Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 10:54

 

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 10:46

Louis Gill, Georges Orwell. De la guerre civile espagnole à 1984, Montréal, LUX éditeur, 2011.

 

Parler de George Orwell, de son œuvre, et rappeler qu'il fut également partie prenante de la guerre d'Espagne en s'engageant dans les milices du POUM (Parti Ouvrier d'Unification Marxiste) n'est pas chose nouvelle.

 

Mais la force du livre de Louis Gill, c'est la clarté avec laquelle il expose sa thèse centrale : Georges Orwell s'est inspiré directement de son expérience pendant la guerre d'Espagne pour écrire La Ferme des Animaux et 1984. Le vocabulaire même de ses livres, les concepts qu'ils développent et leurs intrigues reproduisant l'opposition entre Trotsky et Staline, doivent tout à l'expérience d'Orwell en Espagne.


L'ouvrage est découpé en deux parties. La première offre une synthèse particulièrement efficace et stimulante du conflit espagnol. Décrivant la situation de l'Espagne depuis sa tardive et limitée révolution industrielle, jusqu'à la fin de la guerre civile en 1939, elle sait surtout éclairer par les faits la réalité de la guerre menée à l'intérieur du camp républicain.


La guerre civile fut en effet avant tout une révolution. Gill rappelle l'importance de celle-ci dans le contexte mondial de l'époque. Elle suscita une peur dans la bourgeoisie européenne mais aussi chez Staline et la bureaucratie soviétique, expliquant l'implication de l'URSS. Trop souvent présentée comme le conflit avant-coureur de l'affrontement entre démocratie et fascisme, c’est-à-dire comme une pré-édition en miniature de la Seconde guerre mondiale, la guerre d'Espagne fut avant tout un conflit de classe, un conflit politique.


Pour Staline, l'enjeu n'était rien de moins que de maintenir son hégémonie sur les partis de gauche en Europe.

 

La formule du « socialisme dans un seul pays », slogan avancé par Staline dès 1924 comme arme de guerre contre Trotsky, constituait le socle idéologique de son pouvoir. Son attitude procédait également du jugement fort cynique selon lequel la réussite d'un mouvement révolutionnaire en Europe de l'Ouest, dans des pays capitalistes avancés, aurait été la ruine de ses prédictions, de ses choix et in fine, la remise en question de son pouvoir et de celui – limité à l’époque – de l'URSS.


Le Parti Communiste Espagnol et ses alliés furent donc les acteurs majeurs du passage de la Révolution sociale initiale à une « normalisation » qui entendait rétablir une république bourgeoise, y compris avec l'aide des partis bourgeois et des milieux d'affaires – notamment britanniques et américains. Gill, en citant des sources primaires, appuie cette démonstration et rappelle ainsi aisément ce que Staline aurait eu à perdre en cas de victoire des Républicains. Républicains qui, rappelons-le, étaient majoritairement affiliés aux partis anarchistes, au POUM ou aux partis socialistes.

 

A part ces derniers (le PSUC) qui s'alignent sur le PCE, les anarchistes et le POUM seront liquidés.


Dès le mois de mai 1937, des combats violents opposent à Barcelone le camp stalinien aux partisans de la révolution sociale immédiate (collectivisation, autogestion). La Catalogne étant de fait contrôlée par ses derniers (CNT-FAI, UGT, POUM), la révolution sociale avait tendance à s'étendre progressivement de la Catalogne à l'Aragon. De fait, au mois d'août 1937, le POUM est interdit et la CNT-FAI se trouve exclue de toutes les directions. Nombreux seront ces militants liquidés par des tribunaux ou des exécutions illégales. Ce qui est souvent présenté comme une désunion dommageable à la poursuite de la guerre était de fait une initiative soviétique prise délibérément, assurant ainsi à terme la défaite de la République.


Cette politique soviétique peut s'expliquer également par la volonté de Staline de conclure des alliances militaires avec la France et le Royaume-Uni face à la menace grandissante de l'Allemagne hitlérienne, cette préoccupation primant sur un soutien à une révolution prolétarienne internationale qui risquerait de lui aliéner ces pays.


Des techniques staliniennes désormais bien connues – noyautage de la police, de l'armée, usage de la terreur, de l'assassinat, notamment d'Andreu Nin leader du POUM, réécriture de l'histoire, procès truqués, mais aussi créations d'un PCE de masse grâce à une aide essentielle mais conditionnée – furent expérimentées en Espagne avec une efficacité certaine.

 

Cette hégémonie soviétique fut possible parce que l'URSS était le seul pays vers lequel la République espagnole pouvait se tourner pour obtenir de l'aide et des armes. La décision de non-intervention du gouvernement du Front Populaire français fut de ce point de vue décisif pour assurer la montée rapide du PCE.


Le prestige de l'URSS, et donc du PCE, vint en effet en Espagne, de l'aide – pourtant limitée en armes, en chars, en matériel de guerre et en hommes – qu'elle était la seule à assumer. Les brigades internationales étaient également largement composées de communistes « orthodoxes », et rapidement sous le contrôle des staliniens. Cette aide lui permit d'assurer le contrôle de la révolution espagnole, puis de décapiter les partis anarchistes et marxistes – comme le relate Orwell dans Hommage à la Catalogne ou Ken Loach dans Land and Freedom.


Ce livre qui mériterait d’être placé entre toutes les mains est à la fois synthétique, efficace, contextualisé et documenté. Il sait rappeler au lecteur les rapports de force et notamment l'importance des partis communistes stalinisés dans les milieux de gauche, y compris anglais, et la facilité des intellectuels à tomber dans une mentalité « campiste », favorable ou complaisant vis-à-vis du totalitarisme stalinien. Louis Gill rappelle d’ailleurs une des leçons décisives qu’Orwell proposa de son expérience en Espagne grâce à une de ses citations :

« Tôt dans ma vie, j’ai remarqué qu’aucun événement n’est jamais relaté avec exactitude dans les journaux, mais en Espagne, pour la première fois, j’ai lu des articles de journaux qui n’avaient aucun rapport avec les faits, ni même l’allure d’un mensonge ordinaire. J’ai vu l’histoire rédigée non pas conformément à ce qui s’était réellement passé, mais à ce qui était censé s’être passé selon les diverses "lignes de parti". Ce genre de choses me terrifie, parce qu’il me donne l’impression que la notion même de vérité objective est en train de disparaître de ce monde. »

La capacité à considérer la vérité objective comme un concept dépassé, à s’en tenir à une version falsifiée, à réécrire l'histoire aux dépens des faits, voilà des pratiques intellectuelles qui nous concernent toujours.


Le croisement de la réalité historique, des lettres et écrits d'Orwell offre non seulement une bien meilleure compréhension d'un moment décisif pour l'histoire de l'Europe, mais, comme tous les ouvrages importants, invite à de nouvelles réflexions. Soulignant le rôle décisif des intellectuels, Orwell nous offre une clef pour comprendre les racines de notre monde post-moderne. Luc Boltanski a pu décrire 1984 comme un ouvrage de sociologie décrivant une idéologie pour dominant (le régime de « l'Angsoc » du roman). Gill nous rappelle surtout qu'il s'agit d'une préfiguration saisissante de la réalité actuelle, tant celle-ci puise dans notre passé immédiat.

 

Nos contenus sont sous licence Creative Commons, libres de diffusion, et Copyleft. Toute parution peut donc être librement reprise et partagée à des fins non commerciales, à la condition de ne pas la modifier et de mentionner auteur·e(s) et URL d'origine activée. 

 

http://www.contretemps.eu/fr/lectures/recension-george-orwell-guerre-civile-espagnole-1984-louis-gill

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 10:24

3 octobre 2012 -

 

La commission locale d'information (CLI) des monts d'Arrée s'est réunie hier soir, à Quimper, pour faire un point d'étape sur le démantèlement de la centrale nucléaire de Brennilis.

 

Le nettoyage du chenal est achevé. Mille cinq cents tonnes de terre contaminée ont été évacuées vers un site de stockage de déchets faiblement radioactifs, dans l'Aube. Les travaux de démantèlement de la station de traitement des effluents vont pouvoir débuter.

 

Un écueil pourrait néanmoins contrarier la suite des opérations:

 

EDF a suspendu les travaux de son centre de conditionnement d'Icéda, en Rhône-Alpes, après que le tribunal administratif de Lyon a annulé son permis de construire. Cette installation doit, à terme, recevoir notamment les déchets de neuf réacteurs en cours de démantèlement, dont celui de Brennilis.

 

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/finistere/centrale-de-brennilis-du-retard-pour-demanteler-le-reacteur-03-10-2012-1858658.php

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 10:10

Les 19 centrales nucléaires françaises

2 octobre 2012 à 15h33 - 

 

Les tests de sécurité effectués par la Commission européenne après la catastrophe de Fukushima ont révélé  des "centaines d'insuffisances" dans les centrales nucléaires de l'UE, en particulier en France.

 

25 milliards d'euros : c'est le montant des travaux préconisés par le commissaire européen à l'énergie Gunther Oettinger pour mettre les centrales nucléaires européenne en conformité avec les normes de sécurité, selon un  projet de rapport révélé par le quotidien Allemand Die Welt et qui sera présenté demain à Bruxelles. De fait, si, "en général, la situation est satisfaisante", les "stress tests" menés après Fukushima ont permis de révéler des "centaines d'insuffisances" dans les dispositifs de sécurité.

 

Principale visée : la France


Et c'est en France que la situation serait la moins satisfaisante : selon Le Figaro, aucune des 19 centrales françaises ne serait en totale conformité avec les normes exigées. En cause, en particulier, les instruments de mesures sismiques ou la protection des équipements de secours en cas d'accident.

 

 Les procédures d'évacuation en cas d'accident grave sont parfois épinglées elles aussi, notamment à Chooz ou à Cattenom (mais pas à Fessenheim, la plus vieille centrale en activité en France). Le coût de la mise aux normes serait "de l'ordre de 100 à 200 millions d'euros" par centrale, avait estimé  le Groupe des régulateurs européens dans le domaine de la sûreté nucléaire (Ensreg) en juin lors d'une audition devant le Parlement européen.

 

Au titre des bons points décernés aux 19 centrales françaises, en revanche, leur équipement en recombineurs d'hydrogène, des dispositifs qui auraient pu, selon le Commissariat à l'énergie atomique, éviter les explosions d'hydrogène à Fukushima. Les centrales espagnoles ou britanniques en sont dépourvues, relève le rapport.

Communication Stress Tests 1012 (Draft)

 Remis aux dirigeants européens à la fin du mois


Le document définitif devrait être présenté aux dirigeants de l'UE lors du sommet des 18 et 19 octobre à Bruxelles... si José Manuel Barroso l'accepte. Le président de la Commission pourrait en effet demander à Gunther Oettinger de revoir sa copie su trop d'objections sont émises sur la rapport.


L'Union compte 147 réacteur dans 14 pays, et 24 nouveaux sont en projet, dont six déjà en construction : deux en Bulgarie, deux en Slovaquie, et les EPR français et finalandais.

 

Lire également : Arrêt de Fessenheim : très, très cher objectif

 

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/securite-nucleaire-l-europe-epingle-les-centrales-francaises-02-10-2012-1858418.php


Partager cet article
Repost0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 09:50

3 octobre 2012 à 09h13 

 

 

C'est une information du "Parisien", qui risque, si elle est avérée, de faire grand bruit : 86 % des dossiers de victimes présumées du Mediator déjà examinés auraient été jugés "irrecevables par les experts du ministère de la Santé".

 

Ce médicament antidiabétique, prescrit, pendant plusieurs décennies, comme coupe-faim, est accusé d’avoir provoqué des centaines de morts et des milliers de pathologies cardiaques. Les experts qui statuent sur le bien-fondé des dossiers, ce sont ceux de l’Oniam, à savoir l'Office national d’indemnisation des accidents médicaux.

 

Et, dans la très grande majorité des cas, ces derniers ne verraient donc aucun «lien de causalité» entre "la prise de ce qui était l'un des produits phares des laboratoires Servier et la maladie", comme l'écrivent nos confrères.

 

Le Parisien:

 

http://www.leparisien.fr/societe/sante-le-scandale-du-mediator-risque-de-tourner-court-03-10-2012-2200509.php

 

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/scandale-du-mediator-86-des-dossiers-de-victimes-auraient-ete-juges-irrecevables-03-10-2012-1859636.php

 

Mediator. 85 % des demandes d’indemnisation rejetées
Santé mercredi 03 octobre 2012  

Le scandale du Médiator n'est-il pas en train de tourner court?

Plus de 85 % des demandes d’indemnisation des victimes présumées du médicament Mediator ont été rejetées par les experts désignés par le ministère de la Santé, écrit mercredi Le Parisien.


Le lien entre Mediator et maladie peu reconnu


Nouvelle affaire dans l’affaire ou scandale qui risque de tourner court. Selon le quotidien, 712 des 831 dossiers de victimes présumées du Mediator, examinés depuis septembre ont été rejetés. Et quand un lien entre le médicament des laboratoires Servier et une maladie a été reconnu, les experts de l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (Oniam) ont retenu une incapacité limitée en majorité entre 5 % et 10 %.


« Trop tôt »


Prescrit à des millions de personnes de 1976 à 2009, le Mediator pourrait avoir fait de 500 à 2 000 morts, selon des rapports officiels. « Il nous reste quelques milliers de dossiers à examiner. Il est donc trop tôt pour établir un bilan », déclare le directeur de l’Oniam, Eric Rance, cité par Le Parisien. « Il est vrai cependant que la situation est plus compliquée que prévu. »


« Continuer de se battre »


Irène Frachon, pneumologue à l’origine de la révélation du scandale du Mediator, estime dans Le Parisien que « les laboratoires Servier font pression sur la commission », mais promet de « continuer à se battre ».

« Il est quand même incroyable que l’Etat ait décidé de retirer ce médicament en s’appuyant sur des études prouvant sa dangerosité et que, deux ans plus tard, un collège d’experts prenne des décisions souvent contraires », conclut la pneumologue brestoise.

 

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Mediator.-85-des-demandes-d-indemnisation-rejetees_6346-2118881-fils-tous_filDMA.Htm


 


 


Partager cet article
Repost0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 09:31

  logoNPA29

Pas un jour sans une nouvelle annonce de fermeture d'entreprise, de plans de licenciements, de suppressions d'emplois.
Après PSA, Doux, Fralib, Air France, Sodimedical, Pétroplus et tant d'autres c'est Arcelor-Mittal qui a officialisé lundi l’arrêt définitif des deux hauts-fourneaux et de l'aciérie de Florange. 629 personnes vont être envoyées directement chez Pôle Emploi, sans compter les sous-traitants et les intérimaires déjà « remerciés » depuis plus de 14 mois d'arrêt du site. Après avoir réalisé 4.2 milliards d’euros de bénéfice nets au cours des 18 derniers mois, Mittal peut se permettre de jeter ses salariés comme des malpropres .
Hollande, Montebourg, assez de baratin !
Montebourg, le ministre « du redressement productif » s'est fait chahuté lors de sa visite à Florange. Les salariéEs du groupe ne sont pas dupes. Après son aveu d'impuissance quant à la fermeture de PSA  Aulnay, le gouvernement tente de jouer la montre en promettant un repreneur pour Arcelor.
Mais si le gouvernement voulait vraiment défendre les salariéEs, il s'y prendrait tout autrement...
en commençant par interdire les licenciements et réquisitionner ces entreprises ! Quand on a toutes les clés du pouvoir cela est possible à condition de ne pas caresser les patrons dans le sens du poil en proposant de faire baisser le coût du travail avec des accords de « flexibilité » ou de « compétitivité ». Baisse des effectifs, mobilité interne forcée, suppression de RTT... en échange de déclarations bidon sur le maintien de l'emploi.
Une complicité qui ne s'arrête pas là puisque Hollande annonce des hausses d'impôts même pour les ménages modestes, et des coupes claires dans des budgets comme celui de la santé et de la culture. Il veut nous faire payer la crise !
Faisons converger toutes les résistances
Dimanche dernier, plus de 60 000 personnes ont manifesté à Paris contre le traité européen d'austérité. C'est le premier réveil de la rue contre la politique anti-sociale de ce gouvernement qui veut appliquer les mêmes recettes que celui qui l'a précédé. La veille, plusieurs centaines de salariéEs de Ford-Bordeaux, en lutte depuis des années contre la fermeture de leur usine ont envahi le Mondial de l'automobile pour y semer un joyeux bazar.
Samedi 6 octobre une manifestation nationale pour la défense du droit à la santé aura lieu à Paris, en réponse aux plans convergents qui détruisent les services publics de santé et rendent de plus en plus difficile l’accès aux soins.
Mardi 9 octobre, des appels à la grève sont lancés dans la filière automobile et dans d'autres secteurs professionnels pour manifester au Mondial de l’auto le matin, avant de rejoindre la manifestation parisienne pour l’emploi en début d’après-midi.
Réussir ces nouvelles échéances de mobilisation nous permettra de construire le rapport de force indispensable pour s’opposer efficacement à la politique de ce gouvernement qui, décidément, n’est pas le nôtre.
Partager cet article
Repost0
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 15:59
autocollant-gaspare 19-02-2011
Landivisiau doit dire Non à la centrale
Pique nique dimanche 7 octobre à Landivisiau au rond-point du Drennec (route de St-Pol de Léon).

 Rendez-vous à partir de 11h30 sur place.

 

Ce sera l'occasion de parler des actions à venir, notamment le fest-noz qui aura lieu le 20 octobre à St-Cadou

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 15:55
Partager cet article
Repost0
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 15:53
Partager cet article
Repost0
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 15:51

 

 

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg