Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 13:05

 



Partager cet article
Repost0
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 12:34

toc-toc

27 avril 2010 - Le Télégramme


Les parents d'élèves du groupe scolaire de Kerjestin ne faiblissent pas dans leur défense de la Clis qui devrait fermer cette année. Hier, ils ont occupé l'école: une situation qui pourrait se prolonger.


«Plus le temps passe et plus il y a de l'appréhension, dit une mère de famille. Mon fils est très angoissé. Pour une maman, c'est déjà difficile d'accepter que son enfant a des difficultés et doit aller en Clis. Nous avons fait ce chemin, nous l'avons accepté et aujourd'hui on nous dit que cette classe va fermer». Les familles sont dans l'incertitude pour la prochaine rentrée. Pour certains enfants, une place dans une autre Clis à Châteauneuf-du-Faou a été évoquée.

 

D'autres s'inquiètent d'un possible retour de leur enfant à celle de Paul-Langevin. Or, celle-ci fonctionnait en tandem avec celle de Kerjestin: les petits là-bas, les grands ici. Ceux qui ont quitté Langevin vivraient donc comme une régression d'y retourner. Si encore ils y avaient une place! L'institutrice de la classe pour l'inclusion scolaire reconnaît le malaise. «Les enfants se demandent ce qu'ils vont devenir l'an prochain. Avec cette fermeture, ils se sentent rejetés une fois de plus. Il est plus difficile de les faire travailler. Le côté positif, c'est le mouvement de solidarité qui s'est créé. Les autres enfants de l'école veulent qu'ils restent. Cela les a rapprochés».

Toujours pas d'explication

Ce lundi matin après les vacances, la détermination est sans faille pour refuser la fermeture. Patrick Chaud, président de l'association des parents d'élèves, organise l'occupation de l'école. Elle est symbolique. Une vingtaine de parents se sont rassemblés dans la cour à l'ouverture de la classe. Les enfants auront le droit à 30' de récré supplémentaire avant de rentrer en classe. Les parents eux vont s'installer dans les locaux administratifs. «Nous attendons toujours de savoir pourquoi on ferme ces Clis alors que les effectifs sont là (lire encadré) et que la Maison départementale des personnes handicapées continue à diriger des enfants vers elles» dit-il.

Incompréhensible


Jean-François Quillien, vice-président de l'Adapei est venu apporter son soutien. «Annoncer dix fermetures de Clis sur trois ans alors que les MDPH continuent à y orienter les enfants est incompréhensible, dit-il. Fermer les classes c'est une perte de savoir-faire, d'expérience d'instituteurs formés. Pour justifier les fermetures, les discours portent sur l'intégration en milieu ordinaire avec un accompagnement d'aide à la vie scolaire (AVS). Il s'agit de personnes qui ne sont pas formées et sont en situation précaire».

 

«Ces fermetures sont juste une façon de récupérer des postes» ajoute Patrick Chaud. Les parents continuent donc à réclamer le gel de toute décision et l'ouverture d'un dialogue avec l'inspection d'académie. Hier, ils ont mis à profit leur occupation des locaux pour appeler les écoles de Plouzané et Brest où une mobilisation identique avait lieu. Ils ont alerté les élus, appelé l'académie ce qui leur a permis de rencontrer l'inspecteur de secteur. «Les parents sont ressortis très déçus de leur rencontre, dit Patrick Chaud. La logique comptable prévaut. Tout le monde campe sur ses positions». L'occupation se poursuivra aujourd'hui, sans doute plus forte.

Partager cet article
Repost0
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 12:30

Les syndicats appellent à la mobilisation

27 avril 2010 à 08h43 - Le Télégramme


«Le 1er mai 2010 doit être dans la lignée des 1ersmai historiques», déclarent les syndicats en apppelant à manifester dans cinq villes du Morbihan.


À l'approche du rendez-vous, les cinq organisations syndicales (CGT, CFDT, FSU, Unsa et Solidaires) qui jouent la carte de l'unité ont décidé de placer la barre très haut. «Nous sommes dans un contexte particulier qui est celui des retraites. Si nous voulons qu'il y ait de véritables négociations et non pas la pseudo-concertation que veut nous imposer le gouvernement, il faut se mobiliser». Farouchement attachés au départ à taux plein dès l'âge de 60 ans, les syndicats craignent que le gouvernement soit tenté de passer en force et profite de la torpeur estivale et de la coupe du monde de football pour faire voter une loi.

Cinq rendez-vous dans le Morbihan


«Tout le monde est concerné. Public et privé, jeune et moins jeunes, actifs et chômeurs doivent dire leur opposition aux suppressions d'emploi; aux conditions de travail qui se dégradent et au pouvoir d'achat qui stagne, voire qui régresse».

 

Pour cette nouvelle journée d'action, cinq rendez-vous sont prévus samedi, à partir de 11h:

Lorient (place Glotin);

Vannes (La Rabine);

Pontivy (La Plaine);

Ploërmel (maison des syndicats) et

Belle-Ile en Mer.

Partager cet article
Repost0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 14:39

 

 

 

 

noname.jpg 

FEST-NOZ de soutien à TREGOR VIDEO
>


>
L'association Trégor-Vidéo, animatrice de la Télévision locale participative du Pays de Trégor-Goëlo TV-Tregor.com,
> diffusée sur le Web, est en période d'observation en vue d'un redressement judiciaire, suite à des difficultés de financement importantes.
>
> Afin d'aider cette association et ses 2 salariés à passer ce cap difficile, un FEST NOZ de SOUTIEN est organisé le Vendredi  30 AVRIL
> à la salle polyvalente de Pleumeur Bodou à 21h, avec l'aide active de bénévoles d'Al Levrig et du Centre Culturel Breton.
>
> De nombreux artistes, musiciens et chanteurs, apporteront leur soutien :
>
> Celtas Bananas (Lycée de Lannion), Tec'haden, Frères Cornic, Ifig et Nanda Troadeg, Bordas-Briand, Peron-Roudil, Castel-Gorju, Da Bep Tu, Kanerien KSL, Le Féon et Co, Kistin, hag all...
>

>
Partager cet article
Repost0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 09:26

palest-01.jpg

De l'aide pour les pêcheurs

26 avril 2010 -Le Télégramme


Le 2e Printemps de la Palestine se déroulera le week-end prochain. À cette occasion, le comité de jumelage avec Rashidiyé lance un appel en faveur des pêcheurs de ce camp.


Le comité de jumelage Douarnenez-Rashidiyé organise son deuxième Printemps de la Palestine le week-end prochain. Cette manifestation a pour volonté de sensibiliser le plus grand nombre aux conditions de vie difficile des habitants du camp de réfugiés palestiniens au sud Liban.

Collecte et récupération

«Nous comptons sur la solidarité des Douarnenistes et sur leur soutien dans la lutte que mènent les habitants de Rashidiyé pour la conquête de leurs droits légitimes», insiste Monique Prévost, membre du comité et de la délégation douarneniste. Comme l'an passé, le Printemps de la Palestine sera l'occasion de s'immerger dans la culture palestinienne et d'en découvrir ses multiples facettes, à travers des films, débats, exposition, jeux, artisanat... Le projet «Empreinte» soutient un atelier de fabrication de sandales dans le camp de Kalendia. Une cinquantaine de paires seront proposées à la vente au prix de 30€. En 2009, les bénéfices de cette journée de solidarité (1.500€) avaient permis l'achat de jeux pour les centres d'accueil pour jeunes enfants. Ce Printemps, il s'agit, entre autre, de collecte et de récupération...

Marin pêcheur, un métier interdit

«Le métier de marin pêcheur figure sur la liste des 70 métiers interdits aux Palestiniens par la loi libanaise, rappelle Monique Prévost. Les pêcheurs de Rashidiyé ne peuvent pas posséder de bateaux et, pour pêcher, ils sont obligés de plonger dans une eau dont la température en hiver est insuffisante pour leur permettre d'exercer leur métier. Pour leur venir en aide, nous lançons une opération de récupération de combinaisons de plongée. Ces combinaisons permettraient aux pêcheurs de travailler dans des conditions moins pénibles et de gagner un peu mieux leur vie».

 

Pratique

 

Les personnes qui le désirent pourront déposer les combinaisons de plongée inutilisées le samedi 1ermai, à la MJC, ou contacter les membres du comité:

 

Jacques Boeuf au 02.98.92.93.59;

Michèle Paret au 02.98.74.12.74;

Monique Prévost au 02.98.74.18.30.

 

Programme:

Vendredi 21h au Club: "L'anniversaire de Leila".

Samedi 1er mai à partir de 14h: MJC vente d'artisana,expo photo, salon de thé, librairie

17h : "In working progress"

18h: conférence "Une parole juive pour les droits palestiniens" avec André Rosevègue de l'Union juive pour la Paix

19h30 : repas palestinien

21h: danses traditionnelles et concert


Partager cet article
Repost0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 09:23

26 avril 2010 -Le Télégramme


L'association du Finistère des parents et amis de personnes handicapées mentales a tenu sa 38e assemblée générale annuelle, samedi, à Gouesnou. «C'est l'occasion de faire toucher du doigt, aux adhérents, une situation difficile», indique André Guéguen, président.

 

«Les financeurs font valoir la crise économique pour justifier leurs positions. Le conseil général se refuse actuellement au soutien de tout projet, faute de lisibilité financière. Aujourd'hui, des personnes handicapées sont à la charge de leurs familles». André Guéguen déplore aussi un désengagement de l'État en la matière. «On se retrouve, par exemple, avec des fermetures de Classes d'inclusion scolaire (Clis). Et ce n'est pas parce qu'il n'y a pas d'orientation dans ces structures puisque les effectifs sont stables».

Déficit maîtrisé

André Guéguen a dénoncé aussi les effets de la mise en place des Agences régionales de santé(ARS). «Il y a déjà des changements de tarifications au niveau de l'accueil dans les structures spécialisées.

 

Nous rejetons la mise en concurrence sur des critères économiques au détriment de la qualité. Nous sommes opposés aussi à l'accueil familial financé par le conseil général si, derrière, il n'y a pas de garantie de contrôle et de suivi. Plus que jamais, la vigilance et l'action s'imposent ». En conclusion, le président s'est satisfait du «déficit raisonnable» qui clôt l'exercice 2009.

 

« Il n'est que de 2.800 € alors que nous accusons un déficit récurrent depuis plusieurs années». Il se satisfait enfin d'une hausse des familles adhérentes à l'Adapei, effaçant les chutes des années passées. «Elles sont aujourd'hui 1.274, soit 63 de plus que l'an dernier. La période d'incertitude qui touche notre secteur d'activité peut l'expliquer. Les gens sont inquiets».

Partager cet article
Repost0
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 09:20

ATT00433

26 avril 2010 - Le Télégramme


L'appel à se rassembler, hier, au Fret, à Crozon, lancé par le mouvement de la paix, n'aura pas généré la mobilisation escomptée: ils n'étaient, en effet, qu'une petite centaine à être venus exprimer leur opposition aux armements nucléaires.

 

En présence de Colin Archer, secrétaire général du bureau international de la paix, les manifestants se sont rendus jusqu'aux grilles d'accès à l'Ile-Longue, avant de se disperser. Au sein du cortège, on retrouvait quelques-uns des neuf Bretons qui, mardi prochain, prendront la direction du siège de l'Onu, à New York, où ils participeront à la conférence de révision du traité de non-prolifération nucléaire.

 

Par ailleurs, un autre rassemblement était, hier, organisé près de la centrale de Brennilis, à l'occasion du 26e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl. A l'invitation des sept associations membres de la commission locale d'information (CLI), près de 200 manifestants ont pris la direction de la centrale avec, en tête de cortège, une «stèle à l'irradié inconnu», une oeuvre originale signée des mains de l'artiste Sylvie Bozoc.

Partager cet article
Repost0
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 17:41

  Alrededordelfuego Castelao

25 avril 2010 - Le Télégramme


Le fest-noz sera-t-il, à l'instar du tango, reconnu comme élément représentatif du patrimoine mondial immatériel de l'Unesco. C'est en tout cas le souhait de Dastum qui va déposer un dossier en ce sens.


Les trésors de l'Humanité de l'Unesco, tout le monde connaît. Il s'agit généralement de sites patrimoniaux remarquables, reflets de civilisations tout aussi remarquables. Ce que l'on sait moins c'est que depuis 2005, l'Unesco a promulgué une convention - ratifiée par les parlementaires français - destinée à préserver les trésors immatériels de l'Humanité dignes d'être transmis de génération en génération: danses, musiques, théâtre mais aussi fêtes et traditions populaires. «Il y a deux ans, j'ai pris connaissance de cette convention très intéressante pour nous», explique Charles Quimbert, directeur de Dastum, organisme qui, depuis des années, collecte en Bretagne les éléments du patrimoine culturel.

Réponse en 2011

En décembre2008, Dastum a organisé deux journées de réflexion autour du patrimoine immatériel qui, souvent, passe au second plan quand les élus doivent faire avancer des dossiers. 200 personnes y avaient participé. Ensuite, un groupe de travail a été constitué pour définir ce qui pourrait être proposé à l'Unesco. Le fest-noz, c'était une évidence, s'est très vite imposé. Depuis, Dastum travaille en lien avec le ministère de laCulture pour la rédaction d'un mémoire qui doit être déposé en juin prochain. Ce document doit prendre en compte la dimension sociale et ethnologique du fest-noz. Il doit expliciter en quoi cette inscription à la convention est importante pour l'avenir de ce phénomène social et musical.

 

L'Unesco devrait se prononcer à la fin du premier semestre 2011. Un autre dossier, concernant les chants à écouter et les complaintes en langue française et gallaise ainsi que les gwerziou (complaintes en breton), devrait être déposé dans la foulée, dans le cadre d'un plan de sauvegarde de ces éléments culturels. Les bénéfices de ces reconnaissances ne seront pas sonnants et trébuchants. «Elles ont surtout pour but de mobiliser une communauté», avance CharlesQuimbert qui reconnaît aussi que l'investissement du ministère de la Culture dans ces démarches n'est pas dénué de sens. Paris soutenant le fest-noz et la gwerz au niveau international comme il l'a fait pour le château de Versailles, c'était inimaginable il y a vingtans.

Le tango, les carnavals...


Les Bretons ne sont pas les seuls à brandir l'étendard de leurs éléments immatériels. Récemment les Corses ont obtenu le classement du Cantu in Paghjella, une forme de chant polyphonique. Parallèlement, les Belges ont eu l'assurance que leur carnaval de Binche et leurs processions de Géants ne tomberaient pas dans les oubliettes du temps. Le tango, lui aussi, a été inscrit à la convention sur proposition des gouvernements argentin et uruguayen. Un autre dossier, porté par les accros de la tauromachie et visant à protéger la corrida, pourrait être confié à l'Unesco. Ce projet a soulevé une tempête de protestations. «Enfoncer une quinzaine d'armes blanches dans le corps d'un animal, est-ce un trésor de l'Humanité», se demandent ses opposants?

 

 

Note: On peut être sceptique! Pour avoir suivi une tentative précédente en faveur de la "gwerz". Ces interminables complaintes remontant pour certaines fort loin, les autres servant de "Voici" et "Paris Match" pour nos ancêtres friants de faits divers sanglants. Les personnes qui filtrent les projets à Paris mettaient leur veto à tout expression d'une autre langue que le français. Mais le fest noz y parle pas! Y a p'têt une chance! Que les corses aient obtenus la validation de leur chant polyphonique n'est pas une preuve, les réformes dont bénéficie la Corse ne sont pas exportées.

 

Autre remarque: toute tradition n'est pas forcément à garder, comme le faisaient remarquer sur une affiche les nationalistes irlandais aux unionistes. On y voyait des gens en cagoule blanche brûler une croix et molester des noirs. Car des gens en chapeau melon molestant des "nègres roux" c'est tous les ans. Ca peut être de la politique nationaliste d'état comme en Espagne: mettre la corrida au niveau du tango c'est une réponse des nationalistes "espagnolistes" aux nationalistes catalans qui refusent qu'on maltraite des taureaux chez eux (contrairement à une minorité du reste des espagnols, animés souvent d'un esprit conservateur et chauvin -y compris la "gauche").

 

Chez nous la reconnaissance du fest noz serait celle d'une "différence laïque" (voire politique) qui ne nous fait plus honte alors que la différence religieuse elle était bienvenue: "Regardez ces braves bretons typiques, leurs beaux pardons, leurs belles chapelles!" (Et leurs cimetierres)  . Mais serait-elle bien accueillie au moment où Besson-Hortefeu  cherchent à mettre la différence à l'index en utilisant le niquab (et non la burqa).

Partager cet article
Repost0
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 10:59

Enregistré dans : USA, anti capitalisme — 24 avril, 2010 @ 12:48

capitalisme,

l'histoire américaine

Partager cet article
Repost0
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 10:41

Par Eros Sana (24 avril 2010)


La priorité avant l’été, ce n’est ni la lutte contre le chômage, ni l’urgence écologique, ni la reconstruction d’une Europe au bord du gouffre, mais le voile intégral porté par quelques centaines de femmes. Un simple fait divers routier vient nous rappeler qu’aucune législation d’exception n’est nécessaire pour faire respecter la loi à celles qui portent la « burqa ».


© Droits réservés


Une jeune femme de 31 ans conduit sa voiture dans les rues de Nantes. Tout de noir vêtu, son corps – à l’exception de ses yeux – est entièrement recouvert d’un voile intégral. Deux membres des forces de l’ordre effectuent un contrôle routier et… la verbalisent. Elle écope d’une amende de vingt-deux euros pour « circulation dans des conditions non aisées », les policiers considérant que son champ de vision est restreint. Cette amende est une excellente chose.


Au surlendemain des élections régionales, l’ensemble de la droite – avec à sa tête un Nicolas Sarkozy affaibli par les résultats de l’UMP, une crise sociale, économique et écologique sans précédent ainsi que des sondages qui frôlent les profondeurs abyssales – choisit d’effectuer un virage encore plus à droite (restons dans la métaphore routière). Ce tête-à-queue vers la droite ultra s’exprime de différentes manières : volonté d’imposer aux forceps une réforme néo-libérale des retraites, retour dans les banlieues de « Sarko simple flic », maintien de la tension sociale suscitée par le débat sur l’identité nationale en faisant feu de tout bois sur le voile intégral.


Islamophobie d’Etat


Le chômage est à l’un de ses plus hauts taux historiques (plus de 10% des actifs). Les procédures de licenciement collectif sont toujours aussi nombreuses. Les enjeux climatiques et énergétiques auxquels la France et l’Europe sont confrontées demeurent d’une urgence impérative. Pendant ce temps, Nicolas Sarkozy, son gouvernement et sa majorité, comme un seul homme, considèrent que la loi qui doit être « adoptée en urgence avant l’été » est une loi sur l’interdiction générale du voile intégral dans tous les lieux publics.


Reconquête de l’électorat du Front National, expression d’une xénophobie et d’une islamophobie d’Etat, cette future loi s’élabore en dépit de l’avis du Conseil d’Etat, de la majeure partie des juristes et des organisations de défense des droits humains.


L’interdiction totale du port la « burqa » - terme employé à tort par les médias et le personnel politique - reviendrait littéralement à interdire à certaines femmes de sortir de chez elles, de marcher dans la rue, de prendre des transports collectifs ou d’aller faire leur marché. Ce qui serait contraire à de nombreux principes et règles de droit qui figurent parmi les plus importants de notre encadrement juridique : la liberté de circulation, d’expression et de conscience, l’égalité des citoyens devant la loi, et la laïcité (neutralité de l’action de l’Etat et de ses représentants). Si la droite préfère piétiner le droit, la constitution ainsi que les conventions internationales signées et ratifiées par la France, c’est pour endiguer, éradiquer un phénomène qui concerne entre trois cents ou deux milles personnes (les chiffres de la police ne sont pas concordants entre eux). Quelle terrible menace !


Le contrôle de police et l’amende de Nantes sont positifs en ce qu’ils invalident clairement les deux principaux prétextes juridiques derrière lesquels se cachent une droite et une partie de la gauche islamophobe : les femmes portant un voile intégral constitueraient un trouble à l’ordre public et le droit actuel comporterait des lacunes pour gérer cette situation au quotidien.


Les musulmans, citoyens à part entière ou citoyens entièrement à part ?


Les policiers qui ont verbalisé cette dame rappellent que rien dans l’état actuel du droit n’empêche un membre des forces de l’ordre de contrôler ou de verbaliser une femme portant un voile intégral qui aurait commis une infraction.


La conductrice a, de son côté, décidé de contester cette amende, avançant qu’elle est fondée sur une discrimination : ses yeux n’étant pas couverts, son champ de vision était dégagé, et ce n’est que parce qu’elle portait un « niqab » qu’elle a été verbalisée. Elle fait usage d’un droit légitime. Il reviendra à la justice de se prononcer sur l’application de l’article 412-6 du Code de la route qui dispose que « tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent ». La pratique et la jurisprudence démontrent que cet article peut être interprété de façon large par les forces de l’ordre. C’est notamment en se fondant sur cet article que les personnes qui conduisent téléphone portable à l’oreille peuvent être verbalisées.


Les musulmanes, même intégralement voilées, sont des citoyennes comme les autres, comptables comme les autres de leurs actes devant les autorités et la loi. Il n’est donc pas besoin de loi d’exception, de « régime exorbitant du droit commun ». Les musulmanes et musulmans de France sont des citoyens à part entière et non pas des citoyens entièrement à part.


L’amende de Nantes est une histoire profondément banale, quotidienne dans l’histoire de la sécurité routière. Elle doit être traitée comme tout autre affaire de ce genre. Il doit en être de même de tous les musulmanes et musulmans de France, qui doivent être traités avec la même « banalité » que toutes les autres personnes qui vivent dans l’Hexagone.


Eros Sana, Zone d’écologie populaire

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg