Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 11:40

4 juin 2012 à 06h50

 

Une bagarre a éclaté, samedi, vers 18 h 30, sur le parking de Chorus, à Vannes, entre des participants à un colloque d'identitaires bretons et des habitants du quartier de Kercado.


Des membres d'associations d'identitaires bretons s'étaient donné rendez-vous à Vannes, dans la salle de réunion d'un hôtel, samedi après-midi, pour «un colloque breton sur l'immigration», organisé par War Raok, La voix de la nation bretonne, Résistance républicaine et Jeune Bretagne, les identitaires bretons.


Des jeunes Vannetais, «choqués qu'une telle réunion puisse se tenir à Vannes», sont venus «tenter de débattre avec les identitaires».


La situation a aussitôt dégénéré entre les deux groupes d'une trentaine de personnes. La police est intervenue, mettant fin aux échauffourées. Deux jeunes de Kercado ont été blessés.

http://vannes.letelegramme.com/local/morbihan/vannes-auray/vannes/vannes-la-reunion-d-identitaires-bretons-degenere-en-bagarre-04-06-2012-1724799.php

 

Remarque: Les habitants du quartier, ne seraient-ils pas "un tout petit peu" intolérants selon la presse?Et puis s'ils avaient 7% comme en Grèce, 20 députés et frappaient des immigrés et des "mauvais bretons"  dans la rue avec l'aide des flics? Hein? Cà serait pas plus chouette? Ces antifascistes, quels boulets!


 


Partager cet article
Repost0
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 10:32
Social samedi 02 juin 2012

Une trentaine de personnes s’est réunie ce samedi matin, boulevard Jean-Moulin à Brest, devant la stèle dédiée aux victimes de l’amiante.

Une trentaine de personnes s’est réunie ce matin, boulevard Jean-Moulin à Brest, devant la stèle dédiée aux victimes de l’amiante. Celle-ci a été érigée il y a quatre ans avec la participation de la ville de Brest en hommage aux victimes de l’amiante.  

 

« Elle évoque aussi la souffrance en silence de nombreux malades », rappelle Gérard Frechou, président de l’Association départementale d’aide aux victimes de l’amiante (Addeva)

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Brest.-Ceremonie-en-memoire-des-victimes-de-l-amiante_40779-2083039------29019-aud_actu.Htm

Partager cet article
Repost0
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 10:26

injures

2 juin 2012 

 

Le conflit dans les cantines et haltes d'accueil a connu sa troisième journée, hier, et le mouvement a été reconduit pour la semaine prochaine. La municipalité envisage un dispositif avec des pique-niques, à partir de lundi.

Une nouvelle fois, le mouvement lancé par la section CGT Éducation-enfance de Brest Métropole Océane a largement perturbé, hier, les cantines. Selon le syndicat, trois seulement étaient ouvertes sur 41. Il faisait état, aussi, de la fermeture d'une poignée de garderies. Le service communication de la ville invitait hier les familles à s'assurer lundi, avant de confier leur enfant, de l'ouverture des services en question. On y disait aussi réfléchir à une organisation dès lundi «afin que le mouvement ait le moins d'impact possible pour les parents et les enfants, ce en essayant d'assurer un certain nombre de repas sous des formes simplifiées, tels que des pique-niques, équilibrés».

«Manque de dialogue»

Pour sa part, Éric Pellennec, délégué CGT, se disait désolé des conséquences du mouvement sur les familles. «Parmi nous, des parents sont confrontés eux-mêmes à la situation, mais la responsabilité de ce conflit est celle de l'employeur, qui joue le pourrissement. Manque de bol, le mouvement se durcit». Le délégué appelait hier les agents «à déstabiliser au maximum le fonctionnement, au vu du cynisme et du manque de dialogue de la part de la collectivité».

 

La CGT évoquait par ailleurs des propos qui auraient été tenus par l'adjoint aux finances, lors d'un conseil de communauté, comme quoi «le gel du point d'indice avait permis de faire des économies dans le budget de fonctionnement». Larevendication du syndicat porte sur la revalorisation du régime indemnitaire, en deux temps, de 50€. «Même avec cela, on sera loin du compte, au regard de la perte de pouvoir d'achat», juge-t-il.

Assemblée mercredi

Jean-Louis Le Guen, secrétaire général de la CGT de BMO, a annoncé la tenue d'une assemblée mercredi, à 11h, à la maison du Peuple. Éric Pellennec a évoqué le premier tour des législatives le dimanche 10juin, considérant que le personnel avait certains moyens de pression sur la bonne tenue du scrutin.

 

http://brest.letelegramme.com/local/finistere-nord/brest/ville/conflit-dans-les-cantines-le-mouvement-reconduit-02-06-2012-1723498.php

Partager cet article
Repost0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 15:35

 

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 15:34

poupin

Partager cet article
Repost0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 15:25


Condamné en 2010 pour sa responsabilité dans le naufrage de l’Erika, Total s’est pourvu cassation le 24 mai. Le verdict est attendu en septembre. Si la Cour de cassation annule la condamnation du monstre pétrolier, ce sera une catastrophe pour les victimes du naufrage.

Le 12 décembre 1999, l’Erika, navire vétuste transportant 37 000 tonnes de fioul à son bord, faisait naufrage. Celui-ci provoquait une marée noire majeure sur 400 km de côtes bretonnes, le chômage technique ou le licenciement pour les « travailleurs de la mer », le recul de l’économie locale, notamment dans les secteurs de la pêche côtière et du tourisme, la mort de 150 000 oiseaux mazoutés, le saccage de kilomètres de plages ! Cette catastrophe a provoqué immédiatement une très forte émotion et une extraordinaire mobilisation.

 

À travers la coordination rapidement organisée, les syndicats de marins pêcheurs, les associations écologistes, des ornithologues ainsi que les populations et élus locaux directement concernés ont lutté dans la durée pour obtenir enfin que les pollueurs soient les payeurs. Des manifestations, nombreuses et souvent originales, des interpellations de l’État et de l’Union européenne ont été organisées. Cette lutte unitaire et exemplaire a suscité un soutien populaire bien au-delà de la région polluée !


Sans l’ampleur de cette mobilisation, la cour d’appel de Paris n’aurait sans doute pas confirmé la condamnation pénale de Total en 2010, en tant qu’affréteur, ainsi que celle de la société de certification Rina. Pour la première fois le préjudice écologique était admis, les plaignants allaient être partiellement dédommagés, et le principe de pollueur/payeur enfin reconnu allait pouvoir s’appliquer ! Formidable victoire qui remettait un peu les choses à l’endroit : elle imposait des limites au pouvoir absolu des affréteurs, propriétaires et armateurs d’accumuler le profit au mépris de la vie des populations. Reconnaissance enfin, après onze ans de bagarres déterminées, que l’intérêt collectif prime sur l’intérêt du plus fort !

Une première victoire peut-être remise en cause…


Évidemment, Total n’accepta pas ce jugement et c’est sans surprise qu’il s’est pourvu en cassation. L’avocat général a demandé le 24 mai l’annulation de la condamnation au motif que la justice française ne serait pas compétente car l’Erika, qui battait pavillon maltais, a coulé hors des eaux territoriales françaises dans une zone qui renvoie la compétence de jugement aux juridictions du pays dont le navire porte le pavillon.


Avec un certain cynisme, l’avocat de Total a annoncé que les 201 millions d’euros (171 pour Total et 30 pour Rina) déjà versés aux parties civiles à la suite du rendu des derniers jugements ne seraient pas réclamés ! C’est vrai que cette somme représente bien peu face à ses 12 milliards de bénéfices annuels !


Mais sur le fond, cela signifie que cette énorme industrie pétrolière préfère perdre un peu d’argent aujourd’hui pour garder son pouvoir illimité de transporter à moindre coût ses cargaisons dangereuses quelles qu’en soient les conséquences !


Si la Cour de cassation suit les demandes de l’avocat général, casse les précédents jugements sans renvoyer le procès devant aucune cour, c’est la victoire complète de Total, pas de condamnation, pas de jurisprudence, pas de principe pollueur/payeur, la victoire de la loi du profit contre le droit à la vie !

Mais la légitime colère ne s’arrêtera pas à la porte des tribunaux !


Les mobilisations qui ont suivi la catastrophe de l’Erika posaient fortement la question de notre avenir écologique : de quelle énergie avons-nous vraiment besoin ? Comment obtenir le développement d’énergies renouvelables plus respectueuses de l’homme et de l’environnement ? Et qui décide ?


À ces questions, avec beaucoup d’autres (associations écologistes ou altermondialistes, syndicats de marins…) nous voulons porter des revendications radicales, anticapitalistes, que nous gagnerons par nos luttes, pour que le transport maritime ne soit plus soumis à la loi de la jungle capitaliste et au pouvoir d’un droit qui se moque de la justice : la fin des pavillons de complaisance, à commencer par ceux utilisés par l’État français, l’adoption d’un plan de suppression des bateaux poubelles, la relance de chantiers navals publics pour la construction de nouveaux bateaux, la transparence entre tous les acteurs du transport maritime, l’adoption de sanctions réelles contre les pollueurs, la traçabilité complète de l’état de chaque navire depuis sa construction jusqu’à sa destruction.


Mais aussi : un vrai statut « international » des marins qui les protège réellement, pour éviter notamment le scandale des équipages abandonnés dans des ports avec le bateau, sans aucun droit, pour tendre vers des rémunérations et des droits sociaux homogènes quelque soit leur pays d’origine.


Pour le NPA, l’écosocialisme est un réel combat, parce qu’il porte des revendications pour aujourd’hui et dessine pour demain la société enfin débarrassée du capitalisme que nous voulons !


Roseline Vachetta

Partager cet article
Repost0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 15:13


Sans surprise, Parisot s’oppose à toute avancée sociale....

Laurence Parisot, la patronne des patrons, a fait son grand retour le 22 mai dernier lors de la conférence de presse mensuelle du Medef, la première depuis l’élection de François Hollande.

 

Tout en prenant acte des résultats des urnes – elle qui avait soutenu Sarkozy et qui s’était faite plutôt discrète en milieu de la campagne – la présidente du Medef a incité le nouveau président à continuer la politique du sortant et en aucun cas à appliquer le programme du candidat socialiste.

 

En effet, pour le Medef, si les quelques « mesures » proposées par le candidat Hollande étaient appliquées ce serait la fin de la compétitivité du pays et l’explosion du chômage. Selon Laurence Parisot, les entreprises ne pourraient pas tenir le « choc » du retour partiel de la retraite à 60 ans mais aussi du « coup de pouce » au Smic.

 

Autre sujet d’inquiétude pour le patronat, la taxation à 75 % des revenus à partir d’un million d’euros et plus généralement l’alourdissement de la fiscalité qui « isolera la France » sur la scène internationale.

 

Au total, la présidente du Medef a évalué à près de 27 milliards d’euros le coût des nouvelles « charges sociales et fiscales » qui pèseront sur les entreprises si le programme du candidat François Hollande était appliqué et qui n’auront qu’une seule conséquence pour le patronat : la fin des embauches. Le Medef plaide donc pour un « désendettement compétitif »

 

Ben voyons !

 

Sans utiliser le mot, le Medef défend évidemment l’austérité… pour les salariéEs et rien que pour les salariéEs. Ses priorités sont claires et connues : discipline budgétaire, compétitivité et baisse des prélèvements obligatoires pour les entreprises.

 

Alors que la TVA sociale de Sarkozy si chère au patronat risque de tomber à l’eau, le Medef revendique désormais un transfert du financement de la protection sociale des cotisations sociales sur la CSG… Bref au lieu d’augmenter la TVA, il faudrait désormais augmenter la CSG mais avec toujours le même objectif, celui d’en finir avec le salaire socialisé assurant la protection sociale des salariéEs.


Pour le Medef, la priorité pour la « conférence sociale » de juillet sera d’être axée sur la réforme du marché du travail pour renforcer « l’employabilité compétitive » – nouveau concept du Medef qui veut dire flexisécurité, le financement de la protection sociale (questions de santé incluses), la modernisation du dialogue social ainsi que la qualité de vie au travail. On le voit, le patronat ne lâche aucun de ses objectifs.

 

Il n’entend pas abandonner ses attaques contre la hiérarchie des normes avec les « accords compétitivité emploi » permettant aux patrons de moduler à volonté les horaires et les salaires et veut remettre sur le devant de la scène le fameux contrat unique à droits progressifs qui supprimerait le contrat à durée indéterminé (CDI) trop avantageux pour les salariéEs… bref de la précarité pour tous et toutes.


Le Medef a donc décidé de mettre la pression sur ce gouvernement qui est loin de vouloir « tout changer » en profondeur, en particulier d’abroger des réformes que Sarkozy a mis en place et qui fait la joie du patronat aujourd’hui et qui se refuse de redistribuer réellement les richesses. Pour cela, il faudra une solide opposition à sa gauche et dans la rue !


Sandra Demarcq

Partager cet article
Repost0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 15:06

caoret.jpg

Partager cet article
Repost0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 15:01

 

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 14:18
arton2389.jpg
31 mai 2012
  

La grève étudiante, dans la foulée du mouvement Occupy/Occupons et de la grève étudiante chilienne, et à son image, se transforme en début de soulèvement social. Ce faisant, elle met à l’épreuve le mouvement social organisé, particulièrement les syndicats et les partis politiques.


Les Libéraux et la CAQ ont favorisé la ligne dure et la manière dure. Québec solidaire, dés le départ, a non seulement appuyé la grève mais ramené à l’avant-scène son choix de la gratuité scolaire. Option nationale l’a suivi sur ce terrain. Le PQ, se contentant d’abord de la seule critique des Libéraux, a fini par arborer le carré rouge puis appuyer la revendication du gel des frais de scolarité… plus l’indexation.

 

Tous en appellent à la « paix sociale », quelque soit la méthode dure ou molle, craignant comme la peste, ouvertement ou discrètement, l’émergence d’un pouvoir de la rue.


Si on s’assigne comme but stratégique un Québec (et un Canada) anticapitaliste, c’est-à-dire écosocialiste [1] et si on identifie la lutte pour l’indépendance du Québec comme le maillon faible de la bourgeoisie canadienne [2] l’atteinte de ce but stratégique passe par la lutte pour l’indépendance… y compris pour le Canada.

 

Jusqu’à quel point la grève étudiante rapproche-t-elle le peuple québécois du but ? Toute émergence d’un embryonnaire pouvoir populaire nous en approche, encore doit-il être souhaité et favorisé par un parti de gauche.

 

Toute lutte sociale de grande envergure y contribue, encore doit-elle être prise à bras le corps par le mouvement social organisé, surtout syndical. Toute revendication doit être placée dans la perspective de l’indépendance. À tous ces niveaux, le bât blesse.

 

Voilà un défi lancé aux collectifs anticapitalistes de Québec solidaire, jusqu’ici aux abonnés absents.

 

Lire la suite

 

Pour en savoir plus:

 

http://www.lagauche.com/lagauche/index.php

 

http://www.pressegauche.org/

 

http://www.quebecsolidaire.net/

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Qu%C3%A9bec_solidaire

 

http://www.marcbonhomme.com/


 



Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg