Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 10:38

iter-robot.jpg

16 novembre 2010 - Le Télégramme

 

Le collectif «Pour une énergie durable en Bretagne»  qui combat le projet de centrale au gaz estime dans un communiqué que le dispositif EcoWatt sert à «se donner bonne conscience».

 

«On demande aux consommateurs d'accomplir, pendant les quelques heures de pointe électrique hivernale, des gestes qu'ils devraient être invités à accomplir en permanence. Mais les intérêts commerciaux de groupes industriels privés, dont les objectifs sont de produire et de vendre toujours plus d'électricité, prennent le pas sur l'intérêt général des citoyens, avec la complicité de certains élus».

 

Le collectif est convaincu que des «tarifs véritablement incitatifs, modulés en fonction des périodes et des aides pour le remplacement du chauffage électrique par d'autres modes de chauffage» épargneraient à la Bretagne la construction d'une centrale électrique à gaz.

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 10:27

01817392-photo-le-pere-noel-est-une-ordure.jpg

16 novembre 2010 à 08h05 - Le Télégramme

 

«Voler les jouets d'une association humanitaire, c'est impensable». Hier soir, quelques heures après la découverte du cambriolage, Annick Wiemeaux était encore sous le choc. La secrétaire départementale du Secours populaire était loin d'imaginer un tel scénario lorsqu'elle a poussé la porte de l'entrepôt à Lorient, en début d'après-midi. «Les 800jouets neufs y étaient entreposés. On les avait collectés auprès de nos partenaires.

Chez nous, c'est une tradition. Ils devaient être distribués aux 700 enfants de familles modestes du département». Les voleurs ont fracturé la petite porte du portail, vraisemblablement à l'aide d'un pied-de-biche. «Ils ont tenté de soulever le portail, mais ils n'y sont pas parvenus». À l'intérieur, «tout était par terre». C'est ensuite qu'elle a découvert le vol des neuf palettes contenant les jouets, des vêtements et des chaussures. Un vol commis, selon la bénévole, entre jeudi et dimanche. «On a fait le pont. L'entrepôt était fermé depuis quatre jours».

«Un appel aux dons»

L'annonce du cambriolage a provoqué l'indignation des bénévoles de l'association lorientaise, qui n'avait jamais connu pareille mésaventure. «La responsable de la collecte était au bord des larmes. Tout le travail est à refaire, cela va être compliquésurtout si proche de Noël», se désole Annick Wiemeaux qui évalue le préjudice à près de 30.000 €.

L'association en appelle déjà à la générosité populaire, «la seule solution pour nous aider à répondre, dans un délai aussi court, aux enfants». Ce cambriolage ne remet pas en cause la grande vente de jouets d'occasion organisée vendredi par le Secours populaire. Mais la distribution du 14décembre, à Pontivy, est désormais compromise. Car «nous n'arriverons pas seuls à reconstituer un tel stock». L'association a déposé une plainte au commissariat de Lorient.

Secours populaire de Lorient, tél.02.97.64.59.59.

  • Régis Nescop

http://lorient.letelegramme.com/local/morbihan/lorient/ville/lorient-56-les-800-jouets-de-noel-du-secours-populaire-voles-16-11-2010-1116998.php

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 09:57
Partager cet article
Repost0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 09:39

0nosvies.jpg

 

En France, comme partout en Europe, les gouvernants de droite comme de gauche, « ceux d'en haut », veulent nous faire payer la facture de leur crise. Tous les moyens sont bons pour augmenter les  profits, protéger les privilèges d'une minorité.

 

Cadeaux fiscaux aux plus riches, gel ou baisse des salaires, démantèlement des services publics, suppressions massives d'emplois, licenciements, destructions des protections sociales : voilà la potion amère administrée pour soigner la grave maladie qui frappe le système capitaliste. Confrontés à une crise écologique qui menace les ressources, la bio-diversité et l'avenir de l'humanité, les puissants de ce monde se lancent dans un capitalisme vert qui ne résoudra rien et n'a pour but que de trouver de nouveaux marchés.


 En France, la loi sur les retraites est l'acte 1 d'un plan d'hyper-austérité. En prétextant les sauvegarder, il s’agit en réalité de détruire les retraites par répartition et, au-delà, le système de Sécurité sociale basé sur la solidarité, pour libérer les fonds qui «dorment ». De quoi ravir tous les profiteurs et, en premier lieu, le dirigeant du groupe Malakoff-Médéric : Guillaume Sarkozy.


 Seulement voilà, des millions de jeunes, de travailleuses et de travailleurs, de précaires et de chômeurs, ont résisté. La mobilisation que nous avons vécu a été exceptionnelle, par sa durée et sa radicalité. Manifestations multimillionnaires répétées, blocages et grèves reconductibles se sont conjugués pour faire face à l'offensive antisociale. L'ultra majorité de la population a été vent debout contre les parlementaires de droite, la clique de ministres et leurs chefs, Nicolas Sarkozy et Laurence Parisot.


 Oui, c'est dans la rue que se trouvent la lucidité, la dignité, la légitimité ! Pas au Parlement, à Matignon ou à l'Élysée !


 A la destruction, nous répondons mobilisation ! Au projet de  loi contre les retraites, nous avons massivement répondu retrait ! A sa promulgation, nous répondons abrogation ! La colère sociale est durable.


 Au-delà des grandes journées décidées par l'intersyndicale, des équipes syndicales, des secteurs radicaux significatifs du mouvement social ont poussé pour organiser l'affrontement. Le NPA a participé à ce mouvement. Chacun voit bien que pour gagner, pour faire reculer le patronat et le gouvernement et pas renégocier leurs réformes, il faut aller plus loin. Il fallait et il faudra la grève générale reconductible. Le mouvement de blocage de l'économie, la grève des raffineries, des transports ou des ports ont montré la force du mouvement social. En nous y mettant toutes et tous, la peur et la crainte de l'avenir peuvent changer de camp et le pouvoir être à genoux. C'est cette voie qu'il faut suivre.


 Destruction des droits sociaux, mensonge, violence, répression, atteinte au droit de grève, déni de démocratie, collusion d’intérêts, la Sarkozie est ultra nocive et nous sommes des millions et des millions à en avoir vraiment ras-le-bol ! Le renforcement de l'action dans nos lieux de travail par des syndicats combatifs est évidemment à l'ordre du jour.


 Vouloir les virer tous le plus vite possible invite aussi à débattre en terme de programme et de pouvoir. C’est un débat qui n’est pas confiné aux mouvements politiques existants mais qui intéresse massivement celles et ceux qui sont engagés dans le mouvement.


 Le Parti Socialiste était présent aux manifestations – et c’est tant mieux –, mais pris dans une contradiction insoluble. La position du PS ne se différencie pas fondamentalement de celle du pouvoir sur la question des retraites comme le montre, par exemple, le vote de ses parlementaires  pour l'allongement de la durée de cotisation. Entièrement situé dans le cadre de l’économie de marché, le programme du PS est une autre façon de faire payer la crise à la majorité de la population.


 La véritable rupture suppose que la société soit organisée pour satisfaire les besoins sociaux fondamentaux et échapper aux intérêts privés d'une minorité d'actionnaires et de banquiers. Ces besoins doivent être garantis  santé publique, éducation, logement, protection sociale, droit à un vrai salaire, à l'emploi et mise hors la loi des licenciements.


 Cette rupture suppose la mise en œuvre d’un programme anticapitaliste, l’appropriation sociale des grands moyens de production et financiers, la répartition des richesses, la protection des ressources et la rupture avec les institutions.


 Le seul gouvernement utile sera un gouvernement appliquant une telle politique, avec des structures de décision politique démocratiques, organisées pour et par la majorité de la population.


Une telle perspective n'est évidemment pas compatible avec le programme, la stratégie du PS et sa perspective d'alternance gouvernementale de 2012.


 C’est pourquoi le NPA en appelle au regroupement pour construire et imposer l’alternative anticapitaliste. Nous proposons que toutes  celles et ceux qui luttent et ne lâchent rien, jeunes, salariés, précaires, chômeurs, retraités, équipes de militantes et des militant radicaux du mouvement social, formations engagées dans la lutte en débattent  ensemble pour avancer dans cette voie.


 Conseil politique national du NPA,

Le 14 novembre 2010


Partager cet article
Repost0
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 14:19
Congres
Déclaration d'Olivier Besancenot :

 

Le remaniement n'en est pas un. Affaibli par l'impact de la crise économique, politique et sociale et par des semaines intenses de luttes contre sa réforme sur les retraites, Sarkozy n'a plus de marge de manœuvre dans son propre camp et doit reconduire son premier ministre François Fillon.


C'est une mascarade et une provocation.


Une mascarade car ce feuilleton, au « suspens » entretenu par Sarkozy lui-même, n'aboutit à aucune surprise. Le slogan du gouvernement, c'est : « on ne change pas une équipe qui perd en légitimité ».


Une provocation, car, tout amoindrie qu'elle est, la droite envoie le signal d'un gouvernement qui va continuer à vouloir imposer son train de contre-réformes libérales sans attendre la prochaine échéance électorale de 2012 pour s'atteler à la tâche. Le mouvement ouvrier, la gauche sociale et politique doivent comprendre l'ampleur de cette provocation.

 

Le gouvernement reconduit sa politique. A nous de reconduire les résistances sans attendre 2012.


Partager cet article
Repost0
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 14:10

1481938300.jpg

 

Michel Onffray:

 

Le passé récent l'a vu soutenir très officiellement Olivier Besancenot et le NPA, puis José Bové. Déçu par ce dernier, « qui va à l'Europe et est avec Cohn-Bendit, Eva Joly et François Bayrou », Onfray dévoile ici la figure qu'il voit incarner son idée de l'unité à gauche :

« Mes illusions me conduisent vers Jean-Luc Mélenchon, un homme concret et pragmatique. »

 

 http://www.rue89.com/cabinet-de-lecture/2010/11/15/michel-onfray-versus-sigmund-freud-deuxieme-round-175876

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 13:43

Par LCR le Dimanche, 14 Novembre 2010


 

Lundi 8 novembre, le jour même de l’ouverture du 5e round de négociations à Washington entre le Front Polisario et le Maroc sous l’égide des Nations unies, les autorités marocaines ont lancé leurs policiers, leurs militaires et leurs colons armés contre la population sahraouie.

 

Le « campement de l’indépendance » de Gdeim Izik, installé dans le désert près d’El Ayoun par plus de 20.000 Sahraouis protestant contre la répression et la dégradation de leurs conditions de vie et de travail, a été encerclé puis incendié et détruit, les Sahraouis tabassés et pourchassés. Dans le même temps, les manifestations pacifiques de solidarité dans les villes sahraouies ont été réprimées avec une extrême violence : matraquages et tirs à balles réelles ont fait des dizaines de victimes et des centaines de blessés et disparus.


Ancienne colonie espagnole, depuis 1975 le Sahara Occidental est occupé par la force par le Maroc qui en pille les ressources naturelles et refuse d’appliquer le droit international des peuples colonisés à leur autodétermination. Depuis cette date, les Sahraouis vivent réfugiés en exil dans des campements ou sous la discrimination ou les violences de l’occupation.


Deux jours plus tard, le mercredi 10 novembre à Bruxelles, des individus ont, de manière fort « professionnelle », agressé et intimidé pour le faire taire Ahmed Marzouki, défenseur des droits humains au Maroc et ancien prisonnier politique qui a passé 18 ans au bagne de Tazmamart.


Cette agression et cette répression sanglante contre le peuple sahraoui ne sont pas des actes isolés. Ils illustrent le fait que, en dépit des apparences « démocratiques », le régime monarchique de Mohammed VI et ses sbires continuent à appliquer les mêmes pratiques dictatoriales.


La LCR dénonce énergiquement:

  • l'agression dont à été victime Ahmed Marzouki à Bruxelles

  • l'action répressive sanglante menée par les forces marocaines à Gdeim Izik et El Ayoun

  • la complicité de l'Union européenne et de ses gouvernements, qui entretiennent des relations privilégiées avec le régime de Mohammed VI

  • la passivité des Nations Unies, dont la MINURSO (Mission de l'ONU au Sahara Occidental), loin d'intervenir pour défendre les droits du peuple sahraoui, maintient au contraire un silence complice

La LCR tient à exprimer toute sa solidarité avec Ahmed Marzouki et avec le peuple sahraoui, et exige:

  • que toute la lumière soit faite sur l'agression qui a eu lieu à Bruxelles

  • l'arrêt de la répression de la population sahraouie des territoires occupés

  • la libération des prisonniers sahraouis et de tous les prisonniers politiques au Maroc

  • la reconnaissance du droit à l’autodétermination pour le peuple sahraoui et la tenue d'un référendum au Sahara Occidental afin qu'il puisse exprimer ce droit

Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR), 13 novembre 2010


Communiqué sur l'agression d'Ahmed Marzouki

C’est avec consternation que nous avons assisté ce mercredi 10 novembre à Bruxelles à une agression sauvage contre le militant marocain Ahmed Marzouki, le jour même où il avait été accueilli au Sénat de Belgique.


L'agression s'est produite en début de soirée vers 18h55, perpétrée par deux inconnus, à quelques mètres du Centre international, en plein centre de Bruxelles (Boulevard Lemonnier), où l'auteur du livre "Tazmamart, cellule 10", qui a passé 18 années enfermé dans le sinistre bagne de Tazmamart pendant les "années de plombs" au Maroc, devait donner une conférence, la première parmi une série de quatre conférences sur les droits de l'homme au Maroc, organisées par le Comité de soutien à l’AMDH en Belgique, le LIBREX de l'ULB, le Festival du cinéma méditerranéen, l'association HIWAR et le Centre international.


Deux individus ont brusquement intercepté Monsieur Marzouki, l’ont roué de coups, l’ont injurié en dialecte marocain avec beaucoup de haine et de violence avant de le menacer avec une arme blanche (couteau), puis ils ont pris la fuite avant que quiconque ne puisse intervenir.

Il s'agit d'après plusieurs témoins de deux hommes - auteurs de l'agression - et de trois autres inconnus qui n’étaient pas loin de la scène en stand-by. La méthode professionnelle utilisée lors de cette agression est digne d’une opération commando. C'était un travail de professionnels.


Monsieur Marzouki, qui ne souffre heureusement que de quelques contusions, a tenu à maintenir sa conférence, après avoir déposé plainte devant la police de Bruxelles contre ses agresseurs.


Cet acte de barbarie avait été précédé quelques jours auparavant de menaces téléphoniques adressées aux organisateurs pour les prévenir que la tenue de cette série de conférences sur les droits humains au Maroc ferait l’objet d’actes de sabotage en vue de les empêcher de "ternir l’image du Maroc". Il y a tout lieu de croire que cette agression avait était préméditée. La tentative d'intimidation du militant Marzouki dans le but de le pousser à renoncer à sa participation à ce cycle de conférences a donc échoué.


Si aujourd’hui nous ne pouvons être certains de l’identité des auteurs et du commanditaire de cette agression, on peut croire que la main du système makhzenien (1) n’est pas étrangère à cette affaire vu l’accumulation d’une série de circonstances et d’indicateurs qui convergent vers cette hypothèse.

Qui a intérêt à museler la voix des militants des droits humains si ce n'est les ennemis des libertés publiques? Qui se sent visé par le témoignage d'Ahmed Marzouki sur le bagne de Tazmamart, l'impunité et l'exigence de la vérité si ce n'est les responsables de ces crimes, les adeptes du tout répressif?


L’impact que le livre de Monsieur Marzouki a eu lors de sa parution en 2000, le passage de celui-ci à l’émission « Chahid Ala Alasr - témoin de son époque » de grande audience sur la chaîne El Jazira, les menaces auxquelles celui-ci avait fait l’objet au Maroc et enfin le choix de l’endroit et de l’heure de l’agression (à quelques mètres de la salle où la conférence devait avoir lieu à 18h55) alors que d’après les témoignages, celui-ci à été suivi depuis 17h dans d’autres endroits, l’objectif semble avoir été d'empêcher la tenue de la conférence. On craint par conséquent un retour à des pratiques que l'on pensait révolues.


Cette agression a provoqué en quelques heures un grand émoi dans la communauté d'origine marocaine de Belgique.

Tout en dénonçant haut et fort cet acte de lâcheté qui nous rappelle de mauvais souvenirs nous exigeons toute la vérité sur cette agression commanditée contre la personne d'Ahmed Marzouki, et au delà ce sont toutes les personnes éprises de justice et de liberté qui se sentent agressées.


Nous tenons également à affirmer notre entière solidarité et notre soutien indéfectible au militant Ahmed Marzouki et à tous les défenseurs des droits humains.


Signataires:

Comité de soutien à l'Association marocaine des droits humains (AMDH), Association Na'oura a.s.b.l, Regroupement démocratique du Rif Belgique (AGRAW N'ARIF), Union socialiste des forces populaires (USFP Belgique), Voie démocratique, section de Belgique, Association des Marocains de Belgique pour la défense des droits de l'Homme (AMBDH), SOS Migrants a.s.b.l., Parti du Travail de Belgique (PTB), Centre de solidarité belgo-marocain, Centre International, Euro-Amazigh, Afrique Bruxelles pour la bonne gouvernance a.s.b.l.


(1) Système féodal marocain



Communiqué d'Egalité

Ce mercredi 10 novembre 2010, Monsieur Ahmed Marzouki, défenseur marocain des droits de l'homme, survivant du bagne de Tazmamart, a été agressé en début de soirée dans les rues de Bruxelles par deux inconnus qui l'ont roué de coups et insulté en arabe.

"Alors que nous marchions dans la rue avec un petit groupe pour nous rendre à la conférence, un homme m'a intercepté par l'arrière, m'a placé un genou dans le dos et m'a fait tomber. Ensuite, les coups ont commencé à pleuvoir de tous côtés et j'ai aperçu une arme blanche"

Monsieur Ahmed Marzouki est invité en Belgique pour la présentation du film « TAZMAMART rencontre d’un ancien détenu » et d’une série de conférence sur l'évolution des droits humains au Maroc. Il est l’auteur du livre "Tazmamart, cellule 10", et il a passé 18 années de sa vie enfermé dans le sinistre bagne de Tazmamart pendant les "années de plombs" au Maroc (1960-1999). L'objectif était clairement de porter atteinte à Monsieur Ahmed MARZOUKI et ainsi ne pas lui permettre de s'exprimer.


Cet incident nous renvoie vers les années de plomb où les menaces et intimidations étaient proférées contre les militants des droits humains.


Alors que nous pensions que ce procédé faisait partie du passé, nous constatons qu'aujourd'hui encore et hors de ses frontières, le Maroc menace, intimide, agresse. Nous exigeons des autorités belges une enquête immédiate et approfondie. Nous exigeons toute la vérité et souhaitons savoir si les autorités marocaines sont impliquées dans cet acte odieux et lâche.

Nous exigeons une condamnation ferme du monde politique et des autorités marocaines à Bruxelles.

Nordine Saïdi, Porte Parole d'ÉGALITÉ


Entretien avec Ahmed Boukhari (Front Polisario), représentant sahraoui aux Nations Unies


Le 8 novembre dernier, les troupes marocaines ont réduites en cendres le campement sahraoui de Gdeim Izik, qui depuis un mois abritait plus de 20.000 personnes réunies afin de protester contre les conditions de vie imposées par les autorités d'occupation aux habitants de la République Arabe Sahraouie, un territoire de 266.000 km2 et de 280.000 habitants situé sur la côte occidentale de l'Afrique, entre le Maroc et la Mauritanie.


Il s'agit d'un nouveau chapitre de la lutte pour l'indépendance depuis qu'en 1975, l'Espagne, alors puissance coloniale, s'est retirée de ce territoire, immédiatement remplacée par des troupes marocaines et annexé au Maroc contre l'avis de la population. L'attaque contre le campement a déclenché une vague de protestation massive dans la capitale sahraoui, El Aaiun, virtuellement soumise à un état de siège par les autorités marocaines. Cette attaque survenait au moment exact où devait se tenir à New-York une reprise des négociations entre le Front Polisario et le Maroc sous l'égide des Nations Unies. Malgré tout, le Polisario a décidé de maintenir la rencontre pour ne pas tomber dans le piège de la provocation orchestrée par le gouvernement marocain.


L'objectif de cette nouvelle réunion était d'avancer dans la préparation d'un cinquième round de négociations depuis celui initié en 2007 sous la supervision du Conseil de sécurité de l'ONU et depuis lors bloqué à cause du refus du gouvernement de Rabat de réaliser un référendum sur l'avenir du Sahara Occidental, se limitant à offrir une vague « autonomie ». Les Sahraouis, qui aspirent au contraire à l'indépendance de leur république, exigent la réalisation d'une consultation populaire, mais leur position n'a pas le soutien des principales puissances occidentales impliquées dans le conflit, à savoir les Etats-Unis, la France et l'Espagne.


Quelle est la situation actuelle au Sahara Occidental et dans sa capitale, El Aaiun? On parle de terreur, d'une répression intensive et d'un nombre indéterminé de morts, de blessés, de disparus et de prisonniers...


Ahmed Boukhari: L'assaut des troupes marocaines a été brutal et il a été mené après que les autorités marocaines se soient assurées qu'aucun media international ne soit présent et de la rupture des communications téléphoniques. Mais les nouvelles qui nous arrivent sur l'ampleur de la tragédie permettent d'affirmer qu'il s'agit d'un véritable massacre. Plus de 4.000 blessés, 2.000 prisonniers et on évoque des dizaines de morts. Les gens blessés ne vont pas dans les hôpitaux car ils savent que la police marocaine les y attends.


Il est probable qu'une partie des disparus et des morts sont en fait dans les prisons marocaines, parce que les autorités ne veulent pas informer les familles. Elles déclarent officiellement qu'il y a 165 détenus sahraouis, mais ne parle pas de blessés ni de mort. Par contre, elles affirment qu'il y a 11 tués et 65 blessés parmi les soldarts marocains. Si ces chiffres sont exacts, cela veut dire que les forces marocaines, armées et nombreuses, ont provoqué un massacre puisque les victimes sahraouis sont des civils désarmés.


Le représentant du Front Polisario en Espagne, Bucharaya Beyún, a déclaré que « nous n'avons jamais été aussi près d'une guerre, à moins qu'il y ait une intervention internationale afin de mettre fin au massacre perpétré par le Maroc ». Vous partagez cette appréciation?


AB: Cette appréciation est correcte. Si l'ONU ne fait rien pour arrêter les choses, cela signifie que le Maroc jouit d'une sorte de droit à l'impunité. Cela impliquerait la fin de la voie diplomatique dans laquelle nous avons cru jusqu'à présent afin de résoudre le conflit.


Comment évaluez vous les résultats de la réunion d'hier à New-York et les perspectives pour les négociations, qui se poursuivent en décembre?


AB: Nous sommes venus à ce nouveau round de négociations afin de répondre positivement aux efforts menés par l'ONU afin que le processus de paix puisse continuer de manière correcte. Mais la décision marocaine de mener l'assaut contre la population civile sahraoui, le jour même où devaient commencer les discussions, nous a amené à envisager sérieusement notre refus de participer. Malgré tout, nous avons décidé de participer aux discussions, parce que nous sommes des gens civilisés qui veulent la paix, nous rejetons la violence, la guerre. Le round de discussion n'a apporté aucune avancée substentielle parce que le Maroc ne veut pas aller dans la bonne direction. Le terrible spectre de l'intervention brutale des forces marocaines contre notre peuple a plané sur la rencontre.


Quelles sont les propositions qui sont sur la table? Quelle est la position actuelle du Front Polisario dans cette étape des négociations? Vous continuez à défendre l'option d'un référendum?


AB: Le référendum est la seule voie possible, praticable et reconnue par l'ONU afin de demander à un peuple en processus de décolonisation ce qu'il souhaite pour son futur. Tel est le sens de l'autodétermination dans une question de décolonisation. Les options sont et resteront toujours entre choisir l'indépendance ou l'intégration à une puissance occupante. Il n'y a pas d'autre issue, pacifique du moins. Le Maroc s'oppose aujourd'hui à cette voie après l'avoir pourtant accepté pendant des années dans le passé et il s'oppose à elle parce qu'il craint les résultats d'un possible référendum, comme l'avait reconnu le Secrétaire d'Etat étatsunien de l'époque James Baker, médiateur entre 1997 et 2004 dans le conflit.


On connaît le rôle joué par les Etats-Unis, la France et l'Espagne dans le conflit. L'attitude des Etats-Unis a-t-elle changé avec le gouvernement d'Obama?


AB: Il y a un certain changement par rapport à l'attitude de l'administration antérieure, mais il ne constitue pas un changement suffisant capable de modifier la position intransigeante du Maroc. Nous avons des contacts réguliers avec le Département d'Etat qui nous permet de continuer à les informer des évolutions dans ce conflit.


La France continue à soutenir la position marocaine?


AB: Oui, de manière aveugle. Elle a une attitude de soutien à une cause coloniale injuste au point de constituer, au sein du Conseil de sécurité de l'ONU, un obstacle fondamental pour que puisse s'établir un mécanisme de protection pour les droits humains au Sahara Occidental.


Que peut-on attendre de l'Espagne?


AB: L'opinon publique espagnole, tout comme les medias et des partis politiques sont solidaires avec la cause sahraouie. Mais le gouvernement a une attitude assez timorée du fait des pressions exercées par le Maroc.


Comment voyez-vous l'avenir et la fin de ce conflit?


AB: La lutte continue. Nous gagnerons notre objectif national de paix et de liberté, tôt ou tard.


Entretien réalisé par Gilberto Lopes (Rebelión.org), traduction française pour le site www.lcr-lagauche.be

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 13:38

 

Greve Estudantil 10-11-2010 Caminha - 'Somos o Futuro , Não Mercadoria!'
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 13:23

 


lundi 15 novembre 2010 Ouest France

L'association voulait prolonger la procédure de sauvegarde. Mais le procureur du tribunal de Brest a dit non.

Trois questions à...

Isabelle Johanny, vice-procureure au tribunal de Brest.


Pourquoi ne demandez-vous pas le renouvellement de la procédure de sauvegarde pour la fédération ADMR ?


La semaine dernière, au tribunal de Brest, la fédération ADMR a demandé le renouvellement de cette procédure qui permet de gagner du temps, de geler ses dettes durant six mois. C'était sa troisième requête. Mais j'ai refusé. Le mandataire judiciaire et l'administrateur avaient la même position. Le tribunal ne statuera donc pas sur cette question. Le plan de sauvegarde de l'emploi proposé n'est pas assez abouti, ni suffisamment financé. Et puis, la situation financière reste complètement confuse. Après un an de sauvegarde, c'est inacceptable !


Quelle conséquence pour le délibéré du 7 décembre ?


Le tribunal constatera l'échec de la procédure de sauvegarde. Mais il peut aussi accepter le plan de sauvegarde de l'emploi, lequel est contesté par des salariés (délibéré au 22 novembre, N.D.L.R.). Ensuite, il y a deux possibilités. Premièrement, l'association n'est pas en cessation de paiement, comme elle le dit : elle règle ses créanciers, licencie, et continue de fonctionner. Deuxièmement : elle est en état de cessation de paiement et ne peut plus renflouer ses dettes. Elle devra alors initier une procédure de redressement judiciaire début janvier auprès du tribunal. Et elle sera gérée par un administrateur judiciaire.


Les difficultés de la fédération affecte-t-elle les associations locales ?


Non car elles sont indépendantes juridiquement. En théorie, si la fédération dépose le bilan, les associations locales pourront continuer de fonctionner. Seules ou en se regroupant à 4 ou 5. Elles ont leurs salariés. L'argent du conseil général pourra leur être versé directement. Les 28 000 personnes continueront d'être aidées. Si la fédération - qui est surdimensionnée - se réorganise, elle pourra continuer son rôle de comptable, gestionnaire et formateur.


 

Recueilli parLaurence GUILMO

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 12:58

Alrededordelfuego Castelao

15 novembre 2010 - Le Télégramme

 

Qui pouvait penser qu'une gwerz bretonne, collectée au fin fond de la campagne de la bouche des derniers dépositaires, à la fin du XIXesiècle, avait ses racines en Inde, en Afrique. PatrickMalrieu lui-même, cofondateur de Dastum, spécialiste de la chanson populaire de tradition orale en langue bretonne, n'en est pas revenu de sa quête des origines de la complainte «YannGirin». C'est à un vertigineux voyage dans les religions et les mythologies à travers trois continents et quatre millénaires que l'a conduit sa curiosité.

 

Il en a fait un livre joliment titré, «Qui veut faire l'ange, fait la bête!», qui va à l'encontre de bien des idées reçues et situe la tradition bretonne dans sa dimension universelle. La première surprise du chercheur est de découvrir que cette gwerz que l'on imaginait ancrée dans une immémoriale tradition bretonne, était d'implantation récente en Bretagne. Son arrivée dans la péninsule date sans doute de l'impression du texte sur une feuille volante par l'imprimeur quimpérois Derrien, en 1799. À partir de ce texte, Patrick Malrieu a remonté le temps, les traductions, les variantes, de plus en plus loin, jusqu'à la Catalogne et l'Europe médiévale, puis la Palestine au VIesiècle et le monde islamique, pour atteindre les sources du côté des mythologies iranienne et indienne.

À chaque culture sa réinterprétation

La gwerz «Histor an ermit Yan Guerin» raconte l'histoire d'un ermite qui, tenté par le diable, finit par succomber à trois péchés: le vin, la femme, le meurtre. Sa longue pénitence le conduira à devenir homme sauvage, dans une grotte. «L'important n'est pas l'origine d'un chant, ni son auteur, lettré ou pas, mais bien l'appropriation qui en est faite par chaque culture dont les croyances, la sensibilité et l'esthétique particulière permettront de faire renaître, à chaque réinterprétation, une expression originale et unique», écrit l'auteur.  

 

Pratique «Qui veut faire l'ange, fait la bête!». Éditions Tir. Centre de recherche bretonne et celtique (Rennes 2). 25€.

  • Ronan Larvor
Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg