Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 13:53
Partager cet article
Repost0
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 10:21



Partager cet article
Repost0
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 10:14
Partager cet article
Repost0
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 10:02
Par MMF le Mercredi, 24 Février 2010

En 2010, une fois de plus, nous, les militantes de la Marche Mondiale des Femmes sur les cinq continents, nous serons en marche.


Nous marcherons pour afficher notre persévérance et notre force en tant que collectif de femmes organisé rassemblant des expériences, des cultures politiques et des origines ethniques diverses, tout en ayant une identité et un objectif commun : surmonter l’ordre actuel injuste qui entraine la violence et la pauvreté et construire un monde basé sur la paix, la justice, l’égalité, la liberté et la solidarité.


* Nous marcherons, en solidarité avec les femmes qui n’ont pas la liberté de le faire, à cause de la guerre ou des conflits armés ; de la division sexuelle du travail qui maintient les femmes prisonnières chez elles ; du système capitaliste et patriarcal dans lequel la sphère publique - les rues, les locaux de travail et d’enseignement, les lieux de loisirs - est réservée aux hommes ; du manque de temps du fait que les femmes sont obligées de jongler avec toutes ces tâches, souvent à elles seules dévolues, et qui assurent la vie et la continuité de vie.


* Nous marcherons pour réclamer nos droits. Nous marcherons pour résister à ceux qui veulent supprimer les droits déjà conquis au cours de nos luttes, contre l’offensive des fondamentalistes religieux et des secteurs conservateurs de la société et de l’Etat. Nous serons en marche pour le monde que nous désirons : un monde dans lequel l’autonomie, l’autodétermination et la solidarité soient les piliers de l’organisation de nos sociétés.


* Nous marcherons dans la lutte contre la marchandisation de nos vies, de notre sexualité et et de nos corps. Nous ne sommes pas des objets à acheter ou à vendre ! Nous nous refusons à être traitées comme des morceaux de viande par le trafic, les industries pornographique et publicitaires ! Nous n’acceptons pas la violence, à la maison, dans la rue ou dans nos lieux de travail ! Nous serons en marche jusqu’à ce que toutes les femmes puissent vivre sans subir des actes ou des menaces de violences.


* Nous marcherons pour dénoncer le système capitaliste, sexiste, raciste et homophobe, qui exploite le travail quotidien reproductif et productif des femmes, tout en concentrant les richesses dans les mains de quelques-uns. Nous demandons que le principe de salaire égal à travail égal soit reconnu ; nous demandons un salaire minimum juste, la réorganisation et la distribution des tâches qui assurent la vie et la continuité de la vie et la sécurité sociale, sans aucun type de discrimination. Nous serons en marche jusqu’à ce que toutes les femmes aient leur autonomie économique.


* Nous marcherons pour la fin immédiate des conflits armés et de l’utilisation du corps des femmes comme butin de guerre. Nous marcherons pour dénoncer les intérêts économiques qui se dissimulent derrière les conflits - le contrôle des ressources naturelles et des peuples, les bénéfices de l’industrie d’armement. Nous serons en marche jusqu’à ce que les femmes soient reconnues et valorisées en tant que protagonistes des processus de paix, de reconstruction et de maintien de la paix dans leur propre pays.


* Nous marcherons pour lutter contre la privatisation des ressources naturelles et des services publics. Nous marcherons pour la souveraineté alimentaire et énergétique, contre la destruction et le contrôle de nos territoires, et contre les fausses solutions apportées au changement climatique. Nous serons en marche jusqu’à ce que notre droit à la santé, à l’éducation, à l’eau potable, à l’assainissement, à la terre, au logement et à l’autonomie en terme de semences traditionnelles aient été obtenu.

Joignez-vous à notre action !

La 3e Action de la Marche Mondiale des Femmes (MMF) sera axée sur deux moments principaux :


- Du 8 au 18 mars, des marches et des mobilisations nationales diverses, de toutes formes, couleurs et rythmes se dérouleront simultanément. Ceci célèbrera aussi le centenaire de la déclaration de la Journée Internationale des femmes, instaurée par les déléguées de la 2e Conférence International des femmes socialistes qui a eu lieu à Copenhague en 1910.


- Du 7 au 17 octobre, des marches et diverses actions auront lieu simultanément à une mobilisation internationale dans le Sud Kivu en République Démocratique du Congo (RDC) afin de renforcer le protagonisme des femmes dans la résolution des conflits.


Des actions et activités seront réalisées entre temps au niveau régional, dans plusieurs pays :

- Amériques : du 21 au 23 août en Colombie

- Asie et Océanie : du 12 au 14 mai aux Philippines

- Europe : le 30 juin en Turquie


L’action internationale est ouverte à tous les groupes de femmes et aux femmes qui veulent se joindre à nous pour lutter en faveur de la construction de ce monde que nous souhaitons, un monde basé sur les alternatives des femmes. Venez et marchez avec nous !

Des plans dans les pays

Il ne passe pas une Journée internationale des femmes sans que les activistes de la MMF se mobilisent et sans que leur présence ne soit vue et écoutée dans les rues des endroits où elles habitent. Pour l’inauguration de l’action de 2010, il y a des pays qui sont déjà en train de se préparer pour des marches et des mobilisations, pendant la période du 8 au 18 mars ou pendant plusieurs jours de cette période, dans le but d’attirer l’attention sur la situation de violence dans laquelle les femmes vivent, et pour leurs demandes d’un monde plus juste.


Au Kenya, par exemple, dans le cadre des activités qui commenceront le 8 et qui finiront le 18 il y aura des spectacles de la rue, des événements culturels, une conférence, des marches, une vigile et des visites à des communautés.


Au Brésil, près de 3.000 de nos compagnes de la Marche et de mouvements alliés seront en marche de Camphinas à la capitale de l’État de São Paulo, pendant 10 jours. De la même manière, au Pakistan, les femmes rurales et urbaines marcheront dans des autobus, des tracteurs et des chars à bœufs de Hyderabad à Karachi.


Au Sri Lanka, la marche se déroulera entre les villes de Thalahena et Marawila, entre le 8 et le 11 et, après une pause de quatre jours, on recommencera entre le 15 et le 18. Au Mali, on fera un atelier pour élaborer des matériaux de divulgation et une activité pour les lancer, d’autre part, on fera des marches décentralisées dans les six districts de Bamako, tout ce qui aura lieu entre le 8 et le 15 de mars. Le point culminant de ces actions sera le 18 avec une marche dans la région du nord du pays.


D’ailleurs, pour fêter les 100 années de la Journée internationale des femmes et l’inauguration de l’Action internationale, depuis des mois, on est en train de préparer des mobilisations dans plusieurs provinces et villes, dont : l’Argentine, le Bangladesh, la Belgique, l’Angleterre, le Québec, la Suisse et le Philippines.


De la même manière, au Pays Basque,  Bolivie,  Canada,  Camarones, Chili,  Salvador,  France,  Galice,  Grèce,  Guatemala, lnde, Italie, Japon, Mali, Mexique,  Népal,  Pérou, Afrique du sud,  Soudan, Turquie et  Sahara occidental. Au Burkina Faso et Mozambique l’on planifie des événements – des ateliers, des entretiens, des activités culturelles et sportives – pour marquer le lancement de l’Action internationale. Certains d’eux auront lieu le 6 mars, d’autres le 8 ou les jours qui suivront.


Pour le mois d’octobre, au Québec, il est déjà en préparation, dès maintenant, une marche de cinq jours entre le 12 et le 17 octobre, composée de plusieurs autres qui, sortant de différentes régions de province, se rassembleront à Rimouski, en Bas Saint-Laurent.

D’autres pays effectueront des actions dans d’autres mois, particulièrement entre le 11 juin et le 11 juillet, rejetant la promotion de l’industrie de la prostitution, lors de la Coupe du monde de football en Afrique du sud.

Des plans dans les régions

En Asie :


lutte contre le libre échange, les bases militaires et le trafic de femmes.

Il y aura une réunion des coordinations nationales de la MMF en Asie et Océanie, entre le 12 et le 14 mai à Quezon City, en Philippines. Ce sera le moment de faire le bilan des mobilisations réalisées le mois de mars dans les pays de la région, d’approfondir le débat sur les quatre champs d’action et de planifier les actions d’expansion et de consolidation de la Marche dans la région et en séquence à la Troisième action internationale. En plus de cette rencontre, l’on prépare une mobilisation dans les rues dans le cadre de la lutte contre le trafic de femmes, le libre échange, la militarisation et le changement climatique, faisant partie de l’action régionale.


Aux Amériques :


rencontre de femmes contre la guerre et pour la paix

Cette rencontre, appelée par le Mouvement social de femmes contre la guerre et pour la paix de la Colombie et par la Marche mondiale des femmes, aura lieu entre le 16 et le 23 août. Elle vise à réfléchir et à agir sur la grave situation du conflit armé et social que les peuples des Amériques vivent et tout particulièrement la Colombie.


Cette situation touche le territoire et la souveraineté et surtout la vie, l’autonomie et le corps des femmes, qui souffrent les ravages sociaux, psychologiques, économiques et physiques de la guerre. En plus, l’annonce récente de l’installation en Colombie de bases militaires des Etats-Unis, représente une menace pour tout le continent, vu que ces bases deviennent un instrument d’intervention militaire pour le contrôle politique et social des peuples, mettant en péril leur souveraineté.


L’appel affirme que : “La guerre a accentué la violence, la pauvreté et l’inégalité. Les effets pervers de la guerre, tels que le déplacement, les féminicides et les disparitions, retombent sur les femmes, en plus de la responsabilité pour le soutien familial face à un État qui n’offre pas les services de base et donne la priorité du budget aux projets militaristes ».

Dans la Rencontre, il y aura trois moments : d’abord une action international humanitaire dans de différentes régions du pays, suivie de la rencontre des femmes à la ville de Bogotá, et clôturant avec une action politique publique représentée par une mobilisation et une vigile pour la vie et pour la souveraineté.


En Europe :


marche et débat sur des demandes au niveau régional


L’action européenne de la MMF aura lieu à Istanbul, Turquie, le 30 juin, un jour avant le Forum social européen (du 1er au 4 juillet), mais indépendant de celui-ci, et rassemblera entre 200 et 300 activistes du mouvement. Pour la journée de l’action, les plans prévoient la réalisation d’une marche et des débats sur les quatre champs d’action avec des présentations des luttes des femmes turques et kurdes. On prévoit aussi des actions auprès des médias. En ce moment, un groupe de travail prépare une proposition de demandes de la MMF au niveau européen, à être débattue par les coordinations nationales d’ici jusqu’à Istanbul.


En Afrique :


une mobilisation internationale clôture l’action de 2010


La mobilisation de clôture aura lieu a Bukavu, à la province de Sudkivu, dans la République Démocratique du Congo, entre le 14 et le 17 octobre, avec la présence d’une délégation internationale conformée principalement par des femmes du continent africain, mais aussi par des femmes d’autres pays en conflit dans le monde.


Dans la première mission internationale de planification en octobre de 2009, on a défini le format de l’acte ; celui-ci prévoit deux journées de panels sur les quatre champs d’action de la MMF, une journée de foire de la souveraineté alimentaire et une journée de manifestations des femmes dans les rues, contre la guerre et pour la paix. Parmi les activités, il y aura une plantation d’arbres et l’inauguration d’un mémorial en honneur des femmes victimes de la violence en RDC, particulièrement les femmes enterrées vivantes au territoire de Mwenda (Kasika).


Dans la prochaine édition de ce bulletin vous aurez d’autres de renseignements sur la situation social, politique et économique de la RDC comme un tout, en particulier sur les femmes.

Notre approche sur les champs d’action

En tant que résultat d’un long processus de discussions faites dans des dynamiques locales (par les coordinations nationales) et internationales (en particulier dans les Rencontres internationales), les quatre champs d’action constituent la synthèse de l’ensemble des actions développées par les plusieurs groupes qui ont participé et qui constituent la base de la MMF dans des différents pays. Ci-dessous, certaines luttes que la Marche va mettre en évidence tout au long de 2010 dans chaque champ :


Bien commun :


Nous luttons contre la privatisation de la nature et des services publiques et contre les solutions de marché pour le changement climatique. Nous réaffirmons le principe de la Souveraineté alimentaire, le droit à la santé, à l’éducation, à l’eau potable et à l’assainissement.


Paix et démilitarisation :


Nous voulons mettre en évidence la complexité des causes de la guerre, ainsi que le contrôle du corps et de la vie des femmes, la manipulation des conflits ethniques et religieux, l’exploitation des ressources naturelles et les intérêts de l’industrie de l’armement. L’armée et/ou les groupes paramilitaires exercent violence contre les femmes, ainsi que dans leurs propres communautés, tout particulièrement de la part des hommes qui les repoussent et qui les culpabilisent par violence qui souffrent.


Travail des femmes :


Nous prônons pour l’accès de toutes les travailleuses et travailleurs à leurs droits, à la sécurité sociale et à l’égalité salariale, ce qui inclut un salaire minimum juste partout dans le monde, sans discriminations d’aucune sorte.


Violence envers les femmes : Nous luttons contre la violence au moyen d’actions de sensibilisation de la société, tout ensemble avec d’autres mouvements sociaux alliés et nous formulons aussi des demandes à l’État. Nous voulons faire explicite la manière comme la violence envers les femmes est produite, quelles sont ses causes et comment se manifestent-elles. De la même manière nous voulons rendre visibles les différentes formes de résistance des femmes face à la violence sexiste, tout particulièrement dans ce qui est collectif.


Les textes complets de chaque champ d’action sont disponibles dans la page Web de la Marche mondiale des femmes:


http://www.marchemondiale.org

Partager cet article
Repost0
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 09:58



Partager cet article
Repost0
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 09:44
2010-02-25-Meeting-VraimenT-A-Gauche-a-Brest--1-.jpg



Malgré la période de vacances scolaire, une salle de la Maison des syndicats presque remplie, a écouté les interventions.

 Josette Brenterch, candidate Brestoise est intervenue sur les questions sensibles à Brest que sont : la filière de démantèlement des vieux navires,  la gestion publique de l'eau et contre  le vote par machine électronique, pour le retour au vote papier.

 Ensuite,  Roland Jaouen, un des responsable Finistériens du Parti de Gauche a expliqué son engagement dans cette liste unitaire, et la division du PG qui a conduit les dissidents en Bretagne à se mettre en association sous le nom de ''Militer Pour la Gauche''.

Louis Le Pape, membre du Conseil Politique National du NPA a exposé les efforts déployés en vain pour parvenir à une liste unitaire à gauche de la gauche, déterminée à ne pas abandonner son programme pour rentrer dans un exécutif régional dominé par les socialistes.

Ce fut ensuite le tour de Jean Marie Robert, tête de liste du Morbihan, animateur du Mouvement des Objecteurs de Croissance d'insister sur la spécificité de son engagement politique et les convergences importantes entre le NPA et le MOC, travail en commun qui ne devraient pas s'arrêter au soir de ces régionales.

Laurence de Bouard tête de liste régionale VraimenT A Gauche a ensuite brossé à grand trait le programme de la liste unitaire, en opposition à la droite comme aux renoncements à mener une politique vraiment à gauche de la majorité sortante.

A la sortie, par paquets, tracts et affiches étaient distribués pour  alimenter les dernières semaines  de la campagne.

Un premier tour de chauffe avant le grand meeting de Lorient,

 mardi 2 mars à 20h30 Salle Cosmao avec Olivier Besancenot
Partager cet article
Repost0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 10:31


Partager cet article
Repost0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 09:48



Partager cet article
Repost0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 09:46
0nosvies.jpg
Déclaration de Pierre-François Grond, porte-parole de la campagne NPA.

Dans une tribune publiée hier, mardi 23 février, dans Libération, des responsables socialistes dont quatre présidents de régions, veulent faire converger "toute la gauche, les démocrates du centre et jusqu'à ceux pour qui le gaullisme signifie le refus de la soumission de l'Etat aux intérêts particuliers".


En clair une confirmation d'une alliance assumée avec le MODEM de François Bayrou et un nouveau pas vers la droite en direction de Dominique de Villepin et ses amis chiraquiens.


Quel programme social et démocratique pourrait être mené par une telle alliance ? Ce nouveau glissement vers la droite illustre une nouvelle fois l'orientation d'adaptation au capitalisme et au "réalisme gestionnaire" de présidents de régions qui dans leurs territoires mettent en oeuvre, et continueront à le faire, des politiques en conformité avec cette orientation.


C'est l'occasion pour le NPA de réaffirmer avec force, à travers les listes qu'il présente et qu'il soutient à ces élections régionales, la nécessité d'une gauche anticapitaliste indépendante.


C'est également la confirmation de l'impossibilité de tisser des accords de gestion avec des élus socialistes qui préparent une nouvelle ouverture à droite.


Partager cet article
Repost0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 09:31
3singes

Cela fait un mois que nous avons envoyé un courrier électronique aux élu(e)s et candidat(e)s du Finistère et de Bretagne ayant des liens politiques avec M. Poignant et Mme Cariou.
Lettre aux élu(e)s & candidat(e)s

M. Urvoas (PS), député de la 1ère circonscription du Finistère (Quimper).

Mme Blondin (PS), sénatrice, vice présidente du Conseil Général du Finistère, Conseillère de la Communauté d'Agglomération de Quimper-Communauté.

Mme Lebranchu (PS), députée de la 4ème circonscription du Finistère, Première Vice-Présidente du Conseil Général de Bretagne et tête de liste aux élections Régionales dans le Finistère.

M. Le Drian (PS), président du Conseil Régional de Bretagne et candidat à sa succession.

M. Hascoët (Europe Ecologie), tête de liste d'Europe Ecologie Bretagne.

Aucun d'entre eux n'a daigné nous répondre à ce jour, même pas avec un accusé réception !

Le mépris des élus de la municipalité quimpéroise n'est donc pas qu'une spécialité locale.
Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg