Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 12:48
Par Carte blanche le Mercredi, 05 Mai 2010 PDF Imprimer Envoyer

 

 

Le texte qui suit, dont nous partageons le contenu, est paru comme Carte Blanche dans les journaux « Le Soir » et « La Libre Belgique » le 4/5/2010, il a été rédigé en réaction à l’« Appel à la raison » lancé par le collectif « J Call ». (LCR-Web)


Israël-Palestine: L’obsession démographique est contre la paix


Un groupe de personnalités juives européennes et israéliennes viennent de créer le collectif J Call  (European Jewish Call for reason) et de lancer ce qu’elles nomment un « appel à la raison ».


En tant que juifs européens engagés dans le combat pour une paix juste entre Israéliens et Palestiniens, nous ne pouvons adhérer à cet appel. Voici pourquoi.


Nous savons le prix que les Palestiniens ont payé depuis plus d’un siècle et qu’ils payent encore pour que les juifs soient majoritaires en Palestine-Israël : massacres, expropriations forcées, expulsions, interdictions de retourner chez soi et des regroupements familiaux, destructions de maisons et d’autres biens. Aujourd’hui, six millions de Palestiniens soit près des deux tiers d’entre eux sont des exilés.


J Call veut « la survie d’Israël en tant qu’état juif et démocratique ». Il ne se préoccupe pas de rendre justice aux victimes du nettoyage ethnique de la Palestine. Il ne s’intéresse qu’à la préservation d’une majorité juive dans l’Etat d’Israël pour pouvoir maintenir « démocratiquement » un régime qui fait des Palestiniens israéliens (20 % des citoyens de cet Etat) des citoyens discriminés et qui empêche tout retour des exilés qui le souhaiteraient. Cette conception de la démocratie n’est pas la nôtre.


J Call prône une paix avec le peuple palestinien selon le principe « deux peuples deux états ». L’établissement d’une paix juste impliquera sans doute la création de deux états en Palestine-Israël mais, dans un territoire où les populations palestinienne et juive restent, malgré l’épuration ethnique, inextricablement mêlées, la formule « deux peuples deux états » est lourde de menaces de nouveaux transferts de population. De plus, tout en dénonçant « la poursuite ininterrompue des implantations en Cisjordanie et dans les quartiers arabes de Jérusalem-est », J Call ne définit pas les limites des territoires de ces deux états.


J Call demande que « l’Union européenne comme les Etats-Unis fassent pression sur les deux parties ». Or, depuis 1988, le Conseil National Palestinien accepte le principe du partage de la Palestine selon les frontières internationalement reconnues (soit 78 % pour l’état d’Israël et 22% pour l’état palestinien). Ce collectif estime-t-il qu’il faut « faire pression » sur les représentants palestiniens pour qu’ils acceptent un territoire encore plus petit?


Et pour ce qui concerne les pressions à exercer sur la partie israélienne, on peut légitimement se demander de quoi il s’agit quand on sait que la majorité des initiateurs de l’appel se sont jusqu’ici toujours opposés à la moindre pression extérieure contre l’état d’Israël malgré son non respect systématique des résolutions de l’O.N.U. et ses violations innombrables du droit international.

 

Le fait que l’appel affirme juste après que « la décision ultime appartient au peuple souverain d’Israël » permet d’imaginer l’insignifiance des « pressions » sur Israël que J Call est prêt à soutenir. Cette phrase est, par ailleurs, particulièrement choquante puisqu’elle implique que le sort des territoires occupés et des personnes vivant sous occupation doit être déterminé par les citoyens de la puissance occupante.


Nous pensons quant à nous, que l’Union européenne ne pourra contribuer efficacement à faire cesser la politique de plus en plus raciste et criminelle menée par l’Etat d’Israël à l’égard des Palestiniens qu’en sanctionnant cet état sur le plan économique. Car si l’Union européenne reste un « nain » politique, elle constitue, et de loin, le plus important partenaire économique d’Israël. L’inaction et la complaisance de l’Union européenne face aux innombrables infractions graves au droit international commises depuis si longtemps par l’Etat d’Israël font honte aux citoyens européens que nous sommes.


Premiers signataires (3/5/2010)


Marc Abramowicz, psychothérapeute

Jacques Aghion, professeur émérite de biochimie à l’Université de Liège

Jacques Aron, professeur honoraire et essayiste

Ofra Ben Artzi, Machsom Watch, Jerusalem

Miguelle Benrubi, médecin, Liège

Rudolf Bkouche, professeur émérite (Université de Lille 1)

Jacques Bude, professeur honoraire en psychologie sociale (Université Libre de Bruxelles)

Rosy Chauvier, psychothérapeute

Malou Dowiakowski-Luminet, psychanalyste, sympathisant européen

Fanny Filosof, féministe du mouvement international des "femmes en noir"

Marianne Gassel, psychologue

Pierre Gillis, professeur (Université de Mons)

Victor Ginsburgh, professeur émérite de science économique (Université Libre de Bruxelles)

Louise Gotovitch, inspectrice honoraire de pédagogie

Georges Gumpel, retraité,  partie civile au procès Barbie, membre de l’UJFP-Lyon

Mladen Herzl, humaniste et laïc

Léon Ingber, professeur émérite à l'Université Libre de Bruxelles

Henriette Jungst, directrice de maison de jeunes

Nicole Kahn, retraitée membre UJFP-France

Sabine Kahn, professeur en sciences de l’éducation (Université Libre de Bruxelles)

Catherine Kestelijn, syndicaliste (Bruxelles)

Adeline Liebman, psychothérapeute

Daniel Liebmann, militant LCR (Belgique)

Dr Luminet, professeur honoraire, psychanalyste, sympathisant européen

Cathy Mayer, enseignante

Nicole Mayer, sociologue

Jean-Claude Meyer, membre du bureau national de l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix)

Monique Nagielkopf, traductrice, (Antwerpen - Belgique)

Hamel Puissant, animateur-formateur

Jacob Rajchman, céramiste dentaire et photographe, membre de l’UPJB

Jacques Ravedovitz, psychothérapeute

Elisa Rigo, enseignante

Henri Roanne-Rosenblatt, journaliste

Deborah Rouach, comédienne

Pierre Stambul, professeur (Marseille)

Mathieu Staszewski, coordinateur de stages

Michel Staszewski, professeur d’histoire

Donald Sturbelle, graphiste, co-fondateur du P'tit Ciné

Marka Syfer, assureur, juif éthique

Laurence Taca, économiste, GPOS.

Dominique Ventre, directeur de la formation de Télécom ParisTech., membre de l’UJFP-Paris

Laurent Vogel, directeur du département santé et sécurité de l'Institut Syndical Européen, enseignant à l'ULB

Anne Weisshaupt

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 12:45
Sept tombes musulmanes profanées à Tarascon
Enregistré dans : racisme — 7 mai, 2010 @ 10:06

Sept tombes musulmanes profanées à Tarascon


Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 12:39
la terre

Areva extrait de l’uranium au Nord du Niger, autour des villes d’Arlit et d’Akokan, depuis 40 ans. Greenpeace a pu accéder à certaines zones d’extraction minière en novembre dernier pour prélever des échantillons de sol, d’eau et d’air. La CRIIRAD, laboratoire indépendant; les a ensuite analysés en France. Résultat : la radioactivité dans ces zones habitées et les déchets produits par l’extraction minière sont alarmants, et Areva n’a pas pris toutes les mesures qui s’imposent.

<img src="http://blog-s.greenpeace.fr/uploads/2010/05/rapport-areva-niger.jpg" alt="" title="" width="580" height="326" class="aligncenter size-full wp-image-4127" />

Le résumé du rapport « Abandonnés dans la poussière » est en ligne ici

La version intégrale du rapport en Anglais est disponible ici

Lire l'article et les commentaires
Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 12:36

Un adolescent poly-handicapé expulsé vers le Kosovo (France Info)


Il était accueilli dans un institut d’éducation motrice à Freyming-Merlebach, en Moselle. Mardi matin, il a été expulsé vers son pays d’origine avec toute sa famille, arrivée en France il y a deux ans. Ces Kosovars étaient en situation irrégulière.


L’Association des Paralysés de France dénoncent une expulsion "révoltante" et "inhumaine".


Il était 21 heures, lundi dernier. Le personnel du centre d’éducation motrice voit arriver les forces de l’ordre : 30 gendarmes selon des témoins, 12 selon la préfecture. Munis d’une décision d’expulsion, les militaires vont chercher le jeune handicapé, âgé de 15 ans, dans sa chambre. Ils embarquent ses affaires, ses médicaments et son dossier médical.


"Scandaleux", estime l’Association des paralysés de France. Un jeune Kosovar handicapé expulsé : la réaction de Jean-Marie Barbier, président de l’APF (0’21")


Selon l’APF, l’adolescent souffrirait d’une maladie évolutive nécessitant des soins constants.

La préfecture de Moselle se défend de ne pas avoir tenu compte de l’état de santé du jeune homme : dans un communiqué, elle précise que deux médecins ont autorisé le transport du malade vers l’aéroport puis vers le Kosovo, et qu’un pompier était présent durant le vol.

L’expulsion de cette famille ne choque pas outre mesure le député-maire UMP de Freyming-Merlebach, qui est d’ailleurs également le président de l’association qui gère l’institut médical où était soigné le jeune Kosovar : "on ne peut pas accueillir en France tous les étrangers handicapés", dit-il.


Pierre Lang, le maire de Freyming-Merlebach (0’25")


Hier soir, la préfecture faisait savoir qu’une fois arrivé sur le sol kosovar, le jeune handicapé avait été pris en charge par une équipe médicale. Une information qui ne peut pas être vérifiée, selon l’Association des paralysés de France : depuis mardi matin, elle n’a plus aucun contact avec l’adolescent expulsé.


Elodie Gueguen

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 12:16


Éducation vendredi 07 mai 2010 Ouest France

Kelenn, le centre qui forme à Quimper les professeurs des écoles Diwan, met en place un diplôme master d’enseignement du breton par immersion. Ce diplôme est délivré formellement par l’université de Perpignan sur laquelle s’est appuyé l’Institut supérieur des langues de la République (ISLR). Kelenn participe à l’ISLR avec les centres de formation de quatre autres langues régionales. 12 à 15 étudiants pourraient être formés chaque année à Quimper.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 12:13

samedi 08 mai 2010

La CFDT accuse la direction de la Caisse d'allocations familiales de harcèlement moral. La justice lui donne d'ailleurs raison. Que se passe-t-il au sein de l'organisme social ?

Enquête


Harcèlement moral à la Caf (Caisses d'allocations familiales) ?

C'est ce que dénonce la CFDT. Selon elle, la direction de l'organisme social tourmenterait depuis des années trois salariés en raison de leur appartenance à ce syndicat. Elle ne leur permettrait pas de bénéficier d'avancement au mérite comme les autres agents ; refuserait de leur faire passer des entretiens d'évaluation annuel au cours desquels sont justement discutées les évolutions de carrière ; aurait supprimé le poste d'un de ces salariés...

 

Enfin, « elle a licencié une élue du personnel militante à la CFDT en août dernier », rappelle Hervé Goachet, secrétaire général du syndicat dans le Finistère.

Les motifs de tout ça ? Un jugement des Prud'hommes, qui, saisis par la CFDT en 2004, avait imposé au prestataire d'embaucher deux jeunes gens, selon le syndicat.


Une bataille judiciaire qui n'en finit pas


Depuis 2005, pas moins de seize procédures judiciaires ont été lancées par la Cafou la CFDT : devant les Prud'hommes, la cour d'appel, la Cour de cassation... « À chaque fois, la Caf a été condamnée », insiste Hervé Goachet.


Dernier jugement en date, celui du conseil des Prud'hommes de Quimper le 9 avril, qui a condamné l'organisme social « pour harcèlement moral, discriminations syndicales et manquements à l'obligation de santé de salariés ». Le ministère du travail a également annulé le licenciement de l'élue du personnel le 3 mars dernier.


Las, « la Caf fait systématiquement appel de ces décisions de justice », s'attriste Hervé Goachet. Et la bataille judiciaire n'en finit pas. « Ça devient kafkaïen, absurde ! », soupire Marie Marchalot, militante CFDT spécialisée dans les affaires juridiques.


Des sommes folles perdues en justice


C'est d'autant plus étonnant que cet interminable feuilleton juridique coûte cher. En six ans, la Caf a été condamnée à verser presque 165 000 € à la CFDT et aux trois salariés. « À quoi doit s'ajouter 105 000 € de frais d'avocat, selon Marie Marchalot. Comment une direction peut-elle faire de tels manquements aux droits et dépenser des sommes pareilles - de l'argent public - au détriment des allocataires ? »


Un temps, le syndicat, conforté par les décisions de justice, a espéré que la direction jetterait l'éponge et accepterait de renouer le dialogue. « Mais pas du tout », n'en revient Hervé Goachet.


La CAF campée sur ses positions


De son côté, l'organisme social minimise beaucoup toute cette affaire. Selon la direction, le conflit remonterait au milieu des années 90, quand, « suite à des difficultés de gestion, la CFDT a souhaité voir le directeur en place quitter l'organisme. Ça s'est fait de manière douloureuse. Je pense que nous sommes toujours à pâtir de cet héritage ancien », estime un cadre.


Pas de problème avec les autres syndicats


L'organisme social nie toute forme de harcèlement ou de discrimination syndicale : « L'histoire même de notre institution explique qu'il ne peut pas y avoir de combat antisyndical. Nous sommes un organisme privé chargé d'un service public. Nous fonctionnons avec un conseil d'administration, piloté par une majorité de gestion... justement composée de partenaires sociaux. Et ça se passe très bien avec les autres syndicats, FO et la CGT (syndicat majoritaire). »


Reste les condamnations en justice... « Si actuellement les vents portants nous sont défavorables, cela ne veut pas dire que la Caf a tort », n'en démord pas le même cadre. Un peu fort de CAF ?

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 12:11
Éducation Ouest France

Plus d’une centaine d’élèves de l’école de Kerjestin à Quimper ont participé ce matin à un grand lâcher de ballons. Un geste symbolique afin de montrer leur solidarité avec leurs camarades de la classe d’inclusion scolaire (Clis), qui doit fermer à la rentrée. Mardi, une grande manifestation est organisée à 17 h devant les locaux de l’inspection académique.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 11:54

charlie.jpg

8 mai 2010 Le Télégramme


Le maire PS de Quimper, Bernard Poignant, s'est dit, hier, «furieux» de la participation du PS au «meeting unitaire» de la gauche «pour la défense des retraites» auquel était présent le leader du NPA, Olivier Besancenot. «Moi qui suis un social-démocrate classique, j'ai du mal à admettre cet énorme grand écart» entre l'appel du PS à Dominique Strauss-Kahn, d'un côté, et à la fréquentation du NPA. «Je suis un socialiste fâché. Moi, je n'aime pas être le cul entre deux chaises, je me sens écartelé». (Photo Le Télégramme)

1 réaction 

  • sectaire B. Poignant ?
    Le problème du PS est bien d'avoir le c.. entre 2 chaises sur le sujet et, visiblement ,celui de Mr POIGNANT penche vers la fesse droite.
    C'est difficile pour un socialiste de reconnaitre qu'on ne l'est plus, puisqu'une partie des élites est acquise au capitalisme alors que le militant de base, lui, penche plutôt vers la gauche.
    Ajouté le 08 mai 2010 à 10h58

Note:

 

Il s'agit tout simplement des retraites! Garderons nous, nous simples salariés, la retraite à 60 ans? Bien sûr quand on voit les dirigeants du PS continuer à cumuler avidement des mandats après 60 ans, c'est évident que cela ne les concerne pas!

Et les jeunes? Combien vont-ils toucher s'ils continuent  à commencer à travailler et à cotiser à 30 ans? Imposer les 40, 41, 42 ans, leur donnera forcément une retraite réduite, il n'arriveront pas au bout, à 70, 71 ans? La possiblité de vivre après 90 ans n'y changera rien. D'ailleurs qui touche 2 000 euros de retraite pour payer les maisons de retraite médicalisées ?
Il faut le dire clairement, soutenir le gouvernement et le patronat actuellement mène tout simplement à la réduction importante de ce qu'on appelait "retraite". Il faudra placer de l'argent avec le risque de banqueroute auquel on asiiste tous les jours ou compléter par de la charité, l'aide familiale ou autre.

Encore une fois cela ne concernera pas ceux qui auront réussi à se faire élire car les régimes spéciaux des députés qui vont voter pour les autres, ne sont pas touchés!

Partager cet article
Repost0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 11:30

chiote_a_2_place-24a20.jpg  

Alégorie grecque: en haut les gouvernements européens, les banquiers , les spéculateurs, en bas le peuple grec.

 

La situation a l'air bien différente de ce que les médias français laissent entendre, en tout cas beaucoup plus tendue. 

Pour décryptage :

ANTARSYA = coalition anticapitaliste

SYRIZA = coalition "antilibérale-anticapitaliste", structurée autour d'un courant issu de la crise du PC grec et à laquelle participent aussi des anticapitalistes

KKE = parti communiste grec et PAME son courant syndical

 

Salut ,
J'ai suivi un peu les infos françaises sur la situation ici. C'est assez paradoxal. D'un coté les journalistes français sont capables de s'enflammer en parlant de processus pré-révolutionnaire, et de l'autre ils minimisent les chiffres des manifestations et les violences policières. J'ai entendu sur France 2 des chiffres hallucinants; 30 000 selon la police et 50 000 selon les organisateurs. En réalité les chiffres ici en Grèce c'est 100 000 selon la police et le double sinon.


La manif a été ultra violente. Les flics nous ont attaqué dès le début sans grands motifs, du coup ça a dégénéré... Puis les flics ont découpé le cortège et ont contraint les bouts de manifs de se séparer de parfois plusieurs kilomètres. Dans celle où je me suis retrouvé, les gens ont beaucoup cassé sur le passage. Une annexe de la mairie d'Athènes et une du ministère de l'économie ont été brulées ainsi que des camions de flics et de pompiers et toutes les voitures de luxes trouvées sur le passage.

D'un autre coté les manifestants ont brulé des banques dont une dans laquelle il y a eu trois morts... Apparemment il se dit maintenant, ce qui n'excuse pas la connerie de ceux qui ont foutu le feu et qui ont donc tué ces trois personnes, que le patron de ces trois employés leur a refusé le droit de grève et les a enfermé dans le bâtiment pour ne pas qu'ils partent... Mais je ne pense pas qu'il sera inquiété dans cette affaire.


Pendant et après la manif, les flics ont fait preuve d'une extrême violence. Personnellement j'ai vu pas mal de gens blessés. J'en ai moi même vu bien plus que le chiffre officiel de 8... Les flics ont utilisé énormément de gaz, et on a été chargé des dizaines de fois par les voltigeurs à moto... Ce matin il est encore impossible de savoir le nombre des personnes en garde à vue. On peut noter aussi que tout de suite après la manif, les voltigeurs ont été envoyés à Exarchia, le quartier militant d'Athènes et qu'ils ont saccagé les bars de "gauchistes" et tabassé tout ce qui s'y trouvait. Une camarade a des blessures au bras aprés avoir été jetée dans les bouts de verres dans le bar autogéré de Stéki, qui a été sacagé...

Aprés cette manif je pense qu'il devient clair que le mouvement est loin d'être mort. Donc ça va continuer. Ce sursaut a été créé par l'annonce du deuxième paquet de mesures qui prévoit, entre autres, le passage de la retraite à 67 ans. Il y a maintenant une réélle dynamique. Les syndicats ADEDY et GSEE appellent à des nouvelles manifs aujourd'hui. On verra ce qu'il en est. Mais les bureaucraties ont un peu été débordées. De plus, il faut savoir que certains petits secteurs sont dirigés par des révolutionnaires (les travailleurs du métro, les cuisiniers, les journalistes, les ingénieurs...) ce qu'il ne faut pas minimiser.

Du coté des partis : les positions d’ANTARSYA restent les mêmes que celles exprimées dans la lettre que j’ai envoyé. Il faut absolument continuer le mouvement et tenter de l’étendre, notamment au niveau européen. Ils faut que les révolutionnaires européens s’unissent dans le refus des diktats du FMI et de l’UE.

SYRISA je ne sais pas trop quelles sont leurs positions après la manif d’hier. Dans tous les cas ils sont pour continuer le mouvement. Les organisations révolutionnaires de SYRIZA ne l’ont quittée. Il faut continuer cette unité de lutte.

La surprise vient du KKE. Hier les militants de PAME ont chargé les flics et tentés de rentrer dans le parlement. Bien sur, ils se sont fait sérieusement casser la gueule. D’habitude ils évitent ce genre d’actions gauchistes. Ca prouve que chez eux aussi la base fait pression. Les gens sont révoltés et prêts à tout. C’est la même chose chez eux. En plus, ils avaient des banderoles un peu moins sectaires que d’habitude. Je ne pense pas qu’il est envisageable de faire une manif commune avec eux bientôt, mais en tous cas ils ont montré une volonté de continuer activement le mouvement.

Le plus gros risque vient des syndicats de masse. ADEDY et GSEE, les syndicats du public et du privé, sont officiellement dirigés par des tendances  proches du PASOK, le PS grec au pouvoir. Ca représente énormément de gens. Le risque est qu’ils fassent comme il y a quelques semaines, qu’ils appellent à se calmer peu à peu. J’espère que leur bureaucraties pourront cette fois être totalement dépassées par la colère populaire de leur base…

Voilà, pour le moment les infos ne sont pas forcemment très précises. Je pense que les perspectives seront plus claires ce soir quand tout le monde aura pu se réunir, parce que pour le moment c’est le gros bordel, les cortèges ont été disloqués et on sait pas trop comment ça s’est fini dans certains coins.


Partager cet article
Repost0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 10:59

7 mai 2010 - Le Télégramme


Le comité d'établissement de la fédération ADMR 29, sous procédure de sauvegarde, s'est tenu hier à Saint-Ségal. À l'issue de celui-ci, Yves Derrien, président, s'est dit optimiste avant la présentation du dossier lundi, devant le tribunal de grande instance de Brest.

 

«Nous évoluons dans le bon sens. La fédération a une trésorerie qui permet d'honorer ses dettes. Le constat a été fait par Me Robert, administrateur judiciaire, sur la base des éléments comptables que lui a remis le cabinet Price. Lundi, notre avocat, Me Novel, (qui est aussi celui de l'union nationale, NDLR), demandera une prolongation de la procédure de sauvegarde pour six mois».

Élus du CE: «Le flou total»

Les élus du CE ont, eux, dressé un tableau moins rose de la situation. «À trois jours du 10mai, c'est le flou total. Nous avions même des documents que le président n'avait pas en sa possession. Concernant la restructuration de la fédération, tout ce qui a été préparé en amont l'a été sur des chiffres du cabinet Price, bien plus catastrophiques que ceux communiqués aujourd'hui (3e audit, NDLR).

 

Aujourd'hui aussi, il n'y aurait presque plus d'associations locales en cessation de paiement, contre 28 annoncées précédemment. Hier, nous perdions des millions d'euros, désormais, ce ne serait plus le cas. Mais le plan social, qui ne porte que sur la fédération, lui, est toujours d'actualité. C'est pourquoi cet après-midi, il a été décidé de nommer un avocat pour poursuivre quelqu'un en justice, au besoin».

 

«Pour quel motif?». «Pour entrave à l'information. Nous n'avons pas eu les documents nécessaires pour mener à bien notre mission», ont jugé les élus du comité d'établissement.

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg