Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 10:09

 injures

Les débrayages se sont poursuivis ces dernières semaines au centre de recherche et développement de Technicolor (ex-Thomson) à Rennes, rassemblant à chaque fois entre 200 et 300 travailleurs.


Les travailleurs s'opposent à un plan de restructuration du groupe qui prévoit des suppressions d'emplois et des ventes partielles de secteurs de l'entreprise. À Rennes, cela se traduit par la suppression de 44 postes (sans compter plusieurs dizaines de postes de prestataires) et la vente d'un département regroupant 70 travailleurs.

 

La direction ne s'embarrasse d'ailleurs pas d'hypocrisie : elle explique très clairement qu'elle supprime des emplois afin de préserver les profits dans ce qu'elle appelle « un contexte économique morose ».


Mercredi 29 février, afin de faire connaître cette situation à l'extérieur, les travailleurs se sont invités à la pose d'une première pierre d'un nouveau bâtiment dans la zone Rennes-Atalante dont Technicolor fait partie. Cela a été l'occasion de rappeler aux officiels et à la presse que la situation de l'emploi n'y est pas aussi brillante qu'ils le claironnent régulièrement.


Jeudi 1er mars, pour démystifier le discours des patrons de Technicolor qui parlaient en 2010 de l'implantation à Rennes d'un centre de recherche faisant travailler 900 personnes, la pancarte « Ici, Technicolor s'implante en 2012 » a été remplacée par une annonce plus fidèle à leur programme : « Ici, Technicolor licencie en 2012 ».

 

Pour justifier le versement de subventions, ces gens-là ont fait beaucoup de mousse. Mais, en fait d'implantation, il ne s'agit que d'abandonner les locaux actuels et, au passage, des dizaines de salariés. Aujourd'hui, ils ne prévoient plus qu'un effectif de 500 personnes.


Mardi 13 mars, une cinquantaine de travailleurs de Rennes ont rejoint ceux d'Angers qui manifestaient contre la vente de leur usine, rejoints aussi par une quarantaine de collègues parisiens, confrontés comme eux à un plan de suppressions d'emplois et de vente partielle. Le 21 mars et le 3 avril, il a été prévu de manifester à nouveau tous ensemble, devant le siège de la société cette fois.


Ces actions ont renforcé le moral et doivent se poursuivre dans les semaines qui viennent. Car il est hors de question d'accepter le plan de la direction.


Correspondant LO

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2276&id=45

 


Partager cet article
Repost0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 10:05

 iz 7

Dimanche 11 mars, dans toutes les villes d'Espagne, les manifestations organisées par les syndicats majoritaires UGT et CCOO, suivies par les autres organisations syndicales, pour protester contre la réforme du droit du travail, ont été à nouveau massives.

 

La précédente manifestation avait eu lieu le 29 février dans toutes les villes. Son succès avait redonné le moral à bien des travailleurs.


Le nouveau succès des manifestations du 11 mars montre l'ampleur du mécontentement des classes populaires, face à des mesures qui rendent plus faciles les licenciements et étendent encore la précarité et la baisse des salaires. Sans compter que dans tous les secteurs les budgets des services publics, enseignement, santé et transports, subissent une baisse importante qui se traduira par une régression générale des conditions de vie des travailleurs, des chômeurs, des retraités et de leurs familles.


C'est dans ce contexte que les syndicats, qui jusqu'à présent se contentaient d'organiser des manifestations de protestation, dans l'espoir que s'ouvrent des négociations, ont décidé d'appeler à une journée de grève générale pour le 29 mars prochain. Décision qui a soulevé un tollé dans les rangs du gouvernement.


Les directions syndicales UGT et CCOO ne cherchent pas à engager vraiment la lutte pour faire ravaler au gouvernement et au patronat leur réforme aux conséquences très graves pour l'ensemble de la société. Mais le gouvernement de droite de Rajoy veut éviter le risque qu'une porte s'ouvre pour les luttes de la classe ouvrière.


Face à l'annonce de la journée du 29, visiblement bien accueillie par de nombreux travailleurs, le gouvernement Rajoy vient donc de durcir le ton ; il demande que cette fois-ci les piquets de grève ne soient pas acceptés mais évacués pour garantir la liberté du travail. Il dit et redit que rien ne sera cédé sur cette réforme, et que tous les budgets des régions (les « autonomies ») continueront d'être révisés à la baisse et leurs effectifs diminués.


Ces menaces destinées à décourager les travailleurs ont à l'inverse toutes les chances d'aboutir à convaincre les plus mécontents et les plus combatifs d'entre eux de la nécessité, dans la foulée de cette grève générale, d'engager des luttes convergentes pour faire reculer pied à pied les patrons des secteurs public et privé. C'est la seule issue pour ne pas payer dramatiquement une crise dont seule la bourgeoisie est responsable.


Jean VALENT

 

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2276&id=52

Partager cet article
Repost0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 09:59

 0nosvies.jpg

François Hollande a lâché un chiffre pour l'augmentation du smic.

 

Il propose que, en plus de la revalorisation légale, le salaire minimum suive l'évolution de la croissance : « Chaque fois que la croissance est de un point, a-t-il déclaré, l'augmentation du smic pourrait être de moitié : 0,5. »

 

Mais attention, au Parti socialiste, on reste prudent sur le caractère automatique de cette revalorisation supplémentaire : tout sera discuté avec les partenaires sociaux, après les élections.


En décembre dernier, le smic horaire a gagné 19 centimes d'euro, soit 28 euros mensuels, tout cela en chiffres bruts. On imagine à quel sommet 0,5 % de hausse supplémentaire pourrait porter le pouvoir d'achat des smicards, qui représentent maintenant 10 % des salariés. Encore faudrait-il une croissance de 1 %. Or les prévisions actuelles pour la France oscillent entre 0,2 % et 0,5 %.


Avec la dernière proposition du candidat socialiste, on n'en est même plus au niveau du symbole. Hollande a raison : les patrons n'ont vraiment pas de quoi s'inquiéter.


Sylvie MARÉCHAL

 

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2276&id=22

Partager cet article
Repost0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 09:45

 
croco2-300x251

 

 

Interrogé le 7 mars sur Europe 1, François Hollande a annoncé que, s'il était élu, il ne rétablirait pas la taxe professionnelle.

 

La suppression de cette taxe, acquittée par les entreprises, et son remplacement par une « contribution économique territoriale » en 2009 par Sarkozy, s'est traduite pour les entreprises par une réduction d'impôt de 31 % en moyenne, pouvant atteindre jusqu'à 70 % dans certains cas.

 

Montant de ce cadeau au patronat : 7,7 milliards d'euros la première année, en 2010, et 4,8 milliards d'euros chaque année ensuite. C'est ce que la réforme va coûter au budget de l'État, c'est-à-dire aux contribuables. « Cette réforme de la taxe professionnelle a pu avoir des effets positifs sur un certain nombre d'entreprises », a commenté Hollande. C'est le moins qu'on puisse dire. Il ne la remettra donc pas en cause s'il est élu. De ce point de vue, Hollande annonce la couleur.


Il faut dire que le Parti socialiste est expert en la matière. C'est un gouvernement de gauche, celui de Jospin, qui avait ouvert le bal des réformes de la taxe professionnelle avantageuses pour le patronat, en 1999. Il avait alors retiré de l'assiette de cet impôt la masse salariale payée par les entreprises. Le prétexte était déjà d'« alléger le coût du travail ». Cette réforme avait rapporté au total 27 milliards d'euros de baisse d'impôt au patronat. Ce n'était qu'un début, mais un bon début pour celui-ci.


Jean-Jacques Lamy

 

 

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2276&id=21


Partager cet article
Repost0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 09:30

 1990_desstardi.jpg

Après que Sarkozy, dans son discours de Villepinte du 11 mars, a évoqué une éventuelle rupture de l'accord de Schengen, Jean-Luc Mélenchon s'est précipité sur les micros et devant les caméras pour déclarer que le candidat de l'UMP « faisait du Mélenchon ».

 

Manière de se vanter d'avoir réussi à peser sur les choix politiques du candidat président. Mais, plutôt que d'en tirer fierté, il devrait s'interroger sur cette convergence à la fois inquiétante et significative.


Il ne s'agit pas de contester l'avance qu'avait prise le candidat du Front de gauche sur le terrain des prises de position cocardières et nationalistes. Reconnaissons-lui volontiers cette antériorité. Elles apparaissaient déjà nettement dans des discours plus anciens, en particulier dans son petit livre-programme intitulé Qu'ils s'en aillent tous datant d'octobre 2010, dans lequel il mettait en cause l'emprise de l'Allemagne sur la France, dans le cadre de l'Union européenne.

 

N'oublions pas cependant que les thèmes utilisés ressemblent à ceux des discours d'autres politiciens : d'Arnaud Montebourg à Nicolas Dupont-Aignan et jusqu'à Marine Le Pen. En ce sens, il devient difficile d'en établir la paternité.


Effectivement, Mélenchon n'est pas le seul, ni même le premier à emboucher ce clairon-là. D'autres le font et l'ont fait dans le passé, à commencer par les dirigeants du PCF qui, depuis des décennies, ont mis au cœur de leur propagande, le « produire français » d'une façon encore plus tonitruante que ne le font aujourd'hui Bayrou et le FN.


Mais défendre l'industrie, c'est du même coup défendre les industriels et leurs actionnaires. Ce n'est pas du tout défendre les ouvriers et leurs emplois. C'est au contraire contribuer à les diviser, plus même : à les dresser les uns contre les autres, c'est-à-dire à réduire leurs forces. Ce qui ne peut que réjouir tous leurs adversaires.

Et pourtant, voilà ce dont se vante le leader du Front de gauche !


J.-P. V.

 

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2276&id=17

Partager cet article
Repost0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 09:24

186677

le-racisme-copie-1.jpg

Partager cet article
Repost0
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 14:01

poutou-artist.jpg

Philippe Poutou, candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) à la présidentielle, s'est dit mardi "très heureux" d'avoir obtenu "l'Oscar du petit candidat" en recueillant les 500 signatures d'élus nécessaires pour se présenter à l'Elysée.


"Aujourd'hui, on a entre nos mains entre 520 et 530 formulaires officiels", a déclaré M. Poutou devant 200 sympathisants réunis en meeting mardi soir àChambéry (Savoie).


"Sauf catastrophe, on devrait y arriver. On va entrer dans la cour des grands", a-t-il dit, suscitant sifflets et applaudissments mêlés.


"Je suis très heureux d'annoncer ça, un peu comme si on avait eu l'Oscar, l'Oscar du petit candidat qui revient de très loin", a ajouté le successeur d'Olivier Besancenot.


L'ouvrier-mécanicien à Blanquefort (Gironde), bientôt 45 ans, s'est réjoui qu'il y ait "un ouvrier candidat, un salarié d'en bas, un anonyme parmi des millions d'anonymes".


"Il y en a un peu ras-le-bol de tous ces politiciens +costard-cravate+ qui ne s'intéressent à nous que pendant les campagnes électorales", a-t-il dit.


Devant une salle comble, M. Poutou a appelé à "se débarrasser de ce système capitaliste". "Il n'y a pas que l'austérité dans la vie. C'est aux capitalistes de payer pour leur crise", a-t-il affirmé.


Reconnaissant qu'il y avait "peu de chances qu'on franchisse le premier tour" de la présidentielle, il a appelé à "dégager Sarkozy et sa bande".


"Le problème, c'est que la solution de rechange (à Sarkozy, ndlr) n'est pas une bonne solution", a-t-il ajouté. "Le parti socialiste mènera une politique libérale", a-t-il affirmé.


M. Poutou a prôné "une bataille sociale pour imposer une vraie politique de gauche".

 

http://www.npa2009.org/content/pr%C3%A9sidentielle-poutou-tr%C3%A8s-heureux-davoir-loscar-du-petit-candidat

 


 


 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 12:04

 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 12:03
Partager cet article
Repost0
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 11:58
18169.jpg

500, 510, 520...  Le NPA a réussi son premier tour administratif !

 

Philippe Poutou, l’ouvrier candidat, s’invite au banquet des politiques. Plus de 8 mois ont été nécessaire aux militants du NPA pour obtenir plus de 500 parrainages. Des centaines de milliers de kilomètres parcourus, des milliers d’éluEs rencontrés, des dizaines de milliers d’euros dépensés pour enfin se qualifier au premier tour malgré les règles anti-démocratiques des 500 parrainages.


Le NPA n’aura compté que sur l’effort et la pugnacité de ses militants pour y parvenir, la sympathie aussi suscité par Phillippe et nos idées. Nous prouvons aujourd’hui que le NPA a de la ressource et que nous comptons bien faire entendre la voix des anticapitalistes à cette élection, plus largement la voix de toutes celles et ceux qui sont les victimes de la politique des classes dominantes et de leur État.


Et toutes celles et ceux qui ont ont participé d'une façon ou d'une autre à cette bataille ont bien des raisons d'être fiers. Bravo à toutes et tous! Merci aussi aux éluEs qui ont fait le geste démocratique de nous aider ou de nous soutenir.


Philippe Poutou pourra accéder à l’égalité du temps de parole qui nous a cruellement manqué ces derniers mois. Jusqu'alors nous avons eu 70 fois moins de temps de parole que Nicolas Sarkozy! Nous allons enfin bénéficier non pas de l'égalité, trés loin s'en faut, mais de plus de temps pour faire entendre la voix de celles et ceux qui souffrent de cette crise.


Notre programme d’urgence sociale va pouvoir se faire entendre. Un programme qui veut faire payer aux capitalistes la crise et non aux peuples. Le refus de payer la dette, la création d’un service bancaire unique sous contrôle de la population, l’interdiction des licenciements et l’arrêt du nucléaire seront parmi les propositions que nous opposerons à ceux qui veulent l’austérité ou donner du sens à la rigueur.


Voter Philippe Poutou le 22 avril sera le meilleur moyen de dégager Sarkozy sans faire confiance à Hollande.


Le 13 mars 2012.

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg