Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 09:46

 

  goutal-copie-1.jpg

 

Observatoire du nucléaire - http://www.observatoire-du-nucleaire.org 

Communiqué du samedi 2 février 2013

 

- Le procès est finalement fixé au vendredi... 20 décembre 2013 : pratiquement dans un an !

- Ce délais insensé permet à Areva de maintenir la pression sur l'Observatoire du nucléaire

- L'Observatoire maintient toutes les accusations portées contre Areva... et va continuer à agir 

 

L'audience qui s'est tenue hier vendredi 1er février au Tribunal de grande instance de Paris a permis de fixer la date du Procès intenté par Areva à l'encontre de l'Observatoire du nucléaire. Or, la première date disponible pour une audience d'une durée de deux heures était le vendredi... 20 décembre 2013 !

 

Le procès aura donc lieu plus d'un an après la publication (le 9 décembre 2012) du communiqué de l'Observatoire du nucléaire considéré par Areva comme de la "diffamation". L'Observatoire proteste contre le manque de moyens de la justice : le gouvernement devrait s'occuper de ce grave problème au lieu de mettre en place, avec l'argent public, un Fonds d'aide à l'industrie de l'atome.

 

Ce délais totalement insensé - un an ! -  donne un sursis inespéré à Areva et lui permet de maintenir la pression sur l'Observatoire du nucléaire, menacé de disparition du fait du montant des pénalités demandées par Areva.

 

Pour autant, l'Observatoire du nucléaire va continuer inlassablement son action et, concernant l'affaire présente, maintient toutes ses accusations contre Areva, et continue à poser les questions qui dérangent la multinationale atomique :

 

- Areva a-t-elle fait un curieux "don" de 35 millions d'euros au Niger ?

- Ce don sert-il à l'achat d'un avion pour le Président du Niger ?

- S'agit-il d'une "manœuvre relevant de la corruption" ?

- Pourquoi Areva veut-elle la disparition de l'Observatoire du nucléaire ?

- Quels liens avec l'intervention militaire français au Mali ?

- Pourquoi le ministre EELV du Développement aide-t-il Areva ?

 

Pour mémoire, dans un premier temps, Areva a nié l'existence de son curieux "don" (26 millions d'euros plus 9 millions l'an prochain) fait au Niger (cf dépêche AFP du 12 décembre). Puis, face aux pièces mises en ligne par l'Observatoire du nucléaire, Areva a fini par reconnaître l'existence de ce "don"... tout en prétendant qu'il ne fallait rien y voir de compromettant.

 

Pourtant, le compte-rendu confidentiel d'une rencontre entre des dirigeants d'Areva et le chef de cabinet du Président du Niger, révélé par l'Observatoire du nucléaire, permet de constater que Areva, aujourd'hui comme autrefois, dicte ses volontés aux dirigeants du Niger et, pour finir, décide d'accorder un "don", comme un "bienfaiteur" secourant un défavorisé.

 

Cela n'a rien à voir avec une taxe qui aurait été infligée par le Niger à Areva, coupable de s'arroger l'uranium du Niger à bas prix depuis 40 ans. D'ailleurs, une telle taxe se monterait en milliards d'euros et non à 35 millions, une somme qui relève bien plus du "dessous de table".

 

L'Observatoire du nucléaire est une des rares voix qui, tout en dénonçant les agissements ignobles des groupes islamistes, s'élèvent (cf Tribune ) pour estimer que l'intervention militaire française au Mali vise avant tout à sécuriser les mines d'uranium d'Areva au Niger voisin.

  

Enfin, après avoir questionné le ministre EELV du développement, Pascal Canfin, en direct sur France inter le 21 janvier, l'Observatoire du nucléaire reste sidéré par la réponse de cet ancien membre de la "Commission spéciale du Parlement européen sur la criminalité organisée, la corruption et le blanchiment de capitaux", puisqu'il a "justifié" la manoeuvre d'Areva...

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 16:02
logoNPA29

*

La direction de Goodyear a annoncé aujourd'hui sa décision de fermer l'usine d'Amiens ce qui veut dire 1200 salariés de plus jetés à la rue, sans compter les emplois induits.

 

Ce projet a pour objectif de sauvegarder la compétitivité explique la direction. Une fois encore les travailleurs sont sacrifiés sur l'autel de la rentabilité financière et des profits.


Cette nouvelle menace de fermeture s'ajoute à la longue liste des fermetures et des plans sociaux alors qu'il y a déjà plus de 5 millions de chômeurs. Cela fait 5 ans que les salariés de Goodyear se battent contre cette fermeture, en refusant le chantage des patrons qui vise à brader les conditions de travail au nom de la compétitivité.

 

Ils sont partie prenante des mobilisations visant à la coordination des luttes. Aussi l’enjeu est clair : Il y a urgence à mettre un coup d'arrêt à cette politique de liquidation sociale. Il y a urgence à organiser la convergence des luttes de toutes celles et ceux qui se battent contre la fermeture de leur usine ou les plans de licenciements.


Non à la fermeture de l’usine Goodyear d'Amiens ! Interdiction des licenciements !

Partager cet article
Repost0
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 15:33

*

Par Grégoire Souchay (1er février 2013)

*

Encore une. La multinationale Goodyear, à Amiens, s’apprête à fermer son usine de pneus et à licencier les 1 250 ouvriers du site, menaçant 4 000 emplois indirects. Une fermeture de plus, avec son lot de résignation ? Pas tout à fait. Car chez Goodyear, cela fait cinq ans que la fermeture est annoncée. Malgré les pressions de la direction et son manque de considération pour la santé des salariés, pas un licenciement, ni une baisse de salaire. Et ce, grâce à la résistance collective des ouvriers. Pour combien de temps encore ?

 

« On entame notre sixième année de lutte, toujours victorieuse », lance Evelyne Becker, membre du Comité d’entreprise. Dès 2007, cela s’annonçait pourtant plutôt mal pour les Goodyear. Le fabricant états-unien de pneumatiques promet à l’époque l’investissement de 52 millions d’euros dans ses deux usines d’Amiens.

 

Un investissement conditionné à une réorganisation du travail et 400 licenciements. Les salariés se divisent : à l’usine Dunlop, les syndicats et salariés acceptent le passage de cinq à quatre équipes (les « 4X8 »), tandis qu’à Goodyear, la CGT, majoritaire, refuse de signer. Le bras de fer s’engage avec la direction. À cinq reprises, elle va tenter des plans de licenciement. Trois seront suspendus par la justice, les deux autres seront abandonnés suite à la mobilisation ouvrière.


La clef de cette persévérance ? D’abord la CGT, très puissante dans l’usine – 86% aux dernières élections du personnel – et dont la ligne n’a pas bougée d’un iota depuis six ans. « On ne se bat pas pour obtenir plus de fric dans le cadre d’un plan social, on se bat pour obtenir l’annulation du plan social et maintenir nos emplois », explique Mickaël Wamen, l’un des leaders.

*

Lire la suite

Partager cet article
Repost0
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 15:27

 

Ce vendredi 1er février, aura lieu le procès de l’Observatoire du nucléaire, attaqué par Areva devant le Tribunal de Grande Instance de Paris pour diffamation suite à la publication d’informations sur des transactions entre la multinationale et le gouvernement nigérien.


Le Réseau "Sortir du nucléaire" apporte son soutien à l’organisation militante accusée par le mastodonte de l’uranium. Aux abois, la firme est prête à tout pour essayer de blanchir son image catastrophique, prétextant d’une "grave atteinte à l’image, la réputation et l’honneur" [1]. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’elle recours à ce procédé [2].


Quel que soit le verdict, il ne changera rien au fond de l’affaire : la Françafrique et les relations troubles entre les intérêts de Cogema, puis d’Areva, et le pouvoir politique au Niger sont des réalités implacables, qui ont déjà été abondamment documentées [3].

 

Depuis des décennies, Areva fait miroiter la prospérité à un pays qui reste l’un des plus pauvres du monde en lui achetant son uranium à un prix dérisoire tout en procédant à son extraction dans des conditions inacceptables pour les travailleurs. Quand Areva repartira, elle ne laissera derrière elle que des poussières radioactives, des milliers de tonnes de ferrailles contaminées [4]et des nappes phréatiques épuisées et irrémédiablement polluées [5].  

 

Ce n’est pas en essayant d’écraser une organisation militante qu’Areva pourra faire disparaître ces faits.

Partager cet article
Repost0
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 15:22
29 janvier 2013

Le gouvernement a créé officiellement, ce mardi 29 janvier, un fonds de modernisation des PME du nucléaire.

 

Ils visitaient ce matin l’usine Valinox de Montbard, une filiale de Vallourec qui fabrique des tubes pour l’industrie nucléaire.


Comme prévu, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg et la ministre de l’Ecologie Delphine Batho ont signé l’accord permettant la création de Fonds de modernisation des entreprises nucléaires (FMEN). Doté d’une enveloppe de 133 millions d’euros, il investira dans les PME du nucléaire afin de les aider à exporter.

« C’est une filière qui a prévu 110 000 recrutements à l’horizon 2020 », a expliqué au cours d’une conférence de presse Arnaud Montebourg. « C’est quand même une bonne nouvelle pour la France que nous ayons une filière performante, exportatrice, technologiquement très innovante, et qui recrute massivement ».


La ministre de l’Ecologie a, elle, tenu à clarifier la situation. Il n’y aurait aucune contradiction entre ce soutien du gouvernement à la filière nucléaire et la fermeture annoncée de la centrale alsacienne de Fessenheim. « Il y a une orientation très claire (de la politique énergétique), qui est une évolution du mix énergétique, dans lequel le nucléaire continuera d’occuper une part très importante (...), ce qui nécessite que nous gardions une filière industrielle performante et d’excellence », a-t-elle détaillé.


250 000 EMPLOIS DIRECTS


Le nucléaire conserve donc une place de choix dans le mix énergétique français. Et grâce au FMEN, les PME du secteur devraient pouvoir marcher dans les pas internationaux des géants Areva et EDF. Ces deux fleurons de l’industrie française contribuent à ce fonds, tout comme le Fonds stratégique d’investissement (FSI).

Le nucléaire représente « 250 000 emplois dans la filière strictement dédiée au nucléaire, et au total de l’ordre de 450 000 emplois directs et indirects », a plaidé Henri Proglio, PDG d’EDF et vice-président du comité de filière. De plus, c’est « un outil de compétitivité pour le territoire français » et « nombre d’emplois seraient vraisemblablement délocalisés si cette compétitivité était supprimée, de l’ordre de 500 000 emplois », y voyant également « un enjeu considérable pour la France en matière d’exportation ».


« UNE FILIÈRE EN DÉCONFITURE »


Cette aide apportée par le gouvernement est interprétée tout autrement par les antinucléaires, notamment le collecitf « Sortir du nucléaire » qui indique dans un communiqué : « le gouvernement reconnaît que cette filière est en totale déconfiture et n’a d’avenir que si elle est une fois de plus lourdement subventionnée par l’argent public. » « Depuis des décennies, les gouvernements successifs ont prétendu que le nucléaire était une énergie rentable mais, à la vérité, elle n’a fonctionné, hier comme aujourd’hui, qu’avec de lourdes subventions », est-il ajouté dans le communiqué.

Ils s’offrent au passage l’occasion d’égratigner les membres « verts du gouvernement ». « On notera que la présence de prétendus »écologistes« dans ce gouvernement pronucléaire devient de plus en plus absurde et risible. Mme Duflot et M Canfin cautionnent entre autres la mise en service de l’EPR, les projets ITER, Mégajoule et Astrid, les pratiques de corruption d’Areva en Afrique et en particulier au Niger, et désormais la création de ce fonds d’aide à l’industrie nucléaire... »


De son côté, EELV, allié du PS au sein de la majorité gouvernementale, a vu dans la création de ce fonds « une oeillade aux grandes entreprises du nucléaire et à leur lobby, décidément puissant », et appelé le gouvernement à « préférer l’avenir », en finançant les économies d’énergie et en déclenchant « concrètement » la transition énergétique.


* L’Usine nouvelle. Mis à jour le 29 janvier 2013, à 14h59 - Publié le 29 janvier 2013, à 14h29 : http://www.usinenouvelle.com/articl...

 

http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article27728

Partager cet article
Repost0
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 15:13

16186.preview

  Article de Slate : http://bit.ly/T96efP   
« La France se chauffe au soleil allemand »


Rappel Médiapart : http://bit.ly/UvdhPz  
« Electricité: la France n'est pas si compétitive que ça »

Pendant longtemps, les pronucléaires ont raillé les énergies renouvelables, prétendant que leur production serait toujours « négligeable par rapport au nucléaire ».

 

Aujourd'hui, les mêmes atomistes sont fous furieux... du fait d'une production massive et peu chère d'électricité renouvelable !

Venant principalement d'Allemagne, cette électricité bénéficie de mécanismes européens qui la rendent logiquement prioritaire sur les productions issues des centrales thermiques et nucléaires.

 

Les « élites » françaises ont probablement signé ces textes en ricanant, trop persuadées de l'écrasante « supériorité » de l'atome. « Les premières unités de production appelées sont celles qui fabriquent de l'électricité dite « fatale », c'est à- dire perdue si elle n'est pas utilisée à un instant donné (puisque l'électricité ne se stocke pas en grande quantité). Il s'agit d'électricité renouvelable (hydraulique au fil de l'eau, éolienne et solaire) qui passe devant le nucléaire »

Résultat : de plus en plus souvent, EDF doit arrêter des centrales nucléaires pour se fournir en électricité renouvelable.

 

Et impossible de protester : cette électricité est la plupart du temps moins chère que l'électricité atomique ! Les nucléocrates se gardent bien de faire connaître ces données à nos amis Delphine (Batho) et Arnaud (Montebourg), et ces derniers, pour rester ministres, évitent soigneusement de se renseigner.

C'est la « jurisprudence Canfin » : auparavant membre de la Commission spéciale du Parlement européen sur la criminalité organisée, la corruption et le blanchiment de capitaux, ce cher Pascal, désormais ministre et désireux de le rester, ne voit désormais aucun inconvénient à ce que Areva fasse de curieux versements au profit du Président du Niger...

 

Source: Observatoire du Nucléaire

Partager cet article
Repost0
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 14:13

OnclePicsou76_04032007.jpg

Dépêche AFP : http://bit.ly/UxnZoi

 
« Areva évalue à 4 mds le démantèlement d'une usine de La Hague »

Areva évalue le coût du démantèlement d'une ancienne usine de retraitement de déchets nucléaires de La Hague à 4 milliards d'euros sur 25 ans. Attention, il s'agit bien d'une seule des différentes usines de ce complexe géant qui défigure cette si belle région.

En 2010, la facture n'était officiellement « que » de 2,5 milliards mais, sans scrupule, Areva ose « Nous n'avons pas revu à la hausse notre évaluation ». De toute façon, 2 ou 4 milliards, c'est la même chose comparé... à la facture réelle (qui ne sera connue que dans longtemps), sans parler du démantèlement de tout le site !

Tels de véritables terroristes, les nucléocrates ont lâchement piégé l'avenir, avec des factures incommensurables, des contaminations impossibles à contenir, des maladies inévitables. Explosion garantie... pour nos enfants.

 

Source: Observatoire du Nucléaire

Partager cet article
Repost0
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 13:55

 

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 13:28

 

FMR-STIK1MODIF.jpg

*

Économie vendredi 01 février 2013
*

Le directeur des sites lorrains d’Acelor Mittal, Henri-Pierre Orsoni, est retenu par des syndicalistes lors d’une réunion du comité de suivi Mittal/gouvernement, à Metz.

*

Selon la rédaction de France 3 Lorraine, des syndicalistes du site de Florange se seraient invités à la réunion vers 11 h 30 et affirmeraient de pas laisser partir Henri-Pierre Orsoni « tant que ce dernier n’apportera pas de réponses concrètes notamment sur le devenir de la filiale GEPOR Florange qui emploie 130 personnes. »

*

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Arcelor-Mittal.-Des-syndicalistes-retiennent-le-directeur-lors-d-une-reunion_6346-2159562-fils-tous_filDMA.Htm

Partager cet article
Repost0
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 13:16

Bougie3

*

30 janvier 2013 à 07h50

*

Sortir du Nucléaire Cornouaille, qui ferraille depuis des années contre Areva afin que soit décontaminées les mines d’uranium bretonnes fermées depuis 1987, se penche maintenant sur les activités du groupe industriel français au Niger.

 

Deux sites d'extraction d'uranium sont exploités depuis 1970 par Areva dans ce pays. C’est l’annonce de l’ouverture d’une troisième mine nigérienne, en 2016, qui a fini d’envenimer leurs relations.


Début décembre, l’Observatoire du Nucléaire a dénoncé "le curieux don de 35 M d'euros" d’Areva à Mahamadou Issoufou, président du Niger, qui est candidat à sa réélection en 2015. L’industriel a assigné en justice l’Observatoire du Nucléaire pour diffamation.


L’audience est fixée à vendredi prochain, devant le TGI de Paris.


La Fédération Anti-Nucléaire de Bretagne appelle "tous les citoyens épris de transparence et de démocratie à exprimer leur solidarité en se rassemblant, baîllonnés, devant les préfectures et sous-préfectures de Bretagne, ce même vendredi, à 18 h".

*

http://quimper.letelegramme.com/local/finistere-sud/quimper/ville/quimper-rassemblement-contre-areva-vendredi-29-01-2013-1988009.php

 


Rassemblements à : Vannes, Nantes, Pontivy, St-Malo, Châteaubriant, Quimper...

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg