Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 12:39

Communiqué de presse du NPA.


Plus de deux mois après le début des bouleversements dans le monde arabe, le souffle révolutionnaire est enfin arrivé aux oreilles de Nicolas Sarkozy. Dans son allocution, celui-ci s'est livré a un très grand exercice d'hypocrisie saluant le renversement des dictatures mais en même temps justifiant les liens de la France avec ces régimes, présentés comme des "remparts contre l'extrémisme religieux et le terrorisme".

Comme à son habitude, il a également joué avec les peurs en évoquant les risques de "flux migratoires incontrôlables" pouvant résulter des situations révolutionnanires dans le monde arabe. Pitoyable tentative pour créer un climat d'union sacrée autour des "valeurs républicaines" et pour justifier le énième remaniement du gouvernement Fillon !

Sarkozy débarque maintenant Allliot Marie sans en dire un mot, elle qui avait proposé à Ben Ali l'expérience de nos forces de l'ordre pour aider celui-ci à mater le peuple. Il démissionne aussi son plus proche "ami" Hortefeux condamné pour injure raciale.

Ca sent la crise de régime pour le pouvoir UMP qui a soutenu jusqu'au bout les vieux dictateurs et prétend continuer son œuvre de démolition sociale. Après Woerth, Alliot Marie et Hortefeux dégagés du gouvernement c'est un bon début. A l'heure des révolutions démocratiques et sociales dans le monde arabe, prenons exemple, mobilisons nous pour virer Sarkozy et toute sa clique.


 

Repost 0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 12:37

 




Repost 0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 12:33

 

Repost 0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 12:28

w-hortefeux-un868.jpg

Le 8 mars, l’Assemblée nationale doit examiner une nouvelle loi sur l’immigration, renforçant encore les mesures contre les étrangers. Cela rend d’autant plus important de construire dès maintenant la manifestation contre le racisme prévue au mois de mai.

Une nouvelle fois, lors de son show télévisé « Face aux Français », Sarkozy a ressorti sa carte rance et moisie, celle du racisme. Face aux provocations de Marine Le Pen, il en rajoute : « La vérité c’est que dans toutes nos démocraties, on s’est trop préoccupé de l’identité de celui qui arrivait et pas assez de l’identité du pays qui accueillait…

 

Si certains pensent que les prières dans la rue ne sont pas un problème, que des imams ne parlent pas français, ce n’est pas un problème, ce n’est pas mon avis ». Il agite un chiffon rouge. Pour diviser, Sarkozy multiplie les amalgames, les mensonges afin de nous faire croire que les immigrés, et en particulier les musulmans, seraient une menace. Toute la politique du gouvernement va dans ce sens.


Le 8 mars prochain, une nouvelle loi sur l’immigration va être votée et le gouvernement la durcit. Alors que le Sénat, où l’UMP n’a plus la majorité absolue, avait supprimé quelques mesures tout particulièrement stigmatisantes, Hortefeux les a fait rétablir : déchéance de la nationalité, allongement du délai d’intervention du juge de la liberté et de la détention de deux à cinq jours, simplification des mesures d’éloignement… Même si le Sénat la rejette à nouveau, l’UMP a prévenu : « S’il n’y a pas d’accord, l’Assemblée fera jouer son droit souverain et votera le texte en troisième lecture. »


Hortefeux a déclaré à propos de l’arrivée de plusieurs milliers de Tunisiens en Italie : « Ce n’est l’intérêt ni de la Tunisie qui l’a parfaitement compris, ni de l’Europe, ni de la France que d’encourager et d’accepter ces migrations clandestines, la réponse doit être une réponse européenne. » C’est bien la politique européenne répressive et la mise en place d’une Europe forteresse qui sont en cause. La chasse aux étrangers est organisée aux frontières de l’Union européenne par le dispositif Frontex, qui repose sur la coopé­ration entre les polices européennes et celles des dictateurs.

 

Le Parlement européen a voté, le mois dernier, la négociation d’un accord d’association avec la Libye du boucher Kadhafi en échange de sa collaboration dans la lutte contre l’immigration clandestine. Cette politique de contrôle des frontières repose sur le soutien aux pires dictatures du Maghreb et montre bien l’hypocrisie, voire le cynisme, de l’Europe dans son soutien aux « processus démocratiques » en Tunisie, en Égypte, en Libye…


Il y a urgence à s’opposer à cette surenchère raciste. Le gouvernement est dans une situation contradictoire par rapport à la révolution arabe. Officiellement, il soutient la « démocratie » et se félicite de la chute des dictatures. En réalité, la classe dominante occidentale a soutenu les dictatures jusqu’au bout. Les révolutions vont à l’encontre des intérêts de l’impérialisme et des occidentaux. Il y a fort à parier que Sarkozy et compagnie vont bientôt agiter le spectre de « l’islamisme » et de « l’invasion étrangère » pour tenter de décrédibiliser ces luttes. Au niveau intérieur, la politique raciste et sécuritaire risque d’être un des principaux enjeux de la campagne présidentielle.


Une échéance importante se prépare avec la manifestation à Paris le 28 mai « contre le racisme, la politique d’immigration du gouvernement et pour la régularisation des sans-­papiers », soutenu par les syndicats CGT, Solidaires, FGTE-CFDT, de très nombreuses associations, Europe Écologie-Les verts, le PCF et le NPA. D’ores et déjà, des collectifs locaux se mettent en place et multiplient les initiatives afin de faire de cette journée une grande échéance nationale. Montrons dans la rue que nous sommes nombreux à refuser cette politique. Au contraire, nous nous battons pour une Europe ouverte à tous, avec l’égalité réelle entre nationaux et étrangers, pour la liberté de circuler et de s’installer.
Refusons la politique de la peur.


Antoine Boulangé

Repost 0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 12:06

 

 

Par Agnès Rousseaux, Nolwenn Weiler (28 février 2011)


Sociologue et philosophe, Dominique Méda interroge nos sociétés sur leur rapport au travail et à la richesse. Partisane d’une sortie progressive et réfléchie du salariat, pour rendre à l’individu toute son autonomie et sa dimension citoyenne, elle plaide pour une réduction du temps de travail. Et pour une revalorisation des autres activités sociales : activités de soin aux autres, activités amicales, activités politiques. Pour que chacun, et chacune, puisse participer à la vie de la démocratie.


 

Basta ! : Toute notre société est organisée autour du travail, qui est devenu central et fondamental. Comment en est-on arrivé à cette situation ?

IMG/flv/SEQ_1_Travail_total.flv

Le concept de travail s’est développé en trois temps, avec trois couches de significations. La première couche de signification est posée au 18e siècle par des économistes qui nous racontent que le travail, c’est un facteur de production, le moyen de créer de la richesse (...). Au 19e siècle, une seconde couche s’applique sur cette première. C’est une véritable révolution mentale : c’est l’idée que le travail est une « liberté créatrice ».

 

L’homme transforme le monde qu’il a devant lui grâce au travail et se transforme lui-même. Le travail devient l’essence de l’homme. Le travail est alors un « fait total », mais aussi un idéal. Vers le milieu/fin du 19e, le travail devient le système de distribution des revenus, des droits et des protections. On entre dans la société salariale. Le 20e siècle voit la consolidation de ces trois dimensions. (...) Toute la vie sociale est aujourd’hui organisée autour du travail. Ne pas avoir de travail est une sorte de déviance, un phénomène anormal.


Quand on voit les conditions de travail actuellement dans certains secteurs d’emploi, la souffrance au travail des salariés, comment peut-on considérer que le travail est une « liberté créatrice » ?

IMG/flv/SEQ_2_Travail_ideal.flv

Souvent les gens disent le travail est « en-soi » porteur de sens. C’est là que se tient tout le problème. Au 19e, des auteurs comme Marx affirment que le travail est le premier besoin vital de l’homme. Mais Marx dit aussi que le travail est aliéné. Donc pour pouvoir actualiser les potentialités du travail, il va falloir le désaliéner, le libérer. Il va falloir sortir du salariat. Dans la seconde partie du 19e siècle, l’idée que le travail est la valeur fondamentale s’est diffusée partout. Sauf qu’on oublie les conditions que Marx y avait mises. (...) Et on va au contraire installer sur le lien salarial le droit du travail, le droit de la protection sociale, etc. Ce qui devait être supprimé pour permettre au travail d’être épanouissant est au contraire stabilisé et renforcé. C’est la contradiction dans laquelle on est aujourd’hui.


La salariat est devenu désirable. Le travail y est subordonné, et en même temps on y acquiert des droits sociaux. (...) Il faut continuer à avoir comme objectif la sortie du salariat. Et réfléchir aux formes que le travail pourrait prendre. Par exemple, ce que les années 1970 avaient proposé autour de l’autogestion, des coopératives, d’une organisation commune où les travailleurs s’auto-organisent et ont une partie du pouvoir... Ce qui permet de sortir du capitalisme et du salariat. Mais on n’en est pas du tout là. On ne peut pas sortir comme ça du salariat, parce qu’on risque de tomber dans des formes de domination bien pires. Les autres formes possibles d’organisation du travail comme l’auto-entreprenariat sont extrêmement dérégulées, et peu intéressantes et épanouissantes pour les travailleurs.


Tout le monde pourrait-il être heureux et libre au travail ? Le travail perçu comme « épanouissant » n’est-il pas une vision d’intellectuels peu concernés par la rudesse de certains travaux ?

IMG/flv/SEQ_3_Inegalites.flv

Les enquêtes dont on dispose sur ce sujet montrent une extrême polarisation de la société entre d’un côté les cadres, les professions intellectuelles, les professions des arts et spectacles, pour lesquelles le travail est un lieu possible d’épanouissement. Et à l’autre bout de la chaîne, les ouvriers peu qualifiés qui ne s’épanouissent pas. Quand on sort une moyenne, cela masque complètement cette réalité. Le véritable scandale, pour reprendre Galbraith dans son livre Mensonges de l’économie, c’est d’employer le même mot pour désigner d’un côté une activité très épanouissante et bien payée pour les uns, et d’un autre côté des tâches fastidieuses et mal payées pour les autres. (...)


À la fin du Capital, Marx dit que le « règne de la liberté » commence au- delà du « règne de la nécessité », au-delà de la reproduction des conditions matérielles. Il met une croix sur la possibilité de rendre le travail idéal et épanouissant. Et dans cette sphère de la nécessité, il faut selon Marx faire en sorte que les conditions de travail soient le plus dignes possible. La condition de cette dignité, c’est la réduction du temps de travail, et le partage des tâches les plus difficiles, qu’il faudrait répartir sur l’ensemble de la société.


Vous dites qu’une réduction du temps de travail est souhaitable. Quel est votre bilan des 35 heures en France ? Faut-il aller plus loin ?

IMG/flv/SEQ_5_35_heures.flv

Les 35 heures ont été une bonne étape. Quand on regarde les statistiques, on voit que tous les pays ont réduit le temps de travail. Mais certains l’ont réduit par le temps partiel et d’autres par la réduction du travail à temps complet. (...) Les 35 heures ont été très appréciées par les femmes qui ont pu s’inscrire davantage dans leur activité professionnelle. Mais je partage toutes les critiques qui ont été faites sur les 35 heures. Cela n’a pas été utilisé comme un instrument pour la création d’emploi, pour l’égalité hommes-femmes. Les préoccupations de croissance sont revenues très vite. (...) Si on veut donner un coup d’arrêt à la croissance, sans provoquer une crise majeure de l’emploi, il faudra l’accommoder d’un véritable partage du travail. Et passer aux 32 heures ou à autre chose. Mais il faudra faire un pas supplémentaire.


Peut-on supprimer les inégalités au travail entre hommes et femmes ? Comment opérer un meilleur partage des tâches ?

IMG/flv/SEQ_4_Hommes_femmes.flv

Dans mon modèle idéal, il y a une gamme d’activités humaines, très différentes par leur finalité. Il y a des activités productives qui ont pour but de satisfaire les besoins des gens, c’est le travail. Il y a des activités amicales, familiales, amoureuses. Il y a des activités de libre développement personnel. Il y a des activités politiques dont le but doit permettre aux citoyens de délibérer pour se mettre d’accord sur le type de société qu’ils veulent. Dans une bonne société, l’ensemble des citoyens auraient accès à l’ensemble de cette gamme. (...) La mise en place de tout cela est évidemment extrêmement compliqué. Il faut des politiques publiques systématiques développées en même temps sur plusieurs champs. Des services de garde de petite enfance, mais aussi des dispositions pour permettre aux hommes et aux femmes de s’occuper de leurs enfants tout en ayant une activité professionnelle. Pour cela, il faut aussi réduire la norme de travail à temps complet.


Propos recueillis par Nolwenn Weiler

Vidéo : Agnès Rousseaux

A lire : Dominique Méda, Travail, la révolution nécessaire, éditions de l’Aube, 2010.

Repost 0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 11:06
 Summary of 25 February 2011 (ongoing) Dáil Éireann election results

Party
↓
Leader
↓
Seats
↓
±
↓
 % of seats
↓
First Pref votes
↓
 % FPv
↓
±%
↓

Fine Gael Kenny, EndaEnda Kenny 70 +19 42.2 801,725 36.1 +8.8

Labour Party Gilmore, EamonEamon Gilmore 36 +16 21.7 431,849 19.4 +9.3

Fianna Fáil Martin, MicheálMicheál Martin 18 -59 10.8 387,408 17.4 -24.2

Sinn Féin Adams, GerryGerry Adams 13 +9 7.8 220,685 9.9 +3.0

United Left Alliance None[nb 5] 5 +5 3.0 57,139 2.6 N/A

New Vision None[nb 6] 1 +1 0.6 8,925 0.4 N/A

Green Party Gormley, JohnJohn Gormley 0 −6 0.0 41,040 1.8 −2.9

Workers' Party Finnegan, MickMick Finnegan 0
0.0 3,056 0.1 ±0.0

Christian Solidarity Greene, RichardRichard Greene 0
0.0 2,102 0.1 ±0.0

Fís Nua None 0
0.0 938 0.0

Independent [nb 7] 11 +6 6.6 261,749 11.8
Seats to be declared 12
Total 166


Turnout 70.1%

Le grand vainqueur est le parti néo-liberal Fine Gael, issu de la droite "pro-traité "des années 1920 (qui acceptaient que les anglais gardent les 6 comtés et qui ne varie pas trop là-dessus).

 

Le grand perdant est le parti nationaliste Fianna Fail, crée par de Valera (ami de de Gaulle) dans les années 30. C'est le parti de la classe ouvrière et petits paysans,  lié à l'ex RPR au parlement de l'Europe. Il est officiellement "républicain", c'est à dire pour la réunification de l'irlande. Après s'être distingué dans le "Processus de paix", l s'est surtout consacré aux "affaires".

 

Le Labour est le parti de la petite bourgeoisie progressiste plus qu'un parti social démocrate basé sur les syndicats. Ces derniers ont largement collaboré avec les politiques néo-libérales. Ceux de Dublin ont appelé à voter Sinn Fein et "Gauche unitaire".


Les Verts se ramassent en perdant leurs 6 députés (Ils refusaient la dissolution du parlement avant la mise en oeuvre de l'austérité).


Autre gagnant Sinn Fein, le descendant des "Anti-traité" de 1920, de l'Ira puis de l'Ira provisoire, donc "républicain". Ostracisé, réprimé, banni, belle revanche! Oscillant entre "nationalisme isolationnaiste" et "gauche radicale", il a mis de l'eau dans son vin "socialiste" et aurait préfèré gouverner avec le Fianna Fail. Il apparaît aussi comme faisant partie de la gauche radicale. Au parlement européen il a refusé de siéger avec les Verts comme les autres nationalistes indépendantistes, pour aller avec les ex-PC.


La Gauche Unitaire est l'alliance de l'extrême gauche: Parti Socialiste (2 élus dont Joe Higgins déjà député européen) et Socialist Worker Parti-People Before Profit (2 dont le "Besancenot" irlandais), plus un élu des chômeurs Seamus Healy. Le NPA a des relations très fraternelles avec cette coalition.


Le Workers Parti faisait office de "Parti Communiste pro-Moscou". Ce sont les héritiers de l' " Ira/ Sinn Fein Officiels", si chers à l'UDB autrefois. Avec 9 députés dans les années 80, le Mur de Berlin lui a été fatal, beaucoup sont passés au Labour dans les années 90, sans l'influencer à gauche. Garde un poids dans la bureaucratie syndicale et des întérêts dans des bars au Nord.

 

Gerry Adams qui a quitté son "fief" de Belfast pour se présenter dans le Lough, au Sud, a été élu. Celui qui avait été extrait de sa prison par les anglais en 1972, pour négocier une trève de l'Ira, pourrait donc pu devenir ministre au Sud.

 

Entre SF, la Gauche unitaire  et des indépendants, ce sont environ 12% des irlandais qui ont voté pour des solutions radicales à la crise!

 

Résultats des camarades de la Gauche Unie:

 

Constituency Candidate Party Election
Carlow–Kilkenny Conor Mac Liam Socialist Party 1.5%
Cork North West Anne Foley PBPA 3.4%
Cork North Central Mick Barry Socialist Party 9.2%
Dublin Mid West Robert Connolly Socialist Party 1.5%
Gino Kenny PBPA 5.8%
Dublin North Clare Daly Socialist Party 15.2% - elected
Dublin North East Brian Greene Socialist Party 2.1%
Dublin North Central John Lyons PBPA 3.7%
Dublin North West Andrew Keegan PBPA 2.1%
Dublin South Nicola Curry PBPA 1.8%
Dublin South Central Joan Collins PBPA 12.9% - elected
Dublin South East Annette Mooney PBPA 1.8%
Dublin South West Mick Murphy Socialist Party 5.2%
Dublin West Joe Higgins Socialist Party 19.0% - elected
Dún Laoghaire Richard Boyd Barrett PBPA 10.9% - elected
Laois–Offaly Ray Fitzpatrick Socialist Party [14] 0.8%
Limerick City Cian Prendiville Socialist Party 1.7%
Sligo-Leitrim North Declan Bree Independent 5.1%
Tipperary South Séamus Healy WUAG 21.3% - elected
Wexford Séamus O'Brien PBPA 1.0%

 

Repost 0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 08:19

 

Repost 0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 08:16

 

 

 

Repost 0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 07:55

stop antennes fauco

lundi 28 février 2011

« L'antenne posée par Orange ne sera pas haute et les premières habitations sont à 25 m ! » Samedi, une centaine de manifestants s'est réunie devant le central téléphonique de la rue Alexandre-Brethel, dans le quartier Ploaré de Douarnenez.

En décembre, l'opérateur téléphonique a en effet obtenu du tribunal administratif de Rennes la suspension de l'arrêté pris le 31 août par le sénateur-maire Philippe Paul, pour en interdire son implantation.

Le collectif de riverains reproche d'abord le manque d'information. Il évoque aussi les risques pour la santé et réclame l'application du principe de précaution. « Nous demandons d'ailleurs des mesures par le Centre de recherche et d'information indépendant sur les rayonnements électromagnétiques non ionisants (Criirem). »

Il est également reproché à Orange le non-respect de la procédure concernant l'affichage des travaux et l'information donnée aux riverains. L'affaire se rejouera au tribunal administratif de Rennes, le 5 mai.

Jeudi 10 mars, à 20 h 30, à Confort-Meilars, Catherine Gouthier, experte du Criirem, animera une conférence sur les éventuels dangers de la téléphonie mobile, wifi et wima.

Repost 0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 07:45

1156949251

viewer-copie-1.png

Repost 0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg