Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 14:32

images-copie-2.jpg

*

Alors que grâce aux avancées récentes en matière de production d'énergie - en particulier pour le gaz et l'huile de schiste - les Etats-Unis annoncent en fanfare une nouvelle ère d'abondance voire d'indépendance énergétique, des voix s'élèvent pour en dénoncer les limites.

Selon le géologiste canadien J. David Hughes, ancien directeur recherche à la Geological Survey of Canada, les analyses publiques les plus poussées sur les contraintes économiques, environnementales et géologiques de l'exploitation de ces ressources en Amériques du Nord sont plus pessimistes que l'administration américaine pour deux raisons principales :


- Premièrement, les puits d'exploitation d'huile et de gaz de schiste s'épuisent très rapidement,

 

les meilleurs sites ont déjà été pompés et on ne s'attend pas à en découvrir d'autres. Cette diminution de la productivité par puits nécessite d'intensifier le forage pour seulement maintenir la production, ce qui limite le potentiel à long-terme de ces ressources.


- Deuxièmement, bien que les sables bitumineux, puits de pétrole en eau profonde, schistes bitumineux, gaz de houille et autres ressources énergétiques carbonées non conventionnelles existent en grandes quantités, leur exploitation nécessite d'énormes efforts logistiques et financiers

 

qui interdisent l'augmentation d'échelle de la production pour répondre aux besoins du marché; les vastes gisements de ces ressources sont divisés en "poches" de petites tailles.

Après son démarrage en 2006, la production états-unienne de gaz de schiste a commencé à s'envoler grâce au développement des systèmes de fracture hydraulique et de forage horizontal - une technologie qui utilise des liquides à très haute pression pour percer la roche qui emprisonne le gaz. Le gaz de schiste représente désormais 40% du gaz domestique aux Etats-Unis soit 9.7 milliards de mètres cube par an. Une projection publiée en décembre par l'Energy Information Administration (EIA), un organisme gouvernemental états-unien, suggère que cette part va atteindre 50% de la production du pays d'ici 2040.

Le Dr. Hughes affirme que ces projections ne sont pas réalistes car elles ne prennent pas en compte le fait que la plupart des puits perdent 15% de leur productivité initiale en quatre à six ans.

 

Pour atteindre les chiffres de l'EIA malgré ces pertes, il faudrait creuser plus de 70.000 puits supplémentaires par an d'ici 2040. Cette cadence effrénée deviendrait trop coûteuse et hors de portée à partir de 2019 puis s'ensuivrait d'une forte chute de la production.

L'étude du Dr. Hughes, partiellement financée par le Post-Carbon Institute une association californienne ouvertement contre le gaz de schiste, est vertement critiquée par le lobby du gaz de schiste états-unien.

 

Daniel Whitten, un porte-parole de l'America's Natural Gas Alliance, affirme que les conclusions du Dr. Hughes s'opposent à plusieurs études gouvernementales et académiques, "qui toutes prévoient une abondante production de gaz naturel sur plusieurs générations." Andrew Miall, professeur de géologie à l'Université de Toronto qui a produit une étude indépendante du rapport du Dr. Hughes, affirme que ce dernier ne représente qu'une opinion minoritaire et que les résultats traités dans le rapport en question démontrent seulement que le gaz de schiste ne s'écoule pas librement.

 

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/72437.htm

Partager cet article
Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 14:13

*

Social mardi 05 mars 2013
*
Plusieurs syndicats (CGT, Force ouvrière, Solidaires, FSU) appelaient à manifester ce mardi contre l’accord « sécurisation de l’emploi ». À Quimper, les manifestants étaient 500.

*

« Accord scélérat »

*

La CGT était, de loin, le syndicat le plus représenté. À l’issue de plusieurs prises de parole, un cortège s’est formé. Parmi les slogans repris à cette occasion, celui dénonçant « un accord scélérat au profit du patronat »

*

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Quimper-500-manifestants-contre-l-accord-sur-l-emploi_40771-2169810-pere-redac--29019-abd_filDMA.Ht

Partager cet article
Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 14:11

*

Social mardi 05 mars 2013
*

Ce matin, à Brest, place de la Liberté, environ 700 personnes se sont réunies pour dénoncer l’accord sur la « sécurisation de l’emploi » qui remettrait en cause les droits des salariés selon eux et introduirait davantage de flexibilité pour les licenciements. Les manifestants qui dénoncent «l'accord Medef-CFDT» s’apprêtent à prendre part à un défilé qui les conduira vers la permanence de la députée socialiste Patricia Adam.

Partager cet article
Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 14:00

*

Social mardi 05 mars 2013
*

Quelque 200 personnes se sont rassemblées devant la mairie de Morlaix ce matin, vers 11 h, en réponse à l’appel de quatre syndicats (CGT, Force ouvrière, Solidaires, FSU). Ils dénoncent l’accord sur la « sécurisation de l’emploi », qui doit être examiné demain par le conseil des ministres. Après le discours de l’intersyndicale, les salariés de l’entreprise Gad se sont exprimés.

Partager cet article
Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 13:55

*

Social mardi 05 mars 2013
*

Près de 150 manifestants étaient réunis mardi matin dès 11 h sur le parvis du Coat-Kaër à Quimperlé pour dire « non aux accords du 11 janvier signés lors des négociations nationales dites de sécurisation de l’emploi. »

Après les prises de parole des syndicalistes, SUD, FO et CGT, les manifestants ont quitté la place avant midi, sans manifester en ville.

*

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Quimperle-150-manifestants-ce-matin-au-Coat-Kaer_40771-2169838-pere-bre_filDMA.Htm

Partager cet article
Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 13:48
dechets-nucleaires
Nucléaire mardi 05 mars 2013

Le réseau Sortir du nucléaire, qui fédère des dizaines d’associations, organisent samedi à Paris une longue chaîne humaine pour commémorer l’accident de Fukushima, il y a deux ans, et réclamer l’arrêt des réacteurs en France.

*

Du quartier de La Défense au ministère de l’Economie, une chaîne humaine s’étirera samedi à travers Paris pour dire non au nucléaire et se souvenir de la tragédie de Fuskushima, au Japon, survenue le 11 mars 2011. Des points de ralliement sont notamment prévus à La Défense, au pied de la tour d’Areva, autour de plusieurs ministères (Défense, Santé, Ecologie), ainsi qu’à l’Assemblée nationale et au Sénat, devant des banques, des gares, ainsi que place de l’Opéra, de la Concorde, du Palais Royal, du Panthéon, de la Bastille.


Arrêt du nucléaire, priorité aux énergies renouvelables

*

« Nous revendiquons la liberté de vivre sans la menace d’accidents comme Three Miles Island (Etats-Unis), Tchernobyl (Ukraine) et Fukushima (Japon) et nous demandons l’arrêt immédiat des centrales françaises », explique Pierric Duflos, membre de Sortir du nucléaire.


« Alors que plusieurs pays européens ont fait le choix de ne pas poursuivre le nucléaire, nous voulons une véritable politique européenne de l’énergie basée sur les énergies renouvelables », ajoute Simone Fest, une autre militante.

*

Le syndicat Sud Rail, ainsi que des élus EELV, du Parti de Gauche, du NPA et de CAP 21, soutiennent cette manifestation, tout comme le sociologue Edgar Morin, la président de WWF Isabelle Autissier, l’écologiste Pierre Rabhi, l’humoriste François Morel ou le chanteur Kent.

*

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Nucleaire.-Les-opposants-organisent-une-chaine-humaine-samedi-a-Paris_6346-2169840-fils-tous_filDMA.Htm

Partager cet article
Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 13:30

IMG 1972

5 mars 2013 à 12h20 

 

De nombreuses manifestations et rassemblements sont prévus en Bretagne contre la réforme de l'emploi. Suivez le point sur la mobilisation au fil de la journée.

 

22

Saint-Brieuc : environ 700 personnes dans le défilé


29

Brest : de 700 à 800 manifestants 
Morlaix : une centaine de manifestants
Quimper : près de 500 personnes
Quimperlé : quelque 150 manifestants 

 

35

Redon : 17 h devant la sous-préfecture
Rennes : 11h place de la mairie
Saint-Malo : 11h devant la sous-préfecture


56

Belle-Ile : rassemblement à 11h au port
Lorient : environ 800 manifestants
Pontivy : 70 personnes devant la permanence du député

*

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/bretagne/emploi-direct-les-manifestations-en-bretagne-05-03-2013-2025861.php

*

http://lorient.letelegramme.com/local/morbihan/lorient/ville/reforme-de-l-emploi-a-lorient-environ-700-personnes-manifestent-05-03-2013-2025876.php

Partager cet article
Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 13:02

no nuk

Mardi 5 mars 2013
Lundi 4 mars 2013, à quelques jours du second "anniversaire" du début de la catastrophe de Fukushima, et pour accréditer l'idée que ce drame n'aurait finalement pas trop affecté l'industrie de l'atome, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) s'est livrée à une opération de propagande et de tromperie en annonçant que "Fin décembre, 437 réacteurs nucléaires fonctionnaient dans le monde".
L'AIEA a assez bien réussi son coup puisque l'on trouve, dans la presse, des titres comme "Hausse des capacités mondiales d'énergie nucléaire en 2012" et même "Le nucléaire a encore proliféré en 2012"
Or, pour sa "démonstration", et comme on peut le voir en consultant… son propre site web (*), l'AIEA a compté :
- 48 réacteurs japonais qui étaient à l'arrêt fin 2012, dont 41 réacteurs qui n'ont carrément jamais fonctionné en 2012 (*)
- 2 réacteurs belges qui sont arrêtés depuis la mi-2012 (Doel-3 depuis le 2 juin et Tihange-2 depuis le 16 août), dont les cuves sont fissurées.
- 2 réacteurs de Corée du Sud qui ont été arrêtés début novembre 2012 après la découverte de milliers de pièces non-conformes, et qui n'ont pas refonctionné de l'année (l'un d'eux a été remis en service début 2013).
- 1 réacteur britannique (Wylfa-2) qui a cessé définitivement de fonctionner le 25 avril 2012
Sans le moindre scrupule, l'AIEA a compté ces 53 réacteurs dans les 437 qui "fonctionnaient fin 2012", ce qui est parfaitement mensonger.
Au pire, on pourrait comprendre que l'AIEA (dont la mission est de faire de la propagande pour l'atome) compte ensemble tous les réacteurs qui ont fonctionné dans l'année, même ceux qui ont produit très peu. Mais au nom de quoi compter les 41 réacteurs japonais qui n'ont pas fonctionné un seul jour en 2012 ?
De façon insidieuse, en totalisant la puissance de tous les réacteurs, y compris de ceux qui sont restés arrêtés, l'AIEA annonce pour 2012 "une capacité totale de production d'électricité de 372,5 gigawatts, en hausse par rapport à 2011."
Non seulement l'AIEA ment, mais elle fait aussi dans la tromperie en communiquant habilement sur la "capacité de production", fort théorique, et non sur la production elle-même. A titre de comparaison, si vous possédez une automobile et que vous achetez en plus une épave incapable de rouler, et si vous êtes aussi malhonnête que l'AIEA, vous pouvez annoncer fièrement que vous avez doublé votre capacité de déplacement en automobile, ce qui est théoriquement vrai mais formellement mensonger.
L'objectif de l'AIEA est d'arriver à faire croire à l'opinion que la production nucléaire mondiale a augmenté entre 2011 et 2012, alors qu'elle a baissé !
Comme par hasard, le chiffre de la production nucléaire de 2012 n'a pas été publié, et il ne le sera que dans quelques semaines, après que les médias auront parlé de nucléaire à l'occasion du second anniversaire de Fukushima… et hélas repris pour certains la thèse trompeuse de la "hausse" du nucléaire, voire même de sa "prolifération".
Mais nous ne sommes pas condamnés à attendre ce chiffre car nous avons des éléments de comparaison entre 2012 et 2011. Ainsi, nous avons déjà vu que :
- en 2012, 41 réacteurs japonais n'ont pas fonctionné du tout, et les 9 autres ont fonctionné à peine quelques semaines. Or, en 2011, le parc nucléaire japonais (de 54 réacteurs à l'époque) a fonctionné jusqu'au 11 mars (Fukushima), puis les réacteurs ont été arrêtés peu à peu au fil de l'année, et d'ailleurs sept réacteurs fonctionnaient encore fin 2011.
- le réacteur britannique Wylfa-2 n'a plus produit après le 25 avril 2012, or il fonctionnait en 2011.
- deux réacteurs belges sont arrêtés depuis mi-2012 et ont donc peu produit pendant cette année.
- idem, à un degré moindre, pour deux réacteurs coréens qui sont arrêtés depuis début novembre 2012.
A cela il faut ajouter deux données cruciales :
- les 8 réacteurs qui ont été définitivement arrêtés en Allemagne après Fukushima ont produit pendant deux mois et demi, début 2011, alors qu'ils n'ont évidemment rien produit en 2012.
- la production nucléaire française a baissé de 3,8% en 2012 par rapport à 2011 (16 Twh en moins, l'équivalent de la production annuelle de 2 à 3 réacteurs)
De fait, même si quelques réacteurs ont pu être mis en service (en particulier en Chine) fin 2011 et en 2012, il est absolument évident que, contrairement à ce que la propagande de l'AIEA laisse habilement croire, la production mondiale d'électricité nucléaire a baissé en 2012 par rapport à 2011. D'ailleurs, elle avait déjà fortement baissé en 2011 par rapport à 2010 (***) : 112 Twh en moins, l'équivalent de la production annuelle de 20 réacteurs !
A l'occasion du second "anniversaire" de la catastrophe de Fukushima, les médias devraient donc annoncer que la production mondiale d'électricité nucléaire est en forte baisse pour la deuxième année consécutive, à condition de ne pas tomber - comme c'est déjà hélas le cas ici ou là - dans le piège de l'AIEA qui souhaite voire retranscris ses mensonges et tromperies.  
Stéphane Lhomme
Observatoire du nucléaire
Mardi 5 mars 2013 
(**) Fin 2011, seulement 7 réacteurs japonais fonctionnaient encore (Dépêche Platts 19 décembre 2011). Ils été arrêtés l'un après l'autre et, le 5 mai 2012, les 50 réacteurs japonais étaient tous à l'arrêt. Les 5 et 20 juillet 2012, 2 réacteurs de la centrale de Ohi ont été remis en service. Ce qui signifie que seulement 9 des 50 réacteurs japonais ont fonctionné en 2012 (et encore, quelques semaines à peine pour la plupart)
Stéphane Lhomme
Observatoire du nucléaire
Partager cet article
Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 09:59
communique des 6
Économie mardi 05 mars 2013

Près de 200 rassemblements sont prévus, ce mardi, en France, à l'appel de la CGT et de FO, mais aussi FSU et Solidaires.

*

« On pourra licencier beaucoup plus simplement demain... » La CGT et FO sont vent debout contre le projet de loi sur la « sécurisation de l'emploi » qui sera présenté demain en Conseil des ministres.


Les deux organisations syndicales appellent à des rassemblements dans près de 200 villes en France, notamment à Paris où un défilé est prévu, dès 14 h, du Châtelet à la Concorde. La FSU et Solidaires se greffent à ces rassemblements dont le mot d'ordre a été étendu aux salaires et aux retraites. Les syndicats ont également appelé à des arrêts de travail, a priori limités (trafic normal à la SNCF).


« C'est une erreur de croire que ce texte fait la part belle aux entreprises, il fait la part belle aux emplois et aux salariés », affirme, de son côté, Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT. Le projet de loi retranscrit fidèlement l'accord signé le 11 janvier, entre le Medef, la CFDT, la CFTC et CFE-CGC. « Point par point, chacune des dispositions est bonne », assure le ministre du Travail, Michel Sapin.


Ce projet de loi sera examiné par l'Assemblée nationale en avril, pour une application en mai. Les députés du Front de gauche ont déjà promis d'attaquer le texte à coup de « centaines d'amendements ». Des écologistes sont réticents. Michel Sapin, qui a demandé aux députés socialistes de respecter le texte, se montre très confiant. La loyauté du groupe PS semble acquise. Mais Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, n'a pas exclu de traduire la France devant les juridictions internationales si le projet de loi n'était pas revu...

*

Guillaume LE DU.

*

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Accord-sur-l-emploi.-La-CGT-et-FO-descendent-dans-la-rue_55257-2169724_actu.Htm

*

Commentaire: Ouest France soutient le gouvernement?

Partager cet article
Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 09:40

le-western-dans-to.jpg

5 mars 2013 

 

Nexus, une association angevine, soulève, chiffres à l'appui, des doutes sur l'estimation du trafic passagers du futur aéroport Notre-Dame-des- Landes. Selon elle, la concurrence rail a été négligée. L'estimation devrait pratiquement être divisée par deux !

Pourquoi construire un nouvel aéroport pour Nantes et le Grand Ouest ? Parce qu'à Notre-Dame-des-Landes (NDDL), la nouvelle plate-forme permettra, notamment, d'accueillir, en 2050, cinq fois plus de passagers qu'en 2005 (soit près de 9 millions de passagers). Une association angevine (Nexus), militant pour l'intermodalité (la complémentarité air-rail-route), estime que cette estimation fournie par la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), en 2006, est « au mieux erronée ». Pourquoi ? « Elle n'a pas pris en compte la concurrence des futurs 4.500 km de lignes à grande vitesse (LGV) promis par le Grenelle de l'environnement (NDLR, validés en 2009) », martèle Bernard Fourage, responsable du département études de l'association.

Orly à 2 h... en train

Quel impact pour la future plate-forme nantaise ? Un gain de temps, en 2024, de huit minutes pour la liaison Nantes-Paris, et de 37 minutes pour Rennes-Paris. Pas de quoi concurrencer l'avion. L'intérêt n'est pas là. L'interconnexion des LGV au sud de Paris permettra surtout de rallier directement les aéroports parisiens. Nantes et Rennes seront, selon Nexus, « à moins de 2 h » d'Orly (2 h 30 selon Réseau ferré de France ; aucune liaison actuellement) et « à 2 h » de Roissy (3 h selon RFF... comme actuellement, avec le RER !) « Pourquoi un habitant de Rennes, Angers, Laval (...) irait-il par bus ou tram-train à Notre-Dame-des-Landes alors que, par la billetterie commune, parfois l'enregistrement des bagages dans sa propre gare, il dispose d'un accès direct à Orly, offrant une palette beaucoup plus large de destinations, plus fréquentes, avec des avions plus gros, tirant les prix vers le bas ? », interroge Nexus.

« Nantes-Roissy condamnée »

L'association estime que cette concurrence aboutira purement et simplement à l'abandon de la ligne aérienne Nantes-Roissy. « Regardez ce qui se passe à Strasbourg, interpelle Bernard Fourage. Air France a annoncé qu'elle mettait fin à sa ligne vers Roissy en avril prochain. Elle a estimé que le temps de trajet actuel (2 h 23 ; 1 h 52 en 2016) en train était suffisamment concurrentiel. Air France va vendre des billets rail-air avec enregistrement des bagages en gare de Strasbourg... C'est ce qui pourrait aussi se produire chez nous ». Si tel était le cas, cette suppression aurait un effet désastreux pour le futur aéroport. « Les vols au départ de Nantes vers les deux aéroports parisiens drainent plus de passagers que tous les vols internationaux réunis », pointe le site d'information en ligne Terraeco. net qui, hier, s'interrogeait aussi sur des « prévisions de trafic gonflées ».

Lyon, Bordeaux...

Autre intérêt des LGV : le futur barreau Est-Ouest reliant Nantes et Dijon permettra de voyager plus directement vers Bordeaux, Lyon, Clermont-Ferrand... Nouvelle et dure concurrence pour le projet NDDL, assène encore l'association Nexus. « Lyon sera, par exemple, à près de 3 h de Nantes (contre 4 h 35 aujourd'hui), indique Bernard Fourage. Sur cet axe, le rail pourrait ravir 80 % du marché aérien ».

 

Toujours selon l'association, cette concurrence pourrait également prendre 40 % du marché aérien vers Toulouse, Lille ou Strasbourg, 35 % vers Marseille, 80 % vers Bordeaux... « Attention, précise Bernard Fourage. Il s'agit d'extrapolations réalisées à partir de chiffres révélés entre autres par Réseau ferré de France (RFF) ». Dans un article des Échos du 16 juin 2011, le président de RFF assurait, en effet, que le gain de temps de la LGV Paris-Bordeaux (2 h 05 au lieu de 3 h) pourrait permettre « de passer d'un peu moins de 60 % à 90 % de parts de marché ». Au final, selon Nexus, ce ne sont donc pas 8,94 millions de passagers qu'il faudrait attendre en 2050 au départ de l'aéroport de Nantes mais près de deux fois moins (4,96 millions) !

  • Hervé Chambonnière

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/cotesarmor/n-d-des-landes-plombe-par-le-train-05-03-2013-2025004.php

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg