Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 09:36

rom

*

Social vendredi 14 décembre 2012
*

Pour la journée des migrants mardi 18 décembre, le collectif de soutien aux sans-papiers du Trégor-Goëlo, appelle à un rassemblement devant la maire de Lannion, à 18 h 30.

*

« Ce n’est pas Noël pour tout le monde ! » rappelle Philippe Vital, porte-parole.

*

Dans le communiqué d’appel à la manif, la coordination régionale des collectifs de sans-papiers, dénonce « la poursuite d’une politique xénophobe d’État. […]

*

Les conditions d’accueil des étrangers ne permettent pas un accès satisfaisant au droit d’asile. »

*

Pour eux, la circulaire Valls va « maintenir dans la misère et le non-droit » des sans-papiers présents en France depuis des années.

*

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Lannion-manif-de-soutien-aux-sans-papiers-mardi-18_40805-2144284------22113-aud_actu.Htm

18 décembre 2012 : Journée Internationale des Migrants

La coordination régionale Bretagne-Pays de Loire solidaire des personnes immigrées dénonce la poursuite d’une politique xénophobe d’Etat.

Ce choix politique se vérifie en Bretagne et Pays de Loire :

  • Nous constatons que les conditions d’accueil des étrangers ne permettent pas un accès satisfaisant au droit d’asile.

  • Nous rencontrons tous les jours des personnes sans papiers, présentes en France depuis des années : elles espéraient leur régularisation.

La circulaire Valls va les maintenir dans la misère, le non droit, le travail clandestin, l’exploitation, la crainte des pratiques préfectorales arbitraires et violentes (rétentions, expulsions).

La circulaire Valls continue de créer des sans-papiers.La « crise » est une nouvelle fois le prétexte à la précarisation de toute la population, française et immigrée.

Exigeons ensemble

  • La régularisation de tous les sans papiers et l’arrêt des expulsions

  • La fermeture des Centres de Rétention Administrative

  • Le respect du droit d’asile

  • L’égalité des droits entre Français-e-s et étranger-e-s

  • La libre circulation et la libre installation

Rassemblement à Brest devant la sous préfecture
le mardi 18 décembre à 18h

avec lampe de poche, lampions, flambeaux, etc.
APPORTEZ VOS LUMIERES

*

En savoir plus :

- Texte de l'appel pour la Journée internationale des migrants du 18 décembre 2012 - Manifestons contre une politique européenne homicide et en faveur de profondes réformes en France

- Coordination régionale Bretagne-Pays de Loire solidaire des personnes immigrées

- Collectif brestois Casss-paPIERS  (Collectif d'Actions, de Soutien et de Solidarité avec les personnes Sans-Papiers)

Repost 0
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 09:20

vinci

*

15 décembre 2012 à 09h09

*

Le tribunal correctionnel de Nantes a condamné ce vendredi à trois mois de prison avec sursis une jeune femme, opposante à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, interpellée le 7 novembre sur une barricade de la zone.

*

Le tribunal n'a finalement retenu contre elle "qu'une accusation de participation à un attroupement après sommation des forces de l'ordre", a indiqué son avocat Me Stéphane Vallée.

*

La jeune femme a en outre été condamnée à une interdiction de séjour d'un an dans les communes touchées par la zone d'aménagement différé (Zad) du projet d'aéroport, où ont lieu, depuis le début des tentatives d'expulsion des opposants à la mi-octobre, des affrontements épisodiques avec les forces de l'ordre.

*

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/nantes/notre-dame-des-landes-trois-mois-avec-sursis-pour-une-militante-anti-aeroport-15-12-2012-1944443.php

Trois mois de prison avec sursis pour une militante anti-aéroport

Justice vendredi 14 décembre 2012
*

Une femme de 35 ans vient d’être condamnée par le tribunal correctionnel de Nantes, en comparution immédiate, à trois mois de prison avec sursis pour des jets de projectiles sur un gendarme et pour participation à un attroupement.


Licenciée en langue et histoire de l’art, cette ouvrière agricole du sud de la France a rejoint la lutte anti-aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Le 7 novembre, elle a été interpellée au petit matin alors que les gendarmes s’employaient à détruire des barricades face à un groupe d’opposants au projet. Un haut-gradé de la gendarmerie a assuré qu’elle avait jeté des pierres en sa direction. Elle le conteste fermement et son avocat a plaidé la relaxe.


Le tribunal a finalement condamné la militante, au casier judiciaire vierge, à trois mois de prison avec sursis, conformément aux réquisitions du procureur. Néanmoins, les juges ont rejeté la circonstance aggravante selon laquelle elle aurait été munie d’une fronde, puisque l’arme n’a pas été saisie. En outre, le tribunal a prononcé une interdiction de présence dans les six communes concernées par le projet d’aéroport.

* 

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Trois-mois-de-prison-avec-sursis-pour-une-militante-anti-aeroport_40815-2144171_actu.Htm

Repost 0
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 09:04

pretend.jpg

 

Des larmes pour les enfants américains

et des bombes pour ceux du  Pakistan, Yemen, Libye, Afghanistan, Iraq et palestine!

Repost 0
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 08:46
Repost 0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 13:35

non aux depenses inutiles detail

*

Ces contrats vont probablement faire grincer quelques dents à Notre-Dame-des-Landes et ailleurs.

Alors que le bras de fer se poursuit sur la zone du projet d’aéroport, Jacques Auxiette, président PS de la région, a lancé mardi, en tant que président du syndicat mixte aéroportuaire, "des avis d’appel public à la concurrence pour des marchés d’actions de lobbying".


"Les médias sociaux"


La cible majeure de ces contrats est "les médias sociaux". La mission "portera sur l’élaboration d’une stratégie de lobbying auprès des institutionnels et du grand public afin de promouvoir la réalisation du futur aéroport", est-il stipulé sur le document que Presse Océan a consulté. Il s'agit aussi de bonifier "l’e-réputation de l’aéroport".

Le budget pourrait atteindre 120 000 € HT sur deux ans. Un autre contrat (jusqu’à 70 000 €) est dévolu aux relations presse au niveau national et européen.


"On assume"


"On assume, note t-on du côté du syndicat mixte aéroportuaire. On a du mal à faire entendre nos arguments. On réagit."

 

 Plus d'informations à lire ce vendredi dans Presse Océan

*

http://www.presseocean.fr/actualite/aeroport-des-marches-lances-pour-faire-du-lobbying-sur-les-reseaux-sociaux-14-12-2012-5384


Repost 0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 13:24

riches-copie-1.jpg

*

La Direction de PSA ose porter plainte contre les auteurs de prétendues dégradations dans les locaux du pôle tertiaire de Poissy.

 

Elle cherche à intimider, à empêcher l’expression de la colère légitime, à contraindre les salariés à la résignation face à son plan. C’est d’ailleurs une pratique courante des directions d’entreprises, publiques ou privées, de tenter de criminaliser la résistance sociale en poursuivant les militants, les syndicalistes, devant les tribunaux.

 

Avec 11 000 liquidations d'emplois Varin et la direction de PSA sont de véritables vandales sociaux qui n'hésitent pas à ruiner la vie de milliers de salariéEs.

 

Voilà ceux contre lesquels il faudrait porter plainte. Mais le gouvernement laisse faire. Il ne s’affronte pas avec ce patronat licencieur et il n'a toujours pas pris de loi d'amnistie en faveurs des militants syndicalistes, associatifs sanctionnés, discriminées, condamnés sous les gouvernements Sarkozy, ce qui serait un encouragement pour toutes celles et ceux qui luttent.

 

Le NPA réaffirme sa solidarité inconditionnelle avec ceux qui défendent leur droit à l'existence contre ceux qui nous plongent dans la misère pour préserver leurs profits.

Repost 0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 13:15

 

 

En septembre, Vincent Peillon annonçait le recrutement de 43 000 enseignants sur 2 ans comme gage de la volonté du gouvernement de créer 60 000 postes dans l'éducation nationale.

 

Pourtant ces 43 000 recrues compenseront tout juste les 40 000 départs en retraites prévus. Cela signifie que la rentrée 2013 se fera avec moins de postes que la rentrée 2011, la dernière avant le changement de gouvernement. Ces 60 000 postes promis sont donc toujours 60000 promesses... et seulement des promesses.


Le projet de loi sur l'école, publié le 6 décembre, se situe dans la continuité des politiques menées par Sarkozy.

 

Globalement, Vincent Peillon valide les politiques de la droite (réformes des lycées, démantèlement des RASED, personnalisation de l'échec scolaire, individualisation des programmes avec le socle commun, asphyxie de l'éducation prioritaire...)


Par ailleurs, les changements concrets apportés par le projet sont bien éloignés de l'épanouissement des élèves annoncé par le ministre :


- L'entrée des entreprises dans les dispositifs pédagogiques est actée avec leur participation à la "découverte du monde professionnel" instituée dès la 6ème. La régionalisation de l'orientation vise à l'adaptation des parcours scolaires aux besoins en main d'oeuvre des entreprises locales.


- Le projet de loi préfigure une décentralisation de l'éducation avec le développement de "projets éducatifs territoriaux" et annonce des inégalités croissantes.


- La réforme des rythmes scolaires telle qu'elle est annoncée provoquera une dégradation des conditions de travail des enseignants. Et dans la situation actuelle d'épuisement des personnels confrontés à des difficultés croissantes, cela ne peut avoir que des effets négatifs sur la qualité de l'enseignement proposé aux élèves.


Le retour des Ecole de formation et de la décharge horaire pour les stagiaires améliorera l'entrée dans l'enseignement des jeunes profs qui est depuis 3 ans une véritable catastrophe.

 

Pourtant cela ne suffira pas à améliorer les conditions de travail des personnels et des élèves : pour cela il faudra commencer par rétablir tous les postes (RASED compris) supprimés depuis 10 ans, baisser le temps de travail des personnels, baisser le nombre d'élèves par classe.


Cela passe également par l'augmentation des salaires de tous. Et là encore Vincent Peillon se moque de son monde quand il prétend négocier des augmentations de salaires, avant de rajouter qu'il faudra aussi penser à faire travailler les enseignants 50 % de plus. Travailler plus pour gagner plus. Hollande et Peillon sont bien dans la continuité des gouvernements précédents.

Repost 0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 13:06
Repost 0
NPA QUIMPER - dans LGBT
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 12:18
GRS
*

Le MRAP condamne avec vigueur l’acharnement judiciaire dont est victime depuis le début Régine Delphin.

*

Jeune guadeloupéenne, déléguée syndicale, poursuivie pour des propos tenus en créole lors d’un meeting en 2009 dans lequel elle dénonçait le système de domination des békés, elle comparaîtra pour la 4ème fois devant un tribunal, cette fois-ci devant la cour d’appel de Fort de France, après l’annulation par la cour de cassation des dispositions de l’arrêt de la cour d’appel de Pointe-à-Pitre.
*
Pour le MRAP, cette obstination dans les poursuites, alors que Régine Delphin pouvait bénéficier d’un non-lieu, entre dans le cadre d’une répression féroce exercée contre un mouvement syndical qui, particulièrement depuis les manifestations et grèves contre la « profitation » en 2009 , ose dénoncer l’ordre colonial qui règne aux Antilles.
*
Paris, le 13 décembre 2012

*

http://www.mrap.fr/contre-le-racisme-sous-toutes-ses-formes/non-a-la-repression-syndicale-a-la-guadeloupe


Repost 0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 11:50

wayneprice_2.jpg

par Mathias Reymond, le 13 décembre 2012

*

Entonné par quelques chroniqueurs semblables et interchangeables, le sermon matinal à la gloire du marché ne connaît pas de frontières sur les ondes.

 

Au sortir du lit ou encore sous la couette, à l’écoute de France Inter ou d’Europe 1, de RTL ou de RMC, dès qu’il est question d’économie, l’auditeur a toujours droit à la même sonnerie de réveil.

*

En décembre 1999, Serge Halimi rédigeait un article paru dans Le Monde diplomatique et disponible ici même – « Lancinante petite musique des chroniques économiques » – dans lequel il était question du discours uniforme diffusé sur les ondes radiophoniques. Les éditorialistes économiques de l’époque – Jean-Marc Sylvestre pour France Inter, Nicolas Beytout pour RTL ( "muté" sur France Inter, le lundi 8h30 , note du Blog)  ou Jacques Barraux pour Radio Classique – partageaient à peu près les mêmes opinions et vantaient de concert ou à tour de rôle (selon l’heure de diffusion) les atouts du marché et de la mondialisation. Depuis, beaucoup de choses ont changé. Croit-on…

 

« La France est droguée à la dépense publique »


Les radios se ressemblent... Les 14 et 15 novembre, les chroniqueurs économiques des radios généralistes se sont donné le mot après le discours très libéral de François Hollande : pour eux, c’est un premier pas, mais ce n’est pas assez ! Ainsi, Christian Menanteau, sur RTL (le 15 novembre), revient sur l’annonce faite par le chef de l’État de réduire de 12 milliards d’euros par an les dépenses publiques pendant cinq années : « Ça peut vous paraître dérisoire, puisque ça ne fait qu’1 % de ces fameux 1 100 milliards de dépenses publiques annuelles. En réalité, c’est un Himalaya, tout simplement parce que la France est droguée à la dépense publique. Nous en sommes les champions d’Europe, et toute notre organisation économique et sociale est régie par le toujours plus. »


Plus aimable, Nicolas Doze, sur RMC (le 14 novembre), encourage le Président : « Moi, aujourd’hui, je lui mets 16/20, à François Hollande. » Alors qu’Axel de Tarlé, sur Europe 1, applaudit froidement : « On assiste au tournant social-libéral qu’on a connu en Europe du Nord. […] Côté mesures, on reste sur notre faim. On ne sait pas comment on va baisser la dépense publique. Maintenant que ce virage social-libéral est pris, il faut lui donner de la puissance. Accélérer. »

 

Mais Tarlé sait reconnaître la vraie valeur des choses, et il se rattrape dans Le Journal du dimanche (le 18 novembre) : « Plutôt que de soutenir le consommateur et la demande, il faut soutenir les producteurs, c’est le socialisme de “l’offre” [sic]. Le virage “social-libéral” est pris, reste maintenant à prendre de la vitesse. La tâche est historique : il faut sauver la France, l’euro, l’Europe. Bonne chance, monsieur le Président. » Même soutien sur France info, quelques semaines plus tôt, avec Emmanuel Cugny : « On a vraiment envie de dire ce matin au Premier ministre : allez-y, monsieur Ayrault, foncez, c’est maintenant ou jamais. » (le 6 novembre).

 

À entendre les petites allocutions matinales des chroniqueurs économiques, il est urgent de réduire massivement les dépenses publiques. Dominique Seux (le 22 novembre) explique que « si la croissance reste faible, et comme le bouton “Impôts” est enfoncé au maximum, c’est du côté des 1 200 milliards de dépenses qu’il faudra regarder. » On a compris.

 

« C’est la Grèce qui nous attend. »


Les radios se ressemblent... et les matinées aussi. Le 20 novembre, les mêmes chroniqueurs s’émeuvent collectivement de la dégradation de la note de la France par l’agence Moody’s. Les commentaires sont identiques, et les conclusions, interchangeables. Pour Tarlé, sur Europe 1, la perte du triple A est « une sanction de vingt ans de dérives. […] On comprend le message : la France doit maintenant agir, libérer son économie, c’est tout ce qu’on rabâche depuis des années sur la souplesse, le coût du travail. Maintenant, il faut y aller franchement, sinon c’est la Grèce qui nous attend. »


Sur France Inter, Seux ne dit pas autre chose :

 

« La décision de Moody’s va obliger la France à bouger, à s’adapter. Sont pointées la perte de compétitivité de notre économie, les rigidités du marché du travail et des biens et services, la situation budgétaire et, c’est le plus important, notre incapacité à tenir nos promesses dans la durée, à nous réformer.  » Et d’ajouter : « Le gouvernement commence à agir, Moody’s le dit, mais, on le sait, on le dit, on voit bien que le plan de compétitivité de la semaine dernière ne peut être qu’un début, pas une fin. »


Et dans un langage moins châtié, Menanteau, sur RTL, se laisse aller :  

 

« si nous ne voulons pas descendre d’un étage supplémentaire – puisque nous sommes encore sous revue négative – il va falloir entrer dans le dur, être plus sérieux, accélérer les réformes et les compléter avec plus de rigueur. L’addition, dites-vous, est à venir. » Le ton est péremptoire, et les chroniqueurs l’affirment avec aplomb : le salut de la France ne viendra qu’avec plus de « compétitivité ». C’est Menanteau qui le dit : « la compétitivité, c’est la clé. Et les rigidités, aussi, du marché du travail. » (RTL, le 20 novembre)

 

Mais la compétitivité n’est pas la seule clé pour ouvrir la porte du paradis libéral.

 

En effet, le chroniqueur de RTL suggère de s’attaquer au code du travail, car « il est devenu tellement complexe et éloigné des réalités économiques qu’il exclut de facto tous ceux qui veulent y entrer.  » (le 29 novembre). Pour lui, l’idéal est à chercher du côté des montagnes helvètes : « Le code du travail, c’est 3 400 pages en mouvement perpétuel. En Suisse, où 250 000 Français travaillent – et, je crois, dans de bonnes conditions –, le code du travail fait 75 pages. » De là à dire que le paradis se trouve sur les sommets des Alpes...

 

Enfin, si l’Allemagne est toujours un inaccessible modèle, ils vouent aussi une admiration sans limites à Mario Monti et à ses méthodes :  

 

« Sa façon d’agir, explique Seux, est un modèle du genre, réformer sans asphyxier. Disparue l’image rigide qu’il avait quand il était commissaire à la Concurrence à Bruxelles. Mario Monti a lancé deux réformes-clés : celle des retraites et celle du marché du travail. » (France Inter, le 27 novembre)

 

En bref et pour résumer la pensée matinale des journalistes économiques – il suffit de citer Menanteau, sur RTL –, « il y a des emplois non pourvus sur le marché du travail français. Il y a plusieurs verrous : la faible compétitivité globale de l’économie française, l’inefficacité de nos dépenses publiques, mais surtout, surtout, l’état de notre marché du travail, qui marche sur la tête. Nous avons le pire indice de flexibilité d’emploi des grands pays de l’OCDE. » (29 novembre).


Dominique Seux, Axel de Tarlé, Christian Menanteau, Nicolas Doze et consorts ont le droit de penser ce qu’ils pensent, et même de le dire.

 

Le problème – toujours le même –, c’est qu’ils pensent la même chose et qu’ils le disent un peu partout. Seux intervient dans Les Echos et sur France Inter, et les journalistes des Echos se retrouvent tous les matins sur Radio Classique. Tarlé, que l’on entend sur Europe 1, collabore aussi à d’autres médias de Lagardère (Paris Match et Le Journal du dimanche) et il anime également une émission sur France 5 (« C à dire ?! »). Chroniqueur sur RMC, Doze est présent sur BFMTV et BFM Business. Etc. Cette omniprésence de la pensée libérale laisse peu d’espace à des points de vue hétérodoxes, d’autant que les invités économiques des matinales demeurent toujours les mêmes (voir nos articles précédents à ce sujet, notamment le dernier en date, « Ces économistes qui monopolisent (toujours) les débats »).

 

Tous, éditorialistes appointés et experts cooptés, ont alors beau jeu de prôner la rigueur permanente et de vanter aux auditeurs les bienfaits de la saignée austéritaire qu’on leur inflige.

 

Ils bénéficient du même type de privilège que les marchés financiers dont ils redoutent tant les oukases, et dont ils se font les porte-parole dévoués face aux peuples rétifs et aux gouvernements trop peu diligents à leur goût : une irresponsabilité à peu près totale ! Quelles que soient leurs erreurs de jugement et d’analyse, sans cesse réitérées – et, surtout, quelles que soient les conséquences sociales et politiques de leurs préconisations : anémie démocratique ou paupérisation généralisée en Europe –, ils continuent de jouir de la même immunité médiatique.

*

http://www.acrimed.org/article3956.html

 

Repost 0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg