Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 13:28

arton1827-5a50a


En cette fin de mois d'août, le patronat et le gouvernement espagnols peaufinent la réforme du droit du travail dont les institutions parlementaires nationales doivent confirmer l'adoption et préciser les modalités d'application au cours des deux premières semaines de septembre.

Actuellement le Sénat fignole certains amendements avec la volonté affichée de satisfaire un patronat désireux d'avoir les mains toujours plus libres pour supprimer des emplois et réduire le coût du travail. Quant au gouvernement, peu soucieux d'apparaître comme s'inclinant devant les pressions de la droite, il s'en prend aux chômeurs en fin de droit qui s'étaient vu pourtant, il y a peu, allouer une allocation de 426 euros par mois. Les travailleurs qui ont entre 30 et 45 ans et n'ont pas de charge de famille ne pourraient plus en bénéficier car, prétend le gouvernement, il est estimé que ces chômeurs ont l'âge et la disponibilité pour trouver un emploi ou une formation.

Avec un taux constant de 20 % de chômeurs, l'Espagne dirigée par le gouvernement du socialiste José Luis Zapatero continue à être le champion d'Europe de l'Ouest du chômage. La réforme « laborale » en cours d'adoption, qui remet en cause certaines garanties protégeant les salariés, est faite pour permettre au patronat de licencier plus facilement et à moindre coût.

 

En effet, la généralisation d'un nouveau type de contrat à durée indéterminée, donnant droit à des indemnités de licenciements inférieures à celles qui existaient jusqu'à présent, correspond aux souhaits des chefs d'entreprise. Et comme les allocations seront par ailleurs réduites, il est inévitable que la situation de nombreuses familles des classes populaires se dégrade dramatiquement.

Par ailleurs d'autres modalités de la future législation introduisent encore davantage de flexibilité horaire dans les entreprises. Il est prévu que la possibilité de bénéficier des indemnités de chômage soit assortie de conditions plus tracassières visant à obliger les chômeurs à accepter n'importe quel emploi, n'importe où, s'il ne veut pas perdre son maigre revenu.

Cette réforme, déjà acceptée pour l'essentiel par une commission parlementaire, débattue par le Sénat et bientôt soumise au vote du Parlement a soulevé à juste titre de l'inquiétude et de la colère. Elle va de pair avec d'autres mesures d'austérité - déjà appliquées - comme celles visant à réduire les salaires des fonctionnaires. Sans compter les réductions des pensions de retraites encore à définir.

Les dirigeants des deux principales centrales syndicales Commissions Ouvrières (CCOO) et UGT, qui jusque-là avaient montré leur solidarité politique avec le gouvernement de Zapatero, ont décidé d'organiser, le 29 septembre, dans le cadre d'une journée d'action à l'échelle de l'Europe pour la défense des travailleurs, une journée de grève générale, la première depuis la venue au pouvoir de Zapatero.

 

D'autres organisations syndicales moins importantes, comme la CGT et la CNT liées à la mouvance anarchiste, se joignent à cet appel. Le mécontentement et l'inquiétude sont largement partagés parmi les travailleurs, ceux qui ont un emploi comme ceux qui sont au chômage. Des réactions ont eu lieu, et des luttes ont été menées ça et là. Grève dans les transports publics, à Séville ou celle dans le métro à Madrid il y a peu. Mais les réactions sont encore dispersées, au coup par coup. Il est à l'ordre du jour que se développe l'idée d'une riposte d'ensemble des travailleurs.

Le 29 septembre doit être le premier pas vers une réaction de l'ensemble du monde du travail en Espagne.

Henriette MAUTHEY

 

Note du Blog: Lutte Ouvrière ne connaît que CCOO (Commissions Ouvrières) dont la direction est au PS n'en déplaise à ceux qui croient encore que c'est un syndicat "communiste" et UGT. La CNT n'est qu'une petite organistion anarchiste orthodoxe voire conservatrice. Mais dire que la CGT fait partie de la "mouvance anarchiste" c'est faux. Malgré ses couleurs rouge et noire, c'est une syndicat anticapitaliste, ouvert à tous les anticapitalistes, et qui joue un peu le rôle de "Solidaires" chez nous, avec le syndicat enseignant STEs-Intersyndical (genre de FSU).

Partager cet article
Repost0

commentaires

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg