Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 11:16
picture-910-490x375.png

 



L’évènement qui, cette semaine, retiendra l’attention du village planétaire sera sans nul doute la réunion du G20 à Pittsburgh. Après le sommet de Londres au printemps dernier, les dirigeants des grandes puissances se réunissent à nouveau pour faire face à la crise mondiale.


Au menu : comment passer des vertueuses déclarations d’intention sur la régulation du capitalisme aux actes et aux mesures concrètes ? Pas si facile d’arriver à des positions communes, alors que la crise ne fait qu’exacerber la concurrence entre les principaux impérialismes !


 

Déjà, Christine Lagarde présente à l’avance comme une « grande victoire pour l’Union européenne et pour la France » le simple fait de… discuter de « l’encadrement des bonus » alors même que chacun sait que les États-Unis vont refuser toute limitation réelle de ces mêmes bonus.


 

Il faut dire que la ministre française de l’Économie est assez mal placée pour faire la leçon à Barack Obama sur ce sujet. Après le scandale de la BNP – un milliard d’euros de bonus, alors que la banque a reçu 5 milliards d’aide d’argent public - Libération vient de révéler celui de la Société Générale, avec des bonus individuels annuels pouvant atteindre… 10 millions d’euros !


Autre pomme de discorde : les règles « prudentielles » régissant les fonds propres des banques par rapport à leur endettement : là, ce sont les USA qui veulent imposer des règles et des modes de calcul qui – oh, surprise ! – visent à favoriser les banques US !


On le sait : les dirigeants français – notamment Sarkozy et Kouchner - ne manquent pas d’humour. Ainsi, depuis quelque temps, ils ne ratent pas une occasion d’évoquer la taxation des transactions financières. Alors, bientôt le retour de la taxe Tobin ? Ne nous affolons pas…


Selon Christine Lagarde, il ne faut rien brusquer : « cette belle idée va cheminer, mais elle n’est pas à l’ordre du jour du G20 » ! On s’en doutait un peu…


Au fond, jour après jour, sommet après sommet, ses dirigeants les plus en vue le confirment eux-mêmes : la « moralisation » du capitalisme, c’est… mission impossible.

 

François Coustal
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 07:24
fret-deux.JPG

 

Les cheminots se mobilisent contre la décision de la SNCF d’abandonner une partie de son activité fret dont les conséquences néfastes seront sociales et environnementales.


Le 22 septembre, le jour même de la grève contre la privatisation de la poste, a eu lieu une journée d’action appelée par SUD-Rail. Elle faisait suite à un rassemblement au Bourget (Seine-Saint-Denis) appelée par la CGT le 16 septembre où 2 500 à 5 000 cheminots se sont retrouvés, et un autre le 9 septembre à Thouars (Deux-Sèvres), où les cheminots sont en lutte contre une direction qui menace de supprimer les emplois si les agents n’acceptent pas la remise en cause de leur statut.


À l’origine de ces actions, la décision de la direction de la SNCF qui se prépare à annoncer l’abandon de près de 60 % de l’activité « wagon isolé » de la branche fret. Il s’agit d’acheminer – le plus souvent pour des petits entrepreneurs et industriels – des wagons individuels ou par petits groupes. Ces convois transportent souvent de petits chargements « sur mesure » pour plusieurs clients et passent par différentes gares de triage au cours de leur trajet. Une activité qui est du point de vue économique, moins rentable que les trains entiers sur lesquels la direction souhaite se « recentrer ».


Les trains entiers de marchandises sont en général acheminés sans passage intermédiaire par les triages, avec un gros chargement homogène pour un grand industriel payant une grosse facture. Les opérateurs ferroviaires privés se positionnent d’ailleurs uniquement sur ces trains et délaissent complètement l’activité wagon isolé, uniquement assurée par la SNCF. Le quasi-abandon du wagon isolé entraînerait non seulement 6 000 à 8 000 suppressions d’emplois, mais mettraient aussi 700 000 camions supplémentaires sur les routes chaque année, alors que beaucoup de « com’ » est faite autour du Grenelle de l’environnement.


Les cheminots de tous les services subissent sans arrêt des réorganisations et des suppressions de postes. À cela s’ajoute les attaques d’une direction qui cherche à détruire les acquis sociaux du statut, au nom de la « compétitivité face à la concurrence ».


Pourtant, la concurrence, c’est avant tout la direction de la SNCF qui l’organise par ses filiales. En effet, le groupe SNCF est aujourd’hui le premier transporteur routier du pays et ses filiales ferroviaires (VFLI, Naviland Cargo, etc.) représentent plus en termes de trafic que l’ensemble des autres entreprises privées circulant sur le réseau ferré. Face à de telles attaques qui en annoncent bien d’autres, seule peut répondre une mobilisation importante de cheminots de tous services, déterminés à défendre leurs emplois et leur statut et à imposer les embauches nécessaires.


Cette lutte est celle que mènent bien des travailleurs, du public comme du privé, contre les licenciements et les suppressions d’emplois. C’est l’ensemble du monde du travail qui se retrouve dos au mur face au patronat qui prend prétexte de la crise pour multiplier les attaques !

C’est tous ensemble que nous devons nous défendre.

Axel Persson
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 07:23
1257_image.jpg

 

À l’approche des élections régionales, le malaise grandit parmi les députés et sénateurs de l’UMP, soucieux d’échapper à l’impopularité de Sarkozy et de son gouvernement.


À la veille de l’ouverture des journées parlementaires de l’UMP, les 24 et 25 septembre, les relations sont quelque peu tendues entre Sarkozy et sa majorité. Déjà, pendant l’été, « l’ouverture à droite », à de Villiers et aux chasseurs, avait provoqué quelques grincements de dents chez les ralliés de « gauche », ainsi tournés en ridicule. Bockel, venu de l’aile droite du PS n’avait trouvé cela « ni anodin ni facile ».


Puis, il y eut l’annonce de la taxe carbone, résultat de la collaboration de l’ancien Premier ministre socialiste Rocard. Immédiatement critiquée par Juppé et Copé, le chef de groupe UMP à l’Assemblée, elle provoque encore des remous parmi les élus UMP. Au point que Sarkozy a dû y revenir lors de la réunion qu’il a tenue avec eux la semaine dernière. « Je ne laisserai pas l’environnement aux seuls écologistes », a-t-il expliqué en rappelant qu’il avait signé le pacte de Nicolas Hulot.


Et d’ajouter, en direction de ceux qui s’inquiétaient de l’impopularité d’une taxe frappant la population, et donc leurs électeurs potentiels, « les Français recevront un chèque en février, un mois avant d’aller aux urnes ». Ce n’est bien sûr pas le cynisme d’une telle déclaration, rapportée par le Monde, qui a pu gêner les députés UMP, mais ils doutent, simplement, que cela suffise pour ne pas en payer le prix lors des prochaines échéances électorales. De leur côté, les sénateurs UMP ont exprimé leur mécontentement concernant la suppression de la taxe professionnelle. Ils craignent, plus exactement, que les recettes prévues pour la remplacer ne soient pas suffisantes alors que les dépenses des collectivités territoriales ne font qu’augmenter et qu’eux-mêmes sont élus par les grands électeurs qui dirigent ces collectivités.


Dernièrement, la décision de Besson, le nouveau ministre de l’Immigration, de ne pas signer les décrets d’application pour la mise en œuvre des tests ADN, a provoqué une nouvelle bronca chez les députés à qui Sarkozy et Hortefeux avaient imposé l’ajout de cette mesure, il y a deux ans, sous la forme d’un amendement à la loi sur l’immigration. De quoi apporter de l’eau au moulin de Copé qui, dans la perspective d’être un futur présidentiable – en 2017, a-t-il lui-même déclaré, mais pourquoi pas avant ? – mène campagne sur le thème des droits du Parlement face au « fait du Prince ».


Inutile de chercher dans cette contestation quoi que ce soit de progressiste. Les élus UMP ont apporté leur soutien à Hortefeux après ses propos racistes et applaudi Besson lorsqu’il a annoncé, sans doute pour se rattraper, qu’il allait fermer ce qu’ils appellent la « jungle » de Calais. Mais cela laisse présager bien des difficultés pour Sarkozy qui risque de ne pas sortir non plus grandi de l’affaire Clearstream, même s’il en finit avec son rival Villepin.

Galia Trépère

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 18:57


Campagne télé de nos camarades du Bloco de Esquerda au Portugal





Voici ce que donnent les sondages:


PS –  36,3%

PSD – (droite)  34,9%

Bloco de Esquerda –  13,4%

CDU - (PCP) 10,1%

CDS-PP -( les + à droite)  4,2%

 

Ce qui donnerait en sièges :

PS -  90

PSD –  91

BE –  26

CDU -  18

CDS-PP –  5

 

Si la droite gagne on parle d'un "axe central" PS droite libérale

 

Autre sondage plus réaliste:

 

PS 40%

PSD,  31,6%

Bloco,  9%

CDS PP 8%

PC 7,2%

En  2005:


PS, 45,03%

PSD, 28,76%

Bloco de Esquerda (BE), 6,35%.



Partager cet article
Repost0
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 18:49

 



Citoyennes et citoyens de la planète Terre, nous appelons nos semblables de tous les pays et de tous les continents à une mobilisation commune pour sauver notre climat dans la justice sociale.


La conscience des dangers des changements climatiques a considérablement progressé ces dernières années, en particulier dans certains pays, tant au Nord qu’au Sud. Mais aucune des  propositions officielles lancées à ce jour en vue de la conférence de Copenhague en décembre 2009 n’est à la hauteur des conclusions à tirer du quatrième rapport du Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC).


La lutte contre les changements climatiques doit être à la fois socialement juste et écologiquement efficace.


La justice implique de respecter le principe des responsabilités communes mais différenciées, entre pays développés et pays en développement mais aussi au sein de ces pays. Le Nord est redevable au Sud d’une dette écologique et climatique. Il doit s’en acquitter, conformément au principe pollueur payeur.


L’efficacité implique de mettre tout en oeuvre prioritairement pour que le réchauffement soit maintenu au-dessous de 2°C par rapport à l’ère pré-industrielle, ou qu’il reste le moins longtemps possible au-dessus de ce niveau.


Selon le quatrième rapport d’évaluation du GIEC, satisfaire à la fois les conditions de justice sociale et d’efficacité environnementale nécessite que soient adoptés les objectifs suivants :


- les pays développés doivent réduire leurs émissions de 25 à 40% d’ici 2020 et de 80 à 95% d’ici 2050, par rapport à 1990 ;


- la courbe des émissions des pays en développement doit « dévier substantiellement » par rapport au scénario de référence dans toutes les régions en 2050 et dans la plupart des régions (sauf l’Afrique) dès 2020 ;


- le pic des émissions mondiales doit intervenir d’ici 2015 et les émissions globales doivent diminuer de 50 à 85% d’ici 2050, par rapport à 2000.


La « feuille de route » adoptée à Bali (décembre 2007) se réfère de façon précise aux pages des rapports du GIEC où ces objectifs sont mentionnés. Or, que constatons-nous depuis lors?


Lors de son sommet de Toyako au Japon (2008), le Groupe des huit pays les plus industrialisés s’est prononcé pour une réduction globale des émissions de 50% en 2050, sans autre précision, ni quant aux responsabilités différenciées du Nord et du Sud, ni quant aux objectifs de 2020.


Le « paquet énergie-climat » adopté par l’Union Européenne en décembre 2008 mise sur une réduction d’émission de 20% (30% en cas d’accord international avec effort équivalent des autres pays développés et participation significative des grands pays en développement). Cet objectif est d’autant moins satisfaisant qu’une partie substantielle de l’effort peut être remplacée par des achats de crédits de carbone (« droits de polluer ») dans les pays en développement.


Le plan énergie-climat proposé par Barack Obama durant la campagne présidentielle s’engageait à réduire de 80% des émissions des Etats-Unis en 2050. Toutefois, d’ici 2020, selon ce plan, les USA n’auront même pas atteint l’objectif très modeste qui leur était assigné par le Protocole de Kyoto.

Nous tirons la sonnette d’alarme face au danger d’un accord insuffisant écologiquement et injuste socialement.


Nous tirons la sonnette d’alarme face au danger d’une fuite en avant dans la mise en oeuvre massive de technologies qui mettent en danger la survie physique de millions d’êtres humains, telles que l’énergie nucléaire et les agrocarburants.


Le principe de précaution doit impérativement être respecté. Il est inacceptable que des intérêts économiques et des préoccupations de rentabilité financière à court terme l’emportent sur les besoins fondamentaux du genre humain à court, moyen et long terme.


Les gaspillages résultant d’une mauvaise utilisation de l’énergie, ainsi que les productions nuisibles ou inutiles, représentent un énorme réservoir de réduction des émissions, surtout dans les pays développés. Les ressources énergétiques renouvelables existent qui permettent de satisfaire sereinement les besoins réels de toutes et tous, aujourd’hui et demain. Les savoirs permettant de les exploiter existent également.


Les sommes colossales investies dans le sauvetage du système bancaire montrent que les moyens financiers ne font pas défaut. Nous demandons qu’ils soient mobilisés massivement et sous contrôle démocratique afin de sauver notre climat et de venir en aide généreusement aux populations qui souffrent déjà de sa perturbation.


Les changements climatiques nous confrontent aux limites de la Terre. Il n’y a tout simplement pas d’autre choix acceptable que de les respecter dans la justice et l’égalité des droits.


Soit nous redistribuons les richesses et partageons les ressources naturelles (comme l’eau) et les savoirs, car ce sont des biens communs de l’humanité. Soit le chaos climatique viendra exacerber partout violences, guerres et injustices sociales, au détriment des pauvres du monde entier, notamment des femmes et des enfants. Ce choix de civilisation est entre nos mains.


A l’occasion du sommet de Copenhague, en décembre 2009, nous appelons toutes et tous, partout, à mettre les gouvernements du monde entier sous la pression d’une mobilisation de masse démocratique et pacifique. Tous ensemble, exigeons un traité climatique efficace et juste, conforme aux conclusions à tirer du quatrième rapport du GIEC.


Cet appel est lancé à l’initiative de Jean-Marie HARRIBEY, François HOUTART, Riccardo PETRELLA et Daniel TANURO

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 18:44
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 18:41

, hébergé par Radio Rouge
Partager cet article
Repost0
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 18:43
Communiqué du NPA.

 

Ce matin, à Calais, le préfet, sous les ordres d'E. Besson, ministre de l'imigration et de l'identité nationale, ont vidé « la jungle » de Calais des migrants qui y avaient trouvé refuge, après avoir forcé le barrage des militants des associations qui se trouvaient sur place.

 

278 migrants ont été arrêtés dont 132 mineurs qui vont être placés en centres de rétention.


Mr Besson veut nous faire croire que l'annonce de l'évacuation a eu un effet dissuasif sur les migrants dont un bon nombre sont partis d'eux-mêmes. Détruite à Calais, la « jungle » se reconstituera ailleurs tant que le gouvernement français ne traitera pas de manière satisfaisante les demandes d'asile formulées par les réfugiés qui ont fui la guerre, les persécutions, la misère, que ce soit en Afghanistan, en Irak, par exemple.


Le NPA condamne l'opération médiatique et violente menée ce matin, à Calais.


Après l'envoi de troupes en Afghanistan, c'est maintenant l'envoi des forces de police contre les réfugiés.
C'est une véritable honte.


Le NPA exige du gouvernement qu'il accorde le droit d'asile aux réfugiés, arrêtent de poursuivre les militants et les associations qui leur viennent en aide et débloquent les moyens nécessaires pour que les réfugiés puissent vivre de façon décente.

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 09:03


Nous vous attendons le dimanche 27 septembre à 15h00 sur la plage de la Grandville à Hillion.

Ce rassemblement citoyen est organisé par un collectif d'une soixantaine d'associations dont "Sous le vent, les pieds sur terre" car "ALGUES VERTES & ALGUES BLEUES: MÊME COMBAT" !

Nous apporterons pancartes, banderoles et flyers à distribuer, des musiciens nous accompagneront.

Pour l'occasion Sylvie et Erwan auront changer de "look" vous les identifierez sous la banderole "EAU-SECOURS"... et Monsieur "Algues Vertes" en la personne de Jean KERGRIST sera également présent.

Pour que cette manifestation qui sera très médiatisée ait un impact sur les décisions préfectorales nous devons être très, très, très nombreux.
------------------------------------

A noter déjà dans votre agenda : le jeudi 24 octobre (à 20 heures) à Trébrivan une conférence-débat avec le *Dr Claude Lesné (CNRS-Rennes)*
Partager cet article
Repost0
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 08:57
Communiqué du NPA.

Le NPA soutient totalement la grève qui a démarré dans les bureaux de poste parisiens, aujourd'hui 21 septembre, et la grève nationale mardi 22 à l'appel de l'intersyndicale nationale.


Depuis 6 mois, les organisations syndicales ont dénombré 140 suppressions de postes, dans les bureaux parisiens, sur les 6 derniers mois, et 7500 postes en moins au niveau national. De plus, plus de 1000 bureaux de plein exercice ont été fermés.


Autrement dit, le service public est miné de l'intérieur par les choix de la direction.


C'est dans ce contexte que survient le changement de statut de La Poste, planifié depuis le dernier conseil de ministres en juillet, impliquant l'ouverture du capital c'est-à-dire la privatisation du service public postal comme auparavant à France Télécom et à EDF-GDF.


Pour les usagers et les personnels, si la privatisation n'est pas stoppée c'est l'augmentation des tarifs postaux, moins de bureaux de poste, plus d'attente aux guichets et une dégradation des conditions de travail des postiers.

C'est pourquoi, l'enjeu du vote citoyen, contre la privatisation, autour du 3 octobre est important pour montrer que le refus de cette privatisation est largement partagé.


Le 22 septembre, Olivier Besancenot sera en grève et participera à la manifestation syndicale qui partira à 14h du siège de la direction de la Poste, 44 boulevard de Vaugirard, en direction du Sénat.


Solidaire de la grève et de la manifestation, le NPA sera présent à la manifestation contre la privatisation.

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg