Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 10:04

 



 

5210916265_4a1ce0c58a.jpg
Les camarades anticapitalistes catalans ont formé une coalition (Des de Baix, Par en bas) qu'est allée soutenir Olivier Besancenot.

Note du blog  :

Pour tenter d'expliquer le triomphe de la droite nationaliste de Convergencia i Unio:

Il faut lire Le Monde ce week end (non disponible sur le web) qui explique que comme en Italie, les provinces du Nord laborieuses en ont marre de payer pour le Sud "fainéant". Le message indépendantiste radical, porté par une minorité d'extrême gauche est dorénavant assumé par la haute bourgeoisie autrefois "catalaniste" ou "nationaliste" mais qui avait besoin du marché espagnol. Actuellement, avec l'Europe, la Catalogne n'a plus besoin de Madrid et "10% de son PIB va à Madrid pour "aider" les "andalous" (immigrés qui ont aussi trimé dans les usines catalanes).
On voit se développer un racisme populaire et des partis xénophobes.
La gauche traditionnelle qui dirigeait (PS, PC, Verts) a fait la démonstration de l'impasse des solutions néo-libérales, social-libérale,  et fait la meilleure propagande à l'aspiration nationale.

Ci-dessous un article du JDD en 2009 :
La Catalogne rêve d’indépendance (2009)

Un "référendum" – sans valeur juridique – veut démontrer l’ampleur de la tentation séparatiste dans la région catalane.


catalogne Paru dans leJDD

Un référendum est organisé pour prouver l'envie d'indépendance de la Catalogne. (Reuters)

Samedi, sur la place du marché de la petite ville de Ripoll, située au pied des Pyrénées, un seul thème occupe les conversations: le "référendum" sur l’indépendance de la Catalogne. Il a lieu dimanche dans cette bourgade de 11 000 habitants, mais aussi dans 160 villes de la région, représentant un peu moins de 10% des 7,5 millions de Catalans. Ils devront dire s’ils sont "favorables à ce que la Catalogne soit un Etat souverain, social et démocratique, intégré dans l’Union européenne". Ce scrutin, organisé par des collectifs de villageois, est certes dépourvu de valeur juridique, mais il n’en prend pas moins une forte valeur symbolique dans une région farouchement attachée à ses particularismes.


"L’objectif du vote est de provoquer la classe politique pour qu’elle prenne en compte le sentiment de la population", assure la maire de Ripoll, Teresa Jorda, du parti indépendantiste Esquerra Republicana. Ici comme dans la grande majorité des villes organisatrices du référendum, le "oui" a de fortes chances de l’emporter. Pour les indépendantistes, le succès du référendum dépendra du taux de participation. Mais, à Ripoll, la plupart des habitants a bien l’intention d’aller voter. "Vous êtes ici dans le berceau de la Catalogne, alors les gens vont se mobiliser", lance la maire, en désignant le tombeau du supposé premier roi catalan, fondateur de la nation catalane.


Dans la petite ville, il n’est pas question d’être identifié au royaume d’Espagne. Et l’un des moyens les plus efficaces pour affirmer cette différence est l’usage de la langue catalane. Dans les rues de Ripoll, le castillan est quasiment inexistant: enseignes des boutiques, menus dans les restaurants, panneaux indicateurs, tout est en catalan. "Nous nous sommes battus durant des siècles pour maintenir notre culture et préserver notre langue. Durant la dictature, on devait pratiquer le catalan dans la clandestinité pour qu’il ne se perde pas", argumente la maire. Ces derniers mois, les Catalans ont l’impression d’être à nouveau menacés par le pouvoir central. Ils sont suspendus à la décision de la justice espagnole qui pourrait revenir sur des articles clés de leur statut d’autonomie, notamment celui concernant le caractère obligatoire de la langue catalane. Une perspective jugée ici "inacceptable".

"Le catalan est une langue en danger"

Au lycée Santa Maria de Ripoll, élèves et professeurs sont sur le pied de guerre pour défendre leur identité catalane. "Le catalan est une langue en danger, car il y a une forte influence du castillan dans la vie de tous les jours à travers les médias, mais aussi à cause d’une législation trop molle", commente le professeur de lettres catalanes, Maria Rose Fernandez. Et pourtant, l’espagnol n’est enseigné que deux heures par semaine, moins que l’anglais. Jordi, 18 ans, exprime dans un castillan hésitant son refus d’appartenir à l’Espagne: "Je suis né ici, ma langue c’est le catalan et je demande la liberté pour ma nation…"


Pour le politologue Josep Ramoneda, cette réaction de la société catalane était prévisible: "Les Catalans ont l’impression d’être la vache à lait de l’Espagne depuis trente ans sans jamais rien obtenir en échange." La question économique exacerbe en effet les relations entre Madrid et Barcelone. La Catalogne, prospère région d’Espagne, ne cesse de réclamer plus de compétences administratives au gouvernement central, alors qu’elle bénéficie déjà d’une ample autonomie (gouvernement, éducation, police). Avec la tenue du référendum, les partis politiques vont pouvoir évaluer l’ampleur du phénomène indépendantiste en prévision des élections régionales de l’automne prochain.

 

Enfin, pour montrer la puissance du sentiment national:

 

 

Résultats: 
Nos camarades ne n'ont pas eu 1% et ne sont pas dans ce tableau.
CIU représente les classes moyennes et supérieures nationalistes.
Le PP est le parti la droite centraliste.
Le PSC est partagé entre son catalanisme et son allégeance social-libérale au PS à Madrid.
Les indépendantistes de gauche "ERC" sont le courant historique "bourgeois" de la Generalitat pendant la guerre civile, alors allié au PC (Psuc) contre la CNT et le Poum. Actuellement il a rajeunit son discours, mais a perdu la moitié de ses sièges. On lui reproche, côté nationaliste, d'avoir soutenu un président socialiste "andalou". Le niveau! C'est eux "le vote utile" nationaliste de gauche".
ICV-EUiA est issu des diverses recompositions du PSUC, le défunt grand PC catalan.
Elections 2006
Parti Voix  % +/- Sièges +/-
CiU 935 756 31,52% +1,58 48 +2
PSC 796 173 26,82% -4,34 37 -5
ERC 416 355 14,03% -2,31 21 -2
PPC 316 222 10,65% -1,24 14 -1
ICV/EUiA 282 693 9,62% +2,44 12 +3
C's 89 840 3,03% +3,03% 3 +3
Autres 71 251 2,40% - - -
Total (participation 56,04%) 2 908 290 100% n/a 135 n/a

 

    Escaños %Votos
2010
CiU (droite nationaliste)
62 38.47
PSC-PSOE 28 18.32
P.P.(droite espagnole)
18 12.33
ICV-EUiA (Pc-Verts) 10 7.39
ERC/ESQUERRA (gauche indépendantiste)
10 7.00
C's 3 3.40
SI
Partager cet article
Repost0

commentaires

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg