Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 10:39

2011081_nddl.jpg

*

19 février 2013 à 20h01 

*

Lundi, le syndicat mixte de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes lançait une campagne de communication pour le projet. Réaction immédiate : mardi, elle était détournée par les opposants.

*

La bataille de la communication se poursuit entre partisans et opposants au futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Réunissant les collectivités impliquées dans la réalisation de la future plate-forme, le Syndicat mixte aéroportuaire engage, du 18 au 28 février, une campagne de communication à destination du grand public avec pour slogan « Aéroport du grand Ouest, + d’emplois, + de visiteurs, + de voyages. Un vrai + pour nous tous ».
 *
Le budget du plan médias de cette campagne s’élève à 300.000 €, avec de l’affichage urbain, des espaces publicitaires dans la presse écrite régionale et des spots radio.

*

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/nantes/nantes-un-plan-com-pour-le-futur-aeroport-de-notre-dame-des-landes-18-02-2013-2009715.php

 

Repost 0
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 10:24

 

logoNPA29

Ensemble contre le patronat et le gouvernement!

 

Le 11 janvier, le Medef et trois syndicats (CFDT, CFTC, CFE-CGC) ont conclu un Accord national interprofessionnel, l'ANI, qui donne pleinement satisfaction aux exigences du patronat contre les salariés. Il continue le démantèlement du code du travail engagé par la droite et Sarkozy. Au nom de la course à la compétitivité, cet accord vise à baisser le coût du travail. Le gouvernement veut faire de cet accord une loi. C'est inacceptable.

 

Toujours plus de flexibilité


Le gouvernement a mis en œuvre cette attaque au nom du prétendu « dialogue social », du « dépassement  au bénéfice de tous »des « divergences d'intérêts entre représentants des salariés et des employeurs ». Il invoquela « sécurisation de l 'emploi » mais il ne vise qu'à imposer aux salariés des reculs sous couvert de maintien de l'emploi. La politique du chantage, déjà développée par des patrons-voyous comme Continental, acquerrait force de loi ! En guise de dépassement des divergences d'intérêts, les salariés reçoivent quelques miettes en compensation de reculs majeurs.


Ainsi, un salarié pourrait être licencié en cas de refus de voir sa rémunération baisser. La baisse de salaire que pourrait imposer une entreprise n'est même pas limitée et elle pourrait s'accompagner d'une augmentation du temps de travail. Chaque salarié devrait signer lui-même son acceptation sous peine de licenciement. Au nom de la mobilité, les salariés seraient contraints de se plier aux besoins du patronat. Les procédures de licenciements seraient aussi simplifiées.


La « flexi-sécurité » est une tromperie qui n’a d’autre objectif que de faire accepter un recul des conditions de travail et de vie sacrifiées au nom de la compétitivité, de la rentabilité financière. Cela alors que le chômage et la précarité ne cessent de s'aggraver au prix de drames dont a tragiquement témoigné l'immolation d'un chômeur en fin de droit la semaine dernière.


La démocratie n'est pas au parlement mais dans la lutte


La CGT, FO, la FSU et Solidaires appellent à une journée d'action le 5 mars. Les formes de cette journée sont encore floues mais elle doit être le rassemblement de tous les salariés en lutte, le rassemblement de tous les mécontentements, des révoltes, une démonstration de force.


Préparer le succès de la journée du 5, c'est préparer l'indispensable bras de fer avec le patronat et le gouvernement. C'est à l'ensemble des travailleurs de s'exprimer et de décider, avec leurs armes, la grève, les manifestations, pour changer le cours des choses sans craindre de s'opposer à ce gouvernement qui n'est pas le nôtre.Pour"développer l'emploi et lutter contre le chômage", comme ose le prétendre l'ANI, un gouvernement au service des travailleurs et de la population répartirait le travail entre toutes et tous, revaloriserait les salaires en remettant en cause les intérêts des patrons et des financiers, des riches.Il y a urgence à mettre un coup d’arrêt à une politique de régression sociale pour nous donner les moyens d'imposer une autre politique.

Repost 0
NPA QUIMPER - dans NPA
commenter cet article
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 14:35
Repost 0
NPA QUIMPER - dans NPA
commenter cet article
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 14:25

Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 182 (14/02/13)

 

Sous l'ère Hollande, l’égalité professionnelle entre femmes et hommes devait être une priorité.

 

Mais contrairement à ce qui avait été annoncé, l’égalité professionnelle a été aux abonnés absents lors des négociations de l’accord compétitivité-emploi. Pire, l’accord signé accentuera les inégalités.


Selon Vallaud-Belkacem, la ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement, l’accord national interprofessionnel signé le 11 janvier dernier par le Medef et trois syndicats serait « une avancée décisive » contre les inégalités professionnelles entre femmes et hommes, en particulier celles concernant le temps partiel. On peut se demander si cette dernière a bien lu cet accord qui est une régression majeure pour l’ensemble des salariEs et qui ne rectifie en rien les inégalités femmes-hommes.


Pas étonnant puisque ce thème a totalement été absent des négociations, contrairement à ce qu’avait déclaré Hollande à l’ouverture de la conférence sociale de juillet dernier et repris par Michel Sapin en septembre. Dans un document d’orientation sur la négociation, ce dernier rappelait qu'« une attention particulière devra être portée par les négociateurs à la question de l’égalité entre les femmes et les hommes, et aux effets attendus par les mesures de l’accord en matière d’égalité ».


La flexibilité c'est aussi une affaire de genre


La question de genre a donc une nouvelle fois été mise de côté alors que la précarité touche particulièrement les femmes. Ces dernières sont prépondérantes dans le temps partiel (plus de 80 % des salariéEs à temps partiel sont des femmes et 31 % des femmes sont à temps partiel contre 7 % des hommes). Le chômage des femmes, le sous-emploi, les bas-salaires touchent davantage les femmes que les hommes.


Alors c’est vrai (rendons à César…) que l’accord national interprofessionnel introduit une durée minimale d’activité à 24 heures par semaine. À la première lecture, on pourrait donc, comme la ministre des Droits des femmes, s'en féliciter… si l’accord ne permettait pas au patronat autant de dérogations. De plus, l’accord légalise les « avenants temporaires » permettant aux employeurs d’augmenter comme bon leur semble les heures de travail d’unE salariéE à temps partiel, sans modification de la durée initiale du contrat de travail… Ce sont donc principalement les femmes qui seront touchées et qui les rendront encore plus flexibles et dépendantes de leur employeur.


Cet accord encouragé par le gouvernement est, on le sait, avant tout un accord gagnant pour le patronat. Les salariéEs, eux, n’y gagnent rien et les femmes en particulier sont une nouvelle fois les grandes perdantes.


Sandra Demarcq

Repost 0
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 14:01

anticoolo-copie-1

*

En ce début d’année 2013, des situations soulèvent l’indignation et attisent l’esprit de résistance :

*

- •Assassinats en plein Paris de 3 militantes kurdes et d’un militant Tamoul quelques semaines auparavant
- •La politique d’expulsions systématiques du gouvernement battant tous les records : 36 822 personnes, hommes, femmes, enfants expulsés en 2012 contre 32 912 en 2011 (+ 11,9 %). ; chasse aux Roms décrétée par le Ministre de l’intérieur, contre lesquelles s’élèvent des mouvements de grève de la faim des sans papiers à Lille et d’occupations de lieux pour refuser la politique d’expulsions systématiques du gouvernement ;
- •Déclarations racistes et islamophobes décomplexées et répétées comme sur le « pain au chocolat », réhabilitation de l’idée coloniale : hommage rendu à Bigeard, l’homme de la torture, doigt d’honneur à l’Algérie de l’ex ministre Longuet …
- •L’intervention militaire française au Mali qui, comme pour la guerre en Afghanistan, invoque la lutte contre le terrorisme comme justification d’une intervention et s’inscrit dans la politique de la France, gendarme de l’Afrique. Cette guerre est lourde de menace de déstabilisation d’une région où les intérêts des multinationales françaises sont importants
- •Accentuation de la colonisation dans les territoires occupés en Palestine et au Sahara occidental

Comme chaque année depuis 8 ans, la semaine anticoloniale et antiraciste, du 16 février au 3 mars, se terminera par la marche anticoloniale et antiraciste clôturant cette quinzaine de luttes, de débats, de fêtes. Cette manifestation rassemblera toutes celles et tous ceux qui refusent un monde injuste où les « valeurs » du colonialisme, du racisme, de l’intolérance, l’emportent sur l’égalité des droits, la liberté des peuples, la fraternité entre les peuples du monde.

 

Trois semaines avant la tenue du Forum Social Mondial à Tunis, nous aurons à le dire encore haut et fort, le 2 mars à 14 h à Barbès et dans toute la France :


Nous manifesterons pour :


- •Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, et en premier lieu le droit à l’autodétermination ;
- •Le droit de réparation pour les peuples colonisés ou mis en esclavage et le remboursement des rançons coloniales comme celle due à Haïti ;
- •La condamnation du négationnisme en matière d’histoire coloniale, l’ouverture des archives sur les crimes coloniaux et l’enseignement dans l’éducation nationale de l’histoire de l’esclavage et de la colonisation ;
- •La souveraineté des peuples et des nations sur leurs ressources naturelles, le rejet de toutes les formes de domination économique et environnementale ; l’annulation de la dette financière et le remboursement de la dette écologique des pays du Sud
- •Le soutien aux révolutions citoyennes en Amérique latine et dans les pays arabes, contre les multinationales et les dictatures
- •La fin des pratiques postcoloniales dans la gestion de l’immigration et des quartiers populaires et la lutte contre le racisme, la régularisation des sans - papiers ;
- •L’égalité des droits civiques et sociaux, la reconnaissance de la citoyenneté de résidence qui implique l’attribution du droit de vote et l’éligibilité de tous les résidents, la fin du contrôle aux facies ;


Nous manifesterons contre :


- •L’impérialisme sous ses différente formes, telles que les occupations illégales de territoires (notamment en Palestine et au Sahara Occidental), toutes les interventions militaires néocoloniales, la perpétuation de la Françafrique, pour le retrait des troupes françaises d’Afrique et la fin de la présence des bases militaires sur des territoires étrangers
- •La situation à caractère colonial qui prévaut dans les Territoires d’Outre mer en Kanaky, Polynésie, Martinique, Guyane, Guadeloupe, La Réunion, Mayotte
- •Le racisme et ses habits, l’islamophobie et la négrophobie, la xénophobie d’Etat, la ségrégation et la stigmatisation des populations issues de l’immigration,


Le 2 Mars, toutes et tous dans la rue pour la solidarité internationale, le droit des peuples, contre la guerre, l’exploitation et toutes les formes de recolonisation, le racisme et la xénophobie.


Voir les premiers signataires


Repost 0
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 12:51

787-ecole-en-danger,bWF4LTQyMHgw

Éducation mardi 19 février 2013
*

Une cinquantaine de parents d’élèves se sont réunis devant l’inspection académique à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) dès 8 h 45 ce matin.

*

Administration de l’Éducation nationale et syndicats enseignants s’y réunissent toute la matinée pour discuter de la carte scolaire.

*

Des parents de la Méaugon, de l’école des Merles et de Cesson à Saint-Brieuc, de Plounevez-Moëdec, Pommerit-le-Vicomte, de Louargat réclament l’ouverture ou la non-fermeture d’une classe dans leurs écoles. Ils ne comprennent pas que l’Éducation nationale n’ouvre aucun poste d’enseignant supplémentaire dans les Côtes-d’Armor, ce qui ne permet pas d’accueillir les enfants de moins de trois ans par exemple.

*

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Cotes-d-Armor.-Les-parents-d-eleves-manifestent-devant-l-inspection-academique_40825-2165538------22070-aud_actu.Htm

Repost 0
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 12:43

787-ecole-en-danger,bWF4LTQyMHgw

Éducation mardi 19 février 2013
*
Pour protester contre la baisse de moyens annoncée pour la rentrée prochaine (1 260 heures de cours sur l’année en moins), 

*

une bonne partie des enseignants du lycée professionnel Jules-Verne de Guingamp ont illustré, ce mardi matin, les dysfonctionnements prévisibles. Les professeurs ont regroupé les élèves dans le hall du lycée, simulant les classes surchargées.

*

Près de trois postes sur la sellette

*

Ils ont ensuite dicté un texte aux élèves leur expliquant le motif du mouvement et les ont invités à réagir, par le biais d’une petite rédaction, sur les effets de cette mesure. « Nous nous devons de réagir dès à présent, expliquent les enseignants. Nous ne pouvons attendre le mois de juin pour savoir à quelle sauce nous serons mangés, car les décisions doivent être prises à la mi-mars. » Une action qui a pour objectif premier de montrer que les professeurs dénoncent la suppression envisagée d’un poste en mathématiques, un poste en électrotechnique et un deux-tiers de poste en tertiaire.

*

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Guingamp.-Les-enseignants-de-Jules-Verne-contre-la-baisse-de-moyens-annoncee_40771-2165560-pere-bre_filDMA.Htm

Repost 0
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 12:37

 

 

*
Éducation mardi 19 février 2013

Ce matin, les élèves du lycée Camus bloquent l’entrée de leur établissement.

 

Ils protestent contre le manque de moyens. Leur mouvement de blocus doit se poursuivre toute la journée et les jours à venir, disent-ils, s’ils ne sont pas entendus.

 

Les élèves dénoncent notamment des classes surchargées (avec 35 élèves) et les suppressions de postes. Ils sont soutenus par leurs professeurs qui réclament de leur côté une entrevue au rectorat. Le lycée Camus situé dans le quartier Chantenay/Bellevue compte 600 élèves.

*

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Manque-de-moyens-les-eleves-de-Camus-bloquent-le-lycee_40815-2165548_actu.Htm

Repost 0
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 12:35

02 tracteur paysans oui

 

*

Environnement lundi 18 février 2013

Des propriétaires de terres à Notre-Dame-des-Landes ont fait appel, ce lundi, d'un jugement du tribunal administratif.

 

Ces propriétaires contestent l'arrêté de cessibilité de leurs terres, et la déclaration d'utilité publique. Cet appel, expliquent leurs avocats, doit aussi permettre de prolonger, d'au moins un an, le sursis à expulsion des paysans et habitants légaux.

 

Ceux-ci ont été expropriés, mais sont protégés par un accord politique signé en mai 2012, au terme de 28 jours de grève de la faim.

 

«Pendant ce temps, il ne peut y avoir de travaux sur leurs terres, et le chantier de l'aéroport prend du retard», souligne Julien Durand, l'un des porte-parole des opposants.

*

http://www.ouest-france.fr/region/bretagne_detail_-Notre-Dame-des-Landes-nouvel-acte-en-justice-contre-le-projet-d-aeroport_40815-2165369_actu.Htm

Repost 0
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 12:23

ecole_privee_2.png

19 février 2013 

 

Réunis, hier, en assemblée générale, les professeurs du collège Le Goffic ont été unanimes. Ils veulent que leur futur établissement flambant neuf soit en centre-ville. Et ils réclament une table ronde pour étudier la question.


Jeudi dernier, syndiqués et sympathisants de la Fédération syndicale unitaire (FSU) s'étaient prononcés majoritairement pour un maintien du collège Le Goffic en centre-ville. Hier, après s'être réunis en assemblée générale, 38 enseignants (soit plus de 90 % des effectifs) ont donné leur position. Et d'une voix unanime, elle rejoint celle du syndicat.

Au nom de la laïcité

Au nom de la laïcité d'abord et des « équilibres scolaires nés de l'histoire régionale ». « Si le collège Le Goffic s'implante en périphérie, le centre-ville de Lannion ne proposera plus qu'un collège : le collège privé Saint-Joseph. Il faut assurer au coeur de Lannion l'équilibre public-privé. Notons au passage que Lannion serait alors la seule ville des Côtes-d'Armor et de Bretagne dans cette situation », écrivent les professeurs dans un communiqué. Autre argument développé : la proximité des équipements culturels et sportifs, « facteurs d'équité, de lien social et d'ouverture culturelle ». « Les visites des lieux culturels et sportifs réclameraient toujours des transports autrement plus coûteux et polluants que les déplacements à pied, sans parler de la perte de temps ».

Pour une table ronde

Pour les enseignants, « cette analyse n'a rien à voir avec le refus de voir un collège implanté dans un quartier excentré. (NDLR : en clair, les professeurs n'ont rien contre Ker-Uhel). Pour une vraie mixité sociale, pour une réelle intégration dans la cité, il semble préférable de rassembler les jeunes hors de leurs quartiers plutôt qu'ils y demeurent en permanence. Ceci est aussi source d'ouverture et de mixité ». Par ailleurs, les personnels du collège n'acceptent pas de ne pas être associés à la consultation. « Nous refusons d'être soumis à une décision qui serait prise dans des conditions peu démocratiques et annoncées par la presse ». Ils réclament aujourd'hui une table ronde concernant la future implantation du collège. « Les enseignants demandent que toutes les parties concernées soient réunies afin que soit enfin définitivement et sérieusement étudiée la restructuration ou la nouvelle implantation en centre-ville du collège Le Goffic, dans son coût et dans les dimensions adaptées à l'effectif actuel ».

Réunion entre mairie et conseil général aujourd'hui

Seront-ils entendus ? Une chose est sûre, le conseil général doit rencontrer aujourd'hui le maire de Lannion pour évoquer cette épineuse question de l'implantation. De son côté, Michel Le Filoux, au nom de la FSU, a indiqué qu'il n'excluait pas de relancer le comité de défense laïque. « On ne peut pas accepter n'importe quel projet sous prétexte d'un calendrier serré. Celui de Ker-Uhel n'est pas intéressant pour les laïcs ».

  • Marina Chélin

« Pour une vraie mixité sociale, pour une réelle intégration dans la cité, il semble préférable de rassembler les jeunes hors de leurs quartiers. »

  • Les professeurs du collège Le Goffic

http://www.letelegramme.com/local/cotes-d-armor/lannion-paimpol/ville/le-goffic-les-profs-veulent-rester-en-ville-19-02-2013-2010121.php

Repost 0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg