Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 11:21

papa.jpg

 

Déja 140 organisations, assos, collectifs appellent à manifester contre cette façon de visiter un pays en faisant supporter les dépenses par les împôts de tous les citoyens, comme s'il s'agissait d'un chef d'état, qui se permet en outre toutes sortes d'ingérances dans les affaires internes et politiques de notre pays et se permet des débauches de dépenses en ces temps de crise. Il va utiliser des édifices publics comme hébergement gratuits pour ses pélerins. Cent millions d'euros vont être dépensés par des entreprises, l'état, la région de Madrid et la ville.

S'il veut venir, que paient les fidèles!

 

papa_visita_barcelona_benedicto_gays_besada.jpg

 

Nous subissons une avalanche d'informations quotidiennes sur ces JMJ, aussi bien de la part des médias que du gouvernement qui accorde des tas de facilités aussi bien à Madrird que dans des dizaines d'autres villes.

Nous allons continuer d'agir, en tant que citoyens en colère, non contre la visite privée des jeunes cathos, ni de Benoît faisant son job, mais contre la gabejie de moyens institutionnels mis à sa disposition, le détournement de fonds publics et les ingérances politiques du pape et de sa hiérarchie religieuse dans la politique aux dépends de la démocratie.

 

Manif le 17 août Madrid

19:30

Tirso de Molina-Puerta del Sol

 

 

cartel-manifestacion-estado-laico_560x280.jpg

 

mandamientos_laicos.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

escuela-laica.jpg

 

 

10 commandements pour un (vrai) état laic

 

1. Tu aboliras la religion dans l'éducation publique.

 

2.- Tu interdiras le prosélitisme dans les édifices publics.

 

3.- Tu n'imposeras pas les symboles d'une église à l'état.

 

4.- Tu sépareras les commémorations publiques et religieuses.

 

5.- Tu ne laisseras pas accaparer le calendrier.

 

6.- Tu ne laisseras pas noyauter les institutions.

 

7.- Tu laisseras les religions gérer seules leur patrimoine.

 

8.- Tu autoriseras l'apostasie* (quitter ta religion).

 

9.- Tu les empêcheras de monopoliser les médias.

 

10.- Tu les laisseras s'autofinancer.

 

* L'église catholique refuse les lois de la "CNIL" espagole qui doivent permettre à tout citoyen(ne) d'être effacé(e) sur demande d'un fichier privé, dans ce cas, le registre des baptêmes. Devenez protestant, musulman ou athée, l'église vous compte "ad vitam aeternam" parme ses membres et touche donc les subventions prévues par les accords de concordat de 1979 avec le Vatican, concrêtement une partie des împôts de l'état lui reviennent.

 

iglesia-sida.jpg

 

.

 

 

Partager cet article
Repost0
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 09:48

 

 

pape-nazi.jpg

pape-sida-texte

Et toi, avec ce qui s’apparente à un cancer de la réflexion, tu recopies ça :

pape-sida-copie

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 09:20

 

 

Cultures mercredi 01 juin 2011

Les deux concerts des Prêtres, qui devaient se produire le 4 juillet à Saint-Pol-de-Léon et le 5 juillet à Plougonvelin, sont annulés : « En raison d’un nombre insuffisant de places vendues par rapport aux sites que nous avons choisis », explique Diogène Productions. Aucun report n’étant envisagé, les détenteurs de billets sont invités à se faire rembourser auprès des points de vente où ils les ont achetés. En cas d’achat de billets par Ticketnet, contacter le 08......... Contact Diogène Productions : 02 98 .........

 

Commentaire: Rien ne va plus! Tout fout l'camp. Jean Paul revient! Pour convertir la jet set, çà y en a (voir vidéo),  par contre pour venir chanter pour les paysannes du Léon, plus personne! Tintin!  Bande de sexistes, machistes!

Partager cet article
Repost0
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 14:12

Halleluya!

 

moz-screenshot.jpg

 

Tu te rappelles du monsieur qui te disais de faire l'amour sans préservatif?

 

Et bien maintenant tu peux le prier et peut-être qu'il te guérira du Sida !

 

jp2

 

Pour mémoire:

le comité d'accueil lorqu'il est arrivé au paradis:

"Voilà celui qui a interdit la capote"!


Partager cet article
Repost0
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 11:01

a_bas_la_calotte.png

Inspiré d'un événement qui se serait produit il y a deux mille ans en Palestine, le prétendu chemin de croix de Jésus revient à la mode ce printemps. De plus en plus de communes veulent organiser le leur, sans qu'on sache encore trop s'il s'agit de promotion touristique ou des ravages de l'épidémie religieuse. Il est vrai que l'un n'exclut pas l'autre.

Le jour de Pâques, nombre de villes de France ont ainsi vu des processions, de quelques dizaines à quelques centaines de participants, portant croix, statuettes saintes, reliques ou autres, plus ou moins déguisés selon les endroits et les variantes, les participants priant à qui mieux mieux. Suivent les marchands du temple, gaufres chantilly, glaces deux boules, reliquaires authentiques et photos du pape, ainsi que de nombreuses caméras de télévision. Et tout cela s'est déroulé en pleine rue, avec l'accord des autorités.

Le ministre de l'Intérieur Guéant déclarait il y a peu que « les prières dans la rue sont une entorse claire au principe de laïcité, le culte n'a pas à se pratiquer dans l'espace public ». Il faut croire que, concernant les prières catholiques, les circulaires d'application ne sont pas encore passées.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 10:11

Vers une reconnaissance des dégâts causés par les discours de l’Eglise catholique ?

Act Up-Paris - publié en ligne : 20 novembre 2010
Après avoir dit que le préservatif aggravait l’épidémie de sida, après s’être mêlé de questions sur lesquelles il n’a aucune expertise, le pape semble enfin prendre en compte le principe de réalité. Il admet enfin que le préservatif protège du sida et ne l’aggrave pas. Est-ce une prise de conscience de la complicité de l’Eglise catholique dans la propagation de l’épidémie de VIH ?
L’exemple qu’il prend de l ’« homme prostitué » reste cependant, très limité. Si le pape veut vraiment lutter contre l’épidémie, il faut qu’il aille beaucoup plus loin, Il faut qu’il reconnaisse que les politiques d’abstinence et de fidélité sont des échecs et sont directement responsable de la mort et de la contamination de centaine de millier de personnes. Mis en place sous l’influence de la morale religieuse, ces politiques d’abstinence ont détourné les gouvernements de véritables programmes de prévention. Moins de 20% de la population mondiale a aujourd’hui accès au préservatif alors même que l’épidémie de sida touche plus de 40 millions de personnes et qu’elle continue de s’étendre dramatiquement.

Le pape et l’Eglise catholique restent toujours homophobes, anti-avortement, et complices de 25 ans de propagation du sida à travers le monde.
Partager cet article
Repost0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 18:14

viewer.png

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 14:53
degage

Dans son discours de remerciement à la reine, le pape appelle à méditer « les leçons de l'athéisme extrême du XXe siècle ».


Que le pape défende la foi, rien de plus normal. Mais qu'une fois de plus, le chef de l'Eglise catholique établisse un lien entre athéisme et nazisme, et laisse entendre que la « négation de Dieu » puisse conduire à la pire barbarie du XXe siècle, on est dans l'amalgame et le dérapage. C'est évidemment de Benoît XVI qu'il s'agit, qui a encore frappé au premier jour de son voyage officiel au Royaume-Uni.


Dans son discours de remerciements à la reine Elizabeth, venue l'accueillir à Edimbourg -avec sa double casquette de souveraine et de chef de l'Eglise anglicane-, le pape ne s'est pas contenté de remarques de politesse.

« De notre vivant, nous pouvons nous souvenir de la manière dont la Grande-Bretagne et ses dirigeants se sont dressés contre la tyrannie nazie qui voulait éradiquer Dieu de la société et nier toute humanité à certains, en particulier les juifs, qui étaient jugés indignes de vivre.

Tandis que nous méditons sur les leçons de l'athéisme extrême du XXe siècle, n'oublions jamais comment l'exclusion de Dieu, de la religion, et de la vertu de la vie publique conduit finalement à une vision déformée de l'homme et de la société, et donc à une vision réductrice de l'individu et de son destin ». (Ecouter le son, en anglais, à partir de la 30e seconde)

 

Une déclaration « surréaliste »

Ces phrases sont difficilement admissibles pour tout adepte de la laïcité à la française, pour qui la religion doit au contraire être exclue de la vie publique. Laisser entendre de cette manière qu'une telle vision du monde puisse conduire au nazisme est aussi malhonnête que de penser que le catholicisme conduit inexorablement à l'Inquisition et aux guerres de religion.


Selon la BBC, la déclaration du pape a immédiatement provoqué la réaction indignée des laïques britanniques. L'Association humaniste britannique a qualifié cette déclaration de « surréaliste », et de « diffamation contre tous ceux qui ne croient pas en Dieu ». L'association relève :

« L'idée que ce sont les personnes non-religieuses qui, dans la Grande-Bretagne d'aujourd'hui, veulent imposer leur vision aux autres est surréaliste, venant d'un homme dont l'organisation agit internationalement pour imposer sa norme morale étriquée et excluante et saper les droits des femmes, des enfants, des homosexuels et de beaucoup d'autres. »

Photo : la reine Elisabeth II et le pape Benoît XVI à Edimbourg, Ecosse, le 16 septembre 2010 (Dave Thompson/Reuters).

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 13:45
 
Par LCR Belgique le Jeudi, 16 Septembre 2010


 

 

La LCR Belgique, salue le courage des victimes de crimes pédophiles commis au sein de l’Eglise qui, parfois de longues années après les faits, ont trouvé la force d’exprimer leurs souffrances et de mettre la société face à ses responsabilités.

 

Elle s’incline devant la mémoire des treize personnes qui se sont suicidées en conséquence des sévices subis de la part de prêtres censés incarner l’ordre moral, et sur le sort desquelles l’Eglise a coulé une chape de plomb, avec la complicité des autres institutions de l’ordre établi, à commencer par la Justice.


Elle incite toutes les personnes ayant subi des sévices sexuels, dans tous les milieux, à sortir de leur statut de victime en rompant le silence pour démasquer leurs abuseurs et exiger réparation. La LCR s’inquiète de la possibilité que « l’opération calice » ait pu servir de diversion ; elle demande que toute la lumière soit faite à ce sujet.


La LCR dénonce l’attitude odieuse et arrogante de l’Eglise catholique qui, fidèle à la ligne de Benoît XVI, refuse toute responsabilité, écarte toute remise en cause structurelle et manœuvre pour éviter l’indemnisation des victimes, alors qu’elle a étouffé la vérité et couvert les criminels en son sein pendant des années - et qu’elle continue à le faire en décidant de mettre sur pied un Centre d’écoute, de pardon et de réconciliation entre les victimes et leurs bourreaux.


La LCR attire l’attention sur le fait que l’attitude de l’Eglise a des racines extrêmement profondes : cette institution considère que ses clercs, parce qu’ils ont fait le vœu de chasteté, sont au-dessus des turpitudes du monde, échappent à la justice des hommes et n’ont de comptes à rendre qu’à Dieu - par la confession, la pénitence et la repentance. L’Eglise montre ici on ne peut plus clairement sa nature d’institution de l’Ancien Régime, élitiste et profondément antidémocratique.


Les partis traditionnels et les courants laïcs prétendument républicains, qui tirent prétexte de l’intégrisme islamique pour légiférer afin de stigmatiser la communauté musulmane dans son ensemble en discriminant de simples croyants, ne lèvent par contre pas le petit doigt contre les agissements d'une Eglise catholique qui continue à se considérer au-dessus des lois.


Or, cette Eglise, où les courants les plus réactionnaires ont aujourd’hui le vent en poupe sous la férule du pape Benoît XVI et d'un intégriste réactionnaire notoire tel que Mr Léonard, représente pourtant un danger réel pour les libertés et les conquêtes démocratiques, laïques et féministes en Belgique. Le même Mr Léonard qui insulte aujourd’hui les victimes d'abus était il y a quelques mois à la tête d'une manifestation contre le droit à l'avortement.


Dès lors, pour la LCR, les leçons à tirer du « dossier Dutroux de l’Eglise de Belgique » ne sauraient se limiter aux justes exigences de vérité, de châtiment des coupables, de punition des complices et de réparation des victimes (même dans les cas prescrits).


Plus fondamentalement, la question posée est celle de la séparation totale de l’Eglise et de l’Etat. A la formation de la Belgique, l’Eglise catholique a su manœuvrer pour protéger une large part de ses privilèges moyen-âgeux, en échange de quoi elle a collaboré à consolider un Etat largement artificiel, notamment à travers des rapports privilégiés avec la couronne. En Flandre, particulièrement, l’Eglise est constitutive de l’identité nationale, comme en Irlande ou en Pologne.

 

Pendant le demi-siècle où le Congo a été une colonie belge, l'Eglise catholique a participé au pillage en colonisant les esprits. Elle y instauré un quasi monopole sur l'enseignement, chose qui était devenue quasi impossible en Belgique en raison des progrès du mouvement ouvrier, et a notamment réservé l'accès aux dispensaires aux seuls Congolais qui étaient baptisés.


En fin de compte, l’affaire des crimes pédophiles montre la nécessité historique de balayer l’ensemble de ces survivances d’Ancien Régime, ce qui suppose en premier lieu l’arrêt des subsides publics au culte, mais aussi :

 

la fusion des réseaux d’enseignement en un réseau unique, public, pluraliste et laïc, gratuit et de qualité


l’abolition de la monarchie, principal allié et soutien de l'Eglise


et la fusion des institutions de soins et d’accueil des personnes en institutions publiques.

 

Dans ce combat démocratique et social, les chrétiens progressistes, et plus largement le mouvement ouvrier chrétien dans son ensemble, ont toute leur place.


Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR) Belgique

info@lcr-lagauche.be Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. // www.lcr-lagauche.be

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 12:24
sakineh-mohammadi-ashtiani-8660547pdlce_1713.jpg
10 septembre 2010

 

Introduction de C-A Udry


Dimanche 12 septembre 2010, dans diverses villes d’Europe, auront lieu des manifestations pour la libération de Sakineh Mohammadi Ashtiani, 43 ans.

La suspension de sa lapidation est loin d’être suffisante. Javid Houstan Kian, l’avocat de Sakineh Mohammadi Ashtiani, le 8 septembre 2010, affirme d’ailleurs : « Je n’ai reçu à ce jour aucun document officiel écrit indiquant la suspension de la peine de ma cliente (...) J’ai moi-même effectué cette demande de suspension à dix reprises, sans jamais obtenir aucune réponse. »


C’est sa libération qui doit être exigée. Une « simple grâce » émise le Guide suprême de la révolution conduirait d’ailleurs à sa libération immédiate, selon des juristes iraniens.


En Iran, le pouvoir a islamisé le Code pénal. Cela depuis les règles vestimentaires (symbole quotidien de la légitimité et de la « force » de ce régime) jusqu’aux droits syndicaux, plus exactement aux non-droits syndicaux.

Le pouvoir actuel de Téhéran – ce mixte de l’institution militarisée des Gardiens de la révolution et de secteurs du « haut clergé » – est en difficulté face à la campagne internationale en faveur de la libération de Sakineh Mohammadi Ashtiani. Y compris, joue un rôle la pression de pays qui ont de bonnes relations diplomatiques avec l’Iran, tel, par exemple, le Brésil. Lula a offert un « refuge » au Brésil à Sakineh Mohammadi Ashtiani.

Cette femme, d’origine modeste, de milieu rural, n’a même pas pu comprendre le contenu, en langue juridique « sophistiquée », du jugement qui la condamnait. La lapidation peut être levée – peut-être – par le pouvoir, mais reste le danger de sa pendaison. Sa libération est donc l’exigence élémentaire.


Dans les villages et les provinces, la peine de mort par lapidation continue, même si l’Iran a signé un moratoire en 2002. Une dizaine de femmes ont été exécutées au cours des cinq dernières années, selon des organisations crédibles de défense des droits de la personne humaine. La campagne pour libérer Sakineh Mohammadi Ashtiani a donc une dimension spécifique : après le moratoire de 2002, imposer sa libération reviendrait à empêcher une extension renouvelée de ce type d’exécutions ; donc leur recul accru, pour ne pas dire leur disparition.


Sous divers prétextes, certaines « forces de la gauche » font silence sur cette campagne pour la libération de Sakineh Mohammadi Ashtiani. Le prétexte ou « l’explication » : le « danger principal » est une attaque militaire d’Israël contre les installations nucléaires de l’Iran ; cette campagne ferait diversion. En outre, elle est menée, entre autres, par des personnalités de droite, « pro-occidentales ».


On retrouve là ce « campisme » qui a conduit des prétendus « communistes » à défendre politiquement des régimes dictatoriaux et autoritaires ainsi que leurs actions « concrètes », opposées, entre autres, aux droits politiques, démocratiques et sociaux des salarié·e·s et des paysans en URSS et en Chine « populaire », par exemple. Celà au nom de la « lutte contre le danger principal ».


Ainsi, était tue ou condamnée l’action menée, en 1967-1969, par les ouvriers et les intellectuels en Tchécoslovaquie, car « leurs chefs voulaient restaurer le capitalisme en faveur de l’Allemagne occidentale ». De même, la mobilisation historique des travailleurs et travailleuse de Pologne suscitait la réprobation, à cause du « rôle réactionnaire de l’Eglise dans Solidarnosc ». La « peine de mort » à Cuba suscite le silence, plus moins gêné de ses partisans, car « Cuba est étranglé par les Etats-Unis ». Et j’en passe des « meilleures », donc des pires.


En tant que socialistes révolutionnaires, participant à un objectif d’émancipation des salarié·e·s et plus généralement de la société dans son ensemble – dans la perspective d’un socialisme et d’une démocratie effective – nous nous devons de nous opposer radicalement à la peine de mort à Cuba, aux Etats-Unis, en Iran et ailleurs.


Encore plus – si l’on ose utiliser cette formule – à une lapidation qui vise des femmes exploitées et opprimées, qui sont lapidées comme confirmation « divine » – et surtout théocratique – de leur « infériorité » et de leur « infériorisation ».

Nous publions ci-dessous un article de débat de Tom Goldschmidt qui a le mérite de mettre le « doigt dans la fourmilière ».


C-A Udry


Sakineh Ashtiani. Y A-t-il des lapidations progressistes ?

Il y a peu de chances que vous ignoriez le nom de Sakineh Mohammadi Ashtiani – qui se serait bien passée de son actuelle célébrité. Pour rappel, cette iranienne, mère de famille de 43 ans, a été jugée en 2006 à Tabriz, en Iran, plaidant coupable de « relation illicite » avec deux hommes après la mort de son mari. Elle a été condamnée à la flagellation pour adultère et a reçu 99 coups de fouet.


Ensuite, elle a été accusée d’avoir été complice de l’assassinat de son mari. La confusion entoure les charges exactes qui pèsent actuellement sur elle, alors que son procès a été rouvert et que la Cour Suprême a prononcé la peine de mort en 2007.


Selon le ministère iranien des Affaires Etrangères, aux dernières nouvelles, ces charges seraient d’une part « la trahison de son mari et ses relations (sexuelles) illégales avec des hommes étrangers. Concernant ce crime, l’adultère, l’application de la peine a été arrêtée et il est en réexamen par la justice« . »Mais elle a aussi participé au meurtre de son mari, et le dossier de cette autre affaire est en fin de procédure ». « Pour les peines très lourdes, il y a une procédure particulière et longue. Ce verdict est en cours d’examen et lorsque la justice arrivera à une conclusion finale, elle l’annoncera ».


L’ambassade d’Iran a aussi déclaré que Sakineh Ashtiani ne serait pas lapidée, mais cette dénégation ne se retrouve pas dans les derniers communiqués de Téhéran. Par ailleurs, note Le Monde : « Les avocats de Mme Mohammadi-Ashtiani ont affirmé qu’elle n’avait pas été condamnée à la lapidation pour sa participation au meurtre de son mari mais uniquement pour adultère. » Aux dernières nouvelles, Sakineh Ashtiani aurait été condamnée entre-temps à 99 coups de fouet supplémentaires, parce que le journal britannique Times a publié, la photo d’une femme sans foulard qu’il a affirmé être Sakineh Mohammadi-Ashtiani – il s’agissait d’une confusion.


Reste l’essentiel : cette femme, déjà torturée, risque d’être exécutée – d’une façon particulièrement affreuse – pour adultère, motif hallucinant. D’autre part, elle affirme que ses aveux lui ont été arrachés par la contrainte. Selon le journal britannique The Guardian, la presse en Iran s’est vu imposer le silence sur cette affaire. L’un des avocats de Sakineh Ashtiani, inquiété par les autorités iraniennes, a demandé l’asile en Norvège. C’est assez pour déclencher une campagne internationale demandant la grâce pour cette femme.


Le 28 août 2010, une manifestation a eu lieu devant le Palais de Justice de Bruxelles. Manifestation qui m’a valu une surprise. D’une part, nous étions moins nombreux que l’on aurait pu s’y attendre. D’autre part, j’ai bien dû le constater : pas le moindre petit panneau, drapeau ou militant de la gauche radicale : PTB [Parti des travailleurs de Belgique, d’origine mao-stalinienne], PC [Parti communiste], LCR [section de la IVe Internationale], PSL [Parti socialiste de lutte, du courant Militant], Egalité et consorts : absents. Ces organisations ne pouvaient ignorer la mobilisation. Leur absence à toutes n’est donc pas un hasard, mais un choix. Face à une sentence moyenâgeuse prononcée par un régime théocratique, face à une domination écrasante s’exerçant particulièrement à l’encontre des femmes, silence assourdissant. Quelles sont les raisons de ce choix ?


Je pense que pèse ici l’espoir absurde, pour des organisations qui semblent en perdition, de trouver un deuxième souffle dans les milieux musulmans, en s’opposant à tout ce qui peut déplaire à ne serait-ce qu’une partie de ceux-ci. De là l’affligeante campagne contre toute interdiction du voile dans les écoles publiques (alors que la « loi-foulard » française est née d’une initiative d’un dirigeant de la Ligue Communiste Révolutionnaire ! [1]).


De là l’étonnante initiative de Egalité - organisation marxiste - d’organiser une fête pour la fin du Ramadan. De là l’aplatissement discret devant le régime chiite. Je ne ressortirai pas pour autant l’expression « islamo-gauchisme », qui suppose qu’il se créerait une doctrine mariant marxisme et islam, soit l’eau et le feu : j’attends encore d’en lire le premier mot. Mais un opportunisme extrême semble bien installé aux commandes. Un comble : j’ai par contre été touché et heureux de voir à cette manifestation quatre femmes musulmanes voilées.


Maudits Medias !


On m’a expliqué aussi que la campagne de manifestations (il y en a eu dans une centaine de villes) relevait d’une indignation sélective et conditionnée par les média, venant à point pour préparer l’opinion à une possible agression de l’Iran.


D’une part, je suis lassé de cette légende conspirationniste selon laquelle pratiquement toutes les rédactions de Belgique, de France, de Navarre et d’ailleurs se feraient pratiquement dicter le contenu de leurs journaux par l’ambassade des Etats-Unis la plus proche. Légende d’autant plus lassante que – c’est beau la stéréo – elle a pour pendant celle selon laquelle toutes ces rédactions seraient aux mains de révolutionnaires surexcités ne rêvant que d’envoyer leurs lecteurs casser les vitres de la même ambassade.

 

Il suffit de parcourir quelques forums pour y lire que la presse est sélectivement pro-Jérusalem, sélectivement pro-Hamas, sélectivement anti-PP [Parti Populaire], sélectivement pro-PP, sélectivement pro-bougnoule, sélectivement pro-racisme, pro-peine de mort, anti-peine de mort, pro-réchauffement climatique et anti, pro- et anti-gauche radicale, pro- et anti-féminisme et j’en passe.


Je me rappelle m’être fait traiter le même jour, pour le même chapitre au JT [Journal télévisé], de vendu à Israël et de soutien des Palestiniens. Je ne vois qu’une solution : que la presse arrête de parler de politique et de social. (Nota Bene : certains ne semblent pas voir de contradiction entre l’affirmation que la presse a chauffé à blanc les masses contre l’Iran à propos de Sakineh Ashtiani, et le fait que nous étions à tout casser 350 !!!).


Mais il est un peu fort de café d’entendre parler d’indignation sélective, quand des milieux qui se mobilisent si bruyamment pour les causes qui leur conviennent sont brusquement totalement amorphes devant celle-ci.

Notons que ce n’est pas le cas partout, puisque en France, le Nouveau Parti Anticapitaliste « tient à exprimer sa profonde révolte devant la barbarie d’un tel châtiment qui traduit l’existence d’une chappe de plomb religieuse intégriste sur la société iranienne et s’exerçant notamment à l’égard des femmes. » et se joint à la mobilisation internationale.

 

De même, le Parti Communiste Français écrit : « Chacun espère que la mobilisation internationale pour sauver Sakineh Mohammadi Ashtiani de la peine de mort portera ses fruits », proteste contre le climat de dictature qui pèse sur l’Iran et ajoute à juste titre : « Tirant argument des politiques de domination et agression des puissances occidentales, le pouvoir islamique tente de se poser en défenseur des intérêts des peuples victimes de ces politiques. C’est un leurre qu’il faut dénoncer avec force ! »


Quant à une possible agression contre l’Iran, à laquelle il faudrait à mon avis effectivement s’opposer, je peine un peu à imaginer les Etats-Unis, qui peinent à se dépatouiller des bourbiers irakien et afghans, ouvrir un nouveau front. Mais surtout, il me semble que ce n’est pas à Bruxelles ou à Washington que le Tribunal se trouve !


Si préparation psychologique à l’état de guerre il y a, c’est bien de Téhéran qu’elle provient actuellement, même si dans le camp d’en face certains n’attendent peut-être que ça. Si instrumentalisation de l’affaire il y a, Téhéran dispose d’un moyen extrêmement simple de réduire cette instrumentalisation à zéro : c’est de libérer Sakineh !


Entendons-nous : je n’écris pas ici que « l’Iran prépare la guerre », ne serait-ce que parce que la direction iranienne est probablement très tiraillée. Mais si l’affaire Sakineh est certainement un élément de nature à faire monter les tensions, indéniablement c’est à Téhéran qu’on fait monter la tension en ce moment et qu’on pourrait ouvrir la soupape. Je n’écrirais pas non plus d’ailleurs que « l’Iran ne prépare pas la guerre », justement parce que sa direction est probablement assez déchirée, et qu’il y siège sans doute divers personnages susceptibles de penser soit qu’en cas de guerre, le salut viendra du ciel (encouragés par la guerre avec l’Irak de Hussein), soit qu’une bonne guerre avec l’extérieur est souvent un excellent moyen de resserrer les boulons quand ça branle à l’intérieur).


Toutes les morts ne se valent pas.


J’ai eu aussi la surprise de lire qu’on reprochait aux organisateurs d’avoir mis en avant le fait que Sakineh Ashtiani risquait la lapidation. J’ai lu à plusieurs reprises qu’il n’y aurait pas de gradation, que la peine de mort, c’est la peine de mort, et que lapidation ou injection létale, cela se vaut.

 

Donc affirmer que la lapidation est barbare, ce serait de la propagande anti-iranienne. Les gens qui signent ce genre de propos n’ont pas l’air de réaliser qu’ils font un pont aux partisans de la torture, puisque pour eux, une fois qu’il y a exécution, tous les moyens se valent, aucun n’est plus scandaleux qu’un autre. Or non, mourir d’une injection d’une part, et d’autre part être lapidé, ou écartelé, ou brûlé vif, ou estrapadé, ce n’est pas la même chose – sans quoi l’imagination des tortionnaires ne se serait pas délectée à élaborer ces supplices.


La lapidation est une longue séance publique de torture, calculée pour durer, jusqu’à la taille des pierres. Précisons par ailleurs que des panneaux affirmaient, lors de la manifestation, « Sakineh ne doit pas être exécutée, que ce soit par lapidation ou par toute autre méthode ». Autre reproche : les organisateurs n’ont pas lancé un appel contre la peine de mort en général. Non, et cela me paraît très bien. Quand je veux manifester contre la peine de mort, je manifeste contre la peine de mort. Mais ici, je ne manifeste pas contre la peine de mort, mais pour sauver une personne.


Si des personnes convaincues que la peine de mort peut être utile viennent manifester en faveur de Sakineh Ashtiani, tant mieux ! Enfin, on peut être absolument opposé à la peine de mort et ne pas pour autant tout mettre sur le même plan. Je suis depuis toujours opposé à la peine capitale, mais je vois néanmoins un gouffre entre l’exécution de quelqu’un à qui on reproche un adultère et l’exécution d’Eichmann. Voilà bien des détours, des argumentations surprenantes (à mes yeux sans doute naïfs).


Reste mon étonnement consterné devant le fait que des organisations et des individus, des progressistes, des féministes, qui se mobiliseraient en masse pour l’IVG ou Gaza, se tiennent à l’écart s’il s’agit de protester contre les exactions du régime iranien. Ces personnes semblent entre autres indifférentes au fait que les vagues réactionnaires qui se déchaînent ailleurs enverront aussi leurs échos chez nous.


Tom Goldschmidt, 8 septembre 2010)
http://tom-goldschmidt.blogspot.com/




Notes

[1] Voir sur ce thème l’ouvrage de Laurent Lévy, « La gauche », les Noirs et les Arabes. Ed. La Fabrique (janvier 2010). [Note d’ESSF : ce n’est pas exact.]


* Paru le 10 septembre 2010 sur le site de A l’Encontre :
http://www.labreche.ch/Ecran/IranSa...


* Tom Goldschmidt vit à Bruxelles, Belgique : ex-journaliste de radio et de TV (RTBF), musicien, auteur-compositeur et citoyen.

 

________________________________________

 

 

jeudi 9 septembre 2010

Sakineh, entre trop de bruit et trop de silence...
L'objet véritable de la mobilisation pour Sakineh, ce n'est bien évidemment pas l'effroi - pourtant légitime et ô combien - que nombre de "personnalités" peuvent ressentir pour la condamnation inique d'une femme par une loi rétrograde ; non, l'enjeu n'est pas là.
Ah, ces belles âmes "humanistes" qu'on voit pétitionner et s'émouvoir jusqu'aux larmes pour le sort tragique de cette malheureuse, que ne les entend-t-on jamais quand il s'agit d'autres  populations frappées par l'injustice et l'arbitraire... on a guère souvenir d'une pareille émotivité concernant les palestiniens hachés par Tsahal et on risque d'attendre encore longtemps démonstration de sanglots aussi bouleversants sur les Pakistanais, qui sont pourtant considérablement plus nombreux à souffrir...

10 millions de réfugiés dans une quasi-indifférence contre une seule femme qui parvient à elle toute seule à attendrir le monde entier ? On voit bel et bien que l'enjeu véritable n'est pas la défense des "droits de l'homme" encore mis ici à la sauce d'intérêts bien particuliers. Nul doute quant à la sincérité de bien des personnes qui signent la pétition, la question n'est pas là ; mais ce jeu des indignations sélectives de nos grands "démocrates" est quelque chose qui ne doit plus abuser depuis le temps où ces ficelles sont devenues par trop grosses et voyantes...
Il y a ceux - et celles - qui souffrent et "méritent" d'être soutenues par les peoples occidentaux ; et il y a ceux et celles qui, disons, le méritent moins...
Surtout quand il ont la malchance d'être martyrisés par des alliés de l'OTAN, troublante coïncidence. 
On est donc ici en plein dans l'instrumentalisation d'une souffrance, qu'on ne songe évidemment pas à nier puisque l'objet de ce billet n'est pas là, et l'intérêt principal de tant d'émotion, c'est d'abord et avant tout de désigner l'Iran comme "rogue state" tout en en profitant au passage pour en rajouter mine de rien une couche dans la stigmatisation des musulmans par ricochet.
Tout n'est qu'amalgame dans cette affaire et permet de mettre dans le même sac musulmans, mollahs, Iran, immigration, oppression des femmes et tutti-quanti dans l'ambiance délétère de joyeuse islamophobie qui est décidément devenue la nouvelle paranoïa de ceux qui pour d'évidentes raisons ne peuvent plus se trouver d'autres boucs-émissaires dans un autre monothéïsme.
On regardera au passage avec une demi-surprise mêlée d'écoeurement les mêmes qui pendant des années n'ont pas eu de mots assez durs pour le féminisme qui les empêchaient d'étaler leur foncière misogynie, se pointer maintenant le visage dégoulinant d'innocence pour prendre fait et cause pour ces femmes incontestablement opprimées, comme quoi la question du choix de l'oppresseur sur lequel on décidera de jeter l'opprobre est déterminant dans bien des engagement "humanistes".
Braves et gentils "humanistes" qu'on entend jamais et qu'on entendra jamais pour des causes tout aussi bouleversantes mais qui hélas n'auront ni la chance ni le mérite de rentrer dans les bonnes cases. Aura-t-on mauvais esprit en rappelant qu'on lapide également dans des pays arabes qui ont la chance de produire du pétrole et d'être de garnds amis de nos démocraties occidentales ?
Arrivé ici, il convient de faire un point : on peut parfaitement n'avoir aucune sympathie pour le régime iranien - c'est le cas de l'auteur de ces lignes - et éprouver une compassion et une révolte qu'on espère les plus sincères possibles pour le cas de Sakineh Mohammadi Ashtiani, comme pour les homosexuels régulièrement condamnés et pendus par la théocratie iranienne.
Ce n'est pas parce que de sinistres imbéciles tel l'hypocrite BHL s'enflamment pour elle qu'on ne doit pas soutenir cette femme dans l'effrayante épreuve qu'elle est en train de traverser, de même qu'on a parfaitement le droit d'éprouver un haut-le-coeur quand on voit l'antisémite Dieudonné se faire de la publicité en déclarant vouloir y aller de sa participation. Une femme est injustement condamnée par une loi basée sur des principes archaïques et en tant que progressiste, tout ce qui relève de l'inique et de l'injustice doit nous concerner. Point barre.
Mais il y a cependant un autre problème dans cette histoire ; et qui finirait par poser de bien lourdes questions si il n'est pas soulevé très vite par les intéressés.

Autant la tonitruance des nobles voix vertueuses en devient un vacarme assourdissant qui empêche de prendre du recul sur cette affaire ; autant le silence mutique d'autres qu'on a connu plus réactifs dans d'autres cas finit par cruellement gêner.

Ainsi, nos islamogauchistes sont singulièrement peu diserts concernant Sakineh.

LMSI, pourtant jamais en retard dès qu'il s'agit de donner des leçons d'un féminisme bien particulier à la terre entière et toujours fort prompts à lancer l'accusation de "racisme" à ceux qui ont le toupet d'être en désaccord avec certaines de leurs élucubrations, n'ont visiblement rien à dire sur le sujet : rien sur la page d'accueil et une recherche avec "Sakineh Mohammadi Ashtiani" ne donne tout simplement aucun résultat...

Les communautaristes des Indigènes de la République n'ont eux aussi rien à dire là dessus.

Et encore plus gênant, oumma.com non plus...
Seul Tariq Ramadan, est c'est pour une fois tout à son honneur, se fend d'une tribune juste sur cette question ; ce qui ne lève certes aucunement les doutes qu'on peut avoir sur le personnage, mais prouve néanmoins qu'on peut être musulman sans craindre de prendre une position tranchée. Qu'attendent donc nos islamogauchistes français pour prendre position ? Crainte d'encourager une islamophobie trop inflammable dans l'actuel contexte ? Ou pire, soutien tellement indéfectible à tout ce qui est considéré comme "musulman" qu'il finit par aveugler sur certaines réalités d'un régime politique on ne peut plus critiquable ?...
C'est à eux de répondre à ces questions, et le plus vite serait le mieux.
Note:  Bien d'accord avec "CSP"  link, mais cette fois-ci ce ne sont pas nos seuls "amis" islamo-gauchistes qui déconnent! Voir ci-dessus!
Partager cet article
Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg