Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 12:46
 *

ENTRETIEN | Deux ans après la catastrophe au Japon, nous avons rencontré Kenichi Watanabe, réalisateur du documentaire “Le Monde après Fukushima”, diffusé le mardi 5 mars 2013 sur Arte. [Ce documentaire reste visible sur le site d’Arte pendant une semaine encore.] Documentariste et réalisateur d’origine japonaise, Kenichi Watanabe explore depuis 2009 l’histoire secrète du Japon d’après guerre dans de beaux films engagés et très documentés. Après Le Japon, l’empereur et l’armée, et La Face cachée de Hiroshima (2011), où il revenait notamment sur les secrets et mensonges longtemps entretenus autour de l’irradiation des populations d’Hiroshima et Nagasaki, c’est fort logiquement qu’il s’est penché, dans Le Monde après Fukushima, sur les conséquences de la catastrophe qui a dévasté le Nord du Japon en mars 2011.En tant que producteur, il prépare actuellement deux films, l’un sur le nucléaire français, Au nom de l’atome, pour France 3, l’autre sur une approche scientifique des effets de la radioactivité, Fukushima : laboratoire à ciel ouvert, pour France 5.

*

Sophie Bourdais – Dans La Face cachée de Hiroshima, vous établissiez d’emblée un lien entre l’explosion des deux bombes nucléaires à Hiroshima et Nagasaki et celle de la centrale nucléaire de Fukushima, dont les conséquences sont au centre du Monde après Fukushima. Jusqu’à quel point ces deux films sont-ils liés ?

*

Kenichi Watanabe – La centrale de Fukushima a explosé alors que je préparais mon documentaire La Face cachée de Hiroshima. Je voulais traiter de l’effet des radiations sur le corps humain pendant et après la fabrication de la bombe, et le tournage à Hiroshima devait commencer le 15 mars 2011. J’ai débarqué au Japon le 10 mars. Le 11 mars, la terre tremblait ! J’ai annulé le tournage, et j’ai vécu une semaine sur place, à Tokyo, au moment du séisme, du tsunami et de l’explosion de la centrale, les journées les plus noires, les plus graves, étant le 14 et le 15 mars.

“Il ne suffit pas d’un film pour en terminer avec Fukushima”

*

Les plus noires… que voulez-vous dire ?


Je parle des dysfonctionnement et du désordre qui ont atteint tous les centres de pouvoir. Le séisme est survenu un vendredi après-midi, les gens allaient partir en week-end. Samedi et dimanche, on recevait d’un côté les images diffusées par les grands médias, et, de l’autre côté, des informations complètement contradictoires arrivaient par Internet. On était complètement perturbés.


Il a fallu attendre lundi 14 mars pour obtenir une sorte de position officielle sur ce qui se passait. Ce jour-là, tous les transports publics étaient bloqués, les trains s’étaient arrêtés, les supermarchés n’étaient pas approvisionnés, et on ne pouvait pas accéder à Tokyo. C’était bizarre, parce que, selon les médias, les choses commençaient à s’arranger. Tout était bloqué, on se sentait contrôlé, mais par qui et pourquoi ? C’était la journée du doute, la journée noire du 14 mars, et tout le monde ressentait cette ambiance.


A 11 heures du matin, le deuxième réacteur de la centrale a explosé. J’avais rendez-vous à la NHK [la télévision publique japonaise, ndlr] à midi pour discuter du contenu du film sur Hiroshima, et là-bas non plus, personne ne pouvait me dire ce qui se passait. Maintenant on sait que ce n’était pas juste un ressenti, que cela s’est vraiment produit : le désastre administratif, la confusion, l’absence de l’Etat, sa quasi faillite.


L’idée originale du Monde après Fukushima, en accord avec Arte, c’était de témoigner de ces moments-là, avec une réflexion très subjective sur la civilisation, l’Etat moderne, le système industriel et nucléaire. J’ai essayé de rassembler des archives, et j’ai finalement renoncé, parce qu’on en a diffusé tellement, toujours les mêmes… Les utiliser pour parler de ce jour-là, c’est d’une portée limitée, et ça contribue à tout généraliser.


D’autre part, et c’est le plus important, quand j’ai fait les repérages, j’ai réalisé que les voix des témoins, des victimes, étaient beaucoup plus fortes que ma subjectivité personnelle. C’était elles qu’il fallait écouter. J’ai donc changé l’orientation du film, mais de toute façon, il ne suffit pas d’un film pour en terminer avec Fukushima, il reste une quantité d’angles à explorer. Depuis le 11 mars, je ne peux plus vivre sans penser à Fukushima !


Vous voulez dire qu’en tant que réalisateur, vous ne pouvez plus travailler sur un autre sujet ?


Oui. Même si je voulais moi-même sortir du nucléaire, faire autre chose, je ne peux pas, je me sens presque contraint de continuer. Fukushima, ce n’est pas théorique, c’est une question qui embrasse la totalité de notre civilisation, il faut trouver comment changer de point de vue sur ce qui fonde notre culture et notre civilisation. Ce film, c’est un point de départ, j’ai voulu y parler de la prise de conscience des victimes, nécessaire pour qu’elles puissent reprendre leur vie. Mais pour moi, le vrai travail commence.

 

* Télérama, 05/03/2013 à 00h00 : http://television.telerama.fr/telev...

*

Lire la suite


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg