Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 12:04
foutaises
*
VIVAS Esther 28 mars 2013
  

Lutter pour l’environnement peut coûter cher. Nombreux ont été les assassinats et les disparitions d’activistes écologistes. Sombath Somphone, du Laos, est l’une de ces victimes.

 

Pablo Solón, directeur de Focus on the Global South, l’a rappelé hier, lors de l’inauguration de l’ « Espace Climat » du Forum social mondial (FSM) qui se déroule en ce moment à Tunis.


Pour la première fois, une édition du FSM compte avec un espace spécifique et permanent pour analyser les causes et les impacts du changement climatique, échanger les expériences et débattre sur de nouvelles stratégies afin d’affronter la crise écologique actuelle. Il s’agit de l’ « Espace Climat », porté par près de 40 organisations écologistes du monde entier, comme La Via Campesina, Focus on the Global South, le Groupe ETC, Ecologistas en Acción, ou encore ATTAC France, parmi d’autres.


Le changement climatique est un élément central dans la crise systémique du capitalisme, il menace l’avenir de la vie sur la planète et met clairement en lumière l’incapacité du modèle actuel à le résoudre réellement. Face au changement climatique, les gouvernements, les institutions internationales et multinationales coïncident à appuyer à fond sur l’accélérateur et à parier sur une série de fausses solutions technologiques qui, au lieu de résoudre la crise, vont au contraire l’approfondir encore plus.

 

Ils promeuvent également des solutions de marché pour se remplir les poches avec l’achat et la vente d’émissions de gaz à effet de serre. La nature devient ainsi une marchandise de plus, une source de profit masquée par une rhétorique verte sans contenu réel. Un vert qui ressemble à celui du dollar et non à celui de la nature.


Les organisateurs de l’« Espace Climat » n’y vont pas par quatre chemins car le temps joue contre nous et la planète :  

 

« Nous avons perdu trop de batailles importantes dans la lutte pour la justice climatique et il nous reste peu de temps pour éviter que la Terre Mère et l’humanité se précipitent dans le gouffre. Le changement climatique provoque déjà 400.000 décès par an. ». Mais ils soulignent aussi l’espérance et la nécessité de la mobilisation en affirmant que « nous avons besoin d’action si nous voulons changer l’avenir ».


Nous voyons aujourd’hui comment la crise économique aggrave encore plus la crise climatique, énergétique et alimentaire. Les mêmes qui ont spéculés avec les hypothèques « subprime » ; les fonds à risque, les compagnies d’assurance, etc., sont ceux qui accaparent aujourd’hui les terres et spéculent avec la nourriture. Tout est bon pour faire du profit : l’eau, les semences, la terre, les céréales. Comme l’affirmait Nnimmo Bassey de Oil Watch International à la clôture de l’inauguration de l’Espace Climat : « Il est temps d’intensifier les luttes et de créer des alliances ». Tel est également l’engagement ratifié par les nombreux assistants. Comme le dit la chanson : « Le peuple uni ne sera jamais vaincu ! ».

*

Partager cet article

Repost0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 11:39
catastroika
*
*

Entretien. Licencié par la radio dans laquelle il travaillait en raison de ses opinions, Aris Chatzistefanou est un journaliste grec engagé, un militant social et politique. Également coréalisateur des documentaires Debtocracy et du tout récent Catastroïka, il était la semaine dernière en tournée en France pour faire la promotion de ce dernier film.

*

Foivos Marias – Peux-tu nous expliquer brièvement de quoi traite ce nouveau documentaire  ?


Aris Chatzistefanou – Tout simplement des conséquences de la liquidation totale de la Grèce. Avec le consentement et la complicité du gouvernement grec, la troïka impose au pays un énorme programme de privatisations. Il s’agit en réalité d’une opération de liquidation de la richesse publique. Le documentaire revient sur des exemples de privatisations dans des pays développés comme la France, les USA, l’Angleterre…


Ce documentaire a comme point de départ la liquidation de services publics en Russie et à l’ex-RDA, suite à l’effondrement du mur de Berlin. Ce ne sont pas des cas de privatisations exceptionnelles mais des formes «  extrêmes  » du même système de privatisation qui s’applique encore aujourd’hui aux USA, en Angleterre ou en France… Nous passons en revue les conséquences désastreuses des privatisations pour la population des pays en question sur la politique de tarification, la qualité des services offerts et la sécurité. Catastroïka essaie donc de prévoir ce qui va se passer si le même modèle s’applique à un pays sous surveillance économique, comme la Grèce.


Comment avez-vous financé le tournage de ce documentaire militant  ? Et quels sont vos futurs projets  ?

Catastroïka et Debtocracy étaient entièrement financés par les citoyens sous une forme de souscription en ligne. Il s’agit de deux documentaires avec permission de libre distribution et retransmission. Les deux documentaires sont disponibles en ligne et sous-titrés en plusieurs langues1.


Notre prochain travail portera sur les liens entre l’extrême droite et les centres économiques. Il sera financé de la même façon par les gens et on espère que le public français, en particulier les lecteurs de votre journal, y contribueront  ! Nous vous tiendrons au courant quand la souscription débutera.


Tu viens d’achever une tournée de cinq projections-débats en France. Peux-tu nous en dire quelques mots  ?


Cette tournée a été organisée à l’initiative des travailleurs et des étudiants grecs de Paris, de Lyon, de Grenoble et par les collectifs contre la dette CAC de Toulouse et de Strasbourg. Nous avons effectué des projections du documentaire suivies de débats très intéressants. Le public était très intéressé par notre travail sur la question des privatisations en Grèce comme en France. Des syndicalistes de plusieurs entreprises françaises privatisées sont intervenus pour expliquer les problèmes de privatisation dans ce pays.


D’un point de vue plus général, la perception du public de l’Union européenne est en train de changer, en particulier dans les pays qui sont confrontés aux mêmes problèmes financiers que la Grèce dans le cadre de la zone euro. Je fais référence aux programmes de privatisations imposés par la troïka aux autres pays comme par exemple au Portugal. De plus, une partie des discussions a tourné autour de la situation en Grèce, les problèmes actuels de Chypre, la résistance sur place contre les chantages de la troïka. Chaque citoyen doit comprendre que nous sommes tous victimes des mêmes politiques et que chaque nouveau prêt proposé à un pays endetté, comme la Grèce, le Portugal, Chypre ou l’Irlande… rapproche ce pays de plus en plus de la soumission financière et politique aux diktats de la troïka. Cette situation risque de frapper le cœur de la zone euro et par conséquent la France peut aussi être concernée rapidement. Ainsi, la meilleure façon pour chaque citoyen est de se soulever contre son propre gouvernement si celui-ci décide ce genre de politique.


Où en est la résistance du peuple grec aujourd’hui  ?


La population en Grèce ne fait pas face à une situation de crise mais plutôt à une situation de «  guerre  ». Je dis cela parce que depuis l’arrivée de la troïka et de ses politiques, l’espérance de vie a reculé de cinq ans dans le pays. Le PIB a diminué ces cinq dernières années de plus de 20 %. De tels chiffres ont été enregistrés en Grèce seulement durant la Seconde Guerre mondiale et la Guerre civile.


En ce moment, il n’y a pas de manifestation tous les jours comme il y en avait il y a deux ans par exemple. Mais de nouvelles mesures de régression seront adoptées par la troïka et le gouvernement et je pense, parce que je suis une personne optimiste, que la population résistera à nouveau de façon combative. Le moment venu, la solidarité internationale avec le peuple grec sera alors très importante.

*

* Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 188 (28/03/13).

*

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article28294

 

Quimper,

3 & 10 avril, le film

MJC Kerfeunteun

 du 2 au 20 avril, le programme


Partager cet article

Repost0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 10:47

3-accords-FG-FASE-PC622.preview

*

Politique lundi 01 avril 2013
*
Drôle d’ambiance au sein du Front de gauche dans le pays de Quimper, à un an des élections municipales. Les échanges fusent entre personnalités.

*

Rien ne va plus entre la communiste quimpéroise Yvonne Rainero et le communiste fouesnantais André Bernard. Secrétaire de la section PCF de Quimper, Yvonne Rainero déclarait lundi que « certains se proclament les représentants du Front de gauche à Quimper tout en menant des marchandages assez pitoyables avec le NPA, la cible annoncée étant l’actuelle municipalité de gauche quimpéroise. Cette démarche, qui a déjà fait des dégâts lors des législatives, n’a rien à voir avec les orientations du Front de gauche. »


« Pas de leçon à recevoir »


Pas né de la dernière pluie, l’ex-candidat aux législatives André Bernard, qui avait pour suppléante Janine Carrasco du NPA en juin dernier, prend cette attaque pour lui. « Je suis membre du PCF depuis plus de 50 ans, je n’ai pas de leçon à recevoir de madame Rainero qui, comme d’habitude, distribue les bons et les mauvais points, attribuant notre résultat à l’alliance avec le NPA, qu’elle tente, à nouveau, de diaboliser et jouant sur des acrimonies très personnelles et très quimpéroises. C’est indigne et pitoyable… »

*

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Quimper.-Petits-reglements-de-comptes-entre-amis-communistes_40820-2179153------29232-aud_actu.Htm

Partager cet article

Repost0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 10:29

nddl-d.jpg

Partager cet article

Repost0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 09:59
*
Photo: Juifs contre l'islamophobie et le racisme anti-arabes
28/03/2013 05:35
*

Guillaume Brossard, un des fondateurs de Hoaxbuster, principal site de traque des canulars d’Internet, s’inquiète de l’évolution de ces rumeurs.

*

Le nombre de " hoax " évolue-t-il avec le temps ?

*

Guillaume Brossard : « Avec l'explosion des réseaux sociaux, la diffusion des hoax est beaucoup plus massive. Avant cela se limitait aux emails, aux forums et aux blogs… avec Facebook et Twitter, la «  viralité » est encore plus extrême. De plus, on est sur le fondement même de la rumeur : elle ne meurt vraiment jamais, elle se recycle, se transforme. L'exemple de Facebook est assez parlant.

 

Sur ce réseau, les gens n'ont pas toujours grand-chose à raconter. Alors certains réutilisent, inconsciemment ou non, d'anciens messages ou en transfèrent d'autres sans se poser de question. Au fond, ce n'est pas vraiment différent des conversations à la machine à café où on se raconte les dernières rumeurs. Sauf qu'avant on touchait une à cinq personnes maximum et qu'aujourd'hui on peut même atteindre un million de personnes, sans lien temporel ni géographique. »


Leur thématique évolue-t-elle ?


« Depuis quelques années, le nombre de hoax est en hausse importante et ils sont de plus en plus à coloration politique et sociétale. Alors qu'ils n'existaient presque pas il y a dix ans. Avant, c'était surtout des légendes urbaines, les faux virus d'Internet… qui au final étaient faciles à démonter. Ce qui n'est pas le cas des hoax politiques. »


Constatez-vous des dérives ?


« Ce qui m'inquiète, c'est l'usage d'Internet pour diffuser des idéologies et notamment rependre l'islamophobie. Cela fait deux ou trois ans que nous le disons. Les messages qui mettent en cause l'islam ou les musulmans sont en augmentation très importante. Et ce n'est pas seulement un ressenti, c'est factuel.


« Aujourd'hui, 50 % des demandes de vérification de hoax qui nous sont envoyées concernent des faits islamophobes ou anti-musulmans. Ça en est même pénible pour nous car nous ne pouvons pas faire que ça. Nous sommes une ressource de bénévoles et on ne peut traiter que les plus grosses rumeurs. On est aujourd'hui malheureusement submergés par ces rumeurs. »


Quels sont les bons réflexes à avoir ?


« Généralement, ce qui rend crédible une information aux yeux des gens, c'est quand elle émane d'un expert ou d'un pseudo-expert. Si mon boulanger me donne une information sur la Nasa, je ne vais pas avoir tendance à la croire. Mais s'il me fait passer un email sourcé d'un expert de la Nasa, je pourrais le croire. Les bons réflexes quand on reçoit une information en circulation sur Internet, c'est de prendre du recul et d'essayer de voir ce qui est assurément vrai, ce qui l'est peut-être et ce qui est faux. Ensuite, il faut aller recouper l'information et Internet le permet. Il ne faut pas se cantonner à la personne qui vous envoie l'information comme source. »


 Hoax: C'est une information fausse, périmée ou invérifiable propagée spontanément par les internautes.

 

www.hoaxbuster.com : le principal site de ressources contre les « hoax ». www.hoaxkiller.fr et www.rue89.com/hoax travaillent également à démonter les rumeurs d'Internet.

*

En savoir plus

Tout est parti en 2000 de Poitiers

*

Hoaxbuster a été fondé en mars 2000 par Bruno et Pierre Roy-Contancin, Guillaume Brossard, à Poitiers où le site est toujours basé. « Tout a commencé d'un simple mail que nous avons reçu. On nous informait d'un virus tout en nous disant que c'était un « hoax ». Notre contact pensait que le mot « hoax » était quelques chose de très dangereux. Nous nous sommes dit qu'il fallait faire quelque chose. Toutefois, nous n'étions pas des experts, nous n'avions aucune légitimité. Le seul moyen était de faire intervenir les internautes qui avaient cette légitimité. Les gens se sont vite emparés du truc. Aujourd'hui, nous demandons l'aide de tous les internautes. Nous tentons de trouver des profils qui ont les bonnes démarches, qui savent prendre du recul et surtout qui ne sont pas dans le jugement. Ils doivent aller interroger une source et ne pas donner leur point de vue. Ils participent au développement de la base de données. Nous avons aussi une page Facebook avec plus de 70.000 abonnés et un compte Twitter. Ça fonctionne bien, puisque notre dernier papier, que nous avions mis sur Facebook a été partagé par un million d'internautes en une journée. »

*
Comment ne pas se faire piéger par un hoax ?

*

Lire aussi : Comment ne pas se faire piéger par un hoax ?

http://www.lanouvellerepublique.fr/France-Monde/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2013/03/28/Une-rumeur-Internet-sur-deux-est-islamophobe-1388879

 

Partager cet article

Repost0
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 13:37

Partager cet article

Repost0
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 11:45

Partager cet article

Repost0
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 10:11

1-partis-pcf-fete-humanite_237.jpg

*

Créé le 31/03/2013 à 16h30 -- Mis à jour le 31/03/2013 à 16h57

POLITIQUE - Le leader du NPA a également estimé que Jean-Luc Mélenchon était «en train de donner dans le souverainisme»...

Olivier Besancenot, porte-voix du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), a demandé ce dimanche à Jean-Luc Mélenchon «d'assumer d'être dans l'opposition» et lui a reproché d'être «en train de donner dans le souverainisme». Si le coprésident du Parti de gauche «croit vraiment à ce qu'il raconte (...) il faut assumer d'être à la gauche du gouvernement, d'être dans l'opposition», a déclaré Olivier Besancenot, invité de «Dimanche+» sur Canal +.


«Lui qui parle si clair, il refuse de dire qu'il est dans l'opposition politique», a-t-il poursuivi, en assurant toutefois que le NPA avait «toujours tendu la main au Front de gauche comme à Lutte ouvrière». Pour l'ex-candidat du NPA à la présidentielle de 2007, Jean-Luc Mélenchon «est en train de donner dans le souverainisme, le nationalisme, voire dans le chauvinisme».

Cravate rouge

Revenant sur les déclarations, le week-end dernier, de Jean-Luc Mélenchon reprochant au ministre Pierre Moscovici «de ne plus penser en français» et de «penser en langue finances internationales», Olivier Besancenot a fait valoir que «la finance internationale ne parle pas qu'anglais ou en allemand, elle parle aussi français».


Jean-Luc Mélenchon «a une cravate rouge -c'est bien-, mais le drapeau qu'il arbore c'est le drapeau bleu blanc rouge», a ajouté le leader du NPA. «Il faut assumer son internationalisme (...) la seule frontière qui vaille c'est celle entre les exploiteurs et les exploités», a-t-il dit.


Avec AFP

Partager cet article

Repost0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 14:56

pauvrete.jpg

*

Communiqué du NPA 69

Coup sur coup, mercredi 27 mars, la droite et l'extrême droite ont bruyamment manifesté à Lyon leur opposition à l'égalité des droits. Le matin à la gare de Perrache, en venant parasiter un rassemblement organisé par la CGT contre la politique du gouvernement en matière d’emploi, et le soir, à 21 heures, contre la présence de Christiane Taubira, devant l'Opéra de Lyon.

Nous dénonçons la tentative grossière de division qu'essaie de mettre en place la droite : il y aurait, à écouter leurs slogans, d'un côté, les vrais sujets (le boulot) et, de l'autre, les faux ("le mariage homo").

Le NPA rappelle que la droite et l'extrême droite n'ont jamais porté ni appliqué que des mesures anti-sociales.

Le NPA rappelle son engagement dans le mouvement pour l'égalité des droits.
Le combat contre l'oppression n'est ni négociable ni secondaire.
La revendication d'égalité pour les personnes LGBTI doit être poursuivie et amplifiée.
Elle ne prend pas la place d'autres luttes.
Elle s'inscrit dans le combat global que nous menons contre une société d'inégalités et d'exploitation.

Il nous faut touTEs lutter contre la banalisation des mots d'ordre de division, homophobes et nationalistes...

 ET refuser aux groupes de droite radicale et d'extrême droite le droit de diffuser en toute tranquillité et toute impunité leur propagande haineuse.

Partager cet article

Repost0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 14:04

mich-2-copie-1.jpg
*
Michel madec dimanche 31 mars 2013 - 12h06

 

Petit mot bref.

 

La situation est toujours au point mort. Il n’y a pour le moment aucunes négociations...

Le comité de soputien Morlaisien continue ses actions. Je laisse à Laurent le soin d’en parler.

 

Coté Carhaisien, ils étaient une vongtaine devant l’agence qui a été fermée bien avant l’heure normale.

Deux représentants ont été reçu par le directeur de l’agence. Ils ont été victimes d’une opération d’enfumage de la part du CMB. Le directeur de l’agence leur a fait état d’un courrier adressé à moi par JP Le Tennier. Il leur a même exposé la teneur de ce courrier insultant !

 

Moi qui étais le seul destinataire (pas même mes conseils n’ont été informés...) d’une lettre confidentielle, je constate que si j’ai respecté la confidentialité, le CMB, n’a lui, pas ce genre de pudeurs...

Je consulte mon avocate pour savoir si je peux désormais publier cette lettre du fait de la rupture unilatérale par le CMB de la dite confidentialité.

 

En résumé, les choses sont au point mort. Le CMB n’a pas avancé d’un iota. Le CMB continue de se maintenir dans le déni de réalité le plus absolu.

 

Il faut bien entendu continuer de faire signer la pétition :

 

http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar...

Partager cet article

Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg