Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 09:46

RU8xGdEa-Y6qUVJoS9tY0zl72eJkfbmt4t8yenImKBVaiQDB_Rd1H6kmuBW.jpg



 « Les conflits de territoire, qu’ils soient des conflits d’aménagement, des conflits environnementaux, ou des conflits d’usage, sont en augmentation constante ces dernières années, retardant ou annulant souvent de multiples projets.

 

Plusieurs travaux ont mis en évidence les rapports complexes entre conflit et territoire, mais peu d’entre eux ont tenté de remettre les différents acteurs à égalité dans la prise en compte de leur parole territoriale. Nous chercherons à comprendre la place réelle prise par le territoire dans les discours d’acteurs à l’occasion de conflits de territoire.

 

Le cas du projet d’aéroport de Notre dame des Landes est révélateur des tentatives d’imposer une lecture spatiale par des acteurs dominants. Il nous a semblé intéressant de tenter de décrypter ces discours en confrontant les représentations de l’ensemble des acteurs.

 

La question des échelles de mobilisation et des arguments mobilisés a été étudiée sous l’angle de l’analyse des représentations mentales des acteurs. Nous avons ainsi interrogé plus d’une centaine d’acteurs, ceux que l’on peut qualifier de « profanes » et les « experts » ou décideurs en les positionnant sur le même objet de départ : le territoire du projet.


Pour ce faire, nous avons principalement mobilisé un outil appelé « carte mentale ». Ces travaux montrent par conséquent ces différentes visions et tirent les enseignements d’une des plus importantes mobilisations à l’œuvre contre un projet d’aménagement depuis 50 ans !


Plus globalement, nous posons la question du rôle clé que pourrait jouer une cartographie davantage centrée sur les acteurs que sur les projets dans la compréhension des interactions dont les territoires et les conflits se nourrissent mutuellement. »

 

mercredi 20 février, à 18 heures, faculté Segalen -

Brest Centre, amphi Guilcher avec :

Loïc Avry, géographe, chercheur associé, Université de Rennes 2

Jacques Lescoat, association des géographes de Bretagne.

Partager cet article
Repost0
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 13:55
goutal-copie-1

Deux parlementaires pro-nucléaires relancent le débat sur l’exploitation des gaz de schiste en donnant le coup d’envoi, le 31 janvier, à un rapport visant à évaluer les « alternatives » à la fracturation hydraulique. Un rapport d’étape est annoncé au printemps.


Plutôt discret, l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst) a la faveur des médias depuis que certains parlementaires ont décidé de rouvrir, le 31 janvier, le dossier controversé de l’extraction des gaz de schistes.

 

La commission des affaires économiques du Sénat a en effet demandé à l’Opecst de « conduire une étude » relative aux « techniques alternatives à la fracturation hydraulique pour l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures de schiste ». Il se trouve que le sénateur UMP et président de l’Opecst, Bruno Sido, est également secrétaire de la commission des affaires économiques du Sénat.


Le même président de l’Office parlementaire a nommé deux rapporteurs qui auront la responsabilité de mener à bien un rapport visant à évaluer lesdites « alternatives » à la fracturation hydraulique. Cette lourde tâche a été confiée au sénateur UMP Jean-Claude Lenoir, lui aussi membre de la commission des affaires économiques, et au député socialiste Christian Bataille, grand spécialiste de l’énergie nucléaire, accusé par les mauvaises langues de se faire la voix des lobbies du nucléaire.


Jean-Claude Lenoir et Christian Bataille sont en fait à l’initiative de la saisine par la commission des affaires économiques du Sénat, reconnaît son président, Daniel Raoul, éminent membre de l’Opecst. Et il est nécessaire de préciser ici que ces parlementaires ont en commun d’être membre de groupe d’études de l’énergie (pour ce qui concerne les sénateurs cités) et/ou de travailler à des rapports sur les énergies, avec la particularité de défendre la cause du nucléaire.


Ce petit groupe a donc quelques affinités dans le domaine énergétique. Et semble d’accord pour remettre à l’ordre du jour l’exploitation des gaz de schistes. Daniel Raoul le dit à sa manière : « S’il est en effet hors de question de recourir aux techniques de fracturation hydraulique, il est tout aussi regrettable d’interdire toute réflexion et recherche permettant la mise au point de technologies alternatives, respectueuses de l’environnement », et, cela va de soi, « d’exploiter éventuellement cette ressource » .


Lire la suite
Partager cet article
Repost0
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 13:41

 

*

Comment lutter contre la pollution croissante de l'eau ?


Peut-on boire sans crainte l'eau du robinet ? C'est ce qu''affirme Janez Potocnik, commissaire européen en charge de l'environnement. Mais les scientifiques qui analysent les substances rejetées dans nos eaux se montrent plus réservés. En effet, ils observent chez les poissons et les amphibiens des troubles de la masculinisation, des hypertrophies du foie et des branchies...

 

Chez l'homme, les phénomènes d'allergies et de résistance aux antibiotiques progressent.

 

La biologiste Barbara Demeneix a décelé dans l'eau des molécules perturbant le fonctionnement de la thyroïde. Écotoxicologue, Peter von der Ohe plaide pour une révision des protocoles expérimentaux d'analyse des eaux : selon lui, trop peu de substances sont testées, et sans que les équilibres complexes de la chaîne alimentaire ne soient pris en compte.

 

Résultat : les estimations des seuils de tolérance à ces substances sont trop hauts et le scientifique estime que seules 15% de nos eaux sont propres.

 

Mais dans les pays en voie de développement, la situation est plus dramatique encore : en Inde, où l'industrie pharmaceutique européenne a délocalisé une partie de sa production, le chercheur Joakim Larsson a mesuré des concentrations en antibiotiques un million de fois supérieures à la normale.

 

Maladies chroniques, fausses couches, naissance de nourrissons handicapés se multiplient. Un constat qui invite à se mobiliser : les scientifiques en appellent à la responsabilité des industriels et aux autorités administratives et explorent des solutions pour dépolluer l'eau.

jeudi, 7 février 2013 à 23:05

Rediffusions :


10.02.2013 à 10:50
21.02.2013 à 15:10


Quand la chimie contamine notre eau
(Allemagne, 2012, 52mn) ZDF

Partager cet article
Repost0
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 13:13

afric

Le Niger est encore considéré par le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) comme le pays le plus pauvre du monde.(1)

 

Cette pauvreté est avant tout le fruit d’une impossibilité pour le peuple nigérien d’exprimer sa souveraineté à travers son propre appareil étatique. Pour la France, la question du Niger est très ancienne et date de l’époque coloniale. Dés 1956, des études géologiques révèlent la présence d’importantes mines d’Uranium dans le Sahara, en particulier dans la région du Sahel : au Niger. Le Sahel est la zone de transition entre le désert du Sahara et la savane.


Selon les époques et les auteurs, on considère cette zone de manière indépendante ou comme la marche du Sahara.

 

Fait souvent oublié, en 1957 la France souhaitait parfaire son empire colonial par la création d’un seul Etat du Sahara : L’OCRS (Organisation Commune des Régions Sahariennes). Il s’agissait d’un projet de mise en valeur économique de la région (ou plutôt d’une nationalisation de facto de ses ressources), présenté au Parlement français par Houphouët Boigny. L’OCRS devait centraliser à Paris la gestion économique de 8 territoires distincts de l’Union française (qui se trouvaient donc dépossédés de cette prérogative, mais qui pouvaient espérer en retour des investissements plus nombreux et rationnels).

 

La création de l’OCRS correspondait avec celle d’un ministère du Sahara et d’un Commandement militaire du Sahara :

 

le ministre de la région y cumule ses fonctions avec celles de secrétaire général de l’OCRS. Il s’agit bien, à terme, de créer un Sahara français, Etat autonome au sein de l’Union française. L’OCRS qui comportait le sud de l’Algérie, est dissous à l’indépendance de l’Algérie en 1962.(2) Mais, Le 7 Avril 1961, la France noua avec ses anciennes colonies des “accords de défense” qui lui offrit un accès exclusif aux ressources de l’Afrique, dont l’uranium nigérien. Hamani Diori, alors dirigeant du Niger et de son parti unique, reste au pouvoir pendant près de 14 ans.


Nous sommes en pleine guerre froide et les États-Unis ont besoin d’un allié afin de sous-traiter leurs intérêts en Afrique.

 

La France du Général De Gaulle, prise au milieu des affrontements géopolitiques Est-Ouest, décide de lancer un fin stratagème qui va lui garantir une indépendance énergétique et économique. A cet effet, des réseaux franco-africains sont mis en place, et une incroyable politique officieuse va permettre à la France d’exploiter illégalement les ressources de ses anciennes colonies africaines. Parallèlement, les révolutions communistes en Afrique sont sempiternellement annihilées par les différents dirigeants africains soutenus par la diplomatie française, et cela visiblement au profit des intérêts croisés franco-américains.

 

Lire la suite

Partager cet article
Repost0
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 11:59
Anne Lauvergeon, la patronne d'Areva, avec Christine Lagarde et Muhamed Abdulaye, le ministre de l'énergie nigérien, en mars 2009.
Lauvergeon, Lagarde et Rama Yade.  Nucléaire vendredi 01 février 2013
*

Une cinquantaine de personnes ont manifesté, à 18h, devant la préfecture du Finistère à Quimper, à l’appel de la Fédération antinucléaire Bretagne. L’objectif : dénoncer l’exploitation d’Areva au Niger.

 

*

« Nous nous bâillonnons pour dénoncer le fait qu’Areva assigne en justice l’Observatoire du nucléaire au TGI de Paris, explique un porte-parole.

 

On veut faire taire cet organisme parce qu'il a dénoncé le curieux don d’Areva de 26 millions d’euros au Niger dont la majeure partie affectée à l’achat d’un avion au président. 

 

C'est scandaleux. Par ailleurs, l’extraction de l’uranium ne laisse qu’un héritage empoisonné aux générations futures. »

*

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Quimper.-Une-cinquantaine-de-manifestants-contre-le-nucleaire_40820-2159728------29232-aud_actu.Htm

*

Commentaire: Oui, mais grâce à l'uranium qu'on ne paie pas au Niger en échange d'un avion présidentiel (et on ne dépolluera non plus pas en partant), on peut illuminer la France toutes les nuits, chauffer des immeubles vides, remplir des nappes phréatiques de déchets pour l'éternité. Cà vallait pas le coup?

Partager cet article
Repost0
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 11:02
*
Multimédia et nouvelles technologies samedi 02 février 2013

L’accord signé entre la France et Google sur la rémunération des éditeurs de presse ne serait pas aussi historique que François Hollande veut bien le laisser croire.

 

En effet, s’il y a quelqu’un qui l’emporte dans cette affaire c’est bien Google pour qui la création d’un fonds de 60 millions d’euros représente une goutte d’eau face aux milliards engrangés chaque année. D’autant plus qu’il n’y aura pas de taxe Google ou Link tax, tant redouté par le moteur de recherche.


L’Élysée a beau se réjouir et faire de cet accord un coup de com’ en parlant « d’événement mondial », c’est bien Éric Schmidt qui pouvait avoir le sourire en montant dans l’avion qui le ramenait vers Moutain View et le siège du mastodonte du web en Californie.


En effet, si cet accord prévoit la création d’un fonds de 60 millions d’euros pour la transition numérique, cette somme paraît bien dérisoire face aux revenus dégagés par le géant de l’internet.

 

En France, selon les estimations, Google aurait réalisé en 2011 un chiffre d’affaires compris entre 1,25 et 1,4 milliard d’euros, principalement issu de l’activité régie publicitaire sur internet, mais il n’aurait reversé qu’un peu plus de 5 millions d’euros au titre de l’impôt sur les sociétés.


La Taxe Google au placard


Ces 60 millions d’euros font donc figure de ridicule pécule. Mais, plus encore, la véritable victoire de Google, réside dans la fin de la menace d’une « taxe Google », une link tax que réclamaient les éditeurs de presse et que craignait tant le moteur de recherche car elle ouvrait la porte à des taxes similaires dans tous les autres pays.


Google échappe donc à son cauchemar sans se ruiner. Assurément c’est un événement mondial, mais pas dans le sens élyséen.

*

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Accord-Google.-60-millions-d-euros-biens-derisoires-_6346-2159893-fils-tous_filDMA.Htm

*

Commentaire: Il est srictement interdit de faire payer des impôts aux riches. A part çà, pour le reste, vous pouvez faire la guerre, vous occuper de marier les gens, tiens, construisez aussi des trucs inutiles, çà vous occupera.

Partager cet article
Repost0
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 10:49

*

2 février 2013 

*

À la suite de la mobilisation de 200 agents grévistes lors de l'assemblée départementale du conseil général le jeudi 24 janvier, les représentants syndicaux CGT, CFDT et FO se sont réunis hier à Châteaulin.

*

 Près de 200 employés, venus de tout le département, avaient fait le déplacement. Des grandes revendications se sont dégagées de cette rencontre, à savoir stopper la fermeture des centres d'exploitation des routes, en rouvrir un dans le nord du département et veiller à davantage de stabilité dans l'organisation des services.

 

La mise en place d'un management plus respectueux des agents et le remplacement des départs à la retraite font également partie des revendications. Les représentants syndicaux attendent que Pierre Maille leur propose une date de rencontre pour entamer le dialogue.

*

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/finistere/conseil-general-cinq-revendications-pour-les-syndicats-02-02-2013-1991740.php

Partager cet article
Repost0
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 10:27

sos-taudis-abbe-pierre-mal-logement 31

*

2 février 2013 

*

3,6 millions de personnes en France sont, soit mal logées, soit sans domicile, révèle le dernier rapport de la Fondation Abbé Pierre. Pire : la situation « se dégrade sur tous les fronts », et notamment... en zone rurale.

*

« Les nouvelles sur le front du logement ne sont pas bonnes. Nous assistons à une dégradation sur tous les fronts » , a déclaré, hier, Christophe Robert, délégué général adjoint de la Fondation Abbé Pierre dont le 18 e rapport a été dévoilé .


Loyers : toujours plus d'impayés

Selon la Fondation, 685.000 personnes sont dépourvues de logement personnel en France (dont 133.000 sans domicile fixe) . Mais au total , 3,6 millions sont « non ou mal logées » et plus de cinq millions sont « fragilisées » par la crise du logement. La crise entamée en 2008-2009 continue de produire « des effets particulièrement inquiétants ».

 

Chez les locataires, « les impayés progressent » et de « nouveaux records » d'expulsions ( 113.000 en 2011) ont été atteints . L es familles , si elles s ' adaptent , le font au prix de « toujours plus de renoncements, avec une gymnastique budgétaire qui ne tient plus » , dénonce Christophe Robert. En 2011, plus de six millions de ménages - le plus haut niveau jamais atteint - ont bénéficié d ' une aide au logement .

 

À quelques semaines de la fin de la trêve hivernale, Cécile Duflot , ministre du Logement, a fait valoir deux leviers : d'une part, son projet de garantie universelle pour les loyers impayés et , d'autre part, la circulaire pour empêcher l ' expulsion sans solution de relogement des familles reconnues comme prioritaires Dalo (Droit au logement opposable). Interpellée par une mère de famille qui vit avec ses trois enfants dans une chambre de 9m² et qui sera à la rue dans un mois, la ministre a estimé que l a garantie loyers impayés « sera une bonne réponse à la prévention des expulsions car le meilleur moyen de les éviter , c ' est d ' intervenir dès le premier mois d ' impayé ».

Les grandes villes n'ont pas le monopole

Contrairement aux idées reçues, le mal-logement n'est plus l'apanage de Paris et des grandes villes (lire ci-dessous). L' augmentation des appels de sans domicile fixe au 115 « se manifeste dans des territoires jusqu ' à présent épargnés, y compris dans les zones rurales ». Et l'inconfort concerne près de 4ménages sur 10 dans les grandes villes... à prix bas !

*

Enfin, l' explosion du nombre de familles monoparentales (1,7 million) génère de nouvelles difficultés . Pour atteindre 500.000 logements construits par an, dont 150.000 logements sociaux, comme préconisé dans le Contrat social » signé par le candidat Hollande, « l'É tat devra mettre davantage la main à la poche » , a prévenu la Fondation.

*

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/social-3-6-millions-de-mal-loges-et-ca-s-aggrave-02-02-2013-1991711.php


Partager cet article
Repost0
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 10:23

2 février 2013 à 08h52 

*

 

Le SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire, appelle à une journée de grève le mardi 12 février dans les écoles primaires pour une réforme "réussie pour les élèves et construite avec les enseignants".

*

Le syndicat dénonce notamment les "inégalités" nouvelles que créeraient les rythmes prévus par le ministère, notamment parce que l’heure de sortie de classe de 16h30 "n’est pas obligatoire et que l’organisation des activités péri-éducatives reste à la libre appréciation des élus, tout comme leur gratuité".

*

Il s’inquiète également de ce que les conseils d’écoles n’auraient pas été consultés, et juge "inconcevable d’imposer [aux enseignants] un allongement de leur amplitude de travail à l’école".

*

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/rythmes-scolaires-appel-a-la-greve-le-12-fevrier-dans-le-primaire-02-02-2013-1992599.php

*

Rythmes scolaires. Grève nationale dans le primaire le 12 février

Éducation samedi 02 février 2013

Le principal syndicat du primaire, appelle vendredi sur son site internet à une grève nationale le mardi 12 février. Le SNuipp-FSU réclame un report de la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2014 « pour une vraie réforme réussie ».

 

Syndicats divisés

*

Après le mouvement de grève dans les écoles parisiennes, massivement suivi, place à une journée nationale d’action le 12 février, sur la mise en œuvre de la réforme Peillon sur les rythmes scolaires. « Le décret d’aménagement du temps scolaire », paru le 26 janvier au Journal officiel, « doit être revu, les conseils d’école consultés », demande le SNUipp-FSU.


Ce dernier se distingue d’autres syndicats, minoritaires, qui appellent également à la grève le 12 février avec un autre mot d’ordre, réclamant notamment un abandon du projet de loi sur l’école.


« Cet appel à la grève n’a rien à voir avec celui lancé il y a quelques jours » par d’autres organisations syndicales minoritaires, qui demandent, elles, l’abandon du projet de loi sur l’école, a précisé Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp-FSU.


Pas contre la réforme


Cet appel « est ciblé sur le premier degré, il ne concerne pas une mise en cause de la loi, puisque nous nous félicitons de la priorité à l’école primaire inscrite dans la loi, qui est porteuse d’espoir et de potentialités », a-t-il souligné.


« Par contre, nous appelons à une journée de grève, de manifestations et de rassemblements sur la réforme des rythmes scolaires telle qu’elle s’engage actuellement sur le terrain », a-t-il indiqué.

Il a évoqué le « bricolage qui se dessine aujourd’hui dans ce qui nous remonte du terrain, on est en train de passer de la grande déception à parfois même l’irritation, et donc on demande un report à 2014 ».

*

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Rythmes-scolaires.-Greve-nationale-dans-le-primaire-le-12-fevrier_55257-2159645_actu.Htm

 

Partager cet article
Repost0
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 10:11

*

2 février 2013 à 08h39 

*

Les opposants au projets d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes organisent ce week-end une opération de réinstallation dans la ferme de Bellevue, occupée depuis lundi et qu’un jeune agriculteur s’est engagé à faire revivre en y ramenant, demain dimanche, ses animaux (vaches, moutons, poules).


"Cette occupation la protège de sa démolition et de son démantèlement afin qu'elle garde son potentiel de production en attendant l'arrêt du projet", écrit l’Acipa (Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre-Dame-des-Landes) dans un communiqué.


Le collectif appelle les volontaires à participer, aujourd’hui samedi, à la remise en état du bâtiment pour faciliter cette réinstallation. La ferme de Bellevue est devenue ce dernier jour le nouveau symbole de la résistance à l’aéroport, notamment via une lettre ouverte au président de la République.

  • B.B.

http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/nantes/notre-dame-des-landes-operation-de-reinstallation-dans-une-ferme-ce-week-end-02-02-2013-1992598.php

 

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg