Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 08:34


Pour centrer la campagne sur les besoins du plus grand nombre, nous proposons des mesures d'urgence écologistes et sociales, dans le cadre d'une réflexion sur le travail, la production et la consommation, la répartition des richesses et la préservation du bien commun :


 

• 1er défi : La Bretagne n'est pas un îlot, elle est frappée durement par la crise : Elle compte 174 000 demandeurs d’emploi, une hausse de 19,9% en un an, + 23,4% pour les jeunes de moins de 25 ans ! Candidats aujourd'hui, élus demain, nous mettrons toutes nos forces pour appuyer les luttes pour l'emploi, les salaires, les minima sociaux, combattre le chômage et la précarité, défendre les services publics.


• 2ème défi : Mobiliser les fonds publics dans l'intérêt des classes populaires : récupérer l'argent public versé aux entreprises qui ont licencié (A travers les pôles de compétitivite, France Télécom, Thomson, Alcatel, Doux, PSA...entre autres, entreprises qui ont le plus licencié ces dernières années, ont reçu entre 2006 et 2008 27 Millions d’Euros qui leur sont octroyés pour un résultat nul en terme d’emplois); engager les fonds publics pour l'emploi public territorial statutaire, pour les lycées publics, pour un service public de formation professionnelle


• 3ème défi : La défense de l’environnement

- Renoncer au projet d'aéroport de Notre Dame des Landes ; POUR la réduction des liaisons aériennes à l'essentiel


- Renoncer au projet de Ligne à Grande Vitesse (LGV : un coût monstrueux pour un gain de temps minime, qui par ailleurs ne concernera qu'une partie de la population) - POUR le maillage ferroviaire de la région, pour des transports gratuits, pour un service public contrôlé par la population


- Abandonner la centrale Fuel/Gaz de Ploufragan (ou autre projet

similaire) ; POUR la réduction massive des consommations d'énergie ; POUR la production d'énergie propre, dans le cadre du service public, en developpant des projets s'appuyant sur les enregies rennouvelables


- En finir avec le fameux « modèle agricole breton » qui produit 13 millions de porcs, 500 millions de poulets.... mais au prix d'un épandage de 100 000 tones d'azote en trop que l'on retrouve dans les nappes phréatiques, dans les rivières et les aux littorales (d'où lesalgues vertes) - POUR une agriculture paysanne, qui permette aux paysans de vivre de leur travail, decemment sans saccager l'environnement .


- POUR une politique régionale de la pêche (protection de la ressource et de la mer, sécurité des marins, qualité des produits) et du transport maritime (cabotage, complémentarité mer-fer).


La liste Vraiment à gauche ! se pose en adversaire des intérêts du MEDEF et de leurs représentants en Bretagne, dont Bernadette Malgorn est la porte-parole lorsqu'elle affirme que c'est le « le monde économique » qui doit piloter la région.


Ce que B.Malgorn appelle le monde économique, ce sont les « entreprises », les « chefs d’entreprises », les « capitaux », « l’esprit d’entreprise ». Pour les « grands groupes », les institutions publiques, et la Région en est une, ne sont là que pour accroître leurs profits, diriger vers eux capitaux et emplois dits « qualifiés ».


Pour notre liste unitaire, la vie économique ne doit pas être pilotée par le profit. Ce qui nous importe c’est le développement d’activités utiles, qui s’appuient sur l’ensemble des types d'emplois qualifiés ou non.

Partager cet article
Repost0
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 09:51



Partager cet article
Repost0
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 13:01

9 février 2010


1. Jean-Marie Robert, 53 ans, porteur de projet social et solidaire, Séné, Mouvement des objecteurs de croissance et membre de la Coordination des opposants à Notre-Dame-des-Landes.

2. Nadia Morel, 37 ans, maîtresse d'école, conseillère municipale, Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Vannes.

3. Fabrice Le Danvic, 42 ans, ouvrier d'usine, NPA, Bannalec.

4. Anne Jordan, 67 ans, retraitée de l'enseignement, Association d'objecteurs de croissance (AdOC), Ploërdut.

5. Rémy André, 36 ans, enseignant spécialisé SEGPA, Hennebont.

6. Christine Piguel, 53 ans, contrôleur des impôts, militante du Parti de Gauche, Vannes.

7. Florent Henrio, 35 ans, technicien au chômage, NPA, Lanester.

8. Frédérique Jolivel, 30 ans, assistante maternelle, NPA, Lanvaudan.

9. Cédric Cadoret, 33 ans, technicien informatique, AdOC, Guémené-sur-Scorff.

10. Gaelle Person, 39 ans, employée du privé, NPA, Saint-Brieuc.

11. Denis Trecoire, 34 ans, ouvrier pâtissier, NPA, Lorient.

12. Fabienne Serbah, 52 ans, conseillère Pôle Emploi, NPA, Dinan.

13. Arnaud Guillot, 39 ans, ouvrier charpentier, NPA, Lorient.

14. Sandrine Bonneau, 43 ans, employée comptable, NPA, Plouguernevel.

15. Malik Aliouche, 44 ans, ouvrier électricien, NPA, Hennebont.

16. Claudine Floch, 52 ans, infirmière, NPA, Quimper.

17. Serge Jolivel, 36 ans, chauffeur routier, NPA, Lanvaudan.

18. Aline Paparellas, 66 ans, ouvrière retraitée, NPA, Fougères.

19. Jérôme Mercier, 51 ans, chauffeur livreur, AdOC, Vannes.

20. Fabienne Ollivier, 40 ans, professeur des écoles, Ploeren.

 

Bretagne (site national)
Premier essai transformé pour Laurence de Bouard et la liste « Vraiment à gauche » en Bretagne. Plus de 500 sympathisants et militants se sont massés samedi 30 janvier aux Halles de Carhaix à l’appel du NPA 29. Un public fourni a donc fait de cette 7e édition du « Bruit et de l’odeur » un succès populaire de bon augure pour le lancement de la campagne des élections régionales.

Sur une table, magazines et revues militantes se disputent l’attention des jeunes militants. Ça te passera avec l’âge, annonce en gros titre noir, la couverture du dernier bouquin d’Alain Krivine.

À la tribune, la sono bat le rappel.« Degemer mat e Breizh. Degemer mat e Karaez/ Bienvenu en Bretagne. Bienvenu à Carhaix », lance en breton le militant NPA Cedrig Laur. Chaque région française possède ses coutumes, ses traditions, son histoire, et pour certaines d’entre elles sa propre langue. Si notre désir internationaliste de changer le monde est certainement l’essence de notre combat, il passe sans aucun doute par le respect des cultures, des langues minoritaires, qu’elles soient de Nantes, de Bastia, de Barcelone ou de La Paz.

Il était impossible d’ouvrir cette 7e édition de la fête du « Bruit et de l’odeur » sans un hommage, sans une pensée pour trois camarades qui nous ont quitté récemment. Il y a tout juste un mois, c’était Jean l’Hostis, leader de la CGT locale alors syndicat unique, puis André Fichaut, à l’âge de 82 ans. Pour nous militant-e-s du NPA, il était un exemple de fidélité à la cause révolutionnaire. Cruelle loi des séries, nous apprenions, il y a une quinzaine de jours, la disparition de Daniel Bensaïd, membre fondateur de la LCR.

 Daniel après André, c’est un autre passeur d’idées qui s’en va. L’hommage à ces trois grands hommes a été ponctué par une minute d’intenses applaudissements.

Puis, Louis Le Pape (membre du conseil politique national et candidat sur la liste « Vraiment à Gauche ») a fait le point sur le cheminement et le travail effectué pour déboucher sur l’unité la plus grande à la gauche du PS. Cette prise de parole ayant servi de « mise au point » sur les incohérences de certains partenaires qui changeaient d’interlocuteurs comme d’avis à chaque rencontre.

Xavier Courtay, membre du Parti de gauche et tête de liste pour les Côtes-d’Armor, s’est exprimé sur les formations professionnelles et la responsabilité de la région dans ce domaine. Puis ce fut au tour de Jean-Marie Robert, membre des Objecteurs de croissance et tête de liste en Morbihan, de dénoncer avec force le projet de construction d’un nouvel aéroport sur le site de Notre-Dame-des-Landes. Très attendue, Laurence de Bouard pris la parole pour brosser un bilan alarmant de la présidence socialiste dans la région Bretagne : transports, écologie, formations,… Tant de décisions contestées auxquelles Laurence a apporté des réponses et solutions parallèles.

Pour clôturer les débats Myriam Martin, membre du comité exécutif du NPA, a fait le point sur la situation nationale, sur les luttes qui s’amplifient aux quatre coins de l’hexagone. Un discourt offensif, déterminé, ne laissant place à aucune forme de résignation. À l’heure où le PCF en Bretagne joue la caravane du PS en s’alliant à lui dès le premier tour, le discours de notre camarade Myriam fit mouche, déclenchant une longue salve d’applaudissements.

La soirée se prolongea par un repas et des concerts. Coup d’envoi de la campagne réussi en Bretagne mais comme on aime à le rappeler, « Ce n’est qu’un début, continuons le combat ».

 

Partager cet article
Repost0
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 11:16



Partager cet article
Repost0
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 11:07

11251_image.jpg
Nord Pas de Calais

Dans la région Nord-Pas-de-Calais, le NPA présente une liste de 117 candidats conduite par Pascale Montel, ouvrière de la métallurgie et militante syndicale. Composée de salariés du privé, du public, de précaires, d’étudiants, de retraités et de privés d’emploi, cette liste est représentative de tous ceux qui subissent la crise. Bernard Playe, retraité de la dentelle, sera tête de liste pour le Pas-de-Calais.


L’urgence sociale sera au cœur de notre campagne. La région est saignée à blanc, le taux de chômage est le plus important des 22 régions, l’espérance de vie y est la plus faible, le taux de pauvreté l’un des plus élevés, alors même que le nombre d’assujettis à l’ISF la place au sixième rang des régions. Les licenciements et les fermetures d’entreprises se multiplient : Pimkie, Rexam, et tant d’autres. Total, qui annonce huit milliards d’euros de profits, menace de fermer sa raffinerie de Dunkerque en laissant 800 salariés sur le carreau.


Ces élections seront évidemment l’occasion de sanctionner la politique de la droite (c’est Valérie Létard, secrétaire d’État à l’Écologie, qui mène la liste de l’UMP). Mais elles seront aussi l’occasion de dénoncer une gauche qui accompagne tous les mauvais coups du gouvernement et du patronat. C’est ainsi que les représentants du PS à la tête de la région n’ont eu comme réponse aux licenciements des salariées de Pimkie que la proposition d’utiliser l’argent public pour financer à la place du groupe une partie des congés de reconversion. Alors même que Pimkie est la propriété de la famille Mulliez, la plus grande fortune de France !


L’écologie sera aussi au cœur de notre campagne. Le Nord Pas-de-Calais se situe à la seconde place pour le nombre de sites pollués en France et compte de nombreux sites Seveso1 (27 sites, dont deux dans le seul bassin minier).


À l’heure où Besson et Sarkozy essayent de détourner l’opinion de l’urgence sociale avec le débat sur l’identité nationale, où Marine Le Pen, tête de liste pour le FN, est en embuscade, nous exigerons l’arrêt des répressions dont sont victimes les migrants de Calais, la liberté de circulation et d’installation, la régularisation de tous les sans-papiers.


Si la région est gérée depuis 1986 par la gauche, elle n’a jamais été un contre-pouvoir à la droite et aux politiques patronales. Et si formellement le PCF n’a pas intégré l’exécutif régional lors des dernières élections, les partis du Front de gauche, à commencer par le PCF, ne veulent pas assumer une véritable politique de rupture et d’indépendance avec la majorité sortante PS-Verts.


Emblématique de la soumission des partis de la gauche au libéralisme, la richissime multinationale GSK, fabricant des vaccins contre la grippe A, basée à Saint-Amand, a empoché, pour créer 307 postes, quelque 30 millions d’euros de subventions publiques, dont deux millions de la région et 6,8 millions de la communauté d’agglomération dirigée par… Alain Bocquet, député-maire PCF de la ville et tête de liste pour le Front de gauche aux régionales. Dans le même temps, GSK met à la porte dans son usine d’Évreux (Eure), 800 travailleurs après avoir empoché plusieurs millions d’euros du conseil régional et du conseil général.

1. Directive européenne qui impose d’identifier les sites présentant un risque d’accident majeur.

Languedoc Roussillon

«  Région phare », « laboratoire politique », que n’a-t-on entendu ou lu à propos de l’unité réalisée en Languedoc-Roussillon ? Par-delà ces superficialités de la presse « politique », les militants des partis à la gauche du Parti socialiste mais aussi un très grand nombre de sans-parti, le peuple de gauche, se sont retrouvés au meeting qui s’est tenu vendredi 29 janvier au Palais des expositions de Montpellier.


3 000 ? 3 500 ? Peu importent les chiffres. Comme en 2005, lors de la campagne pour le « non », la foule des grands jours de mobilisation politique était au rendez-vous. On y retrouvait ceux qui sont engagés dans les combats, comme le refus de la venue à Sète de l’entreprise israélienne Agrexco ou le combat contre les OGM.


Ils étaient nombreux à répondre à un appel à une configuration peu habituelle puisqu’il émanait d’À Gauche Maintenant !, la liste qui regroupe, pour les régionales, le NPA, le Front de gauche, les Alternatifs, la Fase, les Objecteurs de croissance et le MPEP.


Le meeting a mis en évidence qu’il était le fruit d’un travail acharné de discussions sur plusieurs semaines, avec des hauts et des bas, en particulier quand s’esquissait chez certains la volonté de créer un arc politique, inacceptable pour nous, allant du PS au NPA.


Ce travail acharné, des militants du NPA et d’autres, a débouché sur la signature d’un protocole d’accord et, plus récemment, sur la mise en forme d’un programme s’engageant sur des mesures de rupture avec l’ordre libéral capitaliste, comme « l’arrêt des subventions aux entreprises capitalistes » ou proposant que « le conseil régional apporte son appui à toutes les mobilisations de salariés ». Autant de thèmes propres à galvaniser une gauche sociale orpheline de projet politique.


Les discours des membres de la liste régionale ou ceux des responsables nationaux qui avaient fait le déplacement, étaient tous sur la même longueur d’onde, celle du refus du désordre existant où la gauche accompagne les régressions de la droite.


Myriam Martin pour le NPA (remplaçant Olivier Besancenot, retenu par le lancement de la campagne en Île-de-France), Jean-Luc Mélenchon pour le PG, Marie-George Buffet pour le PCF ou René Revol (PG), tête de liste régionale, ont martelé, avec leurs mots mais dans la convergence politique, qu’il était urgent de battre en brèche le sarkozysme destructeur des acquis sociaux. Mais qu’il était nécessaire aussi de combattre le président de région sortant, Georges Frêche, exclu du PS mais validé, de façon écrasante dans la région, comme candidat des socialistes et qui venait, une nouvelle fois, de se distinguer par des propos aux relents racistes.


Avec ce meeting chaleureux, c’est une gauche de combat qui s’est mise en ordre de bataille pour mener une campagne de terrain, dans les quartiers et les villages, en rappelant que ces régionales étaient une étape, une étape seulement mais décisive, pour préparer la sortie du capitalisme libéral et pour rompre avec le cycle des reniements sociaux-libéraux.

Partager cet article
Repost0
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 11:11


Partager cet article
Repost0
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 09:22

Il faut souligner le la partie musicale était assurée outre Sticky Snake par Yod, Morphée et Révolution Jah aux platines.

Rappelons, que tous sont venus gratuitement pour faire de cette fête une vraie réussite.

Encore merci à eux.

Carland


  Sticky Snake

Ouest France du 1 février 2010

Près de 500 sympathisants et militants ont participé samedi, à la 7 e édition de la Fête du bruit et de l'odeur aux halles. Un militantisme festif et musical, mâtiné de langue bretonne.


Il est 17 h, samedi, et déjà près de 150 personnes sont rassemblées aux halles pour la 7 e édition de la fête du bruit et de l'odeur du NPA Kreiz-Breizh (1).


« Battons Sarkozy par nos luttes ! Imposons l'urgence sociale ! », proclame une banderole de fond de scène, en ne laissant planer aucun doute sur le caractère politique de la réunion. Sur une table, magazines et revues militantes se disputent l'attention des jeunes sympathisants communistes révolutionnaires. « Ça te passera avec l'âge », annonce en gros titre noir, la page de garde du dernier bouquin en date d'Alain Krivine, l'ancien chef de file et membre du bureau de la LCR (2), jusqu'à sa dissolution en 2009.


Un vol de colombe


Un peu plus loin et pour 15 €, on peut afficher sa solidarité avec la Palestine et s'acheter un keffieh. « C'est un truc pour les jeunes, ça ! », rigole un visiteur entre deux âges à l'adresse de Nazim Khalfa, l'infatigable animateur de l'association France-Palestine centre-Bretagne.


« Non, non, réplique aussitôt ce dernier avec un sourire. En Palestine, ce sont justement les vieux qui le portent. » Si c'était la paix, on pourrait dire : à un vol de colombe de là. Mais voilà. On ne peut pas. « Le franco-palestinien Salah Hamouri croupit en prison en Israël depuis 3 ans, alors qu'il est innocent », affirme aussi Nazim en distribuant un petit tract de soutien avec le portrait du prisonnier derrière les barreaux.


« On étouffe ! »


À la tribune, la sono bat le rappel. « Degemer mat e Breizh. Degemer mat e Karaez », lance en breton le militant NPA Cedrig Lors. Cette introduction en breton et les hommages aux militants Jean L'Hostis, André Fichaut et Daniel Bensaïd, sont lus aussi - avant le français - dans la langue de Per-Jakez Helias.


Ce n'est pas rien. L'assistance se lève et applaudit longuement. « On ne m'en a dit que des bonnes choses », sourit après-coup Matthieu Guillemot, porte-parole du NPA Kreiz-Breizh. À la tribune, la Carhaisienne Laurence de Bouard, chef de file du NPA exhorte les électeurs « pour que l'avenir de la Bretagne soit vraiment à gauche. »


Quelques chansons de Jean Ferrat plus tard, et les rappeurs de Sticky Snake investissent la scène. « On étouffe ! On étouffe ! », hip-hoppent-ils sur un ton d'urgence sociale pour cette 7 e Fête du bruit à l'odeur de Régionales.


(1) NPA : Nouveau parti anticapitaliste, d'Olivier Besancenot.

(2) LCR : Ligue communiste révolutionnaire.


La 7 e Fête du bruit et de l'odeur a aussi été l'occasion de rappeler les têtes des listes unitaires Vraiment À Gauche ! (NPA, Parti de gauche, Militer pour la gauche, Régions décroissance, Les objecteurs de croissance), pour les Régionales en Bretagne.

Finistère : Laurence de Bouard ;

Côtes d'Armor : Xavier Courtray ;

Morbihan : Jean-Marie Robert ;

Ille-et-Vilaine : Françoise Dubu.

 

Source : http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Une-fete-du-bruit-a-l-odeur-de-Regionales-_29024-avd-20100201-57590176_actuLocale.Htm
Partager cet article
Repost0
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 11:21

Laurence de Bouard, 41 ans, cadre de santé résidant à Poullaouen, est à la tête de la liste «VraimenT A Gauche», liste UAER (Unitaire anticapitaliste et pour une écologie radicale).


763675_6790967-chxnpa11-c138a.jpg

N'est-il pas difficile d'être à la fois tête de liste et cadre de santé aux urgences du Centre hospitalier carhaisien?

Ce n'est pas une difficulté majeure. Je prendrai simplement quelques jours de RTT, car je ne conçois de partir en campagne sans rester sur le terrain. A mes yeux, il est important de continuer à travailler pour ne pas perdre le contact avec les gens du terrain.

Votre campagne est-elle réellement lancée?

Oui, depuis ce soir, lors de la septième édition de la Fête du bruit et de l'odeur qui, normalement, est la fête du NPA départemental. On en a profité pour lancer officiellement la campagne avec la présence des membres de la liste que je représente et de celle de Myriam Martin, qui fait partie du bureau national du NPA.

De quelle manière va se dérouler cette campagne?

Nous allons organiser de nombreux meetings et des réunions publiques. Un grand meeting régional est prévu le mardi 2 mars à Lorient, en présence d'Olivier Besancenot et de Christian Sunt, représentant des objecteurs de croissance. Pour ma part, j'animerai quelques meetings dans le Finistère et les trois autres têtes de liste en feront autant dans leur département respectif. D'autre part, des membres de nos listes animeront des réunions publiques, l'objectif étant d'être présent partout sur le territoire.

Les différentes listes sont-elles finalisées?

Parfaitement. Elles sont prêtes à être déposées en préfecture le 8 février. Elles sont composées de membres du NPA, du Parti de gauche, de l'Association des objecteurs de croissance (Adoc), du Mouvement des objecteurs de croissance (Moc), et de militants syndicaux et associatifs.

Quel score envisagez-vous obtenir?

Le plus élevé possible bien entendu, supérieur à 5% pour qu'on puisse au moins être remboursés des frais de campagne, parce que nous ne sommes pas un parti riche. Au-dessus de 10%, ce serait génial.

Quelle sera votre attitude lors du second tour ?

Nous voulons être clairs. On ne va pas avoir un discours pendant la campagne et, au soir du premier tour, s'allier avec n'importe quel parti. Nous proposerons une fusion démocratique et non programmatique, c'est-à-dire une fusion de listes en restant, nous, sur notre programme. Nous refuserons de participer à l'exécutif parce que nous ne voulons pas cautionner ce qu'on dénonce tous les jours. En clair, si nous avons des élus, ils ne participeront pas au gouvernement de la région mais seront présents dans l'assemblée, force de proposition.


Source : http://www.letelegramme.com/local/finistere-sud/chateaulin-carhaix/carhaix/regionales-laurence-de-bouard-tete-de-liste-uaer-01-02-2010-763675.php?xtmc=laurence%20de%20bouard%20regionales&xtcr=1#
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 09:49
logo.png

AFP
29 janvier 2010

PARIS, 29 jan 2010 (AFP) - Le NPA a souhaité vendredi que le PCF demande à l’ex-ministre Jean-Claude Gayssot de quitter la liste de Georges Frêche en Languedoc-Roussillon, jugeant que ce serait « un comble » que des communistes soient sur cette liste alors que « les socialistes en sortent ».


« On est en droit de demander au PCF de demander à Jean-Claude Gayssot (vice-président PCF du Conseil régional de Languedoc-Roussillon, ndlr) de quitter la liste de Frêche », a déclaré à l’AFP Pierre-François Grond, porte-parole national du NPA.


« Il y a des communistes sur la liste de Georges Frêche, ce serait un comble que les socialistes en sortent et qu’il reste des communistes », a-t-il ajouté, à quelques heures d’un meeting commun entre NPA, PCF et Parti de gauche à Montpellier, avec Marie-George Buffet et Jean-Luc Mélenchon mais sans Olivier Besancenot qui a décliné l’invitation pour mener sa campagne en Ile-de-France.


Alors que le PS propose une liste de rassemblement gauche-Verts, le NPA se dit « en situation de défense absolue de la liste ’A gauche vraiment’ », conduite par René Revol (Parti de gauche) qui réunit l’ensemble de la gauche radicale.


« On est pour le maintien de cet accord politique comme une relève de la gauche, la vraie gauche en Languedoc-Roussillon », a assuré M. Grond. « Au deuxième tour, on est pour un accord anti-Frêche et anti-droite », a-t-il ajouté, se disant favorable à des « accords techniques », mais pas de gestion, avec Europe-Ecologie et le PS.


Pour le NPA, « tout le système Frêche se rajoute aux critiques qu’on fait traditionnellement du PS » sur le libéralisme. « Le fait d’être anti-Frêche c’est bien, mais être complètement indépendant du PS, c’est encore mieux ».


Partager cet article
Repost0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 09:34




logoV2.jpg














Le Nouveau Parti Anticapitaliste sera présent dans toutes les régions aux élections de mars 2010 avec les têtes de liste suivantes :


Yvan Zimmermann en Alsace

Philippe Poutou en Aquitaine

Alain Laffont en Auvergne

Christine Coulon en Basse-Normandie

Laurence de Bouard en Bretagne

Michel Lasserre dans le Centre

Anthony Smith en Champagne-Ardennes

Laurence Lyonnais en Franche-Comté

Christine Poupin en Haute-Normandie

Olivier Besancenot en Ile-de-France

Jean-Noël Bouet en Lorraine

Myriam Martin en Midi-Pyrénées

Pascale Montel dans le Nord-Pas-de-Calais

Sylvain Desbureaux en Picardie

Pierre Godard en PACA

Myriam Combet en Rhône-Alpes


En Auvergne, le NPA fera campagne avec les Alterékolos et le Mouvement des Objecteurs de Croissance (MOC).


En PACA, les Alternatifs feront campagne avec le NPA.


En Basse-Normandie, le NPA fera campagne avec le Parti de Gauche.


En Champagne-Ardennes, le NPA fera campagne avec le Parti de Gauche et les Alternatifs.


En Bretagne, le NPA fera campagne avec les Objecteurs de Croissance et l’association « Militer pour la gauche » qui regroupe d’anciens et actuels militants du Parti de Gauche.


Languedoc -Roussillon, Limousin, le NPA sera sur une liste avec le Front de gauche et d’autres organisations


En Pays de Loire, le NPA fera campagne avec le Parti de Gauche, 2 fédérations du PCF sur les 5 que comptent la région, et d’autres organisations.


Poitou-Charentes et Bourgogne : en attente des dernières négociations.


Une conférence de presse avec Olivier Besancenot et les têtes de listes régionales aura lieu le

dimanche 31 janvier, à 15h, 27 rue Taine.

Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg