Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 10:23

De plus en plus de Portugais entonnent l'hymne de la révolution des œillets en guise de protestation.

 

Comment une chanson enregistrée en France en 1971 est devenue le symbole de la résistance à l'oppression, hier de la dictature, aujourd'hui du marché. Tout a commencé le 17 mai 1964. La Société musicale Fraternité ouvrière de Grândola [ville située à une centaine de kilomètres au sud de Lisbonne] organise un concert à 22 heures dans sa salle des fêtes. José Afonso [plus connu sous le nom de Zeca Afonso] est annoncé en deuxième partie. Il est déjà considéré comme un "innovateur" : "Dans ses ballades transparaît la dimension poético-tragique de la sensibilité de notre peuple", peut-on lire dans le programme. Cette soirée dans l'Alentejo allait marquer le trentenaire José Afonso pour la vie. 

 

Un poème devenu chanson


Dans son livre José Afonso, le visage de l'utopie [paru en 1999 au Portugal], José Salvador cite une lettre qu'il écrit à ses parents, quelques jours après le concert. "Je leur ai offert une chanson composée la veille [Cantar alentejano], une sorte d'évocation de la terre d'Alentejo et de son symbole encore vivant dans la mémoire de l'homme du peuple : Catarina Eufémia, une paysanne de Baleizão tuée par les gendarmes [en 1954, à l'occasion d'une grève pour de meilleurs salaires] (...). Si un jour je dois quitter ce pays, c'est le souvenir de ces hommes que j'ai rencontrés à Grândola et dans d'autres lieux identiques qui me fera revenir."


Quelques jours après le concert, le responsable de la Société musicale reçoit par courrier un poème dédié à Grândola, écrit par Zeca Afonso. Ainsi était née Grândola, vila morena. Publié en 1967, le poème devient une chanson dans l'album Cantigas do Maio [Chansons de mai], sorti en 1971. Le producteur est José Mário Branco [un des plus célèbres chanteurs engagés contre la dictature] et l'enregistrement se fait à Hérouville [dans le Val-d'Oise]. C'est là que José Mário Branco a l'idée de transformer Grândola, vila morena en une chanson qui obéit à la structure traditionnelle du registre alentejano : chaque strophe est répétée en sens inverse. Une caractéristique qui peut embrouiller tous ceux qui aujourd'hui entonnent la chanson sans avoir au préalable bien regardé les paroles ou qui ne l'ont pas écoutée suffisamment...

 

Le signal de la révolution


Grândola n'avait pas été écrite pour être particulièrement révolutionnaire. Paradoxalement, c'est d'ailleurs pour cette raison-là qu'elle a conquis une place importante dans l'histoire du Portugal. José Afonso avait vu plusieurs de ses chansons interdites par la dictature [1926-1974], mais ce n'était pas le cas de Grândola. D'ailleurs, il la chante le 29 mars 1974 à l'occasion de la première Rencontre de la chanson portugaise à Lisbonne.

 

Ce jour-là, rares sont ceux qui savent que le processus révolutionnaire est en cours. Les militaires qui préparent la chute du régime sont confrontés à un problème : les communications du système militaire portugais ne sont pas suffisamment efficaces pour garantir un signal audible et fiable dans tout le pays. Le commandant Almada Contreiras, responsable des communications de la marine, avait lu un ouvrage sur le coup d'Etat de Pinochet du 11 septembre 1973 au Chili, qui racontait comment les mouvements de gauche avaient choisi comme signal l'émission de certaines chansons sur les ondes de stations de radio civiles. L'idée séduit les militaires portugais.

 

Ils choisissent de le faire le 25 avril à l'aube, dans l'émission Limite, sur Radio Renascença [qui appartient à l'Eglise]. Carlos Albino, un journaliste en délicatesse avec le régime, est en charge de la programmation musicale. Par prudence, la veille de la révolution des œillets, il achète l'album, de peur que celui de la radio ne soit rayé ou ne disparaisse. Aujourd'hui, Carlos Albino est conscient du fait que Grândola est "devenue un symbole national de libération face à l'oppression, mais également de participation et de maturité citoyennes en démocratie".  

 

ENGAGEMENT  Un monument de la chanson

José Afonso (1929-1987), est l'une des figures les plus marquantes de la chanson portugaise engagée. Il débute sa carrière comme chanteur de fado à Coimbra avant de privilégier les ballades pour évoquer la terre, les traditions, la résistance du peuple. Devenu professeur, il enseigne au Mozambique puis au Portugal, avant d'être expulsé de l'éducation nationale portugaise pour motifs politiques. Dans les cinq années précédant la chute du fascisme, il fait appel à la pédagogie du chant et de la parole pour éveiller les consciences et entretenir l'espoir d'un changement dans les villages, les quartiers populaires ou encore à l'étranger, parmi les immigrés.

 

José Afonso est emprisonné quelque temps dans la prision politique de Caxias. Après la Révolution des Œillets, il continue à arpenter le pays, tel un troubadour engagé, et se produit une dernière fois sur scène à Lisbonne en 1983. Auteur de quatorze albums, il repose au cimetière de la cité ouvrière de Setúbal et son souvenir reste vivace dans les cœurs de nombreux Portugais qui n'ont jamais oublié la première strophe de Grândola Vila Morena :

 

Grândola, ville brune

Terre de fraternité

Seul le peuple ordonne

En ton sein, ô cité

En ton sein, ô cité

Seul le peuple ordonne

Terre de fraternité

Grândola, ville brune

 

http://www.courrierinternational.com/article/2013/03/13/grandola-le-peuple-retrouve-la-voix

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg