Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 10:27

parisot medef saluant-3

11 janvier 2012 - 

 

Les organisations syndicales départementales CGT, FSU et Solidaires appellent à manifester mercredi 18janvier contre le «sommet dit social sur l'emploi, (...) arnaque du gouvernement orchestrée par le Medef» qui annonce, affirment-elles, «la fin de la protection sociale».

 

Les syndicats dénoncent aussi «l'augmentation de la TVA "antisociale" (qui) aura un effet négatif sur le pouvoir d'achat» et qui constitue, à leurs yeux, «un véritable hold-up sur nos salaires».

 

Elles organisent quatre rassemblements, le 18 janvier, à partir de 12h

 

Brest, devant la sous-préfecture

Morlaix, place de la mairie

Quimper, devant la préfecture

Quimperlé, à Coat-Kaër

 

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/finistere/cgt-fsu-solidaires-manifestations-le-18janvier-11-01-2012-1560986.php

Repost 0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 10:20

787-ecole-en-danger,bWF4LTQyMHgw

11 janvier 2012 - 

 

Une perte de 179 emplois dans le premier degré (maternelle et primaire) et de 55 dans le second degré (collèges et lycées) à la rentrée 2012 dans les établissements publics de l'académie de Rennes. C'est ce que prévoit un document préparatoire qui sera examiné, mardi prochain, à Rennes, lors du prochain comité technique académique.

Finistère: 54 postes en moins

La suppression envisagée de 179 postes concernerait 124 emplois d'enseignants et 55 postes d'assistants étrangers et intervenants extérieurs. Le rectorat table sur une baisse de 512 écoliers à la rentrée. Les quatre départements connaîtront des fortunes diverses:

 

Finistère : -54 postes, dont 18 de Rased et sept de soutien, pour une baisse prévisionnelle de 576 élèves

 

Côtes-d'Armor: - 48postes, dont 17 de Rased et six de soutien, pour 353 élèves en moins

 

Morbihan: -29 postes, dont 17de Rased et sept de soutien, pour 113 élèves en moins

 

Ille-et-Vilaine: +sept postes, dont +28 postes d'enseignants, - 18 de Rased et - trois de soutien, pour 530 élèves en plus

45 postes supprimés dans les lycées professionnels

Le rectorat prévoit la suppression de 55 emplois, alors que les effectifs devraient progresser de 1.841 élèves dans les collèges et lycées bretons. Les lycées professionnels seraient les plus affectés, avec la perte de 45 postes et de 782 élèves. Les lycées d'enseignement général et technologique gagneraient, de leur côté, vingt postes pour une croissance des effectifs évaluée à 872 élèves. Les collèges, dont les effectifs augmenteraient de 1.465 élèves, disposeraient, quant à eux, de quarante emplois supplémentaires.

 

Pour le reste, assistants étrangers (-30 emplois), vacataires (-25), emplois à gestion académique (-20) feraient les frais des ajustements budgétaires. En revanche, cinq emplois seraient créés dans les unités localisées pour l'inclusion scolaire.

 

Premier à réagir, le syndicat Sud Éducation dénonce «cette politique comptable de suppression massive de postes qui conduit inéluctablement à toujours moins de service public». Ilappelle «les personnels à la mobilisation».

 

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/finistere/rentree-2012-moins-234-postes-dans-le-public-en-bretagne-11-01-2012-1560990.php

Repost 0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 09:16

gav_drapeau.jpg

11 janvier 2012 -

 

En approuvant, hier, le référendum «d'initiative partagée», les députés ont adopté l'amendement facilitant le rattachement éventuel de la Loire-Atlantique à la Bretagne administrative. Le texte doit désormais être soumis au Sénat.


Les députés ont voté, hier, les modalités d'application du dernier volet de la réforme constitutionnelle de 2008: le référendum «d'initiative partagée» entre parlementaires et citoyens, jugé difficile à mettre en oeuvre par l'opposition et certains députés UMP. Le texte adopté, hier, intègre notamment l'amendement présenté par les députés Marc Le Fur (Côtes-d'Armor, UMP) et François de Rugy (Loire-Atlantique, Les Verts), juste avant la trêve de Noël, lors de la phase de discussion de la loi.

En passant outre l'avis des Pays-de-la-Loire

Cet amendement, qui concerne les référendums locaux, est destiné à faciliter le rattachement éventuel de la Loire-Atlantique à la Bretagne en passant outre l'avis des Pays-de-la-Loire. Le 21décembre, en séance, le gouvernement s'était prononcé contre, tout comme le rapporteur et la commission des lois. Mais le vote positif avait été obtenu grâce une alliance de circonstance entre parlementaires bretons et alsaciens de tous bords.

 

«C'est un grand pas vers le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne. Un pas historique vers une Bretagne historique», avait commenté le député Marc Le Fur, à l'issue du vote du 21décembre. Le texte soumis, hier, à l'Assemblée nationale - en réalité une loi organique et une loi ordinaire, a été adopté à une grande majorité (284pour, 30 contre et 287 pour, 27 contre). Le PS avait décidé de s'abstenir et le PCF de voter contre.

L'étape du Sénat

Mais il reste encore plusieurs étapes avant l'adoption définitive de ce dispositif législatif. Le projet sera transmis au Sénat. S'il n'est pas voté conforme, il devra faire un second aller-retour entre les deux chambres en moins d'un mois et demi, avant la suspension des travaux parlementaires fin février début mars. Après l'adoption de l'amendement facilitant une éventuelle réunification de la Bretagne, le député PS du Finistère Jean-Jacques Urvoas avait déclaré qu'il espérait «possible de construire au Sénat une majorité pour cette noble cause comme cela a été possible à l'Assemblée».

 

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/bretagne/reunification-de-la-bretagne-l-amendement-approuve-11-01-2012-1560948.php

 

Commentaire:

Ceci est donné "pour info", parce qu'il faut bien se tenir au courant! Le drapeau c'est "humour". 

Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 13:34

 

 

Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 13:33

 


par NPA-43

 

Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 12:59

pollueur.jpg

Mais puiqu'ils nettoient?

 

Par Sophie Chapelle (9 janvier 2012)


En 2010, et malgré ses 10 milliards de bénéfices, Total n’a payé aucun impôt sur les sociétés [1]. Avec la loi de finances 2012, c’est à nouveau le jackpot pour Total, exonéré de la taxe sur les activités polluantes à Lacq (Pyrénées-Atlantiques). C’est là que le groupe exploite depuis 1951 un gisement de gaz alimentant un complexe industriel. « Depuis plusieurs dizaines d’années, des effluents et déchets chimiques sont injectés dans le sous-sol béarnais », indique l’association France nature environnement.


À ce titre, la direction des douanes, qui prélève la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP), demande à Total en 2011 un versement d’arriérés de plusieurs millions d’euros. Malgré un recours devant le tribunal de grande instance de Paris, Total est condamné le 8 avril 2011 à régler la somme de 4 438 692 euros à l’État. Par quel tour de passe-passe la multinationale du pétrole vient-elle d’être exonérée ?


Principe du pollueur non-payeur


Le 14 octobre 2011, le député socialiste David Habib propose un amendement visant à supprimer la taxe sur l’injection d’effluents industriels dans la structure géologique du bassin de Lacq. Motif ? « Ces effluents aqueux et salés ne sont pas polluants et ne peuvent donc pas être considérés comme des déchets », assure le député – par ailleurs président de la communauté de communes de Lacq. Saluant l’action de reconversion menée par Total sur ce site dans le cadre d’une expérimentation de captage et de stockage de CO2 (lire notre enquête sur ce projet controversé), il craint que l’assujettissement des rejets à la TGAP porte « un coup d’arrêt au dynamisme économique du site, en menaçant directement 200 emplois ».


Et l’argumentaire fonctionne ! L’amendement est adopté à l’unanimité par les députés. Pour le président de France nature environnement, Bruno Genty, « le gouvernement et les députés viennent d’effacer par l’article 22 de la loi de finances cette jolie dette, qui aurait pourtant abondé de façon utile le budget de l’État en ces temps de crise ». Un bel exemple de redistribution des richesses et d’impunité des puissants face à la loi.

Notes

[1] Lire l’article du Figaro à ce sujet.

Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 12:45

poulet.jpg

Par Rachel Knaebel (10 janvier 2012)


Une étude de l’association environnementale allemande Bund (la branche locale des Amis de la Terre) vient encore de montrer les problèmes sanitaires qui apparaissent dans la filière industrielle de la volaille.

 

L’organisation a fait analyser en laboratoire 20 échantillons de poulet frais achetés en décembre dans cinq supermarchés et discounters (dont Lidl) de Berlin, Hambourg, Cologne, Nuremberg et de la région de Stuttgart. Les pièces de poulets provenaient des plus grands groupes d’élevage industriel du pays.

 

Les résultats sont inquiétants : plus de la moitié des échantillons contiennent de sympathiques germes résistants aux antibiotiques, comme les staphylocoques dorés ou des bactéries intestinales pathogènes (de type E.coli).

 

En cause : l’emploi massif d’antibiotiques dans l’élevage industriel du pays. En novembre dernier, une étude du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (établie sur 182 exploitations) soulignait que 96 % des élevages industriels de poulet utilisaient des antibiotiques, avec jusqu’à huit molécules différentes.

 

Selon une analyse du ministère de l’agriculture de Basse-Saxe, 83 % des élevages industriels de poulets examinés employaient des antibiotiques, 77 % des élevages de porc. L’association Bund demande au gouvernement allemand une réglementation claire pour réduire l’emploi des antibiotiques dans la filière. Objectif : deux fois moins d’antibiotiques d’ici 2015 dans l’élevage.

 

- L’étude du Bund
- L’étude du Land de Rhénanie-du-Nord
- L’étude du ministère de l’agriculture de Basse-Saxe

Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 12:29
denisgodard.jpg
Denis Godard dimanche.© DR | Par Louise Fessard
 

Un homme affirme avoir été violemment frappé, dans un commissariat parisien, par un policier agacé qu'il siffle «L'Internationale». Denis Godard, 47 ans, a déposé plainte le 6 janvier 2012 pour violences volontaires aggravées. Depuis son passage le même jour au commissariat du troisième arrondissement, il souffre d'une fracture du plancher de l'orbite (l'os sous l'œil) avec douze jours d'interruption temporaire du travail (ITT).


Selon son témoignage recueilli dimanche par Mediapart, il a été interpellé en état d'ébriété rue Beaubourg à Paris, vendredi 6 janvier vers 5 heures du matin, par des policiers de la brigade anticriminalité, alors qu'il se trouvait avec deux de ses collègues, salariés de l'association Act-Up comme lui.

«Nous avions consommé de l'alcool, nous cherchions un taxi et Denis a accroché un scooter avec sa sacoche, on l'a relevé, mais les policiers n'ont rien voulu savoir et ont embarqué Denis», explique sa collègue Cécile Lhuillier, vice-présidente d'Acte Up. 


Amené au commissariat du troisième arrondissement, Denis Godard dit avoir été placé sur un banc dans un couloir bordé de cellules, en attendant l'examen médical de routine à l'Hôtel Dieu. «Je me suis mis à siffler l'Internationale, ce qui m'est passé par la tête, raconte-t-il. Un policier m'a dit qu'il fallait que j'arrête car "J'emmerdais tout le monde, ceux qui travaillaient et ceux qui dormaient".»


Denis Godard lui aurait demandé ce qu'il comptait faire pour l'arrêter et le policier lui aurait alors montré sa main.


«J'ai continué à siffler, poursuit-il. Le policier a fermé la porte donnant sur le hall du commissariat, ce qui fait que nous étions seuls, et il m'a frappé au visage, une seule fois et la main ouverte. Je lui ai dit qu'il n'avait qu'à continuer comme ça, car les choses se verraient. Il a répondu qu'il savait faire et avait l'habitude. Ensuite, ça s'est arrêté là, trois policiers sont arrivés pour m'emmener à l'Hôtel Dieu. Quand j'ai abordé le sujet, ils ont parlé d'autre chose. Et paradoxalement, j'étais persuadé que ça ne se voyait pas puisque le policier l'avait affirmé !» 


Après quelques heures en cellule de dégrisement, Denis Godard passe devant un officier de police judiciaire. «J'avais un coquard qui commençait à enfler, il a pris ma plainte, il semblait savoir de qu'il s'agissait, même si je ne connaissais pas le nom du policier», explique-t-il. Contacté dimanche soir, l'un des deux OPJ de service au commissariat du troisième n'était pas au courant des faits. Egalement sollicitée, la préfecture ne nous a pas encore répondu.


Denis Godard a été examiné samedi aux urgences médico-judiciaires de l'Hôtel Dieu.  «Les médecins étaient surpris par la violence du coup», explique-t-il. Il présente une fracture du plancher orbital et pourrait devoir subir une opération chirurgicale, car un nerf innervant la moitié du visage serait touché. «S'il est lésé, j'aurai un problème de sensibilité définitif pour la moitié du visage», précise-t-il.


Par ailleurs militant du NPA (mais ce militantisme, tout comme son emploi chez Act Up, qu'il n'avait pas mentionné aux policiers, n'ont, a priori, aucun lien avec les faits), Denis Godard se dit scandalisé qu'«un policier se sente suffisamment en situation d'impunité pour agir ainsi, dans un cas aussi anodin».


«Je suis un homme blanc, de nationalité française, âgé de 47 ans, que se passe-t-il quand ce sont de jeunes gens, arabes ou noirs, qui se font arrêter dans des situations plus chaudes ?», demande-t-il.


C'est Mediapart qui a contacté Denis Godard dimanche, la nouvelle de son aventure circulant sur les réseaux du NPA. Mais il tenait à médiatiser l'affaire pour «tous ceux qui n'osent pas».


Source : http://www.mediapart.fr

Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 11:01

sud cfdt

10 janvier 2012 

 

Privé de certains financements, qui représentent les trois quarts de leur budget, l'association AnTreiz est sur la corde raide.

 

Réunis hier, les salariés ont exprimé leur inquiétude face à un éventuel dépôt de bilan de l'association, qui accompagne 600 handicapés par an vers l'emploi. «Les conséquences humaines pour nous et pour les personnes que nous accompagnons sont terribles», déclare Rémi Toulhoat, délégué syndical CFDT. Il est désemparé, tout comme les18salariés de l'association An Treiz réunis hier à Châteaulin. Chaque année depuis vingt ans, l'association finistérienne s'occupe d'accompagner vers l'emploi 600personnes en situation de handicap mental et psychique.

 

Depuis l'origine, elle était financée majoritairement par l'Agefiph (l'Association pour la gestion du fonds d'insertion des personnes handicapées), via une enveloppe, renouvelée chaque année en fonction des projets présentés par l'association. Seulement, depuis cette année, l'Agefiph sélectionne les structures qu'elle accompagne par le biais d'un appel d'offres. «Nous l'avons emporté en ce qui concerne l'accompagnement des handicapés psychiques mais pas celui des handicapés mentaux, qui a été confié à Grafic Bretagne», précise Rémi Toulhoat. Résultat: huit équivalents temps plein sur quatorze risquent de disparaître.La part du budget versée par l'Agefiph (450.000€ en 2011) est divisée par quatre en 2012. La situation est d'autant plus angoissante qu'au vu de la trésorerie, l'association n'est pas en mesure de licencier huit salariés sans déposer le bilan.

Un espoir de reprise par une autre association

Après avoir fait le tour des autres partenaires financeurs de l'association- le conseil général du Finistère, l'Agence régionale pour la santé et les services de la préfecture - leur seul espoir consiste aujourd'hui en une offre de service de l'association Championnet, une des structures fondatrices d'An Treiz, présentée demain en conseil d'administration. Par ailleurs des familles ont lancé une pétition. «Il faut dire que seules 150 personnes handicapées pourraient continuer à être accompagnées si l'association est dissoute. Les autres dépendront de fait de Pôle emploi, comme la loi sur l'égalité des chances de 2005 le prévoit», conclut le syndicaliste.

  • Camille Pineau

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/finistere/insertion-des-handicapes-an-treiz-craint-pour-son-avenir-10-01-2012-1559787.php

Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 10:55

admr_29_01_10.jpg

10 janvier 2012 -

 

Hier, le tribunal de grande instance de Brest a prolongé la période de redressement judiciaire de la Fédération ADMR du Finistère, jusqu'au 29 juillet. Il a fixé un point d'étape au 11 juin, pour vérification des capacités de financement.


Toutes les parties du dossier s'étaient dites favorables à cette prolongation: le TGI de Brest l'a, sans surprise, accordée. Selon Francine L'Hour, présidente, la structure (115 salariés) présenterait une dette de 6M€. Elle devrait 4M€ au seul groupe AG2R-La Mondiale. S'appuyant sur le bilan économique et social établi par l'administrateur judiciaire, le tribunal a considéré «qu'à ce jour, la poursuite d'activité ne pose pas de véritables difficultés sur le plan financier». Le plan social, très lourd, puisqu'il concerne plus des deux tiers des salariés (78), doit permettre un retour à l'équilibre. Pour assumer une partie de la dette, il est aussi prévu de solliciter les associations locales, via leur cotisation à la fédération (50 centimes d'euros par heure produite).

Les réserves du parquet
 
Sur le volet social, le tribunal note que l'administrateur judiciaire souligne l'existence d'un véritable mal-être des salariés. «Toutefois, selon le dernier courrier de l'inspection du travail, il n'y a pas de mise en danger de la santé physique ou mentale des salariés». Le parquet, favorable à cette prolongation, a, néanmoins, exprimé «des réserves liées au climat social dégradé et à l'intervention de l'inspection du travail». La mise en liquidation de la fédération, pilote administratif et technique de 91 associations locales (3.500 salariés et 28.000 personnes aidées), aurait soulevé un risque sanitaire et social très difficile à maîtriser.

GCSMS: «Pas de priorité à l'embauche»

Jointe, Francine L'Hour n'avait pas eu connaissance du jugement. Mais, concernant ce qui est désormais la priorité des représentants du personnel - limiter la casse sociale -, elle s'est montrée claire. «Fermement, nous ne donnerons pas de garanties d'embauche prioritaire, dans les GCSMS (*), au personnel fédéral. Il y a un comité d'établissement le 23janvier. C'est là que les choses se diront». Il s'agira de la deuxième et dernière réunion de consultation du personnel dans le cadre du plan social. Dans l'intervalle, les représentants des salariés travailleront «à le rendre acceptable. La fédération va être amputée de ses missions statutaires, de finances et de personnel au profit des GCSMS. Il serait logique que des reclassements y soient possibles».
Rendez-vous a été pris avec le conseil général et la préfecture.


* Les Groupements de coopération sociaux et médico-sociaux (GCSMS), autorisés par la préfecture dans le cadre de la réorganisation du réseau, ne sont pas encore en fonction.

  • Karine Joncqueur

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/finistere/admr-29-redressement-judiciaire-prolonge-de-six-mois-10-01-2012-1559789.php

Repost 0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg