Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 11:25

02 tracteur paysans oui

*

Justice jeudi 28 février 2013
*

La reconquête de la ferme de Bellevue, située sur le site du projet d’aéroport, par un collectif d’agriculteurs le 29 janvier dernier n’aura été que provisoire.

*

Le juge du tribunal d’instance de Saint-Nazaire a rendu sa décision ce jeudi matin. Le juge rejette les demandes de délais et ordonne aux dix occupants de quitter les lieux immédiatement, sous astreinte chacun de 50 € par jour de retard à compter de cette ordonnance. Les occupants devront en outre payer 1 000 € à la société Aéroport du Grand ouest.

*

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Ferme-occupee-par-les-opposants-a-l-aeroport-les-demandes-de-delais-rejetees_40829-2168403------44109-aud_actu.Htm

Repost 0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 11:12

3-accords-FG-FASE-PC622.preview

*

27 février 2013

*

À un an des municipales, la section locale du PCF affirme ne penser qu'au contenu, pas aux places et accords. Pour l'instant, elle veut clarifier les choses : seule Colette Nizard représente le parti au conseil municipal.

*

« On n'est pas là pour la lutte des places ». La formule a déjà fait florès, mais Jean-Pierre Culioli, secrétaire de la section lorientaise du PCF, la reprend volontiers à son compte, à un an des élections. Hier, à l'heure de définir « l'état d'esprit » de la section dans cette dernière ligne droite, il balayait : « Nous n'en sommes pas à parler alliances et candidatures ». Le voeu de la section ? « Travailler les contenus d'un programme municipal à partir de principes clairs » : autonomie des communes, démocratie locale, défense du service public... Bases de discussions avec « les forces politiques, syndicales, associatives disponibles à gauche ».

*
« Seule Colette Nizard porte nos valeurs »
*
Le PCF présentera-t-il une liste l'année prochaine, ou s'associera-t-il au PS ? Trop tôt pour le dire. Mais une chose est sûre : « Aujourd'hui, seule Colette Nizard porte les valeurs du Parti communiste » à la table du conseil municipal. « Les autres (Daniel Gilles et Thierry Goyet, tous deux adjoints, en tête) ne peuvent plus s'exprimer au nom du parti », tranche Jean-Pierre Culioli. Depuis juin 2011, les élus lorientais étiquetés PCF, mis à part Colette Nizard, ont en effet été « mis en congé du parti », à défaut de pouvoir être exclus. Cette scission ne serait pas un affaiblissement, selon le bureau de la section, qui compte aujourd'hui 102 adhérents, pour 85 cotisants. « Depuis un an et demi, on a connu une vingtaine de nouvelles adhésions. Cela nous donne de l'ambition », revendique Jean-Pierre Culioli.
*
Hennebont : espoir d'un « rassemblement »
*
Assez pour prendre le risque de partir seuls l'an prochain, alors que la fédération connaît des difficultés financières ? La réponse attendra. Seule certitude, la situation d'Hennebont, dernier bastion communiste du territoire, sera regardée de près. Et pourrait même déterminer le jeu lorientais. Le PCF souhaite en effet « une candidature de rassemblement » derrière Serge Gerbaud, qu'il veut voir succéder à Gérard Perron. Seulement le socialiste Olivier Prigent serait cette fois sur la ligne de départ. « Le PS a annoncé le nom de son chef de file, pas sa candidature », veut croire Jean-Pierre Culioli. Qui prévient les socialistes : « Un échec des discussions sur Hennebont pourrait faire achopper celles sur Lorient ».

  • Pierre Chapin

http://lorient.letelegramme.com/local/morbihan/lorient/ville/municipales-le-pcf-ouvre-la-porte-et-fait-le-menage-27-02-2013-2019840.php

 

Municipales 2014. Les nouveaux visages et les bannis du PCF lorientais (Ouest France)

Politique jeudi 28 février 2013
*

Les communistes de Lorient, avec un bureau de section rajeuni, affirment leurs ambitions en vue des municipales de 2014. Qu’ils conduiront sans les deux adjoints au maire Daniel Gilles et Thierry Goyet.


La polémique


Jean-Pierre Culioli est le nouveau secrétaire de la section locale du PCF lorientais. Une section qui défend clairement la ligne Front de gauche et son leader national Jean-Luc Mélenchon. Avec ses quelque 100 militants et sympathisants, à un an des municipales, l’heure est à l’état des lieux.


« En 2008, des élus PCF ont été élus sur la liste gauche plurielle du maire socialiste Norbert Métairie. Aujourd’hui, il en reste six dont deux adjoints Daniel Gilles (sports) et Thierry Goyet (transports). Or, à part la conseillère municipale Colette Nizard, qui est toujours dans notre ligne, nous ne considérons plus les autres comme appartenant au PCF », résume Jean-Pierre Culioli.


Divorce prononcé


Le nouveau secrétaire déplore : « En tant que communistes ou se présentant comme tels, nous aurions aimé entendre leurs voix porter nos idées et revendications sur un certain nombre dossiers municipaux. » Le divorce est donc prononcé clairement par le nouveau bureau communiste lorientais qui ajoute : « Nous ne considérons plus Daniel Gilles ni Thierry Goyet comme membres du Parti. Le premier continue à cotiser, mais à minima. Le second a arrêté. » Sollicités récemment par notre rédaction pour connaître leur position sur les prochaines municipales, Thierry Goyet n’avait pas souhaité s’exprimer. Daniel Gilles était aussi resté sur la réserve.


Une liste Front de gauche ?

*

En vue des prochaines municipales, Pierre Cuvioli explique : « Nous sommes disponibles pour rencontrer toutes les forces politiques disposées à construire un projet de gauche en respectant l’apport de chacun. » Sinon ? « Il est clair que nous monterons notre propre liste en 2014. » Et probablement sans les deux adjoints actuels : « Nos électeurs lorientais ne comprendraient pas que ces hommes figurent dessus, avec une étiquette qui n’est plus la leur. »

*

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Municipales-2014.-Les-nouveaux-visages-et-les-bannis-du-PCF-lorientais_40811-2168387------56121-aud_actu.Htm

Repost 0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 11:05

admr

28 février 2013 

*

Le tribunal de grande instance de Quimper a ordonné, le 19 février, le placement sous administration judiciaire de l'association ADMR de Concarneau, la plus importante du réseau finistérien.

*

L'association ADMR de Concarneau ne compte plus, aujourd'hui, que 95 à 100 salariés, mais avec 170 salariés, elle était, il y a peu encore, la plus grosse association ADMR de France. Le placement sous administration judiciaire est justifié « en raison, notamment, de la vacance des organes de représentation de l'association ».

*

L'ADMR Concarneau fonctionne, en effet, sans président depuis plusieurs mois. Me Merly, du cabinet Ajire, devra, le cas échéant, déposer une déclaration de cessation de paiement si elle est avérée. Il a trois mois pour rendre compte au tribunal de l'état de l'association. L'audit du cabinet Ascor, mandaté par le conseil général, et récemment restitué, faisait état, au 31 décembre 2011, de capitaux propres négatifs de 334.871 € ainsi que d'un résultat comptable déficitaire de 87.745 € pour l'exercice 2011 et d'une baisse d'activité de 9,1 % par rapport à 2010.
Le coût moyen de 32.541 € par an, pour un équivalent temps plein à Concarneau, était, en revanche, le plus élevé du réseau (la moyenne étant de 26.578 €).

*
« L'enquête judiciaire est en cours »
*
Par ailleurs, l'enquête judiciaire pour « gestion douteuse » de la Fédération ADMR du Finistère (mise en liquidation le 4 avril 2012), ouverte à la demande du parquet de Brest en décembre 2010 et confiée à la police judiciaire de Rennes, suit son cours. Le procureur de Brest l'a confirmé vendredi dernier.

  • Karine Joncqueur

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/finistere/admr-concarneau-placee-sous-administration-judiciaire-28-02-2013-2020299.php

Repost 0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 10:59

arton354

*

27 février 2013 à 21h57

*

Le tribunal de commerce de Saint-Brieuc a décidé de mettre l’abattoir Le Clézio, de Saint-Caradec, et Trévé Dindes Industries, de Trévé, en redressement judiciaire.

*

Des salariés dans l’attente

*
La période d’observation est lancée jusqu’au 23 mai mais une nouvelle réunion a été fixée le 24 avril, pour faire un point sur d’éventuels repreneurs. Cette mise en redressement a été choisie pour permettre de pérenniser l’entreprise, en laissant le temps à un repreneur de se présenter.

*
L’administrateur va lancer un appel d’offres dans ce sens. «Pour nous, cela veut dire que le groupe Even ne s’intéresse plus à nous», commentait, ce mercredi soir, un représentant du comité d’entreprise. Aucun licenciement n’est annoncé, les salariés vont reprendre normalement leur travail demain matin. «Notre souhait est de continuer à travailler. Nous avons un bel outil, maintenant il faut du volume pour le faire vivre ».

*

http://www.letelegramme.com/local/cotes-d-armor/rostrenen-loudeac/region/stcaradec/abattoir-le-clezio-mis-en-redressement-judiciaire-27-02-2013-2020172.php

Repost 0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 10:53

arton354

*

27 février 2013 à 17h53

*

Le tribunal de commerce de Rennes a placé ce mercredi en redressement judiciaire les abattoirs porcins Gad SAS, qui emploient 1.700 salariés, donnant le signal de la restructuration de la filière porcine en proie à de graves difficultés.

*

Deux administrateurs judiciaires ont été nommés et le tribunal a placé la société bretonne en période d'observation jusqu'au 21 août. Le tribunal fera un point sur la situation le 24 avril. La société avait annoncé le 13 février dans un communiqué son intention de demander une mesure de redressement judiciaire.


Gad SAS (1.700 salariés), filiale du groupe Gad fondé par Louis Gad en 1956, a déposé vendredi dernier son bilan au tribunal de commerce de Brest dont elle dépend. Mais le dossier a été transféré à Rennes pour "risque de conflit d'intérêt" (A cause du précédent chez DOUX, note du Blog).


Gad SAS emploie 1.500 personnes dans ses deux abattoirs de Josselin (Morbihan) et de Lampaul-Guimiliau (Finistère). La société Gad est détenue à 65% par la coopérative morbihannaise Cecab et à 35% par le groupement de producteurs de porcs Prestor.


Le dépôt de bilan intervient à un moment critique pour la filière porcine, confrontée à de graves difficultés économiques. Selon une source proche du dossier, les pertes de Gad SAS auraient atteint 20 millions d'euros en 2012.

 Tous nos articles sur la situation chez Gad

*

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/bretagne/gad-les-abattoirs-porcins-places-en-redressement-judiciaire-27-02-2013-2020144.php

Repost 0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 10:41

na15_3143299_1_px_470_.jpg

28 février 2013 à 08h14

*

Les salariés de l'entrepôt Lidl de Ploumagoar, Guingamp, débrayent ce matin.

*

Ils dénoncent des propos tenus par un haut cadre de Lidl : « Au cours de récentes négociations annuelles salariales, un haut cadre de Lidl s'en est pris aux salariés des entrepôts et à la CGT, rappelant les propos du PDG de Titan dans l'affaire Goodyears. Ça revient à traiter ses salariés de fainéants... », écrit la CGT dans un communiqué.

*

Les salariés de Lidl Guingamp demandent des excuses. « Nous ne pouvons supporter pareille insulte et nous sommes très affectés, moralement et psychiquement », conclut ce syndicat.

*

http://www.letelegramme.com/local/cotes-d-armor/guingamp/ville/social-debrayage-ce-matin-a-l-entrepot-lidl-28-02-2013-2020373.php

Repost 0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 10:35

no nuk

*

28 février 2013 à 07h28 

*

Un collectif citoyen, composé de particuliers, d'associations et de partis politiques (*), appelle à un rassemblement pour « en finir avec le nucléaire civil et militaire, avant qu'il ne soit trop tard », le 10 mars, au Faou (29), à l'occasion du deuxième anniversaire de l'accident de Fukushima, au Japon.

*

Le collectif a choisi Le Faou car il s'agit d'un site stratégique au centre d'un périmètre où les sites nucléaires abondent (île Longue, base la Fost, port de Brest, BAN de Landivisiau, centrale de Brennilis). Les militants mettent toujours en avant les problèmes des déchets, le coût prohibitif pour les contribuables, la dangerosité dans l'espace et dans le temps...
*
Chaîne humaine
*
Tous les citoyens sont invités. Des animations musicales sont prévues, ainsi que des projections de films, des débats et tables rondes. Chacun peut se munir de percussions ou d'ustensiles bruyants afin de provoquer une onde sonore, à 15 h 36, heure de l'accident de Fukushima, puis à participer à la chaîne humaine qui sera mise en place sur les berges de la rivière du Faou.
*
* AE2D, Greenpeace groupe local de Brest, Université Européenne de la paix, EELV Brest, Biocoop Biogastel (Plougastel-Daoulas), UDB, Tomahawk, Solidarité écologie (Plougastel-Daoulas), FASE, NPA.  

 

Pratique Rassemblement dimanche 10 mars, à partir de 11 h, quai Quelen, Le Faou. Animations et restauration sur place.

 

nukleelermaez2012@gmail.com

  • Guy Pellen

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/morbihan/fukushima-rassemblement-antinucleaire-au-faou-le-10-mars-28-02-2013-2020311.php

Repost 0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 10:31

 

28 février 2013 à 09h28 

 

L'amendement "Le Fur-De Rugy", adopté par l'Assemblée nationale le 21 décembre 2011, a été rejeté par le Sénat. Ce texte,qui figure dans le projet de loi sur les référendums d'initiative dite "partagée" ou "populaire", visait à donner à un département la possibilité de choisir sa région d'appartenance sans que sa région d'origine puisse y apposer son veto.


Les habitants de la Loire-Atlantique auraient pu s'exprimer par référendum sur le rattachement à la Bretagne sans que les Pays-de-la-Loire ne puissent s'y opposer. Mais le Sénat fait blocage. Jean-Pierre Sueur, sénateur et ancien maire d'Orléans, est le rapporteur au Sénat : "Cet article, introduit à l’Assemblée nationale contre l’avis du rapporteur et du Gouvernement, ne présente aucun lien, même indirect, avec le projet de loi dont l’objet est l’application de l’article 11 de la Constitution [sur le référendum législatif."

Un échec pour François de Rugy (EELV) et Marc Le Fur (UMP) qui se réjouissait de l'adoption de l'amendement par l'assemblée en 2011 :  «C'est un grand pas vers le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne. Un pas historique vers une Bretagne historique». Seize députés avaient alors voté pour et neuf contre. Un vote positif obtenu grâce une alliance de circonstance entre parlementaires bretons et alsaciens de tous bords....

  • A.L.

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/nantes/reunification-de-la-bretagne-le-senat-rejette-l-idee-d-un-referendum-28-02-2013-2021110.php

 

Commentaire: Le NPA ne semble pas avoir une position ré-unifiée sur ce problème.

Repost 0
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 14:19

vatican

Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 183 (21/02/13)


Lundi 11 février, après s’en être entretenu avec Dieu lui-même, le PDG de la multinationale God and Cie Joseph Ratzinger, annonçait sa démission. Trop vieux, fatigué, inapte à honorer sa fonction, il réitérait ce qu’avait fait avant lui Célestin V en… 1294.


Quel scoop ! Il n’en fallait pas plus pour mettre en ébullition les salles de rédaction. En France, qui comme chacun le sait est la fille aînée de l’église, ce non-événement a pris des proportions invraisemblables, et nous avons eu droit à quantité d’éditions spéciales. Ainsi, le 13 heures de France Inter – service public – nous imposait 24 minutes de propagande lénifiante et de spéculations sur le bilan du pontificat et l’incertitude de la succession.


Ultra conservateur, homophobe et misogyne, par nature et par fonction, Benoît XVI aura marqué son règne par des prises de position constantes en faveur des forces les plus obscurantistes. Fervent admirateur d’Escriva de Balaguer, le fondateur de l’Opus Dei, il ne ménagera pas ses efforts pour réintégrer dans le giron de la maison mère les adeptes intégristes se réclamant de Monseigneur Lefèvre. Il n’hésitera pas non plus à canoniser des prêtres franquistes, au moment même où l’État espagnol réhabilitait les combattants républicains, après 70 ans d’amnésie et de révisionnisme.


Ceux qui aujourd’hui osent nous parler de modernité en évoquant la démission du pape, passent par pertes et profits les positions criminelles qu’il a pu prendre en matière d’avortement et de contraception. Comment pourrait-on oublier qu’il osa déclarer que le préservatif « augmente le problème  » du sida (no comment de votre hebdo préféré la semaine dernière) ? Comment oublier l’ignoble excommunication d’une mère, accusée d’avoir aidé à avorter sa fillette de 9 ans victime d’un viol ?


Les comptes en banque du Seigneur sont impénétrables…


Les raisons invoquées de la démission de Ratzinger paraissent d’une banalité mortelle. Pour autant, ce départ intervient dans un contexte extrêmement trouble, où le Vatican, et tout spécialement sa banque (l’Institut des œuvres religieuses) inspire les plus vifs soupçons aux experts financiers, avec ses 44 000 comptes secrets brassant 6 milliards d’euros, un vrai paradis fiscal… En nommant à sa tête le 15 février son vieil ami (fabriquant de vedettes de guerre) Ernst Von Freyber, Benoît XVI tentait de mettre fin à la crise avant son départ.


La succession de Benoît XVI ne nous concerne pas. Le prochain pape, qui ne sera pas une papesse, ne fera que perpétuer une institution sclérosée, antidémocratique et éloignée de toute aspiration à l’émancipation. L’Église catholique, mais elle n’est pas la seule, restera un des piliers les plus sûrs de l’ordre patriarcal et capitaliste. Peut-être osera-t-on réformer à la marge les absurdités les plus criantes, comme le célibat des prêtres, ou ordonner des femmes ? Qu’importe. « Un pape démissionne, un autre pape est appeler à régner. Araignée ? Quel drôle de nom pour un pape. Pourquoi pas libellule… ou papillon. » (Jacques Prévert).


Alain Pojolat

Repost 0
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 13:29

valets

Par Jean-Philippe Divès
  Publié dans : Revue Tout est à nous ! 39 (janvier 2013)

*

Difficile de ne pas se divertir au spectacle des déchirements tragicomiques du parti ex-présidentiel… En même temps, cette crise pourrait bien modifier en profondeur le champ politique à droite ; et une des grandes bénéficiaires, s’appeler Marine Le Pen.


« La crise va s’approfondir », écrivions-nous à propos de l’UMP au lendemain de la défaite de Sarkozy(1). Personne n’imaginait pourtant l’incroyable scénario de l’affrontement Copé-Fillon, avec son accumulation d’accusations de fraude, insultes et coups tordus, débouchant sur une scission du groupe parlementaire à l’Assemblée nationale. De même était-il difficile de concevoir que cette crise échappe à tout contrôle, à tel point que même Sarkozy, après Juppé, ne parvienne pas à imposer sa « médiation ». On a donc vu se développer et agir pleinement les facteurs de crise qui apparaissaient dès avril-mai 2012. Ce qui a débouché sur une situation faisant surgir, ou révélant, des fractures qui posent de nouveaux problèmes.


 

Bonapartisme sans bonaparte


Après Chirac, Sarkozy s’était emparé de l’UMP corps et âme. Logiquement, l’un des déclencheurs de la crise a donc été sa mise en retrait sans successeur désigné. L’UMP reste en effet un parti verticaliste, accoutumé à suivre les yeux fermés un sauveur, un chef ne pouvant être que le président en exercice ou le candidat à la présidence de la République.

 

Les tentatives d’en faire une formation de droite plus proche des normes de la démocratie bourgeoise, sur le modèle des partis de droite d’autres pays européens (de l’Union chrétienne démocrate d’Angela Merkel, au Parti conservateur d’un David Cameron qui défend le mariage gay), ont fait long feu. Le fait qu’avant le scrutin, les divergences de fond aient été simplement tues, tout se centrant sur les personnalités des impétrants (notamment lors du débat télévisé Copé-Fillon), illustre cette culture de « parti godillot ». Ainsi, après le départ soudain de son chef, l’UMP s’est retrouvée comme un corps sans tête, un bonapartisme sans bonaparte.


Dès lors, toutes les ambitions étaient libres de se déchaîner, et elles n’ont pas manqué de le faire.

 

La compétition s’est vite trouvée polarisée entre l’ex-premier ministre de Sarkozy et le secrétaire général de son parti, qui se partageaient l’essentiel des soutiens des parlementaires et des responsables locaux. Mais le second a pu s’appuyer en outre sur l’appareil central, qu’il contrôlait et qui l’a déclaré vainqueur. Les deux prétendants ont aujourd’hui perdu beaucoup de leur aura parmi les militants et dans l’électorat de droite. Mais leur affaiblissement ne fait que préparer de nouveaux affrontements.


D’autres en effet sont aux aguets. Se référant aux candidats écartés lors de la phase des parrainages (Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet, Xavier Bertrand…), l’éditorialiste Françoise Fressoz note sur son blog du Monde : « En deux semaines, les non alignés ont changé de statut. Au début de la guerre Fillon-Copé, ils se voulaient casques bleus, aujourd’hui ils ressemblent plutôt à des piranhas. Convaincus que leurs aînés sont durablement discrédités, ils veulent leur part du gâteau. MM. Fillon et Copé sont prévenus : plus ils tardent à s’entendre, plus leur autorité sur le mouvement s’affaiblit. »(2). Autrement dit, la guerre des chefs n’en est qu’à ses débuts.


 

Le débat sur la droitisation


L’autre déclencheur a été le résultat du second tour présidentiel, plus serré que beaucoup ne l’attendaient. Du fait de ce résultat, aucun argument définitif n’a pu être avancé pour tenter de résoudre la divergence, apparue pendant la campagne présidentielle, sur son caractère ultra droitier, draguant ouvertement les électeurs du FN. La « stratégie de droitisation » inspirée par Patrick Buisson, conseiller de Sarkozy, l’avait-elle conduit à la défaite, ou bien grâce à elle n’était-on passé qu’à un cheveu de la victoire ?

 

Le politologue Dominique Reynié, proche de l’UMP, souligne que cette dernière « a échoué à ce dernier scrutin dans les pires conditions car elle ne sait pas dire aujourd’hui si elle doit cette défaite à un déficit de droitisation ou, au contraire, à un excès »(3). Autour de Fillon, qui affirme vouloir « défendre le rassemblement de la droite et du centre, les valeurs républicaines, le service de l’intérêt général », se sont donc réunis les partisans d’un recentrage sur une ligne de droite plus traditionnelle. Derrière Copé, ses propos sur le racisme anti-blanc et son pain au chocolat, se sont groupés les défenseurs de la « droite décomplexée ».


Il y a des exceptions : les plus « modérés » Jean-Pierre Raffarin et Luc Châtel se trouvent ainsi avec Copé, et les très droitiers Eric Ciotti et Christian Estrosi au premier rang filloniste. Mais comme dans tous les partis institutionnels, les alliances et clivages ont souvent d’autres ressorts que des lignes idéologiques : amitiés, haines, intérêts, calculs… N’a-t-on pas vu, au second tour de la primaire socialiste, Arnaud Montebourg défier ce qui semblait la logique en soutenant François Hollande contre Martine Aubry ?

 


Lire la suite

Repost 0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg