Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 09:45

Alrededordelfuego Castelao

 

9 avril 2010  

 

À eux deux, ils pèsent 35 ans à la direction de Kendalc'h Bretagne. Deux Morbihannais, Jean Guého l'ancien et Mathieu Lamour l'actuel, qui s'investissent pour tirer la danse bretonne vers le haut. Symbole de cette vitalité : dimanche, à Vannes, ils seront 1.200 en costume traditionnel, pour fêter les 60 ans de la confédération.



Kendalc'h, War'l leur: pourquoi y a-t-il deux confédérations de danseurs en Bretagne?

 
Au départ, Kendalc'h regroupait tout le monde, y compris les musiciens (bagadoù). Au fil des ans, le mouvement s'est développé et il y a eu des conflits que l'on peut trouver dans tous les milieux. Il y a eu une première scission: les musiciens sont partis, et ont volé de leurs propres ailes. Quelques groupes de danseurs, une petite dizaine, en ont fait de même et, dans les années 65, se sont fédérés dans une nouvelle association (War'l leur). Il n'y a pas de concurrence entre les deux, chacune travaille de son côté. Aujourd'hui, c'est un héritage qu'on assume. Ça a été la guéguerre un temps, ça ne l'est plus: les relations se sont apaisées.

Par rapport aux cercles celtiques, à quoi la confédérationsert-elle?

 
On est là pour danser, faire le spectacle. Mais aussi pour transmettre des valeurs bretonnes. Aujourd'hui, c'est plus facile de faire des choses car la culture bretonne est soutenue par les collectivités. Les élus la reconnaissent comme étant vivante et populaire, mais seulement depuis 1976 et la charte culturelle de Bretagne. On a des moyens pour travailler et tirer vers le haut. Cela passe par la formation et par les concours. Si le niveau a monté, c'est grâce à cela. On ne danse pas n'importe quoi, n'importe comment: il y a tout un travail sur les mises en scène.

Deux Morbihannais successivement pour diriger Kendalc'h. N'est-ce pas paradoxal?

 
La tendance à mettre en avant la Bigoudène est un cliché. La culture bretonne est aussi implantée à Rennes et au sud de la Loire que dans le Finistère. En Bretagne, il y a plusieurs dialectes mais la langue est aussi pure à Brignogan (29) qu'à Theix (56). C'est vrai qu'il y a plus de groupes dans le Finistère, que leurs costumes sont plus chatoyants, mais ce département n'a pas le monopole: l'année dernière, le champion était Guérande. Un groupe de Loire-Atlantique, tout un symbole.

Quels sont les enjeux pour demain?

 
Il reste des choses à construire. Une culture qui se fige, se meurt. On doit pousser les portes des scènes nationales: nous avons des spectacles qui n'ont pas grand-chose à envier à Riverdance par exemple. Mais nos groupes ne sont pas professionnels et il faut du temps pour pouvoir faire des tournées.

Comment combattre l'image désuète que certains ont de la culture bretonne?

 
Il faut casser la procession-costumes. Nous avons des groupes qui sont excellents sur scène. Mais ils ont du travail à faire pour les arts de rue, avec des costumes contemporains. Il faut s'ouvrir aussi: tous les ans, une vingtaine de groupes Kendalc'h partent à l'étranger. Prochainement, cinq vont faire une tournée de trois semaines au Mexique. On essaye d'envoyer les meilleurs du moment. La culture bretonne s'exporte bien.

  • Propos recueillispar Emmanuel Nen

Note: Voici ce que dit Wikipédia de Kendalc'h


La fédération Kendalc'h (« Maintenir ») est constituée fin 1950 à Quimper. Elle est présidée par le résistant Pierre Mocaër jusqu'à sa mort en 1961. Elle regroupe tous ceux qu'intéresse la culture bretonne. Polig Montjarret en fut le secrétaire général.

Elle ne prend quelque importance qu'à partir de 1956 du fait de l'appoint de la Jeunesse Étudiante Bretonne et de la Fondation Culturelle Bretonne, venues renforcer ses éléments initiaux (le Bleun Brug, Ar Falz, Bleimor et la Bodadeg ar Sonerion)

 

Re Note: On peut comprendre aussi "continuer", "prolonger". On peut apprécier l'eucuménisme, puisqu'il y a à la fois le Bleun Brug qui a eu comme chef l'Abbé Perrot, intégriste, mais qui va être une pépinière de militants et notables socialistes, Ar Falz, dominé par le PCF (chipé par l'Udb dans les années 70), la Fondation connue comme "Emgleo Breiz": PC et surtout PS, la JEB proche de l'UDB (crée en 1964) et le " nationalisme breton modéré ".

 

Wiki sur War 'l leur (sur l'aire - la cour de la ferme):

 

Histoire 

Elle a été créée en 1965-1967 à partir d'une scission de Kendalc'h : les Bodadeg ar Sonerien (BAS), menée par Polig Montjarret, ayant quitté la fédération Kendalc'h en 1965, certains cercles celtiques les suivirent.

Les musiciens ne sachant comment gérer ces groupes de danse, War 'l leur fut créé en 1967 afin de les organiser. Elle fut alors présidée par Paul Morin.

 

 

Pour approfondir:

 

Le troisième Emsav (1945 à nos jours)
Fin des années 1940 et années 1950 : la culture

Suite à la collaboration de la plupart des mouvements autonomistes bretons , le militantisme politique est condamné par l'opinion : L'expression « Breiz Atao » servait à désigner indistinctement les militants nationalistes bretons. L'expression « breiz atao mat da lao » (en français : « Breiz Atao, bon à tuer ») ne date pas de cette période (il s'agit d'une formule imaginée par le curé de Gouézec, à la fin des années 1920, qu'il faisait répéter à ses ouailles pour les pousser à s'en prendre aux « autonomistes »  ), mais cette expression sera reprise durant la guerre pour qualifier les collabos bretons  . L'engagement des militants bretons se fera donc sur le terrain de l’action culturelle :

Ce sont les lieux de rencontre, de réflexion, de recrutement pour les nationalistes. C'est par ce biais que vont être maintenus et transmis le nationalisme breton à une nouvelle génération au cours des années 1940 et 50. C'est aussi grâce à plusieurs dizaines d'anciens résistants  que des mouvements culturels puis politiques bretons (régionalistes notamment) sont lancés ou relancés en Bretagne et à Paris[. On note la création d'un mouvement politique en 1945, An Avel autour de Youen Olier

Parallèlement, le mouvement breton continue le travail entamé avant-guerre dans le domaine de la langue et de la littérature et crée de nombreuses revues bretonnantes, dont la revue littéraire Al Liamm, continuateur de Gwalarn.

Á l'initiative de l'État, Pierre-Jakez Hélias, Pierre Trépos, et Charles Le Gall recréent des émissions de radio, puis de télévision à partir de 1964, en breton populaire. D'abord de quelques minutes hebdomadaires, ils mènent une véritable « guerre d'usure » contre l'ORTF pour obtenir l'allongement minute par minute de la durée de ces émissions.

 

Note du blogueur : Il faut pourtant nier cette belle unanimité. Les affrontements idéologiques ( avec comme prétexte ou instrumentalisation l'orthographe, sont  violents -verbalement ). Le camp résistant, pro-résistance, progressiste, pro-unité nationale française, avec y compris des religieux, s'oppose d'abord et surtout aux tenants de l'orthographe "ZH" (issue d'un ordre nazi de 1941) , et au-delà aux religieux intégristes, ésotéristes, nationalistes politiques, qui, fachos ou pas défendent "indéfectiblement" (comme aujourd'hui) la mémoire de leurs "militants" de 1940 45.

 

et une contribution de lecteur du Télégramme :

 

DWRDAN
réflexions d'un ancien Penn Soner!

 
ouais! ouais ! tout çà finit par la normatisation de la culture spécifique au terroir armoricain dans le monde celtique - le stéréotype et le cliché, calqués sur l'approche mondialisée musicalement et chorégraphiquement correcte ! la compétition INCONTOURNABLE inter-groupes, va vite déboucher sur la compétitivité à but de virtuosité à tout craint, à l'instar du monde économique globalisé dont on subit les ravages!


Bref ! pas de fédé, c'est aussi bien pour de petits cercles et bagadoù amateurs et libres, mais qui contentent régulièrement leur public aimant la musique ou la danse -bretonne ou autre- mais non formatée, VRAIE, sincère," tradi" et venant du coeur plus que du cérébral nivelé; - "L'ennui naquit un jour de l'uniformité!"- dit le poète ! ... à méditer !...

 


Partager cet article
Repost0

commentaires

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg