Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Marie-Laure Guillou n’appartient à aucun syndicat ou mouvement politique. Pourtant, elle a été le maillon essentiel d’une première manche victorieuse pour les défenseurs de l’hôpital de Carhaix, dont le gouvernement souhaitait la fermeture de la maternité et du service de chirurgie. Jeune cadre hospitalier, Marie-Laure Guillou a jeté toutes ses forces dans la bataille. Mettant de côté les risques professionnels que cela pouvait provoquer, elle a lutté jusqu’à l’abandon du projet gouvernemental. Elle a accepté de répondre aux questions de Matthieu Guillemot.

Comment as-tu vécu cette lutte ?
Marie-Laure Guillou Je me suis investie dans le Comité de défense et de développement, un peu par hasard… Je souhaitais être présente, faire partie du conseil d’administration (CA) et me tenir informée de l’évolution de la situation, mais je ne souhaitais pas faire partie du bureau ou avoir une place clé. Le soir du vote du bureau, je me suis désignée volontaire, malgré mes craintes : un engagement demande un investissement important, ce que je ne pensais pas pouvoir offrir au comité, de par ma position de cadre de santé et mes contraintes familiales. Le bureau composé, les réunions ont commencé, le CA comprenant 90 personnes de tous horizons, sociaux et politiques. Cette diversité, au lieu de déstabiliser et de nuire aux décisions, a contribué à notre réussite. Je suis née à Carhaix, j’ai choisi de vivre à Carhaix ! J’avais la certitude que ce qui se passait était injuste. Je déteste l’injustice, alors je me suis lancée dans ce qui allait devenir une grande aventure. Mener un combat était nouveau pour moi. J’ai appris à côtoyer un nombre important de personnes, différentes mais complémentaires, et ce bel ensemble était d’une richesse que jamais je ne pensais trouver au sein du pays. L’union née de ce combat reste pour moi le plus beau symbole de cette réussite. Chacun avait son rôle au sein du comité (groupe action, comité de projet, élus et population). Les compétences et les spécificités individuelles ont permis ces manifestations incroyables, cette organisation toujours bien calculée. Alors que le temps passait, je pensais que la mobilisation allait s’essouffler, mais non, au contraire, de plus en plus de personnes rejoignaient le mouvement !


Selon toi, quels ont été les moments déterminants ?
M.-L. Guillou J’ai essayé de trouver un moment fort dans ce long et difficile combat. Je pense tout de même que les faits qui m’ont le plus marquée sont synonymes de colère pour l’un et de joie pour l’autre. Le premier est, bien sûr, l’expulsion musclée des locaux de l’agence régionale de l’hospitalisation (ARH), le 24 avril. Premier contact avec M. Perrin [directeur de l’ARH, NDLR] et les forces de l’ordre : début de notre long combat engendré par la violence que nous avons subie. Le deuxième événement le plus fort est l’annonce, par le président du tribunal administratif, de l’annulation de la suspension des activités de chirurgie et de la maternité. Moment de joie et de bonheur indescriptible et inattendu… Mais ce que je retiens de cette lutte, de ce combat contre cette injustice, est l’histoire humaine qui est née entre le comité, les élus, les soignants, la population et les usagers. Plus nous avancions, plus la population était présente. La réactivité et le nombre impressionnant de Centre-Bretons à nos rassemblements, souvent annoncés à la dernière minute, étaient exemplaires. C’est cette mobilisation qui m’a encouragée à poursuivre les actions au sein du comité, les moments de doute s’effaçant devant cette foule dense et motivée ! Notre union et notre attachement à notre centre hospitalier, à notre territoire, nous ont portés vers la victoire. C’est tous ensemble que nous avons gagné, grâce à notre résistance. Mille mercis à toutes les personnes qui nous ont soutenus, par leur présence, leurs dons et leurs lettres d’encouragements.

La première réunion avec M. Perrin s’est terminée à coups de matraques. Comment as-tu vécu ce moment ?
M.-L. Guillou Très mal. En tant que soignante, j’ai rencontré des situations de violence parfois difficiles, mais j’ai appris à gérer ces situations de crise par l’écoute et la parole. Être traités comme des hors-la-loi m’a fait un choc. Aucune sommation, une porte qui vole en éclats, une collègue blessée : je ne comprenais pas ce qui se passait, je me suis demandé ce que nous avions fait de mal, j’avais l’impression d’être une criminelle qui, deux minutes plus tôt, passait l’aspirateur dans les locaux que nous avions occupés. Que l’on m’explique notre violence ! Après échange avec les forces de l’ordre, il s’est avéré que M. Perrin leur avait demandé d’intervenir, parce que nous le retenions en otage ! Quelle insulte ! Nous lui avions même proposé de rentrer ! Il nous avait alors répondu qu’il était chez lui et qu’il restait. Il s’est fait livrer des DVD et une couette. Prêt à passer la nuit ? Quel bel acteur ! Bilan de cette journée : deux blessés, d’autres manifestantes matraquées. Le retour en car a été long et pénible, à l’image du combat qui nous attendait ! Ce jour-là, j’ai compris que le mouvement allait se durcir, que j’allais partager cette colère avec la population, et que cette
injustice ne serait pas sans conséquences. Mais j’étais loin d’imaginer la force de la rue et le nombre de manifestations qui allait en découler.

Aujourd’hui, la lutte de la rue a laissé la place à une lutte administrative. Comment vois-tu
l’avenir ? M.-L. Guillou  La lutte de la rue s’est simplement mise en « mode veille ». Aujourd’hui, le gros du travail revient au groupe projet. Nous savons que nous devons être bétons. Nos tutelles nous scrutent à la loupe et nous attendent peut-être au tournant. Nous devons être constructifs et professionnels, c’est la finalité de la lutte, ce pourquoi nous nous battions. Le résultat du tribunal administratif nous conforte dans notre projet, nous a redonné confiance en nous. Je trouve que nous sommes plus forts. L’hôpital de demain va ressembler à sa population : fort et combatif, ouvert à la communication. « Naître, vivre et se soigner au pays » n’est pas une utopie, c’est une réalité. Le pays est attaché à son hôpital, son territoire. Je suis certaine d’une chose : au moindre dérapage, au moindre signe de nos tutelles, la rue sera là, présente et déterminée. Ce combat n’est pas terminé. Le Comité de défense et de développement continue de se réunir, afin de communiquer les changements et les évolutions aux usagers. Cette « résistance », que nous avons su déployer rapidement et efficacement, sera longue à déconstruire ! Comme on dit chez nous : « Croire que l’on va se laisser faire, c’est mal nous connaître ! »

 

 


Un exemple à suivre pour une première victoire
de toute une population.

 


La fermeture des services de maternité et de chirurgie de l’hôpital de Carhaix (Finistère) a été suspendue par décision de justice. C’est une défaite pour le gouvernement, qui a voulu imposer la fermeture de services hospitaliers rendus vitaux par la situation géographique de la région de Carhaix, au centre de la Bretagne et éloignée des grandes agglomérations. Les habitants devaient être réorientés vers les hôpitaux de Brest, de Morlaix ou de Quimper, à une heure de route. Alors que les résultats des soins sont souvent liés à la rapidité de la prise en charge.


Le gouvernement a déployé toute l’armada sécuritaire en sa possession (gardes mobiles, CRS, hélicoptère, grenades offensives…) à l’encontre de manifestants pacifiques. Les femmes enceintes, les enfants, les retraités, les syndicalistes, les élus ont étés gazés, matraqués, piétinés. Ces méthodes n’ont pas eu l’effet escompté : la population s’est indignée
et le mouvement s’est élargi. « Sauver notre hôpital » est devenu « Sauver un territoire », un bras de fer d’une petite ville face à un État méprisant, autoritaire et violent.

Après chaque coup dur, interpellations, déclarations de l’agence régionale d’hospitalisation ou du député UMP, Christian Ménard, jugeant le plan Bachelot comme un « moindre mal », fleurissaient dans la presse du lendemain des communiqués de soutien venant de la France entière. Comme celui de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance (Anacr), disant appuyer « le juste combat que Carhaix mène pour sauver son hôpital. Résister doit toujours se conjuguer au présent ».

L’éclectisme des manifestants a été un atout majeur. Le « décloisonnement » social, générationnel, politique et syndical, bref, l’unité de lutte la plus large, a popularisé le combat. Les manifestations commençaient par un chant : « Carhaix, Carhaix, résistance ! » Une mobilisation massive, un combat unitaire, une détermination sans faille, une organisation intelligente ont eu raison d’une restructuration des hôpitaux à la Bachelot. Son but insidieux était de mettre un prix sur une naissance ou un acte chirurgical, un prix sur la vie. Une belle manche a été gagnée, mais il reste à gagner le match. En bons Bretons, la victoire doit d’abord être savourée avant de remettre le bleu de chauffe.

Tous ensemble, on peut gagner. Ce qui s’est passé à Carhaix doit servir à l’ensemble des combats sociaux
.

Pour tout contact : 06 59 71 42 21
Blog : npa29quimper.over-blog.fr

 

Partager cette page

Repost 0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg