Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 10:26

bombe atomique1

 

 

Jean-Marie Matagne, président d’Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire, est en grève de la faim depuis le 15 mai pour demander un référendum pour l’abolition de l’arme nucléaire.

 

 

 

Le peuple français n’a jamais été consulté sur la question des armes nucléaires, armes de crimes contre l’humanité construites en son nom et avec ses subsides - 300 milliards d’Euros, et cela continue.


50 ans d’omerta militaire et nucléaire, ça suffit. Le changement, c’est maintenant.


Exigeons du nouveau Président, du nouveau gouvernement et des candidats à la députation qu’ils engagent la France dans la négociation d’une Convention d’élimination de toutes les armes nucléaires.

 

Cette question est inscrite à l’agenda international, elle doit être posée aux Français : "Approuvez-vous que la France participe avec les autres Etats concernés à l’élimination complète des armes nucléaires, sous un contrôle mutuel et international strict et efficace ?"

 

Pour obtenir le référendum qui nous permettra de la trancher démocratiquement, Jean-Marie Matagne, 68 ans, président d’ACDN, est entré en grève de la faim le 15 mai 2012.


Soutenons cette action, et rejoignons-la par tous moyens à notre disposition.

Comment agir ?


- Ecrire au président de la République
- Adhérer au comité de soutien
- Organiser des jeûnes tournants symboliques de solidarité
Rendez-vous sur le site d’ACDN pour plus de détails sur ces actions et sur le site du comité de soutien

Contact :
csgf.rahan@gmail.com
05 16 22 01 39

 

http://groupes.sortirdunucleaire.org/2012-Greve-de-la-faim-pour-le

Partager cet article
Repost0
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 10:16
NPA
30 mai 2012
  

Hollande a reçu Mohamed 6, le roi du Maroc moins de deux semaines après son entrée en fonction, faisant de lui le premier chef d’état reçu à l’Elysée.

 

Sans doute la monarchie avait besoin de s’assurer que l’Etat français continue son soutien sans faille à la dictature.

Cette « précipitation » est liée à la conjoncture particulière que traverse le Royaume. La question du Sahara occidental est revenue sur le tapis après le retrait avec fracas de sa confiance à Christopher Ross, l’envoyé spécial des Nations Unies au motif que celui-ci, en charge des interminables tractations entre le royaume et le Polisario aurait fait montre d’un tropisme envers ces derniers.

 

Le monarque a besoin de s’assurer de la continuité du soutien de l’Etat français à la position marocaine, niant le droit à l’autodétermination.


Par ailleurs, la monarchie est incapable de répondre à la crise sociale et politique qui se développe dans le pays comme en témoigne la manifestation monstre du 27 mai, avec plusieurs centaines de milliers de personnes, à l’appel d’organisations syndicales et soutenue par les organisations démocratiques et du mouvement social.


La dictature mène depuis plusieurs mois une répression systématique dont l’ampleur vient d’être dévoilée par le dernier rapport d’Amnesty international. Ce sont des centaines de condamnations qui ont eu lieu depuis que le M20F a inauguré la contestation démocratique avec son lot de tortures, d’enlèvements, de criminalisation du droit de grève et de manifestation.


Malgré ce retour sans fard aux pratiques des « années de plomb », l’Elysée « a salué le processus de réforme démocratique, économique et sociale en cours dans le royaume à l’initiative du roi, soulignant que  »la France se tient au côté du Maroc dans la voie qu’il a choisie de modernisation économique et d’approfondissement de l’Etat de droit".

 

Il a également réaffirmé son attachement à l’amitié entre la France et le Maroc et souligné son caractère exceptionnel grâce aux nombreux liens entre nos deux pays ».


Le NPA dénonce le soutien à la monarchie et la continuité des politiques néo coloniales.

 

Il affirme sa solidarité avec les mobilisations populaires et démocratiques et les luttes visant à mettre fin au despotisme. Il réaffirme son soutien à tous ceux qui militent pour que soit mise en place une république en lieu et place de l’actuelle monarchie marocaine.

 


Partager cet article
Repost0
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 09:45

brest rural

 

Chris Perrot (les Alternatifs) et Michèle Le Roux (Suppléante NPA)

 

« La sortie du nucléaire, il faut avancer ce dossier. Et on voit que cela ne va pas avancer avec la gauche plurielle ».

 

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Legislatives.-Les-candidats-de-Brest-rural-face-a-la-camera_40771-2082678-pere-bre_filDMA.Htm

Partager cet article
Repost0
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 09:36

injures

Nous observons seulement qu'il a de l'argent pour un tram ou des festivités gigantesques, mais pas pour les ouvriers», attaque bille en tête Éric Pellennec.


1 juin 2012 - 

 

La grève des agents de la ville, notamment chargés d'assurer le service des cantines scolaires, a continué hier etse poursuivra aujourd'hui. Leservice decevendredi nedevrait pas être assuré.


Remontés! À l'heure de la pause déjeuner, les agents de la ville se retrouvent dorénavant devant la porte de l'hôtel de ville pour répéter leur malaise, au lieu de servir les têtes blondes aux quatre coins de Brest. Entamée mardi, la grève des cantines s'est ainsi poursuivie hier et se poursuivra aujourd'hui. Et sans doute bien au-delà, à en croire la CGT, si leur employeur, la mairie de Brest, continue à faire la sourde oreille à leurs revendications.

 

Hier, seules cinq cantines ont pu accueillir les enfants (Dukas, Algésiras, Quéliverzan, les Quatre-Moulins et Vauban). Aujourd'hui, à en croire Éric Pellennec, secrétaire de la CGT Éducation-Enfance, il n'en restera que trois. «Le mouvement se durcit. Et encore, il peut se durcir davantage. Ce n'est pas notre faute, mais celle de la collectivité. On a essayé le dialogue, elle le refuse. La collectivité prendra donc ses responsabilités».

Jusqu'aux vacances d'été?

Au coeur du problème, le salaire et spécialement l'indemnité versée par la mairie. Elle est aujourd'hui quantifiée à 174€ dans le salaire des agents territoriaux et la CGT souhaite son augmentation à 224€, en deux temps. «Nous sommes des smicards, des agents de catégorie C, poursuit-il, nos salaires sont gelés depuis trois ans, nos cotisations ont été alourdies et, en cas de maladie, nous devons maintenant un jour de carence. Nous sommes moins payés qu'il y a un an».

 

Voici pourquoi ils réclament à François Cuillandre, et son équipe, deux hausses salariales de 30€ net le 1er juillet et de 20€ net en juillet 2013, «Nous ne ferions que compenser la moyenne indemnitaire, qui est de 224€ dans le grand Ouest. Mais il fera comme il voudra.  

 

Nous observons seulement qu'il a de l'argent pour un tram ou des festivités gigantesques, mais pas pour les ouvriers», attaque bille en tête Éric Pellennec.

 

Pour parvenir à leurs fins, les grévistes n'excluent pas non plus de durcir encore ce mouvement largement suivi, au moins dans les cantines scolaires. Ils ont pour eux le temps et l'absence de service minimum imposé dans lafonction publique territoriale. «En faisant grève deux heures par jour, nous tiendrons, sans souci, jusqu'à la fin de l'année scolaire. Nous ne lâcherons rien», promet Éric Pellennec.

Bientôt les garderies...

Il embraye: «jusqu'à présent, nous avons prévenu les parents pour qu'ils puissent s'organiser. Mais il est possible qu'en cas d'absence de négociations, nous fassions tourner la grève entre les haltes d'accueil du matin ou du soir, ainsi que la cantine. Et là, nous ne préviendrons pas. Ce sera la surprise».

 

Fâché tout rouge, le délégué syndical s'étrangle: «C'est quand même terrible que, dans une municipalité dite de gauche, les élus ne comprennent pas la lutte et qu'il faille toucher à l'humain pour faire réagir». Hier, d'autres agents issus d'autres services ont mené une assemblée générale. Une contagion à d'autres compétences municipales n'est donc pas à exclure. «Et puis dans une semaine, il y a des élections. Nous devons ouvrir les bureaux de vote...».

Vaste programme.

  • Steven Le Roy

«Sur les 7.000 repas distribués àl'ordinaire, seuls 600 ont été servis. Nous continuons cevendredi»

  • Éric Pellennec, délégué CGT.

http://brest.letelegramme.com/local/finistere-nord/brest/ville/greve-des-cantines-le-mouvement-continue-01-06-2012-1722293.php

Partager cet article
Repost0
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 09:32

31 mai 2012 à 07h14 - 

 

Le projet d'aéroport international de Notre-Dame des Landes, au nord de Nantes, est certainement l'un des plus gros dossiers que va devoir gérer le nouvel exécutif dans l'Ouest. Pour autant, est-il économiquement viable? Quel en sera l'impact pour les autres aéroports bretons ? Depuis des décennies, ce débat divise l'opinion.


S'il voit le jour, l'aéroport de Notre-Dame des Landes ne devrait pas avoir un lourd impact sur l'activité des autres plateformes bretonnes. Éric Fournier, le directeur de Brest-Guipavas, n'est pas inquiet.


Selon lui, «trois heures de route pour prendre un avion, c'est long.

 

Je ne pense pas que notre clientèle le fera. De plus, cela coûte parfois moins cher d'investir dans un préacheminement Brest-Paris et ainsi, avoir accès à une large palette de destinations. D'autant qu'on assiste, en ce moment, à une concentration des long-courriers sur Paris. Seul l'aéroport de Nice tire son épingle du jeu en continuant à proposer des grandes liaisons intercontinentales. Cette conjoncture nous est favorable. Certes, peut-être changera-t-elle demain.

 

Mais, actuellement, je considère que nos vrais concurrents se trouvent à Quimper, aéroport qui offre des liaisons régulières avec Paris». À Quimper-Pluguffan, autre aéroport géré par le groupe Vinci, Thierry Ligonnière ne craint pas que le ciel s'assombrisse au-dessus de son tarmac. «Nous gérons un équipement de proximité qui propose des vols réguliers sur Paris et quelques vols saisonniers. Notre ambition n'est pas de multiplier les lignes européennes. Notre potentiel de développement ne se trouve pas là.»

Plus de risques pour Rennes

À Rennes, en revanche, l'aéroport pourrait souffrir énormément de la proximité de Notre-Dame desLandes, commune distante de90kilomètres. D'autant que le nouvel aéroport sera connecté à Rennes et Nantes par une voie express et une liaison ferroviaire rapide à l'horizon 2025.

 

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/bretagne/aeroport-de-notre-dame-des-landes-quelles-turbulences-pour-la-bretagne-31-05-2012-1721633.php

Partager cet article
Repost0
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 09:28

plans-sociaux.jpg

Partager cet article
Repost0
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 14:17

 


 par E_varlin

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 13:42

Par Sophie Chapelle (30 mai 2012)


Des milliers de variétés de semences pourraient être privatisées.

 

Cela se passe en Inde, où les multinationales Monsanto, Syngenta, ou la française Limagrain, tentent de s’accaparer ce bien commun. De quoi mettre en péril la souveraineté alimentaire de l’Inde, dont les variétés végétales ancestrales seraient brevetées et privatisées par les multinationales de biotechnologies. L’écologiste indienne Vandana Shiva sonne la contre-attaque.

 

Lire la suite


Partager cet article
Repost0
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 13:37

Par Nolwenn Weiler (31 mai 2012)


Deux cents migrants, dont de nombreux demandeurs d’asile et une soixantaine d’enfants — originaires de Mongolie, Côte d’Ivoire, Afghanistan, Arménie et Géorgie — occupent depuis le 8 mai une ancienne maison de retraite à Pacé, au nord-ouest de Rennes.

 

La réquisition a été organisée par l’association Droit au logement (DAL) au soir de la victoire de François Hollande, le 6 mai. Histoire de signaler au Parti socialiste, dont font partie de nombreux élus locaux, plutôt timides sur le sujet, que les associations les attendent au tournant.


« Les expulsions policières des réquisitions se suivent et se ressemblent. Les élus se taisent ou disent ne pas savoir. Ils n’ont pas d’avis sur la question, aucune interrogation sur le devenir des résidents, aucune condamnation à exprimer autre que celle des occupations menées par le DAL en Île-et-Vilaine, aucune envie de venir sur place, de constater les dégâts, de rencontrer les familles, de s’informer, de proposer leur aide, de s’engager pour le respect de l’application de la loi », déplore Yannic Cottin, un militant local du DAL.


Un rapport publié jeudi 24 mai par Amnesty International, souligne que la situation des migrants en France n’est pas pas conforme à la Convention européenne des droits de l’homme. En cause : près des deux tiers des demandeurs d’asile n’ont pas accès aux centres d’accueil qui leur sont pourtant destinés, se retrouvant ainsi à la rue ; ils n’ont pas le droit de travailler pendant l’examen de leur demande en première instance ; et, dans la majorité des cas, l’autorisation de travail à laquelle ils peuvent normalement prétendre durant la procédure d’appel leur est refusée.


Amalgame sarkozyste


Opposé aux régularisations massives, François Hollande s’est engagé à améliorer les conditions d’accueil des demandeurs d’asile, en accélérant la durée de l’examen de leurs dossiers pour la ramener de 24 (!) à 6 mois.

 

Mais comment le gouvernement réagira-t-il si un nouveau mouvement de sans papiers émerge, comme ce fut le cas lors de l’occupation de l’église Saint-Bernard à Paris en 1997, ou plus récemment avec le mouvement des travailleurs sans papiers ? « Les migrants qui sont en situation irrégulière n’ont pas vocation à rester sur le sol français. Je pense que la gauche doit être très claire sur cette question », avait affirmé Manuel Valls au moment où son prédécesseur Claude Guéant expulsait des jeunes Tunisiens, venus en France suite à la révolution qui a secoué leur pays l’année dernière.


C’est à Nicolas Sarkozy que l’on doit l’amalgame entre sécurité intérieure et immigration. Avant 2007, la politique de l’immigration relevait de plusieurs ministères : Affaires étrangères, Emploi et Affaires sociales, et Intérieur. En décidant de maintenir l’immigration au sein du ministère de l’Intérieur, le nouveau gouvernement ne rompt pas, pour l’instant, avec le sarkozysme sur ce sujet.

 

http://www.bastamag.net/article2434.html

Partager cet article
Repost0
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 13:25
JPEG - 145.9 ko


de : CAPJPO
jeudi 31 mai 2012 - 10h27

Mahmoud Sarsak, du camp de réfugiés de Rafah dans la bande de Gaza, a 25 ans.

 

Il est footballeur professionnel. Il a été arrêté le 22 juillet 2009 au check-point d’Erez alors qu’il se rendait à Naplouse, en Cisjordanie, pour participer à un match de l’équipe nationale palestinienne de football. Après 30 jours d’interrogatoire, il a été condamné en vertu d’une "loi sur les combattants illégaux" qui permet à Israël d’incarcérer de manière illimitée des prisonniers. Et il en est à son 72ème jour de grève de la faim !


L’association Addameer lance un appel au secours et informe le monde qu’Israël n’a pas tenu ses promesses, celles qui ont récemment amené près de 2000 prisonniers palestiniens à mettre un terme à leur longue grève de la faim.

Dans les deux semaines qui ont suivi, plus de 25 prisonniers ont été kidnappés après leur libération ou ont eu leur détention « administrative » renouvelée.


L’accord ne contenait aucune clause explicite garantissant la fin de cette détention arbitraire, sans procès, mais les prisonniers et les négociateurs avaient reçu des engagements concernant la restriction de cette pratique, désormais.

« Nous pensons que le côté palestinien et le côté égyptien ont fait la même erreur, ce qui laisse le côté israélien déterminer lui-même ce que les termes de l’accord signifient », a déclaré Mourad Jadallah, un représentant d’Addameer, le groupe de défense des droits des prisonniers basé à Ramallah, en Cisjordanie occupée.


« Israël a manipulé à l’extrême les termes de l’accord », a déclaré à la radio palestinienne Jawad Boulos, l’un des avocats. « C’est triste, douloureux et irritant, et pas seulement pour nous mais pour les prisonniers qui ont déjà vu leur incarcération prolongée trois ou quatre fois. »


La plupart des 2000 prisonniers grévistes ont jeûné pendant tout un mois. Mais plusieurs d’entre eux avaient refusé la nourriture jusqu’à 77 jours d’affilée - suscitant des craintes en Israël d’une révolte palestinienne si l’un d’eux venait à décéder. Israël détient 4800 Palestiniens dans ses prisons.


Deux prisonniers ont refusé d’accepter l’accord et sont toujours en grève de la faim.

 

L’un d’eux est Mahmoud al-Sarsak, en prison depuis 3 ans et en grève de la faim depuis 72 jours. Son état est critique.


L’association "Stop the Wall" souligne à cette occasion le caractère indécent de la décision de l’UEFA de faire jouer en Israël la coupe européenne de football juniors, en mars 2013, et de laisser Israël participer aux jeux olympiques à Londres, alors que ces pratiques, tortures, assassinats, emprisonnements arbitraires, y compris de sportifs, sont quotidiennes.


Elle s’adresse à tous les sportifs et notamment aux footballeurs pour leur demander d’obliger leurs gouvernements à faire respecter par Israël le droit international et obtenir la libération de Mahmoud, privé de toute carrière sportive comme de nombreux athlètes palestiniens.


Source : http://www.stopthewall.org/2012/05/...

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg