Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 11:04

580594_colmar.jpg

24 avril 2010 Le Télégramme


À quelques jours de la conférence d'examen du traité de non-prolifération nucléaire (à partir du 29 avril au siège de l'ONU à New York), une manifestation, emmenée par le Mouvement de la paix sera organisée demain, dès 12h, au port du Fret (face à l'Ile-Longue), à Crozon.

 

Plus de 300 participants sont attendus. La journée s'articulera autour d'un pique-nique musical avant que Colin Archer, président du bureau international de la paix, n'anime un débat.

 

En parallèle de cette manifestation, un autre rassemblement (pique-nique et marche) se tiendra à Brennilis, à partir de12h(près du camping municipal).

 

Organisé par le réseau Sortir du nucléaire, le rendez-vous s'inscrit dans le cadre du «Tchernobyl Day», journée internationale de mobilisation marquant le 24eanniversaire de la catastrophe (survenue le26avril 1986). Vers 14h, une stèle de l'irradié inconnu sera dévoilée.

Repost 0
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 10:49

 

Repost 0
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 10:41

1ermailes38parGrandjouan.jpg

 

Rendez vous:


Brest 10h30 Place de la Liberté

Morlaix 10h30 Place de la Mairie

Quimper 10h30 Place de la Résistance

Quimperlé 10h30 Place du Coat Ker


à l'Appel de CFDT CGT FSU UNSA SUD Solidaires

Repost 0
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 10:04
a_bas_la_calotte.png
21 avril 2010

Chat sur LeMonde.fr avec Christian Terras, directeur de rédaction de la revue « Golias ».



Gilbert T. : Pourquoi l’Eglise a-t-elle voulu étouffer ces scandales plutôt que de chercher à éloigner, et donc renvoyer, les responsables de ces actes ?


Christian Terras : Parce que l’Eglise a cherché d’abord à protéger son image et l’image d’une institution infaillible. Et donc une Eglise qui n’a pas de comptes à rendre à la société par rapport à ses prêtres déviants. Puisque l’Eglise possède aussi sa propre justice interne. Une dérive qui fonde l’Eglise à s’autoriser à être au-dessus de la loi des hommes et de la justice civile.


Guest : L’Eglise me semble être une institution difficilement réformable. Une évolution profonde prendra du temps. Mais des gens souffrent en ce moment du comportement de certains prêtres. Alors que faire concrètement dès aujourd’hui pour protéger nos enfants ?


Christian Terras : Le constat est évident : il y a une coupure entre la tête de l’Eglise et sa base. La difficulté à réformer l’Eglise est liée à sa sacralisation et au pouvoir clérical incarné par le type de ministère ecclésial qui a cours dans cette institution. Comme être catholique n’est pas être nécessairement être d’accord sur tous les points avec la hiérarchie, il convient aux communautés chrétiennes de repenser autrement le ministère ordonné et, déjà sur le terrain, de travailler à un autre visage de l’Eglise en prenant des initiatives qui permettraient à moyen terme d’opérer la réforme nécessaire de cette institution.


Joel : Est-ce que cela veut dire concrètement que les prêtres doivent avoir une autre formation en plus de la théologie ?


Christian Terras : Il est évident que la formation actuelle des prêtres ne prend pas en compte suffisamment la question de leur équilibre psycho-affectif. Mais il s’agit, au-delà de cette question, de repenser autrement le ministère ordonné avec la levée de cette loi inhumaine du célibat, qui pourrait constituer déjà un premier pas pour opérer la refonte du système ecclésial.


Michel : Pour Jean-Blaise Fellay, le problème de la pédophilie est davantage lié à une culture puritaine propre aux pays anglo-saxons qu’à la morale rigoriste de l’Eglise catholique. « J’observe que ces cas d’abus sexuels concernent pour l’essentiel les Etats-Unis, l’Irlande et des pays du nord de l’Europe où prédomine un certain puritanisme », dit-il.


Christian Terras : Je pense que ce n’est pas suffisant comme explication du phénomène des scandales pédophiles dans l’Eglise, dans le sens où l’opinion publique catholique dans les pays anglo-saxons et germanophones est beaucoup plus organisée que dans les pays de culture latine, et donc intériorise beaucoup moins la sacralisation du système catholique et ecclésiastique. La pédophilie des prêtres concerne d’autres Eglises que l’aire anglo-saxonne, mais ces problèmes ne sortent pas du périmètre de l’Eglise catholique en raison de cette culture d’intériorisation d’un modèle qui a encore barre sur les consciences.


André : Le pape porte-t-il une responsabilité ou n’est-ce pas plutôt ses conseillers qui l’empêchent de prendre les bonnes décisions ?


Christian Terras : Non. Avant d’être pape, Joseph Ratzinger était responsable de la congrégation pour la doctrine de la foi, donc chargé des sanctions disciplinaires à l’encontre des prêtres pédophiles. Or, trop souvent, il n’a pas agi et ce, malgré l’insistance souvent de nombre d’évêques en proie à ces difficultés dans leur diocèse.


Lorsqu’il prendra conscience du séisme que représente ce problème pour l’Eglise au début de l’année 2000, il n’opérera qu’une centralisation des dossiers, se gardant de préconiser une collaboration de l’institution catholique avec les juridictions civiles des pays concernés qui demandaient alors l’aide du Vatican pour instruire les dossiers de prêtres pédophiles.

Joseph Ratzinger devenu Benoît XVI n’a pas eu besoin du parasitage de conseillers pour ne pas prendre les décisions qui s’imposaient.


André : Est-ce que l’institution n’a pas confisqué la religion ?


Christian Terras : L’institution catholique, notamment dans cette affaire de gestion des prêtres pédophiles, a trahi les valeurs de l’Evangile en considérant que la défense de ses intérêts institutionnels était plus importante que la protection des victimes et leur droit à demander réparation. Mais il s’agit là d’un des cas où l’institution catholique a instrumentalisé la foi chrétienne au nom de la raison d’Eglise, qui fonctionne alors comme la raison d’Etat.


juliette : Le fait d’avoir reçu des victimes annonce-t-il un changement de politique ou est-ce une operation de communication ?


Christian Terras : Le pape est profondément affecté par la question des prêtres pédophiles. Sa stratégie de défense depuis quatre mois, complètement hallucinante et suicidaire, l’a amené effectivement à faire un geste symbolique en recevant quelques victimes de prêtres pédophiles de Malte.


Le pape se serait grandi d’entrée de jeu, à savoir dès le mois de janvier, à recevoir solennellement au Vatican les organisations d’enfants et de parents victimes, réception au cours de laquelle il aurait pu passer un pacte ecclésial d’engagement en trois points :


1) tolérance zéro pour les prêtres pédophiles dans l’Eglise ;

2) collaboration de l’Eglise avec les justices des pays concernés ;

3) sanction immédiate en destituant de sa charge ecclésiastique le prêtre pédophile une fois l’enquête établie sur la vérification de sa pédophilie.

Son geste à Malte est à mettre à son crédit, mais malheureusement, il intervient beaucoup trop tard au regard du discrédit dans lequel le pape et l’Eglise catholique se sont fourvoyés à cause d’une stratégie défensive inopérante, voire arrogante.


André : Le pape doit-il, et peut-il démissionner ?

Gribouille : Une scission de l’Eglise catholique est-elle envisageable ?


Christian Terras : Le pape ne démissionnera pas, car ce n’est pas la conviction du ministère pontifical qui est la sienne. Il entend aller jusqu’au bout de sa mission quels que soient les problèmes qu’il rencontre. Il l’a d’ailleurs signifié lors du dimanche des Rameaux, en déclarant que l’Eglise n’avait que faire des jacasseries de l’opinion publique. Il montrait par là sa détermination à poursuivre sa mission quelles qu’en soient les embûches. Le problème est que, par une telle approche de l’opinion publique, méprisante, alors qu’il s’agit d’une opinion publique catholique essentiellement, le pape est en train de provoquer un schisme rampant entre lui et le peuple de Dieu.


Les catholiques partent sur la pointe des pieds aujourd’hui, ils ne feront pas le chantage au schisme comme les intégristes catholiques l’ont fait en 1988 ; il n’empêche qu’ils ne se reconnaissent plus dans cette Eglise de Benoît XVI et qu’ils désertent aujourd’hui nombre de paroisses et de mouvements catholiques, ainsi qu’on peut l’observer tout particulièrement en Allemagne, en Autriche, aux Etats-Unis et en Irlande.


florence : Si Joseph Ratzinger est pape, c’est qu’il a été élu, que l’Eglise catholique l’a choisi. Est-ce qu’il n’y a pas plus globalement un problème de « renouvellement du personnel » à la tête de l’institution ? Beaucoup de personnes au sein de l’Eglise sont plus progressistes, ou tout simplement plus en phase avec leur époque, mais il semble qu’elles ne participent pas à la voix officielle... Est-ce que le moment n’est pas venu d’une réforme de la structure de l’Eglise catholique ?


Christian Terras : Le pape a été élu en 2005 par des cardinaux qui avaient peur de l’avenir à la suite de la mort d’un pape charismatique qui cachait nombre de problèmes auxquels l’Eglise devait se confronter. Sa communication l’emportait sur le fond.


Joseph Ratzinger a été élu par un conclave qui avait peur aussi de l’évolution du monde, et ils ont considéré que Joseph Ratzinger était le candidat le plus rassurant pour mener à bien cette transition et cette succession au pape polonais. Il est bien évident que le programme de restauration conservatrice à partir duquel a été élu Benoît XVI ne correspond en rien à l’aspiration de nombreux fidèles à la base de l’Eglise qui aujourd’hui ne se reconnaissent pas dans cette vision identitaire et stigmatisante du monde moderne.

Il est clair que l’Eglise catholique ne sortira de cette stratégie restauratrice qu’à la faveur d’une refonte complète de son système, de son fonctionnement et de son architecture doctrinale et théologique. Il ne s’agit pas d’une simple réforme à opérer, comme le concile Vatican II l’a fait dans les années 1960, il s’agit bien d’une remise à plat complète d’un système et d’un fonctionnement qui font la preuve de leur faillite tous les jours.


Joel : La réforme idéale de l’Eglise, cela ressemblerait à quoi ?


Christian Terras : Un des premiers points quant à la réforme de l’Eglise est de sortir d’un système de monarchie absolue de droit divin dans lequel l’Eglise fonctionne depuis des siècles.


La culture démocratique doit prochainement transpirer dans toutes les structures de l’institution catholique, que ce soit au niveau du sommet, des institutions intermédiaires ou de la base. Il n’est pas normal, en effet, que le peuple de Dieu, qui représente plus d’un milliard de fidèles, n’ait jamais voix au chapitre dans les décisions qui sont prises dans cette institution, et qu’il ne soit entendu que sur des bases consultatives, et non opérationnelles et décisives.


Deuxième point : décléricaliser le système catholique en proposant une autre conception de l’appel au ministère, plus communautaire et au sein d’un engagement plus humain. Bref, repenser autrement le ministère ordonné lui-même, en levant notamment la loi du célibat ecclésiastique, permettrait une refonte en profondeur de l’Eglise catholique, même si cette mesure ne suffirait pas en elle-même.

Troisième point : il faudrait pour l’Eglise, aussi, dans le contexte de notre XXIe siècle, repenser radicalement sa proposition de foi dans le cadre d’une architecture théologique et éthique qui tournerait le dos à son architecture actuelle dogma-disciplinaire.


Kévin : Une réforme de l’Eglise ne risquerait-elle pas de diviser davantage les fidèles, et de ternir davantage son image ?

Nicolas : Si on réforme trop l’Eglise ne va-t-on pas faire peur aux fidèles et les abandonner aux évangélistes et autres mouvements ?


Christian Terras : Je crois que c’est le contraire : ne pas réformer l’Eglise catholique aujourd’hui, c’est consommer une coupure de plus en plus forte entre le pape et les responsables de l’Eglise et leur base. Retarder cette réforme fait que l’Eglise catholique risque d’entrer dans une logique de sectarisation en devenant le refuge de catholiques intégristes, minoritaires certes, mais très agissants en termes de groupe de pression. Et la question qui se pose alors aujourd’hui est de savoir jusqu’où les choses pourront ensuite être rattrapées si l’on continue dans cette politique de restauration identitaire conservatrice.


La condamnation de la théologie de la libération en Amérique latine par ce même pape alors qu’il était à la congrégation pour la doctrine de la foi dans les années 1980 a provoqué un désastre à la base de l’Eglise, puisque des millions de catholiques sont partis vers les Eglises évangélistes, voire des sectes chrétiennes synchrétistes.


Cet exemple pour montrer qu’envisager une réforme en profondeur de l’Eglise, loin de diviser les fidèles, serait au contraire une chance pour l’Eglise de retrouver sa crédibilité et de retisser des liens aujourd’hui distendus avec le peuple de Dieu qui ne se reconnaît plus dans ce type d’Eglise.


juliette : D’accord, mais qui peut mener une telle réforme ?


Christian Terras : Pour qu’une réforme de ce type ait lieu dans l’Eglise catholique, il faut une opinion publique à l’intérieur de l’Eglise qui fasse davantage entendre sa voix quant au chemin à prendre pour réaliser une telle perspective.


Mais dans le système catholique, cette opinion publique active, dynamique, créatrice devra rencontrer à moyen terme un successeur à Benoît XVI qui sera à l’écoute de telles perspectives. Sinon, l’Eglise catholique manquera un tournant fondamental à la fois dans son existence, qui sera mise à mal, et dans la transmission du message évangélique, qui sera alors instrumentalisée par un système qui n’aura de chrétien que le nom.



* LEMONDE.FR | 21.04.10 |

Repost 0
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 09:55
ange-gardien5

 

Nous ne nous laisserons plus insulter par le Vatican !

Rassemblement le 24 avril 2010 à 11 h devant le 2 rue Le Nôtre à Strasbourg


Le cardinal Tarcisio Bertone, n° 2 du Vatican, a déclaré que les cas de pédophilie constatés au sein de l’Église catholique sont le fait de prêtres homosexuels.


Il ne s’agit pas d’un dérapage, mais d’une stratégie de communication délibérée : en septembre 2009, l’archevêque Silvano Tomasi a dit exactement la même chose.


Ainsi le Vatican continue en toute impunité de colporter l’amalgame obscène entre viols d’enfants et homosexualité, vecteur bien connu de haine homophobe, dans l’espoir de faire porter la responsabilité de ses actes (et de ses silence et protection) sur les homosexuels.


D’une pierre deux coups : il se dédouane ainsi de ses crimes et renouvelle une fois encore sa déclaration de guerre à l’encontre des homosexuels.

Nous ne sommes pas des violeurs d’enfants : nos partenaires sont consentantEs.


Nous, trans’, pédés et gouines de Strasbourg, dénonçons avec fureur ce discours homophobe de la part de cette institution qui n’est que haine et crime.


Nous appelons, à l’instar de l’ILGA World [1], à nous retrouver samedi 24 avril 2010 à 11 h devant la Mission permanente du Saint-Siège auprès du Conseil de l’Europe, au 2 rue Le Nôtre (près du Conseil de l’Europe), à Strasbourg.

Nous ne serons pas les cache-sexe des scandales sexuels qui engagent le Vatican.


Nous ne nous laisserons pas insulter plus longtemps.


Premiers signataires de l’appel :


TaPaGeS, Support Transgenre Strasbourg, Over the Rainbow, Les Poupées en pantalon


TaPaGeS, le 22 avril 2010


TransPédéGouines de Strasbourg

Repost 0
NPA QUIMPER - dans LGBT
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 09:48



Crozon (29) : Manifestation du Fret à L’Ile Longue - presqu’Ile de Crozon le 25 avril face à la base de sous-marins nucléaires de l'île longue.

 
Départ en car depuis Rennes à 8h
-12h rassemblement sur le port du Fret et pique-nique (chacun apporte son pique-nique), chants, musiques et danses avec la participation d’artistes
-13h débat avec Colin ARCHER président du bureau international de la paix (BIP), des responsables du collectif Bretagne pour le désarmement nucléaire pour et avec les délégués qui nous représenteront aux Nations Unies
-14h départ de la marche
-15h30 prise de parole devant la base et lecture symbolique du mandat qui sera donné à la délégation de Bretagne qui partira de Rennes pour les Nations Unies le mardi 27 Avril. Initiative symbolique.
Réservation du transport : rennes@mvtpaix.org ou par tel au 02.99.51.24.03

Rassemblement à l'île Longue le dimanche 25 avril:

Le Mouvement de la Paix comité du Morbihan appelle au rassemblement de l'Ile Longue à Crozon, port du fret, le dimanche 25 avril pour le désarmenent nucléaire.
Ce rassemblement fait suite à la campagne de la flamme de l'abolition de l'arme nucléaire en vue de la conférence de révision du traité de non-prolifération à New-York du 3 au 25 mai .
 

Co-voiturage à 10h dimanche matin parking de la Maison pour tous à Hennebont. Ouvert à tous.

Repost 0
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 09:34



BREST VILLE - Source : Le Télégramme -

La Poste Rive-droite. Des propositions aujourd'hui


22 avril 2010


Hier matin, les facteurs de Brest Rive-droite ont voté la poursuite de

leur mouvement de grève, entamée mardi, pour s'opposer àla volonté de
La Poste de diminuer le temps de tri du courrier.

 

Celui-ci était de deux heures en 2006, d'une heure et 43 minutes en 2008, et La Poste voudrait que cette préparation de la tournée soit effectué en
53 minutes, «au nom de la mécanisation du tri et de la modernisation
continue imposée par La Poste». Dans l'attente de nouvelles
négociations, aujourd'hui, la grève se poursuit à l'appel de la CGT, de
Sud, et de la CFDT. «Cette réorganisation, disent les syndicats,
dégradera les conditions de travail des facteurs ainsi que la qualité
de service rendu à tous les usagers».

 

De son côté, la direction, prenant acte de la poursuite du mouvement des facteurs malgré de nouvelles propositions, a déclaré, hier, dans un communiqué,« le maintien de son dispositif de continuité de service pour assurer au mieux sa mission de service public sur les quartiers de Bellevue, La Cavale, Saint-Pierre et les Quatre-Moulins qui bénéficient de
dessertes spéciales. Les services aux entreprises sont assurés, de même
que le courrier en partance».

Repost 0
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 09:25

617909_alguesok.jpg

 

23 avril 2010  Le Télégramme


La famille de Thierry Morfoisse, ce chauffeur mort l'été dernier alors qu'il venait de déverser des bennes d'algues vertes, a déposé une plainte contre X, hier, à Saint-Brieuc, pour homicide involontaire. Mais elle va devoir s'armer de patience avant un éventuel procès.

 


«On voudrait voir écrit en grand dans les journaux: ThierryMorfoisse est mort à cause des algues vertes». Saint-Brieuc, tribunal de grande instance hier après-midi. Côte à côte sur le perron du palais de justice, au milieu d'une cinquantaine de militants écologistes, Carolanne, Claude et Jeanne Morfoisse se sont installés derrière une immense banderole blanche sur laquelle plusieurs têtes de mort précèdent la mention: «Ça suffit!». Neuf mois, jour pour jour, après la mort de Thierry, la fille et les parents du chauffeur de Lanvollon sont venus remettre au doyen des juges d'instruction briochin une plainte contre X, avec constitution de partie civile, pour homicide involontaire. Leurs volontés? «Laver la mémoire de Thierry» et empêcher que ce qui lui est arrivé ne se reproduise.

 

La caution scientifique

Car le 22 juillet dernier, au volant de son camion, à Binic, Thierry Morfoisse est mort d'une récidive d'infarctus du myocarde. Alors qu'il venait de décharger trois bennes d'algues vertes. Début mars, après avoir épluché différentes analyses médicales, trois scientifiques chevronnés se sont prononcés sur les causes du décès. Pour eux, «l'inhalation de sulfure d'hydrogène (gaz émis par les algues en décomposition, NDLR) a, de manière quasi certaine, déclenché l'infarctus ayant entraîné le décès de M.Morfoisse, le 22juillet 2009». Et selon le chercheur Claude Lesné, si lui et ses collègues se sont contentés de la mention «quasi certain», «c'est parce qu'en médecine, on ne peut jamais dire certain». Autrement dit, le doute n'est pas de mise.


«Nous irons jusqu'au bout»


Alors, tant pis si le procureur Gérard Zaug a décidé de classer sans suite l'enquête préliminaire susceptible d'établir un lien entre le décès et les algues, la famille Morfoisse, elle, veut poursuivre son combat judiciaire. «Nous irons jusqu'au bout. Pour défendre la mémoire de notre fils et les droits de notre petite-fille», certifie ClaudeMorfoisse. Mais l'attente risque d'être longue à en croire Marc Cazo, l'avocat des Morfoisse: «Si le doyen des juges d'instruction décide de mettre la machine judiciaire en branle, cela peut prendre plusieurs mois, voire plusieurs années». Une éventualité à laquelle est déjà préparée Carolanne Morfoisse. «Au moins la plainte est déposée. Désormais, il n'y a plus qu'à attendre».

  • Julien Vaillant

Lire également :
 
Algues vertes : dépôt de plainte contre X pour homicide involontaire
 
 
La famille Morfoisse veut la vérité
 
Les papiers de la rédaction sur les algues vertes

 


Les algues vertes ont-elles tué? La famille du chauffeur porte plainte pour homicide (Ouest France)

   vendredi 23 avril 2010

+ Notre dossier spécial

Les visages graves, les banderoles et le silence auraient pu suffire... Mais c'est au son du biniou que le comité de soutien a souhaité faire son entrée au palais de justice de Saint-Brieuc aux côtés de la famille Morfoisse.


Hier, donc, la famille de Thierry Morfoisse, ce chauffeur de 48 ans mort l'été dernier après avoir transporté des algues en décomposition, de Binic à Lantic, a déposé plainte contre X pour homicide involontaire auprès du doyen des juges d'instruction de Saint-Brieuc. « On veut défendre la mémoire salie de notre fils », ont justifié sur les marches du palais Jeanne et Claude Morfoisse.


Pourquoi le doyen des juges d'instruction ? « Le procureur de la République de Saint-Brieuc a décidé de classer sans suite ce dossier, explique Me Marc Cazo, l'avocat des proches du chauffeur. La famille Morfoisse m'a donc demandé de saisir le doyen pour faire toute la lumière sur ce décès. »


Car les proches de la victime n'ont jamais cru à la thèse de la « récidive d'infarctus du myocarde », thèse retenue par le parquet. Encore moins depuis que trois scientifiques ont établi, début mars, « un lien direct » entre la mort du chauffeur et l'inhalation d'hydrogène sulfuré dégagé par les algues en décomposition.


Cette plainte pour homicide involontaire avec constitution de partie civile est une nouvelle étape dans le combat de la famille et des associations environnementalistes. Une étape qui pourrait être longue. « Plusieurs mois, voire plusieurs années », prévient Me Cazo.


François GRÉGOIRE.

Repost 0
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 09:22

23 avril 2010 Le Télégramme


En 2004 et 2007, trois délégués de la CFDT avaient engagé auprès du conseil des prud'hommes de Quimper une procédure pour discrimination syndicale contre la direction de la Caisse d'allocations familiales du Sud-Finistère. En première instance, le juge départiteur leur a donné raison dans un jugement rendu le 9 avril dernier. Les trois militants CFDT de la Caf, délégué syndical, élu au comité d'entreprise et une ancienne représentante du syndicat au conseil d'administration et déléguée syndicale licenciée en 2009, avaient estimé que leur déroulement de carrière avait été bloqué du fait de leur activité syndicale.

Plus de 60.000€


Concernant le délégué syndical, le juge précise: «Il est constant qu'entre 2003 et 2009, il n'a obtenu contrairement aux autres conseillers techniques aucun degré ou point de compétence...

 

Les évaluations irrégulières et partiales ne peuvent justifier l'absence de toute augmentation salariale au mérite». Il ajoute que «la Caf ne justifie pas de ce que son refus soit justifié par des éléments objectifs étrangers à toute discrimination». Dans deux cas, le harcèlement moral a été associé à la discrimination.

 

À chacun des trois salariés, l'organisme de sécurité sociale a été condamné à verser 10.800€ au titre des dommages et intérêts pour discrimination syndicale. Avec les rappels de salaires, l'ensemble des condamnations s'élèvent à un peu plus de 60.000€. Le juge a prononcé l'exécution provisoire du jugement alors que la Caf à la possibilité de faire appel.

 

L'avocate des trois militants, Me Lautridou, du barreau de Quimper, a précisé que l'autorisation accordée par l'inspection du travail pour le licenciement de la déléguée avait été cassée le mois dernier par le ministère.

Repost 0
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 09:05




ex-libris-loups-copie-1-copie-1.jpg

Quand d'un côté, on entend - quelquefois - le PS s'alarmer de la disparition des services publics et que de l'autre, celui-ci décide la suppression de trois écoles maternelles, il y a de quoi s'interroger! L'école maternelle, hier encore, l'une des principales réussites de notre système scolaire, doit-elle , elle aussi , entrer dans le cercle infernal de la rentabilité, de la marchandisation, de la privatisation programmée de tout le système éducatif ?


Mais, nous assure-t-on, il s'agit seulement de diriger les enfants vers d'autres écoles. Autrement dit, on "délocalise" les enfants, mais qu'en est-il des enseignants ? Ces enfants déplacés vont grossir les effectifs des autres établissements et nous savons tous qu'il est plus facile de "comprimer" les postes d'enseignants dans les grosses écoles. Et voilà notre municipalité "de gauche" qui facilite la sombre entreprise du gouvernement dans sa chasse aux fonctionnaires. Et qui favorise sans l'avouer l'enseignement privé qui sera ravi d'accueillir les enfants qui pour une raison ou pour une autre refuseront la "délocalisation". Une municipalité de droite ne ferait pas mieux!


Et que dire des motifs invoqués? Les écoles ne comptent pas assez d'élèves: comment prétendre défendre les conditions de travail dans les écoles quand on supprime des écoles de petites dimensions où, justement les conditions de travail sont favorables. Les écoles sont vétustes? Mais , qui est responsable de cette situation, sinon la mairie? Et comme dans les communes rurales, enlever un service public , c'est enlever de la vie, il en va de même dans un quartier d'une ville.


Comment ne pas relever aussi, le caractère symbolique que prend cette curieuse décision : l'une des écoles porte le nom de Madeleine Porquet, et, pour de nombreux enseignants et anciens enseignants, ce nom évoque encore des valeurs essentielles: résistante qui a connu les camps de concentration, cette inspectrice des écoles maternelles, a consacré toute son énergie à défendre l'école maternelle, territoire préservé pour les enfants défavorisés; adepte inconditionnelle de la pédagogie Freinet, elle a formé de nombreuses institutrices à ces méthodes qui offrent à l'enfant un cadre éducatif valorisant, fondé sur l'entraide, la coopération.


Mais, c'était une époque où une certaine idée de l'humain existait encore; aujourd'hui , tout doit être comptabilisé, à la deuxième décimale près: les enfants concernés ne représentent "que" 1,39% des effectifs brestois! On prend des décisions comme si on consultait les cours de la bourse! "


François Le-Rouzic, militant du NPA à Brest

Repost 0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg