Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 10:17

ni-pacte.jpg

 

barc3.jpg

 

barc2.jpg

 

brac-1.jpg

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 09:53
À midi, la police a contraint sans-papiers et militants à quitter le hall de la sous-préfecture
À midi, la police a contraint sans-papiers et militants à quitter le hall de la sous-préfecture

Les huit sans-papiers albanais, qui occupaient le hall de la sous-préfecture de Brest depuis 10 h 30 ce matin, ont quitté les lieux volontairement à midi ce mercredi.
Les forces de l’ordre venaient d’arriver sur place pour procéder à l’évacuation des lieux. Les migrants albanais étaient accompagnés de militants de CASSS-paPIERS, qui s’occupent d’eux depuis le week-end dernier.

Le matin, ces mêmes demandeurs d’asile et les militants avaient dû quitter les locaux du centre départemental d’action sociale de la rue Sébastopol à Saint-Martin qu’ils occupaient depuis vendredi soir.

Le Collectif CASSS-paPIERS a ciblé la sous-préfecture, symbole pour lui d’un « État qui a l’obligation de trouver un hébergement à tous les demandeurs d’asile, qu’ils aient ou non des papiers » en règle. Il déplorait que les familles albanaises soient de nouveau à la rue, sans hébergement.

 

http://www.brest.maville.com/actu/actudet_-Brest.-La-sous-prefecture-occupee-brievement-par-des-sans-papiers_fil-2209619_actu.Htm

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 09:22

 

doux 2

 

 

 

Communiqué du Comité NPA de Châteaulin :
 
Le couperet est tombé lundi : un milliers de licenciés dans le pôle frais du groupe Doux sur 1700 emplois: des sites de production sont rayés de la carte. D’autres sont amputés de la moitié voire des 2/3 des emplois. Le pôle frais est dépecé entre des groupes de volaillers comme LDC ou DUC et … Doux lui-même ! Malheureusement ce ne sont pas les quelques œufs qui ont taché le veston de Charles Doux au tribunal qui feront office de résistance et de mobilisation.


Parmi les licenciés, des ouvrières et des ouvriers cassés par le travail, atteints de TMS , pleins de haine comme le dit un délégué CGT, mais résignés et impuissants.

Cette vague de licenciements peut en annoncer bien d’autres puisque Charles Doux et la banque Barclays restent aux commandes de l’entreprise c'est-à-dire des pôles « élaborés et surgelés - grand export » et doivent présenter un « plan de relance » pour le 1er Décembre 2012 !

C’est triste à en pleurer sauf pour la famille Doux qui a encaissé 1 milliard de subventions publiques et qui est assise sur des lingots d’or…

Il est encore possible de s’opposer à ce dépeçage mais cela implique une mobilisation unitaire des salariés, un soutien puissant et large de l'ensemble de la population, pour exiger :

- l’ouverture des livres de compte sous contrôle et tutelle publics

- la saisie du patrimoine de la famille Doux pour rembourser l’ensemble des subventions que cette dynastie a perçu pendant 15 ans.

- le maintien des emplois dans le cadre d’une nécessaire refondation de la filière avicole sous contrôle public, pour une production agro-alimentaire de qualité avec la consultation et la participation des éleveurs,des salariés et des consommateurs

4 mois après l'élection de Hollande, c'est toujours les classes populaires qui encaissent les coups pour satisfaire les intérêts des banquiers, des actionnaires et des patrons.


Prenons notre avenir en main: le changement, imposons-le par la lutte!

L'interdiction des licenciements, c'est maintenant !

 

Châteaulin, le 12 Septembre 2012

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 11:22

cridupeuple

 

Hollande et son gouvernement nous prêchent la patience...

 

Comme s’il n’y avait pas déjà plus de 5 millions de chômeurs et 10 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté... comme si la misère, le désespoir, le mal logement ne provoquaient pas assez de drames !


Ayrault proclame que les « salariés ne doivent pas être des variables d’ajustement » au moment même où des groupes comme Air France, PSA, Sanofi, Doux, Fralib, Technicolor, Arcelor vont supprimer des milliers d’emplois, où la politique de non-remplacement de deux fonctionnaires sur trois partant en retraite est confirmée pour les ministères jugés non prioritaires.

 

En effet, si 60 000 postes supplémentaires sont réellement créés dans l’Éducation nationale, ce sera au détriment des autres administrations.


Le changement... vers toujours plus d’austérité ! La comédie peut durer le temps d’une campagne mais pas plus. Il s’agit maintenant de trouver 30 milliards d’euros au nom de la réduction du déficit public. Hollande l’a dit :
« ce plan, je le fais par conviction ».


Quant au traité de l’austérité, le pacte budgétaire négocié par Sarkozy et Merkel, Hollande peut essayer de nous le repeindre en rose avec son « pacte de croissance », il va bel et bien institutionnaliser l’austérité et faire payer la crise aux travailleur-euse-s.


Prenons notre avenir en main


Décidément, non, ce gouvernement n’est pas le nôtre ! En cette rentrée, il y a urgence à reprendre le chemin des luttes car nous n’aurons que ce que nous imposerons. Avec la manifestation unitaire contre la ratification du Traité Européen le 30 septembre, il est possible d’amorcer une première riposte contre l’austérité.

 

Elle devra logiquement se poursuivre contre le budget qui en sera l’application concrète par le gouvernement.

Le 29 les salariéEs de l’usine Ford de Blanquefort appellent à manifester au Mondial de l’automobile.
Le 9 octobre des appels à la grève et à manifester sont lancés dans la filière automobile et les secteurs de l’industrie.

Une manifestation devant le salon de l’auto pour le secteur auto est d’ores et déjà prévue. Elle rejoindra le cortège de
l’ensemble des salariés le mardi après-midi. Ce sont autant d’occasions pour faire converger les combats contre les licenciements et les suppressions de postes.


Mais l’enjeu est aussi de construire un mouvement d’ensemble, pour imposer un véritable plan de sauvegarde contre le chômage et la précarité, notamment l’interdiction des licenciements et le partage du temps de travail entre toutes et tous.
 

Toutes ces échéances sont autant de possibilités, à travers des expériences de luttes menées en commun, de discussions, d’initiatives de rue, de construire l’unité du monde du travail et de ses organisations pour s’opposer à ce gouvernement de la rigueur.


A la fois sociale et politique, unitaire et s’appuyant sur les mobilisations, cette opposition est le seul rempart contre la droite et l’extrême droite.

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 11:06
Partager cet article
Repost0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 10:43

 

Suspendu depuis plusieurs mois à la décision du Tribunal de commerce de Quimper, le couperet est tombé ce lundi 10 septembre : 970 licenciements dans le pôle frais du groupe Doux sur 1700 emplois.

 

Des sites de production comme Graincourt dans le Pas de Calais sont rayés de la carte. D’autres sont amputés de la moitié voire des 2/3 des emplois. Le pôle frais est dépecé entre des groupes de volaillers comme LCD ou DUC et … Doux lui-même ! Malheureusement ce ne sont pas les quelques œufs qui ont tâché le veston de Charles Doux au tribunal qui feront office de résistance et de mobilisation.


Parmi les licenciés se retrouvent un grand nombre d’ouvrières et d’ouvriers cassés par le travail, atteints de graves TMS (Troubles Musculo- Squelettiques), pleins de haine comme le dit un délégué CGT, mais résignés et comme impuissant.


Et pourtant cette vague de licenciements peut en annoncer bien d’autres puisque Charles Doux et la banque Barclays restent aux commandes de l’entreprise c'est-à-dire des pôles « élaborés et surgelés - grand export » et doivent présenter un « plan de relance » pour le 1° décembre 2012 !


C’est triste à en pleurer sauf pour la famille Doux qui a encaissé 1 milliard de subventions publiques et qui est assise comme le dit une déléguée CGT sur des lingots d’or…


Il est encore possible de s’opposer à ce dépeçage mais cela implique une mobilisation unitaire des salariéEs, un soutien puissant et large de l'ensemble de la population, pour exiger :


- l’ouverture des livres de compte sous contrôle et tutelle publics

- la saisie du patrimoine de la famille Doux pour rembourser l’ensemble des subventions publiques que cette dynastie a perçu pendant 15 ans.

- le maintien des emplois dans le cadre d’une nécessaire refondation de la filière avicole sous contrôle public, pour une autre production de qualité et une industrie agro alimentaire à visage humain, en pleine consultation et participation des paysans et des salariéEs eux même.


A Quimper, le 12 septembre 2012


Philippe Poutou et le correspondant du NPA à Quimper

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 10:39

 

Pour toute décision politique, Hollande-Ayrault-Montebourg avait mandaté un expert pour étudier la validité économique de la fermeture du site d’Aulnay et de la suppression des 8000 emplois chez PSA.


En rappelant les 3 milliards de dividendes versés de 2009 à 2011 et les 2, 8 milliards de rachat d’actions, ce rapport montre clairement que la famille Peugeot a fait fortune sur le dos des salariés.

 

Mais respectueux des exigences du profit capitaliste, il juge la fermeture d'Aulnay inévitable et cherche à opposer salariés des usines de Madrid et d'Aulnay. Le redressement productif de Montebourg s’est transformé en redressement destructeur d’emplois.


Le maintien du site d’Aulnay et tous les emplois dans toutes les usines du groupe constituent les revendications non négociables de tous les salariés.


Le dialogue social n’y changera rien.

 

Le NPA défend l’expropriation de la famille Peugeot pour mettre en place, sous contrôle des salariés une organisation de la production qui préserve tous les emplois avec l’amélioration des conditions de travail et la progression des salaires.


Les salariés de la filière automobile se mobiliseront samedi 15 septembre avec ceux de PSA Rennes, samedi 29 septembre au Mondial de l’Automobile avec les Ford de Bordeaux et à Aulnay avec ceux de PSA et le 9 octobre au Mondial et avec l’ensemble des salariés dans la journée internationale appelée par les Fédérations Syndicales de l’Industrie Européenne.


Le NPA mettra toutes ses forces dans le succès de ces premières mobilisations dans la voie d’un tous ensemble contre l’austérité et la régression sociale.


Montreuil le 11 septembre 2012


Le rapport Sartorius est accessible sur le site automobile du NPA (Auto-critique) http://www.npa-auto-critique.org/

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 10:06

Après l’augmentation de 2 % enregistrée cet été, GDF Suez vient de transmettre à la commission de régulation de l’énergie (CRE) sa demande de révision tarifaire pour le 1er octobre.

 

Dans ce dossier, le régulateur dispose d’un avis contraignant, même si le gouvernement peut toujours décider de passer outre.

 

Au titre de l’évolution de ses coûts d’approvisionnement, l’entreprise réclame une majoration de 1 % des prix réglementés du gaz, qui concernent près de 11 millions de foyers. Mais GDF Suez plaide aussi pour une hausse de « rattrapage » de 6 points.

 

Lire sur LeFigaro.fr

 

Commentaire:

 

Autre son de cloche: GDF peut faire appel au conseil d'état pour obliger le gouvernement à faire appliquer les tarifs... Qui dit vrai?

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 09:59

 


Guérilla non violente


Par Simon Gouin (10 septembre 2012)


Rien n’arrête « le progrès ». Surtout pas un maire entêté, une poignée de paysans désespérés, des riverains désenchantés et quelques dizaines de militants écolos non violents. L’autoroute de l’électricité, qui reliera le réacteur nucléaire EPR de Flamanville, dans la Manche, à l’agglomération rennaise, continue sa progression, inexorablement. A coup de pressions, de répressions et de millions pour acheter l’opposition. Reportage à Chefresne, en Normandie, dernier bastion de la résistance à la ligne THT.

 

Lire la suite

 

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 09:23

islamophobia-terrorisme.jpg
mardi 11 septembre 2012 - 23h17

"Tout observateur honnête ne peut que constater un flagrant deux poids, deux mesures concernant le traitement respectif de l’islamophobie et de l’antisémitisme. Il est navrant de devoir le prouver mais puisqu’il s’agit aussi d’une lutte idéologique, j’accepte de me prêter au jeu.", écrit Houria Bouteldja, membre du PIR.

 

Dans un article publié sur le site du Parti des Indigènes de la République, ce lundi elle énonce les faits suivants :


1/ Premier principe : se resituer dans le contexte. Nous ne sommes plus dans les années trente. A cette époque, les Juifs étaient la cible privilégiée du racisme. Aujourd’hui, ce sont les Noirs et les Musulmans.


2/ Deuxième principe : identifier la source du racisme en question. Au début du 20e siècle (et encore avant) jusqu’à la fin de la seconde guerre dite « mondiale », les Juifs étaient persécutés par l’État : allemand, français...


L’antisémitisme était un racisme d’État. Les peuples français et allemands étaient peut-être complices, mais leur antisémitisme était adossé au racisme institutionnel qui faisait système et auquel aucun Juif ne pouvait échapper. Seul l’État a les moyens d’affréter des trains pour Auschwitz. Aujourd’hui, il serait parfaitement malhonnête de parler d’un antisémitisme d’État. Les Juifs français ne sont pas discriminés, les institutions, les médias, les intellectuels ont un goût prononcé pour le philosémitisme dont par ailleurs il faut se méfier car il peut aussi être l’expression d’un antisémitisme de la bonne conscience.

 

Quoi qu’il en soit, il ne se manifeste pas sous la forme d’une violence physique ou morale mais plutôt sous celle d’un paternalisme bon teint. On aime à théâtraliser son indignation devant des actes antisémites comme on aime a s’épancher sur la Shoah.


On ne peut pas en dire autant des racismes anti Noirs, anti Arabes (ou anti Musulmans) ou anti Roms.

 

Ces trois populations font l’objet d’un harcèlement policier maintes fois dénoncé (et notamment par Amnesty International). Les dites émeutes d’Amiens ont été déclenchées par les violences policières, ce qui est le cas pour la quasi-totalité des émeutes urbaines. Souvenons-nous que les révoltes de novembre 2005 ont été précédées par la mort de Zied et Bouna imputées à une course poursuite avec des policiers. Le sort de ces populations est également lié par les discriminations massives à l’emploi, au logement, à l’éducation et aux loisirs. La relégation sociale et spatiale est une politique de l’État.


3/ Troisième principe : Ne pas se laisser manipuler par la rhétorique du droit à la critique des religions. Pour deux bonnes raisons. La première est qu’on ne peut pas intellectuellement « critiquer l’islam » sans préciser le contexte de l’islam dont on parle. S’agit-il de l’islam de l’époque de la révélation, du 17e, 19e siècle ou d’aujourd’hui ? L’islam d’Arabie Saoudite, d’Indonésie, Ouigour, malien ou tunisien ? De la ville ou des campagnes ? Des riches ou des pauvres ? En situation majoritaire comme en Algérie ou en situation minoritaire comme en France ou en Angleterre ?

 

Celui du militant radical Malcolm X ou du rappeur intégrationniste Abd Al Malik ? L’islam comme dogme ou comme phénomène socio-politique ? Vous comprenez bien que si la pléthore de « spécialistes » de l’islam prenait la peine de définir l’objet du discours, nous « islamo gauchistes », serions moins tatillons quant au sacro-saint droit à la critique des religions. Malheureusement, vous seriez bien en peine de me citer cinq noms d’intellectuels médiatiques qui prennent toutes ces précautions.


Nous sommes confrontés à des amalgames honteux qui empêchent l’exercice même, si tant est qu’il était nécessaire d’une réelle critique des religions. Dans la bouche des grands bavards qui squattent le petit écran, l’islam est une essence et échappe à toute complexité. Les musulmans et assimilés sont ainsi enferrés dans une définition figée à l’intérieur de laquelle ils se débattent. Ils sont ainsi tenus pour responsables d’actes commis par d’autres musulmans de l’autre côté de la planète ou même sur le territoire français ; ce qui m’a fait dire, lors d’une conférence en mars dernier, « Mohamed Merah, c’est moi ! ».


La seconde raison tient à l’empathie vis-à-vis de la victime. Imaginons : je suis une journaliste de renommée à la veille de la Nuit de Cristal. Et il me prend l’envie furieuse de critiquer le judaïsme. Dans l’absolu, c’est ma liberté. Mais vous conviendrez qu’il est quelque peu irresponsable de le faire. On pourrait légitimement s’interroger sur les objectifs d’une telle pulsion. Quelle est l’urgence quand mes compatriotes juifs subissent un antisémitisme déchaîné ? Eh, bien, c’est pareil avec l’islamophobie, n’en déplaise à Sainte Caroline qui en a fait son fonds de commerce ; ce qui au passage l’a propulsée dans le cercle très étroit des éditocrates français. Cette fulgurante ascension a dû rendre Alain Duhamel vert de jalousie !


Comment peut-on expliquer ce besoin frénétique de critiquer l’islam quand l’administration américaine, première puissance du monde, décrète sa guerre contre l’axe du mal, quand les plus grands réactionnaires des États-Unis, de France, d’Espagne, d’Angleterre appellent en cœur à la guerre en Afghanistan, en Iran, en Irak ?


Et que les populations désormais vues comme musulmanes (avant elles étaient « issues de ») sont les cibles privilégiées des politiques répressives d’États (loi contre le voile à l’école, contre la burqa, contre les assistantes maternelles voilées, contrôles policiers...) ?


4/ Quatrième principe : Le remède à l’antisémitisme et à l’islamophobie n’est pas le « dialogue des religions ». Lorsque le racisme vient de l’État, c’est l’État qu’il faut réformer et ses pratiques discriminatoires. Lorsque l’intolérance vient d’en bas (entre les communautés juives et musulmanes par exemple), il faut d’une part s’attaquer aux pratiques inavouées de l’État, de ses institutions, des intellectuels, des médias qui privilégient la communauté juive par rapport aux autres, mais également au traitement du conflit colonial en Palestine et de ses répercussions en France.


Le dialogue des cultures n’est en rien une solution car les cultures et les religions ne sont en rien à la source de cette guerre puisqu’il s’agit d’un confit colonial entre un occupant surpuissant et soutenu et un occupé misérablement faible et isolé. Dans tous ces cas de figure, la lutte n’est pas morale. Elle est politique."


Houria Bouteldja aurait pu ajouter une remarque également importante concernant le deux poids, deux mesures pratiqué par l’Etat en matière d’actes racistes. En effet, la moindre agression, y compris fantasmée, contre des Juifs devient aussitôt une affaire d’Etat et fait la une des médias, tandis qu’on peut jeter un Saïd Bourarach dans le canal de l’Ourcq ou assassiner un Chaib Zehaf, un père de famille de trois enfants, (Oullins dans le Rhône), pour des motifs clairement racistes, sans que cela suscite la moindre émotion parmi nos dirigeants et plumitifs. A noter que les agresseurs identifiés de Saïd Bourarach sont en liberté....

 

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article129986

 

Commentaire:

 

Cette analyse est celle d'une responsable des "indigènes de la république",  ce n'est qu'un éclairage sur l'opinion d'une bonne partie de la jeunesse "d'origine immigrée", pas celle du NPA. Nous ne partageons pas des appréciations comme : "On aime à théâtraliser son indignation devant des actes antisémites comme on aime a s’épancher sur la Shoah". Il y a des limites à dans la polémique!

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg