Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 11:32
Kouchner, démissionne si t'es pas d'accord avec la politique de la France envers Israêl ! (Note du blog)

Par LIBÉRATION.FR

Devant le consulat d'Israël à Istanbul

Devant le consulat d'Israël à Istanbul (REUTERS/Osman Orsal)


     10h45. La Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Navi Pillay se déclare «choquée» par l'assaut de l'armée israélienne.

10h32. Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner se dit «profondément choqué» par l'assaut israélien sur la flottille pro-palestinienne en route vers Gaza, en estimant que «rien ne saurait justifier l'emploi d'une telle violence».


10h15. Ces images de la chaîne Al-Jazeera montrent les commandos israéliens prenant d'assaut le bateau Navi Marmara. L'envoyé spécial Jamal Elshayyal explique qu'au moins deux personnes ont été tuées.


 

 

 

10h08. Le mouvement islamiste palestinien Hamas appelle les Arabes et les musulmans à un «soulèvement» devant les ambassades d'Israël et à la grève dans les territoires palestiniens.


«Nous appelons tous les Arabes et les musulmans à se soulever devant les ambassades sionistes dans le monde entier», déclare un porte-parole du Hamas à Gaza, Sami Abou Zouhri.


De son côté, le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a dénoncé dans une déclaration télévisée «un crime et un scandale politique et médiatique qui aura des conséquences sur l'occupation».


9h50. La Grèce et l'Espagne, qui exerce la présidence tournante de l'UE, ont convoqué l'ambassadeur d'Israël pour demander des explications après l'assaut de l'armée israélienne.


9h34. La Ligue arabe va tenir une réunion extraordinaire mardi pour décider des mesures à prendre après le raid meurtrier israélien contre la flottille internationale en route vers Gaza. Le secrétaire général de l'organisation panarabe Amr Moussa a estimé que l'abordage sanglant de la "Flottille de la liberté" constituait «un nouveau message, un message très fort, d'Israël signifiant qu'il ne veut pas la paix».


9h30. L'Autorité palestinienne réclame la tenue d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU après le raid meurtrier israélien contre la flottille internationale en route vers Gaza, selon le négociateur palestinien Saëb Erakat.

Partager cet article
Repost0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 10:12

Plusieurs personnes ont été tuées pendant l'assaut par l'armée israélienne des navires de militants et sympathisants propalestiniens qui tentaient de forcer le blocus pour apporter de l'aide.


 

Desbateaux de pêche palestiniens attendent le 30 mai 2010 dans le port de Gaza la

Des bateaux de pêche palestiniens attendent le 30 mai 2010 dans le port de Gaza la "Flotille de la Liberté". (© AFP Mahmud Hams)

La marine israélienne a attaqué lundi matin au moins un des six bateaux transportant des militants pro-palestiniens et de l'aide humanitaire vers la bande de Gaza, soumise à un blocus. Le bilan est incertain. Au moins dix personnes ont été tuées dans l'opération, rapporte une chaîne de télévision israélienne, affirmant que le bilan définitif pourrait être bien plus élevé. Deux personnes ont été tuées et environ 30 blessées, indique un représentant d'une ONG turque impliquée dans l'opération.


Un porte-parole de l'armée israélienne a confirmé lundi que "plus de dix passagers" de la flotille pro-palestinienne qui faisait route vers Gaza avaient été tués lors de l'intervention de commandos israéliens. "Ces affrontements ont fait plusieurs morts et blessés parmi les passagers. Au moins quatre soldats ont été blessés, dont un par balle, et ils ont été transférés vers des hôpitaux israéliens", selon l'armée israélienne.


La flottille internationale, qui transportait 700 militants et sympathisants de la cause palestinienne, dont des parlementaires européens et de l'aide pour Gaza a appareillé dimanche pour le territoire palestinien, au risque d'une confrontation avec la marine israélienne, déterminée à l'intercepter.

"Des centaines de soldats israéliens attaquent la flottille, et le capitaine de notre bateau est grièvement blessé": c'est ce qu'a raconté le correspondant d'al-Jazira à bord d'un des bateaux en route pour Gaza avant l'interruption de la communication.


"Je vous appelle en cachette, des centaines de soldats israéliens ont attaqué la flottille de la liberté et les passagers du bateau à bord duquel je me trouve se comportent avec beaucoup de courage", a affirmé Abbas Nasser dans son dernier appel à la chaîne basée au Qatar.

"Le capitaine de notre bateau est grièvement blessé, et il y a deux autres blessés parmi les passagers", a ajouté le journaliste, avant l'interruption brutale de la communication.

La radio publique israélienne a annoncé lundi matin que la censure militaire avait interdit la diffusion de toute information sur les morts et les blessés transférés vers des hôpitaux en Israël.

Deuil

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a condamné lundi le raid meurtrier israélien contre la flotille internationale en route vers Gaza, le qualifiant de "massacre", et a décrété trois jours de deuil dans les territoires palestiniens.

"Nous considérons qu'il s'agit d'un massacre que nous condamnons", a indiqué M. Abbas dans une déclaration sur la télévision palestinienne, décrétant trois jours de deuil dans l'ensemble des territoires palestiniens.

"Nous prendrons des décisions difficiles ce soir", a-t-il affirmé.

Une réunion de la direction palestinienne sur cette question est prévue lundi à 18H00 locales (15H00 GMT), a-t-on précisé de source officielle palestinienne à Ramallah (Cisjordanie).

Tensions

Le ministre israélien de l'Industrie et du Commerce Binyamin Ben Eliezer a exprimé lundi à la radio militaire ses "regrets pour tous les morts" après l'intervention de commandos israéliens. "Les images ne sont pas sympathiques, je ne peux qu'exprimer mon regret pour tous les morts", a déclaré, dans une première réaction officielle israélienne, M. Ben Eliezer, qui se trouve au Qatar pour une réunion du Forum Economique Mondial (WEF).

"On attendait nos soldats avec des haches et des couteaux et quand en plus quelqu'un tente de vous prendre votre arme, dans ces cas-là on commence à perdre le contrôle de la situation, l'incident commence ainsi et on ne sait pas comment il finit", a-t-il ajouté.


"Je sais que ça va devenir une grosse affaire et j'espère que les Arabes israéliens réagiront de façon raisonnable", a ajouté le ministre, en faisant allusion à de possibles manifestations de la minorité des Arabes israéliens, une communauté qui regroupe 1,2 million de personnes.

Le mouvement islamiste palestinien Hamas a appelé lundi les Arabes et les musulmans à un "soulèvement" devant les ambassades d'Israël après le raid meurtrier.


La Turquie a prévenu Israël de "conséquences irréparables" sur les relations bilatérales, après le raid meurtrier israélien sur la flottille d'aide pro-palestinienne, dont des bateaux turcs, a annoncé le ministère des Affaires étrangères. "Nous condamnons fortement ces pratiques inhumaines d'Israël", a déclaré le ministère dans un communiqué.

"Cet incident déplorable, qui a eu lieu en pleine mer et constitue une violation claire de la loi internationale, peut entraîner des conséquences irréparables sur nos relations bilatérales", ajoute le communiqué.

L'Union européenne a demandé pour sa par une "enquête complète" des autorités israéliennes sur les circonstances de leur raid sur la flottille d'aide pro-palestinienne, a indiqué un porte-parole du chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton.

Blocus

Les bateaux, au nombre de six, selon les organisateurs, qui veulent briser le blocus de la bande de Gaza par Israël, sont partis dimanche en milieu d'après-midi pour leur destination finale, a déclaré à l'AFP Houwayda Arraf, présidente du mouvement Free Gaza.

Dans la soirée, peu après 21H00 (18H00 GMT), trois patrouilleurs lance-missiles de classe Saar israéliens ont quitté le port septentrional de Haïfa pour aller intercepter la flottille. Plusieurs navires de guerre israéliens étaient également déployés au large de la bande de Gaza. "Il s'agit d'une provocation visant à délégitimer Israël", a accusé le vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon.

La marine israélienne avait ré-affirmé son intention d'empêcher, de force si nécessaire, la flottille de s'approcher des côtes de la bande de Gaza, soumise par Israël à un blocus strict --sauf pour les produits de première nécessité-- depuis la prise de contrôle du territoire par le mouvement islamiste Hamas en juin 2007.

10.000 tonnes d'aide


Malgré cette menace d'intervention, Gaza s'était préparé à accueillir la "flottille de la liberté".

Des barques de pêche gazaouies, ornées de drapeaux palestiniens, grecs, irlandais, suédois et turcs --les pays représentés dans la flottille-- avaient pris la mer pour aller à la rencontre du convoi.

Des manifestants ont lâché de dizaines de ballons auxquels étaient attachés des photos d'enfants tués au cours l'offensive israélienne dévastatrice contre la bande de Gaza pendant l'hiver 2008-2009.

L'aide de 10.000 tonnes consiste notamment en 100 maisons préfabriquées, 500 fauteuils roulants électriques ainsi que de l'équipement médical, selon les organisateurs.

Cinq débarquements similaires ont réussi et trois ont échoué depuis la première opération de ce type en août 2008, selon le mouvement Free Gaza, qui n'en avait jamais organisé jusqu'à présent d'une telle ampleur.

Israël, qui a évacué unilatéralement la bande de Gaza en 2005, se réserve le droit d'en contrôler les frontières terrestres, aériennes et maritimes, à l'exclusion de Rafah, dans le sud du territoire, limitrophe de l'Egypte.

(source AFP)

Partager cet article
Repost0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 10:06

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 09:43


 

 Réalisé par Jean-Claude Defossé, et essentiellement basé sur des images d'archives de la RTBF et de la VRT, ce documentaire édifiant nous met en garde contre un parti en quête de respectabilité qui séduit un électorat de plus en plus large...

 A ne jamais oublier !

  Journaliste à la RTBF jusqu'en 2009, Jean-Claude Defossé - Jean-Claude Dubié, de son vrai nom, - a réalisé un documentaire qui peut être visionné ci-dessous en trois parties.

 Le Vlaams Blok a fini par être obligé de faire peau neuve.... Il est donc devenu Vlaams Belang.

 

 

La face cachée du Vlaams Blok (2004) 2de partie© Jean-Claude Defossé

 

 

La face cachée du Vlaams Blok (2004) 3ème partie© Jean-Claude Defossé

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 09:34

Watch live streaming video from insaniyardim at livestream.com

Par Carland - Publié dans : Actualité - Communauté : les anti-capitalistes

Partager cet article
Repost0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 09:24
1142364c81809479fe28e1e4f1e8565c.jpg

1er février 2010

 

Interview de Raphaël Granvaud, auteur du dernier Dossier-noir de Survie « Que fait l’armée française en Afrique ? », paru en octobre 2009 aux éditions Agone.



1) Comment analyses-tu les évolutions de la présence militaire française en Afrique ?


Raphaël Granvaud – Officiellement, depuis la réforme de la coopération militaire de la fin des années 1990, une « nouvelle » doctrine se mettrait progressivement en place, dont les axes principaux sont la recherche d’un mandat de l’ONU pour légitimer les interventions militaires, la multilatéralisation de certaines de ces opérations par associations de partenaires européens, et le dispositif RECAMP (renforcement des capacités africaines de maintien de la paix).

Dans le livre, j’essaye de montrer que non seulement les « vieilles » méthodes n’ont pas disparu (opérations coup de poing pour sauver tel ou tel dictateur ; crimes ou complicité de crime de guerre au Congo-Brazzaville, en Côte d’Ivoire, en Centrafrique ou au Tchad, recours aux mercenaires etc.), mais j’examine dans le détail les opérations qui sont censées illustrer la « nouvelle » doctrine. Les mandats de l’ONU accordés aux interventions au Rwanda en 1994 ou en Côte d’Ivoire plus récemment, ne servent que de paravent aux intérêts français. L’implication des autres pays européens n’est pas un gage de légitimité et est à géométrie variable : forte si les intérêts sont réellement communs (opération Eufor-RDC en 2006, opération Atalante dans le golfe d’Aden depuis un an), et faible s’il ne s’agit que d’interventions françaises déguisées (Eufor-Tchad/RCA) l’année dernière. Quant au dispositif RECAMP, il a surtout servi à recycler la coopération militaire traditionnelle sous une nouvelle étiquette, ou à dissimuler une ingérence par armées africaines interposées. La « nouvelle » politique militaire de la France en Afrique relève du ripolinage, la logique de fond est restée la même.


2) Face aux nouvelles rivalités en Afrique, en particulier de la Chine et des Etats-unis, la France ne va-t-elle pas de fait être obligée de revoir ses ambitions militaires à la baisse ?


Si la Chine est un acteur économique de plus en plus important, il n’en va pas de même au plan militaire pour le moment. Les Etats-unis en revanche sont de plus en plus présents : base militaire officielle à Djibouti et garnisons officieuses dans d’autres pays, création d’un commandement militaire dédié à l’Afrique (Africom), coopération militaire accrue avec des pays traditionnellement encadrés par la France… A ma connaissance, il n’y a eu un réel affrontement indirect entre la France et les Etatsunis qu’au sujet de Mobutu dans l’ex-Zaïre, la France le soutenant militairement jusqu’au bout tandis que les Etats-unis appuyaient les armées rwandaises et ougandaises qui ont précipité sa chute. Il y a aujourd’hui des forces spéciales françaises et américaines dans certains pays comme la Mauritanie ou le Mali, sous couvert de lutte contre le terrorisme, mais leur présence est discrète et je ne sais pas si elles opèrent de manière coordonnée ou non. Je ne sais pas non plus si cette situation va pousser les autorités françaises à accentuer les économies budgétaires en matière de présence militaire, mais rien ne laisse pour l’instant présager une volonté politique de diminuer l’ingérence française en Afrique.


3) Quels sont les véritables enjeux pour la France de se maintenir à tout prix en Afrique plus, par exemple, qu’au Proche-Orient où elle a aussi des intérêts ?


Il faut remonter aux indépendances. Le maintien de l’armée française en Afrique avait des motivations proprement militaires, dans le cadre des stratégies liées à la guerre froide. Mais il s’agissait surtout de perpétuer une politique de domination politique et économique. C’était d’autant plus facile de déstabiliser ou se débarrasser de ceux qui s’y opposaient que c’est la France qui a formé les armées des pays nouvellement indépendants. Au plan politique, cette domination conférait à la France, à l’ONU notamment, le statut d’une grande puissance.

 

Il ne faut pas négliger le poids des considérations idéologiques et la nostalgie coloniale, en particulier dans les Troupes de marine (ex-armée coloniale), dont est encore issue une part importante de la hiérarchie militaire. Au plan économique, il s’agissait d’abord d’assurer l’indépendance énergétique de la France (pétrole, uranium) au meilleur coût. Aujourd’hui, l’Afrique reste encore la poule aux oeufs d’or pour un certain nombre d’entreprises du CAC 40, dont les dirigeants ont des liens étroits avec l’élite politique française et africaine, à commencer par l’actuel président français.

Cela dit, l’impérialisme français diversifie ses implantations militaires, puisqu’une base vient d’être ouverte à Abu Dhabi.


4) Comment expliques-tu le silence voire l’indifférence des médias français et de la société civile face à la politique criminelle de l’armée française en Afrique ?


Il y a à la fois des mécanismes de sous-information et de désinformation. L’information existe la plupart du temps (sans quoi ce livre n’aurait pas pu être écrit !), même si c’est avec retard par rapport à l’événement, mais elle n’est pas toujours relayée sauf par des médias spécialisés ou militants. Il y a également des mécanismes de censure ou d’auto-censure, comme on a pu le constater encore récemment lors des massacres commis par l’armée française contre des civils ivoiriens en novembre 2004.

 

Le fait que les plus gros propriétaires de médias soient liés aux réseaux françafricains n’est évidemment pas étranger au problème. Non seulement l’information pertinente n’existe que je manière éparse, mais elle est en outre noyée dans un flot d’autres informations contradictoires, approximatives ou erronées. Cela tient à la fois à la paresse journalistique, aux clichés racistes sur l’Afrique hérités de la période coloniale, et au travail de dissimulation ou de diversion des services secrets ou du service de communication des armées. C’est ainsi que l’on peut assister en direct à un génocide en 1994 sans strictement rien y comprendre, et surtout pas que les autorités politiques et militaires françaises soutenaient activement les génocidaires…


A lire...

Raphaël Granvaud, Que fait l’armée française en Afrique ?, Agone, octobre 2009, 18€

Raphaël Granvaud, De l’armée coloniale à l’armée néocoloniale (1830-1990), Survie, octobre 2009, en libre téléchargement :
http://survie.org/publications/les-.... coloniale-a-l-armee


* Paru dans Afrique en lutte.

Partager cet article
Repost0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 09:14
Politique lundi 31 mai 2010

Au moins dix passagers de la flottille internationale d'activisites pro-palestiniens qui se dirigeait vers Gaza ont été tués lors d'affrontements avec un commando israélien.


La marine israélienne a attaqué ce lundi matin au moins un des six bateaux transportant des militants pro-palestiniens et de l'aide humanitaire vers la bande de Gaza, soumise à un blocus. Au moins dix personnes ont été tuées dans l'opération, rapporte une chaîne de télévision israélienne, affirmant que le bilan définitif pourrait être bien plus élevé. Deux personnes ont été tuées et environ 30 blessées, confirme un représentant d'une ONG turque impliquée dans l'opération.


« Nos amis sur le bateau nous ont déclaré que deux personnes ont été tuées et environ 30 blessées sur le bateau Mavi Marmara », a déclaré par téléphone Serkan Nergis, de la Fondation pour l'aide humanitaire (IHH), ONG basée à Istanbul. Il a ajouté que les communications avec le navire étaient coupées. Un journaliste de la chaîne pan-arabe Al-Jazira, présent sur le navire turc menant la flottille, a raconté par téléphone que les forces israéliennes avaient tiré sur le bateau, blessant son capitaine. La télévision turque NTV évoque aussi l'abordage du navire et des tirs d'armes ayant fait des victimes.


« Plus que jamais déterminés »


Une centaine de maisons préfabriquées, 500 fauteuils roulants électriques, de l'équipement médical, des médicaments... Les six navires de la « flottille de la liberté » convoyaient quelque 10 000 tonnes de matériels à destination de Gaza. Les bateaux transportaient aussi 700 militants et sympathisants de la cause palestinienne, dont des parlementaires européens.


Organisé par le mouvement Free Gaza, le convoi avait quitté Chypre en milieu d'après-midi, hier. Il avait prévu d'atteindre son but ce matin, sous l'oeil des caméras du monde entier. « Nous sommes plus déterminés que jamais », avait assuré Eliza Ernshire, membre de Free Gaza.

 


Partager cet article
Repost0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 09:09

31 mai 2010 à 07h41 -Le Télégramme


L'intersyndicale CFDT-CGT-FO- SNB-Unsa appelle l'ensemble des salariés du Crédit Mutuel de Bretagne à cesser le travail demain et à se rassembler devant la Direction départementale à Vannes à 10 h. Elle s'oppose notamment au projet de «rémunération liée à la sur-performance».

Partager cet article
Repost0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 09:05

 

30 mai 2010 à 15h03 - Le Télégramme


Aujourd’hui, à l’entrée du salon du livre de Loudéac, les membres de la section Centre-Bretagne de la Ligue des droits de l’homme (LDH) distribuent des tracts. "Il s’agit de faire connaître notre jeune section, créée le 5 décembre, diffuser nos idées et faire connaître nos combats, et avoir un contact direct avec le public", explique sa présidente Michèle Paul.


La culture indépendante du pouvoir local ?


"Nous aurions préféré avoir un stand dans l’enceinte du salon pour y présenter nos publications. Mais l’office municipal culturel (OMC) nous l’a refusé. Car si le salon entend favoriser l’expression d’associations, il s’avère qu’il est organisé par l’office municipal culturel, dont le principal financier est la ville. Nous avons compris que, compte tenu du contexte actuel de plainte de la LDH contre le maire, la décision de ne pas donner une suite favorable à notre demande s’est imposée". Les membres de la section ajoutent : "Nous ne pensions pas qu’à Loudéac, la culture était si dépendante du pouvoir local…".


Des explications… compliquées


La section a ensuite sollicité, auprès de la mairie, un stand au forum des associations. "Dans un premier temps, il nous été a indiqué que cela n’allait sans doute pas être possible car le siège de notre section n’était pas à Loudéac. Évidemment ! Comme celle des Restos du cœur, par exemple, notre section dépend d’une association nationale dont le siège est à Paris. Par ailleurs, d’autres associations dont le siège se trouve dans des communes voisines y sont accueillies. Voyant que cet argument ne tenait pas, le bureau municipal a justifié ainsi son refus par le fait que l’espace dédié au salon était limité, avec des sollicitations croissantes. Les associations y participant en 2009 y sont privilégiées !"


Faut-il un salon "off" ?


"Nous ne comprenons pas. Ou alors, nous comprenons qu’à Loudéac, les associations créées après le forum 2009 ne pourront jamais y participer ? Nous pensions, naïvement, qu’un salon était fait, aussi, pour permettre aux associations de se faire connaître… Faut-il pour cela un salon "off" ?" Les membres de la LDH s’étonnent donc : "Partout ailleurs, en France, les sections de la LDH sont bien accueillies dans les salons du livre et les forums d’associations… Cela signifie-t-il que les droits de l’homme ne sont pas les bienvenus à Loudéac ? Enfin, nous tenons à préciser que nous n’avons distribué notre plaquette de présentation de la section qu’à l’extérieur du salon. Nous avons d’ailleurs été très bien accueillis par le public. Et nous avons veillé à ne pas en troubler le bon déroulement".


Le maire : pas question d’être pris en otage


À son arrivée, vers 11 h, le maire, Gérard Huet a eu une petite explication avec les distributeurs de tracts. Il a déclaré : "Sur ces documents, vous demandez la suppression du ministère de l’immigration. Le salon du livre, n’est pas un salon politique. Pourquoi pas les politiques pendant qu’on y est ? Il est dédié aux échanges culturels et à la littérature. Il n’est pas question d’être pris en otage. Nous veillerons, toujours, à la neutralité du salon du livre et n’accepterons aucune dérive". La présidente de l'OMC, Francine Gentilhomme, quant à elle, n'a pas souhaité faire de commentaires sur cette affaire.

 

Note: Le litige porte sur ce sympathique refus de marrier deux personnes car le maire estimait que c'était un marriage blanc.

Partager cet article
Repost0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 08:55

 

31 mai 2010 à 07h39 - Le Télégramme


Bien décidé à obtenir gain de cause comme son homologue de la baie de Morlaix (29), le collectif regroupant des habitants et plusieurs associations environnementales des Côtes-d'Armor appellent à manifester, une nouvelle fois, le samedi 12 juin, à 15h, devant l'îlot Saint-Michel, afin d'obtenir l'arrêt définitif de l'extraction du maërl.


«Le tribunal administratif de Rennes, saisi par les associations environnementales locales, a rendu, ce mois-ci, un jugement suspendant l'arrêt préfectoral qui autorisait l'extraction du maërl en baie de Morlaix», a rappelé, samedi, lors d'un point presse à Fréhel, Pierre Pelan, le président de l'association Le Nouvel Essor d'Erquy.

De moins en moins de sable sur les plages


«Pourquoi, alors, poursuivre le pompage de maërl à l'îlot Saint-Michel, l'équivalent de 76.000m³ par an et ce, depuis près de 50 ans, à quelques milles de là, une extraction qui génère des dégradations environnementales et des conséquences négatives pour les activités de pêche côtière?», s'est à nouveau interrogé ce dernier. «Nous nous battons depuis septembre2008.

 

Notre première manifestation, deux mois plus tard, avait rassemblé quelque 800 personnes. Notre pétition a d'ores et déjà recueilli près de 4.000 signatures.Et les conseils municipaux des communes concernées (Erquy, Plurien, Fréhel et Plévenon) ont tous pris des délibérations demandant l'arrêt des extractions. Les activités de pompage vont être suspendues du 1er juin jusqu'au 31août. Aussi, faute d'avoir jusqu'ici été entendus par le préfet et le ministre de l'Écologie, le 12 juin prochain, à nouveau, nous allons manifester pour que ces activités de pompage ne reprennent pas le 1er septembre».

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg