-elle les salariés de l'usine Doux? La mairie a édité une affiche de soutien à placarder dans les commerces des quinze communes environnantes. En en-tête sont cités la commune et les délégués du personnel et salariés du groupe Doux de Pleucadeuc. Elle annonce le défilé de jeudi dans les rues de la commune et invite les populations à y participer (*).

Avez-vous entrepris des démarches pour manifester votre soutien et tenter de trouver une issue?


Je suis allé plusieurs fois sur le site témoigner du soutien des Pleucadeuciens aux salariés et au directeur. J'ai reçu des salariés chez moi, même le dimanche. Ils sont très inquiets. Quand on a compris lundi matin l'absence de proposition de reprise du site, j'ai décidé d'y retourner pour apporter une nouvelle fois mon soutien et celui du conseil aux salariés. Mais le directeur n'a pas eu le feu vert de sa direction pour nous laisser entrer. Alors, on a reçu les salariés en mairie. Une centaine est venue dans l'après-midi. Ensuite, on les a raccompagnés. J'ai aussi alerté le député et le conseiller général et j'ai rencontré le préfet à plusieurs reprises.

Comment la population de Pleucadeuc vit-elle cette menace de fermeture?


Elle partage l'inquiétude des salariés. Doux, c'est la plus grosse entreprise de la commune. Les gens en parlent partout: à la boulangerie, à la caisse de la supérette, dans tous les commerces.

Si l'usine ferme, quel serait l'impact sur la commune?


Cela aurait un impact sur la vie de la commune: moins de commerciaux à déjeuner dans les restaurants, moins de sandwiches, moins de consommation. Les commerces et les PME profitent de l'activité apportée par l'usine. 50salariés de Doux habitent Pleucadeuc, dont quatre ou cinq couples. Il y a aussi la station d'épuration communale d'une capacité de 52.000 équivalents/habitant qui serait sous exploitée, car elle est utilisée à 80% par les industriels et Doux représente la moitié.

Et sur l'emploi?

On compte 800 emplois industriels sur la commune. Si par malheur Doux ferme, il en resterait la moitié, soit près de 400.

La communauté de communes serait-elle aussi impactée?

La communauté de communes du Val d'Oust et de Lanvaux perdrait les 150.000 € de contribution de Doux-Pleucadeuc. Mais ce qui me préoccupe d'abord, c'est les conséquences sociales et humaines. L'enjeu est énorme. Si on ne se bouge pas, il n'y aura pas de proposition de reprise et ce sera dramatique. Il faut que les salariés se sentent soutenus.

(*) Manifestation jeudi 12 juillet à 10h. Départ de l'usine et défilé dans les rues jusqu'à la mairie. Avec les salariés, la population, et les élus locaux.

Caterpillar

CFDT: «L'usine de Pleucadeuc paye un lourd tribut»

«Le préfet va essayer de voir avec Montebourg si une offre est envisageable pour le site de Pleucadeuc et sauver un maximum d'emplois». À l'issue de sa rencontre d'une heure avec le préfet Jean-François Savy, la délégation syndicale (*) ne semblait guère optimiste. Pour Christiane Le Gouesbe, déléguée syndicale centrale CFDT, si l'usine de Pleucadeuc est sur la touche, si aucune offre de reprise ne la concerne, c'est aussi à cause du manque d'investissement sur le site.

400 salariés

L'usine spécialisée dans l'abattage, la découpe, le conditionnement et l'expédition de dinde a traité jusqu'à 150.000 dindes par semaine. «Aujourd'hui, on atteint péniblement 40.000 dindes en provenance d'élevages du Morbihan, des Côtes-d'Armor, d'Ille-et-Vilaine et de Loire-Atlantique», dit-elle.


L'usine, créée en 1978, tourne au ralenti. Le personnel, 400 salariés domiciliés sur tout le Morbihan, travaille en 1/7 de 7h à 15h. Il y a quatre ou cinq ans, c'est le 2/7 qui était en vigueur avec deux tranches horaire: 5h-13h et 13h15-20h30. 181 personnes ont 50 ans et plus et 67 ont 58 ans et plus.

 

Beaucoup ont fait toute leur carrière chez Doux. Certains ont même commencé avec Guyomarc'h et ont continué avec Doux depuis 1990. Le personnel compte une trentaine de couples, des ménages totalement dépendants de Doux. «Il faut anticiper la casse sociale, dit Christiane Le Gouesbe. Le site de Pleucadeuc paye un lourd tribut». Tous attendent le CCE (comité central d'entreprise) du 17juillet qui doit définir les critères de licenciement et le périmètre.

(*) Elle était composée de Christiane Le Gouesbe, déléguée syndicale de la centrale, Jean-Marc Thépaut, secrétaire général UD CFDT; Gérard Gillet secrétaire du CCE; et Daniel Jollivet, représentant des salariés à Pleucadeuc.

 

http://vannes.letelegramme.com/local/morbihan/vannes-auray/vannes/doux-pleucadeuc-craint-le-pire-11-07-2012-1770910.php

Partager cet article
Repost0

commentaires

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg