Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 09:21

Par LCR-Web le Lundi, 17 Mai 2010


Interview-vidéo avec notre camarade France Arets, enseignante, militante syndicale CGSP, active dans le soutien aux sans-papiers et la lutte contre les centres fermés pour étrangers. France est 2e candidate effective sur la liste du Front des Gauche (LCR, PC , PSL) pour la Chambre à Liège.




Actualité :

11-05-2010 Elections: La liste unitaire «Front des Gauches» est sur l ...
Partager cet article
Repost0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 09:16



État Espagnol : un scénario à la grecque


Diminution de 5% en moyenne du traitement des fonctionnaires, suppression de la revalorisation automatique des retraites, disparition de la prime à la naissance... Non, il ne s'agit pas des mesures antisociales imposées aux travailleurs Grecs mais bien celles qui doivent être administrées par le gouvernement socialiste Zapatero aux travailleurs Espagnols. Après la Grèce, c'est au tour de l'Espagne. Mais c'est le sort réservé à tous les peuples Européens si nous nous laissons faire.


Toujours la crise du capitalisme


Ce qu'on appelle la crise de la dette n'est tout simplement qu'un épisode de plus de la crise du capitalisme qui a débuté il y a presque deux ans aux États Unis (crise des subprimes) : la spéculation financière a plongé l'économie dans une récession sans précédent. S'en sont suivis licenciements et chômage de masse, explosion de la précarité et de la misère. Les gouvernements ont sauvé le système bancaire et financier à coups de centaines de milliards d'euros et de dollars, faisant ainsi exploser dettes et déficits.


Aujourd'hui les spéculateurs, autrement dit les marchés qui avaient été secourus par les gouvernements aux ordres, s'attaquent aux États les plus affaiblis et spéculent sur la dette de ces derniers.


FMI et UE : l'austérité contre les droits sociaux


Approuvé par tous les gouvernements européens, les plans et mesures imposés par le FMI et la Commission européenne vont conduire à de terribles mesures de régression sociale, sans compter que les «solutions» apportées consistent à emprunter pour faire face aux difficultés, autrement dit à s'endetter davantage!


En France, la rigueur s'impose. C'est François Fillon qui l'a annoncée avec, entre autres, la remise en cause de la retraite à 60 ans. Les annonces du ministre du travail, Eric Woerth, sont sans équivoque : par l'augmentation de la durée de cotisations et du report de l'âge légal de départ en retraite, ce sont, une fois de plus, les salariés qui vont payer.


Voilà comment vont agir tous les dirigeants européens : s'attaquer aux droits sociaux afin que l'UE redevienne compétitive face aux États-Unis et aux pays émergents. C'est la logique sans fin du système capitaliste au mépris de la majorité de la population.


Cette crise n'est pas la nôtre


C'est pourquoi il n'est pas question de la payer ! Refuser les plans d'austérité, substituer à la Banque Centrale Européenne un service public bancaire Européen au service des populations, exiger l'annulation des dettes, c'est se battre pour la vraie construction européenne : celle des peuples et des travailleurs pour une Europe Solidaire, Sociale et Ecologique.


L'Europe libérale actuelle n'est pas la nôtre, pas plus celle du repli nationaliste et xénophobe.


Nous n'avons plus de temps à perdre, le moment de la contre-offensive est venu, sur le terrain des mobilisations et de l'alternative à construire, parce qu'une autre Europe est possible.

Partager cet article
Repost0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 09:13



Le prochain rendez-vous se tiendra donc Dimanche prochain, le 23 mai à 18 heures à Run Ar Puñs sur le thème :

Qu’est ce qu’une AMAP ?


Une AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne) est destinée à favoriser l’agriculture paysanne et biologique face à l’agro-industrie.


L’objectif du réseau des AMAP est de construire ensemble une alternative économique pour une agriculture nourricière, respectueuse de l’environnement et de la santé, à taille humaine, selon les 3 axes du développement durable : écologiquement sain, socialement équitable et économiquement viable.

 

L’AMAP se donne notamment une mission d’éducation populaire aboutissant à une démarche citoyenne de réappropriation collective de l’avenir du monde rural et de l’alimentation.


Le principe est de créer un lien direct entre le paysan-producteur et le consommateur. Ensemble, ils définissent la diversité et la quantité des denrées qui peuvent être des légumes et des fruits de saison, des produits laitiers, des œufs, de la viande, du pain… Tout au long de l’année, et ce de manière périodique (par exemple, une fois par semaine), le producteur met les produits frais à disposition des consommateurs.

Avec la présence d’usagers et de producteurs.


www.reseau-amap.org

www.amapreseau-mp.org (réseau AMAP an Midi-Pyrénées)

www.urgenci.net (réseau AMAP et autres initiatives similaires à travers le monde)


Les infos des voisins :


Le repaire là-bas si j'y suis de Berrien qui se réunit à l'Autre Rive organise le dimanche 13 juin, en réponse à l'appel du Conseil National de la Résistance, un pique-nique résistant à Trédudon le moine (commune de Berrien).


Pour en savoir plus : http://autrerive.hautetfort.com .Vous pourrez, en particulier, y trouver le tract que nous avons pondu (le mot n'est pas trop fort) pour cette occasion. A imprimer si vous vous y retrouver un peu et à diffuser largement...


Un nouveau repaire vient de se créer à Douarnenez.


Partager cet article
Repost0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 09:11

Mensonges, manipulations et mauvaise foi :

 

 

Analyse du « Document d’orientation sur la réforme des retraites »

 

 

Le gouvernement vient d’adresser aux syndicats et au patronat son

« Document d’orientation sur la réforme des retraites ».


Il persiste et signe dans son intention d’aggraver encore les conditions de travail des salariés et celles dans lesquelles ils pourront prendre leur retraite. Trois dimensions caractérisent ce projet : le gouvernement ment, il manipule l’opinion et il fait preuve d’une mauvaise foi sans pareille.


Mensonges

 
Le gouvernement affirme que « la véritable cause du déséquilibre de nos régimes de retraites est la démographie ». C’est doublement faux. Le Conseil d’orientation des retraites a indiqué dans son rapport d’avril 2010 que la principale raison de l’aggravation des déficits sociaux était la crise financière : en 2006, donc avant la crise, le déficit de l’ensemble du système de retraite était de 2,2 milliards d’euros ; en 2008, il atteignait 10,9 milliards et il devrait être de 32,2 milliards en 2010.


D’autre part, l’allongement de l’espérance de vie ne devient une catastrophe que si on refuse de mettre en débat la richesse produite, sa nature, son évolution et la manière dont elle est répartie.


Manipulations

 
Le gouvernement affirme s’engager à « écarter toute solution qui baisserait le niveau de vie des Français ou augmenterait le chômage ». Or, prétendre inciter les salariés à travailler plus longtemps, que ce soit en reculant l’âge légal de la retraite ou en augmentant la durée de cotisation, entraîne inéluctablement une baisse du niveau des pensions, malgré tous les serments qui prétendent le contraire. C’est déjà le résultat des contre-réformes de 1993 et de 2003, ce sera le cas avec celle de 2010 si elle est effective.


Alors que le chômage continue d’augmenter, le travail forcé des seniors se substituera à l’emploi des jeunes. Le « travailler plus » des uns se traduira par l’exclusion et la précarité des autres, jeunes, femmes, non diplômés. La reconnaissance de la pénibilité du travail semble se limiter pour le gouvernement aux salariés déjà « cassés » par leur travail, qu’on ne contraindra (peut-être) pas à travailler plus longtemps…


Toute alternative au « travailler plus » est a priori exclue sans possibilité de discussion : toute augmentation des cotisations est interdite. On nous dit que les déficits des régimes de retraite se chiffreront par dizaines de milliards d’euros, voire plus de 100 milliards en 2050 : mais on refuse d’accompagner l’évolution démographique par une augmentation des cotisations au fur et à mesure que la richesse s’accroît. Pourtant la seule application du taux de cotisation patronale aux dividendes distribués comblerait immédiatement tout le déficit actuel de la Caisse nationale d’assurance vieillesse, le régime général de la Sécurité sociale.


Quant à la « contribution supplémentaire de solidarité sur les hauts revenus et les revenus du capital sans restitution au titre du bouclier fiscal », elle restera largement symbolique au regard des sommes nécessaires. Le flou règne sur ces nouveaux financements, mais le choix de reculer l’âge légal de la retraite et/ou de rallonger la durée de cotisation est présenté comme ferme et définitif.


Mauvaise foi

 
Le gouvernement réaffirme l’impératif de solidarité et sa confiance dans le système par répartition. Mais il organise en même temps la baisse inéluctable du niveau des pensions parce que de moins en moins de salariés pourront satisfaire aux nouvelles obligations de travailler plus longtemps. Il ouvre ainsi la voie à tous ceux qui, comme le Medef ou les compagnies d’assurance, veulent élargir le champ des retraites complémentaires par capitalisation auxquelles pourront souscrire les titulaires de hauts revenus ou de hauts salaires. Les inégalités sociales en seront encore aggravées, dans la société et au sein même du salariat.


Loin de consolider la solidarité du système par répartition, le document gouvernemental met au programme des prochaines années une « réforme systémique » pour transformer notre système en un système « par points » ou « par comptes notionnels ». Le Conseil d’orientation des retraites, dans son rapport de janvier, a montré comment une logique individualiste viderait alors de tout son sens le système par répartition. Les pensions seraient calquées sur les contributions personnelles de chaque salarié cotisant : adieu au principe de solidarité qui inspire les fondements de la Sécurité sociale. Alors même que – comme le reconnaît le Conseil d’orientation des retraites – cette réforme systémique n’aurait aucune efficacité face à un choc économique ou démographique.


La logique profonde de la réforme annoncée des retraites n’est donc pas de préserver la solidarité mais au contraire de rassurer les marchés financiers : à l’image de ce qui se passe en Grèce, en Espagne et maintenant partout en Europe, le gouvernement veut montrer sa détermination à faire payer la réduction des déficits publics aux salariés et à la population, en laissant intacts les revenus et le pouvoir de la finance.


L’association Attac, initiatrice, avec la Fondation Copernic, d’un appel pour « Faire entendre les exigences citoyennes sur les retraites » qui se traduit aujourd’hui par de multiples actions de sensibilisation de la population sur l’enjeu des retraites, participera à toutes les initiatives qui seront prises dans les jours et les semaines à venir pour faire échouer le projet du gouvernement.


Attac France

Le 17 mai 2010


Pour en savoir plus :
- http://www.france.attac.org/spip.php?rubrique24
- http://www.exigences-citoyennes-retraites.net/

Partager cet article
Repost0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 09:03

manifestants-hopital-SUD 
(L'illustration est sympa mais n'oublions pas Cfdt, FO, Unsa et CGT!)
mardi 18 mai 2010

Le personnel des établissements de santé de la Mutualité s'est lancé dans un mouvement de grève illimitée, malgré une rencontre dans l'après-midi avec la direction.

Le ras-le-bol des personnels de santé de la Mutualité (2 500 salariés en Morbihan et Finistère) s'exprime depuis quelques semaines. Débrayages, rassemblements, rencontres avec la direction. Mais hier, ils ont haussé le ton.
À l'appel des syndicats CGT, Unsa et FO, ils se sont mis en grève illimitée. La CFDT, quant à elle, invitait ses adhérents à un débrayage de deux heures.

On annonce un taux de 60 % de grévistes à la clinique mutualiste de Lorient, de 30 % au centre de rééducation fonctionnelle de Kerpape. Les salariés des maisons de retraite Lorientine à Lorient, Kerloudan à Ploemeur étaient également dans le mouvement.


Le centre de Kerpape bloqué


Première action de la matinée : le blocage de l'entrée de Kerpape. « Nous ne laissons passer que les ambulances et les produits médicaux, ont expliqué les manifestants. Même la nourriture, nous la bloquons. Il y a du stock pour deux jours. » Lundi, le centre a fonctionné au ralenti, avec une équipe d'astreinte pour garantir la sécurité des patients.


Dans l'après-midi, tous les grévistes, environ 150 personnes, ont convergé vers le siège de la Mutualité, située place Colbert. Et ils ont envahi les lieux. Sur les blouses des infirmières, des aides soignantes, étaient inscrites des phrases telles que « j'aime mon métier, pas mon salaire », ou encore « gagner plus, c'est quand ? »


Le gros des revendications porte sur les rémunérations. « Entre un aide-soignant et un chirurgien, c'est un écart d'un à onze », s'indigne Marc Bacci, délégué CGT à Kerpape. Il stigmatise également l'accroissement des charges de travail, notamment dans les petites maisons de retraites, sans voir les effectifs augmenter.


Dans la salle de réunion du siège, investie par les salariés, ils ont pu dialoguer pendant plus d'une heure avec le directeur général André Beaudic. Ce dernier a rappelé que les salaires se négociaient au niveau national, dans le cadre de la convention collective définie par la fédération des établissements hospitaliers et d'aide à la personne (Fehap).


Il a toutefois précisé le calendrier des discussions pour réviser la dite convention. « Ce qui devrait durer jusqu'au 31 janvier 2011. » Il a également annoncé une revalorisation des salaires les plus bas (ceux des agents) de 2 %. Pas de quoi calmer la grogne des personnels. Ils ont décidé de poursuivre leur mouvement, ce mardi. Avec des actions dans la rue. À partir de 8 h, ils bloqueront le rond-point de la CTRL, vers la clinique mutualiste. Ils souhaitent également interpeller le sous-préfet, le président du conseil régional.

 

Françoise ROSSI.

 
Partager cet article
Repost0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 08:43

manifestants-hopital-SUDet CGT !

 

18 mai 2010 - Le Télégramme


Dénonçant une réorganisation et des pressions «difficiles à vivre», les aides soignant(e) s des services cardiologie et soins intensifs de l'hôpital ont débrayé durant une heure, hier après-midi.


«On a déshabillé Paul pour habiller Jacques. Et ça, on le dénonce». Voilà comment Francis Landouar résume les raisons qui ont poussé les aides-soignant(e) s des services de cardiologie et de l'unité de soins intensifs cardiologiques (Usic) à débrayer de 14h45 à 15h45, hier après-midi. Et le délégué de Sud-Santé de préciser le contenu de la réorganisation que la direction va appliquer d'ici le 31mai : «On va perdre un poste d'aide-soignant (AS) en Usic au profit de la cardio, qui va donc bénéficier de moyens supplémentaires, ce qu'on approuve.

 

Mais on ne veut pas que ça se fasse au détriment des soins intensifs qui vont passer de quatre AS (deux le matin et deux le soir) à trois (un le matin, un en journée qui travaillera durant dix heures et un le soir)», explique Francis Landouar, dont le syndicat est à l'origine du mouvement avec la CGT qui rejette également cette réorganisation. «On ne répond plus à notre mission de service public», ajoute-t-il.

«Vous n'irez pas en vacances...»

«Trop, c'est trop», clame de son côté la vingtaine de personnes à avoir cessé le travail hier. «Jusque-là, tout allait très bien. Mais depuis qu'on manifeste notre mécontentement vis-à-vis de cette réorganisation, on subit des pressions. Psychologiquement, c'est très dur», raconte l'une d'entre elles, qui estime que «ça ne peut pas continuer ainsi». Pendant qu'une autre assure avoir été menacée: «Continuez comme ça et vous n'irez pas en vacances», m'a-t-on dit l'autre jour. «L'activité de l'Usic est imprévisible et spontanée. L'AS a un rôle important dans la gestion de l'urgence. L'Usic serait-elle condamnée à disparaître faute d'activité rentable?», s'interrogent les agents du service dans un courrier qu'ils ont adressé à la direction.

«Aucune baisse des effectifs»


La direction, justement, insiste sur le fait qu'au total, il n'y a eu «aucune baisse d'effectif dans ces deux services». Et Richard Bréban de poursuivre: «Toute réorganisation suscite certaines craintes. On évoluera la situation début septembre». Et s'il admet que «derrière tout ça, il y a des contraintes budgétaires», le directeur de l'hôpital morlaisien ne ferme pas la porte aux négociations: «Je suis ouvert à toute nouvelle proposition».

  • Ronan Tanguy
Partager cet article
Repost0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 08:41

2009_02_06_manif_prof_chercheurs.jpg

18 mai 2010 à 07h47 - Le Télégramme


La FSU du Finistère, qui réunit notamment les syndicats Snes, SNUipp et Snep, appelle les enseignants à participer à un «goûter géant», jeudi, à 17h, devant l'inspection académique à Quimper, afin de défendre les moyens de leur formation.

Partager cet article
Repost0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 08:29

affiche_Temps_modernes_1936_2.jpg


Nous protestons contre la décision des élus de la communauté de Quimper de fermeture des deux salles du cinéma d’art et essai du Chapeau Rouge, transférées au cinéma commercial des Arcades, au profit de l’implantation d’un auditorium de centre des congrès.


C’est l’indépendance du cinéma culturel et artistique ouvert à la population qui est menacée. A l'occasion du transfert du cinéma d’Art et essai aux Arcades, le directeur des Arcades demande 70 000 euros pour le manque à gagner occasionné par la fermeture de salles commerciales, en plus des 70 000 euros octroyés au titre de subvention pour le cinéma d’Art et essai ! Comment peut-on concilier profit et liberté culturelle?


Quant au Centre des congrès, un des projets phares de la Mairie, il accueillerait 300 à 500 congressistes entre 50 et 80 jours par an, mais au profit de qui ? Il est à parier que les principaux bénéficiaires en seront les entrepreneurs de la région qui pèsent déjà bien assez dans les décisions locales...


Les promesses électorales du PS qui s’engageait à la rénovation du Chapeau Rouge, sont une fois de plus bafouées au détriment de la population, de l’accès de toutes et tous à la diversité culturelle et artistique. La Mairie « socialiste » ne tient apparemment ses promesses qu’aux patrons, auxquels il offre d’un côté un centre des congrès et de l’autre la mainmise sur le cinéma.


Nous affirmons notre plein soutien aux cinéphiles et au salariés de Gros plan qui refusent ce transfert qui remet en cause le cinéma indépendant et l’accès de tous à une culture non soumise aux intérêts des industriels. Nous appelons la population quimpéroise à se mobiliser pour le maintien du Chapeau Rouge.

 

Une pétition existe (http://www.gros-plan.org/) et un collectif de cinéphiles ouvert à tous, en défense du maintien du cinéma d’art et essai indépendant, est lancé.  


NPA Kemper

Partager cet article
Repost0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 10:11

 

Partager cet article
Repost0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 09:52

hopital2.jpg

Suite à la convocation de Christian Troadec devant la police judiciaire de Brest (notre édition de mercredi), le Comité de défense de l'hôpital, l'Association des usagers et la CFDT de l'hôpital appellent à soutenir l'élu. Le Comité de défense et de développement se dit ainsi «stupéfait et indigné», par cette convocation.


«Comment admettre que, deux années après que toute une population et les élus du Cob se sont mobilisés pour le maintien des services, la justice s'acharne encore à convoquer les défenseurs de l'hôpital de Carhaix ?».

 

«Nous le savons tous, si le combat était encore à mener, nous le referions tous !», prolonge l'association des usagers. La CFDT de l'hôpital, quant à elle, dénonce «l'acharnement judiciaire contre les défenseurs de l'hôpital. Nous demandons l'abandon des poursuites engagées contre ceux qui se sont mobilisés pour défendre l'hôpital».


Tous trois appellent les défenseurs de l'hôpital à se rassembler le vendredi 21mai, à 10h, devant la PJ, rue Le Guyader, à Brest.


Un service de car est organisé et pris en charge par le Comité de défense et l'Association des usagers. Inscriptions Tél.02.98.93.39.56.


Source : http://letelegramme.com/local/finistere-sud/chateaulin-carhaix/carhaix/hopital-nouveaux-soutiens-pour-christian-troadec-15-05-2010-915544.php

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg