Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 08:49

459.jpg

19 juin 2010 à 07h58 - Le Télégramme


Comme de nombreuses communes du département, la ville de Douarnenez a signé, il y a trois ans, une convention avec le conseil général pour un co-financement de séances d'initiation au breton dans les écoles publiques de la ville. 340 écoliers de la ville sont concernés, répartis sur trois écoles publiques, sur les cinq que compte Douarnenez. Cette convention arrivant à terme, l'actuelle municipalité (UMP), n'a pas souhaité la reconduire.


Trois arguments ont été évoqués : le coût (13.400 euros par an pour la ville), le fait que seule une partie des enfants des écoles bénéficient de cette initiation (elle doit faire partie du projet d'école, être actée par les parents et l'équipe pédagogique) et enfin, qu'il existe des classes bilingues dans la ville.

Cette décision a provoqué un tollé, chaque jour grandissant. Parents d'élèves "abasourdis", directeurs d'écoles "étonnés de n'avoir pas été consultés", parents des classes bilingues dénonçant l'amalgame, vite rejoints par les différents clans de l'opposition municipale et des associations bretonnantes et/ou culturelles locales. Au fil des jours, les uns et les autres ont demandé à être reçus par le premier magistrat de la ville, le sénateur-maire Philippe Paul. En vain. Celui-ci campe sur ses positions et fait la sourde oreille.


Stratégie ou manque de courage politique, la question reste posée. Toujours est-il que cette fin de non recevoir a fait monter la grogne chaque jour un peu plus, au point que mercredi, un collectif s'est constitué. Hier matin, une quarantaine de membres de ce collectif et une joyeuse ribambelle d'enfants sont venus à l'hôtel de ville, pour demander à rencontrer le maire. Ce dernier a fait savoir qu'il était à Plogoff (pour un rallye moto organisé par la gendarmerie nationale, NDLR). Le premier adjoint était injoignable (il était en Préfecture pour une réunion sur les algues vertes, ndlr) et l'adjointe à la culture a fait savoir qu'elle ne s'estimait pas compétente sur le dossier.


Le groupe a alors improvisé, dans la bonne humeur, un cours d'initiation au breton dans le hall de l'hôtel de ville, sous l'oeil amusé de deux gendarmes. Les enfants ont chanté, montré comment se déroulait une initiation et un texte a été lu par un parent d'élève, interpellant les élus absents sur la devise de la ville inscrite dans le hall, "Dalc'h mad", qui veut dire "Tiens bon". Le collectif est ensuite descendu se mêler à la foule du marché, place des halles, pour refaire la même démonstration. Télévision et radio régionales étaient présentes.


L'argument autour duquel tous ceux qui dénoncent cette décision se retrouvent, c'est qu'une initiation au breton, dans une ville bretonne, cela permet à ses jeunes habitants d'en comprendre l'histoire. "C'est tout de même la moindre des choses que dans l'école de la commune soit expliqué à nos enfants le sens du nom Douarnenez, des lieux dits des ruisseaux ou de leur propre nom de famille", résumait ce matin un parent. "Je voudrais bien pouvoir continuer, ça me plaisait, je commençait à connaître beaucoup de mots", ajoutait de son côté Rosa, une fillette de huit ans qui a commencé cette initiation il y a trois ans. Les parents d'élèves ont fait signer une pétition, qui est également en ligne (*).

 
En fin de matinée, deux conseillères régionales, Naïg Le Gars (UDB) et Janick Moriceau (Les Verts), ont adressé une lettre ouverte au maire lui demandant de revenir sur sa décision ou alors de dénoncer la charte Y'a d'ar brezhoneg signée par la Ville.

http://www.petitionenligne.fr/petition/pour-le-maintien-des-cours-dinitiation-au-breton-dans-les-ecoles-de-douarnenez/95

Partager cet article
Repost0
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 08:45

 

manifestants-hopital-SUD

le jeudi  1er juillet 2010

à partir de 18.30 devant l’Hôpital de Concarneau

suivi vers 19.30 d’un défilé qui conduira

au pique-nique devant la Ville-Close pour 20.00

 

 

 

Venez nombreux pour préparer et être présent-e-s à la manifestation qui aura  lieu le 1er juillet

 

  Distributions de tracts : marchés de Concarneau du 25 et du lundi 28 juin


Partager cet article
Repost0
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 08:36

 

02095

 

ASSOCIATION FRANCE-PALESTINE SOLIDARITÉ
GROUPE DU PAYS DE CORNOUAILLE


   Les médias parlent essentiellement de violence lorsqu’il s’agit du conflit-israélo-palestinien. L’opinion publique reste marquée par la pratique d’attentats contre les civils israéliens, alors que ces attentats ont aujourd’hui pratiquement cessé. Mais le mouvement de résistance populaire non-violent en Palestine, pourtant en plein essor, reste encore mal connu.


    Il est apparu en 2003 à Mash’a , puis à Budrus, près de Ramallah. Il a été fortement popularisé grâce au dynamisme du comité populaire de Bil’in depuis 2005. En 2010, 19 comité populaires se coordonnent. Il y a des actions de résistance hebdomadaires dans 45 endroits différents.

 

1000 à 2000 personnes (Palestiniens, Israéliens, volontaires internationaux) participent chaque semaine à ces actions en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Les manifestations hebdomadaires ont pour but d’affirmer pacifiquement les droits des Palestiniens et l’illégalité de l’occupation et de la colonisation israéliennes. Les participants sont formés à prendre des initiatives selon les principes de la non-violence active.

 

Des initiatives médiatiques sont souvent préparées par les comités locaux. La plantation d’arbres, la construction d’équipements publics ou la reconstruction des maisons détruites sont d’autres modalités de la résistance non-violente. Les initiatives des comités locaux vont de pair avec le recours à la voie juridique.


    Le développement actuel de la résistance populaire non-violente est une réponse au double échec de la voie des négociations et du recours à la résistance armée (dont la légitimité est cependant affirmée). La lutte non-violente contre l’occupation a été adoptée par le Fatah lors de son congrès à l’automne 2009. Le Hamas reconnaît que cette forme de résistance s’impose. Les comités populaires réunissent aujourd’hui des militants de divers mouvements palestiniens.


    La résistance populaire non-violente marque des points sur le terrain. Elle a des conséquences politiques positives. Mais cette résistance, que l’on ne peut qualifier de terroriste, est l’objet d’une répression de plus en plus dure de la part de l’armée israélienne , à mesure qu’elle s’élargit.


    Une délégation de trois Palestiniens, représentant les comités populaires interviendra lors d’un colloque au Sénat, le vendredi 25 juin.

 

Nous accueillerons, le samedi 26 juin à Quimper, un des membres de cette délégation, Abou Alaa Mansour, membre du Comité populaire de Bil’in.

 

Il animera une réunion publique sur la résistance populaire non-violente en Palestine en 2010, à la M.J.C. de Kerfeunteun à partir de 15 h.

 


Pour le groupe de l’AFPS du Pays de Cornouaille,
Yves Jardin (02.98.92.30.63)    

Partager cet article
Repost0
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 17:42

 

Partager cet article
Repost0
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 17:35
chiote a 2 place-24a20

Au plus fort des crues dans le Var, une habitante, lambda, ordinaire, pas pompière ni militaire ni rien de spécial, a pris un canot gonflable et est allé porté secours à de parfait inconnus par la seule force de s'être dit : "je devais faire quelque chose. Je ne pouvais pas les laisser comme ça". Elle a sauvé une dizaine de personnes en allant les chercher une à une dans des conditions effroyables, "au mépris du danger" comme on dit dans les remises de décorations pour ganaches gradées. Interrogée, elle refuse d'entendre parler d'héroïsme, considérant qu'elle n'a fait que ce qu'il fallait faire à ce moment.

Une équipe de France de football complètement bouffée par l'individualisme de ses joueurs et coachée par un Narcisse suffisant et méprisant s'est prise une branlée historique parce qu'uniquement composée de grands gamins millionnaires et capricieux ne pensant qu'à leur nombril et à leur chèque, tous incapable de mettre leurs mesquines vanités de côté ne serait-ce que pendant 90 minutes.

Vision frappante, saillante en ces moments de régression sociale majeure et sans précédent, de la force de la solidarité gratuite et n'attendant rien en retour contre l'égoïsme individualiste encouragé par l'argent, l'élan spontané et immédiat vers son prochain en danger contre le calcul glacé du solitaire solipcisé pour qui rien ne compte d'autre que lui-même.

Le libéralisme veut à tout pris nous convaincre que l'individu, a fortiori emmené par son désir individuel d'enrichissement, ne va pouvoir que s'épanouir lui-même et que cet épanouissement va profiter aux autres par ricochet ; c'est faux. L'individualisme ne donne naissance qu'à des individus repliés sur leur sphère personnelle et incapable de penser et de voir au delà de leurs intérêts immédiats. Que le communautarisme et les revendications identitaires
n'aient jamais autant fleuries n'est nullement un hasard historique, mais procède en droite ligne de cette parcellisation du corps social en monades déboussolées qui prises de vertige devant leur propre individualité cherchent à se rassurer en ne rencontrant que leurs exacts semblables pour se tenir chaud. 

Ce devenir-individu a aussi un but politique précis : briser tous les liens de solidarité et surtout dans le monde du travail pour n'aboutir qu'à des esclaves égoïstes ne pensant qu'à leur gueule et finissant par n'éprouver aucune solidarité vis-à-vis de leur collègues qui peinent et souffrent. Le management par la peur achèvera de convaincre de la nécessite de baisser la tête et de prier pour que cette fois là, le couperet tombe ailleurs que sur soi...

Les libéraux ne sont jamais crédibles quand ils pérorent que leur idéologie est la garantie de l'épanouissement de tous, et pour cause : elle ne l'est pas et n'a jamais été conçue pour ça. Elle se contente de s'appuyer sur ce qu'il y a de plus étroit et mesquin dans l'être humain pour l'encourager, en agitant la carotte de l'argent pour faire avancer plus vite le bourricot individualisé. Le but du libéralisme, son objectif final, c'est l'éternelle guerre de tous contre chacun et le repli sur les structures communautaires pour remplacer la solidarité envers les autres par le lien avec les "siens", dans l'acception la plus riquiqui de ce terme.

Sauf que malgré la propagande, qui décrit les gens comme des lâches et des égoïstes, qui insiste toujours sur le minable et jamais sur ce qu'il peut y avoir de grand, cette solidarité immédiate existe. Continue d'exister. Se manifeste dans ces accidents de la route où des automobilistes s'arrêtent pour porter secours à d'autres, dans le travail où on se serre les coudes contre l'arbitraire de la direction, dans la vie quotidienne où on est capable de ressentir compassion et proximité avec des gens qui vivent à des milliers de kilomètres. Ça existe, ça continue d'exister même dans un contexte où tout encourage à la faiblesse du chacun pour sa gueule.

Et c'est là dessus, sur cette meilleure part de nous mêmes, qu'il faut s'appuyer pour tenir face à ceux qui nous encouragent à vivre et penser comme des porcs. Comme eux.

 

Partager cet article
Repost0
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 17:32

Une réunion européenne de partis révolutionnaires a eut lieu à Paris à l'invitation du NPA

Partager cet article
Repost0
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 17:28

moton5C-copie-1.jpg

samedi 19 juin 2010

Préavis de grève à Briec

La CGT et Sud-PTT ont déposé un préavis de grève illimité à La Poste de Briec à compter du mardi 29 juin pour protester contre la suppression d'une tournée de facteur. Le projet aurait selon eux pour conséquence de dégrader la qualité du service public mais aussi le bien-être au travail : « La CGT, avec les salariés, dénoncent, non plus de mauvaises conditions de travail, mais une véritable souffrance au travail,« Des salariés en souffrance » qu'aggrave chaque réorganisation des bureaux de poste », écrit la CGT dans un communiqué.


« Des salariés en souffrance »


Sud-PTT a tenu une conférence de presse vendredi matin : « On est sollicités de plus en plus par des salariés en souffrance suite à une perte d'emploi ou à une menace sur un poste, il y a un mal-être général, estime Patrice Champion, membre du CHSCT. La direction de la branche courrier nous répond qu'il n'y a pas de problème alors que les arrêts de travail sont en augmentation.

 

Tous les jours, nous sommes contactés pour des détresses individuelles qui touchent tous les secteurs et toutes les catégories. Dans la branche enseigne (les bureaux de poste), nous avons demandé une réunion extraordinaire du CHSCT (comité d'hygiène de sécurité et des conditions de travail). »

Partager cet article
Repost0
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 17:25

Alrededordelfuego Castelao
Cultures samedi 19 juin 2010

L’annonce de la suppression de l’initiation au breton dans les écoles de Douarnenez continue de faire du reuz. Ce matin, une soixantaine de personnes se sont retrouvées à la mairie, pour demander à la municipalité de revoir sa copie.


Les manifestants souhaitaient être reçus par le sénateur-maire ou par l’élu de permanence, mais tous étaient aux abonnés absents. Ils n’ont donc rencontré aucun représentant de la Ville, contrairement à ce qu’ils espéraient. « On avait fait une demande, vendredi, mais on ne nous a jamais rappelés », déplore Karine Moal, membre du collectif.


Les manifestants ont occupé, pacifiquement, le hall de la mairie. Les enfants de l’école Victor-Hugo ont chanté des comptines en breton, l’écrivain local Gérard Alle a lu un texte de résistance, à l’intention du président de la communauté de communes, avant que Maelan, surveillant à Diwan, ne se lance dans un cours d’initiation au breton aussi léger qu’efficace.

 

Les manifestants se sont ensuite dirigés vers la place des Halles, seconde étape de leur manifestation.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 17:22

arton2490.jpg

Faits de société samedi 19 juin 2010

L’une en costard d’homme. L’autre en robe rouge et blanche, un bouquet à la main. Aurélie Combe et Cédrine Roblédillo, deux jeunes Quimpéroises de 22 ans, se sont dits oui en mairie de Quimper, ce midi. Un mariage ? Non, car le mariage homosexuel n’est pas prévu par la loi en France.


Aurélie Combe et Cédrine Roblédillo célébraient leur pacte civil de solidarité (pacs). Mais comme de vraies épousailles. Ce, grâce à une nouvelle disposition mise en place par la ville de Quimper depuis quelques mois : célébrer la signature du contrat de Pacs en mairie devant le maire ou un élu. Une cérémonie sans aucune valeur juridique, qui existe aussi déjà dans d’autres municipalités françaises depuis quelques années.


Pour cette première célébration de pacs à Quimper, le maire lui-même a reçu les deux jeunes filles dans la salle des mariages de la mairie. Il portait son écharpe tricolore. « Déclarez-vous publiquement avoir déclaré un pacs l’une avec l’autre », leur a-t-il sollonellement demandé. Les deux jeunes filles ont répondu « oui » et se sont échangées des alliances puis un baiser. « Dans notre société, il y a couple dès que deux personnes vivent ensemble, quelle que soit leur orientation sexuelle, a souligné Bernard Poignant. Et elles n’ont de compte à rendre à personne. »


Après la cérémonie, les deux jeunes filles sont parties « fêter ça comme un mariage ». Et Aurélie de rappeler : « On est tous les mêmes. Ce n’est pas parce qu’on est hétéro ou homo. » Cédrine enchaîne : « C’est le même amour entre deux personnes. »


Si le mariage homosexuel est un jour autorisé, elle compte alors bien repasser devant le maire pour se marier pour de bon, cette fois. En attendant, les voilà pacsées pour la vie. Avec des enfants. Car Aurélie a un petit garçon et une petite fille.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 17:19

samedi 19 juin 2010

François Cuillandre, le président de Brest métropole océane, se prononce pour la création d'une Société publique locale. BMO s'associerait à trois autres syndicats des eaux.

Le débat sur le mode de gestion de l'eau vient probablement d'être tranché. Hier, le président de la communauté urbaine, François Cuillandre, a pris publiquement position. Il s'est dit favorable à la création d'une Société publique locale pour prendre le relais du groupe Véolia à partir de 2012. Ce serait donc la fin du contrat d'affermage mis en place en 1987 et le retour à une gestion publique de l'eau.


C'est en ouvrant le conseil communautaire que François Cuillandre a fait connaître cette « orientation ». « Le contrat passé en 1987 n'est pas un bon contrat », a-t-il estimé. Il a rappelé que le parlement a créé un outil juridique nouveau, fin mai, en votant « à l'unanimité » la loi sur les Sociétés publiques locales.


« La gestion de l'eau doit être réfléchie sur un territoire qui dépasse la communauté urbaine car l'aire de vie du cycle de l'eau ne connaît pas de frontières administratives », a aussi souligné François Cuillandre. La Société publique locale s'élargirait donc aux syndicats des eaux de Landerneau, de Kermorvan et du Chenal du Four (Porspoder).


Décision en octobre


L'orientation étant définie, le président de BMO se donne quatre mois pour boucler le débat mené sur ce « projet ambitieux ». En octobre, le conseil communautaire prendra sa décision. « Il y a urgence à se prononcer, précise François Cuillandre. S'il y a passage de témoin, ce sera plus compliqué qu'un locataire qui remet ses clefs à la fin de son bail. »


C'est jeudi soir que François Cuillandre a fait connaître son choix aux maires de Brest métropole océane. Soit la veille du conseil communautaire. Certains n'ont pas apprécié. C'est le cas de Pierre Ogor, le maire de Guilers. Au nom du Groupement indépendant des communes associées (1), il a usé d'un ton extrêmement virulent, assez inhabituel lors des débats communautaires.

Pierre Ogor a évoqué un choix « idéologique » et défendu le mode de gestion actuel. « 25 ans avec le fermier et tout serait bon à jeter aux chiens ? Je ne le pense pas. » Évoquant la « majorité absolue et disciplinée » de la gauche au sein de BMO, le maire de Guilers a demandé à François Cuillandre de ne pas en « abuser ».


Hormis cet éclat de voix, les autres réactions ont été plus mesurées. Au nom de l'UMP, Laurent Prunier a simplement regretté que « l'on enterre le débat avant qu'il ait lieu ». Mais il n'a pas émis d'objection de principe à la Société publique locale. « C'est peut-être une bonne solution. »

L'indépendant Fortuné Pellicano a souhaité que les élus communautaires soient mieux informés sur les « éléments techniques et législatifs » du dossier. Lui aussi estime que le contrat passé avec Véolia a donné des résultats « très en-dessous de ce que l'on pouvait espérer ». Mais il continue à penser que la société d'économie mixte reste une « structure adaptée » pour gérer l'eau et l'assainissement de BMO.


« Maison de verre »


À gauche, on salue la position de François Cuillandre. Avec, toutefois, des nuances. Enthousiaste, le communiste Maxime Paul, vice-président de BMO chargé de l'eau, voit dans la Société publique locale une « maison de verre où tout le monde pourra venir regarder ».


Jean Quer, pour l'Autre Gauche du pays de Brest, se montre également satisfait. « En 1987, la réponse avait été ultra-libérale. Là, on devrait avoir un meilleur suivi de la gestion technique et financière. »


Les Verts ont fait entendre un son de cloche légèrement différent. Julie Le Goïc a estimé que la Société publique locale était un « dispositif acceptable ». Mais elle n'a pas caché que les Verts souhaitent, à terme, le retour à la régie directe. « Nous avons franchi une étape mais ce n'est pas un aboutissement. »

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg