Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 06:41

h-3-1033247 

Une pétition pour remobiliser le personnel briochin

17 avril 2010  


Après avoir appelé à la grève pendant sept jours, la section de Saint-Brieuc des cheminots CGT de la SNCF a stoppé les initiatives le 13 avril.

 

«On a suspendu le mouvement mardi.Les agents ont repris le travail le lendemain. Sur la base des mêmes revendications (NDLR, hausse des salaires, création de 2.000postes, développement du fret ou encore arrêt des restructurations des services), nous allons essayer de mobiliser de différentes façons», explique Jean-Louis Lécuyer, secrétaire de la section briochine.

 

Une pétition est lancée pour soutenir les revendications nationales et s'adresse à tout le personnel. «Des grévistes et des non-grévistes la signent, il n'y a pas de désaccord entre eux sur le fond», a observé le syndicaliste à Saint-Brieuc.

 

Hier midi, une vingtaine de personnes ont participé à l'assemblée générale alors que dans le bassin briochin, entre 150 et 200 personnes travaillent à la SNCF. Une nouvelle AG aura lieu lundi midi dans les locaux du comité d'entreprise de la SNCF, esplanade Jules-Ferry, à Saint-Brieuc.

Partager cet article
Repost0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 06:37

16 avril 2010 à 18h05


Reprise depuis le 1er janvier 2010 par Coopagri et Terrena, Nutrea Nutrition Animale, ex-filiale d’Unicopa, va-t-elle conserver l’intégralité de ses usines d’aliment et de son personnel? La CFDT n’y croit pas


Le couperet va tomber, c’est sûr. Nous nous attendons à la fermeture d’une usine au minimum, peut-être deux et trois dans le pire des cas. Nous craignons la suppression d’une centaine d’emplois     » affirme Daniel Riou, délégué central CFDT de l’entreprise dont le siége est à Languidic. NNA emploie 490 salariés sur sept sites dont six en Bretagne et un dans le Maine et Loire.

Dans un contexte de crise agricole, Nutrea qui a produit 1,3 millions de tonnes l’an passé a vu ses volumes baisser de 300.000 tonnes depuis 2005.  «    Mais avec toutes les incertitudes qu’on a connues du fait des difficultés d’Unicopa, on est sans doute le fabricant qui perd le plus   » souligne Daniel Riou. Les salariés en sauront davantage au début du mois de mai à l’occasion d’un comité central d’entreprise.


La date n’est pas encore connue «    Coopagri et Terrena ne vont pas restructurer chez eux. Nutrea risque de payer un peu pour tout le monde. Nos usines sont vétustes. Elles ont besoin plus que d’un coup de pinceau. On espère que nos actionnaires limiteront la casse avec des propositions de reclassements    » indique Daniel Riou.


Selon Denis Manach président de Coopagri bretagne et futur président de NNA que nous avons contacté, aucune décision n’a été prise «car pour le moment nous n’avons pas encore tenu de conseil d’administration"

Partager cet article
Repost0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 10:08
0nosvies.jpg
Communiqué du NPA.

Le Conseil d'Orientation des Retraites (COR) vient de rendre public son dernier rapport.


A
en croire le COR, le déficit du système de retraite va se creuser. En 2030 il manquerait 56 milliards et en 2050 en cumulant les déficit, se serait 77% du PIB soit 2.600 milliards.

 

Ces chiffres sont destinés à alimenter la peur et à justifier les exigences du Medef, le discours idéologique ambiant sur l'urgence d'une réforme qui augmenterait la durée de cotisations, et le report de l'âge légal de départ en retraite. Mais quelle crédibilité peuvent avoir des projections à si long terme !


Le COR confirme que la situation va se dégrader en 2009 et 2010, dégradation due à la crise du système capitaliste. La question est donc de savoir qui va payer la crise.

 

Pour le NPA, ce n’est pas aux salariés, à la population de payer la facture de la crise dont ils ne sont en rien responsables. Oui, il faut augmenter les ressources des régimes des retraites mais le recul de l'âge légal de départ en retraite, comme le veut le gouvernement, ne répondra en rien à ce problème.


Pour le NPA, d'autres choix sont possible. Il faut répartir autrement les richesses. C'est 170 milliards d'euros qui passent chaque année de la poche des salariés dans celle des capitalistes à cause d'une répartition capital-travail dégradé depuis les années 80.


Augmenter les salaires de 300 euros net, c'est 66 milliards d'euros pour la sécurité sociale dont 31 milliards pour les retraites. Augmenter les cotisations patronales, taxer les revenus financiers, les stocks-options, ce qui permettrait de remplir aisément les caisses de la sécurité sociale de plusieurs dizaines de milliards d'euros. Donner du travail à 5 millions de chômeurs apporterait 65 milliards d'euros à la protection sociale.


Prendre sur les profits pour profiter de nos retraites, diminuer le temps de travail pour permettre aux 5 millions de chômeurs de travailler tous voilà les vraies mesures que nous devons porter dans la confrontation qui s'annonce.

 

Notre retraite, on la veut à 60 ans, à taux plein et pas à moins de 1 500 euros nets par mois. Notre retraite, on se battra pour la garder !

Partager cet article
Repost0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 10:06

Une déléguée du personnel (CGT) de la Caisse d'épargne d'Ile-de-France

édifiant des cadeaux faits aux actionnaires par le gouvernement

Partager cet article
Repost0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 10:05

 

le gouvernement organise le bordel et la casse du rail

objectif:

privatiser comme en Grande Bretagne


(et ça marche moins bien qu'en France avec de terribles accidents)

 

Partager cet article
Repost0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 10:03

 

Le Réseau Education Sans Frontières

Partager cet article
Repost0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 09:53
p1
12 avril 2010

Suite à la connaissance que nous avons eu de nouvelles violences faites aux femmes travaillant à Hassi-Messaoud en Algérie, nous vous retransmettons ce mail à envoyer de toute urgence.

Par ailleurs, nous avons fait savoir aux associations qui ont retransmis l’information que nous aimerions faire plus, et proposé un rassemblement à l’ambassade d’Algérie, et, si possible, devant tous les consulats en France.

Une réunion des associations de femmes en Algérie étant prévu ce dimanche, nous attendons de leurs nouvelles afin, si possible, de se mobiliser le même jour qu’elles, partout où cela sera possible, avec toutes les associations qui le voudront.


Jeudi 15 avril - Marche Mondiale des Femmes France



Lettre à envoyer par courrier ou par mail à :


Madame Rashida Manjoo, Rapporteure spéciale sur les violences faites aux femmes , OHCHR-UNO, 8-14 Avenue de la Paix, 1211 Geneva 10, Switzerland , mail : vaw@ohchr.org


Madame,


Je tiens à vous alerter des faits extrêmement graves qui ont lieu actuellement dans la ville de Hassi-Messaoud, base pétrolière du sud algérien.


Depuis plus de 2 mois, des femmes, venues des 4 coins du pays afin de subvenir au besoins de leurs familles travaillant dans les bases pétrolifères, se font agresser régulièrement la nuit.

 

Elle sont violées, torturées, brulées vives. Leurs maisons sont saccagées et pillées par des hommes armés de gourdins, de haches, de couteaux, leurs têtes encagoulées ou même, à visages découverts. La plupart du temps, les femmes ont beau hurler, aucun voisin ne leur vient en aide. Lorsqu’elles se rendent au commissariat, elles doivent supplier pour que leurs plaintes soient enregistrées par des policiers méprisants. Ces crimes ne sont jamais poursuivis en justice.


Nous savons aussi que des meurtres ont eu lieu. Il y a une dizaine de jours une femme a été brûlée vive et se trouve actuellement dans le coma à l’hôpital de Ouargla.


Dans la nuit du dimanche 12 avril, les agressions ont redoublé. Les femmes que nous avons eu au téléphone parlent d’un imam qui aurait incité les hommes à passer à l’acte.


Ces crimes sont la conséquence directe de la tragédie du 13 juillet 2001 dont il est important de rappeler les faits : plus d’une centaine de femmes furent violées, torturées et enterrées vivantes par 400 à 500 hommes. Sur cette foule ayant commis ce pogrom, seuls vingt-neuf hommes ont été accusés.

 

De ce nombre, 3 hommes seulement ont réellement purgé des peines. Les autres ont été condamnés par contumace ou encore, innocentés !


Aujourd’hui, dans cette atmosphère où l’impunité fait loi, les femmes sauvagement agressées ne savent plus vers qui se tourner. Devant la non assistance des pouvoirs publics, nous vous prions d’intervenir de toute urgence auprès du gouvernement algérien afin qu’il assure la sécurité et l’assistance légitimes de toutes ces citoyennes algériennes.


Veuillez agréer, Madame la Rapporteure spéciale, l’expression de nos sentiments les meilleurs

SIGNATURE


Marche Mondiale des Femmes, 25/27 rue des Envierges, 75020 Paris
Tel 01 44 62 12 04, 06 80 63 95 25


site : www.mmf-france.fr ; www.mmf2010.info

Partager cet article
Repost0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 09:51

 La démocratie et la justice sociale.

Déclaration de la IVe Internationale

le Jeudi, 15 Avril 2010


 

 

Cela fait maintenant un mois que les « chemises rouges », principalement des travailleurs, des paysans et des pauvres de Thaïlande, manifestent à Bangkok pour réclamer la démission du gouvernement et des élections anticipées.

 

La crise actuelle prend ses racines dans le coup d’État de 2006 qui a renversé le gouvernement démocratiquement élu de Thaksin Shinawatra. Le gouvernement actuel d’Abhisit Vejjajiva est illégitime. Il a été mis en place par les militaires à la faveur d’un renversement d’alliance au parlement. Il est l’émanation des élites traditionnelles thaïlandaise : les militaires, les élites bureaucratiques et la monarchie.


Après un mois de manifestations et de crise, le gouvernement a cherché à museler l’opposition, en instaurant l’État d’urgence à Bangkok et dans les provinces avoisinantes. Des mandats d’arrêts contre les principaux dirigeants des « chemises rouges » ont été émis. La « chaîne de télévision du peuple (PTV) » très populaire parmi les « chemises rouges » ainsi que 36 sites internet indépendants, qui ne relayaient pas la propagande gouvernementale, ont été fermé.

 

Dans le même temps, la chaîne de télévision ASTV, des « chemises jaunes » (forces réactionnaires royalistes), a continué d’émettre ses appels à la haine et à la violence contre les manifestants. Une fois de plus les élites thaïlandaises ont montré leur véritable nature, au service des puissants et des bien-nés.


Ces mesures n’ont fait qu’augmenter la détermination des manifestants à lutter pour plus de justice sociale et la démocratie. Ils étaient encore plusieurs dizaines de milliers vendredi et samedi dans les rues de Bangkok à réclamer la démission d’Abhisit et la tenue d’élections législatives anticipées. Samedi, les militaires ont férocement réprimé les manifestants désarmés, certains tirants à balles réelles. Un bilan officiel parle de 21 morts et plus de 850 blessés. La plupart sont des « chemises rouges ». C’est la pire répression qu’ait connu la Thaïlande depuis le coup d’État de 1992.


Aujourd’hui les « chemises rouges » se battent pour mettre fin à plusieurs décennies de « démocratie version thaï » : la concentration des pouvoirs entres les mains des militaires, de la haute bureaucratie et de la monarchie, qui n’acceptent le résultat des urnes que quand il leur est favorable.


La Quatrième Internationale est solidaire de la lutte pour la justice sociale et la démocratie que mènent les « chemises rouges ». La répression des manifestants à Bangkok n’a pas entamé leur détermination. Abhisit, responsable du bain de sang, doit démissionner et convoquer des élections législatives au plus tôt.


Un terme doit être mis à la répression, à la censure des medias et à la négation des libertés démocratiques. Le droit d’organisation, d’association, de grève et de manifestation doivent être respecté.


Bureau exécutif de la Quatrième Internationale, le 14 avril 2010

Partager cet article
Repost0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 09:47
LCR Belgique
Par Sébastien Tank-Storper le Jeudi, 15 Avril 2010


 

 

 

Dans le cadre du débat autour du port du foulard dans le contexte de la crise capitaliste et d'une montée de l'islamophobie, nous publions ci-dessous de larges extraits d'une étude du sociologue français Sébastien Tank-Storper, parue sur le site de la revue ContreTemps, fondée par notre camarade Daniel Bensaïd.

 

L'auteur y questionne les interprétations dominantes sur la signification du port du foulard dans nos sociétés. Dans ces dernières, il serait en outre, selon lui, une des expressions de la « recomposition » des phénomènes religieux par les individus:

 

«L'obsession à ne voir dans le voile qu'un seul et unique signe d'oppression en lieu et place d'un phénomène complexe mêlant contrainte parentale certes, mais également volonté de distinction, mysticisme, détournement des contraintes familiales liées à la pudeur et à l'espace public, etc., démontre ainsi à quel point c'est bien l'idée que le port du voile puisse être librement choisi par des jeunes filles par ailleurs parfaitement en phase avec la culture française qui pose en elle-même problème. Le fait que ces jeunes filles puissent construire leur individualité en mobilisant des signes religieux, c'est-à-dire à partir de ce contre quoi l'idée de citoyenneté s'est, en France, historiquement construite, se révèle ainsi, dans l'espace français, tout simplement impensable ». L'article complet peut être consulté sur le site


http://www.contretemps.eu/interventions/voile-caetera (LCR-Web)


(...) L'argument est relativement simple : le voile (qu'il soit intégral ou pas) est un « […] symbole qui, sous toutes les latitudes, signifie ségrégation entre les sexes, invisibilité du corps dans l'espace public, statut de second rang pour les femmes. » Et de citer ensuite le combat de femmes qui, en Iran ou en Algérie, témoignent de l'oppression que leur impose l'islam à travers le port du voile.


Cet argument, souvent repris par les militants laïcs et prohibitionnistes, renvoie ainsi dos-à-dos une pratique vestimentaire au sens univoque et universel (« sous toutes les latitudes » le voile est sans nuance ni subtilité aucune un symbole d'oppression féminine) à une laïcité essentialisée (et paradoxalement érigée en trait « d'identité nationale ») facteur d'émancipation.


Ce type de posture n'est cependant pas exempt de contradictions. Rappelons tout d'abord que l'ensemble des enquêtes menées par des sociologues ou des anthropologues auprès de jeunes filles voilées met en évidence le caractère majoritairement choisi du port du voile (Kakpo, Liogier, Roy, Weibel). Or de deux choses l'une. Si le voile est choisi, la prohibition semble difficile à justifier dans le cadre d'un état laïc, sauf à invoquer le trouble à l'ordre public (mais qui ressort alors d'un autre registre argumentatif), ou à inverser les termes de la laïcité en faisant peser l'impératif de neutralité non plus sur les institutions, mais sur les individus. Ce qui n'est pas du tout la même chose, et qui mériterait pour le moins un débat explicite.[1]


Par ailleurs, dans les cas où le voile est imposé aux femmes par leurs maris, leurs parents ou leurs frères, la conséquence la plus probable de la prohibition, loin de l'émancipation recherchée, sera plus probablement le confinement de ces femmes dans la sphère domestique. À dénoncer la montée du « communautarisme », on l'organise en séparant les individus les plus éloignés des normes de la neutralité laïque.


L'un des effets paradoxaux de la politique d'exclusion des signes religieux à l'école, menée au nom de l'émancipation des jeunes filles musulmanes du joug de leur tradition, qui rompait avec une l'ancienne posture implicite « d'accommodement raisonnable » jusque-là en cours dans les établissement scolaires, fut par exemple le départ, à partir de 1994, de certains élèves de religion juive parmi les plus pratiquants vers le réseau scolaire juif, dans la mesure où les demandes de conciliation des familles vis-à-vis des contraintes liées à la pratique de leur religion (qui jusque-là ne posaient pas plus de problème que cela) ne pouvaient plus être entendues.


Comparer la situation des femmes algériennes ou iraniennes qui subissent une pression coercitive pour porter le voile à celle des femmes musulmanes en France qui, à l'inverse, sont plutôt encouragées à ne pas le porter, semble ainsi un peu réducteur, sauf à souligner l'effet miroir de dispositifs visant à contrôler les pratiques vestimentaires des femmes. Il pourrait sembler au contraire plus légitime de poser la question en terme de libre choix des femmes, plutôt qu'en terme de prohibition ou d'imposition.


Le sens du port du voile diffère sensiblement selon que l'on est dans un pays où l'islam est dominant comme il l'est en Iran ou que l'on est dans un pays laïc et sécularisé où l'islam est minoritaire et où le religieux a cessé d'organiser les rapports sociaux. Concernant la visibilité du corps des femmes voilées dans l'espace public dans un pays comme la France par exemple, où le voile est socialement stigmatisé, ne pourrait-on pas argumenter au contraire qu'il rend le corps des femmes qui le portent plus visible qu'une mini-jupe ? Faut-il comprendre à travers les discours de condamnation sans nuance du voile et des femmes qui le portent qu'il n'y aurait qu'une seule et unique manière légitime de rendre son corps visible (et donc émancipé ?) dans l'espace public ? Cela passerait-t-il nécessairement par le « dévoilement » du corps ?


Outre qu'une telle vision de phénomènes sociaux émergents et complexes est intellectuellement stérile (circulez, il n'y a rien à penser), essentialiser le voile, et l'islam en son ensemble, comme intrinsèquement porteurs de domination masculine, n'est pas nécessairement rendre service aux femmes des différentes traditions religieuses (chrétiennes, musulmanes ou juives) qui militent pour l'abolition des principes inégalitaires de leurs différentes traditions. C'est placer ces femmes devant une alternative qu'elles ne veulent ou ne peuvent pas nécessairement assumer : soit être musulmanes (ou juives orthodoxes) et dominées, soit être « occidentales » et émancipées. En somme, il s'agit de contester à ces femmes toute possibilité d'émancipation par elles-mêmes, pour elles-mêmes et de leur lieu propre. Point de vue d'ailleurs que les plus hostiles à l'émancipation des femmes au sein de l'islam (et des autres traditions religieuses comme le judaïsme ou le christianisme) auraient tendance à approuver...


Le fait que ces quelques objections de bon sens aient du mal à être entendues aujourd'hui incitent à penser que le questionnement sur le port du voile en France ne s'intéresse pour ainsi dire pas au destin concret de ces jeunes filles ni à comprendre leurs motivations. Il s'avère ainsi difficile de sortir d'une posture normative (le voile c'est mal !) et de s'inscrire sereinement dans une posture compréhensive : par delà l'éventuelle désapprobation de ce type de phénomènes, que peuvent-ils nous apprendre des recompositions à l'œuvre dans la société française concernant les identités religieuses, leur insertion dans l'espace public, leur rapport aux identités individuelles, à la citoyenneté, etc. ? Question qui, ainsi posée, est pourtant déjà perçue comme une défense du voile (ce qui n'est pourtant la plupart du temps pas le cas). (...)


La religion n'est plus ce qu'elle était...


En somme, on fait aujourd'hui comme si l'influence des religions sur la société était celle qu'elles avaient avant la Révolution française, et on traite l'islam, religion minoritaire d'une population souvent marginalisée socialement et économiquement, comme on a traité le catholicisme, religion autrefois majoritaire et institutionnellement hégémonique. L'argument de la « prise de pouvoir » des fondamentalistes musulmans sur l'école, le chiffon rouge de l'islamisation de la société française ou du « retour » des religions jouent sur ce registre symbolique qui a longtemps mobilisé l'action politique d'une partie de la gauche française issue du combat laïc.


Or la société française a connu depuis 1950 un incontestable mouvement de sécularisation dont les principales conséquences sont l'effondrement et la pluralisation des pratiques et des affiliations religieuses d'une part, et la sécularisation généralisée des mœurs d'autre part. À tel point que l'Église catholique elle-même se vit aujourd'hui comme étant minoritaire.[2]


Contrairement à une idée couramment répandue, on n'assiste donc pas aujourd'hui à un retour du religieux. Tout au plus pouvons-nous parler de transformations ou, selon le terme qui a cours parmi les sociologues des religions, d'un processus de recomposition. Il ne s'agit pas là d'une simple nuance. L'idée de retour du religieux implique l'idée de restauration, de retour à une situation passée où le religieux était structurant (idée qui, nous l'avons vu, pourrait justifier de lutter activement pour limiter sa progression).


Or, l'ensemble des données et des enquêtes disponibles montre à quel point les religions sont de moins en moins en mesure d'influer sur les représentations, les pratiques et les normes sociales. En France comme dans l'ensemble des pays démocratiques (et peut-être même en France plus qu'ailleurs), les indicateurs mesurant la pratique religieuse, mais également les données concernant la nuptialité, la fécondité, le nombre de divorces ou la sexualité montrent à quel point les normes sociales sont aujourd'hui largement émancipées des normes religieuses.[3]


On regarde le voile musulman, intégral ou pas, comme de manière générale l'ensemble des formes de publicisation des identités religieuses, avec une grille d'analyse partielle: comme une volonté d'imposer à l'autre sa propre conception du monde. Or ce que souligne l'ensemble des enquêtes, c'est que le port du voile, comme la grande majorité des phénomènes religieux contemporains, s'inscrit, le plus souvent dans une démarche essentiellement individuelle, privée et subjective, et est de moins en moins régulée par les institutions, comme en témoigne l'incapacité d'une institution comme la Grande mosquée de Paris, pourtant largement adoubée par l'État, à réguler la pratique du port du voile, ou, dans un autre univers religieux, le cas des catholiques qui, tout en revendiquant leur appartenance à l'Église et en participant plus ou moins régulièrement à sa vie collective, n'en transgressent pas moins la plupart de ses interdits (notamment en matière de divorce, d'usage de la contraception, etc.).[4]


Le déboitement que l'on peut observer entre appartenance religieuse et conformité religieuse s'explique par la pénétration de l'individualisme et de l'éthos démocratique dans l'univers religieux. Longtemps pensé comme incompatible avec le religieux en son ensemble, l'individualisme se révèle en effet plus spécifiquement en conflit avec la culture ecclésiale. Il sape l’autorité des Églises, mine le sens de l’obligation, délégitime les spécialistes religieux, dévalorise l'idée de sacrifice, de discipline ou de devoir, au profit de « l’accomplissement de soi » et de « l'authenticité personnelle ».[5] Cela se traduit par un processus qualifié de désinstitutionnalisation ou de dérégulation institutionnelle du religieux, mais qui n'implique pas nécessairement la fin du religieux, qui dès lors se recompose à partir des choix et des pratiques individuelles et subjectives.


Pratiques et croyances religieuses sont ainsi aujourd'hui davantage fondées sur l'expérience individuelle et sur l'expérimentation personnelle que sur la réception d'un dogme ou d'une éthique. Le sens doit être mis à l'épreuve de la pratique, comme en témoigne l'attirance pour un bouddhisme (par ailleurs largement fantasmé) jugé non dogmatique et centré sur l'expérience. Mais cette tendance peut également se retrouver chez les femmes qui choisissent le port du voile qui, si on veut bien les écouter, parlent de leur pratique comme d'une ascèse individuelle ou d'une mise à l'épreuve d'elles-mêmes et de leur foi.


Il serait trop long de développer plus avant les transformations que connaît le champ religieux contemporain. Ce que je voudrais souligner ici, c'est que l'on sort d'une religion de type normatif pour entrer dans un régime de religiosité davantage fondé sur l'expérimentation et la subjectivité individuelle que sur la réception et la conformité. Le champ religieux contemporain apparaît ainsi comme éminément « déstabilisé » ; c'est un univers en mouvement, où les identités stables et héritées laissent la place aux identités et aux pratiques choisies, perpétuellement négociables et particulièrement instables.[6]


C'est précisément parce que les pratiques religieuses sont essentiellement privées, subjectives et choisies, parce qu'elles sont un élément parmi d'autres de la subjectivité et de l’identité singulière des individus (spécialement dans le cadre de religions perçues socialement comme minoritaires), qu'elles peuvent paradoxalement déborder de la sphère purement privée pour contribuer à affirmer la singularité des individus au sein de l'espace public. La religion, dans ces cas-là, peut aussi servir de support d'individualisation, comme le notait le sociologue Farad Khosrokhavar à propos de cet « islam de l'intégration » dont la mise en pratique offre aux jeunes marginalisés et souvent en échec scolaire (voire en situation de délinquance) la possibilité de renverser positivement le stigmate que la société pose sur eux en démontrant publiquement leur rigueur morale et leur discipline.[7]


L'obsession à ne voir dans le voile qu'un seul et unique signe d'oppression en lieu et place d'un phénomène complexe mêlant contrainte parentale certes [8], mais également volonté de distinction, mysticisme, détournement des contraintes familiales liées à la pudeur et à l'espace public, etc., démontre ainsi à quel point c'est bien l'idée que le port du voile puisse être librement choisi par des jeunes filles par ailleurs parfaitement en phase avec la culture française qui pose en elle-même problème. Le fait que ces jeunes filles puissent construire leur individualité en mobilisant des signes religieux, c'est-à-dire à partir de ce contre quoi l'idée de citoyenneté s'est, en France, historiquement construite, se révèle ainsi, dans l'espace français, tout simplement impensable.


Dans cette perspective, le voile, et plus largement l'ensemble des pratiques religieuses que l'on pourrait qualifier de déviantes vis-à-vis du cadre républicain, réconcilient contre eux deux conceptions politiques de l'autonomie individuelle qui pourtant, comme le souligne Pierre Bouretz, étaient en France traditionnellement en conflit : l’une libérale qui s’emploie à contenir la croyance religieuse dans la sphère privée et son expression collective dans le seul registre de l’exercice paisible du culte ; l’autre, autoritaire, qui ambitionne d’arracher les consciences, au nom de la liberté de pensée, à l’influence de toute religion.


La question du voile et de sa présence dans l'espace public constitue en ce sens un réel défi intellectuel et politique, non pas parce que l'émergence de formes de participation politique inspirées ou ancrées dans l'islam constituerait intrinsèquement un danger pour la laïcité, mais parce qu'elle interroge la conception de l'autonomie et de la citoyenneté sur laquelle s'est durablement structurée l'idée d'émancipation.


Bibliographie


J. Baubérot, « Les seuils de laïcisation dans l’Europe latine et la recomposition du religieux dans la modernité tardive », in Jean-Pierre Bastian (éd.), La modernité religieuse en perspective comparée, Paris, Karthala, 2001.

J. Baubérot, Laïcité 1905-2005, entre passion et raison, Paris, Seuil, 2004.

P. Birman, « Croyances et appartenances : un débat français », Ethnographiques.org, numéro 15, février 2008 (http://www.ethnographiques.org/2008/birman.html [17])

O. Bobineau et S. Tank-Storper, Sociologie des religions, Paris, Armand Colin, 2007.

P. Bouretz, « La démocratie au risque du monde », in Marc Sadoun (éd.), La démocratie en France, t.1 : Idéologies, Paris, Gallimard, 2000, p.27-137.

R. Hermon-Belot, « La genèse du système des cultes reconnus : aux origines de la notion française de reconnaissance », Archives de Sciences Sociales des Religions, n°129, janvier-février 2005.

D. Hervieu-Léger, Le Pèlerin et le converti, Paris, Flammarion, 1999.

D. Hervieu-Léger, Catholicisme, la fin d'un monde, Paris, Bayard, 2003.

N. Kakpo, L'islam, un recours pour les jeunes, Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

F. Khosrokhavar, L'islam des jeunes, Paris, Flammarion, 1997.

R. Liogier, Une laïcité légitime. La France et ses religions d'État, Paris, Médicis Entrelacs, 2006.

N. Luca, Individus et pouvoirs face aux sectes, Paris, Armand Colin, 2008.

O. Roy, La laïcité face à l'islam, Paris, Hachette, 2005.

S. Trigano, « Le concept de communauté comme catégorie de définition du judaïsme français », Archives européennes de sociologie, Tome XXXV, 1994, n° 1.

E. Troeltsch, Protestantisme et modernité, Paris, Gallimard, 1991.

N. Weibel, « La modernité de Dieu : regard sur des musulmanes d'Europe libres et voilées », Socio-anthropologie, n°17/18, 1e semestre 2006.

M. Zeghal, « La constitution du Conseil Français du Culte Musulman : reconnaissance politique d'un islam français ? », Archives de Sciences Sociales des Religions, n°129, janvier-février 2005.


Notes:


1 Il est important de rappeler ici quelques principes et notions relatifs à la laïcité : la rue fait partie de l’espace public, non de la sphère publique. Or la laïcité n'a de sens que dans la sphère publique, et ne concerne pas les usagers. Dans l’espace public de la société civile, la première exigence de la laïcité consiste à respecter la liberté de chacune et de chacun. Seul un trouble manifeste à l’ordre public, une atteinte aux droits d’autrui peut légitimement limiter cette liberté.

2 Danièle Hervieu-Léger, Catholicisme, la fin d'un monde, Paris, Bayard, 2003.

3 On pourra se référer à ce propos à l'imposant travail de synthèse des données réalisé par Jean-Louis Ormières : L'Europe désenchantée. La fin de l'Europe chrétienne ?, Paris, Fayard, 2005.

4 Je renverrais ici à notre ouvrage : Olivier Bobineau et Sébastien Tank-Storper, Sociologie des religions, Paris, Armand Colin, 2007.

5 Ernst Troeltsch, Protestantisme et modernité, Paris, Gallimard, 1991, p.31.

6 Les enquêtes empiriques ne cessent de mettre en évidence les logiques de circulation des croyants modernes, à travers notamment la hausse significative des conversions partout dans le monde. Aux Etats-Unis par exemple, les études récentes montrent que 28% des Américains ont quitté la religion dans laquelle ils ont été élevés pour rejoindre un autre groupe religieux ou n'adhérer à aucun. Si l'on inclut les transferts d'appartenance au sein de la grande famille protestante, ce sont même 44% des Américains qui ont changé d'appartenance au cours de leur vie (sources : http://religion.info/french/articles/article_365.shtml [32]). Voir également Danièle Hervieu-Léger, Le Pèlerin et le converti. Paris, Flammarion, 1999.

7 Farhad Khosrokhavar, L'islam des jeunes, Paris, Flammarion, 1997.

8.Mais ce que soulignent les enquêtes, c'est que lorsque le voile est imposé par la famille, les jeunes filles s'empressent de l'enlever dans le cadre scolaire (Liogier).

Partager cet article
Repost0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 09:43


 

Suite à l'annonce d'un plan de suppressions d'emplois à l'usine Thomson Technicolor de Rennes, il avait été décidé d'aller manifester jusqu'au centre-ville jeudi 8 avril. La mobilisation a réussi, formant un cortège de 300 personnes qui a rejoint le centre après une marche de 6 km aux cris de « Non aux licenciements » ou « C'est la guerre, on ne se laissera pas faire ».

Devant la préfecture, la rencontre avec une cinquantaine de parents d'élèves manifestant contre la fermeture de classes dans une école de la ville, a permis de crier ensemble le ras-le-bol de « ces guignols qui ferment les usines, qui ferment les écoles ».

 

Le parcours s'est terminé devant l'hôtel-de-ville, où une élue municipale a indiqué que des responsables de la ville et de la région (Parti Socialiste) veulent rencontrer le PDG de Thomson. Cependant, lors de plans de licenciements précédents sur la ville, comme à Alcatel, Motorola ou Philips, ils n'avaient guère pu faire plus que regretter le comportement des patrons qui empochent les subventions et jettent ensuite des travailleurs à la rue.

Pour se défendre, les travailleurs ne devront donc compter que sur leurs propres forces, et heureusement la réussite de cette manifestation les a renforcés.

Correspondant LO

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg