Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 09:16

27 mai 2012

 

Les demandeurs d'asile occupent le hall d'accueil dela mairie depuis vendredi après-midi afin d'obtenir un hébergement durable pour tous.


Depuis vendredi après-midi, soutenues par le collectif Casss Papiers, quatre familles de demandeurs d’asile et un jeune célibataire occupent le hall de la mairie de Brest.

Des matelas à même le sol, des valises…

 

Depuis vendredi, 16 h, soutenus par le collectif Casss Papiers, 17 demandeurs d’asile occupent le hall de la mairie de Brest. Ils y ont dormi. Le Samu social a apporté du pain.


Il y a trois familles albanaises - dont deux mères célibataires - avec deux enfants chacune, âgés de 8 à 15 ans. Il y a également une famille géorgienne avec deux enfants, et un jeune homme âgé de 23 ans. « Vendredi soir, la préfecture a proposé un hébergement pour trois familles, celles qui ont les enfants les jeunes. Mais juste pour le week-end, et avec un changement d’hôtel. La proposition a été refusée, explique un membre de Casss papiers. Ils souhaitent une solution durable, et qui concerne l’ensemble des demandeurs. »


Avant cette occupation, pendant plusieurs jours, ces personnes ont dormi dans un couloir de 10 m2, à l'Aftam. Sur le port de commerce de Brest, c'est l'association mandatée pour accueillir les demandeurs d'asile à leur arrivée à Brest. Mais le foyer est complet.

 

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Brest.-La-mairie-occupee-par-des-demandeurs-d-asile_40779-2080790_actu.Htm

Partager cet article
Repost0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 08:53

1ere c1er c2

 

Réunion publique
avec
André Bernard, Front de Gauche, candidat aux législatives,
Janine CARRASCO, remplaçante, NPA,
Michel KERNALEGUEN, artisan
Guy JOURDEN, membre du CESER
Mercredi 30 mai - 20h00
Mairie de Briec
Partager cet article
Repost0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 08:42

1ere c1er c2

 

Réunion publique
avec
André Bernard, Front de Gauche, candidat aux législatives,
Janine CARRASCO, remplaçante, NPA,
Christophe MONTGERMONT, syndicaliste Veolia Eau
Jean-Marie CLERY, enseignant syndicaliste
Jean Paul Sénéchal, agent Hospitalier, Syndicaliste
Mardi 29 mai - 20h00
Halles St François, salle n° 1

Partager cet article
Repost0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 13:15

sam22-copie-1.jpg

Partager cet article
Repost0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 10:02

uneTEAN_0_32.preview-copie-1.jpg

Partager cet article
Repost0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 09:41

Déclaration de la IVe Internationale

Depuis deux ans le peuple grec lutte contre l’austérité imposée par la « Troïka » (le FMI, la Commission européenne et la Banque centrale européenne).

 

Après dix-sept journées de grève générale, après les manifestations massives et les occupations des places par les aganaktismeni (indigné-e-s), après les occupations des entreprises, le peuple grec a rejeté, lors des élections du 6 mai, les partis qui ont accepté les « mémorandums » imposés à la Grèce par plus de 60 % de suffrages exprimés et a accordé 37 % aux partis à la gauche du libéralisme antisocial du Pasok.


Depuis deux ans, écrasée par l’endettement public, qui a servi de débouché pour la suraccumulation du capital financier, la Grèce est devenue le laboratoire des politiques visant à faire payer la crise capitaliste par la population. Les « plans de sauvetage » imposés à la Grèce n’ont qu’un but : garantir le paiement de la dette de l’État grec aux banques pour préserver les capitaux spéculatifs de la bulle financière qu’ils ont créée.

 

Les « mémorandums » qui accompagnent ces plans visent à tester en Grèce pour voir jusqu'à quel point le capital peut accaparer la richesse produite par les travailleurs en les paupérisant.

 

Les effets de cette politique sont la brutale réduction des salaires et des retraites, la déconstruction du code du travail, la montée brutale du chômage (qui atteint déjà en Grèce 21,2 % de la population active, près de 30 % des femmes et 50 % des jeunes), une récession similaire à celle de 1929-1930 (chute du PIB de 6,9 % en 2011, estimée de nouveau à 5,3 % en 2012 ; réduction de la production industrielle de 4,3 % en mars 2012 par rapport à mars 2011…), la destruction du système de santé (suppression de 137 hôpitaux et d’un cinquième d’emplois dans la santé, manque de médicaments car les impayés atteignent 1,1 milliard d’euros…) et de l’immobilier (200 000 logements invendables… alors que le nombre des sans-abri explose), malnutrition…


Faisant de l’arbitraire, du secret et de la peur un véritable mode de gouvernement, une telle politique de brutal asservissement d’un peuple ne pouvait que provoquer des réactions de rage, de désarroi, de colère. Une partie de cette colère fut canalisée par une sinistre force raciste, antisémite et xénophobe, le groupe néo-nazi Aube Dorée, qui surfe sur la politique gouvernementale de répression des manifestants et de chasse aux immigrés et a pénétré la police. Cela doit nous alerter et nous conduire à dénoncer la politique de répression et de racisme du gouvernement imposée par la troïka en Grèce.


Face à cette politique, la gauche radicale grecque, et en particulier Syriza qui a aujourd’hui une place centrale, défend un plan d’urgence autour de 5 points :


1. L’abolition des « mémorandums », de toutes les mesures d’austérité et des contre-réformes du travail qui sont en train de détruire le pays.

2. La nationalisation des banques qui ont été largement payées par les aides publiques.

3. Le moratoire du paiement de la dette et un audit qui permettra de dénoncer et d’abolir la dette illégitime.

4. L’abolition de l’immunité des ministres.

5. La modification de la loi électorale qui a permis au Pasok et à la Nouvelle démocratie (Nea Dimokratia) de gouverner au détriment de la population grecque et de faire sombrer le pays dans la crise.


La IVe Internationale appelle l’ensemble du mouvement ouvrier mondial, tous les indigné-e-s, toutes celles et tous ceux qui se réclament des idéaux de la gauche, à soutenir un tel programme d’urgence.


Nous souhaitons que le peuple grec réussisse à imposer par ses votes et par ses mobilisations un gouvernement de toute la gauche sociale et politique qui refuse l’austérité, un gouvernement capable d’imposer l’annulation de la dette.

 

C’est dans cette perspective que nous appelons au rassemblement de toutes les forces qui luttent contre l’austérité en Grèce — Syriza, Antarsya, KKE, les syndicats et les autres mouvements sociaux — autour d’un plan d’urgence.


La crise n’est pas celle de la Grèce, mais bien celle de l’Union européenne soumise à la volonté du capital et des gouvernements à son service.

 

C’est celle du mode de production capitaliste dans le monde entier. Ce n’est pas à la troïka, mais au peuple grec de décider de la politique à suivre dans ce pays. Les tentatives de la chancelière allemande Angela Merkel d’imposer aux Grecs un « référendum » sur l’euro à l’occasion des élections du 17 juin — un véritable coup de force électoral — doivent être rejetées. Ce n’est pas l’euro, ce sont les diktats de la troïka qu’il faut combattre aujourd’hui.


Plus que jamais, les luttes contre les politiques d’austérité exigent de combattre pour la rupture avec les politiques et les traités qui constituent la base de la construction de l’Union européenne.

 

Plus que jamais, combattre l’austérité ne signifie pas le repli nationaliste, mais le développement d’un mouvement pour une autre Europe qui défende les droits souverains démocratiques et sociaux de chaque peuple et la perspective des États-Unis socialistes d’Europe.


La Grèce est devenue un laboratoire pour l’Europe. On teste sur des cobayes humains des méthodes qui seront ensuite appliquées au Portugal, à l’Espagne, à l’Irlande, à l’Italie et ainsi de suite. Le peuple grec s’est révolté, dans les entreprises, dans les rues et dans les urnes, contre ces politiques barbares. La résistance des Grecs est notre résistance, leurs luttes sont nos luttes.

 

Elle montre que la défense des intérêts vitaux des classes populaires implique une confrontation avec les classes dominantes, sur le plan national et européen. Il faut multiplier les initiatives unitaires en soutien aux luttes du peuple grec et à sa gauche radicale.

 

Mais la meilleure solidarité envers le peuple grec, c’est d’imiter leur exemple dans tous les pays en développant et en coordonnant les résistances contre les politiques inhumaines d’austérité et de destruction.

 

C’est exactement ce que craint le capital responsable de la crise : la contagion des luttes ! ■


Le 24 mai 2012

 

http://orta.dynalias.org/inprecor/article-inprecor?id=1304

Partager cet article
Repost0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 09:28

poupin.jpg

Partager cet article
Repost0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 09:16

arretez-vos-salades 

 

Les stocks d'azote et de phosphore contribuent à produire les algues vertes.


Les nitrates d'origine agricole sont bien la première cause des marées vertes sur les côtes bretonnes. C'est ce qu'établi, de manière formelle, un bilan scientifique dressé à la demande de l'État.


Pourquoi ce rapport ?


En avril 2011, un plan gouvernemental de lutte contre les algues vertes, appuyé par la Région, a été mis en place. Il vise à réduire les apports azotés dans les principales baies touchées, dont Lannion, Saint-Brieuc et Douarnenez. Problème : la mise en oeuvre de ce plan se heurte à une double contestation émanant de la profession agricole qui met en cause la validité des expertises scientifiques incriminant les nitrates et l'efficacité du plan proposé.


Les ministères de l'Agriculture et de l'Écologie du gouvernement Fillon ont donc commandé au conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux ainsi qu'au conseil général de l'environnement et du développement durable, de faire un bilan complet et une évaluation critique des connaissances scientifiques sur ce dossier. Objectif : offrir aux parties prenantes à ce débat et plus généralement à l'ensemble des citoyens, une base de réflexion sérieuse permettant de sortir des contre-vérités et de l'affrontement.


Les causes du phénomène


Très clairement, les experts de cette mission interministérielle, qui se sont entourés de l'avis de scientifiques étrangers, pointent une responsabilité première dans la prolifération des macro-algues vertes : l'azote, dont 90 % des quantités rejetées à la mer proviennent des activités agricoles. Les apports ont été multipliés par six depuis les années 1960. Ils ont encore doublé depuis la fin des années 1990, note le rapport, précisant que « des stocks importants » d'azote et nitrates se sont accumulés sur le littoral breton. Ironie de l'histoire, une partie non négligeable de ce stock provient de... la décomposition des ulves mortes sur les fonds marins !


De la même façon, les sédiments du littoral breton ont concentré, au fil des décennies, une charge énorme de phosphore. Ici, les responsabilités sont partagées à part presque égales entre agriculture et autres activités humaines.

 

Le pic de rejets a été atteint vers 1995, mais les quantités régressent du fait du moindre usage des polyphosphates (dans les lessives notamment), de la multiplication des stations d'épuration de plus en plus efficaces et d'une baisse de l'emploi d'engrais phosphatés par les agriculteurs. Le rapport relève, cependant, que si le phosphore a eu une part prépondérante dans l'eutrophisation des lacs d'eau douce, son rôle n'est pas majeur en milieu marin côtier.


Les remèdes


Pourquoi cibler prioritairement les effluents azotés agricoles ? Parce que, expliquent en substance les experts, on n'a pas d'autres solutions ! Certes, priver drastiquement les ulves de phosphore les ferait disparaître. Mais c'est impossible. Les sédiments marins et les terres agricoles bretonnes ont accumulé de telles quantités de phosphore (plusieurs tonnes excédentaires à l'hectare) que le milieu en relâchera, « durant des décennies », assez pour nourrir des montagnes d'algues vertes.


Ce rapport ministériel, récemment rendu public (1), estime qu'il n'y a pas lieu de remettre en cause les modèles scientifiques jusqu'à présent utilisés par l'Inra, Ifremer et le Ceva (Centre de valorisation des algues) pour analyser le problème et proposer des solutions. Il recommande cependant, comme le réclame la profession agricole, une poursuite des recherches. Sans, prévient-il, que cela puisse conduire à différer le plan d'action : « La distance entre la situation actuelle et les objectifs est telle qu'il sera toujours temps d'affiner les mesures en marchant. »


Pas question, non plus, de stigmatiser une profession agricole « inquiète », mais bien de rechercher « des modèles microéconomiques viables pour les exploitations ». Le rapport ne craint pas de reprendre l'expression « Nouveau modèle breton ».


Jean-Laurent BRAS

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Algues-vertes.-Un-rapport-met-en-cause-les-nitrates_3640-2080761_actu.Htm

Partager cet article
Repost0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 09:00

autocollant-gaspare 19-02-2011

 

Un pique-nique  est organisé à partir de 11h30 au rond-point du Vern/Le Drennec, route de Saint-Pol, avec un filtrage des voitures et distribution de tracts.

 

 

Partager cet article
Repost0
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 08:53

 

 

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg