Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 11:15

Réquisitionner un logement vide? Non, mais! Dans la rue comme tout le monde!

*

7 janvier 2013

*

Les forces de l'ordre sont intervenues à Rennes, dans la nuit de samedi à dimanche, pour empêcher l'installation, dans un bâtiment de l'État inoccupé, de militants de l'association «Un toit c'est un droit», qui accompagnaient des migrants.

*

Le groupe avait entrepris de s'installer dans les locaux de l'ancienne direction départementale des services vétérinaires, situés rue Antoine-Joly, non loin du centre hospitalier de Pontchaillou. La préfecture explique avoir été alertée de «cette tentative de pénétration» et avoir fait intervenir la police «pour bloquer l'entrée et les empêcher d'entrer». Seuls quelques personnes auraient réussi a s'introduire dans le bâtiment sans avoir le temps de s'y installer, selon la même source.
*
«Une expulsion illégale»
*
De son côté, l'association assure qu'un petit groupe était discrètement présent, depuis jeudi matin, dans les lieux et que l'arrivée d'un plus grand nombre de personnes samedi soir était destinée «à officialiser l'ouverture de la réquisition du bâtiment».

*

«Le local étant investi depuis plus de 48 heures, légalement l'expulsion ne peut se faire par la police sans l'intervention d'un juge», explique une militante qui dénonce «une expulsion illégale». Lors de l'opération de police, deux membres de l'association ont été interpellés puis laissés en liberté.
*

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/finistere/rennes-tentative-d-installation-d-un-squat-de-migrants-07-01-2013-1963889.php

* 

Rennes. Squat de migrants : « Pas une évacuation, mais un empêchement d’intrusion », selon la préfecture

*

Faits divers dimanche 06 janvier 2013
*

Dans la nuit de samedi à dimanche, peu après minuit, la police est intervenue dans l’ancien bâtiment des services vétérinaires et le laboratoire départemental d’analyse, situé 24, rue Antoine Joly à Rennes.

*

Un bâtiment d’Etat sans affectation depuis plusieurs mois, et que l’association « Un toit c’est un droit », scission du Dal 35, souhaitait réquisitionner pour loger des migrants.

*

Polémique : une intervention musclée ?

*

Entre les autorités et l’association, les avis divergent sur ce qui s’est passé cette nuit.

*

« Un toit c’est un droit » :

*

1) assure n’être intervenue que pour accompagner des migrants qui étaient déjà là depuis 48 heures ;

2) dénonce l’intervention musclée de la police « avec chiens et matraques » (deux militants de l’association ont été interpellés et placés en garde à vue avant d’être rapidement libérés) ;

3) jure que « les migrants étaient une centaine » ;

4) explique qu’il s’agissait de prouver que l’État dispose de « locaux, qui, aménagés, pourraient accueillir des migrants de façon plus économique qu’en louant des gîtes et des chambres d’hôtes ».


Tentative illégale d’intrusion selon la préfecture


La préfecture, elle, rétorque qu’« il ne s’agissait pas d’une évacuation, mais d’une intervention pour empêcher une tentative illégale d’intrusion. Ces gens sont arrivés avec la volonté de squatter une propriété dans laquelle ils n’étaient pas invités. »


Le secrétaire général de la préfecture, Claude Fleutiaux, présent sur place, dément que le bâtiment était occupé depuis 48 heures : « On le sait, car nous assurons une surveillance continue sur ces locaux. Une équipe de vigiles passe tous les jours et ce sont d’ailleurs eux qui nous ont alertés. »


Une cinquantaine ou une centaine de squatteurs ?


Toujours selon Claude Fleutiaux, les squatteurs étaient « une cinquantaine maximum », non pas une centaine. L’intervention de la police s’est faite « sans heurt ni violence ».


Enfin, le représentant de l’État repousse les arguments d’« Un toit c’est un droit » sur les bâtiments inoccupés de l’État qui pourraient accueillir des migrants : « Il ne faut pas agiter je ne sais quelle problématique qui n’existe pas. Nous n’étions pas cette nuit dans une situation de grand froid avec la nécessité de mettre des gens à l’abri. De toute façon, s’agissant de l’hébergement d’urgence, nous avons un système qui fonctionne bien. »

*

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Rennes.-Squat-de-migrants-Pas-une-evacuation-mais-un-empechement-d-intrusion-selon-la-prefecture_40823-2150301_actu.Htmlinklink

*

Commmentaire:

*

Que dire? Qu'il y a des logements vides? Que jamais ils ne mettront des pauvres dedans? Surtout pas avec la canicule de janvier en Bretagne.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg