Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 09:08

aurore-brest-2.jpg

 

aurore-brest-3.jpg

 

aurore-brest-4.jpg

Repost 0
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 08:48

aurore e

Montreuil, le 14 novembre 2012


Chère camarade, chère amie,


Tout d’abord, nous t'apportons notre soutien et notre affection face à la répression dont tu es victime en raison de ton engagement pour la défense du Pays Basque pour son droit à décider et à vivre en paix. Il est grand temps que le peuple basque puisse décider de son avenir, il est grand temps que les Etats Espagnol et Français arrêtent de régler militairement un conflit politique qui ne trouvera de solution que par la voix politique.


Ironie de l’histoire c’est un gouvernement à majorité socialiste qui aura fait le choix de t’extrader et d’appliquer ce mandat d’arrêt européen que nous avons combattu et combattons ensemble.

 

C’est le même Hollande qui parlait de « clémence » en campagne électorale qui aujourd’hui envoie à une condamnation certaine une militante politique entre les bras de la répression d’Etat de « la audiencia nacional » qui plus est pour des faits non répréhensibles en France.


Mais il semblerait qu’il ne soit pas si facile de briser votre résistance et celles de vos militants, pour preuve cette lâcheté de la part de ceux qui t’ont extradée qui consiste à nier leur implication dans cette décision.

 

La quasi-unanimité des élus du Pays Basque Nord exige ta libération. La manifestation du 10 novembre à Bayonne pour exiger que tu sois libre et défendre les droits des « presos » a été une mobilisation historique. Plus de 14 000 personnes d’après la police, cela veut tout dire sur le succès de cette initiative. Ironie de l’histoire c’est peut-être la question basque qui va être la première grande crise de ce gouvernement Hollande-Ayrault.


Tu risques 12 ans de prison, et plusieurs années de préventive avant que ton procès n’ait lieu... nous ne pouvons trouver les mots pour exprimer la colère et l’injustice que nous ressentons. Mais saches que l’ensemble du NPA prend la mesure de l’attaque contre une militante politique, un parti, des idées, un combat.

 

Nous tenterons de participer à toutes les initiatives unitaires ou non au nord comme au sud des Pyrénées qui permettront de faire avancer ton combat pour le droit à décider du Pays Basque et obtenir ta libération comme celle de l'ensemble des presos.


Nous espérons que tu préserves, autant que possible, cette détermination calme et joyeuse que nous avions pu partager lors de notre dernière université d’été et ferons tout notre possible pour permettre que tu puisses participer à la prochaine en femme libre du Pays Basque.


Salutations anticapitalistes et révolutionnaires


Le comité exécutif du NPA

Repost 0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 15:01
Repost 0
NPA QUIMPER - dans NPA
commenter cet article
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 14:51

3-accords-FG-FASE-PC622.preview.jpg

Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 169 (09/11/12)

 

Après les votes de ses élus au Sénat contre le texte sur l’énergie et au Parlement contre le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, sans parler du Traité européen, le Front de Gauche et le Parti communiste sont soumis à de nombreuses interpellations. Sont-ils entrés dans l’opposition, y compris en ajoutant parfois leurs votes à ceux de la droite ?

 
Si on ne peut que se féliciter de ces votes, la réalité est malheureusement plus simple et c’est la présidente du groupe Front de gauche au Sénat Eliane Assasi qui l’explique dans l’Humanité du 2 novembre : « le gouvernement veut nous présenter dans une posture d’opposition, ce qui n’est pas du tout le cas… Nous sommes dans la majorité parlementaire, pas dans l’opposition » et d’expliquer ensuite qu’ils ne sont pas prêts à tout avaler : « Je demande qu’on nous entende, que les élus communistes qui ne sont pas dans l’opposition mais dans la majorité soient

entendus… ».


Equilibrisme politique


Ainsi se trouve bien résumé le positionnement du Front de Gauche, en tout cas du PC et du PG à savoir se faire respecter et reconnaître comme une force indispensable, et réussir à imposer au gouvernement des modifications de sa politique d’austérité de façon à répondre au mécontentement grandissant des électeurs du Front de Gauche, sans rompre pour autant avec le PS. Difficile exercice d’équilibriste pour des partis qui misent essentiellement sur les institutions et les élections mais dont la base privilégie les mobilisations sociales.


Difficile exercice aussi pour les quelques centaines de militants venus de différentes scissions de la LCR, du NPA ou du PCF et qui se sont efforcés le 17 octobre de regrouper un « troisième pilier » (la Gauche unitaire, Convergence et Alternative, la Gauche anticapitaliste et la FASE) dont le projet, explique Pierre-Francois Grond dans l’Humanité « ne se construit pas contre le PC et le PG et n’est pas fait pour être à la table des grands » mais « pour une plus grande ouverture du Front de Gauche »…


Nature du front


Ce débat sur le positionnement du FdG que le PC pense pouvoir trancher à son congrès en février s’accompagne aussi d’un débat conjoint sur la nature du Front qui jusqu’à présent est essentiellement un cartel d’organisations avec seulement deux formations significatives : le PC et le PG. Là encore, c’est le ni-ni qui l’emporte. Le PC ne veut pas disparaître en acceptant un mouvement qui ne serait composé que ­d’adhésions individuelles, ce que souhaiterait à terme le PG et toutes les petites formations issues du NPA.


Dans une tribune libre publiée par Mediapart le 26 octobre, trois dirigeants « inorganisés » du FdG, Janette Habel, Pierre Khalfa et Evelyne Sire-Marin, résument bien ­l’ambiguïté. Ils constatent les divergences sur l’attitude par rapport au gouvernement mais « si elles ne sont pas secondaires, elle sont compatibles au sein du FdG et ne doivent pas compromettre son developpement… le consensus est necessairement la règle ». Et de proposer néanmoins des adhésions individuelles tout en conservant au sommet la structure de cartel… car « il n’est ni possible ni souhaitable dans un horizon prévisible de transformer le FdG en un parti ».


Être dans l’opposition ou pas


Tous ces débats sont légitimes et sont liés entre eux mais tournent autour d’une question centrale : le Front de Gauche va-t-il être clairement dans l’opposition à la politique d’austérité et de répression qui ne fait que s’aggraver et que met en place le gouvernement Hollande, ou va-t-il continuer à tergiverser pour ne pas rompre ?


En ce qui nous concerne et plus que jamais, nous proposons au Front de Gauche, comme à toute la gauche sociale et politique, de résister dans l’unité à toute agression de la gauche comme de la droite (licenciements, expulsions, fermeture d’entreprises, répression policière, etc.) mais de plus, en s’appuyant sur ces mobilisations, nous proposons à toutes les forces politiques qui refusent de participer au gouvernement d’organiser une véritable opposition de gauche qui devrait définir les axes d’une politique alternative pour proposer un débouché politique aux mobilisations sociales.

 

Pour le moment, dans cette démarche unitaire, nous sommes encore isolés mais pas seuls, et nous ne lâcherons pas car il n’y a pas d’autre issue pour redonner espoir.


Alain Krivine

Repost 0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 14:39

humour+malades

 

Depuis le 12 novembre les médecins spécialistes des blocs opératoires (chirurgiens, anesthésistes) sont en grève, ainsi qu'une partie des internes en médecine.


Insatisfaits du résultats des négociations sur les dépassements d honoraire qui pourtant n'encadrent rien, puisque seuls des dépassements d'honoraires supérieurs a 250% pourraient éventuellement être sanctionnés, ce mouvement place au centre de ses revendications la liberté tarifaire, c'est à dire la possibilité de dépassements sans limite, restreignant ou interdisant l’accès aux soins à une partie des malades et la liberté d'installation qui aboutit à de véritables déserts sanitaires.


En se faisant ainsi les défenseurs d'une médecine faite pour les riches, les grévistes ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes si leur mouvement apparaît comme une grève de privilégiés défendant d'abord leurs privilèges.


Quant au mouvement des internes, il est le résultat d'un mécontentement justifié sur les conditions de travail, l’absence de respect de leur repos de sécurité, et la durée de temps de travail.


Les internes sont, à l’hôpital, du personnel taillable et corvéable à merci, avec des durée de garde inacceptables, pouvant représenter un risque pour la qualité et la sécurité des soins et contradictoires avec un bon déroulement de la formation, qui devrait pourtant être leur priorité.


Mais ces exigences légitimes sont hélas, dévoyées vers les revendications réactionnaires sur les dépassements d'honoraires et la liberté d’installation.


Les solutions sont à l'inverse, dans un service public hospitalier formant et rémunérant ses médecins et ses personnels en fonction de leur qualification et de leur responsabilité, financé par une Sécurité sociale assurant à tous la gratuite des soins.

Repost 0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 14:12

Haiti-Colera.jpg

Publié par Alencontre le 13 - novembre - 2012 Par Ashley Smith

L’ouragan Sandy a ravagé le New Jersey, New York et d’autres régions de la côte nord-est des Etats-Unis, détruisant des bâtiments et privant la population d’électricité et de services essentiels pendant des jours.

 

L’Etat capitaliste le plus avancé du monde a dû se démener pour faire face à cette urgence, mais s’est montré incapable de porter secours à beaucoup de gens de la classe travailleuse et des pauvres, livrés à eux-mêmes et à la générosité de leurs voisins.


Alors que le monde avait les yeux rivés sur les images de désolation de New York, les dégâts encore plus importants entraînés par Sandy à Haïti sont restés presque inaperçus.

 

Par chance, ce pays déjà éprouvé n’a pas été frappé de plein fouet, car l’ouragan en a seulement frôlé la partie sud. Cela a néanmoins suffi à détruire cette partie de Haïti.


Le pays s’était à peine remis du tremblement de terre de 2010, qui avait détruit une grande partie de la capitale Port-au-Prince, tuant près de 300 000 personnes, pauvres pour la plupart. Depuis lors, une série de tempêtes tropicales et d’ouragans, dont le plus récent a été Isaac, s’est acharnée sur les habitants démunis et a entravé la reconstruction du pays. Plus de 370 000 Haïtiens sont toujours bloqués dans des camps de réfugiés, vivant dans des tentes et des abris de fortune.


En 24 heures seulement, Sandy a déversé près de 70 centimètres cubes de pluie sur l’île, inondant les camps, détruisant les logements improvisés et jetant à nouveau près de 200 000 personnes à la rue. Seules 17 000 parmi elles ont reçu un abri d’urgence. Plus de 54 personnes sont mortes, 20 sont reportées disparues et on s’attend à trouver de nombreux autres cadavres lorsque le gouvernement et les associations d’aide auront pu atteindre les régions qui sont actuellement inaccessibles suite aux dommages occasionnés par l’ouragan.


Sandy a eu un effet particulièrement dévastateur sur le secteur agricole, détruisant près de 70% des récoltes dans le sud et tuant une grande partie du bétail.

 

Le directeur du Ministère de l’agriculture pour le Département du sud, Jean Debalio Jean-Jacques, a déclaré:  «Tout ce que les paysans avaient en réserve, les céréales, les tubercules – tout a été dévasté. Certains avaient déjà préparé leurs champs pour les cultures d’hiver, et ceux-ci ont été ravagés


S’il n’y a plus de récoltes à vendre, les paysans vont être appauvris, et la population urbaine dépendra encore plus des biens alimentaires importés, qui sont déjà très chers. Avant la tempête, les Haïtiens avaient participé à une vague de protestations contre la hausse des prix des denrées alimentaires dans le pays. Des experts ont prédit une augmentation du coût des biens alimentaires à l’échelle internationale, ce qui signifie que Haïti se dirige vers un état d’urgence sur le plan alimentaire.

 

Lire la suite

Repost 0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 13:25
Grève en Chine
13 novembre 2012
 

Le 18e congrès du Parti communiste chinois s'est réuni du 8 au 14 novembre 2012.

 

Il va renouveler les organes dirigeants : Xi Jinping, 59 ans, doit devenir le nouveau secrétaire général, avant qu’en mars 2013 l’Assemblée nationale populaire ne l’élise président de la République – et Li Keqiang, 57 ans, Premier ministre.


Le congrès a été précédé d’intenses luttes de fractions qui se sont soldées par la condamnation pour corruption et l’exclusion du Parti de Bo Xilai, patron de la municipalité autonome de Chongqing, dans le sud-ouest du pays. Il est difficile de juger de la portée réelle de ces déchirements fractionnels derrière le langage codé propre au PCC et alors que l’information reste soit censurée soit manipulée. Mais ils annoncent peut-être d’importantes fractures au sein de ladite « gauche » (néo)maoïste.


Les courants dits « maoïstes », nationalistes et opposés à des réformes néolibérales trop prononcées, opèrent au sein du régime.

 

Ils se réclamaient souvent du « modèle de Chongqing » garantissant (officiellement au moins) une plus grande protection sociale face au développement d’un capitalisme sauvage. Ils se sont cependant violemment divisés face à la chute de Bo Xilai et une partie d’entre eux déclarent maintenant ne plus vouloir s’aligner sur l’une ou l’autre des fractions du PCC, mais en appeler à une nouvelle révolution.


La question est d’importance.

 

Cependant, pour l’heure, aucun courant de la « gauche » du PCC n’a remis en cause les pouvoirs autoritaires du parti. Même s’ils s’élèvent contre des procès truqués qui frappent leurs proches, ils ne défendent toujours pas une séparation des pouvoirs politiques et judiciaires. Ils affichent une sensibilité sociale, mais ne rompent pas avec le modèle d’Etat hérité du maoïsme historique.


Le monopole du pouvoir dont bénéficie le PCC est certes par ailleurs remis en cause, ou pratiquement contesté, en particulier sur la Toile, avec des blogs qui peuvent connaître une immense popularité. Mais ces milieux – comme hier les promoteurs de Charte 08 – s’en tiennent généralement à l’exigence de droits démocratiques politiques, mais restent silencieux sur les droits démocratiques sociaux. Ils expriment plus les aspirations de nouvelles élites que les intérêts des secteurs surexploités de la population.


La fusion entre les aspirations démocratiques et le combat contre les inégalités de classes n’est semble-t-il pas encore réalisée par des courants politiques d’ampleur significative. Les élites et le régime gardent la main. Cependant, les résistances sociales se multiplient et commencent même à emporter des victoires revendicatives. Surtout, la corruption généralisée interdit au Parti et à l’Etat de gérer rationnellement (de leur point de vue) le développement du nouveau capitalisme chinois.


Le régime postmaoïste est né de la corruption – de la privatisation des biens sociaux –, elle fait partie de son ADN. Tous les discours moralisateurs de congrès n’y changeront rien. C’est bien le talon d’Achille du pouvoir.

ROUSSET Pierre

* Article écrit pour l’hebdomadaire « Tout est à nous » à paraître le 14 novembre 2012.

Repost 0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 13:21
laposte
BESANCENOT Olivier 13 novembre 2012
  

DÉCLARATION PUBLIQUE D’OLIVIER BESANCENOT SUR LA SITUATION A LA POSTE


HALTE AU HARCÈLEMENT ET AUX LICENCIEMENTS A LA POSTE !


Le 14 Novembre, Aurélien GRASSO, facteur à Guyancourt (Yvelines), militant syndicaliste, passera devant la CCP (Commission Consultative Paritaire) de La Poste, pour « prise de parole inadéquate ».

 

Il risque le licenciement pur et simple, comme d’autres postier(e)s de différents départements, pour des raisons similaires : protestation contre les « réorganisations » des centres de tri et des bureaux. Il s’agit, en fait, de délocalisations de bureaux de poste, d’alourdissement des tournées, au détriment des postiers et des usagers.


La situation à La Poste est telle que des postiers en arrivent parfois à se suicider, ne pouvant supporter le harcèlement quotidien dont ils sont l’objet.


L’unité de toutes les organisations syndicales, politiques et associatives du mouvement ouvrier est nécessaire pour défendre les postiers, le service public et l’exercice du droit syndical.


Le démantèlement des PTT a été initié par le ministre socialiste Paul QUILES en 1988/89 avec la création de France Télécom.

 

Depuis, la privatisation s’est poursuivie avec la création, notamment de la Banque Postale qui s’apprête à proposer des « crédits revolving », sources d’endettement majeur pour les familles.


Le NPA se prononce pour la renationalisation de La Poste et de France Télécom sous le contrôle des travailleurs et des usagers.


Les postiers et les usagers des Yvelines doivent soutenir Aurélien GRASSO et protester contre toutes les menaces qui pèsent sur les postiers et le service public, le 14 novembre à 13H30 devant le siège départemental de La Poste, 2 avenue de la gare à Montigny le Bretonneux (à côté de la gare de Saint Quentin en Yvelines).

 

Repost 0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 13:16

TEAN 169 UNE.preview

A l’occasion de sa première conférence de presse, Hollande devait, démontrer qu’il y avait bien un pilote dans l’avion.

 

Sur un ton qui se voulait solennel, il s’est attaché à donner de lui l’image du chef d’Etat, responsable, avec « hauteur et élévation » ! De la fausse humilité à l’autosatisfaction, beaucoup de baratin pour faire son propre éloge et promouvoir une politique répondant, aux seules exigences, du Medef !


Le rapport Gallois est devenu sa feuille de route.

 

« Le pacte de confiance », ce sont 20 milliards de cadeaux au patronat, 20 milliards que les salariéEs vont devoir payer, et ce dès 2013 par la hausse de la TVA, la réduction des dépenses de services publics. Une politique qui vient aggraver les conséquences de la règle d’or de l’austérité du pacte budgétaire européen qu’Hollande a fait adopter par le parlement au nom de la lutte contre les déficits et la dette.

 

Oublié l’adversaire de la finance !


Le changement façon Hollande, c’est la continuité et l’aggravation de la politique de la droite. La justice et l’emploi, c’est pour demain. Etrange façon de respecter ses engagements ! Sans oublier les hésitations sur le mariage homosexuel, la dérobade sur le droit de vote des étrangers, l’hypocrite justification de la scandaleuse extradition d’Aurore Martin ou la répression policière qui vise les opposants à l’« Ayraultport » de Notre-Dame-Des-Landes dont Hollande a oublié de parler.


Le changement, il est du côté de celles et ceux qui demain, ici, comme en Grèce, au Portugal, dans tous les pays d’Europe seront en grève ou manifesterons contre les politiques d’austérité loin de soutenir le pacte budgétaire comme Hollande a osé le prétendre.


NPA, Montreuil, le 13 novembre 2012

Repost 0
NPA QUIMPER - dans NPA
commenter cet article
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 13:11
dangereux
Attac France
14 novembre 2012

 

Mardi 13 novembre 2012, François Hollande a tenu sa première conférence de presse à l’Elysée.

 

Après les annonces choc du Pacte pour la compétitivité, le président s’est défendu d’opérer un « tournant libéral » dans l’action du gouvernement, revendiquant la « normalité » et la « continuité ». Mais c’est surtout la continuité avec les politiques menées par Nicolas Sarkozy qui est frappante.


Sur la compétitivité, le Président annonce qu’il souhaite mettre en œuvre un « socialisme de l’offre » ; au programme, 20 milliards de réductions d’impôts pour les entreprises (alors même que le gouvernement en appelle à la rigueur budgétaire…). Avec des justifications empruntées au MEDEF : il faut soigner les grandes entreprises pour qu’elles créent de l’emploi.


Ces cadeaux fiscaux – offerts sans aucune garantie qu’ils servent à l’investissement – seront financés par une baisse de la dépense publique, avec de nouvelles coupes en vue dans les services publics et la protection sociale, et une augmentation de la TVA – l’impôt le plus injuste, puisqu’il touche également riches et précaires.


Non seulement ces mesures vont toucher les populations les plus précaires, mais elles vont contribuer à réduire davantage la consommation, l’activité, et accroître la récession.

 

François Hollande, candidat, n’avait pas de mots assez durs pour critiquer la TVA sociale du gouvernement Sarkozy : il s’apprête pourtant, ni plus ni moins, à la reprendre à son compte !


Ce ne serait pas une première, puisque le président a déjà repris à son compte le traité budgétaire, négocié par son prédécesseur. Lorsqu’on lui demande si l’austérité qu’il impose ne mène pas la zone euro dans le gouffre en provoquant la récession généralisée, il rappelle qu’il a « réorienté » l’Europe et que « l’austérité à perpétuité » n’est pas une solution.


Mais personne n’est dupe de la portée du Pacte de croissance vanté par le président :

 

les sommes qu’il mentionne sont dérisoires comparées à l’ampleur des coupes prévues dans les budgets publics dans le cadre du Pacte budgétaire. Pour le reste, la croissance, c’est la compétitivité, mais aussi peut-être les gaz de schistes, dont l’exploitation pourrait être autorisée « en cas de progrès de la recherche ».


Alors que sont évoqués les manifestations prévues le 14 novembre dans toute l’Europe contre l’austérité et pour de vraies alternatives européennes, l’hypocrisie atteint des sommets : Hollande annonce qu’il est du côté de ceux qui pensent que « l’austérité généralisée » n’est pas une solution… et qu’il pourrait reprendre à son compte les slogans des manifestants !


Ceux qui vont faire la grève, et manifester contre les politiques promues par les institutions et les dirigeants européens ne sont pas dupes :

 

François Hollande a tiré une croix sur ses promesses d’un changement en Europe, et le gouvernement français a choisi d’assumer tous les dogmes de la politique néolibérale. Comme Papandréou et Zapatero avant lui, Hollande a choisi de se mettre au service des marchés.


Face à ce « virage libéral », Attac France, avec les Attac en Europe, se mobilisera le 14 novembre et au-delà pour organiser et coordonner une riposte nécessaire en France comme en Europe.


Attac France, le 14 novembre 2012

Repost 0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg