Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 11:04

 

 

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 11:27

loadimg.php 

Racisme? Il faut faire appel à des pros!

Par Nolwenn Weiler (30 octobre 2012)


La lutte contre l’immigration est le nouveau marché en vogue pour les sociétés de sécurité et d’armement. Dans un livre, la juriste Claire Rodier décrypte le boom de cette « xénophobie business ». Où l’on apprend que les sociétés privées, appuyées par la Commission européenne, investissent des dizaines de millions d’euros dans des technologies anti-migrants, que GDF-Suez, via une filiale, gère des centres de rétention…

 

Lire la suite


 


Partager cet article

Repost0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 11:08

17-oct-1961-2

Collectif 17 octobre pour la mémoire et la citoyenneté organise :

 

un rassemblement en commémoration de la tragédie du 17 octobre 1961 à LYON

mercredi 17 octobre 2012 à 18h00 sur la place du pont - (Place Gabriel Péri).


Les massacres d’hier font le racisme d’aujourd’hui !

 

Le 17 octobre 1961, des dizaines de milliers d’algériens manifestaient pacifiquement à Paris contre le couvre-feu discriminatoire instauré par le Préfet de police Maurice Papon.

 

La répression policière a été très sanglante.

 

Des centaines de victimes auraient péri jetés dans la seine et d’autres sous la torture. En 2011, le Président de la république François Hollande s’est engagé pour qu’à l’avenir toute la lumière soit faite sur cette tragédie par l’Etat français. C’est un acte salutaire, car sans vigilance citoyenne et sans un rigoureux devoir de mémoire, nous savons trop bien comment les erreurs de l’histoire peuvent se répéter.

 

En commémorant cette tragédie, n’oublions pas les autres crimes du système colonial : 45 000 algériens, femmes, hommes et enfants décimés le 8 mai 1945 et les massacres de Thiaroye (Sénégal) et Madagascar que la république refuse toujours de reconnaître.

 

Les leçons de l’histoire, à l’image de l’amitié franco allemande ou celle de l’intégration européenne, nous apprennent que la reconnaissance de la mémoire est à la base de toute politique de conciliation, de coopération et de constructions citoyennes.

 

Le racisme se nourrit de l’oubli et du négationnisme. Nous appelons chacun et chacune à nous rejoindre au rassemblement pour la mémoire, la conciliation et pour la défense des valeurs de la république de liberté, fraternité et d’égalité.

 

Collectif 17 octobre pour la mémoire et la citoyenneté.

 

Tel : 06 65 22 82 45 ou 06 51 63 86 50.

 

Premier signataires : Agir pour Les droits de l’Homme, France Algérie, AFAL, Cap diver- Cité, Association Salam, Association Culturelle et Citoyenne Immigration et Banlieues, Écologie et démographie, Habana Club, MSI… Mrap, Association femmes algériennes, Association des béninois du Rhône, EPI….

 

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article130667

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 13:23

mosquee-profanation-racisme-saint-etienne_263.jpg


Anarchistes, communistes libertaires, anarcho-syndicalistes, autonomes, artistes, organisés ou non-organisés, nous faisons part de notre condamnation totale de l’islamophobie sous toutes ses formes. Nous affirmons que l’islamophobie est une forme de racisme. 


Nous avons le désagréable pressentiment, au regard de l’actualité, que l’islamophobie, comme un racisme respectable et vertueux, devient l’un des ressorts privilégiés de la gauche au pouvoir et de la gauche bien-pensante. Nous faisons le constat exaspérant que les thématiques progressistes comme le féminisme, la laïcité ou la liberté d'expression sont régulièrement invoqué pour le justifier. Le fait qu’en février, à peine passé à gauche, le Sénat ait voté une loi d’interdiction de certains emplois aux femmes voilées ne fait que confirmer nos craintes. Il en est de même quant aux comportements et discours néo-coloniaux et racistes du Parti de Gauche et des organisateurs du fameux débat sur « comment faire face au Front national » (sic) à la Fête de l'Humanité (1).

Les conséquences de l’islamophobie sont grandes pour celles et ceux qui la subissent : des lois liberticides votées ces dernières années jusqu’aux discriminations insidieuses, parfois flagrantes (par ex : les 4 animateurs de Gennevilliers suspendus car faisant le ramadan), sans parler des insultes et agressions diverses. Ces attaques racistes risquent fort de croître, et nous devons nous préparer à les combattre sans aucune ambiguïté.

En tant que libertaires nous réfutons et combattons tout raisonnement islamophobe porté au nom de l’idéologie libertaire et avons décidé de l’affirmer clairement par cet appel.

Parce que nous pensons qu’au sein du discours médiatique dominant, journalistique et politique, certains « philosophes », « dessinateurs » et « écrivains » surmédiatisés, comme Michel Onfray, Caroline Fourest ou l’équipe de Charlie Hebdo, participent de cette islamophobie ambiante et de sa propagation en se positionnant parfois comme libertaires, ou en agissant au nom de la tradition et de l’idéologie libertaire.

Parce que nous constatons que certains secteurs de « notre famille politique » sont imprégnés par l’idéologie islamophobe, et cela est insupportable. Cela se traduit au mieux par un désintérêt pour cette question (parfois par une condamnation certes claire de l’islamophobie mais couplée de moult rappels du combat primordial contre l’aliénation religieuse), au pire par le refus de reconnaitre l’islamophobie comme un racisme voire par le fait de s’affirmer islamophobe au nom d’un anticléricalisme primaire importé de contextes historiques différents, voire par des connivences et compromissions inacceptables, heureusement marginales mais pas assez vigoureusement condamnées.

Certaines choses doivent donc être rappelées à nos « camarades ».

NON, le terme islamophobie n’a pas été inventé par le régime iranien pour empêcher la critique de l’islam comme le proclame Caroline Fourest, le terme existait d’ailleurs déjà au début du XXème siècle.

NON, combattre l’islamophobie ne nous fait pas reculer devant les formes d’oppression que peuvent prendre les phénomènes religieux. Nous apportons ainsi notre soutien total à nos camarades en lutte au Maghreb, au Machrek et au Moyen-Orient qui s’opposent à un salafisme qui prend là-bas les formes réactionnaires et fascistes, et cela au plus grand bénéfice de l’impérialisme occidental.

NON, tous les musulmans qui luttent contre les lois islamophobes ne sont pas des crypto-islamistes ni des communautaristes venus faire du prosélytisme ou souhaitant interdire le blasphème. Beaucoup d’entre eux et elles sont des acteurs et actrices du mouvement social à part entière. Ils et elles luttent, s’auto-organisent, se battent pour leurs droits, contre le patriarcat, le racisme et pour la justice sociale au quotidien en revendiquant la spécificité de leurs oppressions et en pointant les contradictions qu’il peut y avoir au sein d’un certain discours « militant ». Critiquer leur façon de s'organiser ou de militer est une chose, les disqualifier par un discours marginalisant et raciste en est une autre.

La critique récurrente qui est faite à ceux qui parlent d'islamophobie (2), est qu'ils sont les porteurs d'un concept qui produirait du communautarisme. Nous disons que l'islamophobie est la politique de l'Etat envers de nombreux fils d'immigrés. Cette politique, il l’avait déjà expérimentée avec certains colonisés. L'islamophobie est bien un instrument de la domination, ce que le Palestinien Edward Saïd décrivait comme « la longue histoire d'intervention impérialiste de l'Occident dans le monde islamique, de l'assaut continu contre sa culture et ses traditions qui constitue un élément normal du discours universitaire et populaire, et (peut-être le plus important) du dédain ouvert avec lequel les aspirations et souhaits des musulmans, et particulièrement des Arabes, sont traités (3). » Dans la parfaite lignée de la structure de « l'orientalisme », l'Occident disqualifie l'Orient par le prisme de l'islamophobie et régénère par là sa pseudo-supériorité morale. Assumée ou dissimulée, cette structure de pensée gangrène une vaste partie du champ politique progressiste.

L'islamophobie n'est donc pas un concept flottant manié par des militants mal intentionnés, comme certains réactionnaires se plaisent sournoisement à l'inventer, mais une politique de la domination, de l'Etat post-colonial, qui imprime les corps des dominés. Dénoncer l'islamophobie n'est pas non plus l'apanage d'une communauté qui chercherait à se défendre. C'est au contraire un langage raciste de peur permanente qui désigne le paria sous les traits imprécis du musulman. A Salman Rushdie qui affirme lui aussi que l'islamophobie n'existe pas, car les musulmans ne sont pas une race, il faut rappeler, à lui et à tous ceux qui connaissent si mal l'histoire du racisme en Europe, que l'antisémitisme concerne les juifs, qui ne sont pas non plus une race.

Ce langage voudrait aussi imposer une assignation : tout arabe, tout africain, ou parfois tout être, ayant l'islam comme part de sa culture et comme part de son histoire serait un être essentiellement réactionnaire, fondamentalement religieux, et donc incompatible avec les principes fondamentaux républicains - principes par ailleurs complètement désincarnés, qui ne servent que pour justifier cette exclusion. Comme l'a montré Frantz Fanon, le colonisé, « par l'intermédiaire de la religion, ne tient pas compte du colon ». « Par le fatalisme, toute initiative est enlevée à l'oppresseur, la cause des maux, de la misère, du destin revenant à Dieu. L’individu accepte ainsi la dissolution décidée par Dieu, s'aplatit devant le colon et devant le sort et, par une sorte de rééquilibration intérieure, accède à une sérénité de pierre (4). »

Assigner les colonisés, et aujourd'hui les fils d'immigrés, à une religion, relève d'une dynamique de domination expérimentée dans les anciennes colonies. Les islamophobes n'ont peur que d'une chose : que les dominés s'emparent des armes de la critique sociale et de la philosophie, car c'est sur ce terrain que se prépare leur défaite, sur ce terrain que la lutte sociale se déploie et nous réunit.

Au-delà de l’islamophobie, ce problème soulève le peu d’intérêt et d’engagement contre le racisme visant les enfants d’immigrés issus de la colonisation. Ce sont aussi toutes les questions liées aux quartiers populaires qui font les frais d’un déficit d’engagement de la part du mouvement social. Pour preuve le peu de personnes militant contre les violences policières et les crimes racistes et sécuritaires.

Les populations issues de la colonisation, qu’elles soient noires, arabes, musulmanes, habitantes des quartiers populaires, ont décidé de ne plus rester à la place où l’on veut les assigner et s’affirment comme forces politiques en s’auto-organisant. Nous devons avancer côte à côte et lutter contre le racisme sous toutes ses formes, de toutes nos forces.

L’islamophobie dominante, encouragée par tous les pouvoirs occidentaux, est aussi l’occasion de diviser ceux qui devraient s’unir, et unir ceux qui devraient être divisés. Dans une société régie par le Spectacle, elle a en outre pour fonction de jeter de vastes écrans de fumée sur les réalités sociales. Ne tombons donc pas dans le piège !

Enfin ce problème pose aussi la question d’une sorte d’injonction à l’athéisme, condition sine qua non pour prendre part à la guerre sociale et militer dans une organisation libertaire. Il serait donc impossible ou infondé d’exprimer sa foi si l’on est croyant, tout en partageant certaines convictions progressistes. Nous nous opposons à l’essentialisation des croyants et du phénomène religieux, qui se fait sans donner la parole aux premiers concernés, et qui nous conduit aujourd’hui aux pires amalgames.

Notre opposition sans concession à l’islamophobie, en tant que libertaires, doit se faire entendre sur cette question. Nous sommes aussi le reflet d’un certain nombre de contradictions: de même que nous sommes traversés par les rapports de domination sexistes ou homophobes, ce qui est aujourd’hui (plus ou moins!) reconnu par le mouvement libertaire, nous devons reconnaitre l’être aussi par les rapports de domination racistes, postcoloniaux et faire le travail qui s’impose, dans le contexte social où l'on se trouve.

Contre cette arme coloniale de division massive et de « régénération du racisme » qu’est l’islamophobie, contre la construction d’un nouvel ennemi intérieur, nous affirmons en tant que libertaires notre solidarité avec celles et ceux qui luttent et s’auto-organisent contre cette oppression, et appelons au sursaut antiraciste partout pour les mois et les années à venir.

 Akye

 


1. Pierre Tevanian et Saïd Bouamama : Caroline Fourest, l'incendiaire qui crie « au feu! » 

2. Voir les propos du très libéral Nasser Suleyman Gabryel qui récuse carrément l’usage du mot : Critique du concept d'islamophobie

3. Edward W. Saïd, L’Islam dans les médias.

4. Frantz Fanon, Les damnés de la terre.

 


 Premiers signataires : Nicolas Pasadena (Alternative Libertaire), Skalpel, E.one et Akye (BBoyKonsian-Première Ligne), Fred Alpi, Samuel Idir (Journal L'Autrement), Docteur Louarn (CNT- Brhz), K-listo (Soledad), Aodren Le Duff (CNT), Subversive ways, Yly, Sophie B (CNT), George Franco, Marouane Taharouri (Alternative Libertaire), JM Smoothie (CNT-BBoyKonsian), Elie Octave (Sud-Etudiant), Haythem Msabhi - Mouvement Désobéissance (Tunisie), Rabaa Skik (Artiste plasticienne), Zack O'Malek (Journal L'Autrement), Rola Ezzedine (Professeur d'histoire), Isabelle Vallade (Collectif Bordonor)...

Partager cet article

Repost0
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 13:01

la une

Communiqué de La Patate Chaude

 

Le NPA participe à « La patate chaude », collectif grenoblois, et soutient son action. Suite au démantèlement du camp des Roms de La Tronche (Isère) le 26 juillet 2012, ce collectif a publié le communiqué ci-dessous.


LA CHASSE AUX ROMS CONTINUE ET S'ACCELERE !


Le changement ?


Il y a quelques mois encore et jusqu'à la fin de son mandat, Nicolas Sarkozy continuait la destruction des services publics et du système de protection sociale, tout en empruntant les vieilles recettes de l'extrême droite : faire diversion et diviser en suscitant la peur, sur les thèmes de l'insécurité et de l'immigration.


Au discours xénophobe – qu'il a contribué à légitimer – ont suivi les actes, et les Roms en ont fait les frais, avec d'autres, et sans doute plus que d'autres puisqu'ils ont alors été nommément désignés.


Vint François Hollande, dont le programme et la campagne avaient esquivé la question de l'immigration, son parti attribuant ses échecs de 2002 et 2007 pour partie à un positionnement trop généreux (ah bon?) sur ces questions.

 

Il fallait mordre sur l'électorat réactionnaire et en conséquence ne pas aborder le retour aux droits fondamentaux pour les migrants.


Quelques timides propositions avaient malgré tout été avancées, telles que la gratuité (récemment supprimée) de l'aide médicale d'Etat, l'adoucissement du régime des centres de rétention (non leur suppression), l'arrêt de la détention d'enfants.


Il y avait aussi la promesse de revenir sur les « mesures transitoires » qui bloquent de fait l'accès au travail pour les Roumains et les Bulgares, et que la majorité des pays européens ont abrogées.


Dernière promesse, déjà lointaine, de François Hollande : "Je souhaite que, lorsqu’un campement insalubre est démantelé, des solutions alternatives soient proposées. On ne peut pas continuer à accepter que des familles soient chassées d’un endroit sans solution."


… pas pour l'égalité des droits.


A quelques exceptions près, le droit des étrangers, qui n'avait cessé de se durcir, de Chevènement à Besson en passant par Pasqua, ce sous droit donc va-t-il être maintenu en l'état, un bien piteux état ?

 

Le programme de Hollande laissait peu d'espoir. Qu'allait-il se passer après les élections ?


On le voit aujourd'hui


Le démantèlement des camps de Roms – puisque c'est aujourd'hui le terme en vigueur, évoquant les réseaux mafieux - se poursuit et même s'accélère dans différentes villes et, à une seule exception près à notre connaissance (Lyon), aucune mesure d'accompagnement social ni d'hébergement n'est prévue pour les familles expulsées, dépourvues de tout.


Dans le Figaro Web du 26 juillet, Manuel Valls confirme la poursuite de ce démantèlement des camps, sans préciser ce qu'il adviendra des personnes concernées. Mieux, il semble revenir sur l'abrogation des mesures transitoires en déclarant que « l'accès au travail n'est pas le véritable problème ». On peut donc douter très fort de sa volonté de s'y attaquer… et l'on pourra continuer à enfourcher le thème des Roms qui ne s'intègrent pas.


Au beau milieu de cette campagne de répression, l'association La voix des Rroms a réagi avec humour à ces déclarations gouvernementales : « Courage, gouvernement Ayrault ! Vous pouvez vous en sortir ! Nous, on s’en sort depuis 700 ans envers et contre tout. C’est juste une question de valeurs à respecter, et ce n’est pas très compliqué ».

 

Dans l'Isère, le même préfet met en oeuvre la même répression


Le 26 juillet, à 6 heures du matin, une centaine de policiers encerclent le camp de la Tronche habité depuis deux ans par des Roms roumains pour la plupart. Comme à St Martin d'Hères peu de temps auparavant, ils délimitent un important « périmètre de sécurité » (bigre ! Craignaient-ils un fort Chabrol?), réveillent parents et enfants à grand renfort de coups de matraque dans les portes des baraques, et leur donnent quelques instants pour faire leur paquetage.

 

Un seul voyage étant autorisé, on voit donc partir un par un des femmes et des hommes, leur baluchon sur l'épaule, du moins pour ceux qui partent « libres ». Un peu plus loin, ils s'arrêtent, leurs bébés dans les bras, leurs enfants autour d'eux, se demandent ce qu'ils vont faire, où ils vont aller. Puis, par petits groupes, ils vont à la recherche d'un endroit pour passer la prochaine nuit. C'est sans compter sur la police qui les poursuit et les contraints à déguerpir. Pour aller où ? « Plus loin ! »


Inutile de préciser que dans cette fuite en avant, les protestations sont déconseillées et les recours juridiques pratiquement impossibles.

 

Pour le préfet de l'Isère, pour le maire de la Tronche, le problème est réglé


Après l'évacuation du camp de la Tronche, le plan com.


En fin de matinée, on a pu voir un haut responsable de la préfecture organiser pour la seule télé une visite accompagnée pour lui désigner l'insalubrité du camp, lui expliquer la délinquance qui y régnait, et le comportement humain de la police. La journaliste aux ordres rapporte ses propos sans commentaire.


Dans le Dauphiné libéré du lendemain, c'est l'adjoint au maire de la Tronche qui sert une justification plus cynique encore : « Ce terrain, il fallait l'évacuer à tout prix, car il n'est pas humain de vivre dans ces conditions, sans eau potable, sans électricité, sans toilettes …

 

Il y a des femmes, des enfants, et il n'était pas possible d'accepter cela ».


On ne peut que souscrire cette déclaration. Problème : aucune disposition n'a été prise pour sortir « ces femmes et ces enfants » de leur dénuement. Mieux : jusqu'au bout, la mairie de la Tronche a organisé un embargo sur tout service à ce camp : eau (coupée par la mairie), électricité, toilettes, ordures ménagères, dératisation, ... Dans le même temps, les mêmes élus se lamentaient sur le manque d'hygiène.

 

Et il aura fallu des mois de pressions diverses pour que le maire, bien obligé, respecte ses obligations légales de scolariser les enfants roms de sa commune.

A lire le compte-rendu (ci-dessous) de la réunion de préparation de cette opération, on est rassurés de constater que les services savent s'organiser quand ils le veulent, y compris pour assainir ce terrain privé, mais il était hors de question que cela bénéficie aux Roms ...


Aujourd'hui, les Roms errent dans l'agglomération, sans eau potable, sans toilettes, et maintenant sans abri.

Cette situation est scandaleuse, et il faut en combattre partout les responsables.

 

La Patate chaude est un collectif constitué de personnes très diverses, et qui s'est créé après le discours dit de Grenoble, discours de sinistre mémoire puisqu'il désignait comme un problème pour notre société ceux qui précisément en étaient le plus exclus, et dont, pour notre part, nous nous déclarons solidaires.


Nous appelons à une mobilisation sous toutes ses formes pour le respect des droits fondamentaux, notamment le droit au logement qui reste bafoué.


Nous considérons que les Roms, comme tou-te-s les précaires, sont les victimes à la fois du système socio-économique actuel et des discours populistes qui visent à les rendre coupables de tous les maux qui en résultent. Nous avons conscience qu'il n'y a pas d'autre moyen pour mettre fin durablement à cette exclusion que de lutter contre ce système. Nous savons aussi que cela revient à déplacer des montagnes.


Pour autant, nous estimons ne pas avoir d'autre choix que cette lutte et nous appelons à l'élargir.

 

Pour nous contacter :

 

collectif16septembre.wordpress.com/

 

ou collectifsoutienroms38@gmail.com

Partager cet article

Repost0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 12:36
images-copie-1.jpg
13 janvier 2012

Le 13 janvier 2012, Amy Goodman et Juan Gonzalez de la chaîne de télévision alternative Democracy Now s’entretenaient avec Randall Robinson, le fondateur de TransAfrica, une association de défense de la diaspora africaine aux Etats-Unis, ainsi qu’avec Michelle Alexander [1], auteure de The New Jim Crow  : Mass Incarceration in the Age of Colorblindness (2010), qui vient d’être réédité en poche [2].

 

L’incarcération de près de 2 millions de noirs aux Etats-Unis et la privation de droits infligés à des millions d’autres par le système pénal équivaut, actuellement, concrètement à l’annulation d’une bonne partie des conquêtes du mouvement des droits civiques des années 1950 et 1960. Aujourd’hui, aux Etats-Unis, il y a plus d’Afro-Américains sous contrôle pénal que d’esclaves en 1850, et un plus grand nombre d’entre eux sont privés de droits civiques qu’en 1870.

 

Lire la suite ici

Partager cet article

Repost0
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 13:01
186677
5 mai 2012

L’importance du vote pour Marine Le Pen accable et surprend.

On cherche des explications. Le personnel politique y va de sa sociologie portative : la France des gens d’en bas, des provinciaux égarés, des ouvriers, des sous-éduqués, effrayée par la mondialisation, le recul du pouvoir d’achat, la déstructuration des territoires, la présence à leurs portes d’étranges étrangers, veut se replier sur le nationalisme et la xénophobie.

C’est déjà du reste cette France « retardataire » qu’on accusait d’avoir voté non au référendum sur le projet de Constitution européenne. On l’opposait aux classes moyennes urbaines éduquées et modernes, qui font tout le sel social de notre démocratie bien tempérée.

Disons que cette France d’en bas est quand même, en la circonstance, le baudet de la fable, le pelé et le galeux « populiste » d’où nous vient tout le mal lepéniste. Etrange, au demeurant, cette hargne politico-médiatique contre le « populisme ». Le pouvoir démocratique, dont nous sommes si fiers, serait-il allergique à ce qu’on se soucie du peuple ?

C’est l’avis dudit peuple, en tout cas, et de plus en plus. A la question « les responsables politiques se préoccupent-ils de ce que pensent les gens comme vous ? », la réponse entièrement négative « pas du tout » est passée de 15 % de l’ensemble en 1978 à 42 % en 2010 ! Quant au total des réponses positives (« beaucoup » ou « assez »), il est passé de 35 % à 17 % (on se reportera, pour cette indication statistique et d’autres d’un très grand intérêt, au numéro hors série de la revue La Pensée titré « Le peuple, la crise et la politique » et réalisé par Guy Michelat et Michel Simon). La relation entre le peuple et l’Etat n’est pas faite de confiance, c’est le moins qu’on puisse dire.

Faut-il conclure que notre Etat n’a pas le peuple qu’il mérite, et que le sombre vote lepéniste atteste cette insuffisance populaire ? Il faudrait alors, pour renforcer la démocratie, changer le peuple, comme le proposait ironiquement Brecht...

Ma thèse est plutôt que deux autres grands coupables doivent être mis en avant : les responsables successifs du pouvoir d’Etat, de gauche comme de droite, et un ensemble non négligeable d’intellectuels.

En définitive, ce ne sont pas les pauvres de nos provinces qui ont décidé de limiter autant que faire se peut le droit élémentaire d’un ouvrier de ce pays, quelle que soit sa nationalité d’origine, de vivre ici avec sa femme et ses enfants. C’est un ministre socialiste, et tous ceux de droite ensuite qui se sont engouffrés dans la brèche. Ce n’est pas une campagnarde sous-éduquée qui a proclamé en 1983, que les grévistes de Renault - en effet majoritairement algériens ou marocains - étaient des « travailleurs immigrés (...) agités par des groupes religieux et politiques qui se déterminent en fonction de critères ayant peu à voir avec les réalités sociales françaises ».

C’est un premier ministre socialiste, bien entendu à la grande joie de ses « ennemis » de la droite.

Qui a eu la bonne idée de déclarer que Le Pen posait les vrais problèmes ? Un militant alsacien du Front national ? Non, c’est un premier ministre de François Mitterrand. Ce ne sont pas des sous-développés de l’intérieur qui ont créé les centres de rétention pour y emprisonner, hors de tout droit réel, ceux qu’on privait par ailleurs de la possibilité d’acquérir les papiers légaux de leur présence.

Ce ne sont pas non plus des banlieusards excédés qui ont ordonné, partout dans le monde, qu’on ne délivre aux gens des visas pour la France qu’au compte-gouttes, pendant qu’on fixait ici même des quotas d’expulsions que devait à tout prix réaliser la police. La succession des lois restrictives, attaquant, sous prétexte d’étrangeté, la liberté et l’égalité de millions de gens qui vivent et travaillent ici, n’est pas l’œuvre de « populistes » déchaînés.

A la manœuvre de ces forfaits légaux, on trouve l’Etat, tout simplement.

On trouve tous les gouvernements successifs, dès François Mitterrand, et sans répit par la suite. En la matière, et ce ne sont que deux exemples, le socialiste Lionel Jospin a fait savoir dès son arrivée au pouvoir qu’il n’était pas question d’abolir les lois xénophobes de Charles Pasqua ; le socialiste François Hollande fait savoir qu’on ne décidera pas les régularisations de sans-papiers autrement sous sa présidence que sous celle de Nicolas Sarkozy. La continuité dans cette direction ne fait aucun doute. C’est cet encouragement obstiné de l’Etat dans la vilenie qui façonne l’opinion réactive et racialiste, et non l’inverse.

Je ne crois pas être suspect d’ignorer que Nicolas Sarkozy et sa clique ont été constamment sur la brèche du racisme culturel, levant haut le drapeau de la « supériorité » de notre chère civilisation occidentale et faisant voter une interminable succession de lois discriminatoires dont la scélératesse nous consterne.

Mais enfin, nous ne voyons pas que la gauche se soit levée pour s’y opposer avec la force que demandait un pareil acharnement réactionnaire.

Elle a même bien souvent fait savoir qu’elle « comprenait » cette demande de « sécurité », et a voté sans état d’âme des décisions persécutoires flagrantes, comme celles qui visent à expulser de l’espace public telle ou telle femme sous le prétexte qu’elle se couvre les cheveux ou enveloppe son corps.

Ses candidats annoncent partout qu’ils mèneront une lutte sans merci, non tant contre les prévarications capitalistes et la dictature des budgets ascétiques que contre les ouvriers sans papiers et les mineurs récidivistes, surtout s’ils sont noirs ou arabes. Dans ce domaine, droite et gauche confondues ont piétiné tout principe. Ce fut et c’est, pour ceux qu’on prive de papiers, non l’Etat de droit, mais l’Etat d’exception, l’Etat de non-droit. Ce sont eux qui sont en état d’insécurité, et non les nationaux nantis. S’il fallait, ce qu’à Dieu ne plaise, se résigner à expulser des gens, il serait préférable qu’on choisisse nos gouvernants plutôt que les très respectables ouvriers marocains ou maliens.

Et derrière tout cela, de longue date, depuis plus de vingt ans, qui trouve-t-on ?

Qui sont les glorieux inventeurs du « péril islamique », en passe selon eux de désintégrer notre belle société occidentale et française ? Sinon des intellectuels, qui consacrent à cette tâche infâme des éditoriaux enflammés, des livres retors, des « enquêtes sociologiques » truquées ? Est-ce un groupe de retraités provinciaux et d’ouvriers des petites villes désindustrialisées qui a monté patiemment toute cette affaire du « conflit des civilisations », de la défense du « pacte républicain », des menaces sur notre magnifique « laïcité », du « féminisme » outragé par la vie quotidienne des dames arabes ?

N’est-il pas fâcheux qu’on cherche des responsables uniquement du côté de la droite extrême - qui en effet tire les marrons du feu - sans jamais mettre à nu la responsabilité écrasante de ceux, bien souvent - disaient-ils - « de gauche », et plus souvent professeurs de « philosophie » que caissières de supermarché, qui ont passionnément soutenu que les Arabes et les Noirs, notamment les jeunes, corrompaient notre système éducatif, pervertissaient nos banlieues, offensaient nos libertés et outrageaient nos femmes ? Ou qu’ils étaient « trop nombreux » dans nos équipes de foot ? Exactement comme on disait naguère des juifs et des « métèques » que par eux la France éternelle était menacée de mort.

Il y a eu, certes, l’apparition de groupuscules fascistes se réclamant de l’islam.

Mais il y a tout aussi bien eu des mouvements fascistes se réclamant de l’Occident et du Christ-roi. Cela n’empêche aucun intellectuel islamophobe de vanter à tout bout de champ notre supérieure identité « occidentale » et de parvenir à loger nos admirables « racines chrétiennes » dans le culte d’une laïcité dont Marine Le Pen, devenue une des plus acharnées pratiquantes de ce culte, révèle enfin de quel bois politique il se chauffe.

En vérité, ce sont des intellectuels qui ont inventé la violence antipopulaire, singulièrement dirigée contre les jeunes des grandes villes, qui est le vrai secret de l’islamophobie. Et ce sont les gouvernements, incapables de bâtir une société de paix civile et de justice, qui ont livré les étrangers, et d’abord les ouvriers arabes et leurs familles, en pâture à des clientèles électorales désorientées et craintives. Comme toujours, l’idée, fût-elle criminelle, précède le pouvoir, qui à son tour façonne l’opinion dont il a besoin. L’intellectuel, fût-il déplorable, précède le ministre, qui construit ses suiveurs.

Le livre, fût-il à jeter, vient avant l’image propagandiste, laquelle égare au lieu d’instruire.

Et trente ans de patients efforts dans l’écriture, l’invective et la compétition électorale sans idée trouvent leur sinistre récompense dans les consciences fatiguées comme dans le vote moutonnier.

Honte aux gouvernements successifs, qui ont tous rivalisé sur les thèmes conjoints de la sécurité et du « problème immigré », pour que ne soit pas trop visible qu’ils servaient avant tout les intérêts de l’oligarchie économique ! Honte aux intellectuels du néo-racialisme et du nationalisme bouché, qui ont patiemment recouvert le vide laissé dans le peuple par la provisoire éclipse de l’hypothèse communiste d’un manteau d’inepties sur le péril islamique et la ruine de nos « valeurs » !

Ce sont eux qui doivent aujourd’hui rendre des comptes sur l’ascension d’un fascisme rampant dont ils ont encouragé sans relâche le développement mental.

Alain Badiou, philosophe, dramaturge et écrivain


* LE MONDE | 05.05.2012 à 14h46.

* Né en 1937, professeur de philosophie à l’Ecole normale supérieure, Alain Badiou articule pensée formelle et récit littéraire, argumentation conceptuelle et intervention politique. Il est notamment l’auteur d’Entretiens I (Nous, 2011), de La République de Platon (Fayard, 596 p., 24,50 €) et, dans la série « Circonstances », aux Nouvelles Editions Lignes, de Sarkozy : pire que prévu, les autres : prévoir le pire (94 p., 9,50 €).

Partager cet article

Repost0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 09:24

186677

le-racisme-copie-1.jpg

Partager cet article

Repost0
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 10:57

ferrandez caillou-e0120

La loi du 23 février 2005 sur « l’apport positif de la colonisation » a autorisé et légitimé une parole révisionniste sur le passé colonial de la France, une réécriture officielle de l’Histoire tentant de réhabiliter une période condamnable. Il est urgent de sortir de la « guerre des mémoires », de déconstruire un imaginaire colonialiste en luttant pour la réappropriation d’ une mémoire partagée par tou-tes car appartenant à notre histoire commune.


L’histoire coloniale de la France a été une violence, une agression, une destruction, une dépossession, une négation et une aculturation des peuples colonisés. De cette oppression sont nés des mouvements de résistance et de libération nationale, pour reconquérir une liberté confisquée. Frantz Fanon, Medhi Ben Barka, Thomas Sankara, Lumumba, Um Nyobe et tant d’autres se sont battus pour le respect du droit à l’autodétermination et l’égalité des droits.


Le 23 Février 2012 s’ouvrira, à l’initiative de Sortir du Colonialisme (association regroupant diverses organisations et soutiens du monde politique, associatif, culturel) la 7ème édition de la Semaine Anticoloniale et Antiraciste. Qui sera un peu plus qu’une semaine puisqu’elle se prolongera jusqu’au 11 mars, avec en point d’orgue différé, le 17 mars, dans toute la France, une grande manifestation antiraciste et anticolonialiste, la Marche Solidaire des Peuples en Lutte, co organisée avec le collectif : D’ailleurs Nous Sommes d’Ici.


Les buts de la semaine anticoloniale sont de tenter une analyse des ravages du colonialisme et de ses blessures encore prégnantes aujourd’hui, de travailler sur la transmission de la mémoire et d’articuler les situations du passé avec les discriminations post coloniales qui stigmatisent et excluent une partie de la population, passant du statut de bouc émissaire à celui d’ennemi de l’intérieur.


Il est d’autant plus impératif de mener sans concession cette réflexion que 2012 est à la fois une année présidentielle au cours de laquelle, chasse aux voix oblige, des discours au racisme même plus latent vont fleurir. Elle est aussi celle de la célébration du cinquantenaire de l’Indépendance de l’Algérie, au centre du programme de cette Semaine Anticoloniale, et dont le coffret Algérie Musiques Rebelles fait entendre les chants. (à consulter et écouter sur le site www.anticolonial.net).


De nombreux évènements vont y avoir leur place : conférences, débats, projections de films, concerts, et bien sur l’incontournable Salon Anticolonial, à la Bellevilloise, avec des stands de commerce équitable, un pool libraires, coordonné cette année par la librairie La Brêche, la remise du prix du livre anticolonial de l’année, du prix du Colonialiste de l’année et celui de la Françafrique, dont les nominés se bousculent ; les visiteurs du site pourront d’un simple clic voter pour leur chouchou.

 

La Semaine franchit un saut quantitatif autant que qualitatif en sortant enfin du strict Paris intra muros et en organisant de nombreuses initiatives en régions, avec de nouveaux partenaires locaux.

Plus que jamais c’est à nous, antiracistes et anticolonialistes, de ne rien lâcher et d’être à l’offensive.

 

http://www.afriquesenlutte.org/communiques-luttes-et-debats/comptes-rendus-des-luttes/article/7eme-edition-de-la-semaine



 

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 10:52
images.jpg
date: 27/01/2012 - 13:17

 

Dans la France contemporaine, les relations entre police et minorités constituent ce que le sociologue Robert Castel appelle une « configuration problématique », c’est-à-dire une question qui perturbe la vie sociale, disloque le fonctionnement des institutions et menace d’invalidation des catégories entières de sujets sociaux (Castel, 2002, p. 71).

Partager cet article

Repost0

Contactez le NPA du Finistère

 

faou

 

UNE-190.JPG

 

cgt-gg.jpg

 

affiche_Peillon_Fioraso_BAT_0_0.preview.jpg

 

encart npa taille normale

 

 

nukleel-nam-bo-ket.jpg

accueil
*

Brest

06 42 22 96 37

brest.npa@gmail.com

 

Quimper

06 59 71 42 21

quimper.npa@gmail.com
 

Le blog sur les

questions maritimes

L'autre grenelle de la mer

 

Le blog de solidarité avec

les camarades arabes

Revolution arabe 

 

fermoez-fesse.jpg

Recherche

Actions !

Pour plus de détails voir les liens: 

 

diapo prisonnier palestine

Soirée prisonniers palestiniens

AFPS Brest

mardi 16 avril

20H30

Maison des syndicats

 

sortir-copie-1.jpg


manifestants-hopital-SUD-copie-1


Quimper Gourmelen

Rassemblement

vendredi 19 avril

8 h 45


foto2-205-ebf3f

 

Fermez Cofrents

(pays Valencian)

 

 

laniion.jpg

  Concert à Lannion

 

no nuk

 

Dimanche 28 avril

Brennilis

anti-r-1-r-copie-1.jpg

 


robertbelle5mai13DZ

 

 

Mardi 7 mai

 Yves-Marie Le Lay,

Président de

Sauvegarde du Trégor

  Douarnenez

Librairie l'Ivraie à 20h00

 

nddk.jpg

 

yy.jpg

 

st nnonon

 

grece.jpg