Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 09:09

 

Santé mardi 08 février 2011

Un mouvement social national perturbera les ouvertures de points d’accueil de la Caisse primaire d’assurance-maladie (CPAM), ce mardi 8 février, dans le Finistère. Ce mouvement national porte sur des revendications salariales. « Face aux dégradations des conditions de travail constatées dans plusieurs départements et suite aux négociations de revalorisation de salaire avec l’UNCASS », la CGT et quatre autres syndicats appellent les personnels des Caf, CPAM et de l’Urssaf à faire grève ce mardi 8 février.


En fonction des agents grévistes, certaines permanences ne seront pas assurées.


Les sites ouverts

Les points qui resteront ouverts ce mardi matin, uniquement de 8 h 30 à 12 h 30 : Quimper, Brest Bellevue, Douarnenez et Quimperlé.


Les sites fermés

Les points qui seront fermés : Brest centre-ville, Concarneau, Carhaix, Landerneau, Landivisiau, Lesneven, Pont-L’Abbé. La permanence du mardi à Châteaulin ne sera pas assurée ce mardi.

 

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Finistere.-Mouvement-social-a-la-Securite-sociale-ce-mardi_40820-1685215_actu.Htm

Partager cet article
Repost0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 12:04

 

Par Elodie Bécu, Eros Sana (7 février 2011)

Alors que s’est ouvert le 6 février, le 11ème Forum social mondial à Dakar, l’économiste et ancien vice-président d’Attac, Gus Massiah présente les défis et les débats stratégiques qui animent le mouvement altermondialiste. L’occasion pour cet acteur majeur du Forum social de présenter un contrepoint au récent Forum économique de Davos et de se réjouir du soulèvement des peuples dans le monde arabe. Entretien.


 

 

Basta ! : Quels sont les enjeux du Forum social mondial (FSM) qui s’ouvre à Dakar ?


Ce FSM s’inscrit dans un contexte de double crise, celle du néolibéralisme, mais aussi celle plus large de la mondialisation capitaliste elle-même. Cette crise de civilisation a plusieurs dimensions : sociale, démocratique, géopolitique et écologique. La dimension écologique lui donne son caractère le plus radical. Elle implique que les choses ne peuvent, cette fois, se résoudre par des aménagements de la production et de la productivité. Il faut remettre en cause notre mode de fonctionnement. Les analyses du mouvement altermondialiste sont validées par la crise. Nos propositions, comme la taxe sur les transactions financières, la suppression des paradis fiscaux, le contrôle de la finance sont même aujourd’hui à l’ordre du jour du G20 !


Comment éviter d’éventuelles récupérations politiques ? Et faire en sorte que des propositions concrètes voient le jour au-delà des beaux principes ?


La reprise de nos idées peut être vue comme une manière de récupérer le mouvement et de le vider de sa substance. Elle peut aussi être analysée autrement : il n’y a peut-être pas d’autres solutions possibles que celles que nous portons ! À Dakar, nous devrons nous poser ces questions, et nous demander comment aller plus loin dans nos propositions. Nous devons expliquer qu’il y a deux niveaux de mesures : l’urgence et le long-terme. Il faut des changements immédiats – sur les paradis fiscaux, le contrôle citoyen de la finance, la nationalisation des banques. Mais il faut aussi des propositions plus radicales sur la transformation des modes de production et de consommation.


Quelles sont les issues de crise possibles ?


La première est ce que j’appelle dans mon livre [1] le conservatisme de guerre. Celui-ci veut faire payer les pauvres en leur imposant des plans d’austérité, des régimes dictatoriaux, des guerres ou par la criminalisation des mouvements sociaux. C’est le danger principal auquel nous sommes confrontés. Il existe une deuxième voie : celle d’une réforme en profondeur du système capitaliste, comme avec le New Deal dans les années 1930. Enfin, la troisième issue serait une rupture avec le capitalisme et son dépassement avec l’invention de nouveaux rapports sociaux.


Comment résister au « conservatisme de guerre » ?


Il faut accepter de faire alliance avec tous ceux qui y sont opposés, y compris ceux qui préféreraient une modernisation du capitalisme. Nous devons construire l’alliance de tous ceux qui sont contre la remise en cause des libertés. Un front très large qui allie tous les modernistes est la seule voie dans la situation actuelle.

Dans le même temps, il faut mener un débat vigoureux entre la ligne de la modernisation et celle de la rupture. Nous devons continuer à développer une autonomie des mouvements. En Tunisie, par exemple, les politiques de répression et d’austérité ont trouvé leurs limites. La réponse autoritaire s’est heurtée à tous ceux qui refusaient la remise en cause des libertés. La révolte populaire regroupe l’ensemble des personnes qui sont contre le régime dictatorial de Ben Ali, rassemblant réformateurs et radicaux, ce qui va générer des débats et des divergences.


Quel rôle ont joué les mouvements liés aux forums sociaux dans les révolutions en Tunisie et en Égypte ?


En situation de crise, Les régimes autoritaires montrent leurs limites : on ne peut pas aller beaucoup plus loin dans l’austérité et l’idée de faire payer les pauvres. On se confronte très vite à la question des libertés, les enjeux géopolitiques et écologiques. Ce mouvement général s’inscrit dans un espace géographique large, celui de la région Maghreb/Machrek. Les grands mouvements d’émancipation sont des mouvements transfrontières. Dans des zones culturelles relativement homogènes, les idées traversent les frontières. Cette région est le siège d’un bouillonnement extraordinaire.


Les Tunisiens et les Égyptiens ont toujours été présents lors des forums. Une partie de la révolution actuelle a été nourrie par les forums sociaux ! En 2010, nous avons organisé une série d’actions mondiales en lien avec le forum de Belem, au Brésil (2009) et celui de Dakar (2011). À notre surprise, dix événements sur les 55 prévus se sont déroulés dans la région Maghreb/Machrek. Jusqu’à présent, il n’y en avait que deux ou trois. Les organisateurs du Forum social maghrébin font partie de ceux qui ont soutenu les luttes actuelles.


Quels seront les autres défis de Dakar ?


L’écologie et les migrations seront au cœur des débats. Une charte mondiale des migrants sera rédigée par des migrants de tous les continents. Ce texte mettra en avant leurs droits individuels et collectifs. Il abordera le rapport entre migrations et développement : le rôle des migrants dans la transformation de leurs pays d’origine, dans les sociétés qui les accueillent, et dans l’économie mondiale. Cette charte remettra en cause les plans imposés par l’Union européenne, sans oublier de parler des migrations environnementales. Elle constituera une adresse des migrants à l’ensemble des mouvements sociaux. Elle servira à mener la bataille des idées en armant les migrants et ceux qui soutiennent leurs luttes.


Quel est l’avenir des Forum sociaux ?


La culture politique des mouvements se confirme. Horizontale et diverse, elle remet en cause l’établissement de priorités entre les luttes, elle redonne de l’importance aux activités autogérées. Mais les forums sont aussi confrontés à leur succès. Nous aurons des débats sur les nouvelles formes de lutte, et sur les perspectives des nouveaux fronts ouverts en Tunisie et en Égypte. Nous réfléchirons aussi à la convergence entre les grands mouvements écologistes et les autres mouvements. Leur force tient à leur caractère collectif.

Propos recueillis par Élodie Bécu et Eros Sana

Notes

[1] Gustave Massiah, Une stratégie altermondialiste, 2011, Éditions La Découverte, 320 pages, 18,50 euros

Partager cet article
Repost0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 11:49

 

 

Non, un autre monde est nécessaire!

 


Partager cet article
Repost0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 11:33
Partager cet article
Repost0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 11:24

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 10:03
Partager cet article
Repost0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 09:42
samedi 05 février 2011
 

Ballotés depuis des semaines, voire des mois, de dates butoirs en ultimatums, les salariés espéraient, vendredi, des réponses concrètes de la direction locale. Nouvelle désillusion.

Reportage

Competence n'ayant plus les moyens de payer ses fournisseurs, l'usine de Brest est quasiment à l'arrêt. Sur le tableau du local syndical, des mots qui font frémir : « cessation de paiement », « dépôt de bilan », « procédure collective »...


Mais toujours une lueur d'espoir. Comme cette devise, un peu jaunie, inscrite en haut de la porte du local : « Luttons pour le pouvoir, l'espoir fera le reste ». L'espoir, la cégétiste Nicole Camblan s'y accroche : « Jabil ne nous a pas fermé la porte. On n'est pas en cessation de paiement, ni en dépôt de bilan. On est toujours en procédure de conciliation. » Elle veut y croire pour « sauvegarder les emplois ». À la cantine, des salariés sont beaucoup moins optimistes. « On est cuit », lâche un cariste. « On a l'impression que l'on va végéter comme ça longtemps, renchérit un autre. On vit au jour le jour, que de bouts de chandelle. »


Les employés pensaient, vendredi, en savoir davantage sur leur avenir. Espoir déçu. Une fois de plus ! « On s'attendait à quelque chose de plus tranché », reconnaissent-ils, sans formalisme, désormais rompus au jeu du « botter en touche » de l'actionnaire. Le comité d'entreprise, initié hier par le directeur de l'unité brestoise, rendait compte de la rencontre du conciliateur judiciaire avec Mercatech et Jabil. Il n'a pas donné grand-chose.


« Quatre heures pour ça ! »


Jeudi, cinq responsables de Jabil (dont deux avocats) et deux avocats de Mercatech ont en effet répondu à la convocation du conciliateur. « Quatre heures pour ça ! », ironise Serge Roudaut de Force Ouvrière. « C'est clair, net et précis, Mercatech ne veut pas rendre les 12 millions de dollars à Competence France, rapporte Stéphane Seïté de la CGT. Il estime que cet argent n'était pas prévu pour le fonds de roulement mais pour les investissements. »


Dans l'usine de Kergaradec, un temps fleuron de la filière électronique, depuis des années la situation est figée. Les salariés vivent au rythme de plans sociaux sous-traités par les anciens propriétaires : Alcatel, Jabil... Presque une culture d'entreprise ! Une pancarte venant de temps à autre signaler le changement. Depuis juillet, ce sont les dix lettres de « Competence » qui ont été apposées en vert, couleur de l'espoir, sur le fronton de l'accueil et de la grille d'entrée. Competence est née de la vente de Jabil à Mercatech, un fonds d'investissement américain.


« Actionnaire défaillant »


Réunis autour de la table du comité d'entreprise, les représentants des salariés sont las, las que Mercatech et Jabil n'aient pas réussi à s'entendre pour « trouver une solution pour Competence France » au bord du gouffre. Le conciliateur estime « l'actionnaire défaillant ». Jeudi, à Rennes, il lui a même demandé de quitter la table des discussions. La CGT parle de « désengagement » de Mercatech, FO « d'abandon ».


Jabil est resté à table. Pour combien de temps ? « On ne sait pas, répond Serge Roudaut. Jabil n'a ni refusé ni accepté de fournir une aide à Competence-France. » Jabil réserverait « une réponse et d'éventuelles propositions « assez rapidement» ». Bref, l'avenir des 214 salariés est suspendu au bon vouloir du géant américain. FO demande au conciliateur judiciaire et au président du tribunal de commerce « de statuer au plus vite sur l'avenir de l'entreprise ».


 

Sophie MARÉCHAL.
Partager cet article
Repost0
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 09:25

DR.jpg

 

 

Invitée de France 2 ce soir, mercredi 2 février, pour se justifier face aux accusation du Canard Enchaîné sur ses liens avec l'entourage de Ben Ali, Michelle Aliot Marie, future ex-ministre des Affaires étrangères, s'est embourbée dans de pitoyables gesticulations et n'a fourni aucun démenti crédible et bien au contraire s'est enfoncée.


De son propre avoeu elle était bien en vacances en Tunisie à Noël. Elle a passé ses vacances chez un proche de Ben Ali qui lui a fait bénéficier de ses largesses, notamment l'utilisation d'un jet privé.


Pire encore, pour justifier son voyage à ces dates, elle a dit que son séjour était antérieur aux évènements qui selon elle ne se seraient accélérés... qu'en janvier. Elle a dit que dans son souvenir le suicide du jeune (Mohamed Bouazizi, dont elle a oublié le nom) se serait déroulé postérieurement à son séjour alors que ce tragique évènement, point de départ de la révolution tunisienne, s'est déroulé le 17 décembre !


Honte à elle !


Pas un mot non plus sur la révélation de la livraison par la France, mi janvier de caisses entières de grenades lacrymogènes made in france, destinées à la police du dictateur tunisien.


Décidément, face à un tel cynisme, une telle ignominie et une telle incompétence, un seul mot nous vient : dégage !

Partager cet article
Repost0
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 09:24
Déclaration d'Olivier Besancenot.

 

«L'idée du monde n'est vivante que de s'autoriser des imaginaires du monde, où s'annonce que mon lieu inlassablement conjoint à d'autres, et en quoi sans bouger il s'aventure, et comme il m'emporte dans se mouvement immobile.» Edouard Glissant, «D'un traité du tout-monde».

Poète et écrivain majeur, Edouard Glissant est mort, hier 3 février, à Paris, à l'âge de 82 ans.

Avec lui disparaît un homme engagé, un écrivain qui a forgé – parmi de nombreux autres - le concept de mondialité et de créolité, voulant ainsi affirmer le phénomène de métissage comme marqueur de l'évolution du monde.


C'est ainsi qu'aux vieilles identiés nationales ou ethniques il a substitué des identités fondé sur le mélange des langues, des cultures.


Originaire d'un territoire colonisé, la Martinique, il signe en 1960 le Manifeste des 121 pour le droit à l'insoumission dans la guerre d'Algérie et fonde en 1961 le «Front antilloguyanais», activités anticolonialistes qui lui valent une assignation à résidence en France, de 1959 à 1965.

En 2009 il est l'un des principaux artisans du "Manifeste des intellectuels antillais" avec Patrick Chamoiseau avec lequel il avait déjà écrit en 2007«Quand les murs tombent. L'identité nationale hors-la-loi ?»dénonçant la mise en place du ministère de l'identité nationale et appelant à résister à l'édification de murs identitaires.


Le NPA tient à rendre hommage à l'homme engagé, au poète et à l'écrivain dont l'oeuvre est en étroite relation avec l'évolution du monde d'aujourd'hui.

Le 4 février 2011.

Partager cet article
Repost0
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 09:22

chimage.php_.jpg

Les étudiants poursuivent leur lutte contre l’augmentation des frais d’inscription. Leur mobilisation auto-organisée secoue l’apathie des directions syndicales.

Samedi 29 janvier, des milliers d’étudiants et d’enseignants, rejoints par d’autres syndicats, ont manifesté à Manchester et Londres contre les réductions budgétaires dans l’Éducation, les suppressions de postes et l’inacceptable augmentation des frais d’inscription qui doivent monter à 9 000 livres par an (10 500 euros). Ces manifestations étaient appelées par le Réseau militant de l’Éducation, la Campagne nationale contre l’augmentation des frais de scolarité, les syndicats UCU (enseignement supérieur) et PCS (fonctionnaires).


Le mois dernier à Londres, des manifestations massives ont ébranlé le gouvernement libéral-conservateur. Celui-ci a cependant réussi à forcer un vote au Parlement sur l’augmentation des frais d’études mais au prix de quelques concessions. Ce mouvement a montré que le gouvernement était vulnérable. Les libéraux-démocrates, qui siègent au gouvernement alors qu’ils ont été élus sur la base d’une opposition à l’augmentation des frais de scolarité, voient leur cote de popularité dans les sondages tomber à 7 %, alors que le Parti travailliste dépasse maintenant les conservateurs.


Les détails des restrictions dans l’Éducation et les conseils municipaux ainsi que ceux sur la privatisation du Service national de santé (NHS) sont divulgués au moment où le scandale des bonus des banquiers fait de nouveau la une des médias. Un projet de loi présenté au Parlement prévoit la privatisation de pratiquement tout le NHS dont un million d’emplois qui seront transférés du public vers le privé.


La banque nationalisée RBS a réservé 1, 3 milliard d’euros de bonus pour ses hauts dirigeants et Bob Diamond, directeur de la banque Barclay, a déclaré que le « temps des remords et des excuses » était terminé.


Confrontés au Syndicat national des étudiants (NUS) qui patauge péniblement dans la mobilisation, les étudiants ont commencé à construire leur propre mouvement. Les assemblées d’étudiants ont impulsé la campagne malgré les tergiversations de la direction du NUS. Elles pourraient devenir le noyau d’un nouveau mouvement étudiant, indépendant, auto-organisé et responsable. La campagne va se focaliser sur le refus de la mise en œuvre des mesures gouvernementales en demandant aux universités de ne pas appliquer l’augmentation des frais d’inscription ni les réductions de personnel et de services.


Le mouvement étudiant a forcé les dirigeants nationaux des syndicats à commencer à se mobiliser en défense des services publics et des emplois. Toute l’énergie de la gauche et des militants syndicaux est maintenant consacrée à la réussite de la manifestation appelée par la confédération syndicale (TUC) le 26 mars. Mais cette manifestation ne doit être qu’un lever de rideau d’une lutte longue et difficile pour défendre l’acquis le plus important du mouvement ouvrier depuis 1945, c’est-à-dire « l’État providence » avec en particulier le Service national de santé.


Fred Leplat
Traduction Jacques Radcliff

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg