Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 13:24

 

Social jeudi 14 octobre 2010 Ouest France

Une bonne centaine de personnes se sont rassemblées ce midi devant la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Brest. Et ce, à l’appel de l’intersyndicale CFDT, CFTC, CGC, CGT, FSU, Solidaires et Unsa qui se mobilise contre la réforme des retraites.

 

Pourquoi la CCI ? « Parce que c’est le lieu du Medef, du patronat et que la réforme de Sarkozy est celle du Medef », estime Olivier Le Pichon pour la CGT.


« Il faut que samedi soit de nouveau un grand mouvement pour l’étendre et le généraliser », appelle Olivier Le Pichon. Une nouvelle manifestation est fixée à samedi prochain. Le rendez-vous est prévu à 14 h 30, place de la Liberté à Brest.

 

Et « on sait qu’il y aura des choses la semaine prochaine ». Pour le cégétiste, « les jeunes ont tout à fait raison d’être dans le mouvement. L’avenir qui se dessine pour eux est fait de précarité ». Olivier Le Pichon rapporte que « des assemblées générales se tiennent un peu partout, dans l’Education nationale notamment ».

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 13:13

Social jeudi 14 octobre 2010 Ouest France

Deux jours après la dernière manifestation contre la réforme des retraites, entre 342 et 500 lycées sont toujours «perturbés» ou «bloqués». Le point sur la mobilisation des lycéens dans l'Ouest.


BRETAGNE


Ille-et-Vilaine


Rennes.

 

Des centaines de lycéens et étudiants ont afflué ce matin place de la Gare à Rennes, pour une manifestation contre la réforme des retraites. La place était noire de monde. Le cortège de manifestants lycéens et collégiens s'est ensuite vite gonflé : ils étaient 5 000 à défiler dans le centre. Dans le cortège, de nombreux lycéens de Montfort arrivés ce matin par TER.


Saint-Malo.

 

Partis à 8 h 30 du lycée Jacques-Cartier puis du lycée Maupertuis, les lycéens continuent à manifester dans le centre-ville de Saint-Malo. Un cortège d’environ 700 jeunes qui perturbe sérieusement la circulation. Ils ont prévu de passer devant le lycée privé des Rimains, près de la gare TGV, dans l’espoir de grossir les rangs. Le défilé devrait se poursuivre toute la journée, avec des sit-in et des blocages sur de grosses artères routières.


A Redon, les lycéens manifestants bloquaient ce matin le pont de Saint-Nicolas, à Redon.

 

A Vitré, les lycéens de La Champagne appellent à la mobilisation.


Morbihan


Vannes.

 

Plusieurs centaines de lycéens, principalement de Charles-de-Gaulle et Lesage, ont manifesté contre la réforme des retraites, ce jeudi matin, dans le centre-ville de Vannes. Après s’être rassemblés devant leur lycée en début de matinée et en avoir organisé le « blocus », ils ont rallié l’hôtel de ville. Les porte-parole, munis de porte-voix, estampillé CGT, ont exhorté les manifestants à faire du bruit contre cette réforme « qui va nous obliger à travailler jusqu’à 70 ans».


À Hennebont et Port-Louis, les lycéens manifestent aussi contre la réforme des retraites.


Finistère


Brest.

 

Ils étaient environ 1 500 lycéens vers 10 h 30 ce matin rassemblés place de la la Liberté à Brest, pour montrer leur opposition à la réforme des retraites. Ils viennent d'un grand nombre d'établissements scolaires brestois. Parmi eux aussi, quelques étudiants. Ils ont ensuite manifesté dans le centre ville. Dans le calme.


Quimper.

 

Ce matin, plusieurs lycées quimpérois sont entrés dans la lutte contre la réforme des retraites à Quimper. Ce midi, les élèves du lycée de Cornouaille ont voté le blocus total de l’établissement jusqu’à mardi soir.


Morlaix.

 

Depuis 8 h, ce matin, les grilles du lycée de Corbière sont fermées. Certains cours ont lieu. Mais à l’extérieur, une grosse majorité des élèves et avec eux, quelques professeurs, tiennent le blocus. Ils ont prévu un rassemblement en ville à 14 h. Et sont allés rendre visite aux lycées du Mur et de Suscinio pour inciter les autres jeunes à rejoindre le mouvement.


A Concarneau, les lycéens du Porzou sont descendu en ville.

 

A Châteaulin, le lycée de l’Aulne est bloqué.

 

A Landerneau, des centaines de lycéens étaient ce matin en ville


Côtes d'Armor


Saint-Brieuc.

 

Quelque 1500 lycéens selon la police sont de nouveau dans la rue depuis 9h ce matin. Provenant de tous les lycées de Saint-Brieuc, ils ont bloqué une partie du pont d'Armor et de l'avenue Corneille. Boulevard de Sévigné, ils s'en sont pris à la permanence UMP en collant affiches et en envoyant oranges et oeufs sur la devanture. Devant les établissements, des blocus ont été mis en place tôt ce matin. Au fur et à mesure de l’avancée de la matinée, les lycéens étaient de plus en plus nombreux dans la rue : près de 4 500 (3 000 selon la police). Après s’être rassemblés devant la préfecture, ils se sont dispersés ce midi.


Près de 400 élèves du lycée Henri-Avril de Lamballe manifestent depuis ce matin dans les rues.

 

A Paimpol, plusieurs centaines de lycéens sont dans la rue.

 

A Guingamp, ils sont près de 200. Ainsi qu'à Loudéac.


PAYS DE LOIRE


Loire-Atlantique (Bretagne historique)


Nantes.

 

Un millier de lycéens se sont rassemblés Place Bretagne à Nantes. Ils ont été rejoints par des salariés de la CRAM, de la Poste, de l'Inspection du travail et d'enseignants. Une manifestation est prévue dans le centre-ville.


Saint-Nazaire.


La cité scolaire de Saint-Nazaire (près de 4 000 élèves) est bloquée depuis ce matin, 3 h. Toutes les entrées sont surveillées par des groupes de lycéens qui empêchent l’accès aux classes. Poubelles et barrières ont été utilisées pour former les barrages. Seuls les collégiens, les étudiants en BTS et en classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) sont autorisés à se rendre en cours. Les « bloqueurs » entendent poursuivre leur action au moins jusqu’à vendredi soir.


A Chateaubriant, un cortège de collégiens et lycéens s'est formé tôt ce matin.

 

A Ancenis, les lycées Joubert et Maillard sont bloqués.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 13:10


14 octobre 2010 à 10h02 - Le Télégramme

 

Plusieurs centaines de lycéens bloquent le lycée privé du Likès depuis tôt ce matin. Des incidents ont éclaté avec la police et des projectiles ont été jetés contre les sapeurs pompiers venus éteindre deux feux de poubelle. Après cet épisode tendu, le calme est revenu devant le lycée, toujours bloqué.

Par ailleurs, des rassemblements de lycéens sont apparus, ce jeudi matin, devant ou à proximité des lycées Chaptal, Cornouaille et Brizeux. A Chaptal, des entrées sont entravées par des poubelles, des barrières tandis que des grappes de jeunes gens se sont formées en début de matinée autour du rond-point situé devant le lycée. L'accès au lycée de Cornouaille est lui aussi filtré par des piquets de grève, tandis qu'à Thépot, où les entrées sont de nouveau bloquées ce matin, une assemblée générale des lycéens doit se tenir à 10 h 30.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 12:57

predieu

14 octobre 2010 - Le Télégramme


Regroupés au sein d'un collectif, les enseignants stagiaires de l'académie de Rennes ont adressé une lettre ouverte au recteur lui demandant de continuer à bénéficier, au-delà de la Toussaint, de la décharge de la moitié de leurs heures.

«Nous rêvions d'enseigner, nous voici réduits à vaguement bricoler». C'est ainsi que s'expriment, dans une lettre ouverte au recteur, les jeunes professeurs stagiaires de l'académie de Rennes. S'estimant abandonnés par leur ministre, ils viennent de se regrouper au sein d'un collectif. Malgré des discours qui se veulent rassurants, cette rentrée -leur première- s'avère souvent bien difficile. Et pour cause, la grande majorité des 288 professeurs stagiaires de l'académie se retrouvent devant leurs élèves sans quasiment aucune formation pédagogique.

Déception

Le premier acte de ce collectif a donc été d'adresser une lettre ouverte au recteur d'académie, Alain Miossec. Une longue lettre dans laquelle ces enseignants décrivent leurs conditions de travail et disent leur déception: «Quand vous êtes censé abattre le même travail qu'un professeur chevronné; lorsque la préparation d'un cours vous demande trois fois plus de temps, lorsque la moindre copie vous demande une demi-heure de correction; quand le tuteur promis n'est qu'un fantôme qui doit faire plus de cinquante kilomètres pour, le temps d'une heure, vous entr'apercevoir, comment espérer que le bon fonctionnement des classes perdure?».

«Besoin de temps»

«Comment, dans ces conditions, ces jeunes enseignants, déjà débordés, déjà contraints à tâtonner, pourront-ils gérer leurs classes quand ils ne bénéficieront plus de la décharge de la moitié des heures(neufheures au lieu de 18) qui leur a été octroyée jusqu'à la Toussaint?», s'interroge le collectif. Ce dernier demande donc au recteur de prolonger au-delà de la Toussaint et jusqu'à la fin de l'année cette décharge. «Envoyés les mains vides devant les élèves, nous avons besoin, plus que tout de temps», font valoir les professeurs stagiaires qui remarquent que d'autres académies ont déjà décidé cette prolongation. Contacté hier soir, le rectorat indiquait qu'il n'était pas question d'accéder à la demande des professeurs stagiaires. «Aucune négociation n'est engagée. Moins de 5% des enseignants rencontrent des problèmes dans leur classe».

  • Yvon Corre

 

Brest
Un collectif des enseignants stagiaires de Bretagne s’est créé
Éducation mercredi 13 octobre 2010 Ouest France

Une quarantaine des 288 professeurs-stagiaires de Bretagne se sont réunis en collectif suite à une réunion organisée la semaine dernière, à Rennes, par le syndicat Snes-FSU. Ils veulent veut conserver leur mi-temps toute l’année scolaire. Ils le demandent dans une lettre envoyée hier, mardi, au recteur d’académie.


Cette année, avec la réforme de la formation des professeurs, les étudiants doivent obtenir un master « métiers de l’enseignement », puis le concours. Sauf pour les lauréats de cette année qui enseignent 18 heures par semaine au lieu de 6 habituellement, sans formation préalable.


Selon le collectif, « certains n’auraient toujours pas de tuteurs ». La préparation d’un cours demande « trois fois plus de temps qu’à un professeur chevronné ». Autres griefs exprimés : certains auraient au moins trois niveaux différents de classe ; des terminales ou autres classes à examen Ils exerceraient dans plusieurs établissements.


De son côté, le Rectorat explique qu’il ne pourra pas prolonger le système de décharge de service mis en place jusqu’aux vacances de la Toussaint : les stagiaires font actuellement 9 heures au lieu de 18. « 280 remplaçants sont mobilisés ! Mais il n’est pas envisageable de maintenir ce dispositif. » Après les vacances, les jeunes enseignants « feront leur service complet ».

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 12:47


14 octobre 2010 à 09h15 - Le Télégramme


Ce matin à 7 h, 30 lycéennes internes du lycée Kerraoul ont commencé le blocus de l'établissement. Vite rejointes par l'ensemble des 614 élèves. Le mouvement va se poursuivre par un défilé dans les rues de la cité des Islandais prévu à 10 h. Les adolescents, très peu nombreux en cours mardi dernier, ont cette fois voulu marquer le coup en rejoignant le mouvement national des lycées aujourd'hui. "La réforme des retraites nous concerne dès maintenant. Si les gens travaillent jusqu'à 67 ans, quelle place pour nous sur le marché de l'emploi ?". L'appel au blocus date d'hier soir, après une réunion d'information. Les téléphones portables et les réseaux sociaux ont fait le reste.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 12:22


14 octobre 2010 Le Télégramme


Les manifestations lycéennes contre la réforme des retraites se poursuivent. Hier, plusieurs établissements bretons ont été bloqués. Aujourd'hui le mouvement se poursuit et semblait ce matin prendre un peu d'ampleur. Avec dès les premières heures, quelques débordements à Brest, notamment. 


Les lycéens maintiennent la pression. Depuis hier, d'importants mouvements de contestation contre la réforme des retraites perturbent le fonctionnement normal des établissements français. La Bretagne ne fait pas exception. 

Finistère


Brest.

 

Hier, la manifestation lycéenne a été marquée par des débordements. Ce jeudi matin, les élèves brestois remettent ça. A 10 h 30, ils étaient 2.500 place de la Liberté. Un cortège de manifestants a fait le tour des établissements de la ville pour gonfler les rangs. Les casseurs eux aussi se sont levés tôt. A 10 h, 5 abris bus avaient été détruits.

 
Quimper.


Des rassemblements de lycéens sont apparus, ce jeudi matin, devant ou à proximité des lycées Lykès, Chaptal, Cornouaille et Brizeux.

 
Morlaix.


 Le lycée Tristan Corbière a été bloqué ce matin. Les élèves de Suscinio manifestent également. En tout, quelque 500 lycéens participent au mouvement. Une manifestation est prévue à 14 h 30.

 
Carhaix.

 

Lycée Sérusier bloqué. 300 élèves se sont réunis en assemblée générale.

 
Concarneau.

 

Une centaine de lycéens bloquent la circulation.

 
Quimperlé.


Plusieurs centaines d'élèves bloquent des lycées Roz Glaz et Kerneuzec ont bloqué leurs établissements avant de se rendre sur le point du centre Leclerc pour mettre en place un barrage très, très filtrant.

Morbihan


Auray.

 

Ce matin, entre 400 et 500 lycéens alréens sont descendus dans la rue.


Vannes.


Trois lycées sont bloqués depuis 7 h ce matin. 1.500 élèves ont défilé dans les rues pendant la matinée avant de rejoindre leurs établissements respectifs.

Côtes d'Armor


Saint-Brieuc.

 

Les lycéens jettent des oeufs sur la permanence de l'UMP avant de se réunir au centre-ville. A 10 h 30, ils étaient 3.000 selon la police et 4.500 selon les manifestants.


Guingamp.

 

Environ 400 lycéens ont défilé dans la rue.

Ille-et-Vilaine


Rennes.

 

Le président de l'université de Rennes 2 Marc Gontard a décidé de fermer l'établissement pour la journée de jeudi "pour raisons de sécurité" après la pose de barrières bloquant le site par des "anarchistes autonomes".

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 11:48

64.jpg

 

65.jpg

 

 

 

62

 

68.jpg

 

67.jpg

 

66.jpg

 

63.jpg

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 11:37

ensemble


Appel de l’intersyndicale

CFDT, CFTC, CFE/CGC, CGT, FSU, Solidaires et UNSA

du Finistère à amplifier la mobilisation

 


Le 12 octobre, pour la quatrième fois en un mois, les finistériens et finistériennes sont massivement descendus dans les rues du département.


L’intersyndicale du Finistère salue l’entrée dans la mobilisation de la jeunesse pleinement concernée par les questions de retraite. Elle affirme son attachement à l’autonomie des mouvements de jeunesse qui décident de leurs propres actions.


Le gouvernement s’entête dans son projet injuste d’allongement de la durée au travail jusqu’à 62 ans. Il doit retirer son projet et ouvrir des négociations avec les organisations syndicales pour une autre réforme qui assure la retraite à 60 ans.


Les organisations syndicales du Finistère se félicitent de l’ampleur des mobilisations et prévoient de nouvelles initiatives pour préparer la journée nationale de manifestations de samedi 16 octobre.


Elles incitent les salariés, les retraités, les demandeurs d’emploi à poursuivre et amplifier leur implication pour renforcer ce mouvement pour une retraite décente.


Elles invitent les salariés à se réunir sur leurs lieux de travail pour définir les revendications et les modalités d’action, y compris la grève, afin de les faire aboutir.


Elles décident d’organiser des rassemblements devant les chambres de commerce de Brest et Morlaix jeudi 14 octobre à 12h.


Elles appellent à participer à un rassemblement à partir de 11h 30 mairie de Douarnenez lors de la venue de Gérard Larcher, président du Sénat. Une délégation de l’intersyndicale sera reçue.


Elles appellent leurs responsables de syndicats à prioriser le dossier des retraites et d’exiger l’ouverture de négociations sur les revendications décidées par les salariés en Assemblées Générales dans les entreprises.

En durcissant son attitude, le gouvernement prend le risque d’un blocage dont il sera le seul responsable.


L’intersyndicale appelle à manifester à nouveau samedi 16 octobre à 14h30 à Brest, Carhaix, Morlaix, Quimper et Quimperlé.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 14:33

 


Partager cet article
Repost0
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 14:24

 

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg