Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 09:48


mercredi 31 mars 2010

Sans compter les personnes assignées, ils sont une soixantaine à avoir débrayé pendant une heure, mardi après-midi à l'hôpital.
A l'appel de l'intersyndicale CFDT/SUD/CGT, les manifestants se sont inscrits dans le cadre du débat qui s'ouvrait hier à l'Assemblée nationale, sur la loi rénovant le dialogue social dans la fonction publique. Ils fustigent l'article 30 qui supprime la catégorie active et induit la majoration de la durée d'assurance. « C'est une remise en cause du droit de partir à la retraite à 55 ans et la suppression de droits acquis, drôle de modernisation. »
Le mouvement concerne les infirmières DE spécialisées, les manipulateurs radios, les rééducateurs et les cadres de santé. « Le gouvernement a décidé de passer en force en rajoutant un amendement au texte de loi. Comment parler de valorisation d'une profession quand, on assiste, en même temps, à des reculs sociaux ». Pour les personnes qui devront, entre juin et décembre, opter pour la catégories A ou B, « cela reviendra à choisir entre la peste et le choléra ».
Repost 0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 09:46


   mardi 30 mars 2010  
Le site de Thomson Grass Valley dans la zone de Rennes Atalante Beaulieu est voisin d’un autre site du groupe, celui de Thomson R & D qui emploie environ 500 salariés.

La direction de Grass Valley, filiale du groupe Thomson, vient d’annoncer un vaste plan social lors d’un comité central d’entreprise. A Rennes, où cette société, spécialisée dans les technologies de la diffusion pour télévisions et studios de cinéma, emploie 400 personnes, ce sont 182 postes qui vont être supprimés. A Brest où 75 personnes travaillent, 26 postes vont être supprimés. Au total, Grass Valley va réduire ses effectifs de 327 postes en France et de 625 à travers le monde.


A Rennes, l’intersyndicale appelle les salariés à débrayer, mercredi, à 11 h.

Repost 0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 09:43

toc-toc

 

Mobilisation des parents

Éducation mardi 30 mars 2010

La possible fermeture d'une classe à l'école maternelle Jean-Macé d'Hennebont mobilise les parents d'élèves, qui ont manifesté cet après-midi, à la sortie de l'école.

 

« A la rentrée prochaine, il est projeté qu’une des quatre classes soit fermée, redoute une maman. Nous avons un effectif de 101 élèves et, pour la rentrée prochaine, nous annoncions 93. Or, les autorités académiques ont retenu le chiffre de 84 élèves. »


Présent aux côtés des familles, Loïc Fouillen, adjoint aux affaires scolaires, explique que «La maternelle Jean-Macé est la seule école publique sur la rive droite. Elle rayonne sur le tiers de la commune et est en développement avec la création de nouveaux lotissements. » Ce mercredi, à 17 h, les parents iront à l’Inspection de circonscription remettre la pétition qu'ils viennent de lancer.

Repost 0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 09:39

aff2000 total

mercredi 31 mars 2010  
La Cour d'appel de Paris a maintenu, hier, la notion de préjudice écologique après le naufrage de l'Erika, pétrolier affrété par Total, en décembre 1999, et la marée noire qui en a résulté (ici, au Croisic, en Loire-Atlantique). Les parties civiles - dont l'État - se partageront 200 millions d'euros de dommages et intérêts.

+ DOSSIER SPECIAL. Erika : du naufrage au procès

La Cour d'appel reconnaît le préjudice écologique, mais exonère le groupe pétrolier des indemnités.


 

Comme en première instance, les prévenus ont été reconnus coupables et condamnés aux mêmes peines : l'armateur Giuseppe Savarese et le gestionnaire Antonio Pollara à 75 000 € d'amende. La société de classification italienne Rina et Total à 375 000 €. Le groupe pétrolier n'était pourtant que l'affréteur du navire qui a fait naufrage en décembre 1999, au large des côtes bretonnes. En le sanctionnant, la Cour d'appel de Paris confirme une jurisprudence qui fera date.

Les magistrats constatent que le naufrage a pour origine une corrosion avancée de la coque, elle-même « directement en relation avec l'entretien du navire ». À Pollara, il est reproché d'avoir fait réaliser sur l'Erika des travaux « minimisés à l'extrême ». Pour la Cour, il est « directement responsable du naufrage ». Coupable, aussi, Savarese d'avoir fait naviguer un navire poubelle en toute connaissance de cause. La Rina, d'avoir prorogé le certificat de classe. Et, enfin, Total d'avoir violé ses propres règles de contrôle en passant par pertes et profits une inspection qui aurait conduit « nécessairement » au refus du navire.


200 millions d'indemnités


La Cour a écarté quelques-unes des demandes des parties civiles et un peu corsé l'addition pour d'autres. Surtout, elle a maintenu la notion de préjudice écologique. Le pollueur paie pour les dégâts matériels, pour l'image de marque qu'il abîme. Il est aussi redevable de l'atteinte à la biodiversité, à l'environnement considéré comme un « élément essentiel du bien-être ». Trois millions d'euros en plus pour la Bretagne, trois pour les Pays de la Loire, un pour Poitou-Charentes, un pour le Finistère, 500 000 € pour la communauté d'agglomération de Lorient, etc. Au total, plus de 11 millions supplémentaires, portant le total des indemnités au-delà de 200 millions d'euros.


Qui paiera ? En première instance, c'était les quatre condamnés, de façon solidaire, Total étant le plus riche. Cette fois, le président Valantin a surpris son monde. Seuls Savarese, Pollara et la Rina seront poursuivis sur leurs deniers. Pas Total, pourtant reconnu coupable au même titre que les autres. Explication : un télescopage entre la loi française et une convention internationale, connue sous le nom CLC, « sur la responsabilité civile pour les dommages liés à la pollution par les hydrocarbures ».


Rina ira en Cassation


Élaborée en 1969 après le naufrage du Torrey Canyon, elle avait pour but de faire payer les pollueurs ! Modifiée en 1992, elle désigne comme responsable d'une pollution par hydrocarbures « le propriétaire du navire d'où ils se sont échappés ». Pas l'affréteur, en l'occurrence Total. Il aurait fallu qu'il commette une « faute téméraire », en ayant conscience du risque encouru. Or, a tranché la Cour, ce n'était pas le cas quand il a négligé le contrôle du navire.


Reste maintenant à attendre ce que dira la Cour de cassation, car la Rina a déjà annoncé sa décision de se pourvoir. Les autres parties vont lui emboîter le pas. Réponse dans quatre ans, cinq peut-être... Le feuilleton Erika n'est pas terminé.

Repost 0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 09:33

agua.jpg

31 mars 2010 


 

Un nouveau mode de gestion de l'eau devra être décidé par BMO d'ici la fin de l'année. "C'est une question trop importante pour être laissée aux seuls élus de la collectivité", explique le Collectif "Eau Publique" qui souhaite mettre le débat sur la place publique.


Il invite ainsi les habitants de BMO à une conférence-débat le jeudi 1er avril, à 20 h à l'Espace Vauban.

 

Cette conférence sera coanimée par Danielle Mitterrand (qui abordera la question de l'enjeu international de l'eau), Jean-Luc Touly (qui traitera des modes de gestion et de la corruption dans le domaine de la distribution et de l'assainissement de l'eau) et Jean Rouxel (élu à Ploulec'h et Président du syndicat d'eau du Leguer, qui parlera des travaux actuels sur le retour en régie publique pour l'assainissement à Lannion Trégor Agglomération).

Repost 0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 09:30

 Appel à débrayage aujourd'hui

31 mars 2010  

 

Un préavis de débrayage a été adressé, pour aujourd'hui, de 14h30 à 17h30, à l'Association tutélaire du Ponant qui gère des mesures de tutelles auprès des majeurs protégés.

 

Les salariés des différentes antennes (Brest, Morlaix, Châteaulin...) sont invités à y prendre part. «Depuis plusieurs mois, le climat social se dégrade. Avec des licenciements successifs, plusieurs démissions de représentants du personnel, de la déléguée syndicale CFDT et des arrêts de travail à répétition», pointe la CFDT Santé Sociaux du Finistère.

 

En cause, selon elle, les méthodes de management de la directrice. «Il n'y a pas de méthode de management déstabilisante et je regrette qu'il y ait un conflit avant discussion», se défend la directrice.

 

Un rassemblement des grévistes est également prévu à 14h30 devant le siège de l'association, 44, rue Voltaire, à Brest.

Repost 0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 09:27


31 mars 2010


La carte scolaire 2010-2011, c'est pour aujourd'hui. L'inspection académique dispose d'une marge de manoeuvre limitée pour revenir sur quelques projets de fermetures de postes dans les écoles finistériennes.


Une dotation globale en baisse de sept postes. Un solde négatif de 16postes d'enseignants entre les premières propositions de fermetures (44) et d'ouvertures (28). Marge de manoeuvre très étroite! L'inspection académique pourrait théoriquement procéder au mieux, sauf bouleversement du projet initial (Le Télégrammedu23mars), à une petite dizaine d'ajustements ce matin, avant de rendre publique, au plus tard dans l'après-midi, la carte scolaire 2010-2011 du 1erdegré (maternelle et primaire). Hier, lors d'un comité technique paritaire de quatre heures, l'inspectrice d'académie n'a pris aucun engagement devant les représentants des enseignants (FSU, CFDT, FO, Sud, Unsa).

Certains regroupements abandonnés ?

«Nous avons défendu de nombreuses situations d'écoles et appuyé sur la scolarisation des 2ans. Elle a écouté nos arguments, mais elle ne nous a pas dit, alors que nous souhaitions connaître ses décisions, quelles situations elle serait susceptible de revoir. Les ouvertures semblent devoir être confirmées», a indiqué l'un d'eux à la sortie. Tout juste aurait-elle laissé entendre «qu'elle pourrait revenir sur environ la moitié des regroupements d'écoles (une quinzaine prévue) dans des communes où les élus ont exprimé leur opposition».

Manif du second degré

Du côté du second degré (collèges et lycées) cette fois, les syndicats enseignants Snes-FSU, CGT-Educ'Action, Sud Éducation et FO appellent à un rassemblement, cet après-midi, à 15h, devant l'inspection académique du Finistère. Les organisations réclament «le retrait de la réforme de la formation des maîtres et des conditions d'affectation des stagiaires».

 

Les syndicats pointent notamment les difficultés à «placer» 63 stagiaires à temps plein dans les établissements finistériens. Ils dénoncent les répercussions de l'affectation de ces stagiaires «sur les mutations des enseignants et des conseillers principaux d'éducation». Comme ses répercussions sur la situation des titulaires remplaçants, des contractuels et vacataires. Par ailleurs, hier, dans un communiqué, Christian Ménard a indiqué, hier, être intervenu auprès de François Fillon, Premier ministre, pour lui demander de faire observer un moratoire sur les mesures de fermeture des postes dans les écoles rurales, s'appuyant sur la charte sur l'organisation de l'offre des services publics et au public en milieu rural.


Repost 0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 09:24

31 mars 2010  


Les salariés du foyer d'accueil médicalisé Kreiz ar Prat de Plouay étaient hier à Vannes, pour savoir où en est le financement de la structure et réclamer des postes supplémentaires.


Les salariés, la CFDT Santé, un membre du conseil d'administration, ainsi qu'une représentante des familles des 32 adultes autistes, âgés de 21 à 60ans, du foyer de Kreiz ar Prat, implanté à Plouay, s'inquiètent du financement de la structure. Depuis novembre 2009, ils réclamaient une rencontre avec la direction départementale des interventions sanitaires et sociales (Ddiss) et la Ddass, afin de faire le point sur la situation de l'établissement. Faute d'obtenir un rendez-vous, hier, ils se sont rendus directement dans les locaux de la Ddass dont ils ont pu rencontrer le directeur ainsi que celui de la Ddiss.

«De la maltraitance institutionnelle»

«Le déficit structurel dû à l'absence de financement semble être comblé pour 2009 mais qu'en sera t-il pour les années à venir? Hier, les deux instances ce sont une nouvelle fois renvoyé la balle, chacun campant sur ses positions», a indiqué Didier Lestang, secrétaire général de la CFDT Santé.

 

«C'est de la maltraitance institutionnelle. Nous sommes trois personnes par résidant en semaine, seulement deux le week-end», dénonce une des salariés du foyer qui réclament d'être «au moins cinq équivalents temps plein comme le prévoit le projet d'établissement». L'équipe souffre de ne pas pouvoir appliquer le projet d'établissement.

 

«Au niveau éducatif, on ne peut rien faire. Les résidants sont pressés de faire leur toilette, de prendre leur repas, car nous ne sommes pas assez nombreux. Ce qui génère des tensions», raconte un membre de l'équipe. «Les moyens humains ne semblent permettre que la mise en sécurité des résidants vis-à-vis d'eux-mêmes et les uns par rapport aux autres. Celle-ci n'étant plus forcément respectée si une action éducative plus individualisée est entreprise», précise Didier Lestang.

 

D'ici deux mois, l'ensemble des résidants du foyer vont être revus par un médecin. Délai au terme duquel, la Ddass et la Ddiss ont promis aux salariés de leur donner une réponse.

Repost 0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 09:20

Langueux (22).

31 mars 2010


Voilà un jugement qui risque de faire du bruit au sein de l'Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa). La cour d'appel de Rennes vient de condamner l'association pour avoir employé un salarié du centre de Langueux pendant huit ans en contrats à durée déterminée (CDD).

Quinze CDD en huit ans


Jean-Claude Diridoulou, formateur pour les métiers du bâtiment notamment auprès des détenus de la maison d'arrêt de Saint-Brieuc, a signé quinze CDD en huit ans.

 

Il a décidé d'attaquer son employeur devant le tribunal des prud'hommes de Saint-Brieuc et obtenu gain de cause. L'Afpa a été contrainte de requalifier son contrat en CDI et de le réintégrer au sein de l'association. Le salarié a également obtenu des rappels de salaire et des primes équivalents à huit ans de travail pour un montant supérieur à 10.000 €.

 

L'Afpa a fait appel de ce jugement mais la cour d'appel de Rennes l'a confirmé. «C'est une décision très importante qui pourrait faire jurisprudence et avoir des conséquences nationales. Plusieurs centaines de salariés de l'Afpa, actuellement en situation précaire, pourraient obtenir la même chose», avance Jean-Louis Rotter, du syndicat Sud. Jointe hier, l'Afpa n'a pas indiqué si elle avait l'intention de se pourvoir en cassation.

Repost 0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 09:18

 

31 mars 2010


Hier après-midi, les facteurs de Dinan ont manifesté devant la préfecture de Saint-Brieuc.

 

À défaut d'être reçus par le préfet, ils ont à nouveau protesté contre la réorganisation de leur centre de distribution. En grève depuis une semaine, ils dénoncent la suppression de trois tournées et de 3,3 postes de travail qui sera effective le 13 avril.

 

«La Poste anticipe une éventuelle baisse de trafic. Cela fait partie du plan qui prévoit la suppression de 213 postes entre les Côtes-d'Armor et l'Ille-et-Vilaine en 2010», affirment les facteurs. Les négociations avec la direction de La Poste ont repris hier à 17h30.

 

La poursuite de la grève sera décidée ce matin. Les syndicats ont fait constater par l'Inspection du travail que La Poste faisait appel à des intérimaires pour remplacer les grévistes et ont déposé plainte.

Repost 0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg