Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 09:24
Maspero15.jpg
"A toutes les petites revues indépendantes et à leurs lecteurs !
A tous les médias, nationaux ou régionaux attachés à la Liberté de la Presse, garante de la liberté d'opinion et d'expression, !
A tous les acteurs de la vie économique et sociale, élus, militants politiques, syndicaux et
associatifs !
Depuis le mois de novembre maintenant, devant la multiplication des contraintes et les augmentations incessantes des tarifs pratiqués par La Poste, menaçant l'existence de nombreuses petites revues aux moyens limités, nous avons pris l'initiative de lancer une pétition adressée au Directeur de La Poste, exposant nos craintes et nos revendications en matière de diffusion postale.
Cette pétition publique a rencontré un certain écho auprès de nos divers destinataires: nos lecteurs, des élus locaux, des syndicats et associations de journalistes et des revues et publications. La liste de nos principaux soutiens figure en bas de ce message. .
Mais la visibilité de notre initiative est encore insuffisante pour faire bouger les choses.
Quelle que soit la situation particulière de votre revue, en butte ou non aux difficultés évoquées ci-dessus, il nous semble qu'elle ne peut que se sentir concernée par cette initiative permettant entre autres de regrouper des acteurs de la presse papier actuellement isolés face à la Commission Paritaire, composée de la Poste, de l'Etat, et des grands groupes de Presse qui fixent pour nous et en notre absence, les conditions de notre diffusion.
Bien que « A Contre Courant » et «  Contact 68 » n'y aient pas recours, nous savons que la diffusion en kiosque connait les mêmes difficultés, et nous sommes prêts à nous associer à toute initiative qui mettrait sur la place publique les problèmes rencontrés par ceux qui en sont tributaires.
C'est pourquoi nous vous proposons de vous joindre à notre mouvement afin de le rendre visible à tous, contribuant à faire surgir le thème de la liberté et de la diversité de la Presse dans le champ de la campagne électorale.
-En signant la pétition au nom de votre revue et en votre nom personnel,
-En diffusant l'adresse de la pétition dans vos colonnes,
http://www.petitionpublique.fr/?pi=PPLED
-En joignant les petites revues dont nous ne connaissons pas l'existence, soit en les contactant directement, soit en nous communiquant leurs coordonnées.
-En rédigeant des articles décrivant la situation de la petite presse, telle que vous la vivez ou en avez connaissance,
-En nous adressant vos réactions, propositions, critiques, initiatives qui nourriront le forum ouvert sur le site de notre revue
www.acontrecourant.org.
Nous pourrions réfléchir ensemble à la création d'une fédération des petites revues indépendantes ou une structure similaire, pour nous faire entendre auprès des institutionnels (commission paritaire, distribution en kiosque, messagerie, portage, etc...) Mais peut-être existe-t-il déjà une telle structure, auquel cas nous serions ravis d'y adhérer !
Dispersés, nous n'avons aucune chance.
Unis, nous pouvons préserver et améliorer les conditions d'exercice de notre liberté d'expression et d'opinion !
Merci à tous ! Pour la coordination:"A Contre-Courant" / "Contact 68"
Voici une première liste de revues, d'associations, de syndicats, d'élus, etc, que nous avons pu dresser. Il est à peu près sûr que, pour plusieurs raisons, nous en avons oubliés. Merci de nous signaler ces oublis.
Liste des revues:
A CONTRE COURANT, CARRE ROUGE, CONTACT 68, ECOREV, FAKIR, HEB'DI, L'AGGLORIEUSE, LA GALIPOTE, LA MEE , LE COLIBRI SOLIDAIRE ET DISTRIBUTIF, POUR POLITIS, MONDA SOLIDARESCO, PUMPERNICKEL, TONIC.
associations:
A.C.T.I.V.E.S., ANPAG/FASE, APEIS PARIS, AC ! Agir Ensemble Contre le Chômage, RECIM-info, RECIM-monde.
syndicats:
SNJ / CGT, SUD EDUCATION MAYOTTE, SUD PTT 25, SUD PTT 26/07, SUD-PTT 57, SUD PTT 68
militants, élus, :
BIHR Alain (sociologue), BRUN Thierry (Politis), CORCUFF Philippe, EICHHOLTZER François (Adjoint au Maire de Hirtzbach), HANS Thierry (Heb'Di et Tonic), MULLER Jacques (Maire de Wattwiller), MOYON Richard (RESF), ORIOL Paul (Alternatifs), PFEFFERKORN Roland (sociologue), RUFFIN François (FAKIR), VIRE Emmanuel (Secrétaire général SNJ/CGT),
Il est à noter également,
que la Fédération des Activités Postales (FAPT) CGT a interpellé le Conseil d'Administration de La Poste, et que le Syndicat du Livre CGT (FILPAC) a voté une motion de soutien à notre initiative lors de son tout récent Congrès fédéral.
Pour le moment, nous n'avons interpellé que quelques candidats à l'élection présidentielle (en évitant M. Le Pen et N. Sarkozy, l'une pour incompatibilité idéologique, et l'autre pour candidature non déclarée )
Seul François Bayrou nous a répondu pour l'instant, exprimant son attachement à la liberté de la Presse et au maintien des services publics. Nous l'invitons donc à nouveau à signer la pétition.
Nous comptons sur vous pour étoffer cette liste, par votre signature et celle de tous ceux à qui vous la diffuserez !
Repost 0
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 11:22

hopital2.jpg

7 janvier 2012 à 10h30 -

 

Le procès en appel jeudi à Rennes de deux hommes ayant participé en 2008 aux manifestations de défense de la maternité de Carhaix suscite de nombreuses réactions dans la capitale du Poher.


Les réquisitions de l'avocat général (six mois de prison avec sursis contre l'un et quatre mois ferme contre l'autre) ne passent pas. Ce samedi matin, dans nos colonnes, le maire de Carhaix, Christian Troadec, le NPA mais aussi le collectif des femmes enceintes (pourtant en sommeil depuis la fin du combat) ont apporté leur soutien aux deux Carhaisiens rejugés.

Ce samedi, c'est au tour du comité de défense et de développement de l'hôpital de Carhaix de monter au créneau. Ce dernier se dit "scandalisé" par les réquisitions de l'avocat général et dénonce un "acharnement" alors que, selon lui, "les condamnations prononcées en première instance par le tribunal de Quimper (150 euros d'amende chacun) permettaient de tourner la page sereinement".

 

De son côté, le NPA veut organiser une manifestation de soutien prochainement à Carhaix.

 

http://www.letelegramme.com/local/finistere-sud/chateaulin-carhaix/carhaix/maternite-de-carhaix-les-soutiens-aux-deux-manifestants-se-multiplient-07-01-2012-1557793.php

 

et aussi:

 

http://letelegramme.com/local/finistere-sud/chateaulin-carhaix/carhaix/maternite-soutiens-reiteres-aux-carhaisiens-rejuges-07-01-2012-1557365.php

 

 

Repost 0
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 10:47

loadimg.php

Et çà, c'était le bon temps?

 

7 janvier 2012 - 

Après la plainte déposée, il y a plus d'une semaine, par le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVA), concernant un site marchand vendant des...

 

Lire la suite ici...

 

Commentaire: Bien sûr," y a pas mort d'homme", mais c'est assez nauséabond de se faire du fric en vendant des statues d'Hitler, ce grand homme,  et ce de l'intérieur d'une caserne de gendarmerie " de la république" et prétendre faire de l'éducation. Enfin, c'est moins "pire" que lorsque nous étions au "servive militaire" et que nous devions "faire les chambres" des sous-offs et que nous y trouvions de la propagande nazie...

Repost 0
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 12:04

socialism-rich

Il y a cinquante ans, Ralph Miliband publiait Parliamentary Socialism[1]. Cette étude majeure du Parti travailliste britannique dans l’après-guerre a influencé deux générations d’étudiants et de militants de gauche en Grande-Bretagne. Miliband a inspiré la « New Left » dans les années 60 et 70, c’est-à-dire une gauche de transformation sociale, libérée des pesanteurs du parlementarisme tant décrié par Miliband.

 

 
Philippe Marlière

Repost 0
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 11:45
1325871431 

Cet article a failli s’appeler : « Kaurismaki emmerde Zemmour » (pour ne pas utiliser un verbe plus grossier). Mais l’élégance, espérons-le est contagieuse, et la leçon magistrale du maître finlandais décourage la trivialité.

Le Havre

nous est arrivé comme un conte de Noël — malheureusement pour ce moment de grâce cinématographique noyé dans les fêtes et leurs disniaiseries. Un conte de Noël thérapeutique et aussi, et surtout, un très grand film politique, autant que poétique. Quand quinze millions de Français se ruent sur Intouchables, le Finlandais renvoie le pseudo-humanisme aux vaches bien gardées dans les bas fonds de la grossière sociologie de comptoir.

Bien sûr, depuis une vingtaine d’années, les occasions ne manquaient pas de tomber amoureux de son cinéma hanté de loosers magnifiques, de lumineuses héroïnes atypiquement belles et de chiens sans collier, errant d’un Londres années 60 sinistre (J’ai engagé un tueur) aux zones industrielles d’Helsinki (Ariel, l’Homme sans passé) ou sur les parkings des motels les plus miteux (le savoureux Leningrad Cow boys go to America). Pourtant, le Havre, c’est autre chose :  le prisme d’un regard étranger qui s’aventure à concilier une France éternelle fantasmée et la réalité crue du pays d’aujourd’hui. Marcel Marx, le poète de La vie de Bohême — André Wilms, magistral — est devenu cireur de chaussures, son épouse s’appelle Arletty, le médecin (Becker !) prend le visage de Pierre Étaix, le flic — Darroussin, impeccable comme toujours — sort des Tontons flingueurs. Comme s’il fallait ressusciter l’imaginaire d’un certain cinéma français pour retrouver le peuple qui manque. Bienvenue en France de Renoir et Carné !

Peuple. Le mot est lâché. Je ne crois pas que dans un seul film, voire même dans un seul plan de Kaurismaki (que les cinéphiles me démentent si je me trompe !), il nous arrive d’être dans un décor bourgeois — ou simplement marqué des signes du confort contemporain. Les papiers peints, les chaises, les bagnoles, les murs, les fringues, tout est usagé, voire usé, poussiéreux, tout a vécu sans jamais tomber dans l’embaumement « confiture grand-mère » à la Amélie Poulain ; les visages eux-mêmes portent lumineusement leur usure. Les critiques l’ont noté à juste titre : l’enchantement nait du télélescopage entre cette patine cinématographique aux références assumées et le réalisme violent de la situation.

Car au milieu de cette fiction poétique débarque l’actualité la plus sordide : planqués dans un conteneur au port du Havre, des sans-papiers sont trouvés et arrêtés. Bienvenue dans la France des rafles présentes et passées ! Un gosse réussit à s’échapper. Et autour de lui, Marcel Marx tisse un véritable réseau résistant entre trois maisons, une boulangerie, une épicerie, un café, une cour et un chien… Délateur aux aguets, maladie tapie dans l’ombre, la situation va se compliquer. On ne gâchera pas le plaisir des futurs spectateurs, vivement encouragés à découvrir eux-mêmes un scénario qui ne se refuse aucune fantaisie dans une ville magnifiée par la caméra.

Mais au delà de la fable jubilatoire, il faut voir Le Havre comme une grande leçon politique. Un miroir embellissant et nostalgique tendu à une France dont le peuple sort comme un diable farceur de la boîte populiste où les démagogues tentent de l’enfermer. Car de la boulangère au grand cœur (Évelyne Didi) à l’épicier malicieux, en passant par les inévitables piliers de comptoir aux trognes et aux conversations mémorables, Kaurismaki ne se refuse aucun des stéréotypes du peuple usités des démagogues qui aiment tant parler en son nom. Et c’est précisément ce chromo national à la Gabin, à la Audiard, affectionné par les nostalgiques d’une France ouvrière  blanche, qui va se mobiliser autour d’un gosse africain, au son du rocker local (Little Bob proprement mobilisé pour la circonstance !) Là, les stéréotypes du cinéma de papa se muent en personnages complexes, de Cheng (collègue cireur de Marcel) au commissaire Monet.

Non, les gens dits simples ne sont pas simples, encore moins simplistes.  Au mensonge méprisant de ceux qui réduisent les prolos au vulgaire (coucou, Alain Minc ! salut Nadine !) Kaurismaki oppose l’impeccable phrasé du clochard céleste et de ses amis, giflant au passage les ganaches réacs qui, de Causeur à Marianne, du Figaro à TF1, opposent les « petits Blancs » aux sans papiers et réservent la solidarité à des « bobos » fantasmés.

Face au storytelling médiatique, il dégaine son cinéma du réel.

P.-S. : Rarement vit-on distribution plus juste. Rendons donc hommage à tous les acteurs : André Wilms (Marcel Marx), Kati Outinen (son épouse Arletty), Jean-Pierre Darroussin (le commissaire Monet), Miguel Blondin (Idrissa, le jeune clandestin), Elina Salo (Claire, patronne du bar « Le Moderne »), Évelyne Didi (Yvette, la boulangère), Quoc Dung Nguyen (« Cheng », le collègue cireur de Marcel), François Monnié (l’épicier), Pierre Étaix (le docteur Becker), Jean-Pierre Léaud (le dénonciateur).

Valérie de Saint-Do – blog Mediapart, 6 janvier 2012.

http://blogs.mediapart.fr/blog/valerie-de-saint-do/060112/kaurismaki-la-grande-classe-politique

Repost 0
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 11:28

autocollant-gaspare 19-02-2011

roc'h tred

Repost 0
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 10:54

image.jpg

 


Si Michel Lequenne vient de fêter ses 90 ans, il n’est pas difficile de deviner, derrière un rire, le jeune homme qu’il continue à être… Et même ce gamin de 15 ans, petit commis du coton, au Havre, que licencia son patron, car « on ne pouvait plus payer les gens pour ce qu’ils valent ». Et Michel de commenter : « Vous imaginez avec quelle rage c’était reçu par le jeune orgueilleux que j’étais ! » C’était lors des grèves de… 1936.

La voici prête à se déployer cette mémoire de tout un siècle. À l’image de sa chère bibliothèque qui enferme les mille et une lectures, multiples et incessamment continuées, qui participent de l’oeuvre et du combat d’une vie à multiples facettes.
 
Militant trotskiste, théoricien et responsable politique, historien marxiste, spécialiste incontesté de Christophe Colomb, critique d’art esthéticien et membre atypique du mouvement surréaliste, féministe passionné de littérature féminine, lui-même homme de lettres… Michel seul, personnalité hors normes, apparaît en capacité de nouer ensemble tous ces fils.

Mais parce qu’il n’est pas de ceux qui se laissent intimider par l’oeil d’une caméra, il est le mieux à même de parler de lui. L’ayant fait, il a rendu possible un film.
 

À présent il dépend de nous que celui-ci se matérialise !

C’est le moment de nous faire producteur de cinéma

Il faut 15 000 euros pour que le film devienne un film, un DVD. 15 000 euros, c’est 150 coopérateurs à 100 euros, 300 à 50 euros, 600 à 25 euros.

Des amis des Éditions Syllepse, de Canal Marches, de Rouge Productions, de ContreTemps, des camarades de toujours et d’un peu partout m’ont poussé à « filmer » la mémoire de Michel, sans attendre. Des heures ont déjà été tournées. 15 000 euros, c’est le prix de la mémoire, le prix de la transmission, le prix du passage de témoin, le prix de l’amitié. C’est à nous de jouer maintenant !


Gérard Vidal, réalisateur

trotskismeunehistoire.jpg 

 
 Michel LEQUENNE, né en 1921 au Havre, dans une famille de petits employés .

Travaille dès l'âge de quatorze ans, mais écrit depuis ses dix ans et passe le plus clair de son enfance et adolescence à lire: littérature, histoire, philosophie. Autodidacte. Il étudie la préhistoire avec un professeur rencontré à l'école du soir. En 1938 est militant du mouvement des "Auberges de la Jeunesse". Dix métiers en dix ans, de commis dans le négoce des cotons bruts à comptable, en passant par la terre et l'usine, et révolutionnaire professionnel.

Pendant la Guerre mondiale, réfractaire au STO (Service du travail obligatoire), d'où passage à la clandestinité, puis à la résistance trotskyste. A partir de 1946 il est membre du comité central du Parti communiste internationaliste (IVe Internationale), et restera dans ses rangs (après un passage au PSU, de la fondation à 1965, où il a fondé la tendance "socialiste révolutionnaire“), jusqu"à 1988, y ayant occupé des postes de direction nationaux et internationaux.

Il reste ensuite membre de la réaction de la revue “Critique communiste“, où il écrit de nombreuses études de théorie marxiste, d'histoire (ancienne, moderne et de la pensée) et des critiques littéraires et d'art. A la fin de 1947, il a commencé une carrière dans l'édition, qu'il terminera en 1974 comme chef du service de lecture de l'Encyclopaedia Universalis.

En 1950, il a mené une activité de critique littéraire, d'abord sous le pseudonyme de Pierre Géraume. A partir de 1955, il a traduit, avec Soledad Estorach, les œuvres de Christophe Colomb, publiées seulement en 1979 (éd. Maspero - La Découverte). Comme historien de Colomb, il établit que celui-ci cherchait un continent inconnu, au sud de l'Asie, qu'il pensa avoir découvert avec l'Amérique du Sud.

Puis, toujours avec Soledad Estorach, il traduit des “Contes catalans“ (Editions Erasme). Dans les années soixante, il écrit une série d'études sur la littérature utopique. En 1967, il commence à écrire sur les arts plastiques, dans plusieurs journaux, en dernier lieu, et pendant douze ans, dans “Politis“, et des préfaces de catalogues de peintres ; enfin un recueil théorique, “Marxisme et esthétique“.

Avec Soledad Estorach, il a aussi traduit, préfacé et annoté la pièce de Lope de Vega, “Le Nouveau Monde découvert par Cristophe Colomb“ (éd. La Différence), puis, encore de Colomb, la première traduction française du “Livre des prophéties“, aux éditions Jérôme Millon.

Il a écrit aussi des introductions à “Amazonie, ventre de l'Amérique“, première traduction française, par Laure Techer, du récit de la première descente de l'Amazone, par Gaspar de Carvajal (Jerôme Millon), et à “Naufrage en Patagonie“, de John Byron (éd. Utz). En 1992, il a donné un “Christophe Colomb, amiral de la mer Océane“ (éd. Gallimard, collection Découvertes, rééd. En 2005).

Il a aussi écrit une fiction poétique, “Elles qui regardèrent Colomb" (éd.Féderop). Il est co-auteur de trois courts métrages (“Setubal, ville rouge“ - sur la révolution portugaise -, “la Mort de Léon Sedov - fils de Trotsky“ -, et “le Peintre Jean Pons“, film d'art).

De 1978 à 1998, il a été membre du groupe surréaliste maintenu. À quatre-vingts ans, il décide de se consacrer à terminer et publier ses nombreux livres restés inachevés. Il sort ainsi, en 2002, sa somme “colombienne“ : “Christophe Colomb contre ses mythes“ (Jérôme Million), et en 2005, “le Trotskisme, une histoire sans fard“ (éd. Syllepse).

Il termine actuellement ses Mémoires,, sous le titre “Le Catalogue“, et espère avoir le temps de finir avant de mourir six ou sept volumes commencés, dont une “Contre-révolution dans la révolution“ (sur le stalinisme), un “Éloge de l'utopie“, et deux essais “Grandes Dames des lettres“ (de Sappho à Nathalie Sarraute et Joyce Mansour), et "Pour une nouvelle histoire de l'art“.

https://docs.google.com/viewer

Repost 0
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 10:46

 

 

Cette conférence initialement programmée le 22/9/11, avait dû être annulée suite à un retard du tgv qu’avait pris Mme de Wenden

 

jeudi 12 janvier 2012 - 20h00
salle du Chapeau Rouge - QUIMPER

CONFÉRENCE-DÉBAT

Émigration - Immigration

Comprendre les flux migratoires

avec

Catherine de Wenden

Directrice de recherche au CNRS, enseignante à Sciences Po

 

L’Europe a toujours été un des grands pôles de migrations en raison de son accessibilité, l’Amérique, l’Asie sont également historiquement des lieux de migrations importants en raison de leurs attractivités. Aujourd’hui, figurent dans les pays importants de migration : Arabie Saoudite, Corée du Sud, Japon et l’ Australie .


Sur les 200 millions de migrants, seuls 61 millions émigrent du Sud au Nord. Un migrant sur 2 est une femme. Le profil des migrants change, les raisons de migrer aussi.

 

Sur fond de crise économique touchant les pays, les gouvernances mondiales, le thème des flux migratoires est, sans aucun doute, un sujet de réflexion prioritaire. Des migrations forcées aux migrations décidées, Catherine de Wenden nous livre son analyse, s’interroge sur le rôle social et économique de la migration et propose des directions pour trouver des solutions en termes de droit et de statut afin que les pays d’accueil et de départ tirent le meilleur parti de la mobilité.et pose, en filigrane, la question de la libre circulation des hommes au XXI e siècle. Chercheur sur le thème des flux migratoires, Catherine de Wenden a écrit plus de 20 livres et essais sur la migration.

 

Parmi lesquels :
- Atlas mondial des migrations. 2ème édition 2009. Paris, Autrement, 2009
- La Globalisation humaine. Paris, PUF, 2009
- La question migratoire au XXIème siècle. Migrants, réfugiés et relations internationales. Paris, Presses de Sciences-Po 2010

  • Entrée :
  • 8 €
  • 6 € pour les adhérents
  • 3€ pour les étudiants et chômeurs

http://www.lalibertedelesprit.org/spip.php?article161

Repost 0
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 10:34

787-ecole-en-danger,bWF4LTQyMHgw

Le collectif maternelles en danger organise mercredi 11 janvier à 11 heures un rassemblement au rectorat d’académie à Rennes pour sensibiliser le nouveau recteur d’académie à l’importance que nous donnons à l’école maternelle , notamment à la scolarisation des enfants de moins de 3 ans, qui est de plus en plus menacée .


Une délégation sera reçue à 11 heures et remettra au recteur les 500 délibérations de conseils municipaux qui veulent défendre la scolarisation des jeunes enfants.


Le SNUipp a écrit aux maires, députés et sénateurs du Finistère, du Morbihan et des Côtes d’Armor pour les inviter à se joindre au rassemblement de mercredi prochain avec les enseignants, parents d’élèves et autres membres du collectif.

 

 

http://29.snuipp.fr/spip.php?article926


 

Repost 0
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 13:14

ATT 00016

Déclaration de Philippe Poutou.

 

Sarkozy et son gouvernement viennent d’annoncer leur décision: ils sont déterminés à imposer, avant l’élection présidentielle, leur projet de TVA antisociale, sous couvert de défendre l’emploi .


Ils obéissent ainsi aux injonctions du MEDEF qui réclame cette mesure depuis plusieurs semaine, à hauteur de 80 milliards d’€.


Chacun comprend pourquoi: 80 milliards d’€ de TVA payés par les salariés les chômeurs et les retraités sous forme de TVA, c’est 80 milliards d€ de profits en plus dans la poche de L.Parisot et ses amis.


Depuis 30 ans qu’elle est appliquée, la baisse des cotisations sociales, a permis la défense des profits, mais jamais sauvé ou créé d’emplois: si c’était le cas, cela se saurait!


Les organisations syndicales et la gauche politique dénoncent toutes aujourd’hui l’inefficatité de la hausse de la TVA pour l’emploi, et une nouvelle mesure d’injustice sociale


Face à la volonté du pouvoir de passer en force, il y a urgence.


Toutes les forces de la gauche sociale et politique devraient se rencontrer au plus tôt pour définir ensemble les modalités immédiates d'une riposte afin d'empêcher ce mauvais coup supplémentaire du quinquennat Sarkozy.

Repost 0
NPA QUIMPER - dans NPA
commenter cet article

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg