Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 11:23
maroc-police-1-.jpg

14 mai par Attac/Cadtm Maroc

 

Un an de prison ferme pour le rappeur Moad Haked.


Le rappeur Moad Haked a été condamné à un an de prison ferme et sans présence de ses avocats dans un procès expéditif.


Alors que les militants s’apprêtaient à se rendre au tribunal de Aïn Sabaa à Casablanca où le procès devrait se déroulait ce vendredi 11 mai 2012 à 16h, on vient d’apprendre que la sentence est tombée : 1 an de prison ferme pour le rappeur Moad Haked, sans la présence de ses avocats, sans la présence de Haked lui-même. Les juges ont profité de la tenue de la prière du vendredi pour rendre leur verdict, éviter ainsi le rassemblement qui était appelé devant le tribunal de tous les militant-e-s venu-e-s le soutenir.


Motif de son jugement :


Après avoir été condamné une première fois le 9 septembre, Moad Haked avait été relâché après de nombreux reports de son procès après avoir passé 4 mois de prison.

 

Un procès monté de toute pièce pour étouffer la voix de ce jeune ouvrier de 24 ans engagé dans le M20F et dont le rap a contribué à engager et mobiliser les jeunes de son quartier dit "Oukacha", quartier à l’abandon de la périphérie de Casablanca.


Haked est enlevé de nouveau devant chez lui le 29 mars 2012 , suite à une plainte de la Direction Générale de la Sûreté Nationale l’accusant de porter atteinte à l’image de son institution. Pour preuve, un montage photo illustrant un clip d’une chanson de Moad Haked qui dénonce la corruption de la police . Bien que Moad ait nié avoir fait ce montage, son procès est plusieurs fois reporté et sa mise en liberté est rejetée.


Devenu très populaire parmi les jeunes qui se reconnaissent dans les paroles de son rap, le pouvoir veut taire sa voix, briser la solidarité, et intimider toute voix contestataire. La répression se durcit à l’encontre des militants-e-s du M20F pour tenter de démoraliser et saper le moral des militants actifs. Les faux procès se multiplient à Casablanca, plusieurs militants sont interpellés, et d’autres sont emprisonnés.

 

Parmi lesquels :


-  Hassan EL Hainoussi ;
-  Youness Benlkhdim, poète, arrêté, violemment tabassé, son procès reporté ;
-  Hamza Hadi : 19 ans, chômeurs, arrêté et condamné le 6 mai à 4 mois de prison ferme pour avoir protesté contre l’expulsion de sa famille du logement, ses deux frères sont également en détention ;
-  Maria Karim, artiste membre du M20F Casa avait été enlevée en plein tribunal le 7 mai puis maintenue en détention, elle n’a été relâchée que le mercredi 9 mai après avoir subi un long interrogatoire. Son jugement est fixé au 11 juin prochain.
 


ATTAC MAROC tout en condamnant ce jugement inique et toutes ces méthodes d’intimidation contre les militants actifs du M20 à Casablanca, exige :


- la libération immédiate de Moad Haked ;
- L’annulation de toutes les poursuites contre les actifs du M20 ;
- l’arrêt de toutes les provocations contre les militants.

 

http://www.cadtm.org/Maroc-Casablanca-Acharnement


Partager cet article
Repost0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 11:15
le-projet-de-notre-dame-des-landes-suscite-une-vive-opposit

Par Geneviève Coiffard-Grosdoy (12 mai 2012)


« Tous, grévistes ou soutiens, avons vécu un mois inoubliable, quelque chose d’inouï dans une vie militante ».

 

Après vingt-huit jours de grève de la faim, les opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes viennent d’obtenir la suspension des expulsions et expropriations. Face aux erreurs et à l’intox autour de cet aéroport, une militante revient sur ce qui a été obtenu au terme de cette grève et sur la mobilisation du comité de soutien.


Contrairement à ce qui est affirmé dans Le Monde, ce qui a été obtenu n’est absolument pas un moratoire, c’est-à-dire une suspension du projet jusqu’à réexamen sur le fond, suivi d’une nouvelle procédure de décision. Ce n’est pas non plus le gel des expropriations et expulsions exigé par les grévistes de la faim et leur comité de soutien : seulement la garantie de l’État (par le biais des collectivités locales) et du concessionnaire qu’il n’y aura pas d’expulsions pour les paysans, propriétaires et habitants installés avant février 2008 (date de la déclaration d’utilité publique) ayant refusé l’accord amiable avec Vinci, jusqu’au rendu des recours déposés avant le 4 mai 2012 auprès des juridictions françaises (hors tribunal administratif), les juridictions européennes étant exclues.


Cela peut sembler bien peu, et très restrictif, et pourtant c’est considérable.

 

D’abord parce que c’est notre première victoire. Nous n’avions jamais rien obtenu depuis le départ (sauf coups, gazages, condamnations diverses, insupportable harcèlement au quotidien des flics, de Vinci). Nous n’avions même jamais obtenu la discussion sur le fond de nos arguments dans une ou des confrontations loyales avec les porteurs du projet alors que nous avions eu des centaines de réunion d’échanges avec les populations locales, que nous avions convaincues.


C’est aussi la reconnaissance de l’existence de recours (qui ont des chances sérieuses d’aboutir, et il semble que ceci a un peu interpellé l’entourage de Hollande). Jusqu’ici, le discours de Jean-Marc Ayrault (maire de Nantes, député socialiste, ndlr) était que « c’était plié, que tous les recours avaient été tentés et perdus » : en fait il parlait des deux recours « normaux » contre la DUP (déclaration d’utilité publique, ndlr) perdus en 2007 et 2008, car nous n’avions pas à l’époque les éléments qu’a fait surgir l’enquête indépendante du cabinet CE Delft. JM Ayrault feignait d’ignorer les divers recours que nous avions déposés depuis (et qu’il espère toujours nous voir perdre, très probablement à tort).


C’est aussi un répit de deux ans pour les agriculteurs concernés, qui vivaient une situation insupportable psychologiquement et pratiquement, et qui peuvent poursuivre leur exploitation, sur des terres situées à des emplacements stratégiques (future piste nord, tour de contrôle...).

 

Même si l’arrêt des travaux ne figure pas sur le papier, c’est de fait presque un gel, le début de ces derniers devient très difficile, y compris politiquement. Rappelons que AGO/Vinci est déjà propriétaire sur la ZAD des terres acquises au cours des quarante dernières années par le Conseil Général, et que ce dernier lui a rétrocédées ; c’est l’une de nos difficultés. Si les squatteurs ne sont pas pris en compte (ce qui était totalement impossible à obtenir par écrit dans une bagarre à dimension juridique), et qu’ils sont expulsés, d’autres endroits de la ZAD permettront leur accueil.


C’est aussi une immense victoire idéologique et médiatique.

 

Le mouvement de grève (28 jours) et l’intense travail d’explication mené sous le barnum auprès des visiteurs et des médias a fait basculer bien des nantais, des journaux, jusqu’ici indécis ou favorables au projet. Nous avons acquis un capital de sympathie bien au-delà de ce que nous pouvions imaginer avant le déclenchement de la grève de la faim.


C’est donc dans de bien meilleures conditions que nous allons poursuivre notre lutte, dans l’immédiat contre les expropriations, dont la procédure va se poursuivre, avec les visites sur le terrain du juge chargé des estimations. Nous avons gagné deux ans (peut-être au-delà... et rien n’est fait pour l’instant sur la compensation des zones humides), dans une stratégie constante, assumée, où nous essayons de retarder le plus possible ce projet. Nous sommes convaincus qu’il deviendra de plus en plus difficile à réaliser car il apparaîtra de plus en plus fou dans le contexte de crise financière, écologique, climatique qui est la notre actuellement. Nous vivrons son abandon, et celui d’autres grands projets inutiles imposés.


Il aura fallu 15 jours pour que les élus des collectivités territoriales écrivent au grévistes pour les assurer qu’ils partagent nos valeurs (!), les priant de ne pas mettre leur santé en péril, 27 jours pour que le secrétaire fédéral du PS 44 se déplace square Daviais au campement des grévistes...

 

Leurs discours compassionnels, leurs affirmations sur leur « sens du dialogue » ne peuvent nous faire illusion, et Jacques Auxiette, président PS de la région Pays de Loire vend la mèche sur ses intentions en exprimant tout son mépris des opposants  : « nous avons fait un geste réel concernant le traitement humain de l’étape délicate des expulsions, étape ultime des expropriations légales. Mas passés les quelques recours engagés, la construction de l’aéroport se poursuivra. » Qu’il le croie  ! Citoyens responsables, nous surveillerons nos élus, présents et futurs. Dans chaque réunion électorale pré-législatives, partout en France des militants interpelleront les candidats sur le projet d’aéroport.

 

La lutte continue  !


Tous, grévistes ou soutiens, avons vécu un mois inoubliable, quelque chose d’inouï dans une vie militante... Michel a dit mardi soir lors de la « première soupe » (le bouillon de légumes public marquant la fin de la grève) qu’il avait pendant ces 28 jours vécu « de [notre] amour et d’eau fraîche ». Je tiens à redire encore une fois merci à tous. On ne lâche rien !


Geneviève Coiffard-Grosdoy, militante d’Attac, le 10 mai 2012.

Partager cet article
Repost0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 10:54

162276756.jpg
dimanche 13 mai 2012 - 20h13

Candidat, François Hollande avait axé sa campagne sur les questions d’éducation Président, il place sa cérémonie d’investiture sous la figure et l’héritage de Jules Ferry avec un hommage à la statue du ministre aux Tuileries.

 

Ce choix est un signal inquiétant. D’abord parce que Jules Ferry est l’homme de la colonisation (« Si nous avons le droit d’aller chez ces barbares, c’est parce que nous avons le devoir de les civiliser […] Il faut non pas les traiter en égaux, mais se placer au point de vue d’une race supérieure qui conquiert » (Discours à la jeunesse, mars 1884).

 

Quant à « son » école, construite sur les décombres de la Commune de Paris, si elle fut bien une école « pour » le peuple, elle ne fut jamais l’école « du » peuple : « Il est nécessaire que le riche paye l’enseignement du pauvre, et c’est par là que la propriété se légitime » affirme celui qui entendait surtout, grâce à ses lois scolaires, « clore l’ère des révolutions ».

 

Nous profitons donc de l’occasion pour faire circuler le chapitre « Un mythe qui a la vie dure : l’école de Jules Ferry selon Foucambert », extrait de l’ouvrage Pédagogie et Révolution (Grégory Chambat, éditions Libertalia, 2011, 203 p., 14 € - vente en librairie et en ligne : http://www.cnt-f.org/nautreecole/?Pedagogie-et-revolution-Gregory)


Un mythe qui a la vie dure : l’école de Ferry selon Foucambert


Du haut de la tribune de l’Assemblée, défendant son projet d’école « publique, laïque, gratuite et obligatoire », Jules Ferry ne cache nullement son ambition de « mettre fin à l’ère des révolutions ».

 

Ne plus revivre le cauchemar de la Commune, doter le pays d’une école adaptée aux besoins croissants de l’industrie, assurer la paix civile : « Dans les écoles confessionnelles, les jeunes reçoivent un enseignement dirigé tout entier contre les institutions modernes. […]

 

Si cet état de chose se perpétue, il est à craindre que d’autres écoles se constituent, ouvertes aux fils d’ouvriers et de paysans, où l’on enseignera des principes diamétralement opposés, inspirés peut-être d’un idéal socialiste ou communiste emprunté à des temps plus récents, par exemple à cette époque violente et sinistre comprise entre le 18 mars et le 28 mai 1871. »

 

Cent ans plus tard, au printemps 2003, des enseignants « en lutte » se revendiquaient de ce même Ferry contre son homonyme et lointain successeur… et nul ne s’en étonnait, ne s’en révoltait… si ce n’est Jean Foucambert, l’inlassable animateur de l’Association française pour la lecture*. Cet aveuglement de ceux qui auraient dû constater – et contester – les limites de l’école de Jules Ferry a sans aucun doute pesé sur le projet de réédition d’une œuvre initialement publiée au milieu des années 1980.


Les victoires de Jules Ferry


Sans nul doute, L’École de Jules Ferry, un mythe qui a la vie dure n’a perdu ni de sa pertinence ni de son actualité : « Comprendre comment fonctionnait l’école de Jules Ferry, c’est se donner le moyen, tout à la fois, de lutter contre la nostalgie ambiante et d’éviter les fausses solutions qui ne font que la renforcer. »

 

Car, pour Foucambert, bien qu’enterrée par le collège « pour tous », l’école de Ferry a finalement tenu son pari : « Instruire en détournant contre lui l’instruction que le peuple revendiquait pour son émancipation. » Depuis la première édition, le combat pour l’égalité n’a cessé de reculer au profit de « l’égalité des chances ».

 

Une défaite pour tous ceux qui s’étonnaient, à la suite de Robespierre, que les opprimés remettent aux oppresseurs le soin de les éduquer, « comme si un homme d’affaires était chargé d’apprendre l’arithmétique à ceux qui doivent vérifier ses comptes… »

 

J-Ferry-le-tonkinois.jpg


Suite dans le fichier pdf joint

PDF - 318.9 ko
Pédagogie et révolution : le mythe de Jules Ferry

 Commentaire: posté par Joël

En résumé, l’élève devait (? c'est fini, note du blog) apprendre à lire afin de pouvoir déchiffrer le mode d’emploi de la machine sur laquelle il devra travailler. Il apprendra de l’Histoire la version de E. Lavisse qui glorifiera la "mission civilisatrice" de la France coloniale et forgera l’idéal d’une patrie tout entière dévouée au service des rentiers, du grand patronat, de la finance et des marchands de canon.

 

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article127810

Partager cet article
Repost0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 08:51

macareux barre

 

13 mai 2012 à 17h21

 

Le Peuple des dunes en Trégor appellait ce dimanche la population à manifester en nombre, ce dimanche, sur la plage de Tresmeur, à Trébeurden, pour s'opposer au projet d'extraction de sable coquillier. Environ 3.000 personnes ont répondu à l'appel.


 

Lire également :
Extraction de sable : la CAN défend son projet


Ce dimanche, à partir de 11h30, le collectif Le Peuple des dunes en Trégor (45 associations) organisait une grande manifestation sur la plage de Tresmeur, à Trébeurden. Il s'agit pour le collectif de s'opposer au projet d'extraction de sable coquillier en baie de Lannion porté par la Compagnie armoricaine de navigation (groupe Roullier). Qualifié de «rassemblement citoyen», cet événement soutenu par Lannion-Trégor Agglomération et les treize communes littorales veut faire pression sur les services de l'État pour qu'aucun titre minier ne soit délivré à l'exploitant qui fournit, entre autres, de l'amendement à l'agriculture bretonne.

 

12.000 manifestants en 2007


Estimant que le gisement de sable coquillier est trop près de la côte (6,7km de Trébeurden), le Peuple des dunes motive sa position autour de deux questions: la préservation de l'environnement ainsi que la défense de la pêche et de la plaisance.

Du côté de la CAN, on explique que la procédure, parfaitement contrôlée (le commissaire enquêteur n'a pas mis de veto), ne rimera pas avec saccage du milieu naturel. Une réponse jugée insuffisante par Alain Bidal, président du collectif, qui espère bien drainer autant de manifestants (12.000) que ne l'avait fait le grand frère morbihannais «Le Peuple des dunes», en 2007, à Erdeven - le rassemblement de l'époque avait précipité l'abandon du projet porté par Lafarge et Italcimenti. Pour ce faire, le rassemblement de Trébeurden sera émaillé d'une noria d'animations, tant sur l'eau que sur la plage.

 

http://www.letelegramme.com/local/cotes-d-armor/lannion-paimpol/ville/trebeurden-extraction-de-sable-3-000-personnes-manifestent-13-05-2012-1699845.php

 

 

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/finistere/peuple-des-dunes-3-000-non-a-l-extraction-14-05-2012-1701575.php

 

Partager cet article
Repost0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 14:40
bendit-weber.jpg
Daniel Cohn-Bendit, Henri Weber et Daniel Bensaïd

1er mai 2012
  

L’Association Daniel Bensaïd est née de la volonté de créer un site de référence dédié à la fois à la vie militante et à l’œuvre intellectuelle de Daniel Bensaïd, sa pensée et son action ayant toujours été indissociables.

 

L’objet du site est de recenser et de favoriser la diffusion de ses écrits et interventions audiovisuelles.

À cette fin, l’association travaille à la constitution de trois ressources :

  • la réunion de l’ensemble des écrits de Daniel Bensaïd : livres, préfaces, articles, pétitions, cours, conférences, colloques, etc. ;
  • le rassemblement de la correspondance et le recueil des souvenirs et documents sur tous supports où il pourrait figurer ;
  • la réunion des écrits où les thèses de Daniel Bensaïd sont mentionnées, discutées, critiquées…

Il s’agit d’un travail de longue haleine, nombre de textes demandant à être contextualisés. En ce sens, la création d’un conseil scientifique est vivement souhaitée.


Le site sera lancé fin 2012-début 2013. De plus, et au-delà de la mise en ligne des articles d’ores et déjà traduits, des versions du site en anglais, espagnol, portugais, allemand et italien sont prévues.


Le site fera appel à tous les archivistes, historiens, militants et curieux à même de transmettre documents écrits, audio et vidéo… et/ou d’apporter des précisions quant à certains documents mis en ligne.


C’est évidemment à des concours bénévoles que cette entreprise se devra d’exister. Mais il y faut aussi l’entretien d’une permanence : pour bâtir le site, assurer sa maintenance et ses aménagements, répertorier, classer, scanner, vérifier les documents, les convertir aux formats du web. C’est à cette fin que nous sollicitons vos dons, et qu’aujourd’hui nous vous demandons un premier geste.


Pour que vivent la pensée et les écrits de Daniel, soyez nombreux à envoyer vos dons.


Chèques libellés à l’ordre de :

 

Association Daniel Bensaïd

Association Daniel Bensaïd
104 rue Oberkampf

75011 Paris


assosdanielbensaid@gmail.com

Partager cet article
Repost0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 13:20
Photo F.vignette paysage
Faits divers samedi 12 mai 2012

Le collectif droit d’asile représenté à Quimper par Michel Kernaleguen a manifesté ce samedi après-midi devant la préfecture.

Le collectif droit d’asile représenté à Quimper par Michel Kernaleguen a manifesté ce samedi après-midi devant la préfecture pour réclamer « la simple application des lois Dalo et Daho pour les 100 à 150 étrangers, demandeurs du droit d’asile et de logements dans le département ».

 

Après Lorient où deux maisons de la mairie ont été réquisitionnées, Brest où l’antenne du conseil général a été occupée, c’est au tour des Quimpérois d’interpeller les autorités dont le collectif, en cours de constitution, regroupe plusieurs mouvements.

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Quimper.-Manifestation-du-collectif-droit-d-asile_40820-2076485------29232-aud_actu.Htm

Partager cet article
Repost0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 10:44

macareux barre

13 mai 2012 à 10h30 -

 

Agrandir le texte

Le Peuple des dunes en Trégor appelle la population à manifester en nombre, ce dimanche, sur la plage de Tresmeur, à Trébeurden, pour s'opposer au projet d'extraction de sable coquillier.


 

Lire également :
>
Extraction de sable : la CAN défend son projet


Ce dimanche, à partir de 11h30, le collectif Le Peuple des dunes en Trégor (45 associations) organise une grande manifestation sur la plage de Tresmeur, à Trébeurden. Il s'agit pour le collectif de s'opposer au projet d'extraction de sable coquillier en baie de Lannion porté par la Compagnie armoricaine de navigation (groupe Roullier). Qualifié de «rassemblement citoyen», cet événement soutenu par Lannion-Trégor Agglomération et les treize communes littorales veut faire pression sur les services de l'État pour qu'aucun titre minier ne soit délivré à l'exploitant qui fournit, entre autres, de l'amendement à l'agriculture bretonne.

12.000 manifestants en 2007


Estimant que le gisement de sable coquillier est trop près de la côte (6,7km de Trébeurden), le Peuple des dunes motive sa position autour de deux questions: la préservation de l'environnement ainsi que la défense de la pêche et de la plaisance.

Du côté de la CAN, on explique que la procédure, parfaitement contrôlée (le commissaire enquêteur n'a pas mis de veto), ne rimera pas avec saccage du milieu naturel. Une réponse jugée insuffisante par Alain Bidal, président du collectif, qui espère bien drainer autant de manifestants (12.000) que ne l'avait fait le grand frère morbihannais «Le Peuple des dunes», en 2007, à Erdeven - le rassemblement de l'époque avait précipité l'abandon du projet porté par Lafarge et Italcimenti. Pour ce faire, le rassemblement de Trébeurden sera émaillé d'une noria d'animations, tant sur l'eau que sur la plage.

  • Rédaction de Lannion

http://www.letelegramme.com/local/cotes-d-armor/lannion-paimpol/ville/peuple-des-dunes-manifestation-ce-dimanche-a-trebeurden-13-05-2012-1699845.php

Partager cet article
Repost0
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 07:57
Photo F.vignette paysage
faits de sociétévendredi 11 mai 2012

Partager cet article
Repost0
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 15:53

8 mai1

 

8mai-2.jpg

 

8mai3.jpg

 

Rassemblement à l'initiative de l'Université Européenne de la Paix

Partager cet article
Repost0
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 11:59
kandinsky

Maintenant que la Troïka est sanctionnée, la gauche radicale doit confirmer sa poussée !

La seule chose sûre avant les élections législatives du 6 mai, c’est que le jeu politique traditionnel d’alternance ou d’alliance entre la Nouvelle Démocratie (ND, droite) et le Pasok allait en prendre plein les dents, tant est grande la colère contre les partis au pouvoir pour imposer les ordres du FMI et de l’UE et donc détruire l’emploi et les acquis sociaux.


Il se disait même que Syriza, la coalition regroupant le Synaspismos (réformiste antilibéral) et quelques groupes de la gauche révolutionnaire, allait passer de la 5e à la 3e place. Contre l’évidence, la ND avait construit toute sa campagne sur le fait qu’ils auraient une majorité suffisante pour former un gouvernement, et le Pasok pour sauver les meubles lui proposait de reconduire un gouvernement d’union nationale. Les résultats sont en fait à la hauteur de la colère, ils bouleversent les scénarios espérés par la Troïka, qui a essayé jusqu’au bout d’effrayer la population en refaisant son chantage à l’aide conditionnée à un « bon » vote.


On peut déjà ce lundi essayer d’en tirer trois leçons.

1 / Une baffe pour Les partis du mémorandum


La ND, même si elle arrive en tête, est très loin du seuil minimum espéré. Elle passe de 33, 5 % en 2009 à 18, 9 %, perdant environ 1, 1 million de voix. Son chef Antonis Samaras a immédiatement laissé entendre qu’il ne serait pas opposé à un gouvernement d’alliance ! Mais le grand perdant est le Pasok : il espérait sur la foi des sondages talonner la droite, mais il passe de 43, 9 % à 13, 2, perdant environ… 2, 2 millions de voix.


C’est un véritable séisme pour ce parti qui a été le plus gros parti de masse depuis 30 ans en Grèce, dont les dirigeants ces deux dernières années se sont conduits comme les pires des flics ou des patrons, et dont la campagne a porté en grande partie contre les immigrés, accusés de tous les maux du pays, avec bien sûr les résultats classiques de racisme galopant et de montée de l’extrême droite.


Il est trop tôt pour deviner les conséquences pour le Pasok, devenu le 3e parti et passant de 160 à 41 députés, mais il y aura à coup sûr des effets dans les syndicats à majorité Pasok. N’oublions pas de mentionner le parti d’extrême droite Laos, que le Pasok avait convaincu de participer à son gouvernement d’union nationale : il passe de 5, 6 % à 2, 9 % et perd ses15 députés. 

2 / 37 % à gauche du Pasok

 

Le score est impressionnant : si on additionne tous les groupes à gauche du Pasok (on peut en recenser 11...), on arrive à ce chiffre, qui indique le rapport de forces potentiel.


Renforcement pour tous ces groupes tous identifiés comme opposés au mémorandum du FMI et de l’UE et pour des solutions socialistes à divers degrés. Le plus impressionnant est Syriza, devenant le 2e parti (et premier dans la région d’Athènes) : le regroupement antilibéral a fait une campagne qu’on peut comparer pour aller vite à celle du Front de Gauche, avec qui il a d’étroits rapports, et il passe de 4, 6 % à 16, 8 %, gagnant 700 000 voix et passant de 13 à 52 députés !


Le très sectaire KKE (PC) passe quant à lui de 7, 5 à 8, 5 %, gagnant 15 000 voix. Le regroupement anticapitaliste Antarsya passe de 0, 4 à 1, 2 %, gagnant 50 000 voix après une campagne très combative. À partir de là, les questions sont nombreuses : quelle politique va suivre Syriza, dont le programme vis-à-vis de la dette est mi-chèvre mi-chou ?

Quelle conséquence dans le KKE, dont des militants pourraient officialiser leur désaccord avec la ligne d’isolement ? Quelle forme d’unité possible dans une période d’extrême instabilité (probable impossibilité de former un gouvernement).

3 / Montée des néonazis


C’est la nouvelle inquiétante de la soirée : à côté du succès d’un groupe de droite (10 % pour une sorte de Dupont-Aignan), le groupuscule Chryssi Avgi (Aube dorée), dont on a déjà mentionné ici les méthodes de tueurs, a réussi, porté par le climat raciste encouragé par le gouvernement, non seulement à entrer au Parlement, mais à obtenir presque 7 % des voix.


Son discours antimémorandum l’a identifié pour certains à une composante des Indignés (ils tentaient d’occuper une place dans le mouvement), mais il a surtout percé avec la réputation d’un groupe anti-immigrés aux méthodes efficaces mais « gentilles », au service des petits bourgeois apeurés.


Les premières images de leur Führer éructant hier contre les journalistes devraient aider à dégonfler cette baudruche, mais cela ne suffira pas : des initiatives antifascistes larges et unitaires sont désormais urgentes, et le rapport de forces permet de les réaliser immédiatement.


Derniers chiffres : en dehors de l’abstention (35 %, en hausse de 5 %), il faut signaler que le système électoral prive 20 % des suffrages de se voir représentés : avec son score, Antarsya devrait avoir au moins trois députés, et les écologistes, avec 2, 9 %, manquent de peu le seuil de 3 %. La question de la démocratie va se poser sous différentes formes dans les jours qui viennent.


Andreas Sartzekis, Athènes, le 7 mai

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg