Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 09:42

 

“Mais de um milhão e meio de pessoas em todo o país com uma mensagem clara: demissão”
Segundo a organização da manifestação “Que se lixe a troika! Queremos as nossas vidas!” mais de um milhão e meio de pessoas em todo o país exigiu a demissão do governo do PSD/CDS-PP. A adesão superou a da anterior manifestação de 15 de setembro. No Porto, 400 mil pessoas encheram as ruas. No final da manifestação de Lisboa foi lida uma moção de censura popular perante um "Terreiro do Povo" repleto de manifestantes.
*
*
Commentaire: Le Bloco de Esquerda est notre parti frère au Portugal
Partager cet article
Repost0
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 09:26

*

 

 

2 mars 2013 à 20h27 

 

Une marée humaine a déferlé samedi sur le Portugal, Lisbonne en particulier, à l'appel d'un mouvement citoyen apolitique qui a réalisé ainsi une mobilisation exceptionnelle contre les mesures d'austérité, exigées par les créanciers du pays, sous assistance financière.

 

"La troïka et le gouvernement dehors", "le Portugal aux urnes", "élections maintenant", "démocratie participative", pouvait-on lire sur les banderoles portées par les manifestants. "Qui s'endort dans la démocratie, se réveille dans la dictature", "Bandits, rendez-nous notre argent" clamaient de petites affiches. "Aujourd'hui je suis dans la rue, demain ce sera toi", lisait-on sur une autre à côté d'un portrait du Premier ministre de centre-droit, Pedro Passos Coelho.

 

500.000 manifestants à Lisbonne selon les organisateurs

 
Selon le mouvement apolitique "Que la Troïka aille se faire voir", organisateur des rassemblements à Lisbonne et dans une trentaine de ville du pays, quelque 500.000 personnes ont défilé dans la capitale où le cortège avait démarré au son de la chanson "Grândola Vila Morena", reprise en coeur par les manifestants, la voix tendue d'émotion. Cette chanson, fréquemment entonnée par des contestataires au passage de membres du gouvernement, est devenue le symbole de la contestation au Portugal après avoir été l'hymne de la Révolution des Oeillets de 1974 qui a permis l'instauration de la démocratie.

 

A la fin des manifestations elle a retenti au même moment du nord au sud du pays dans toutes les villes où des rassemblements ont eu lieu : de Porto, la grande ville du nord, où selon les organisateurs 400.000 personnes ont manifesté, à Faro la station balnéaire du sud. En fin de soirée, les autorités n'avaient communiqué aucune estimation du nombre de manifestants. "C'est le peuple qui est souverain", une phrase correspondant à un des vers du chanteur engagé José Afonso, créateur de la chanson "Grândola Vila Morena", était le principal mot d'ordre des rassemblements.

 

Les créanciers du Portugal, principales cibles

 
La cible principale a été l'inspirateur des mesures d'austérité du gouvernement, c'est-à-dire la "troïka" (UE-FMI-BCE) représentant les créanciers du Portugal, actuellement à Lisbonne pour un nouvel examen  des comptes du pays. Très actif sur les réseaux communautaires, "Que la Troïka aille se faire voir" a réussi samedi à rééditer son succès du 15 septembre 2012 quand il avait mobilisé à travers le pays des centaines de milliers de personnes à travers tout le pays.

"Ce genre de comptabilité n'est pas important", a toutefois estimé un des responsables du mouvement, Nuno Ramos de Almeida. "Ce qui l'est, a-t-il dit, c'est que les gens s'opposent à cette politique", en ajoutant : "Le gouvernement ne peut gouverner contre le peuple et je crois qu'il va tomber". "Cette manifestation est un signal clair que "la troïka" et le gouvernement sont de trop dans ce pays", a estimé de son côté le chef du Bloc de gauche (extrême-gauche) Joao Semedo.

 

L'austérité, contrepartie d'un plan de sauvetage de 78 milliards d'euros accordé en 2011


La manifestation de samedi a ainsi donné une nouvelle dimension au mécontentement populaire contre les mesures d'austérité mises en oeuvre par le gouvernement de centre-droit, en contrepartie du plan de sauvetage international de 78 milliards d'euros accordé au Portugal en mai 2011. A Lisbonne, le défilé a été d'autant plus important que de nombreux militants du principal syndicat portugais, la CGTP, y ont participé. Le cortège principal a également été rejoint par plusieurs "marées", c'est-à-dire autant de manifestations organisées par des enseignants, des professionnels de la santé, ou des retraités, parmi les plus touchés par les coupes budgétaires. Même des militaires se sont joints au défilé qui s'est terminé vers 18 h 30 GMT face au Tage, sur la majestueuse et monumentale Place du Commerce, noire de monde. Après avoir procédé l'année dernière à des baisses des salaires et des retraites, le gouvernement a décrété cette année une hausse généralisée des impôts et prévoit des économies supplémentaires de 4 milliards d'euros par le biais d'une "réforme de l'Etat" qui doit être présentée à "la troïka" des bailleurs de fonds. A l'issue de leur examen, les créanciers pourraient alléger des objectifs budgétaires que le gouvernement peine à respecter, alors que l'économie doit reculer cette année de 2% et que le chômage a atteint le taux record de 16,9%.

  • AFP

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/europe/portugal-une-maree-humaine-contre-l-austerite-02-03-2013-2023288.php

*

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Portugal.-500-000-manifestants-contre-l-austerite_55257-2169201_actu.Htm

Partager cet article
Repost0
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 15:12
Partager cet article
Repost0
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 15:09
Partager cet article
Repost0
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 14:50
allocations-familiales.jpg

Regardez,  pas d'allocations familiales, pas de retraites, pas de sécu, pas d'hôpitaux... pour les pauvres, pas d'impôts pour les riches, et çà marche! C'est l'avenir!

*

Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 184 (28/02/13)

*

Le gouvernement a décidé que rien, absolument rien, ne devait échapper à l’austérité. Des « experts » mettent sur la sellette le financement de la protection sociale, les régimes de retraites, les hôpitaux, la branche maladie de la Sécu… Et maintenant au tour des « allocs » !


Le gouvernement a lancé des ballons d’essai dans les médias et prétend attendre les conclusions d’un rapport demandé à Bertrand Fragonard, conclusions dont on peut aisément deviner le contenu au vu de son récent livre (« Vive la protection sociale », éditions Odile Jacob, septembre 2012)…


Les mesures « au rendement significatif »…


 « Fiscaliser les allocations » :

 

il s’agirait donc de les inclure dans la déclaration de revenus soumis à l’impôt. Les prestations versées par les CAF (allocation aux familles ayant au moins deux enfants, prestation d’accueil du jeune enfant, allocation logements, allocation pour les handicapés, etc.) sont déjà très insuffisantes. Les 127 euros mensuels d’allocation ne permettent pas de faire face aux charges de deux enfants. Et les foyers qui n’étaient pas imposables le deviendraient et devraient se serrer davantage la ceinture.


 « Soumettre toutes les prestations à des conditions de ressources » :

 

il faudrait donc réserver les allocations familiales « à ceux qui en ont réellement besoin ». En réalité, c’est une mesure d’économie qui pourrait s'étendre à toute la Sécu. Les personnes un peu plus aisées seraient exclues des prestations sociales et incitées à souscrire à des assurances privées. Les allocations, pensions et remboursements seraient réservés aux plus pauvres. Privatisation et assistance : le rêve du Medef !


 « Fusionner des prestations » : la fusion du Complément familial (versé sous conditions de ressources aux familles ayant au moins trois enfants) et la Prestation d’accueil des jeunes enfants rapporterait un milliard d’euros. Cela inaugurerait un « vaste ménage » dans les prestations.


… qui sont une baisse de salaire !


Les allocations familiales ont été à l’origine appelées un sursalaire familial, destiné à faire face aux charges familiales. C’est la seule branche de la Sécu à être financée uniquement par cotisation dite patronale. Le taux de la cotisation famille s'élevait à 16,65 % en 1951 pour tomber à 9 % en 1990, puis à 5, 4 % en 2010.

 

Les salaires en dessous de 1,6 fois le SMIC (2 288 euros bruts) en sont totalement exonérés. Et ils osent nous parler de « trou de la Sécu » ! Les patrons doivent payer les cotisations, la part socialisée des salaires, à la hauteur des besoins, afin que les allocations soient revalorisées et versées dès le premier enfant, sans condition de ressources.


S. Bernard

Partager cet article
Repost0
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 14:36
vamos19.jpg

*

  Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 184 (28/02/13)

*

Il y a une dizaine de jours : un homme retranché sur une grue à Nantes manifestait son droit de revoir son enfant, droit qu’on lui aurait injustement retiré à la suite d’une décision de justice, bientôt rejoint par un deuxième qui se hisse à son tour sur une grue. Les médias en ont fait leurs choux gras et les politiques n'ont pas été en reste, le Premier ministre sommant ses deux collègues de la justice et de la famille de recevoir les associations de droits des pères, dont la plus médiatiques d’entre elles, « SOS papa ».

*
Celle-ci s’est empressée de soutenir ces « malheureux papas » et de relayer leur discours : une justice acquise aux femmes en matière de garde d’enfant… Pourtant, Serge Charnay, le premier à être grimpé sur sa grue, a tenté à deux reprises d’enlever son enfant et s’est montré violent envers le père de son ex-compagne. Quant à son compère, il est accusé de violences conjugales… Au-delà de leur cas personnel, il y a derrière cet acte faussement spontané la marque d’un mouvement politique né outre-Atlantique appelé « masculinisme ».


Comme son nom l’indique, celui-ci s’est développé en réaction au féminisme, très présent au Québec, un féminisme avant-gardiste et radical. Du côté des masculinistes, c’est essentiellement sous couvert d’associations apparemment apolitiques et entièrement tournées en direction du droit des pères qu’ils prônent un retour aux valeurs patriarcales traditionnelles et une distribution des rôles hommes/femmes figée et déterminée. En bref, les masculinistes militent pour l’instauration d’une société encore plus machiste.


Dénoncer et combattre


Or, si pendant trois jours les médias français n’ont fait que commenter avec empathie la détresse d’un « papa », d’autres y ont reconnu les modes d’action des masculinistes canadiens, comme Patric Jean, cinéaste et auteur d’un documentaire sur la domination masculine, qui a dénoncé dans une tribune du Monde un « long travail politique » dissimulé. On a d’ailleurs retrouvé le discours masculiniste dans la bouche même de Serge Charnay : contre le « parti du ministère des Femmes » et contre ces « femmes qui nous gouvernent ». Des propos paranoïaques et machistes partagés par l’association SOS papa qui « dérape » ­régulièrement…


Ces actes, présentés comme spontanés, sont intervenus quelques jours avant une journée nationale pour le droit des pères organisée par l’association SVP papa ; hasard du calendrier ? Peu probable… Les masculinistes s’expriment de plus en plus ouvertement en France depuis quelques années, que ce soit à travers ces associations ou de la bouche même de certains polémistes très médiatiques comme le triste Zemmour. Il est insupportable que ce mouvement réactionnaire, machiste, homophobe, trouve un tel écho. Du discours paternaliste et machiste au féminicide (perpétré il y a quelques années dans une université québécoise par l’un d’entre eux), il n’y a qu’un pas qu’on ne doit pas leur permettre de franchir.


Nils Lamrani

Partager cet article
Repost0
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 14:31

1990_desstardi.jpg

*

Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 184 (28/02/13)

*

Quand, dans le cadre d’une tournée au Maghreb pour des conférences sur l’écosocialisme, Jean-luc Mélenchon va en Algérie, ce n’est pas pour discuter en internationaliste, solidaire des mobilisations en cours dans différents secteurs (mouvement des chômeurs à Ouargla, mobilisation des différents secteurs publics, Barbacha…).

*
«Vous êtes assez subtils pour deviner qu’étant de passage à Alger, je n’ai naturellement pas l’intention de m'exprimer sur la situation en Algérie » a-t-il déclaré à la presse. Il discute en « patriote » et explique à propos des contrats que Hollande est venu conclure en décembre dernier à Alger : « La vie des nations est également faite de contrats et d’accords. Si les Algériens ne sont pas contents de ces contrats, ils n’ont qu’à en signer d’autres. La République française doit y trouver son compte ».


Pas de repentance


Mais c'est surtout sur les questions liées au passé colonial de la France en Algérie que Mélenchon soutient Hollande. Pas question de parler de repentance de la France : « Je pense que ça serait une belle perte de temps. La France, c’est aussi moi, et moi je n’ai martyrisé personne, ni mes ancêtres. (…) Je pense que c’est une perte de temps totale et un subterfuge pour ne pas parler d’autre chose, des problèmes auxquels nous sommes confrontés ».


Des crimes commis à l'époque de la colonisation ?

 

« Le peuple français n’est pas davantage responsable de la colonisation que de l’esclavage ou de la déportation des juifs ! (…) J’ai dit devant le Sénat français que nos armes ont combattu pour un ordre injuste, celui de la colonisation et qu’il était juste qu’elles perdent ce combat. Le peuple algérien et l’Algérie se sont constitués dans la guerre d’indépendance. Cette guerre, il l’a gagnée. Quel genre de vainqueur a besoin des excuses du vaincu ? En avons-nous jamais demandé, après les avoir vaincus, aux Allemands qui nous ont envahis trois fois en un siècle ? ».


Comme si la lutte entre les deux puissances impérialistes rivales était comparable à 132 ans de colonisation, de spoliations légalisées, de soumission d'un peuple réduit au statut « d'indigène musulman ». Mais cela n'entre pas dans le raisonnement du défenseur de la laïcité républicaine, qui d'ailleurs a fini par parler de « guerre civile » à propos de la guerre d'indépendance.


Quand Mélenchon se positionne à l'étranger, ce n'est plus au nom de la « révolution citoyenne », mais en responsable politique qui assume le passé de l’État français. Rien de bien subversif !


Cathy Billard

Partager cet article
Repost0
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 13:08

183908 223016-amiante7

1 mars 2013 

*

Une centaine de victimes de l'amiante et des sympathisantsont manifesté, hier, au palais de justice. Elles craignent l'abandondes poursuites pénales envers ceux qu'elles jugent responsables.

*

À 14 hier, la cour d'appel de Paris examinait, à huis clos, la requête en nullité déposée par Martine Aubry poursuivie dans le dossier de l'amiante, comme huit autres personnes. « Le parquet soutient cette demande d'annulation des personnes mises en examen pour des raisons qui, si elles étaient retenues, conduiraient à une amnistie générale dans l'affaire de l'amiante, a rappelé Gérard Fréchou, président de l'Addeva 29 (Association départementale de défense des victimes de l'amiante), aux manifestants soucieux.

 

Les demandes d'annulation sont portées par d'anciens membres du Comité permanent amiante (CPA), structure de lobbying qui a milité pour retarder l'interdiction de l'amiante. Elles sont aussi portées par deux anciens fonctionnaires de l'État, dont Martine Aubry. Si le parquet était suivi dans sa demande, cela ouvrirait la voie à un enterrement de tous les dossiers présentés au pénal. À Brest, il y en a douze. Or, les victimes de l'amiante attendent depuis 16 ans que les responsables de ce drame soient jugés au pénal ».

Mutation possible de la juge d'instruction...

Le 18 janvier aussi, le ministère de la Justice annonçait que Marie-Odile Bertella-Geffroy, la juge d'instruction en charge du dossier, devait quitter ses fonctions. Le Conseil supérieur de la magistrature, finalement saisi par Christine Taubira, se prononcera sur la mutation de la juge le 15 mars. « Cela fait dix ans que la juge Bertella-Geffroy instruit ce dossier. Si elle était écartée, cela retarderait l'instruction d'un an au moins.

 

La perspective de la tenue d'un procès pénal de l'amiante s'éloignerait ». « Les députés et sénateurs du département ont-ils été saisis de l'affaire ? », a interrogé l'assistance. « Oui. Un courrier leur a été adressé. Ils compatissent. Nous leur avons demandé d'agir à Paris pour une prise de conscience générale du problème ». Les victimes finistériennes de l'amiante veulent maintenant que les moyens nécessaires soient alloués au Pôle de santé publique, afin que l'instruction soit bouclée en 2013 et que le procès pénal puisse commencer.

 

« En France, comme en Italie, les industriels de l'amiante ont provoqué une terrible catastrophe sanitaire, dont les effets se feront sentir pendant des décennies. Et pourtant, le contraste est saisissant : en Italie, les responsables ont des comptes à rendre à la justice. En France, 16 ans après le dépôt des premières plaintes, il n'y a toujours ni responsable ni coupable pour une catastrophe qui fait 3.000 morts par an ».

  • Karine Joncqueur

http://brest.letelegramme.com/local/finistere-nord/brest/ville/amiante-la-vigilance-des-victimes-01-03-2013-2021688.php

Partager cet article
Repost0
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 13:03

st nnonon

*

1 mars 2013 à 17h54 

*

Dans le cadre d'un nouveau festival, Mamm Douar, Manu Chao sera en concert le 29 juin prochain, à Saint Nolff (56).

*

Ce festival se voudra un évènement à la fois militant et festif. Manu Chao, chanteur alter-mondialiste, sera donc au coeur de cette fête des résistances écologiques. Outre les concerts, des débats et un village militant dédié à l'écologie seront mis sur pied.  Les réservations pour ce festival et le concert de Manu Chao ouvriront le 5 mars à 10h.

*

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/morbihan/saint-nolff-56-manu-chao-en-concert-le-29-juin-01-03-2013-2022254.php

*

Exclusif. Manu Chao en concert à Saint-Nolff samedi 29 juin (OF)
Cultures vendredi 01 mars 2013
*

L’association Ingalañ, pour la promotion du commerce équitable, et la commune de Saint-Nolff lancent un nouveau festival militant, Mamm Douar (« Terre mère » en Breton), le 29 juin. Et créent l’événement avec la venue annoncée de Manu Chao.

*

 C’est désormais officiel. Le 29 juin, Manu Chao, le célèbre musicien voyageur, ancien leader de la Mano Negra, jouera sur la scène du site de Kerboulard à Saint-Nolff, où se produiront aussi Ke Onda, Zone d’expression populaire, Outernational ou encore la Rennaise DJ Miss blue.

*

Des concerts et des débats


« Il s’agit d’une toute nouvelle manifestation Mamm Douar (« Terre mère » en Breton), une fête des résistances écologiques. Avec une partie musicale festive, un village militant dédié à l’écologie, la solidarité et un espace pour des débats, souligne Hervé Le Gal, coprésident d’Ingalañ (« partager » dans le sens d’égaliser en Breton). Ces débats seront notamment axés sur les thèmes de « l’accaparement des terres et de la souveraineté alimentaire », souligne Joël Labbé, sénateur-maire de Saint-Nolff, qui soutient la manifestation. Il annonce d’ores et déjà « la participation de José Bové. Nous avons aussi un accord de principe de Pascal Canfin, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé du Développement. »


Tarif unique à 22 €

*

Samedi 29 juin, site du Kerboulard, à Saint-Nolff. Espace concerts ouvert à 15 h 30, animations avec les groupes « Répercussion » et « Sitala lilli’n’ba ». Début des concerts dès 18 h. Manu Chao entrera sur scène vers 21 h 30 - 22 h. Tarif unique : 22 €. Billetterie dans les points de vente habituels (Fnac, Ticketnet, Digitick, etc.) à partir du mardi 5 mars. Espace débats du festival : ouvert gratuitement dès 11 h (capacité d’accueil de 600 personnes).

*

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Exclusif.-Manu-Chao-en-concert-a-Saint-Nolff-samedi-29-juin_39382-2168613------56121-aud_actu.Htm

Partager cet article
Repost0
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 11:22

*

La grève de la faim de mai 1981, dix morts pour l'Irlande (Mireille Terrin)
*
Il y a 32 ans, le 5 mai 1981, mourait Bobby Sands, le premier des dix grévistes de la faim dont la lente agonie marqua un tournant décisif dans l'histoire du mouvement républicain et de l'Irlande du Nord.
Bobby Sands, Francis Hughes, Ray McCreesh, Patsy O'Hara, Joe McDonnell, Martin Hurson, Kevin Lynch, Kieran Doherty, Tom McElwee et Mickey Devine mourront entre le 5 mai et le 20 août. Leurs revendications, les "5 demandes", étaient le droit de porter des vêtements civils, de refuser le travail carcéral, le droit de visite, d'association, le droit aux remises de peine et visaient à rétablir un statut dont bénéficiaient leurs camarades condamnés avant 1977.

Pour comprendre la grève de la faim, il faut remonter à la fin des années soixante, quand le mouvement pour les droits civiques réclamait l'égalité des droits pour la population nationaliste vivant dans le petit Etat artificiel créé au Nord de l'Irlande par les Britanniques. Des revendications élémentaires: droit de vote pour tous aux élections municipales, droit à l'emploi et au logement. La répression brutale des manifestations pacifiques et la chasse aux "papistes" menée par les unionistes et leurs milices en 1969 avaient eu deux conséquences: la fuite au Sud de centaines de familles terrorisées et la renaissance de l'IRA, marginalisée depuis l'échec des campagnes des années cinquante. Après l'arrivée des troupes britanniques censées protéger la population nationaliste, les illusions s'écroulent. Aux exactions des loyalistes s'ajoute la répression policière et militaire. L'IRA est la seule protection des quartiers catholiques, et les jeunes s'engagent en masse dans ses rangs.

A partir de 1972, les cours de justice expéditive créées après la promulgation des "pouvoirs spéciaux" envoient des centaines de jeunes gens condamnés à de très lourdes peines dans les quartiers de la prison de Long Kesh, près de Belfast. Après une grève de la faim de 35 jours, ils obtiennent un statut très proche de celui des prisonniers de guerre.
Criminalisation
C'est un gouvernement travailliste qui décide de retirer ce statut à tous les prisonniers condamnés après le 1er mars 1976. Le gouvernement britannique a rompu la trêve, il s'emploie à convaincre l'opinion internationale et les journalistes étrangers (basés à Londres et régulièrement "briefés") du caractère mafieux et terroriste de la lutte de libération nationale. Il lui faut donc en finir avec ce statut de prisonnier politique qui contredit sa thèse. On construit de nouveaux baraquements à Long Kesh, les fameux "Blocs H", pour enfermer ceux qui n'auront pas le même statut que leurs camarades. Ils seront traités comme des criminels, ce qui est inacceptable pour les militants républicains. Le 14 septembre 1976, Kieran Nugent est le premier volontaire de l'IRA condamné sous le nouveau régime. Il refuse de revêtir l'uniforme des prisonniers de droit commun et sera ramené nu dans sa cellule.

C'est le début d'une lutte extrêmement éprouvante, pendant laquelle les volontaires de l'IRA et de l'INLA vont vivre nus sous une mince couverture dans des cellules glacées, affamés, privés de droit de promenade et pratiquement coupés du monde, frappés et humiliés par les gardiens. L'interdiction de porter la couverture en dehors de la cellule obligeait les prisonniers à sortir nus pour aller aux douches ou à la cantine, les agressions physiques s'ajoutant à l'humiliation. Ce qui entraîna leur refus de sortir et la grève de l'hygiène, rejoints par leurs camarades femmes de la prison d'Armagh. A partir de 1978, les prisonniers restent enfermés dans des cellules puantes. Malgré les inépuisables astuces imaginées pour communiquer avec les autres cellules et l'extérieur, la situation deviendra intolérable. Le 27 octobre 1980, Sinn Féin annonce le début d'une grève de la faim. Elle cessera sur la foi de promesses jamais tenues.
Bobby Sands est élu
Bobby Sands se met en grève de la faim le 1er mars, sur la base des 5 demandes et la grève de l'hygiène se termine. Tout le monde savait que Bobby Sands irait jusqu'au bout. C'est Margaret Thatcher qui sévit à Londres et le bras de fer commence. Le 10 avril, il est élu député dans une élection partielle du Fermanagh-South Tyrone. Les prisonniers ne peuvent se contenir et malgré les consignes de silence, pour cacher aux gardiens la présence de radios, la prison résonne de leurs cris de joie. Tous pensent que le soutien de la population nationaliste, déjà évident dans les immenses manifestations, confirmé par le vote, malgré la candidature du SDLP modéré sur la même circonscription, va sauver Bobby.

Un élu à Westminster! C'était une décision douloureuse pour le mouvement républicain, abstentionniste depuis 1922, puisqu'il ne reconnaissait pas la légitimité du mini-Etat du Nord, pas plus que celle de la République amputée d'une partie de son territoire. Mais Thatcher se fiche de l'opinion internationale. Bobby Sands, élu ou pas, s'affronte à l'empire britannique. Il a eu le culot de prouver que le mouvement républicain n'est pas une bande de criminels isolés. La Commission européenne des droits de l'Homme intervient, beaucoup trop tard, et tente de rendre visite à Bobby Sands le 24 avril, mais est incapable d'imposer à Londres la présence de Gerry Adams et de Danny Morrison, comme l'exigeait Sands.
Il meurt le 5 mai. Les quatre mois qui suivent sont horribles, avec la succession des manifestations, les grévistes qui meurent les uns après les autres, Francis Hughes le 12 mai, Ray McCreesh le 21, Patsy O'Hara (INLA) le 22. Le mois de juin offre un répit, mais Joe McDonnell meurt le 8 juillet, Martin Hurson le 13, Kevin Lynch (INLA) le 1er août. Kieran Doherty, bien qu'il ait été élu député le 11 juin dans les 26 comtés, meurt à son tour le 2 août. Une chape de plomb, faite de désespoir et de rage impuissante, s'empare des ghettos nationalistes. Tom McElwee meurt le 8 août et Mickey Devine (INLA) le 20. Les familles des autres grévistes, à bout de nerfs, sous la pression de l'église catholique et des autorités britanniques donnent une par une l'autorisation de nourrir artificiellement les volontaires qui tombent dans le coma. La grève de la faim n'a plus de sens, elle se termine.
D'immenses conséquences
Mais ses conséquences seront immenses. Elle a soudé la population nationaliste et suscité un mouvement de solidarité dans le monde entier. Elle a détruit des années de propagande et fait échouer la "criminalisation": c'est le gouvernement britannique qui, après avoir assassiné de sang-froid dix jeunes gens, aura du mal à affronter la condamnation internationale. A l'intérieur du mouvement républicain, elle va aussi changer la donne. La jeune génération a prouvé son dévouement total et ses capacités politiques. En 1986, elle prendra le pouvoir dans le mouvement sur la base du programme "Armalite* et bulletin de vote". Sans renoncer à la lutte armée, elle rompra définitivement avec la politique abstentionniste. Seule une petite minorité autour de Ruairi O'Bradeigh, l'ancien président, campant sur la position de la lutte armée comme seul moyen de libération, scissionnera pour former "Republican Sinn Fein". En 1987, Gerry Adams sera élu député de Belfast-Ouest. En août 2000, la prison de Long Kesh ferme ses portes après la libération des derniers prisonniers.

La grève de la faim a bouleversé la stratégie du mouvement républicain et son impact, tant politique qu'émotionnel, en a fait l'événement majeur de l'histoire du conflit (loin d'être terminé) au Nord de l'Irlande.

Mireille Terrin

* Fusil d'assaut.
Rouge1924, 24/05/2001
Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg