Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 08:16


24 novembre 2010 à 07h22 - Le Télégramme


Il y a un an, l’affaire ADMR éclatait dans le Finistère. Aujourd’hui encore, elle fait l’actualité. Olivier Clech, rédacteur en chef et Karine Joncqueur jounaliste ont fait le point hier soir sur Tébéo. A l'heure où l'IGAS pointe dans un rapport une série de dysfonctionnements, Marguerite Lamour, députée et Benoit Cambon, secrétaire du CE de la fédération répondent aux légitimes interrogations. 

 

Le rapport de l’inspection des affaires sociales (Igas), daté de janvier 2008, éclaire sur les motivations et les faiblesses d’un réseau national opaque. L’Igas a mené ses investigations au siège de l’Union nationale et dans six départements, dont le Finistère.

Un maillage exceptionnel du territoire. En 2005, parmi les opérateurs de l’aide à domicile en France, l’Aide à domicile en milieu rural (ADMR), est le réseau le plus important, avec plus de 3.200 associations intervenant auprès de 500.000 bénéficiaires. Son effectif, tous modes d’intervention confondus, atteint alors 37.000 équivalents temps plein, pour 72.000 aides à domicile.

Un marché public juteux. La mise en place du dispositif de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), qui permet le maintien des personnes âgées à domicile, a fortement gonflé l’activité du secteur. Un marché public, juteux, très convoité. L’ADMR y a un large accès mais doit faire face à une concurrence accrue.

Une idéologie marquée. Le projet politique de l’ADMR date de 1994 et reprend les objectifs fondateurs du mouvement résumés par le concept du Triangle d’or symbolisant le lien noué entre l’usager, le bénévole et le personnel d’intervention. Ses "écoles des présidents" et des militants lui permettent d’asseoir sa doctrine. "Ce projet a vieilli" dit l’Igas. La place du bénévolat et les conditions d’animation du réseau sont déjà deux problèmes majeurs.

Union nationale: de l’associatif à l’entreprise. L’union nationale, association à but non lucratif, ne compte qu’une vingtaine de salariés. Les bénévoles sont incontournables à son fonctionnement. Il y a dix ans, face à l’élargissement des activités de services à la personne et à la montée de la concurrence, l’ADMR s’éloigne des valeurs associatives, se tourne vers celles de l’entreprise, définissant des domaines clés sur lesquels elle doit agir: développement de partenariats, connaissance du portefeuille clients, développement du marketing par le réseau, etc. Elle filialise une partie de ses services et dispose aujourd’hui d’une société de formation Adyfor une plate-forme de traitement d’appels Adomi ’une entreprise d’installation de dispositifs de téléalarme Filien d’un organisme d’informatique NSI, d’une enseigne nationale, Personia adossée à des partenaires du secteur de l’assurance-prévoyance ou bancaire.

Le réseau associatif les fait vivre. Tous les cadres de l’Union nationale ont des responsabilités majeures dans les filiales privées et des salariés de l’Union travaillent pour elles.

Un lobbying politique efficace. L’ADMR est visible de tous et surtout des responsables politiques. L’union nationale joue un rôle de lobby auprès des pouvoirs publics pour faire prévaloir ses intérêts. Lobby particulièrement efficace auprès des parlementaires qu’elle alerte régulièrement. Elle est aussi présente dans les instances officielles nationales des services à la personne (ANSP) et est souvent consultée, de manière informelle, par les cabinets ministériels. Face à cette présence monopolistique, une tendance se dessine parmi les conseils généraux, principaux financeurs, qui visent l’organisation d’une offre alternative.

Ses faiblesses.
Dans son rapport, l’Igas pointe de nombreuses faiblesses telles qu’une prise en considération insuffisante des conditions de travail et un dialogue social qui n’est pas de bonne qualité. Elle préconise d’engager, d’urgence, une réflexion sur le bénévolat en concurrence parfois avec les salariés et indique qu’il est nécessaire d’améliorer la qualité des prestations fournies. Dans le Finistère, la gouvernance, en place depuis de longues années, et soutenue par l’Union nationale, ne veut pas abdiquer quand d’autres bénévoles ne désirent s’investir que dans le lien social et s’épuisent dans les missions qui leur sont aujourd’hui confiées. 

  • Karine Joncqueur
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 08:02

 faim_3.jpg

L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a publié un rapport qui met en évidence l'impact majeur de la spéculation sur la hausse des prix des denrées alimentaires et sur la faim qui touche actuellement un milliard d'êtres humains dans le monde.

Ainsi, la FAO constate qu'entre juillet et septembre les prix du blé ont augmenté de 60 à 80 %, ceux du maïs de 40 % et ceux du riz de 7 %. Et cette tendance n'est pas nouvelle, puisque entre 2005 et 2008 les prix des aliments ont augmenté en moyenne de 83 %, et de 170 % pour le riz.

Les auteurs de cette étude contredisent les propos habituellement tenus pour expliquer la hausse des prix des denrées alimentaires de base, mettant en avant la baisse de la production sous l'effet des dérèglements climatiques ou la hausse de la demande, liée à l'élévation du niveau de vie dans certains pays comme la Chine. Ils affirment en effet qu'« une part significative de la hausse des prix s'explique uniquement par l'émergence d'une bulle spéculative » résultant de « l'entrée sur les marchés de puissants investisseurs institutionnels comme les fonds spéculatifs, fonds de pension et les banques d'investissement ».

Effectivement, les spéculateurs misent sur le gel des exportations de blé décrété par la Russie (troisième producteur mondial) et les mauvaises conditions climatiques ayant touché le Canada et le Pakistan pour faire monter les prix, alors que les récoltes de cette année s'annoncent globalement supérieures à celles des années précédentes et que les stocks de céréales, avec 527 millions de tonnes, atteignent leur plus haut niveau depuis huit ans.

Un autre facteur contribue à l'aggravation de la crise alimentaire mondiale : la mainmise sur les terres arables par les spéculateurs. Ainsi, selon l'un des responsables d'Oxam France, « depuis 2006, 15 à 20 millions d'hectares ont été acquis par des investisseurs étrangers dans les pays du Sud », au détriment des petits cultivateurs locaux et des cultures vivrières qui doivent céder la place à d'immenses propriétés et aux cultures d'exportation.

Résultat : alors que les denrées alimentaires abondent, de l'Asie à l'Afrique un milliard d'hommes, de femmes et d'enfants sont acculés à la famine. Il en faudrait moins pour condamner définitivement l'organisation capitaliste de l'économie mondiale.

Roger MEYNIER

 

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2208&id=34

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 14:02

 

 

Appel à la grève générale des députés du Bloque de gauche, parti ami du Npa.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 13:20

aeroport2.jpg

Contre l’enquête publique concernant l’aménagement foncier de la zone du projet d’aéroport


mardi 23 novembre 2010


A partir de 8h30, le samedi 27 novembre, en face de la mairie de Notre Dame des Landes

 

carte.jpg


Nous devons montrer aux collectivités et à Vinci, que nous n’avons pas abandonnée la lutte, et que nous sommes nombreux à nous opposer, et à vouloir annuler ce projet d’ayrault’porc nantais!


Ne lâchons pas le terrain de la résistance, et occupons-le sans cesse!

Ce n’est pas nous qui devons être harcelés, c’est eux!

 

jmanb700_1__gallery.jpg


Mobilisons-nous en masse!


Faites diffuser dans vos réseaux, et distribuez des tracts en nombre, afin de montrer notre détermination à stopper ce projet absurde!


D’autres organisations ont aussi lancé un appel à une forte mobilisation (NPA, ACIPA...).


L’aéroport de Notre dame des landes ne passera pas !


Rendez-vous toutes et tous en face de la mairie de Notre dame des Landes

 

semaine_resistance.jpg

 

samedi 27 novembre, dès 8h30 jusqu’à midi, afin de bloquer le déroulement de l’enquête publique sur l’aménagement foncier, concernant l’aéroport.


Soyons nombreux à refuser le diktat des collectivités, et la disparition d’un territoire unique par son bocage et sa biodiversité !


Mobilisons-nous et stoppons l’enquête publique !


Appel du collectif 44 de lutte contre l’aéroport et du comité local du Pays de Retz.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 12:38

 



mardi 23 novembre 2010 (11h17)  

 

La LDJ tente de détruire une exposition photo sur les massacres à Gaza


de CAPJPO-EuroPalestine


Appliquant le mot d’ordre lancé par le CRIF, une trentaine de voyous dont certains (mais pas tous) encagoulés et munis de casques de moto ont attaqué dimanche en début d’après-midi le Musée d’Art Moderne de Paris (11 Avenue Wilson, 7016 – Paris – Iéna ou Alma-Marceau, ligne 9), pour tenter de détruire une exposition photographique consacrée aux massacres d’Israël de décembre 2008 – janvier 2009 dans la bande de Gaza.


Les voyous ont tenté d’atteindre la galerie d’exposition au sous-sol du musée pour saccager le travail du photographe Kai Wiedenhöfer. Sans succès : l’accès leur a été barré par le service de sécurité du musée.


Ils ont alors perturbé l’entrée des visiteurs en scandant des slogans hostiles à la direction du Musée d’Art Moderne et apposé des autocollants sur lesquels on pouvait lire : « Antisionisme=Antisémitisme politique //A bas l’antisémitisme d’où qu’il vienne //Le palestinisme actif, c’est l’activisme antijuif//Stop au palestinisme antijuif ».


Les émules des nazis n’ont évidemment pas craint, dans leur assaut, de tenter de saccager les multiples œuvres exposées aux côtés des photographies de Gaza dans l’enceinte du Musée d’Art Moderne (MAM), à savoir les toiles de Pablo Picasso, Henri Matisse, Amadeo Modigliani, Marc Chagall ou Henri Matisse.


Pas plus qu’ils ne se souciaient, quand ils attaquaient la librairie Résistances à Paris en juillet 2009, de savoir si les livres qu’ils détruisaient avaient pour auteurs Mahmoud Darwish ou Primo Levi.


Et nous mettons en cause le CRIF, vitrine « présentable » du lobby israélien en France, et non pas la seule « Ligue de Défense Juive », dont on ne savait pas encore, dimanche soir, si elle revendiquerait l’attentat contre le Musée. Car c’est le CRIF lui-même qui a donné le signal la semaine dernière, en appelant à la suppression de l’exposition, comme on peut le lire sur le site de cette officine : http://www.crif.org/index.php?page=...


Hommage au martyre du peuple de Gaza, l’exposition de Kai Wiedenhöfer connait depuis son ouverture le 5 novembre un succès mérité, dont a rendu compte la chaîne France 3 dans un de ses reportages :

Dimanche matin encore, quelques heures avant l’assaut des voyous, un public nombreux, attentif et recueilli, se pressait dans la salle où sont exposées les terribles photos.


Nous vous invitons également à téléphoner au directeur du MAM, Herrgott, au 01 53 67 40 00, pour lui dire qu’il en va de sa dignité de résister au terrorisme, et de maintenir les conditions normales d’accueil à l’exposition Gaza, soit du mardi au vendredi, de 10 heures à 18 heures.

Note : en raison de la présence d’une exposition spéciale, l’accès aux collections permanentes (et à l’exposition Gaza) se fait sur le côté du Musée, en passant dans la cafeteria.


CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.com/spip.php?article5624



 

Fermée dimanche après une manif, une expo photo sur Gaza va rouvrir mardi


Une exposition du photographe Kai Wiedenhöfer sur des personnes mutilées à Gaza, fermée dimanche en raison d’une manifestation d’un groupe pro-israélien, va rouvrir mardi dans les locaux du musée d’Art moderne de la Ville de Paris, a-t-on appris lundi auprès du musée.

Ouverte le 15 novembre, l’exposition a fermé dimanche en début d’après-midi après l’arrivée d’un groupe qui distribuait des tracts pro-israéliens, selon le musée qui a précisé que le groupe n’avait pas été identifié.


La distribution de tracts a été revendiquée lundi dans un communiqué par le collectif Europe Israël et le site Drzz.fr, qui ont indiqué qu’une trentaine de personnes y avaient participé, dont des militants de la Ligue de défense juive (LDJ).


"Cette action a été organisée par Drzz.fr, Europe Israël, et la LDJ afin de permettre au public, par des photos impossibles à réfuter, de constater qu’il existe une autre facette de Gaza, que l’exposition s’était bien gardée de montrer", selon le communiqué.


La suite ici

http://www.la-croix.com/afp.static/pages/101122170306.s7l0ya2v.htm

 

Attaque de la LDJ contre une expo photos sur Gaza.

Les nervis de la Ligue de défense juive (LDJ), visages cachés par des cagoules ou casques de moto ont, le dimanche 21 novembre, tenté de saccager la salle dédiée à une exposition de photos sur Gaza au Musée d’Art moderne de Paris.


Les fantassins de la LDJ, coutumiers de la violence physique, apôtres du racisme prôné par le Rabin Meir Kahane créateur de la LDJ, qui justifiait toute violence pour imposer l’ordre sioniste, ont voulu détruire l’exposition photo de Kai Wiedenhöfer, lauréat du prix Carmignac Gestion, catégorie photo-journalisme.


Pour les mercenaires français de Lieberman, Barak, Netanyahu, montrer à Paris la preuve en images des horreurs et des crimes commis à Gaza est insupportable.


En comparant Stéphane Hessel à un serpent dont on doit écraser la tête (Pierre-André Taguieff) ou en appelant à l’interdiction d’une exposition photo, les dirigeants du Crif et les intellectuels inconditionnels du sionisme encouragent les nervis de la LDJ à passer à l’action.
Leur violence et leur intimidation ne nous feront pas taire !


Contre les crimes sionistes, les militantes et militants du NPA, avec l’ensemble du mouvement de solidarité, poursuivront la condamnation des crimes de l’État d’Israël, et porteront les revendications de justice du peuple palestinien.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 08:37

 

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 08:20

 


mercredi 24 novembre 2010 Ouest France

Le déficit perdure. 42 salariés sont dans le flou. Le groupe Adetel est à la recherche d'un industriel repreneur.

Hier, le tribunal de commerce de Brest a rejeté la demande de mise en redressement judiciaire de Breizadic, filiale d'Adetel. Une décision rarissime. Pour le PDG François Sébès, « cela met les salariés dans le flou total ». Le budget prévisionnel présenté, affichant encore des pertes sur les prochains mois, aurait motivé cette décision des juges. A priori, la direction envisage une nouvelle demande avec un nouveau dossier. Pour Philippe Le Floc'h (CGT Breizadic) « le patron a perdu de sa crédibilité ».

Breizadic emploie actuellement 42 salariés et une dizaine d'intérimaires. Cette entreprise du technopôle de Brest avait assez bien réussi sa reconversion industrielle de la fabrication de décodeurs de TV numérique pour Thomson (aujourd'hui Technicolor) vers des activités plus pointues pour la Défense, le transport ferroviaire ou aérien (chiffre d'affaires d'environ 4 millions d'euros). Elle affichait toutefois un déficit d'un million d'euros l'an dernier et 1,2 million d'euros cette année.


Le soutien de Jabil


Philippe Le Floc'h parle d'« une très mauvaise gestion » par le groupe. Selon lui, l'activité est là, mais pas la rentabilité.


Adetel se dit à la recherche d'un partenaire industriel qui prendrait la majorité du capital de l'entreprise tout en lui garantissant un volume de commandes. Il espérait que la mise en redressement favorise cette recherche. Une telle procédure permet d'effacer les dettes de l'entreprise pour son repreneur.


À l'occasion de l'audience au tribunal de commerce, les salariés ont reçu le soutien du personnel de Compétence (ex-Jabil), qui s'attend lui aussi à un dépôt de bilan imminent. Hier, les 192 salariés ont débrayé toute la matinée. Quelques représentants de l'ex-Asteel (Sud Finistère), Thalès et Grass Valley étaient également présents. Signe que l'électronique va mal.


 

Sébastien PANOU

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Pas-de-redressement-judiciaire-pour-Breizadic-_40843-1596935------29019-aud_actu.Htm

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 08:15


23 novembre 2010 à 14h26 - Le Télégramme

 

Ce midi, environ 150 personnes se sont rassemblées devant le siège du Medef à Creac'h Gwen, à l'appel des syndicats CFDT, CGT, FSU, Solidaires et UNSA. Au-delà de la défense des retraites, la mobilisation était élargie à la lutte contre l'injustice sociale.

 

Les militants syndicaux ont, de plus, pris date pour la  journée d'action européenne le 15 décembre  "pour s'opposer aux plans d'austérité qui se multiplient en Europe".

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 08:07


24 novembre 2010 - Le Télégramme


L'association le Crade a installé sa recyclerie de vélos dans un local désaffecté derrière la capitainerie. Concessionnaire du bâtiment, la CCI a entamé une procédure contre cette occupation.


 

Le courrier est arrivé en début desemaine: une «sommationinterpellative», à l'initiativede la chambre de commerce etd'industrie de Quimper (CCI), à«vider immédiatement et sans délai de ses meubles et occupants» le local de la rue des Thoniers (derrière la capitainerie) oùleCrade (Centre de recherches sur l'avenir des déplacements écologiques) a installé sa «recyclerie». Un atelier où chacun peut venir chercher un vélo, trouver des pièces de rechange, apprendre à réparer sa bicyclette, pour un prix libre. Un lieu d'échanges et d'informations aussi. Cette sommation fait suite au passage d'un huissier en fin de semaine dernière. La CCI avance des «raisons de sécurité» pour expliquer cette procédure.

Des locaux inoccupés

L'association Crade, créée en septembre2010, s'est «réapproprié» ce local désaffecté, dont la CCI est concessionnaire, il y a quelques mois. Après des travaux d'électricité et d'étanchéité dans ce bâtiment de 135m², elle y a installé cet atelier commun de réparations de vélos qui est aussi un lieu de recyclage et de stockage. «D'un côté, il y a des locaux professionnels inoccupés sur le port; de l'autre, des associations qui cherchent des locaux», plaident Xavier et Rémi, créateurs du Crade. Sur le marché, les mercredis et vendredis, depuis juillet, ils ont commencé d'aider à la réparation de vélos. À mettre le débat sur les déplacements et leurs enjeux sur la place publique, à organiser des «vélorutions» régulièrement. «Les usagers s'approprient notre action. La mairie (*) aussi était avec nous dès le début mais ne nous a pas proposés de locaux. Pourtant, nous nous inscrivons dans la politique actuelle de développement durable», déplorent les deux militants de la «vélonomie» (mélange de vélo et autonomie) dans les déplacements.

«Trouver une solution»

L'association, qui compte 31 adhérents et revendique plus de 200 personnes aidées dans leur réparation de vélo ou «remises en selle», ne perçoit pas de subvention. «On fait des choses pour la collectivité, on donne une bonne image de la ville. Mais quelle image doit-on donner de la mairie qui ne nous aide pas? On nous met des bâtons dans les roues alors que nous commençons à rouler», plaident Rémi et Xavier. L'association «veut trouver une solution. Notre objectif est de développer le lieu et nos actions. Tout ceci, c'est du temps et de l'énergie dépensés au détriment des usagers. Alors que le Crade a plein de projets: développer la location de vélos, travailler avec les services de collecte pour récupérer les vélos condamnés à la déchèterie, gérer un parc permettant l'accès de la ville à vélo, éditer un guide du cycliste à Concarneau...».

(*) Sollicitée par Le Télégramme, la municipalité n'a pas été en mesure de répondre hier. À savoir La recyclerie est ouverte tous les jours, de 13h à 19h.

  • Claire Marion

http://www.letelegramme.com/local/finistere-sud/quimperle-concarneau/concarneau/velorution-la-recyclerie-sommee-de-quitter-son-local-24-11-2010-1126031.php

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 07:52

manifestants-hopital-SUD

24 novembre 2010 - Le Télégramme


Comme au printemps dernier, les urgences de l'hôpital Bodélio débordent depuis trois semaines. Sans autre explication que celle d'une hausse des prises en charge des personnes âgées.

Salle d'attente des urgences de Bodélio, hier, vers 16h. Une dizaine de personnes patientent. En moyenne, toutes sont là depuis plus d'une heure trente. Certains restent silencieux. D'autres ne peuvent réfréner un soupir d'agacement. À l'image de cette dame d'une quarantaine d'années. «J'attends depuis 2h15, c'est incroyable. Pour un accident du travail».

 

À l'accueil, l'infirmière ne s'en étonne pas. «Actuellement, j'ai 33 personnes en attente de lit. Mais c'est hier qu'il fallait venir, c'était...». Elle n'en dira pas plus. Marc Klanec, secrétaire départemental Sud santé 56 (deuxième syndicat de l'hôpital), ne s'en prive pas. «La situation est insupportable: lundi soir, il y avait 26 personnes en attente, mardi matin 46!» Hier, par le biais d'un courrier envoyé à la direction, le syndicat a une nouvelle fois tiré la sonnette d'alarme. Dénonçant une suroccupation des capacités d'aval, un manque d'effectif médical, des moyens pas à la hauteur. Évoquant un personnel «à bout, épuisé par une surcharge de travail liée à des manutentions démultipliées de patients et un planning sans cesse modifié pour palier à l'absentéisme».

Même cause mêmes effets

Marc Klanec ne parle cependant pas de crise mais d'une situation récurrente qui témoigne «d'un problème structurel de fond, celui de la capacité d'accueil en hospitalisation. Il faut ouvrir sans plus attendre l'unité tampon. N'attendons pas, comme à l'hôpital Tenon (75), qu'un personnel épuisé exerce son droit de retrait. Après trois semaines, nous demandons que les équipes aides-soignantes et infirmières soient immédiatement renforcées».

 

Ces revendications ne sont pas sans rappeler celles déjà entendues en mai dernier, lors du dernier pic de saturation qui avait conduit la direction à activer une cellule de crise. Le centre 15, la médecine de ville et l'hôpital de Quimperlé avaient été alertés afin de réduire la pression. Comme au printemps dernier, l'explication avancée par la direction est la même: davantage de prises en charge de personnes âgées de plus de 75 ans souffrant de polypathologies. En volume, l'activité des urgences lorientaises reste en effet à peu près la même que l'an passé. Mais le taux d'hospitalisation est actuellement de 34%, contre 25% durant l'année. Répondant à Sud santé, l'agence régionale de santé Bretagne avait rappelé que les urgences n'étaient configurées que «pour une activité deux fois inférieure à celle qu'elle est devenue. Le déménagement sur le site du Scorff dans les nouveaux locaux en 2012 permettra d'apporter une réponse architecturale adaptée».

Une unité tampon? «Elle est déjà ouverte»

Le directeur de Bodélio, Thierry Gamond-Rius, ne nie pas la saturation, ni la gêne occasionnée pour les patients et les soignants. «Nous avons déjà connu ce type de difficultés à plusieurs reprises, rassure-t-il. Mais aussi longuement et à cette période, c'est inhabituel. Il faut espérer un prochain retour à la normale, sinon il faudra trouver des solutions en interne». Le directeur confirme également un absentéisme accru dans les rangs des soignants mais ne comprend pas la demande d'ouverture d'une unité tampon. «Elle est déjà ouverte avec la création de 19 lits de médecine supplémentaire l'an dernier, qui sont remplis en permanence. Même si on ouvrait une unité de 25 lits, ce qui est inenvisageable, où trouvera-t-on les infirmières? Il n'y en a pas. Il existe des pôles de remplacement mais ils ne se trouvent pas comme ça».

  • Yves Madec

http://lorient.letelegramme.com/local/morbihan/lorient/ville/urgences-saturees-depuis-trois-semaines-24-11-2010-1126146.php

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg