Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 10:19



La grève contre le plan de suppression d'emplois chez Thomson Technicolor a commencé le 21 juin et a continué depuis avec détermination.

La direction du groupe a été contrainte de revoir à la hausse les conditions du plan de licenciements qu'elle veut mettre en ouvre dans les trois centres (Rennes, Brest et Conflans) de sa filiale Thomson Grass Valley. En particulier, elle a dû ajouter à la prime de licenciement prévue par la convention collective une somme garantissant un plancher allant de 20 000 euros, pour ceux d'entre nous ayant moins de cinq ans d'ancienneté, à 45 000 euros pour ceux ayant plus de vingt ans d'ancienneté.

C'est bien sûr une satisfaction d'avoir, par notre combat, fait reculer la direction de ce grand groupe. Mais aujourd'hui le compte n'y est pas. D'une part la direction ne s'engage pas réellement à proposer des postes de reclassement dans les autres filiales du groupe (alors qu'il existe à Rennes, dans les mêmes bâtiments, une autre filiale regroupant 450 personnes et pour laquelle la direction affirme avoir des projets de développement). Et d'autre part les primes de licenciement proposées sont trop faibles au regard du risque que la direction nous fait prendre en nous rejetant sur le marché du travail.

La direction croit peut-être en avoir fini avec nous, puisqu'elle veut clore la procédure de consultation des représentants du personnel le 13 juillet et que les vacances d'été, qui s'étalent tout au long de juillet et août, vont maintenant nous disperser.

Mais en septembre nous serons à nouveau tous là. La direction a l'intention de nous faire travailler jusqu'en novembre, où elle a prévu l'envoi des premières lettres de licenciement. Beaucoup sont donc décidés, après la trêve estivale, à redémarrer le mouvement. Cela est encore renforcé par le soutien, y compris financier, que la grève rencontre.

Après trois semaines de grève, à la veille des départs en congés, la détermination est toujours là et cela permet d'augurer une rentrée bien combative.

Correspondant LO

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 10:15

 

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 11:37

 

DSCN0317 bis

 

 

Les  collectifs unitaires « Pour la défense des retraites par répartition »,

signataires de l’appel Copernic Attac : " Faire entendre les exigences citoyennes sur les retraites" 


se sont réunis à Châteaulin le 8 juillet.

 

Dans ces collectifs, on retrouve la plupart des partis et mouvements de Gauche, des syndicats, des associations de chômeurs et précaires mais aussi beaucoup de citoyennes et citoyens non affiliés à l’une ou l’autre de ces organisations.

 

Chaque collectif a fait part des actions menées localement : conférences débats, réunions publiques, distribution de tracts…

 

Ces manifestations suscitent  l’approbation et le soutien d’une population de plus en plus sensibilisée et revendicative.

 
L'importance d'une présence sur le terrain pendant l'été a été soulignée pour entretenir cet espoir et cette combativité au sein de la population.


Des rassemblements  sont prévus le 13 juillet devant les préfectures, les collectifs accompagneront donc cette action proposée par l’Intersyndicale.

 

Pour le Finistère, rassemblement à 11h30 devant la préfecture de Quimper, ce 13 Juillet.


Le collectif de Châteaulin, auquel s’associent les autres collectifs finistériens, a lancé sur Facebook  une invitation à un pique nique résistant à Châteaulin à partir de 11H le 14 juillet.


La préparation d'un grand meeting départemental avec des intervenants nationaux représentant les différentes sensibilités présentes dans ces collectifs unitaires est envisagé pour la fin septembre.


D’autres actions locales, régionales mais aussi nationales accompagneront la rentrée de septembre.

 

Les collectifs, par leurs actions, mettent l'accent sur la journée du 7 septembre qui doit être plus importante encore que celle du 24 juin et qui doit se placer dans une continuité et une montée en puissance de la lutte afin d’obtenir le retrait du projet Woerth – Fillon.

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 12:11

 

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 08:16
vendredi 09 juillet 2010
 
Après avoir mis en place une banderole sur le fronton du Matterhorn le 25 mai, l'association Mor Glaz a récidivé jeudi lors d'une action symbolique sur le cargo.
Geste symbolique, les adhérents de l'association ont peint sur la coque du navire : « Immobiliser et saisir oui mais !... Après... 400 jours ?... » Plusieurs navires encombrent le port de Brest, abandonnés ils occupent des places à quai.  
« Les Etats doivent donner des moyens qui permettront à la justice de mettre fin à ces situations intolérables, ingérables et scandaleuses », souligne Jean-Paul Hellequin, président de l'association.

Lundi et mardi, Christian Bucher, vice-président de l'association, a rencontré à Strasbourg les députés Europe écologie. « Je les ai interrogés sur le démantèlement des vieux navires et mise en place d'une filière européenne, et parlé des capacités de Brest dans le domaine. Je les ai invités à venir à Brest. Ils m'ont semblé intéressés, j'espère qu'ils viendront. »

 

Jean-Paul Hellequin rappelle que dans son rapport, Pierre Cardo évoque la construction d'un slipway qui serait utile à Brest pour la réparation navale et filière de déconstruction.

 
Partager cet article
Repost0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 08:12

580594_colmar.jpg

9 juillet 2010 - Le Télégramme

La Commission locale d'information (Cli) des monts d'Arrée s'est réunie hier soir, au conseil général à Quimper, sous la présidence de Pierre Maille, pour la première fois après l'avis défavorable de la commission d'enquête publique sur le démantèlement de la centrale de Brennilis.

 

«En fait, la commission d'enquête a repris les arguments que nous avions émis dans notre avis favorable, explique Pierre Maille. Sauf que pour nous, c'était "oui, à condition que" et pour le commissaire enquêteur "non, sauf si "».

 

Hier, la Cli a donc travaillé sur les nouvelles études à mener: études épidémiologiques pour les anciens salariés, analyse critique des documents sur l'état du site... Concernant le dossier de démantèlement de la centrale de Brennilis, la possibilité de démantèlement partiel concernant des constructions périphériques est d'actualité.

 

La Cli devrait donc être saisie, peut-être à la fin de l'année, pour donner un avis sur ce démantèlement partiel après la sortie d'un décret. Quant au réacteur lui-même, il faudra relancer une procédure complète d'enquête publique.

 

«Nous réclamons toujours, avant toute décision, les études épidémiologiques et la carte de contamination du site», insistait hier Chantal Cuisnier, pour le réseau Sortir du Nucléaire.

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 08:11


9 juillet 2010 - Le télégramme

Les personnels des centres IUFM de Bretagne ont manifesté devant l'université de Bretagne occidentale, hier. Ils entendent maintenir en l'état tous les postes et spécialement ceux des contractuels.


Comme un condensé en accéléré de toutes les réformes qui ont touché et touchent l'enseignement supérieur depuis quelques années: telle pourrait être la synthèse (hâtive) de la manifestation orchestrée, hier, par une intersyndicale des personnels des instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) bretons. Rappelons, pour commencer, que les cinq sites préparatoires (Brest, Quimper, Saint-Brieuc, Rennes et Vannes) se rassemblent aujourd'hui, et depuis 2008, sous la seule bannière de l'UBO, l'université «intégratrice». Rappelons ensuite que depuis la loi sur l'autonomie, les universités gèrent leur personnel. Rappelons encore les réformes de la formation des maîtres et la «masterisation» nécessaire aux candidats capésiens et agrégatifs.


Secouons pour découvrir le malaise qui anime les personnels des IUFM, matérialisé par une note qui devait rester confidentielle du président de l'UBO, Pascal Olivard, qui suggérait la suppression de six postes de contractuels, dont deux à mi-temps et le gel de cinq postes de titulaires mutés ou partant à la retraite. «Depuis l'intégration des IUFM à l'UBO, 19 postes ont déjà été gelés et trois transférés à l'administration centrale», rappelle Valérie Faucheux, de la FSU. Pour elle trop, c'est trop. «Les responsables universitaires estiment que nous sommes nombreux mais ils ne connaissent pas la réalité du terrain». Et notamment l'afflux des postulants au métier de maître des écoles qui n'est plus cadenassé par un numerus clausus. «Ce sont des étudiants qui sont dans les IUFM cinq jours par semaine, ce qui n'est pas le cas des capétiens». Lesquels sont aujourd'hui tiraillés entre leurs facs d'origine et l'IUFM. De quoi en perdre son latin...

Réponse personnelle avant le 15juillet

Ce que savent les manifestants, à l'heure du dernier conseil d'administration de l'UBO, c'est qu'ils veulent un moratoire de deux ans pour faire les comptes en matière de personnel. Pascal Olivard ouvre alors son conseil à une délégation bretonne composée de sept personnes. «Pas de scoop» à l'issue de cet entretien, mais le président Olivard revient sur la fameuse lettre qui a mis le feu aux poudres. «Elle n'est pas définitive, c'était un avis que j'avais remis au directeur de l'IUFM le 22juin. Il m'a répondu hier». Le président a, par ailleurs, promis que tous les contractuels recevraient une lettre les informant de la situation avant le 15juillet, «mais je ne garderai pas un poste en trop». «On reviendra» a répondu le cortège, déçu, «on en attendait plus de soutien de l'université intégratrice».

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 08:06


8 juillet 2010 à 22h10 - Télégramme

Le secrétaire général adjoint de la chambre de métiers du Morbihan se dit diffamé par le délégué CGT du personnel. Hier, au tribunal correctionnel de Vannes (56), c’est l’avocat du syndicaliste qui a contre-attaqué.

 

 

> Le rapport d'observations définitives de la chambre régionale des comptes sur la Chambre des métiers et de l'artisanat du Morbihan (PDF)

Le document en cause, c’est une lettre adressée à la préfecture le 16novembre 2009. Cette lettre signée de "l’organisation syndicale représentée par son délégué" (la CGT) épingle Xavier-Pierre Boulanger, le secrétaire général adjoint de la chambre de métiers du Morbihan.

Il y est écrit notamment que ce dernier "s’octroie le salaire le plus important de la chambre, alors qu’il brille par son absence". Et de faire référence aux autres fonctions qu’occupe Xavier-Pierre Boulanger : administrateur de la complémentaire santé Radiance, vice-président du conseil d’administration de l’Urssaf et maire de Noyalo.


Des copies de ce courrier avaient été transmises au conseil général, à la Région et aux organisations professionnelles. Une autre avait été affichée à la chambre de métiers.

Son caractère diffamatoire, l’avocat du syndicaliste l’a fermement contesté à l’audience, en rappelant le rapport de la chambre régionale des comptes qui, en 2007, associait le nom de Xavier-Pierre Boulanger à des irrégularités observées dans le fonctionnement de l’institution (lire ci-dessous).


"Il ne s’agit pas d’un courrier diffamatoire, mais d’un courrier qui alerte l’autorité de tutelle sur ce qui se passe à la chambre de métiers", dit Me Colon de Fransciosi.


Lutte de pouvoir


Et il poursuit : "D’ailleurs, ce n’est pas un problème de diffamation qui se pose aujourd’hui devant vous, mais un problème de pouvoir, car la CGT est la seule organisation à avoir une voix discordante. On veut la faire taire". Selon l’avocat, il y a en outre erreur dans la citation car ce n’est pas son client en personne, mais l’organisation syndicale qui devrait être poursuivie.


Et au sujet du cumul des activités : "Très bien, mais à ce moment-là, il ne faut pas toucher le plein traitement quand on n’est pas présent à temps plein". Ce n’est pas la lecture de l’avocat du plaignant, Me Peignard. "La rémunération de mon client, c’est une délibération du conseil d’administration qui en a décidé. Il a peut-être le poste le plus important, mais ce n’est pas lui qui se l’est octroyé. Ces accusations sont inexactes et diffamatoires".

Le caractère diffamatoire de la missive, c’est aussi ce que retient le procureur Phélippeau pour qui "toutes les conditions de l’infraction sont réunies". Concernant la peine qui doit être appliquée au syndicaliste, il s’en remet à la décision du tribunal. Elle a été mise en délibéré au 7 octobre.

 

"Des conditions de rémunération critiquables"

Dans son rapport du 22 mai 2007, la chambre régionale des comptes relevait de nombreuses irrégularités dans le fonctionnement de la chambre de métiers du Morbihan.

Elle critiquait sa gestion, caractérisée "par un non-respect répété des textes". Elle pointait aussi du doigt "la présence d’un tiers non autorisé" au sein du bureau, laquelle serait source "d’insécurité juridique".

À savoir Xavier-Pierre Boulanger, alors secrétaire général de l’Union des syndicats artisanaux du Morbihan, organisation majoritaire au sein de la Chambre consulaire.

"Sa présence" au sein du bureau "depuis 1999 n’a jamais eu de support juridique, malgré les déclarations contraires de la présidente", pouvait-on aussi lire dans le rapport. Il y était aussi relevé des conditions de rémunération "critiquables", avec un indice de rémunération bien supérieur à ce que prévoit le seuil pour ce statut.

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 08:05

8 juillet 2010 à 14h43 -Le Télégramme


70 salariés -sur les 110 employés dans les cinq centres IUFM de Bretagne- manifestent en ce moment devant l'université de Brest où se tient le conseil d'administration de l'UBO 

Objectif : obtenir des assurances concernant 11 postes de contractuels jugés indispensables à la bonne marche des établissements et plus largement, des assurances sur les moyens humains des IUFM. 

Une délégation composée de 7 membres représentatifs des sites et des syndicats a été recue par Pascal Ollivard qui s'est engagé à examiner les situations au cas par cas. Réponse aux intéressés avant le 15 juillet.

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 08:00


9 juillet 2010 à 07h45 - Le Télégramme

Avec l'affaire Woerth-Bettencourt, le principal syndicat de magistrats, l'USM, dénonce une nouvelle atteinte à «l'indépendance de la justice». Le Rennais Nicolas Léger, membre du conseil national, s'explique.

Est-ce la décision du parquet de Nanterre d'ouvrir une enquête préliminaire sur les allégations de financement illégal de l'UMP qui pose problème?


Oui! Quelle apparence de crédibilité peuvent avoir des actes d'enquête, même s'ils étaient faits de bonne foi, conduits par le procureur de Nanterre (Philippe Courroye) qui a été nommé par la chancellerie malgré l'avis défavorable du Conseil supérieur de la magistrature, et qui affiche ouvertement sa proximité avec l'Élysée? Ce alors même que son nom est cité au travers d'écoutes sauvages où l'on apprend qu'il est justement susceptible d'intervenir en faveur de Liliane Bettencourt à la demande d'un conseiller du président de la République! Seul un magistrat indépendant du pouvoir politique, comme l'est actuellement le juge d'instruction, peut conduire des investigations pénales en étant au-dessus de tout soupçon de partialité. Mais ce n'est pas ce choix qui a été fait, alors même que Nanterre dispose d'un pôle d'instruction économique très pointu!


Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg